• Le #coronavirus actuel plus infectieux que la version originale ? Cinq questions sur l’étude de Cell - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/le-coronavirus-actuel-plus-infectieux-que-la-version-originale-cinq-quest

    Le coronavirus actuel est-il plus infectieux et contagieux que la version originale ?

    Difficile à savoir. Les chercheurs ont d’abord analysé les données de 999 patients britanniques hospitalisés avec le Covid-19 et ont constaté que ceux qui avaient la variante avaient plus de particules virales. Ils suggèrent donc que la variante est jusqu’à six fois plus capable d’infecter des cellules humaines. Mais une expérience in vitro ne peut pas reproduire la dynamique réelle d’une pandémie. Par conséquent, la conclusion la plus stricte est que si le coronavirus circulant actuellement est probablement plus « infectieux », il n’est pas nécessairement plus « transmissible » entre humains.

    « Nous ne savons pas encore si une personne s’en sort moins bien avec elle ou non », a commenté Anthony Fauci, directeur de l’Institut des maladies infectieuses américain, à la revue Jama. Les auteurs de l’étude eux-mêmes, dirigés par Bette Korber, biologiste informaticienne, ne tirent aucune conséquence définitive en termes d’agressivité du virus.

    https://www.cell.com/action/showPdf?pii=S0092-8674%2820%2930820-5

  • Miles Beckett sur Twitter : “The trillion dollar question. Why are COVID cases increasing while deaths are decreasing? The answer is simple. It’s called Simpson’s paradox and it’s the result of incorrectly pooling data and arriving at a false conclusion. A thread 1/9 #COVID19 #ThursdayThoughts” / Twitter
    https://twitter.com/mbeckett/status/1278750652160634880

    “8/9 The truth is simple, and horrifying. We are about to have dozens of NYCs around the country. The next 8 weeks are going to brutal, no matter what we do. ICUs overflowing, ventilators rationed, hundreds of thousands of deaths.” https://twitter.com/mbeckett/status/1278750662038302720

    #statistiques #paradoxe_de_simpson
    #états-unis

  • #COVID-19 : recette américaine pour un #désastre
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-07-05/covid-19-recette-americaine-pour-un-desastre.php

    C’est quand même des spécimens rares dans cette administration,

    Le vice-président Mike Pence [...] a qualifié d’« encourageante » l’information selon laquelle « environ la moitié des nouveaux cas sont des Américains de moins de 35 ans ».

    Mais la Dre Carlson ne trouve rien de réconfortant dans cette nouvelle. « La raison pour laquelle je ne trouve pas cela réconfortant est que chaque personne infectée par la COVID-19 en infecte deux autres, en ce moment », a dit la professeure de l’Université du Texas à Arlington. « Si une de ces deux personnes est fragile d’une quelconque façon – elle peut être atteinte d’un cancer ou rendue à un âge avancé –, elle pourrait mourir de cette maladie. Donc, s’il est vrai qu’une jeune personne s’en remettra probablement sans complications, ce ne sera pas nécessairement le cas des autres personnes qu’elle infectera, que ce soit une grand-mère ou une mère qui a survécu à un cancer. »

    Reste à voir quel message les jeunes Américains retiendront en ce week-end de fête nationale : celui du vice-président Pence ou celui de la Dre Carlson ?

    #états-unis

  • WHO discontinues #hydroxychloroquine and #lopinavir/#ritonavir treatment arms for COVID-19
    https://www.who.int/news-room/detail/04-07-2020-who-discontinues-hydroxychloroquine-and-lopinavir-ritonavir-treatmen

    WHO today accepted the recommendation from the #Solidarity Trial’s International Steering Committee to discontinue the trial’s hydroxychloroquine and lopinavir/ritonavir arms. The Solidarity Trial was established by WHO to find an effective #COVID-19 treatment for hospitalized patients.

    The International Steering Committee formulated the recommendation in light of the evidence for hydroxychloroquine vs standard-of-care and for lopinavir/ritonavir vs standard-of-care from the Solidarity trial interim results, and from a review of the evidence from all trials presented at the 1-2 July WHO Summit on COVID-19 research and innovation. 

    These interim trial results show that hydroxychloroquine and lopinavir/ritonavir produce little or no reduction in the mortality of hospitalized COVID-19 patients when compared to standard of care. Solidarity trial investigators will interrupt the trials with immediate effect. 

    For each of the drugs, the interim results do not provide solid evidence of increased mortality. There were, however, some associated safety signals in the clinical laboratory findings of the add-on Discovery trial, a participant in the Solidarity trial. These will also be reported in the peer-reviewed publication. 

    This decision applies only to the conduct of the Solidarity trial in hospitalized patients and does not affect the possible evaluation in other studies of hydroxychloroquine or lopinavir/ritonavir in non-hospitalized patients or as pre- or post-exposure prophylaxis for COVID-19. The interim Solidarity results are now being readied for peer-reviewed publication.

  • Depression, Pain, Breathing Problems—and That’s After Surviving #COVID-19 | Global Health NOW
    https://www.globalhealthnow.org/2020-06/depression-pain-breathing-problems-and-thats-after-surviving-covid-

    How many people suffer long-term effects, and for how long, is COVID-19’s biggest mystery. Search the word “sequelae” (after-effects of a disease) in WHO’s global coronavirus literature database, and you get more than 800 results connecting COVID-19 to all sorts of problems—everything from anosmia to gambling, depression, and pneumonia. But no epidemiological study following thousands of people over time has yet revealed the long-term impacts on health and their duration. 

    The closest thing is the COVID Symptom Study app designed by the Massachusetts General Hospital, King’s College London, and the Harvard T.H. Chan School of Public Health. Brits and Americans who know or suspect they have COVID-19 use the app to regularly report their symptoms. Andrew Chan, MD, MPH, one of the developers of the app, says of the 3.8 million app users, some 300,000 of them are reporting chronic long-term symptoms. But he’s not ready yet to discuss trends or predictors.

    #séquelles

  • Le texte plein de douleur et de rage de Pierre Abi-Saab, en hommage aux suicidés de la misère.

    كيف نوقف موتنا الآتي؟
    https://al-akhbar.com/Politics/291015

    ماذا جئت تفعل في شارع الحمرا يا علي، بعدما جهّزت قرائن اتهامنا بعناية؟ المسدس والعلم اللبناني والسجل العدلي النظيف وتلك الورقة البيضاء التي كتبت عليها بالأحمر العريض، بخط متوتّر نزق، السطر الأوّل من أغنية زياد الرحباني «أنا مش كافر». هل كانت كلمات الأغنية تدور في رأسك بشكل متواصل في البرهة الفظيعة التي سبقت اللحظة الحاسمة؟ ‫«بس الجوع كافر/ بس المرض كافر/ بس الفقر كافر والذل كافر...». أغنية السخرية والغضب، صارت نشيد اليأس والموت. لا أحد سيعرف إن كنت تعمدتَ اختيار «مسرح المدينة» الذي يصارع هو الآخر من أجل البقاء! يا لها من خلفية نموذجيّة لهذه المأساة. من سيكتب قصتك، من سيكتب تاريخنا الحقيقي؟ صاحب المتجر الصغير المتعثّر في الضاحية، صار بطلاً تراجيدياً. ومثله سائق التاكسي الذي لا يملك ما يشتري به دواءً لزوجته المريضة، تركها تنام هي وابنتهما، وتسلّل على رؤوس أصابعه إلى حبل المشنقة. هذا الحبل ليس لرقبتك يا سامر. نريده أن يلتف على رقاب الذين ينهشون لحمنا الحي منذ عقود. هؤلاء الذين نهبوا البلد دهراً، ثم هرّبوا مليارات الدولارات إلى الخارج كي تبقى أنت معدماً وتنقطع بك السبل. والآن يريد أصحاب المصارف وحاكمهم ونادي الواحد في المئة تجريد الدولة من أملاكها، والسطو على آخر ما نملك. يخططون لسرقته من درب الأجيال المقبلة، ليمسحوا خسائرهم ومنهوباتهم، ويغسلوا فساد الحكّام. وبعدها يستأنف رجال المال والأعمال والسياسة - وهم واحد في النهاية - بزنسهم القديم، ويعيدون إحياء «الأعجوبة الاقتصاديّة اللبنانيّة».

    • La chanson de Ziad Rahbani dont il est question :
      https://www.youtube.com/watch?v=AF_Mp32XV_E


      https://www.youtube.com/watch?v=ubMeZiHGc8I

      انا مش كافر
      بس الجوع كافر
      انا مش كافر
      بس المرض كافر
      انا مش كافر
      بس الفقر كافر
      والزل كافر
      انا مش كافر
      لكن شو بعملك
      إذا اجتمعوا فيي
      كل الاشيا الكافرين
      انا مش كافر
      بس الجوع
      انا مش كافر
      بس المرض كافر
      انا مش كافر
      بس الفقر كافر
      والزل كافر
      انا مش كافر
      لكن شو بعملك
      إذا اجتمعوا فيي
      كل الاشيا الكافرين
      يللي بصللي الاحد
      يللي بصللي الجمعة
      وقاعد يفلح فينا
      على طول الجمعة
      يللي بصللي الاحد
      يللي بصللي الجمعة
      وقاعد يفلح فينا
      على طول الجمعة
      هو يللي دين قال
      وأنا يللي كافر عال
      راجعوا الكتب السمويي
      راجعوا كلام القادر
      انا مش كافر
      بس الجوع كافر
      بس المرض كافر
      بس الفقر كافر
      والزل كافر
      انا مش كافر
      لكن شو بعملك
      إذا اجتمعوا فيي
      كل الاشيا الكافرين
      انا مش كافر
      بس البلد كافر
      أنا مقبور ببيتي
      مش قادر هاجر
      وعم تاكللي الامي بتمي
      وأكلك قدامك يا عمي
      وإذا بكفر بتإللي كافر
      معمع الدول الغربية
      ومبلغ بكل المخافر
      انا مش كافر
      هيدا انت الكافر
      انا مش كافر
      ما دام انت الكافر
      انا مش كافر
      قلنا مين الكافر
      وعرفوا مين الكافر
      انا مش كافر
      مثل ما عم قللك
      عم بتحط فيي
      كونك شيخ الكافرين
      ...
      قول أمين

  • « Dès que les êtres humains pénètrent dans un #écosystème, des #virus se propagent »

    Le Bruno Manser Fonds (BMF) s’est entretenu avec #Kinari_Webb, médecin et fondatrice de Health in Harmony, sur la manière dont la destruction de l’environnement affecte notre santé et permet la propagation de maladies telles que le #COVID-19.

    Kinari Webb, 48 ans, est médecin et fondatrice de « Health in Harmony », un projet intégrant service de #santé et #protection_de_l’environnement dans le #Kalimantan, la partie indonésienne de #Bornéo. Elle a achevé ses études de bachelor en biologie en 1993, pour ensuite partir à Bornéo y étudier les orangs-outans. Elle y a vu comment de nombreuses personnes ne pouvaient financer leurs soins de santé autrement qu’en défrichant. Elle a donc décidé d’étudier la médecine. Après ses études, elle s’est à nouveau rendue à Bornéo, où elle a créé « Health in Harmony » en 2005, dans les environs du parc national #Gunung_Palung. Elle vit à proximité de San Francisco ainsi qu’en Indonésie.

    De quelle manière l’environnement et la santé sont-ils liés ?

    Kinari Webb : La question est mal posée à mes yeux. En effet, elle présuppose que l’être humain n’est pas un animal et qu’il y a une scission entre l’homme et la nature. Mais c’est impossible : nous respirons l’air, nous buvons l’eau, nous nous alimentons. La croyance selon laquelle notre esprit serait séparé nous vient du Siècle des lumières et s’avère simplement fausse. Cette pandémie nous montre à l’évidence que nous sommes indissociables de la #nature, comme d’ailleurs du changement climatique : sans températures raisonnables, en l’absence de suffisamment d’oxygène, sans eau propre, sans nourriture saine, nous ne pouvons pas être en bonne santé, nous ne pouvons pas survivre.

    Comment les #défrichages impactent-ils la santé des populations rurales à Bornéo ?

    Là où nous travaillons, tout-un-chacun sait que son bien-être futur dépendra de la présence de la #forêt tropicale. Ils comprennent que la forêt produit de l’eau, que celle-ci irrigue les champs de riz et que les champs de riz à leur tour les nourriront. Ils savent que, sans eau propre, les maladies se propagent. Ils savent aussi que les défrichages détruisent l’équilibre de l’écosystème et occasionnent davantage de #maladies comme le paludisme.

    Quelles sont les répercussions de la déforestation et de la destruction de l’environnement sur la santé des êtres humains à l’échelle mondiale ?

    La plupart des gens savent que notre consommation de combustibles fossiles est à l’origine du changement climatique. Peu de gens savent par contre que la déforestation à l’échelle mondiale est à l’origine d’autant d’émissions de CO2 que l’intégralité du secteur des transports dans le monde. Lorsque nous défrichons les forêts ou les brûlons, nous rejetons d’énormes quantités de carbone dans l’atmosphère. Les sols tourbeux à Bornéo jouent ici un rôle incroyablement important. On peut se les représenter comme des stades précoces des champs pétrolifères, dans lesquels des feuilles et des branchages se sont accumulés durant des millions d’années et qui ne peuvent pas se décomposer car ils sont recouverts d’eau. Si l’on défriche ou incendie les forêts sur #tourbières, le carbone stocké s’en trouve libéré. Les arbres accumulent de plus en plus de carbone tant qu’ils sont sur pied, absorbant ainsi un tiers du CO2 mondial. Je vais être explicite : si nous perdons nos #forêts_tropicales mondiales, c’est la fin de l’espèce humaine. Compte tenu de la chaleur, la planète serait invivable pour nous êtres humains de même que pour la majeure partie des autres êtres vivants.

    Quel est le lien avec le COVID-19 ? Et qu’est-ce qu’une zoonose ?

    Une #zoonose est une maladie transmise de la faune sauvage à l’être humain. Dans les écosystèmes intacts, on rencontre rarement des zoonoses. Mais dès que les hommes pénètrent dans un écosystème, le déstabilisent et consomment des #animaux_sauvages, des virus de propagent. Les marchés proposant des #animaux vivants constituent ici la plus grande menace, car c’est ici qu’apparaissent la plupart des zoonoses : on y trouve des animaux de différents coins du monde, gardés dans des conditions de stress élevé. Leur #système_immunitaire s’effondre, les virus se multiplient et se propagent entre les animaux, passant la barrière des espèces à l’être humain. Cela n’a pas été le cas que pour le COVID-19, mais aussi dans les derniers SRAS, MERS, Ebola et même le VIH. Ne pas respecter les écosystèmes nous fait courir de grands dangers. Ce n’est qu’une question de temps jusqu’à ce qu’apparaisse la prochaine pandémie.

    La consommation de #viande_sauvage est donc remise en question. Comment vois-tu cela dans les villages ruraux de Bornéo, dans lesquels la viande de chasse constitue un aliment de base ?

    La consommation de la viande de chasse dans les zones rurales comporte certains risques. Pourtant, tant que ces animaux proviennent d’écosystèmes intacts, le risque est réduit. Il est probable que le COVID-19 est passé des #chauves-souris aux #pangolins avant de parvenir à l’être humain. Les pangolins sont notamment capturés en Malaisie, transportés vers la Chine pour y être vendus sur les marchés. C’est donc tout autre chose que lorsque de la viande de chasse est consommée d’un environnement intact. Ces villages à Bornéo consomment cette viande depuis longtemps et sont déjà entrés en contact avec des virus locaux. Ils possèdent déjà un #système_immunitaire qui sait réagir à ces virus afin de ne pas dériver en pandémie.

    Qu’en est-il des #élevages_intensifs ?

    Les élevages intensifs comportent aussi des risques, mais moins en ce qui concerne un virus totalement nouveau. Les forêts tropicales humides de ce monde ne recouvrent que 2 % de la superficie de la Terre, mais elles hébergent 50 % de toutes les espèces. C’est une richesse énorme aussi bien qu’une source de nouveaux virus dès le moment qu’on les transporte à l’autre bout du monde. Les élevages intensifs ne sont toutefois pas sans comporter de dangers, car un virus de la grippe peut s’y propager sans encombre, vu que les animaux y sont stressés et que leur système immunitaire s’en trouve affaibli. À l’avenir, en rétrospective nous nous demanderons comment nous avons pu faire une telle chose.

    Avec « Health in Harmony », vous travaillez à l’interface des services de santé et de la protection de l’environnement. Quelle idée se cache derrière votre projet ?

    La première fois que je me suis rendue à Bornéo, afin d’y étudier les orangs-outans, je suis tombée amoureuse de la forêt tropicale et des gens. Mais j’ai été sidérée de voir comment les gens, qui aimaient leur forêt, étaient contraints de la détruire pour payer leurs soins de santé. Un homme y avait abattu 60 arbres pour payer une césarienne. J’ai donc décidé d’étudier la médecine et suis ensuite retournée en #Indonésie. J’ai demandé aux gens où ils voyaient la solution. Ils m’ont expliqué qu’ils avaient besoin d’un accès à des soins médicaux à prix abordable et de connaissances en agriculture biologique, pour protéger la forêt tropicale. Nous avons mis leurs idées en œuvre et permis aux gens de payer leurs soins de santé au moyen de plants d’arbres et de travail. Après 10 ans d’activité, on a constaté un recul de 90 % des ménages réalisant leur revenu avec les défrichages. Nous avons pu arrêter la perte supplémentaire de forêt, sa surface ayant même gagné 21 000 hectares. La mortalité infantile a reculé de 67 % et la situation financière des populations s’est même améliorée.

    Compte tenu de ton expérience, à quoi ressemblerait une solution mondiale ?

    Nous avons démontré que les hommes et les écosystèmes peuvent prospérer ensemble. Nous devons comprendre que le bien-être des gens en Malaisie, qui capturent un pangolin parce qu’ils n’ont aucun autre revenu, et celui des gens en Chine, où le pangolin est envoyé, de même que celui de tous les êtres humain sur la planète, sont interdépendants. Nous avons tous besoin d’écosystèmes sains. Beaucoup voient une concurrence entre la nature et l’homme : « Comment pouvons-nous protéger la nature si nous devons manger ? » Mais cela ne fonctionne pas ainsi, c’est juste le contraire. Demandez aux gens où se trouvent les solutions et collaborez ! Les écosystèmes et les êtres humains en ressortent gagnants. Imagine que chacune et chacun bénéficie de soins de santé universels et doit y apporter sa contribution. Imagine que ta contribution individuelle dépend de combien tu prends l’avion et de la contrainte que tu as sur l’environnement.

    https://www.bmf.ch/fr/nouveautes/corona-suit-la-deforestation-138

    #virus #déforestation #élevage

  • Rapid Arctic meltdown in Siberia alarms scientists - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/climate-environment/rapid-arctic-meltdown-in-siberia-alarms-scientists/2020/07/03/4c1bd6a6-bbaa-11ea-bdaf-a129f921026f_story.html

    The fires that have erupted in Siberia this summer have been massive, sending out plumes of smoke that have covered a swath of land spanning about 1,000 miles at times. While much of the fire activity has occurred in the Sakha Republic, known for such blazes, scientists are observing more fires farther north, above the Arctic Circle, in peatlands and tundra.

    “This seems to be a new pattern,” said Jessica McCarty, a researcher at Miami University in Ohio. In past years, fires “were sparse if not unheard of in these regions.”

    One concern is that such fires could be destabilizing peatlands and permafrost — the carbon-rich frozen soil that covers nearly a quarter of the Northern Hemisphere’s land mass, stretching across large parts of Alaska, Canada, Siberia and Greenland.

    Merritt Turetsky, director of the Institute for Arctic and Alpine Research at the University of Colorado at Boulder, said fires in Siberia are burning “in areas where we expect #permafrost to be more vulnerable.” Typically, these fires would break out in July and August, but this year they spiked in May, a sign of the unusual heat and early snow melt.

    Turetsky said the fires are removing the blanket of vegetation that covers permafrost, making it more vulnerable to melting.

    #pergélisol #arctique #climat #incendies #co2 #méthane

  • Early Release - COVID-19 in Patient with Sarcoidosis Receiving Long-Term #Hydroxychloroquine Treatment, France, 2020 - Volume 26, Number 10—October 2020 - Emerging Infectious Diseases journal - CDC
    https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/10/20-1816_article

    Un cas de personne qui a développé une #COVID-19 malgré la prise régulière (et efficace) d’HCQ (et seulement d’HCQ) pour une maladie chronique (Sarcoidose).

    Des publications antérieures allaient dans le même sens (pas d’effet préventif de l’#HCQ) mais celle-ci est la seule où le patient ne prenait QUE de l’HCQ (des immunosuppresseurs y étaient associés dans les précédentes).

    This observation of COVID-19 with diffuse interstitial pneumonia requiring hospital admission in a patient on long-term hydroxychloroquine treatment suggests that hydroxychloroquine may not be as effective as suggested by in vitro data. This patient had always been considered highly adherent to his medications, which was confirmed by therapeutic drug monitoring. Because plasma concentration was within therapeutic range by the time the patient was admitted, the failure of hydroxychloroquine to prevent COVID-19 cannot be attributed to underdosage or suboptimal adherence. Two recent studies suggested that hydroxychloroquine provides no protection against COVID-19 in patients with a broad range of autoimmune diseases from New York, USA (3), and in patients with systemic lupus erythematosus from France (4). The case we present is unique in that the patient was not receiving any immunomodulatory agent other than hydroxychloroquine.

  • La police des polices au secours de Taha Bouhafs
    Par Denis Courtine | Le 3 juillet 2020 à 16h29, modifié le 3 juillet 2020 à 18h31 - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/le-proces-pour-outrage-du-journaliste-taha-bouhafs-renvoye-en-janvier-03-

    L’un des pourfendeurs des violences policières disculpé par… la police. Drôle de victoire ce vendredi après-midi pour Taha Bouhafs. Le « journaliste militant » ou « engagé », comme il se définit, devait comparaître pour outrage et rébellion un an après son interpellation lors d’une manifestation de travailleurs sans-papiers qu’il couvrait à Alfortville (Val-de-Marne).

    Si le procès a une nouvelle fois été renvoyé, le prévenu est tout de même ressorti du palais de justice de Créteil avec le sourire. Et pour cause, à la demande de l’avocat de la défense, la présidente a lu le mail envoyé au tribunal par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), saisie après une plainte de Taha Bouhafs accusant lui-même de violences le fonctionnaire de la brigade anti-criminalité d’Alfortville. Ce courrier daté du 11 février fragilise considérablement l’accusation.

    Une accusation « incertaine » et « douteuse »

    Selon la police des polices, la procédure montée par leur collègue est « incertaine » et « douteuse ». Les vidéos récupérées « ne confirment pas d’outrage ». Elles montrent d’autre part que le fonctionnaire impliqué dans cette affaire ne porte « aucun signe distinctif » indiquant sa qualité.

    Bref, un mail qui « sonne le glas de la procédure », triomphe à la sortie de l’audience Arié Alimi, l’avocat de Taha Bouhafs. Et « pour une fois », de « remercier » la police des polices sous les applaudissements des supporters du prévenu. Drapeau de la CGT et du NPA à la main, ils étaient une soixantaine devant le palais de justice à réclamer la relaxe pour le « journaliste militant ».

    « Je ne céderai pas aux intimidations »

    Outre les députés de la France insoumise Eric Coquerel et Mathilde Panot, toujours en première ligne quand on évoque les violences policières, l’ancien footballeur Vikash Dhorasoo, proche lui aussi de la France insoumise, a dénoncé une « presse plutôt du côté du pouvoir ».

    « Je ne céderai pas aux intimidations », a clamé, de son côté, Taha Bouhafs qui a rappelé qu’il avait eu dans cette affaire « une épaule déboîtée » et s’était « fait frapper à plusieurs reprises au visage ».

    Le journaliste David Dufresne, qui compile depuis 2018 des tweets commençant invariablement par « Allo @Place_Beauvau - c’est pour un signalement » a, lui, estimé que Taha Bouhafs était « la relève de la profession ».
    La police se refuse à tout commentaire

    Côté police, on se refuse à commenter « une procédure toujours en cours ». Le procès est renvoyé au 8 janvier. Malgré ce fameux mail « apportant un éclairage différent sur l’affaire », selon ses termes, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) n’a pas encore terminé son enquête.

    Le 11 juin 2019, Taha Bouhafs avait été interpellé alors qu’il filmait une manifestation de travailleurs sans papiers devant la société Chronopost à Alfortville pour le média en ligne « Là-bas si j’y suis ».

    #violences_policières

  • What’s the nature of immunity [to SARS-CoV-2] and how long does it last?
    https://www.nature.com/articles/d41586-020-01989-z

    Immunologists are working feverishly to determine what immunity to #SARS-CoV-2 could look like, and how long it might last. Much of the effort has focused on ‘neutralizing antibodies’, which bind to viral proteins and directly prevent infection. Studies have found2 that levels of neutralizing antibodies against SARS-CoV-2 remain high for a few weeks after infection, but then typically begin to wane.

    However, these antibodies might linger at high levels for longer in people who had particularly severe infections. “The more virus, the more antibodies, and the longer they will last,” says immunologist George Kassiotis of the Francis Crick Institute in London. Similar patterns have been seen with other viral infections, including SARS (severe acute respiratory syndrome). Most people who had SARS lost their neutralizing antibodies after the first few years. But those who had it really severely still had antibodies when re-tested 12 years later, says Kassiotis.

    Researchers don’t yet know what level of neutralizing antibodies is needed to fight off reinfection by SARS-CoV-2, or at least to reduce #COVID-19 symptoms in a second illness. And other antibodies might be important for immunity. Virologist Andrés Finzi of the University of Montreal in Canada, for example, plans to study the role of antibodies that bind to infected cells and mark them for execution by immune cells — a process called antibody-dependent cellular cytotoxicity — in responses to SARS-CoV-2.

    Ultimately, a full picture of SARS-CoV-2 immunity is likely to extend beyond antibodies. Other immune cells called T cells are important for long-term immunity, and studies suggest that they are also being called to arms by SARS-CoV-23,4. “People are equating antibody to immunity, but the immune system is such a wonderful machine,” says Finzi. “It is so much more complex than just antibodies alone.”

    Because there is not yet a clear, measurable marker in the body that correlates with long-term immunity, researchers must piece together the patchwork of immune responses and compare it with responses to infections with other viruses to estimate how durable protection might be. Studies5 of other coronaviruses suggest that ‘sterilizing immunity’, which prevents infection, might last for only a matter of months. But protective immunity, which can prevent or ease symptoms, could last longer than that, says Shane Crotty, a virologist at the La Jolla Institute of Immunology in California.

    #immunité #anticorps

  • Robust T cell immunity in convalescent individuals with asymptomatic or mild #COVID-19 | bioRxiv
    https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.06.29.174888v1

    SARS-CoV-2-specific memory T cells will likely prove critical for long-term immune protection against COVID-19. We systematically mapped the functional and phenotypic landscape of SARS-CoV-2-specific T cell responses in a large cohort of unexposed individuals as well as exposed family members and individuals with acute or convalescent COVID-19. Acute phase SARS-CoV-2-specific T cells displayed a highly activated cytotoxic phenotype that correlated with various clinical markers of disease severity, whereas convalescent phase SARS-CoV-2-specific T cells were polyfunctional and displayed a stem-like memory phenotype. Importantly, SARS-CoV-2-specific T cells were detectable in antibody-seronegative family members and individuals with a history of asymptomatic or mild COVID-19 . Our collective dataset shows that #SARS-CoV-2 elicits robust memory T cell responses akin to those observed in the context of successful vaccines, suggesting that natural exposure or infection may prevent recurrent episodes of severe COVID-19 also in seronegative individuals.

    Immunity to COVID-19 is probably higher than tests have shown
    https://medicalxpress.com/news/2020-06-immunity-covid-higher-shown.html

    “T cells are a type of white blood cells that are specialized in recognizing virus-infected cells, and are an essential part of the immune system,” says Marcus Buggert, assistant professor at the Center for Infectious Medicine, Karolinska Institutet, and one of the paper’s main authors. “Advanced analyses have now enabled us to map in detail the T-cell response during and after a COVID-19 infection. Our results indicate that roughly twice as many people have developed T-cell immunity compared with those who we can detect antibodies in .”

    Coronavirus: Immunity may be more widespread than tests suggest - BBC News
    https://www.bbc.com/news/health-53248660

    T-cells are very complex and much harder to identify than antibodies, requiring specialist labs and small batches of samples being tested by hand over the course of days.

    This means mass testing for T-cells is not a very likely prospect at the moment.

    #immunité #séronégatifs #asymptomatiques

  • Coronavirus à #Ischgl : 40% des habitants de la station de ski [sont porteurs d’anticorps].
    https://www.altitude.news/business/2020/07/04/coronavirus-ischgl-nombreux-habitants-malades-immunite

    En début d’année, la station autrichienne d’Ischgl avait fait la une de l’actualité. En pleine crise du #coronavirus, elle avait été un cluster important, contaminant plusieurs visiteurs qui, rentrés chez eux, avaient répandu la maladie. [..,]

    Les chercheurs de l’Université de médecine d’Innsbruck viennent de réaliser des tests sérologiques sur quelques 1.473 habitants de la station. Le résultat montre que 42,4% d’entre eux sont porteurs d’#anticorps. Preuve tangible d’une forme d’exposition massive de ces habitants à la maladie. La plupart n’ont pourtant pas été considérés comme malades du #covid-19 (en anglais). 85% de ses porteurs d’anticorps ont donc au la surprise d’apprendre qu’ils avaient été malades sans le savoir.

    #asymptomatiques #immunité #sars-cov2 #sérologie #séroprévalence

    Almost half in virus-hit Austria ski resort have antibodies: study
    https://medicalxpress.com/news/2020-06-virus-hit-austria-resort-antibodies.html

    Among those under 18 years old, just 27 percent had antibodies, which could be because they had less contact to infected people or because their immune system reacts differently to the virus, according to epidemiologist Peter Willeit.

    Article d’origine:
    Ischgl-Studie: 42,4 Prozent sind Antikörper-positiv
    https://www.i-med.ac.at/pr/presse/2020/40.html

  • Racial Capitalism within Public Health: How Occupational Settings Drive COVID-19 Disparities | American Journal of Epidemiology | Oxford Academic
    https://academic.oup.com/aje/article/doi/10.1093/aje/kwaa126/5866668

    In the U.S., White adults have better average lung function and worse hearing than Black adults. Both impaired lung function and hearing are criteria for Worker’s compensation, which is ultimately paid by industry.

    Compensation for respiratory injury is determined using a race-specific algorithm. For hearing, there is no race adjustment.

    Selective use of race-specific algorithms for workers’ compensation reduces industries’ liability for worker health, illustrating racial capitalism operating within public health.

    Widespread and unexamined belief in inherent physiological inferiority of Black Americans perpetuates systems that limit industry payouts for workplace injuries. We see a parallel in the epidemiology of COVID-19 disparities. We tell stories of industries implicated in the outbreak and review how they exemplify racial capitalism. We call on public health professionals to: critically evaluate who is served and neglected by data analysis; and center structural determinants of health in etiological evaluation.

    #compensation #biais #racisme

  • BLM protests are having a counterintuitive effect on Covid-19 spread
    https://www.inverse.com/mind-body/covid-blm-protests-link

    #Covid-19 cases have not spiked in response to the Black Lives Matter protests, according to a working paper posted Monday by the National Bureau of Economic Research.

    [...]

    By using anonymized cell phone data to estimate how social distancing behaviors might have changed as protests emerged, this research offers an explanation for why protests may not be linked to increasing cases.

    When it came to non-protestors, social distancing actually increased as protests broke out, the analysis suggests.

    “If the protests are perceived to be dangerous through violence or clashes with the police you may have individuals choose not to leave their home or go outside. Or if the non-attendees perceive that because of these protests there’s a higher risk of contracting Covid-19, these individuals may choose to stay home,” Dave says.

  • Le premier contaminé a gagné. En Alabama, des fêtes où sont invités des personnes contaminées…

    El primero en contagiarse gana: las fiestas para infectarse de coronavirus a cambio de dinero
    https://www.elnacional.com/mundo/el-primero-en-contagiarse-gana-las-fiestas-para-infectarse-de-coronaviru


    Foto: Archivo BBC Mundo

    Autoridades de Alabama detectaron que grupos de jóvenes invitaban a personas positivas por covid-19 a festejos

    Autoridades estadounidenses descubrieron que grupos de jóvenes organizaban fiestas en las que realizaban especies de rifas que involucraban exponerse al coronavirus buscando infectarse, reportaron medios locales.

    Eso ocurrió en la ciudad de Tuscaloosa, en el estado de Alabama, donde grupos de jóvenes organizaban las fiestas a las cuales estaban invitadas personas que dieron positivo en covid-19.

  • Declining eyesight can be improved by looking at red light, pilot study says - CNN
    https://www.cnn.com/2020/06/30/health/declining-eyesight-red-light-scn-wellness/index.html

    The study was small, a pilot study to test the concept. Researchers recruited 12 men and 12 women, whose ages ranged from 28 to 72. Each participant was given a small handheld flashlight that emitted a red light with a wavelength of 670 nanometers. That wavelength is toward the long end of the visible spectrum, and just short of an infrared wavelength, which tends to be invisible to the human eye.

    They spent three minutes each day looking into the light over a period of two weeks.

    #santé #vision

  • Le #Liban précipité dans l’abîme
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/04/suicides-faillites-licenciements-le-liban-precipite-dans-l-abime_6045193_321

    Des fleurs pour un dernier hommage. Des cris de colère et de douleur. Des Libanais se sont rassemblés, vendredi 3 juillet, dans le quartier de Hamra à Beyrouth, après le suicide d’un homme, sur fond de dégringolade économique et financière. Dans ce lieu commercial jadis vibrant, Ali Al-Haq, 61 ans, s’est ôté la vie, en plein jour et en pleine rue, en se tirant une balle. « Il s’est tué à cause de la faim ! », a dénoncé son cousin. Le même jour, un autre suicide a été rapporté par la presse, commis dans une région au Sud de la capitale par un chauffeur de minibus en difficulté financière. Ces morts violentes ont suscité une onde de choc.

    Ce n’est plus une crise que traverse le Liban. C’est une tornade, un déclassement à toute allure, un début d’apocalypse. « On se réveille épuisés le matin, sans aucune certitude », s’exclame Maria, une thérapeute. Au fil des guerres et des crises politiques qu’a connues le Liban, vivre au jour le jour est devenu une philosophie. Mais cette crise, comme jamais auparavant, est marquée par une dépossession du pouvoir d’achat, des licenciements massifs, et une perte de repères. Nul ne sait jusqu’où ira la chute. « C’est un choc énorme, bien pire que la Grèce, que vit le Liban », diagnostique l’économiste Charbel Nahas, l’un des très rares à avoir averti, dès l’automne 2018, du séisme qui guettait le pays.

    A Beyrouth, les rideaux de fer des magasins sont toujours plus nombreux à rester baissés, signe des faillites ou de l’activité au ralenti. « On a réduit les horaires, car il n’y a pas assez de travail : les clients ne peuvent pas faire face à l’inflation. J’ai peur que les propriétaires ferment le supermarché, peur de perdre mon travail », dit Hania, une caissière. Son salaire ne vaut plus grand-chose, mais c’est tout ce qui lui reste.

    Dans certaines boutiques, les prix ne sont plus affichés : il est devenu trop compliqué de les modifier chaque jour. La majorité de ce qui est consommé est importé en dollars, dont le prix ne cesse d’évoluer sur le marché noir, et trois taux se juxtaposent : l’un officiel (1 500 livres pour un dollar), l’autre pratiqué par les banques (3 850 livres pour un dollar) et le dernier en vigueur sur le marché noir (au-delà de 8 000 livres pour un dollar). « On ne sait plus à quel prix vendre », dit Hassan, qui tient une petite épicerie. La viande est devenue un produit de luxe : l’armée a annoncé l’avoir retirée des repas de ses soldats. A certaines intersections, s’ajoutent, aux petits mendiants présents depuis des années, des silhouettes jamais vues, celles de personnes âgées qui vendent des bricoles en échange d’un billet. Pour ne rien arranger, Beyrouth est plongé dans le noir, la nuit, depuis plusieurs jours, faute d’alimentation en électricité.

    Il vous reste 67.21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    #paywall

  • Les paquebots polluent-ils beaucoup plus que les voitures ?

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/07/04/les-paquebots-polluent-ils-beaucoup-plus-que-les-voitures_6045192_4355770.ht

    Plusieurs messages partagés des dizaines de milliers de fois sur Facebook à la fin du mois de juin s’opposent à l’idée de limiter la vitesse à 110 km/h sur l’autoroute. A les croire, il s’agirait d’un enjeu marginal pour l’environnement comparé, par exemple, à la pollution générée par les grands paquebots


    Le but, c’est de changer ta mentalité de merde, parce qu’il en découle tous ces effets néfastes qui ruinent la planète, pas juste de réduire la pollution.

    • C’est une préoccupation relativement ancienne des armateurs, tant de croisière que de charge (et de l’OMI, Organisation maritime internationale). Ça s’appelle #courant_quai ou #courant_de_quai, #cold_ironing en anglais ; l’objectif est d’arrêter totalement tous les générateurs du bord. Pour un bateau de croisière, ça demande des puissances importantes.

      cf. l’article ci-dessous (2013)
      Le courant quai se standardise dans le monde entier | Mer et Marine
      https://www.meretmarine.com/fr/content/le-courant-quai-se-standardise-dans-le-monde-entier

      Un geste de plus à intégrer dans la manœuvre d’accostage ? Le « cold ironing », ou alimentation par le courant quai, ne devrait plus être réservé aux seuls bâtiments militaires. Parce que si l’on parle beaucoup de restrictions des émissions polluantes en mer des navires, il ne faut pas oublier qu’ils brûlent également du carburant à quai. Et que les normes relatives aux rejets atmosphériques, comme celles de la convention Marpol, ne se limitent pas à la haute mer. Elles vont s’appliquer tout autant à quai.

      Ça se met en place très doucement…

      Marseille : la Méridionale passe au courant quai (2015)
      https://lemarin.ouest-france.fr/secteurs-activites/shipping/20559-marseille-la-meridionale-passe-au-courant-quai

      En 2015, la Méridionale et le grand port maritime de Marseille (GPMM) seront les premiers, en France, à posséder la technologie du courant quai (ou cold ironing) alors qu’elle est déjà disponible en Suède, en Finlande ou aux États-Unis.
      Trois navires ropax de la Méridionale doivent être adaptés pour pouvoir utiliser le courant électrique fourni par le port. Cette innovation doit leur permettre de satisfaire à des normes environnementales de plus en plus strictes, notamment en matière d’émissions polluantes.
      […]
      Côté port, les postes 68, 70 et 74 seront alimentés en 11 kV/50 Hz, signal qui serait transformé à bord en 380 V. L’installation de ce dispositif est simplifiée dans cette zone du port puisqu’un poste électrique est situé à proximité des trois quais, limitant les travaux de génie civil. Mais l’investissement se monterait malgré tout à 1,7 million d’euros.

      Réglementairement, la directive européenne 2005/33/CE, plus stricte que l’annexe VI de la convention Marpol, fixe un taux de soufre de 0,1 % maximal dans les combustibles de tous les navires au mouillage et dans les ports européens. Et la Méditerranée fait partie des régions pressenties pour intégrer les zones d’émissions contrôlées de soufre (zones Seca) à moyen terme.

      En 2006, la recommandation 2006/339/CE de la Commission européenne intitulée « Promotion de l’utilisation du réseau électrique terrestre par les navires à quai dans les ports de la Communauté » a permis de définir les premières orientations en vue d’une future norme.
      Les trois navires de la Méridionale réalisent environ 500 escales annuelles à Marseille, ce qui correspond à une consommation de 2 150 tonnes de carburant par an. Le courant quai permet de réduire les pollutions atmosphériques, mais aussi sonores et vibratoires dues aux groupes électrogènes des navires à quai.

      Parti de Marseille, le courant de quai va se propager à Toulon et Nice (2019, échéance en 2025)
      https://www.businews.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=2190:parti-de-marseille-le-courant-de-

      30 M€ pour connecter les navires à quai. Ce jeudi 5 septembre, Élisabeth Borne ministre de la transition énergétique et solidaire et le président de la Région Sud, Renaud Muselier, devraient annoncer un plan d’investissement de 30 M€ pour l’électrification des navires de croisière à quai dans les ports de Marseille, Toulon et Nice. « Les bateaux ne pollueront plus une fois dans nos ports. C’est une avancée majeure pour la qualité de l’air », a annoncé Renaud Muselier dimanche sur son fil Tweeter. En juin dernier, le port de Marseille annonçait un vaste plan de 20 M€ pour connecter l’ensemble des navires des Bassins Est d’ici à 2025.

      A Toulon, le port s’est donné trois ans pour connecter les navires en escale à Toulon centre et au port de Brégaillon à La Seyne-sur-Mer.

  • #Santé. #Médicaments : une #pénurie en bande organisée | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/sante-medicaments-une-penurie-en-bande-organisee-666799

    « Près de 40 % des médicaments finis commercialisés dans l’UE proviennent de pays tiers », pointe ainsi l’Agence européenne du médicament. De même, 35 % des matières premières utilisées dans la fabrication des médicaments en France dépendent de seulement trois pays : l’Inde, la Chine et les États-Unis. Une situation de « perte d’indépendance sanitaire préoccupante » pour la France et l’Europe, a convenu, en octobre dernier, un rapport du Sénat consacré au sujet.« La cause numéro 1, c’est la financiarisation de la production de médicaments, appuie Alain-Michel Ceretti. Pour la Bourse, le médicament est une industrie comme les autres, qui doit dégager du profit, et donc rationaliser au maximum. Ce qui veut dire deux choses : délocaliser la production dans des pays à bas coûts et travailler avec le minimum de stocks. » Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’à la moindre difficulté, la pénurie s’installe. Parfois, pour longtemps. En 2017, la durée moyenne des ruptures constatées pour les médicaments considérés comme essentiels était de quatorze semaines, vingt-cinq pour les vaccins. Pour le Sinemet, du laboratoire MSD (Merck), les malades de Parkinson devaient se préparer à… sept mois (!) sans leurs cachets, à compter de septembre dernier, pour cause de mise en conformité de l’usine de production, aux États-Unis.

  • Why Coronavirus Contact-Tracing Apps Aren’t Ending the Pandemic
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-30/why-coronavirus-contact-tracing-apps-aren-t-ending-the-pandemic

    High hopes that technology would help supplement the traditional, labor-intensive approach to contact tracing have been dashed. As Covid-19 spread, sending almost every country into some form of lockdown, governments began to wonder how best to keep track of the deadly virus. Contact-tracing apps seemed a sensible solution. But everywhere you look, tech has failed to deliver. In France, less than 3% of the population has downloaded StopCovid. The U.K. missed an initial rollout deadline (...)

    #Apple #Google #algorithme #Bluetooth #COVIDSafe_ #smartphone #Smittestopp #GPS #contactTracing #technologisme #consentement #COVID-19 (...)

    ##santé

  • À Perpignan, le RN a aussi conquis la bourgeoisie
    https://theconversation.com/a-perpignan-le-rn-a-aussi-conquis-la-bourgeoisie-141941

    Il y a bien eu à Perpignan une fusion des droites idéologiquement, sociologiquement, et électoralement. La rencontre des classes populaires locales et des classes aisées métropolitaines construit un bloc social qui devrait peser dans le futur proche du Rassemblement national, puisqu’aux précédentes élections départementales et régionales il avait obtenu d’excellents scores au premier tour par captation des voix populaires, mais avait été incapable d’attirer au-delà pour obtenir la majorité au second tour. La victoire à Perpignan n’est pas un accident, et la possibilité d’une ligne désenclavant le RN est posée.

    (Ça m’a l’air très éclairant, cet article.)

    • Le schéma qui apparaît est l’inverse de celui des tenants de la thèse de la « France périphérique ».

      Le vote RN ne s’est pas construit dans les quartiers populaires par conséquent de la société multiculturelle, mais autour d’eux, avec des sommets dans des zones aisées, contre la société multiethnique estimée responsable du gaspillage financier et de l’insécurité, tandis que l’épuisement du système clientéliste a désaffilié les zones populaires et a empêché la surmobilisation d’opérer cette fois-ci.

    • Ça n’invalide rien du tout, à mon sens, le cas de Perpignan étant pour le moins particulier. L’effondrement clientéliste a aussi pu voir les gitans et les pieds-noirs, votant traditionnellement à droite, voter RN. Sans compter le degagisme envers Pujol. Sans parler de l’abstention indeed.
      Quand au ralliement des notables, c’est aussi un effet d’opportunisme entre les 2 tours. Selon Mediapart, une partie du monde culturel de la ville avait commencer à faire allégeance à Alliot à ce moment là.
      Surtout faire des projections au niveau national d’elections très esprit de clocher est un exercice que les media devraient éviter de faire.

  • Trump Administration Waived #Coronavirus Price Protections
    https://theintercept.com/2020/07/01/coronavirus-treatment-drug-contracts-trump

    [#remdesivir] which was developed with at least $79 million in federal funding, will cost private insurers $520 for a single vial, hundreds of times its production cost, which researchers at the University of Liverpool have estimated at 93 cents per dose.

    [...]

    ... given its low production cost, Gilead could #profit from remdesivir even if it was priced at just $1 a day, according to an analysis by Public Citizen. Instead the drug, which was rolled out with the help of the Trump administration, will cost insurers between $3,120 for a five-day course of treatment and $5,720 for a 10-day course.

    #pharma #états-unis

  • L’Algérie récupère les crânes de ses combattants gardés au Musée de l’homme
    Alger a solennellement accueilli les restes de ses « martyrs », qui s’étaient opposés à la conquête française.
    Par Adam Arroudj | 3 juillet 2020
    https://www.lefigaro.fr/international/l-algerie-recupere-les-cranes-de-ses-combattants-gardes-au-musee-de-l-homme

    Les honneurs militaires ont été rendus vendredi à l’aéroport d’Alger aux cercueils de 24 résistants algériens à la conquête coloniale française, en présence du chef de l’État Abdel­madjid Tebboune. -/AFP

    Au Musée de l’homme à Paris, où son crâne était gardé dans une armoire métallique fermée, à l’abri des visiteurs et de la polémique, il était un simple numéro : le 5940. En Algérie, Chérif Boubaghla a un statut de héros. En août 1851, il lança « la révolte de Kabylie » contre les forces françaises avant d’être tué par décapitation, trois ans plus tard. Moins connu que l’émir Abdelkader, il avait toutefois été immortalisé sur son cheval, aux côtés d’une autre icône de la résistance à la colonisation, Lalla Fatma N’Soumer, par le peintre français Henri Félix Emmanuel Philippoteaux.

    #paywall
    #FranceAlgérie

    • Crânes de combattants au Musée de l’Homme : l’Algérie demande la restitution
      Sophie Granel -Rédaction Culture - France Télévisions
      Mis à jour le 11/01/2018
      https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/cranes-de-combattants-au-musee-de-l-homme-l-algerie-demande-la-restitut

      Fin décembre, l’Etat algérien a officiellement déposé une requête auprès de la France pour la restitution des crânes de combattants tués lors des guerres coloniales au 19e siècle actuellement détenus par le Musée de l’Homme à Paris. Lors de sa visite en Algérie le mois dernier, Emmanuel Macron s’est dit favorable à cette restitution, mais la procédure est loin d’être simple.

      C’est en 2011 que l’affaire débute. L’archéologue et historien algérien Ali Farid Belkadi effectue des recherches dans les collections du Musée de l’Homme place du Trocadéro à Paris. Dans les réserves du musée, 18 000 crânes sont conservés à des fins historiques et scientifiques. Certains sont célèbres comme celui de Descartes ou de l’homme de Cro Magnon. Mais d’autres, stockés dans les coffres-forts de l’établissement, ont une histoire bien plus sombre. C’est le cas de ces crânes de résistants algériens à la colonisation française.

      C’est en épluchant les documents qui accompagnaient les têtes lors de leur envoi, que le chercheur parvient à en reconstituer l’histoire. Au milieu du 19e siècle, la France se lance à la conquête de l’Algérie. La résistance, farouche, durera 30 à 40 ans. Parmi les batailles les plus célèbres, celle de Zaatcha reste dans le annales. Pendant plus de 4 mois, le cheikh Bouziane et ses combattants retranchés dans l’oasis de Zaatcha (au Sud de Constantine) tiennent tête aux troupes françaises. La place forte tombe le 29 novembre 1849. 800 Algériens auraient été tués ce jour-là. Parmi eux, le cheikh Bouziane, son fils de 15 ans et son principal lieutenant dont les têtes décapitées furent exposées avant d’être envoyées en France par un médecin militaire. (...)