• « Blanchité » et « races sociales » : un festival de contradictions et de contorsions théoriques

    http://mondialisme.org/spip.php?article2670

    Ce texte part d’une constatation simple : la race (sans guillemets) a le vent en poupe, à gauche, à l’extrême gauche et même chez certains anarchistes ou « antifascistes radicaux ». La race n’avait jamais vraiment disparu du paysage politique, puisque la droite, l’extrême droite et bien sûr la Nouvelle Droite continuaient à utiliser ce concept biologique et anthropologique en le dissimulant sous des considérations « culturelles » ou « civilisationnelles », mais désormais les forces réactionnaires peuvent compter sur la collaboration d’intellectuels et de militants de gauche et d’extrême gauche, mais aussi libertaires, pour réhabiliter une catégorie de pensée inepte et néfaste. Cela nous attriste un petit peu mais ne nous étonne absolument pas, puisque les courants dits « anticapitalistes » réhabilitent aussi des concepts comme la nation (au nom de l’anti-impérialisme) et des phénomènes obscurantistes comme les religions chrétienne et musulmane (au nom de leur prétendu potentiel libérateur ) quand ils ne glosent pas sur les aspects « progressifs » de l’antisémitisme des Afro-Américains . Dans la période historique actuelle, la régression politique n’a ni limites ni frontières,. Elle se poursuivra tant que la classe ouvrière ne tapera pas du poing sur la table pour faire taire tous ces charlatans.
    Cet article tente de démonter quelques absurdités en vogue à gauche, à l’extrême gauche et chez les libertaires... mais cet inventaire est évidemment incomplet ! Espérons que ce travail sera continué et enrichi par d’autres camarades ou compagnons...

    http://mondialisme.org/IMG/pdf/blanchiteI_et_race_sociale.pdf

    • bel exemple de #susceptibilité_blanche et #fragilité_blanche

      8. Lutter contre le racisme suppose un changement personnel (intérieur) facilité par la participation à des groupes de paroles « non mixtes », donc racialement (ou, en langage politiquement correct, ethniquement) homogènes. Cette psychologisation du racisme est étroitement liée aux « politiques identitaires » : d’un côté, quand on est « Blanc », il faut se confesser de ses travers racistes, découvrir les méfaits provoqués par son « innocence blanche39 » et admettre publiquement ses « privilèges blancs » ; de l’autre, quand on est discriminé, on est censé
      chercher prioritairement l’empathie des membres de sa communauté d’origine... ou d’adoption.

      #non_mixité #racisme #whitesplanning

    • @mad_meg Je ne comprends pas (c’est sans doute à cause de mon taux de mélanine.)
      Pourquoi partir sur le blanc sensible ?

      1) Très ambiguë cliché de banlieue du blanc fragile à dépouiller. (cf. la chanson de Vald en fait le tour : https://genius.com/Vald-blanc-lyrics )

      2) Alors que l’argument est somme toute rationnel, il n’y aurait pas de réciprocité ni de solidarité possible. La base d’une société égalitaire. Et vous, vous partez dans le pathos, socio de comptoir. Votre réflexion est du même niveau que « c’est bien une parole de nana ça ».

    • Par rapport à la fragilité blanche l’expression est expliqué ici : https://seenthis.net/messages/382852

      Je trouve que ce texte est focalisé sur l’ego blanc. La partie dont j’ai pris l’extrait me semble représentative. Les personnes qui veulent se réunir en non-mixité ne demandent pas à rester à jamais en autarcie dans des groupes non-mixtes. Dans la militance c’est un moment pour y réfléchir à certaines choses sans avoir à prendre du temps pour ne pas vexer les susceptibles blanc·hes/masculines/hétéro/cis...
      La demande de non mixité n’est pas une psycholosiation comme c’est dit dans le texte par exemple.
      Sinon le reste c’est refus de travail mémoriel et de voire le particularité des discriminations fondées sur les stéréotypes raciaux et de vouloir absorber les mouvements antiracistes, décoloniaux avec le truc de la #priorité_des_luttes habituel.

    • J’avais pas vu la chanson de Vlad posté par @aktivulo1 . C’est effectivement très représentatif de la sucéptibilité blanche. On dirait du Oï. Elle montre un refu de prendre au sérieux les problématiques des rappeureuses noir·es. Une posture qui consiste à se croire capable d’expliquer aux rappeureuses noir·es ce qu’illes doivent pensé et ressentir du racisme qu’illes vivent. La chanson conteste le racisme vécu et exprimé par les rappeureuses noir·es.

      Une rime tel que « blanc comme le Mont blanc » est ridicule. Du même niveau que les misogynes qui s’amusent à féminiser n’importe comment la langue en croyant être spirituel·les. Le final de la chanson c’est toujours ce refu de toute réflexion sur le racisme. « Tu gaspilles ta vie à vouloir réparer les erreurs de Papy » - Vlad préfère ne pas se posé de question et faire comme Papy lui à montré. Et puis cette concurence entre les luttes ; au lieu de lutter pour dénoncer le racisme, Vlad explique aux rappeureuses noir·es qu’illes feraient mieux de lutter pour le remplissage des fond blancs des poches de Vlad.

      Vlad explique même en détail ses intentions hostiles face au discours des musicien·nes noir·es :

      Vald explique la création de ce morceau par son écoute au rap français, et le sujet récurrent de la couleur noire dans l’Hexagone, mais du point de vue d’hommes blancs avec Suik’on Blaze AD.

      Il s’agit d’une longue énumération de comparaisons avec “blanc comme…”, en énonçant quelques clichés et idées préconçues, tels que les premiers mots du refrain. Il souhaite ainsi aborder le sujet du communautarisme , et parler de cette couleur de peau qui n’est au final que peu approchée.

      Vlad trouve qu’on parle trop du racisme contre les noir·es et pas assez du racisme contre les blanc·hes.
      Vlad voudrait parler de communautarisme, histoire de mélanger tout pour faire une infâme bouillasse que seul les fachos sont capable d’avaler.

      Pour Vlad et sa chanson j’ajoute #negrophobie et #paternalisme
      Enfin grâce à cette rime « Blanc comme fragile, blanc comme salope » je peu ajouter #sexisme et #masculinisme
      D’ailleur on pourrait la faire en mode masculiniste cette pauvre chanson, elle l’est deja aussi.

      Vald explique la création de ce morceau par son écoute au rap féministe français, et le sujet récurrent de la souffrance des femmes dans l’Hexagone, mais du point de vue d’hommes blancs avec Suik’on Blaze AD.

      Il s’agit d’une longue énumération de comparaisons avec “mâle comme…”, en énonçant quelques clichés et idées préconçues, tels que les premiers mots du refrain. Il souhaite ainsi aborder le sujet du sexisme, et parler de cette souffrance des hommes qui n’est au final que peu approchée.

      Mâle comme tueur en série
      Mâle comme pédophile, macho, mal
      Comme linge dans ton pif, mâle comme beigne
      Depuis tantôt mal comme ton fantôme
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho

      [Couplet 1 : Vald]
      Mâle de soupçon comme un crime inavoué
      Je suis mâle comme celui qui tient l’fouet
      Soupçon de mâle pour ne pas qu’on s’effraie
      Mâle comme « Mal des yeux » remplis de sang
      Frère, dans l’Sopalin
      J’ai dû laisser cent litres blancs
      Tranquillement, tu brandis le Mâle drapeau
      Devant arme blanche papillonnante
      (Couic, couic) Blanc comme perte
      Mâle comme Verbe
      Mâle comme l’os qui voit l’air
      Mâle comme toutes les lumières ensembles
      Mâle comme le Mont, Mâle comme le bon
      Mâle comme le fond de tes poches
      Je suis mâle comme la blanche de Blankok, ça fait macho, macho
      Je suis mâle comme le phoque, fuck tous les mâle qui s’efforcent
      À sucer des bites devant les autres souffrances
      France de Machos, Gaulois, BravePatriotes, SOSPapa,
      Nique ta madre
      Si, ton seul combat, c’est ton sexe
      (Pute) Mâle comme para
      Mâle comme pas un mot
      Mâle comme malade, Mâle comme à la morgue
      Mâle, c’est mal, l’Histoire est accablante, Mâle (mal)
      Mâle comme le vrai méchant, Mâle comme le père du Sheitan
      Mâle, Mâle, Mâle, Mâle, Mâle, Mâle, Mâle comme Dieu

      [Refrain] (x2)
      Mâle comme tueur en série
      Mâle comme pédophile, macho, mâle
      Comme Nunge’ dans ton pif, mâle comme beigne
      Depuis tantôt mâle comme fantôme
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho
      Mâle comme Macho

      [Couplet 2 : Vald & Suik’On Blaze AD]
      Mâle comme gentil, Mâle comme petit
      Mâle comme garçon, Mâle comme gentil petit garçon
      Mâle comme sournois
      Mâle comme fragile, Mal comme salope
      Mâle comme animal, Mal comme Anita
      Mâle comme Hannibal, Mal comme Anne Hidalgo
      Hey, j’roule au kérosène
      Putain, quelle aubaine, j’ai l’axe à la Rivaldo
      Je suis Mâle comme un Mikado
      Côté bre-hom, touts les genres ont mis la dose
      Bordel sur la toile ; Internet, c’est Picasso
      J’me torche le cul avec Vogue et Mad’m Figaro
      Tu gaspilles ta vie à vouloir réparer les erreurs de Papy
      Et Mamy, la terreur arrive, et ta salive t’servira à crier :
      « Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Okay, okay, okay...
      Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Okay, okay, maman, maman, maman, okay...
      Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Okay, okay, maman, maman, maman, okay...
      Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Putain, qu’est-ce qu’on est Mâle
      Oui, putain, qu’est-ce qu’on est Mâle »

    • @mad_meg

      Faut écrire un peu moins vite.
      – On dit VaLD

      Vlad trouve qu’on parle trop du racisme contre les noir·es et pas assez du racisme contre les blanc·hes.

      – Dans un interview pour Booska-P dit que le racisme anti-blanc n’existe pas et parle de pb de classe.

      « Tu gaspilles ta vie à vouloir réparer les erreurs de Papy » - Vlad préfère ne pas se posé de question et faire comme Papy lui à montré.

      – Outre que ce n’est pas Vald qui rappe, je ne comprends pas comment de cette phrase tu peut avoir cette interprétation.
      J’interprète ça comme ça :
      – Tu te sens coupable de chose que tu n’as pas fait
      – Tu es autocentré sur ta culpabilité de blanc

    • Tu veut dire que VaLD se met dans la peau d’un raciste dans sa chanson ? Le commentaire de la chanson fournis par VaLD ne dit pas ceci.

      Par rapport aux actes de Papy, les millitant·es contre le racisme et la décolonisation demandent à ce qu’il y ai une prise en compte d’un point de vue différent sur l’histoire telle qu’elle est raconté jusqu’à aujourd’hui. Par exemple enlever les statues et rues à la mémoire de Colbert, ce n’est pas de l’autoflagellation coupable, c’est la reconnaissance du fait que la participation active à la traite négrière ne peut pas être traité comme anecdotique.
      La mémoire, la recherche de l’histoire vu par les peuples réduits à l’esclavage et la colonisation c’est pas de l’auto-centrage de culpabilité de blanc. Étudier la colonisation, son influence actuel sur les faits de société actuels c’est pas de l’auto-centrage...

    • @mad_meg

      Tu veut dire que Vald se met dans la peau d’un raciste dans sa chanson ? Le commentaire de la chanson fournis par Vald ne dit pas ceci.

      Non, mais je veux dire que son discours ne va pas dans la direction du racisme anti-blanc, Rap Puchline lui pose directement une explication sur :

      Je suis blanc comme le phoque, fuck tous les Blancs qui s’efforcent
      À sucer des bites devant les autres souffrances
      France de Blancos, Bikows, Blackos, Niakwés
      Nique ta madre
      Si, ton seul combat, c’est ta couleur de peau

      https://youtu.be/ykwWZ7AZD5s?t=1m9s

      Sont explication est + ou - :
      – Tu te sens coupable de chose que tu n’as pas fait
      – Passons à autre chose (c’est ambigüe)

    • Cet extrait ajoute surtout l’homophobe et la misogyne au racisme. Tu dit que Vlad ne se place pas dans la posture du blanc qui se victimise mais pourtant les extraits que tu fournis sont typique de cette position (cad ; se dit atteint dans sa virilité, se sent mise en cause personnellement, demande à ce qu’on parle de ce qu’il décide).


  • Idéologues et militants du social chauvinisme
    http://mondialisme.org/spip.php?article2320

    Idéologues et militants du #social-chauvinisme :
    de #Jean-Claude_Michéa au #Parti_de_Gauche,
    de #Marianne à #ATTAC, de #Politis au #PRCF,
    de #Frédéric_Lordon au #Monde_diplomatique ,
    d’#Emmanuel_Todd au #MPEP et au #PCF...

    PRESENTATION : Le « social-chauvinisme » est une vieille expression polémique utilisée durant la Première Guerre mondiale par les socialistes marxistes internationalistes (Lénine, Luxembourg, etc.) pour dénoncer les sociaux-démocrates qui soutenaient leurs bourgeoisies nationales respectives en usant d’une phraséologie pseudo-radicale… Aujourd’hui on retrouve le même type d’arguments sociaux-patriotes chez

    – des intellectuels (Todd, Lordon, Michéa, Ariès , les équipes du « Monde diplomatique » et de « Politis », à gauche mais aussi les mêmes arguments nationalistes chez des républicains de droite, Taguieff, Finkielkraut, etc.)

    – et des organisations (ATTAC, PCF, Parti de Gauche, MPEP, etc.).

    Les membres de cette mouvance :

    – critiquent « l’oligarchie » (vieux concept d’extrême droite), la dictature de la finance et la Bourse (idem) ;

    – ils prônent un capitalisme industriel, productif, national et un Etat fort menant une politique keynésienne d’indépendance nationale, sans oublier, bien sûr, la défense des PME « bien de chez nous ».

    Pour ce faire, ils s’affublent d’un masque critique, anticapitaliste ou altermondialiste, toujours chauvin.

    Démystifier ces discours et ces organisations est essentiel dans une période où la compétition économique entre les Etats européens ne fait qu’attiser les régionalismes, les nationalismes, et la xénophobie sous toutes ses formes.

    Télécharger le PDF : http://mondialisme.org/IMG/pdf/ideI_ologues_et_militants_du_social_chauvinisme-2.pdf

    Une première version de ce texte a été diffusée sous forme de brochure aux #Journées_iconoclastes de Toulouse, organisées par la #CNT-AIT les 29, 30 et 31 mai 2015, et a servi de base à une intervention orale évidemment plus brève ! Cette seconde version est plus longue ; de nombreuses citations y ont été ajoutées afin d’illustrer certaines affirmations du texte initial et aussi de tenir compte des discussions et critiques qui ont suivi l’exposé. Un grand merci aux camarades de la CNT-AIT et à l’équipe d’animation du squat de #La_Chapelle pour leur accueil chaleureux !

    Lire aussi l’article paru dans dans @anarchosyndicalisme ! n°145 :
    http://seenthis.net/messages/385722

    • J’adore les arguties fumeuses des faux-zintellos qui nient la réalité : l’ « oligarchie, un concept d’extrême-droite ». Ben voyons. Il suffit pourtant de prendre n’importe quel dictionnaire pour trouver une définition de l’oligarchie (qui remonte au minimum à la république romaine). Même que Bertrand Badie de Sciences-po utilise ce concept. Si, si.

      C’est typiquement ce genre d’article de bien-pensance qui empêche de penser et de mobiliser des idées efficaces face à cette mondialisation ultralibérale. Article d’idiots utiles. Ou de salauds à la solde. Au passage, je suis étonné qu’ils n’aient pas vomi sur Alain Soral...

      L’oligarchie est pourtant le problème n°1 de la société actuelle, avec la concentration économique. Sans compter la journaloperie de la presse mainstream. Les éditocrates (de Rioufol à Leparmentier en passant par Quatremer et Joffrin) éructent dans tous leurs torchons exactement la même sous-pensée formatée.

      Bien sûr qu’il faut renverser cette oligarchie. On pourrait les cueillir presque tous en une seule fournée le soir du dîner de cons mensuel du Siècle. Avec des camions Molotova qui cerneraient les rues alentour.

      A oui, avec ce que je viens de dire : il manque aussi un petit couplet des pseudo-zinellectuel contre le « conspirationnisme »... C’est très à la mode en ce moment chez la crasse parisienne qui se prend pour l’élite de la nation « alors qu’ils n’en sont que la merde », comme disait Lénine.

    • Voici l’extrait où il est question du concept d’#oligarchie et de la critique de ses usages de l’extrème gauche à l’extrème droite, ce qui réjouira @rodolphe puisqu’il y est question d’#Alain_Soral, mais pas de conspirationnisme, désolé !

      Parmi les "dix points politiques communs entre les social-chauvins" :

      9) La dénonciation des « grandes féodalités économiques et financières » qui contrôlent l’économie » (programme du CNR), d’une prétendue « oligarchie », des « élites nomades », des « élites mondialisées », des « élites déterritorialisées », d’une « hyperclasse des banques et des multinationales », ou des 1% (ce dernier thème est repris par Todd) qui exploiteraient les « 99% » de la population.

      Ce que Mélenchon résume en déclarant : « Il y a l’oligarchie d’un côté et le peuple de l’autre(55). » « C’est le peuple qui doit décider pas l’oligarchie(56). » Même s’il a proposé récemment de remplacer le terme d’ « oligarchie(57) » par celui de « caste » , on est toujours dans le même registre : « La critique de la caste c’est plus performant que de dire l’oligarchie qui est un mot en trois syllabes (...). Ce qui compte c’est d’être le peuple, être dans une nouvelle manière d’organiser le champ politique, le peuple contre la caste, le peuple contre l’oligarchie. »

      Todd est sur la même longueur d’onde : « On est passé en régime oligarchique » ; le journal Le Monde est une « composante de l’oligarchie » (Europe I, avril 2015) ; « L’oligarchie s’assoit sur le suffrage universel » (Herodote.net, mai 2014).

      Cette expression est employée par l’extrême droite, par les social-chauvins et même par Castoriadis, donc elle est particulièrement floue. Pour ce qui concerne l’extrême droite, elle lui permet de faire l’impasse sur la division de la société en classes antagonistes, ayant des intérêts matériels inconciliables et d’opposer l’oligarchie au « peuple » . Riposte Laïque dénonce « l’oligarchie pseudo-républicaine » . Ce terme est très utilisé aussi en Amérique latine, à gauche et à l’extrême gauche, et va toujours de pair avec un appel à l’union nationale contre… « l’oligarchie » .

      En général « l’oligarchie » est, comme le dit Mélenchon, « une classe dominante sans patrie » : et il ajoute « les élites sociales françaises collaborent avec enthousiasme au dénigrement de leur patrie » . Encore et toujours, on retrouve cette idée que les exploiteurs ne sont pas vraiment français, point de départ de tous les raisonnements xénophobes et antisémites.

      C’est ainsi que Paul Ariès écrit dans Misère du sarkozysme : « Le sarkozysme serait-il la revanche des émigrés de l’Ancien Régime ? De Sarkozy le Hongrois à Balladur le Turc en passant par le prince polonais Poniatowski, cette “droite de droite” semble vouloir violenter l’histoire. » On remarquera ici, chez cet intellectuel de gauche, le même type de raisonnement que ceux du Front national, centrés sur les origines ethniques de ses adversaires politiques. Sans compter que ces appréciations xénophobes contiennent de multiples erreurs : la mère de Sarkozy est française, pourquoi donc tenir compte seulement de l’origine du père de Sarkozy sinon par xénophobie ? Les Balladur sont d’origine arménienne et non turque. Quant à Poniatowski, si j’en crois la notice Wikipédia (au moins pour cela on peut leur faire confiance), « Par son père, il descend de Talleyrand (lui-même descendant de Colbert et d’Étienne Marcel), du duc de Morny — demi-frère et premier ministre de Napoléon III, ainsi que de l’impératrice Joséphine par sa fille Hortense de Beauharnais — tandis qu’il compte parmi ses ancêtres maternels Pierre-Paul Riquet, ingénieur français qui au XVIIe siècle traça le canal du Midi. » Pas mal pour l’arbre généalogique d’un « Polonais » selon Monsieur l’intellectuel de gauche Paul Ariès !

      Dans le même ouvrage, Ariès va encore plus loin dans le recyclage de deux thèmes classiques de l’extrême droite contre la gauche ( « parti de l’étranger », « cosmopolitisme » ) puisqu’il écrit que Sarkozy lutte « contre la conception française de ce que devrait être la droite » car il veut la transformer une force « néoconservatrice cosmopolite » . Selon Ariès, il y aurait donc une droite légitime et une droite illégitime parce que antifrançaise et cosmopolite. On croirait lire un article de Rivarol ou de Présent !

      Quant aux prestigieux et courageux signataires(58) de « l’Appel des résistants aux jeunes générations du 8 mars 2004 », ils n’ont apparemment tiré aucun bilan de l’échec de la politique préconisée par le Conseil national de la Résistance ; ils limitent leur critique du capitalisme mondialisé actuel à la « dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie » et voudraient que nous entamions l’hymne de l’unité nationale entre les ouvriers et les patrons, entre les militants de tous les partis, pour une « démocratie, sociale et culturelle », totalement irréalisable en régime capitaliste.

      (55) - http://www.jean-luc-melenchon.fr/2015/03/09/il-y-a-loligarchie-dun-cote-et-le-peuple-de-lautre
      (56) https://www.lepartidegauche.fr/laradiodegauche/radiomedia/medias-c-est-le-peuple-qui-doit-decider-pas-oligarchie-j-melenchon-i
      (57)- Ceux qui douteraient que le terme oligarchie soit très connoté extrême droite pourront se reporter au site fasciste et aux écrits d’Alain Soral.
      (58)- Lucie et Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant et Maurice Voutry. Cf. pages 183-185, Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui. Les Jours heureux, Le programme du CNR de mars 1944 : comment il a été écrit, et mis en œuvre, et comment Sarkozy accélère sa démolition , La Découverte, 2011.

      On lira aussi avec profit Le retour en grâce du mot « oligarchie » de @bernard Pasobrola
      http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article293

      Il faut donc être bien naïf pour croire que la démocra­tie représen­ta­tive, cette forme par­ti­culière de démocra­tie inventée par la bour­geoi­sie au mépris des formes com­mu­na­les assembléistes ins­taurées au cours de la première période de son his­toire, ait pu se passer d’oli­gar­chies, et que ses ins­ti­tu­tions aient pu être égali­tai­res. Ou même qu’elles puis­sent le deve­nir.

      (...)

      Le haro actuel sur ces oli­gar­chies dont cer­tains sem­blent décou­vrir l’exis­tence avec hor­reur, la désigna­tion démago­gi­que de ces cibles grossières, est-ce autre chose qu’une façon d’abuser de la crédulité du public et de tenter de sauver du désastre le représen­ta­tio­na­lisme éculé qui fait figure, aujourd’hui encore, de meilleur vec­teur de la sou­ve­rai­neté popu­laire ?

    • Oui, c’est bien cela : pour nier la nouvelle fracture de classe d’aujourd’hui (nomades de l’asphalte versus sédentaires qui vivent de leur travail - petits patrons, fonctionnaires utiles, ouvriers, employés), vous invoquez les clivages dépassés de classes.

      Vous tentez donc d’opposer les artisans aux fonctionnaires, comme ça pendant ce temps-là, l’oligarchie détourne la colère et continue de se gaver.

      Soral a raison. les trotskystes sont des idiots utiles.

    • J’en suis à la page 17, plus de la moitié donc, et je n’ai lu pour l’instant aucune citation permettant de prouver ce qui est reproché aux accusés. C’est un peu con quand on veut être un peu sérieux et rigoureux (pas besoin de style universitaire pour ça, juste être sérieux quoi).

      Un peu déçu donc, pour l’instant. C’est bien gentil de citer des communistes de 100 ou 70 ans avant, ou des méchants social-patriotes du siècle dernier (même si c’est très intéressant hein). Mais bon c’est pas ça qui va rendre crédible l’argumentation sur les contemporains listés au début. Bref, pas convaincant, mais je vais tenter de finir.

      Quant à arriver à mettre Michéa (quelque soit les critiques qu’on peut lui faire), dans une liste de gens qui (soi-disant) « prônent un capitalisme industriel », « la défense du nucléaire »… ben… WTF. :D

      À suivre…

    • Je crois qu’il y a une grande confusion dans ce débat à gauche entre analyse et stratégie : l’analyse nous montre que la nation, incarnée politiquement par l’État bourgeois, a été une nécessité du capital pour uniformiser le territoire sur lequel il circule. Il est en ce sens de même nature que l’#UE et tous les accords de libre échange. Je crois que la plupart des socialo-chauvin seront d’accord avec ça.

      Cependant, ces derniers, et notamment Mélenchon, considère - à tort de mon point de vue - que stratégiquement l’appel à la #nation, fantasmée comme le lieu idéal pour l’expression de la #souveraineté_populaire, est le meilleur moyen pour lutter contre le capitalisme transnational (renommé oligarchie ou caste).
      L’exemple de l’Amérique Latine est effectivement utilisé pour justifier ce choix. Cependant, ils oublient que ce sont des pays victimes de la colonisation et de la néocolonisation, mais aussi que Chavez ou Correa sont les enfants de la théologie de la libération et que leurs élections sont en partie dû à leur catholicisme. La France est, au contraire, un empire, la notion de nation n’a donc pas le même sens.

      Notons, par ailleurs, que les socialo-chauvins ne considèrent pas que que la souveraineté populaire puisse se diluer dans l’espace nationale, et s’opposent tout autant au #régionalisme. Les forces de l’ordre et leurs rôles dans la #démocratie bourgeoise sont également des impensés de cette idéologie. Un dernier point, la mode qui veut fermer les frontières pour lutter contre l’exploitation des travailleurs immigrés ne pensent une seule seconde à faire appel aux prolétaires de tous les pays pour s’unir et venir lutter chez nous contre les capitalistes.

      Par contre, les anarchistes ont bien du mal à trouver une stratégie qui permettrait de mobiliser autour de leurs idées, même ceux qui ont objectivement des pratiques anarchistes.

      Je me rends bien compte que mon propos va dans tous les sens, mais peut-être permettra-il de faire avancer le débat à gauche, en prenant soin de ne pas confondre analyse et stratégie.

    • Franchement un peu molle l’interview de @ballast (allez faut s’inscrire) : il n’y a que 5 questions, qui au final ne servent qu’à résumer dans une petite interview ce que l’on connait déjà de Michéa (y compris même juste dans d’autres interviews). Si, ya quand même la question sur l’État et la question sur le fascisme qui donnent quelques précisions en plus, ok. Mais sauf que pour moi clairement ça n’aurait dû être que de l’introduction ces 5 questions.

      Il balaie le « féminisme matérialisme » en deux phrases (deux), et dans le même temps il cite six fois la critique de la valeur (très bien), mais surtout sans JAMAIS évoquer le concept de dissociation-valeur de Kurz-Scholz qui se base sur… la séparation genrée justement. Le livre de Roswitha Scholz s’intitule quand même Le sexe du capitalisme hein. Donc là Ballast, ça aurait été pile le moment de lui poser la question et de le pousser un peu plus loin dans ce qu’il pense, et de le mettre face à ses contradictions, non ? M’enfin même… balayer ne serait-ce que Delphy comme si c’était acquis par son auditoire que c’était nul et non avenu, c’est juste insultant, et là aussi Ballast aurait dû dire quelque chose, répondre, demander des précisions, etc. Dommage donc, une interview où il cite la wertkritik qui aurait pu être intéressante si on l’avait vraiment questionné de manière contradictoire en face.

      (Bon tout ça aurait mérité d’être dit dans un fil à part dédié à cette interview plutôt que de polluer ce fil, désolé.)

    • @cazueladepolo

      Cependant, ces derniers, et notamment Mélenchon, considère - à tort de mon point de vue - que stratégiquement l’appel à la #nation, fantasmée comme le lieu idéal pour l’expression de la #souveraineté_populaire, est le meilleur moyen pour lutter contre le capitalisme transnational (renommé oligarchie ou caste).

      en écho avec

      quand l’illusion de la souveraineté nationale apparut manifestement comme une illusion, elle ne put plus servir d’objet au patriotisme ; d’autre part, la royauté était comme ces plantes coupées qu’on ne replante plus ; le patriotisme devait changer de signification et s’orienter vers l’État. Mais dès lors il cessait d’être populaire. Car l’État n’était pas une création de 1789, il datait du début du XVIIe siècle et avait part à la haine vouée par le peuple à la royauté. C’est ainsi, que par un paradoxe historique à première vue surprenant, le patriotisme changea de classe sociale et de camp politique ; il avait été à gauche, il passa à droite.

      voir le reste ici http://seenthis.net/messages/167677


  • #Lyme, l’épidémie invisible - Spécial investigation du 27/10 - CANALPLUS.FR
    http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3357-c-special-investigation.html?vid=1151316

    Une enquête de Bernard Nicolas et Benjamin Nicolas
    Production : Impact presse
    Durée : 52 min

    C’est une maladie dont on ignore quasiment tout alors qu’elle est considérée comme une #épidémie dans de nombreux pays. Son nom : « LYME ».
    Transmise par la morsure d’une tique, ses symptômes, dévastateurs et très diversifiés, font souvent penser à d’autres maladies.
    Résultats, de nombreuses personnes souffrent sans en connaître la cause et reçoivent des traitements lourds mais inutiles.
    Aujourd’hui, en France, la maladie de Lyme progresse et l’on assiste à l’émergence d’un problème de #santé publique que les autorités refusent de regarder en face.
    300 000 personnes infectées chaque année aux États-Unis, 100 000 chez nos voisins Allemand. Dans l’hexagone on annonce 30 000 nouveaux cas par ans, mais ce chiffre serait très en dessous de la réalité.
    Pourquoi un tel aveuglement du corps médical et de nos institutions ?

    Pour SPECIAL INVESTIGATION, Bernard et Benjamin Nicolas ont enquêté dans les secrets du Lyme pour lever le voile sur cette épidémie qui nous guette en silence.

    Diffusion lundi 27 octobre à 22h45 sur Canal+


  • Animateur : Évans Bergeron Invités : Docteur Alain Poirier et Claudette Piché Sujet : la maladie de #Lyme • 106,9 FM Mauricie
    http://www.fm1069.ca/lecteur/audio/animateur-vans-bergeron-invites-docteur-alain-p-226405.mp3

    Émission : La Mauricie maintenant
    Titre : Animateur : Évans Bergeron Invités : Docteur Alain Poirier et Claudette Piché Sujet : la maladie de Lyme
    Intervenants : Évans Bergeron

    Durée : 15:16
    Date : 30/05/2014

    #santé #radio #audio



  • Un projet de proposition européenne en cours à l’Assemblée Nationale - Association Lyme Sans Frontières
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/un-projet-de-proposition-europeenne-en-cours-a-lassem

    Une proposition de résolution européenne (#PPRE), initiée par le Député Marcel BONNOT, Député du Doubs, a été déposée le mercredi 4 juin à l’Assemblée, et mise en ligne sur le site de l’Assemblée Nationale :

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion2003.asp

    Elle concerne les demandes de mesures que le Gouvernement et l’Europe doivent prendre dans le cadre de la propagation de la maladie de #Lyme.

    Vous pouvez lire le texte complet( Pdf) http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/PPRE-2003.pdf

    Vous pouvez également y accéder via la fiche de Marcel BONNOT : http://www.assemblee-nationale.fr/14/tribun/fiches_id/267576.asp

    A noter que ce document est un projet – donc non encore abouti.

    Il devrait conduire rapidement à un projet de Loi.

    LSF participe au travail sur ce projet.

    #santé


  • La maladie de #Lyme, pandémie ignorée ou occultée ? - R B-L F cimt
    http://www.reseauborreliose.fr/index.php/day/2014/06/13/La-maladie-de-Lyme%2C-pand%C3%A9mie-ignor%C3%A9e-ou-occult%C3%A9e

    Conférence de M. Bernard Christophe, pharmacien, phyto-aromathérapeuthe,
    « La maladie de Lyme : pandémie ignorée ou occultée ? »
    Baccarat (54)
    Jeudi 19 juin
    20h00

    Voici encore une belle occasion d’enrichir nos connaissances auprès de cet infatigable lanceur d’alerte qui a commencé à travailler sur la Borréliose de Lyme il y a une vingtaine d’années. Le site « On nous cache tout » a également publié le 4 mars dernier, sur You Tube, une vidéo fort instructive dans laquelle Bernard Christophe nous éclaire sur la maladie de Lyme et ses intrications. (LSF)

    https://www.youtube.com/watch?v=kO-zIc-tXAw

    Baccarat, Grand salon de l’Hôtel de Ville. Environ 100 places. Entrée gratuite.
    Informations auprès de LSF

    #santé


  • Émission Média’Tiques n°9 – Retour de Strasbourg « France Lyme
    http://francelyme.fr/emission-mediatiques-n9-retour-de-strasbourg

    Pour la dernière émission de la saison, Média’Tiques vous propose quelques interviews recueillies dans les coulisses des journées d’information organisées les 6-7-8 juin 2014 par Lyme Sans Frontières, à Strasbourg.

    Notre invitée d’honneur :

    Eva Sapi. Professeur à l’Université de New Haven, aux USA. Il y a un peu plus de 10 ans, atteinte elle-même de la maladie de #Lyme, elle a abandonné ses recherches sur les cellules cancéreuses de l’ovaire pour se consacrer à vaincre notre ennemi commun, la bactérie qui provoque la maladie de Lyme, Borrelia burgdorferi.

    Depuis, elle travaille sur les diverses formes que peut prendre, in vitro, cette bactérie polymorphe, et sur les moyens de l’éliminer. Les résultats qu’elle obtient dans des tubes à essais permettront d’orienter les thérapies en mettant en évidence les combinaisons qui marchent. Autant dire qu’elle porte l’espoir de toute la communauté des malades Lyme ! L’interview qu’elle nous a accordée fait le point sur les développements les plus récents de sa recherche.

    Au programme également :

    le Dr Philippe Raymond, du réseau Chronimed, nous parle des essais cliniques sur le traitement de l’autisme par des antibiotiques , le projet « AUTIBIOTIQUE », en stand-by depuis 2 ans, en attente de financement. Ce protocole entièrement rédigé et prêt à être lancé s’est trouvé brutalement stoppé il y deux ans par suite du changement de gouvernement. Surréaliste !

    Le pharmacien alsacien Bernard Christophe, dont le produit d’aromathérapie a été interdit début 2012, nous raconte son parcours de « lanceur d’alerte ».

    Et enfin la chercheuse belge Valérie Obsomer nous décrira son enquête « tekentiques » qui vise à recenser les morsures de tiques et les cas de maladie de Lyme en Europe. Tout le monde peut y participer, en allant sur le site www.tekentiques.net

    Cette émission sera la dernière de la saison.

    Bonnes vacances à tous.

    Média’Tiques
    Première diffusion Mardi 17 juin 2014 19h30

    Rediffusions Jeudi 19 juin 2014 11h30
    Samedi 21 juin 2014 17h00

    Disponible sur le site de RCF 61

    en direct http://www.rcf.fr/radio/RCF61/emission/archives/676024

    en podcast dès le lendemain de la 1ère diffusion http://www.rcf.fr/player/RCF61

    #santé


  • Maladie de #Lyme : pourquoi nous sommes tous menacés | Thierry Souccar Editions
    http://www.thierrysouccar.com/blog/maladie-de-lyme-pourquoi-nous-sommes-tous-menaces

    Je rentre de Strasbourg où se tenaient les Journées sur les maladies vectorielles à tiques, organisées par la formidable équipe de Lyme sans Frontières. Il y a été question pendant 3 jours de la maladie de Lyme et des infections associées. Vous haussez les épaules ? Je peux comprendre. C’est une maladie méconnue du public, sous-estimée des autorités sanitaires, mal diagnostiquée et mal traitée. Mais une menace absolue pour nous, nos enfants, l’humanité, et je pèse mes mots.

    Il y a cinq ans, je ne savais que peu de choses sur Lyme. C’était une entité abstraite, improbable et marginale. Puis Judith Albertat, la courageuse présidente de Lyme sans Frontières, nous a fait l’honneur de nous soumettre son manuscrit pour publication. C’est l’histoire de l’énigmatique descente aux enfers d’une femme pleine de vie, qui dépérit sous l’œil tour à tour interloqué et indifférent des médecins qu’elle consulte. « C’est dans votre tête », s’entend-elle dire un jour. Avant qu’enfin un diagnostic soit posé : maladie de Lyme.

    Lyme est une maladie infectieuse transmise lors des morsures de tiques : une grande partie d’entre elles abrite des bactéries pathogènes appelées Borrelia, et bien d’autres encore. Ces tiques sont minuscules, si bien qu’on ne les voit pas toujours lors d’une promenade en campagne ou en forêt. Elles sont capables de franchir des distances de plusieurs mètres pour venir piquer un mollet, se laisser tomber sur un crâne découvert ou glisser dans un T-shirt.

    Les Borrelia bénéficient, pour infecter l’homme, d’un incroyable concours de circonstances. Primo, on ne sait pas diagnostiquer la maladie par des tests fiables contrairement à ce que clament les autorités sanitaires. Le test ELISA, supposé référent, passe à côté de la moitié des cas. Les patients repartent faussement rassurés. Ensuite, Lyme mime à peu près tous les symptômes et toutes les maladies connues. Vous vous plaignez de fatigue chronique ? Il y a des chances que ce soit Lyme. Vous avez des fasciculations (tressautements) à la paupière ou dans d’autres parties du corps ? Possiblement Lyme. Fibromyalgie ? Polyarthrite ? Troubles de la concentration ou de la mémoire ? Peut-être et encore Lyme. Même un diagnostic de sclérose en plaques doit y faire regarder à deux fois. Richard Horowitz, dont nous avons publié le livre magistral, nous disait samedi soir que, dans sa pratique, la plupart des soi-disant cas de sclérose en plaques sont en réalité des Lyme ! La panoplie des masques de Lyme donne le vertige : une étude récente relie la maladie d’Alzheimer à la piste infectieuse, dont les Borrelia.

    A Strasbourg, les médecins et les chercheurs valeureux comme Eva Sapi se sont succédé pour faire le point sur les traitements. Mais on quitte le congrès avec un immense sentiment d’impuissance. Les antibiotiques soulagent, améliorent, mais ne guérissent peut-être pas totalement le Lyme chronique (ce que les autorités sanitaires persistent à appeler « syndrome post-Lyme »). Car les Borrelia sont passées maîtresses dans l’art du camouflage et de la survie. Face à une agression par les antibiotiques ou le système immunitaire, elles sont capables de changer de forme, se cacher au fond des cellules ou derrière des biofilms pour se réveiller brutalement lors d’une baisse de l’immunité. Voilà pourquoi les patients qui ont des symptômes de Lyme ne devraient jamais prendre de corticostéroïdes et d’autres médicaments qui affaiblissent l’immunité.

    Aujourd’hui, ce sont probablement des millions d’Européens et d’Américains qui sont infectés sans le savoir. On signale des tiques un peu partout. En Alsace, certes, mais aussi dans le Centre, maintenant dans les Pyrénées, comme nous le confiait l’un de nos auteurs, Bernard Doutres, dont le frère médecin dans les Pyrénées-Orientales fait face à de nombreux cas. L’épidémie pourrait se propager de manière fulgurante avec la hausse des températures. Les enfants sont particulièrement menacés. Chez eux, un Lyme peut ruiner un parcours scolaire, et bien plus encore. Lyme pourrait aussi se transmettre par transfusion, par voie sexuelle. Et la bactérie passe de la mère à son enfant.

    A Strasbourg, j’ai croisé des chercheurs formidables, des médecins pleins d’empathie et d’abnégation, pauvres petits soldats lancés, sans aucun soutien académique ni gouvernemental, à l’assaut de ce qui pourrait constituer dans les décennies à venir le challenge médical le plus ardu posé à l’humanité.

    A Strasbourg, j’ai écouté Richard Horowitz parler de ses patients, de son travail de détective médical, des traitements qu’il tente : des antibiotiques qui marchent ou qui sont en échec, d’autres antibiotiques qui feront renaître les malades à la vie, des plantes, du DMSA contre les métaux lourds... Je lui ai dit combien son travail mérite le respect, combien son livre, qu’il a mis quatre ans à écrire, est brillant et représente d’espoir pour les médecins et les malades.

    A Strasbourg, je les ai croisés, ces patients diminués mais dignes, ces malades en béquilles, ces adolescents en fauteuil. Au moment où j’écris ces lignes, j’ai une pensée pour eux et tous ceux qui suivront, victimes de l’ignorance ou de l’indifférence coupable des autorités de santé. Une guerre est déclarée. Contre les Borrelia, bien sûr, mais aussi contre ces mandarins des ministères qui refusent d’ôter leurs oeillères.

    Alors, si les autorités sanitaires restent muettes, voire hostiles, c’est à vous de faire passer le message. Ceux qui souffrent d’une myriade de troubles inexpliqués, qui continuent d’être une énigme pour leur médecin traitant, doivent envisager désormais sérieusement la piste infectieuse. Ceux qui sont en bonne santé doivent redoubler de précautions à l’extérieur, et même dans le jardin en tondant la pelouse ! Ceux qui ont des enfants dans les zones à risque doivent les examiner au retour des escapades, sous la douche ou dans le bain. Ceux qui soignent, qui nous soignent, doivent se former sans délai. Ceux qui décident, dans les ministères et ailleurs, seront bien obligés d’ouvrir les yeux.

    C’est dans ces moments que je me dis que mon équipe et moi-même sommes fiers d’être de ce nouveau combat.

    #santé


  • LSF : Réunion d’information à Oloron Sainte Marie (64) - Association Lyme Sans Frontières
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/lsf-reunion-dinformation-a-oloron-sainte-marie-64

    Une réunion d’information sur la Borréliose de #Lyme, organisée par Lyme Sans Frontières, se tiendra à Oloron Sainte Marie, salle Palas, 2,avenue du Gal de Lattre de Tassigny le dimanche 22 juin de 14h à 18h30.

    Avec la présence des Docteurs Raouf Ghozzi et André Lassaube, médecins dans le Sud Ouest de la France, ainsi que de Judith Albertat, Présidente de l’association.

    Entrée gratuite. 300 places disponibles

    Flyer téléchargeable
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/Pr%C3%A9sentation2.pdf

    #santé



  • #Livre Soigner #Lyme et les maladies chroniques inexpliquées | Thierry Souccar Editions
    http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/soigner-lyme-et-les-maladies-chroniques-inexpliquees-2114

    Le #Dr_Horowitz soigne et guérit depuis près de 30 ans des personnes atteintes de Lyme et d’autres maladies invalidantes transmises par les tiques. Ce livre rassemble toute son expérience. Objectif : mettre fin au calvaire de ceux qui souffrent.

    Vous avez eu un diagnostic de Lyme, mais vous ne guérissez pas malgré les traitements ? Vous trouverez une explication à vos troubles, des pistes pour évaluer le risque de co-infections, et des protocoles de traitement éprouvés, à partager avec votre médecin.

    Vous vous plaignez depuis des mois ou des années de symptômes qui déroutent les médecins ? C’est peut-être Lyme et ses co-infections. De très nombreux patients sont infectés sans le savoir car les tests biologiques ne sont pas fiables. Ce livre vous aidera à évaluer vos risques d’être infecté(e) et vous mettra sur la voie du diagnostic et des traitements adéquats.

    Vous avez reçu un diagnostic de fatigue chronique, de fibromyalgie, de pathologie auto-immune… ? Lyme mime toutes ces maladies. Le diagnostic différentiel en 16 points vous renseigne sur l’origine possible de ces troubles et les explorations complémentaires nécessaires.

    Vous êtes médecin ? Certains de vos patients ont à coup sûr Lyme. Améliorez votre capacité diagnostique, familiarisez-vous avec la médecine intégrative — de l’antibiothérapie à la phytothérapie en passant par les compléments antioxydants. Vous saurez réagir en cas d’échec d’un traitement, en explorant des pistes complémentaires, comme le dépistage d’intoxication par métaux lourds.

    Illustré de nombreux cas réels, écrit avec humour et humanité, ce livre est un passage de témoin, l’expérience inestimable d’un médecin interniste hors du commun. Ne ratez pas ce rendez-vous avec la connaissance et l’espoir.

    Titre original du livre : Why Can’t I Get Better ? Solving the Mystery of Lyme and Chronic Disease, traduit de l’américain par Anne Pietrasik.

    #santé



  •  » Les Défis Mondiaux de la Maladie de #Lyme » - Association Lyme Sans Frontières
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/les-defis-mondiaux-de-la-maladie-de-lyme

    Le #Pr_Christian_Perronne, chef de Service des Maladies Infectieuses de l’Hôpital Raymond Poincaré de Garches, publie dans la revue Frontiers in Cellular and Infection Microbiology :
    http://www.associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/2014_MAI_92048_Perronne_ProvisionalPDF.pdf

    #santé




  • #Test #Lyme : le questionnaire symptomatologique du #Dr_Horowitz | Thierry Souccar Editions
    http://www.thierrysouccar.com/sante/info/lyme-le-questionnaire-symptomatologique-du-dr-horowitz-2181

    Dans Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées, le Dr Horowitz fournit un outil indispensable pour déterminer la probabilité d’un syndrome infectieux multisystémique (SIMS) et/ou d’une maladie de Lyme. Ce questionnaire qu’il fait remplir à ses patients, nous vous le proposons ici sous forme de « test ». Répondez aux questions et en quelques clics vous saurez si oui ou non il vous faut consulter votre médecin.

    #santé



  • Audience énorme pour maladie... rare - R B-L F cimt
    http://www.reseauborreliose.fr/index.php/post/2014/05/21/Audience-%C3%A9norme-pour-maladie...-rare

    Le film de Chantal Perrin sur une « maladie ignorée » et « sans importance » explose l’audimat.

    C’est peu commun, et remarquable, un score énorme de téléspectateurs pour une émission qui parle d’une maladie camouflée, invisible, enfermée dans un silence volontaire des pouvoirs publics.
    Pas commun une maladie toujours considérée comme rare et pourtant qui établit un record d’audience : 1,1 Million de personnes sont restées rivées à leur poste pour suivre jusqu’au bout ce documentaire  ![1]

    Outre que cet excellent film drôlement bien fait, instructif et convaincant, comme dit un correspondant, a des qualités indéniables pour intéresser bien des gens en dehors du cercle de malades (qui savent qu’ils sont malades  !), une telle audience montre une autre réalité : il est évident désormais que le quidam est en attente d’informations, de connaissances, d’arguments qui lui sont refusés pour comprendre à la fois ce qui lui arrive - s’il se trouve dans cette démarche -, ce qui peut lui arriver - s’il découvre le problème - et, plus globalement, pour avoir enfin conscience du déni de santé publique qui barre l’accès aux soins.

    Moins d’infos est donnée au public par l’intermédiaire des réseaux classiques (pharmacies, médecins...) ou officiels (hôpitaux, documentation préventive...), plus la demande se renforce, et plus l’inquiétude gagne.
    Il est visible par cette simple mesure Médiamétrie que l’omerta honteuse des autorités sanitaires françaises se retourne comme un boomerang sur elles-mêmes. Elles risquent l’explosion à force de mensonges.
    Et il est fort peu probable que ceux qui ont ouvert les yeux le 20 mai avec le documentaire de Chantal Perrin sur France 5, les referment...

    #lyme #santé