• La fin du monde vue par le capital financier | Terrestres
    https://www.terrestres.org/2021/05/10/la-fin-du-monde-vue-par-le-capital-financier

    En cette époque de fantasmes complotistes, il est toujours utile d’entrer dans ce que pensent les militants du capital à partir de leurs propres écrits, quand ils se parlent entre eux. Comment ils analysent le dérèglement écologique et climatique en cours et ses dégâts asymétriques sur les sociétés, comment ils envisagent les gagnants et les perdants de la pandémie et comment ils entendent traverser les transformations géopolitiques et politiques du monde pour défendre leurs intérêts supérieurs.

    Ce rapport de septembre 2020 de la Deutsche Bank (en intégralité ici : DB_2020_The-age-of-disorder), initialement réservé, à prix d’or, à ses clients, a fuité sur les réseaux et nous nous permettons d’enfreindre la propriété intellectuelle afin de le verser au débat dans le monde francophone1.

    • Face à “l’agressivité” des mesures environnementalistes conduisant selon elle à un accroissement des inégalités, la banque compte sur le refus des classes populaires déjà affectées par le COVID, pour réduire la portée des politiques écologiques. Bref, ce que propose le rapport, c’est une alliance populiste (que l’on a déjà pu observer avec Trump, Bolsonaro mais aussi en Europe) autour de l’idéologie de croissance entre les intérêts du capital et ceux des couches populaires. S’oppose ainsi, en termes presque gramsciens, une stratégie du capital financier à ce qui pourrait être une autre stratégie alliant écologie et conquête de l’égalité.

    • Ces quatre dernières décennies de globalisation, avec le recul de tous les obstacles démocratiques à la circulation des capitaux et des marchandises, ont connu la plus forte croissance du capital de tous les temps historiques, ainsi que d’excellents rendements des actifs financiers dans tous les domaines. Ce fut, lit-on, un système optimal pour la croissance globale...

      Ah ben, où est passée la « crise » que prophétise depuis 40 ans la #wertkritik ?!?

    • Mais quel troll celui là, spa possib… :D

      Au-delà du lol,
      1) il s’agit là de l’avis de la banque sur son système, avec bien sûr une magnifique capacité d’introspection et d’auto-critique, comme on le sait bien… (d’autant plus qu’il s’agit d’une banque allemande, donc d’un des centres qui s’en sort encore un peu mieux par rapport au reste du monde)
      2) cet article peut parfaitement dire n’importe quoi aussi, comme beaucoup sur le sujet du capitalisme, notamment car seulement certains centres précis ont connu de la croissance, alors qu’au niveau global, le capitalisme étant obligatoirement mondial, ce n’est pas du tout la joie
      3) c’est justement parce que le capitalisme informatisé produit en masse des surnuméraires et donc moins de création de valeur, qu’il se réfugie ensuite dans des opérations financières : le crédit et la spéculation, qui n’ont rien à voir avec la création de valeur par les humains et qui ne font qu’aggraver les problèmes structurels et repousser de quelques maigres années les écroulements suivants, qui produiront comme en 2008, en toujours pire, des catastrophes humanitaires (des millions de gens qui perdent leur boulot, leurs ressources, des problèmes immobiliers, des déplacements de population, des guerres, et bien d’autres joyeusetés).
      Donc oui clairement c’est en crise vu que ce n’est pas parce que les opérations financières existaient depuis le début du capitalisme qu’en proportion ça avait la même importance : c’était mineur par rapport à la valeur issue du travail (comprenant l’esclavage, la colonisation, etc). Mais depuis la révolution informatique, c’est inversé, ce n’est pas la même variante du capitalisme. Et de plus en plus de zones du monde sont désormais à la ramasse question intégration dans cette machinerie, croissance, etc, c’est encore plus une minorité qu’avant qui s’en sort. Même du point de vue du capitaliste, quoi, seuls une minorité s’en sortent, toujours plus petite.