• L’argent magique du #Covid : des aides publiques sans condition pour les plus grandes entreprises : https://lemonde.fr/idees/article/2020/11/30/derriere-ces-milliards-d-euros-d-argent-public-se-perennise-le-detournement- - « il n’existe aucun suivi précis et public de leurs bénéficiaires, des montants et de ce qui les justifie » expliquent l’économiste Maxime Combes et le journaliste Olivier Petitjean coauteurs du rapport « Allô Bercy ? Aides publiques : les corona-profiteurs du CAC40 » de l’Observatoire des multinationales :
    https://multinationales.org/Allo-Bercy-Des-aides-publiques-massives-pour-le-CAC40-sans-contrepa

  • #COVID-19 : mise au point quotidienne - Médecine d’urgence - Urgences médicales
    https://urgences-serveur.fr/covid-19-mise-au-point-quotidienne.html

    Dans cette étude Lancet, 1er aout* le délai entre l’apparition des symptômes et le dévoilement des résultats d’un test RT-PCR doit être inférieur à un jour pour contribuer à la limitation de l’épidémie. en effet la stratégie d’identification des cas contacts est inutile si elle est réalisé plus de 3 jours après l’apparition des symptômes.

    * Impact of delays on effectiveness of contact tracing strategies for COVID-19: a modelling study - The Lancet Public Health
    https://www.thelancet.com/journals/lanpub/article/PIIS2468-2667(20)30157-2/abstract

  • Olfactory transmucosal #SARS-CoV-2 invasion as a port of central nervous system entry in individuals with COVID-19 | Nature Neuroscience
    https://www.nature.com/articles/s41593-020-00758-5

    Étude post-mortem sur des humains.

    ... experts from the fields of neuropathology, pathology, forensic medicine, virology and clinical care studied tissue samples from 33 patients (average age 72) who had died at either Charité or the University Medical Center Göttingen after contracting COVID-19. Using the latest technology, the researchers analyzed samples taken from the deceased patients’ olfactory mucosa and from four different brain regions. Both the tissue samples and distinct cells were tested for SARS-CoV-2 genetic material and a ’spike protein’ which is found on the surface of the virus. The team provided evidence of the virus in different neuroanatomical structures which connect the eyes, mouth and nose with the brain stem. The olfactory mucosa revealed the highest viral load. Using special tissue stains, the researchers were able to produce the first-ever electron microscopy images of intact coronavirus particles within the olfactory mucosa . These were found both inside nerve cells and in the processes extending from nearby supporting (epithelial) cells.

  • #Covid-19 et perte d’odorat : du nouveau sur la persistance du #SARS-CoV-2 et son potentiel neuroinvasif – Réalités Biomédicales
    https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/11/30/covid-19-et-perte-dodorat-du-nouveau-sur-la-persistance-du-sars-cov-2-et-son

    Les chercheurs rapportent un résultat surprenant : ils ont détecté la présence, dès le surlendemain de l’inoculation intranasale du SARS-CoV-2, de l’ARN du SARS-CoV-2 dans plusieurs régions du #cerveau des hamsters, en l’occurrence dans le bulbe olfactif (structure ovoïde, située à la base du cerveau), mais également dans des régions du cerveau éloignées des cavités nasales, en l’occurrence dans le cortex cérébral, le tronc cérébral (diencéphale, mésencéphale, pont, moelle allongée) et le cervelet, mais sans clairement visualiser d’antigènes viraux. En d’autres termes, les chercheurs ont quantifié par PCR le matériel génétique du virus (ARN) dans le cerveau des hamsters mais pour autant détecter de protéines virales par immunofluorescence.

    [...]

    La nucléoprotéine du SARS-CoV-2 (protéine de la nucléocapside) a été détectée à la jonction entre bulbe olfactif et nerf olfactif, ce qui tend à montrer que le virus chemine de façon rétrograde, autrement dit qu’il peut « remonter » le long des axones. Cette protéine interne du coronavirus a également été détectée dans des cellules immunitaires infiltrant le bulbe olfactif.

    Selon les auteurs, « l’observation de la présence d’antigènes viraux tout le long de la route qui mène de l’organe olfactif sensoriel [le neuroépithélium olfactif des cornets de la cavité nasale] au bulbe olfactif, montre que le SARS-CoV-2 entre dans le système nerveux central à travers le système olfactif » chez le hamster infecté.

    [...]

    [...] qu’en est-il d’une possible persistance du SARS-CoV-2 chez des patients Covid-19 se plaignant de symptômes neurologiques persistants et/ou de troubles sensoriels, même trois mois après le début des symptômes ? C’est à cette importante question que se sont ensuite intéressés des cliniciens parisiens.

    [...]

    [Parmi] quatre patients se plaignant d’une anosmie prolongée ou récidivante [aucun] n’a [...] été trouvé positif à la PCR sur prélèvement nasopharyngé. Pourtant, chez chacun d’entre eux, l’examen des cellules de la muqueuse olfactive recueillies après brossage nasal a permis de mettre en évidence la présence d’ARN du SARS-CoV-2. [...]

    Selon les chercheurs, la présence de l’ARN et de protéines du SARS-CoV-2 dans le neuroépithélium olfactif des fosses nasales (même si l’infectiosité du virus n’a pas pu être évaluée par culture cellulaire en laboratoire) pourrait signifier que certains patients, en particulier chez ceux présentant de légers symptômes ou n’en présentant pas, pourraient participer à la transmission du virus alors que considérés comme indemnes de virus au vu d’un résultat négatif au test PCR par écouvillonnage nasal.

    Étude analysée (preprint) : COVID-19-associated olfactory dysfunction reveals SARS-CoV-2 neuroinvasion and persistence in the olfactory system | bioRxiv
    https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.11.18.388819v1

  • #Covid-19 : la #Turquie annonce enfin les « cas » dans son bilan quotidien | lepetitjournal.com
    https://lepetitjournal.com/istanbul/covid-19-la-turquie-annonce-enfin-les-cas-dans-son-bilan-quotidien-2

    pourquoi ce revirement ? Certaines voix soulignent une possibilité selon laquelle la Turquie se conformerait aux directives de l’#OMS, qui a établi une feuille de route pour l’établissement des priorités concernant l’utilisation des #vaccins anti-covid-19 dans un contexte d’approvisionnement limité, nécessitant donc la transparence des états dans le processus d’accès au vaccin.

    #sans_vergogne #criminels

    • Une fois ces deux sésames décrochés, Gilead, connu comme l’un des négociateurs les plus intraitables de l’industrie, annonce fin juin son prix : 390 dollars la dose, soit 2 340 dollars (1 970 euros) le traitement, recommandé en six doses. « Une sortie plus rapide de l’hôpital permettrait de faire une économie d’environ 12 000 dollars par patient, calcule la firme, en s’appuyant sur les données américaines. Nous avons décidé de fixer le prix du remdésivir bien en dessous de ce montant. »

      En 2014, le laboratoire avait réalisé un calcul économique similaire pour lancer son traitement contre l’hépatite C, le sofosbuvir (sous le nom commercial Sovaldi), au prix de 84 000 dollars. Un rapport du Sénat américain avait dénoncé la stratégie marketing de Gilead, seulement destinée à « maximiser son profit ».

      D’après les calculs d’une équipe de chercheurs anglais, américains et australiens, le coût total de fabrication du remdésivir se situe aux alentours de 0,93 dollar par dose, soit 5,58 dollars pour un traitement en six doses. Autrement dit, 420 fois moins cher que le prix fixé par Gilead. Par ailleurs, le développement du remdésivir a déjà bénéficié d’investissements publics, pour environ 70 millions de dollars, d’après les calculs du cercle de réflexion américain Public Citizen. Selon l’Institute for Clinical and Economic Review, une organisation américaine qui évalue la valeur des médicaments, le prix de Gilead n’est « raisonnablement rentable » que si un bénéfice existe sur la mortalité des patients. Ce qu’aucun essai clinique ne parviendra à mettre en évidence.

  • #Coronavirus update : #Tests_antigéniques : utilisation, validation, prélèvement. Podcast #66 du 24 novembre 2020 [partie 2]
    https://inf-covid.blogspot.com/2020/11/tests-antigeniques-utilisation.html

    Hennig : Monsieur Drosten, quelques considérations personnelles pour finir. Des gens que je connais disent, par exemple : « J’ai mal à la gorge et à la tête, mais cela ne peut pas être le corona parce que je n’ai ni fièvre ni toux. Ou aussi : "J’ai un rhume, mais mon médecin est sûr que ce n’est pas le virus." L’annonce de rester à la maison si vous présentez les plus petits symptômes n’a toujours pas été reçue par tout le monde ? Est-ce que ça correspond aussi à votre expérience ?

    Drosten : [...] j’entends exactement la même chose, que les gens décident d’eux-mêmes, que c’est juste une gorge irritée. Ils continuent de sortir, aller travailler comme si de rien n’était. [...] si vous n’êtes pas testé, vous devriez rester à la maison avec ce type de symptômes ces jours-ci. Vous ne devriez pas aller travailler. [...] par principe, n’allez pas dans des situations sociales avec des symptômes pour le moment. Même si c’est juste une gorge irritée ou un nez qui coule. [...] Vous êtes alors quelqu’un qui a des symptômes, vous êtes exactement dans cette zone où ces tests antigéniques sont les mieux adaptés. Ce serait d’autant plus confortable et important s’il était possible le plus tôt possible pour chaque personne lambda qui présente des symptômes mineurs d’obtenir un tel test antigénique, par exemple auprès de son médecin de famille ou du service médical d’urgence. Il existe de telles options. Cela varie d’une région à l’autre. Et il est également important que cela soit rémunéré en conséquence. Il est impossible qu’un médecin fasse quelque chose comme ça par bonne volonté. Ce sont des difficultés cachées que la population ne comprend pas. Il faut dire qu’un médecin installé est également un entrepreneur indépendant. Cela doit faire partie des considérations. Le risque de dire oui, tous les patients peuvent venir ici : puis ils s’assoient dans la salle d’attente, il faut la réorganiser spécialement, créer une salle d’attente supplémentaire et ainsi de suite. Cela doit porter ses fruits quelque part.

  • Encore rares, les #réinfections nous donnent des indices sur le fonctionnement de l’#immunité
    https://www.courrierinternational.com/article/covid-19-encore-rares-les-reinfections-nous-donnent-des-indic

    Pour qu’une réinfection soit avérée, le patient doit avoir effectué deux tests PCR (réaction en chaîne par polymérase) positifs, sans avoir présenté de symptôme pendant au moins un mois entre les deux. Chantal Reusken, virologue à l’Institut néerlandais de la santé publique et de l’environnement (RIVM), précise toutefois qu’un deuxième test peut également être positif soit parce que le patient a gardé dans les voies respiratoires des résidus d’ARN viral non réplicatif issus de la primo-infection, soit parce qu’il avait jugulé le virus sans jamais véritablement l’éliminer.

    C’est pourquoi, explique Paul Moss, hématologue à l’université de Birmingham, la plupart des revues médicales veulent voir entre la première et la deuxième infection deux séquences virales à part entière, très différentes l’une de l’autre. “La barre est très haute, dit-il. Dans bien des cas, il n’y a même pas la moindre trace de matériel génétique [du virus].”

    Et même si cet ARN est présent, de nombreux laboratoires n’ont ni assez de temps ni assez d’argent pour le détecter. De ce fait, le nombre de réinfections attestées par des séquences génétiques reste très inférieur au nombre de suspicions de réinfection.

    #paywall

    Reinfections, still rare, provide clues on immunity | Science
    https://science.sciencemag.org/content/370/6519/895.full

    #covid-19

  • Decline in #SARS-CoV-2 Antibodies After Mild Infection Among Frontline Health Care Personnel in a Multistate Hospital Network — 12 States, April–August 2020 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6947a2.htm

    Deuxième dosage des anticorps 60 jours après la mise en evidence d’une séropositivité (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7470460) chez des sujets qui avaient développé une forme légère de la maladie.

    Summary

    What is already known about this topic?

    Most persons develop virus-specific antibodies to SARS-CoV-2 after infection; however, the timeline of antibody decline over time is uncertain.

    What is added by this report?

    Among 156 frontline health care personnel who had positive SARS-CoV-2 antibody test results in spring 2020, 94% experienced a decline at repeat testing approximately 60 days later, and 28% seroreverted to below the threshold of positivity. Participants with higher initial antibody responses were more likely to have antibodies detected at the follow-up test than were those who had a lower initial antibody response.

    What are the implications for public health practice?

    SARS-CoV-2 antibodies decline over weeks following acute infection. Negative SARS-CoV-2 serologic results do not exclude previous infection , which has significant impacts on how serologic studies are interpreted.

    [...]

    ... misclassification of antibody status was possible; however, this was considered to be unlikely because of the high sensitivity and specificity of the ELISA.

    These antibody declines might not equate to loss of protective immunity or increased risk for #reinfection; this was not assessed in this study.

    [...]

    Whether decay in these antibodies increases risk for reinfection and disease remains unanswered.

    #anticorps #immunité

  • Quel niveau de #vaccination contre le #covid-19 est nécessaire pour revenir à une « vie normale » ? - BBC News Afrique
    https://www.bbc.com/afrique/monde-55114158

    « Comment et quand nous reviendrons à la normale est dans l’esprit de chacun », reconnaît Andrew Bradley, professeur de médecine moléculaire à la clinique Mayo aux États-Unis.

    « Mais il est très certain que pour y parvenir, nous devrons vacciner environ 75% de la population », explique Bradley à BBC Mundo.

    Ces données sont similaires à celles utilisées par l’Association de Vaccinologie en Espagne (AEV), qui a approuvé le 24 novembre son plan de vaccination contre le covid-19.

    Les vaccins seront gratuits à partir de janvier 2021 et seront administrés en priorité aux groupes les plus exposés à la maladie et à la mortalité.

    [...]

    Certains pays, explique García Rojas, ont peut-être déjà des immunisations plus naturelles et ont vaincu la maladie.

    Toutefois, il estime que le #vaccin devrait être administré à tous "qu’ils aient été infectés ou asymptomatiques ou non.

    #vaccins

  • « « Islamogauchisme », « laïcité » islamophobe, « valeurs républicaines » à la Adolphe Thiers, violences policières : comment en est-on arrivé à rendre crédibles et hégémoniques les idées de l’extrême-droite pour la première fois depuis Vichy. (Un indice ) : »
    L’emprise de Valeurs Actuelles
    https://racismes.hypotheses.org/222

    Réflexion sur les mécanismes de l’hégémonie de l’extrême-droite, en se focalisant sur le rôle joué par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (VA) et sa forte intégration dans l’espace médiatique. Loin d’être une publication confidentielle recrutant des journalistes et chroniqueurs eux aussi confidentiels, la « surface médiatique » de VA révèle un phénomène méconnu de circulation des personnes et des idées. Ce phénomène favorise un certain entre-soi journalistique et l’universalisation du cadrage idéologique d’extrême-droite.

    Invité du Grand Jury RTL-Le Monde en 1997, un futur ex-cadre du Front national (FN), Bruno Mégret, assure que, « dans la profondeur de notre pays, nos idées sont en train de devenir majoritaires ». Se félicitant de la « lepénisation des esprits », il affirme : « Nous sommes en train de gagner la bataille des idées, et, lorsqu’on gagne la bataille des idées, inexorablement, tôt ou tard, on gagne la bataille électorale et la bataille politique »1. 23 années plus tard, Jean Messiha, autre cadre du parti d’extrême-droite, déclare lors de son départ du Rassemblement national (RN) : « Nous faisions tous le même constat : nous avons largement gagné la bataille des idées, mais nous n’arrivons pas à susciter un grand élan populaire qui se traduit par des victoires très franches dans les urnes, à l’exception peut-être des européennes.2 »

    Le caractère pompeux de ce genre de déclarations ne doit pas faire oublier que, selon les données sondagières de la Commission nationale consultative sur les droits de l’homme, l’« indice de tolérance » vis-à-vis des minorités ethniques tend au contraire à augmenter de génération en génération. Mais l’augmentation de la « tolérance » n’empêche pas l’avancée des idées d’extrême-droite dans l’espace public et, ceci allant probablement avec cela, la montée en puissance électorale de l’extrême-droite plurielle (RN, Dupont-Aignan, Philippe de Villiers, etc.). Force est de reconnaître que, de fait, l’extrême-droite peut se targuer d’être passée du stade « on est en train de gagner » des années 1990 au stade « on a gagné » la bataille des idées des années 2010.

    Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le programme du FN lors des élections de 1986, date de leur première entrée à l’Assemblée nationale, et la politique menée par la droite « décomplexée » et la droite « complexée » (Parti socialiste) depuis une trentaine d’années, en particulier en matière de politiques migratoire, de la nationalité et sécuritaire, même si se maintiennent, bien évidemment, de fortes divergences idéologiques entre ces partis politiques, notamment en matière de politique sociale et de politique européenne. On observe ainsi une grande convergence idéologique entre certains principaux partis politiques dominants et l’extrême-droite, devenue la deuxième force politique du pays. On se souvient qu’en 1984, le premier ministre socialiste Laurent Fabius estime que Jean-Marie Le Pen « pose de bonnes questions ». Dernier exemple en date : le discours d’Emmanuel Macron sur le « séparatisme » (2 octobre 2020) et le projet de loi en cours d’élaboration sont salués par Marine Le Pen puisque ceux-ci « vont dans le bon sens »...

  • Ces ingrédients étranges trouvés dans les #vaccins - BBC News Afrique
    https://www.bbc.com/afrique/region-54918885

    En fait, bien qu’il existe de nombreux types d’#adjuvants différents et de nombreux mécanismes potentiels différents, ce[... qui] semble être au cœur de leur fonctionnement [..est qu’]ils attirent l’attention du système immunitaire, ce qui entraîne une mémoire plus forte de l’agent pathogène auquel le vaccin ressemble.

  • Le confinement a diminué la transmission des autres virus respiratoires. Mais cela pourrait avoir un effet pervers - La Presse+
    https://plus.lapresse.ca/screens/a531dfa5-e21c-4cb0-a1a4-c97e03b849bf__7C___0.html

    Le confinement a diminué la transmission des autres virus respiratoires. Mais cela pourrait avoir un effet pervers et augmenter de deux à trois fois les pics annuels de certains de ces virus respiratoires, selon une modélisation de l’Université Princeton publiée début novembre dans la revue PNAS. « Si les virus respiratoires ne circulent pas, la population n’acquiert pas d’immunité et est moins protégée », explique Rachel Baker, de Princeton, l’auteure principale de l’étude. « Pour le virus respiratoire syncytial (VRS), c’est particulièrement problématique, parce que les effets sont bénins à l’adolescence et à l’âge adulte, et importants en très bas âge. Si on se retrouve soudainement avec deux à trois fois plus de très jeunes enfants susceptibles d’attraper le VRS, on va avoir une grosse vague d’hospitalisations. » La modélisation pour la grippe est plus incertaine, à cause des mutations annuelles du virus. Au Québec, le VRS entraîne 2000 hospitalisations pédiatriques par année et une dizaine de morts, si on transpose les données américaines à la population québécoise. Le VRS est aussi plus grave chez les personnes âgées que chez les adultes 70 ans et moins. Selon la Dre Baker, il faudrait faire la même analyse pour les autres virus, par exemple la varicelle, qui, elle, est plus grave chez les enfants plus âgés.

  • Dans son éditorial d’aujourd’hui (27/11/2020), le Monde joue les effarouchés avec des trémolos dans la voix : ils viennent de découvrir le véritable mal qui ronge la police française : une « grave crise de commandement ». Bien évidemment, on ne dit mot sur l’infiltration de cette « police » par l’idéologie crypto-fasciste du #RN, une droite très extrême dont les « syndicats » en mode factieux sont les têtes de pont.

    Police : une grave crise de commandement
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/27/police-une-grave-crise-de-commandement_6061354_3232.html

    Révélé trois jours après la dispersion inutilement violente d’un campement de demandeurs d’asile, place de la République à Paris, et après de multiples épisodes documentés de violences policières, notamment contre les « gilets jaunes » et les manifestants opposés à la réforme des retraites, cet insupportable tabassage ébranle l’idée de sécurité publique, l’un des fondements de la démocratie. Il salit la France.

    Et comme de juste, ça ne date pas d’hier. Mais qu’est-ce qui a permis d’enfin les déciller, les organes de presse aux ordres ?

    https://video.twimg.com/amplify_video/1332001420451737602/vid/720x720/NlAekfe7r9FWe4cz.mp4?tag=13

    Source : https://twitter.com/brutofficiel/status/1332002556961300487

    • Position de plus intenable, résumée en deux phrases :

      La police, dont M. Darmanin s’affirme fièrement le patron, ne peut évidemment pas être jugée globalement à l’aune des faits qui déconsidèrent certains de ses membres. Ceux-là semblent en roue libre, livrés aux démons d’une violence sans garde-fous et d’un racisme débridé, signant des PV mensongers, ignorant qu’ils sont filmés et se croyant « couverts ».

      – L’institution policière ne peut pas être jugée globalement à cause de quelques cas.
      – Mais ces quelques cas se lâchent, parce que l’institution policière les laisse « en roue libre » et qu’ils se croient « couverts » par elle.

      Avec le journal de l’extrême-centre, faisons semblant de ne pas voir la contradiction.

      Au passage : le même torchon qui n’a cessé de beugler qu’ils fallait que Macron « s’empare des questions régaliennes » – des fois qu’il ne se prenne pas déjà un peu trop pour Louis XIV.

    • Et oui : pour l’eMonde, force doit rester à la loi et la parole du préfet de police de Paris vaut de l’or.

      De son côté, Didier Lallement a demandé aux policiers sous son autorité de tenir « la ligne républicaine jusqu’au bout » dans une lettre adressée à chacun d’eux, en amont de nouvelles manifestations ce samedi contre les violences policières.

      « Dévier de la ligne républicaine qui nous sert de guide, cette ligne qui a éclairé les pas de nos anciens dans les ténèbres de l’histoire, c’est renier ce que nous sommes, c’est ébranler le pacte de confiance qui nous unit à nos concitoyens, c’est perdre le sens de notre mission », écrit le préfet dans ce courrier dont l’AFP a pris connaissance.

      Source : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/28/violences-policieres-reporters-sans-frontiere-porte-plainte-contre-le-prefet

      Pas question de « dévier » des faits discursifs chez les éditocrates de cour.

  • Le gars il a quand même menacé de mort des gens et les médias parlent de « phrases cinglantes »...

    Didier #Lallement, un préfet de police très politique et adepte des phrases cinglantes
    https://www.rtl.fr/actu/politique/didier-lallement-un-prefet-de-police-tres-politique-et-adepte-des-phrases-cingla

    Pour comprendre le personnage, il faut remonter à une altercation datant de 2018. Didier Lallement est à l’époque préfet de Nouvelle-Aquitaine. Un passage qui marquera les esprits. « À Bordeaux, certains ont sabré le champagne lors de son départ », raconte une source dans L’Obs. Lors d’une réunion à la préfecture de Bordeaux, pour signifier son mécontentement, le préfet a lancé à l’un des commissaires du service lors d’une réunion hebdomadaire de sécurité intérieure : « Vous allez finir sur un croc de boucher ». « Le lendemain, on a tous regretté de ne pas s’être levés », a raconté l’un des fonctionnaires présents dans Le Monde.

  • Violence et déforestation, le prix du soja français
    26 nov. 2020 - Disclose.ngo
    https://disclose.ngo/fr/article/violence-et-deforestation-le-prix-du-soja-francais

    En remontant la filière du soja entre le Brésil et la France, Disclose a découvert qu’une partie de ces importations sont liées à des incendies volontaires et des exactions contre des habitants du Cerrado, l’autre poumon de la planète après l’Amazonie.

    On nous avait prévenus, il y a comme un courant d’air sucré dans le port de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). Les habitants de l’estuaire de la Loire connaissent bien l’odeur du soja qui s’échappe des bateaux. Par dizaines, ces cargos de l’or jaune, véritables géants de mers venus du Brésil, font escale chaque année sur les rives de cette commune de l’ouest de la France. (...)

    https://www.youtube.com/watch?v=AIe6paNCCCc&feature=emb_logo

  • La folle dérive sécuritaire du gouvernement des conflits d’intérêts
    par Etienne Raiga Clemenceau 27 novembre 2020
    https://www.lemondemoderne.media/la-folle-derive-securitaire-du-gouvernement-des-conflits-dinterets

    (...) Non, il n’est pas vrai que ce quinquennat est le premier du genre. Il est le dernier né d’un fond inéluctable semble-t-il des dérives associées au régime de la Ve République, qui a vu le jour comme on le sait, par temps de crise sécuritaire inédite depuis 1940, et qui n’a jamais su se réformer pour sortir du carcan rigide et stérile d’un monarchisme aussi archaïque qu’inefficace.
    De la longue descente du régime post Vichy, du CNR à l’Etat policier technologique

    Sans revenir aux années de Plomb du SAC, aux crimes de l’Etat français dans ses anciennes colonies, aux persécutions contre les minorités et autres citoyens les plus précaires, sans parler des assassinats de Maurice Papon, ni des répressions contre les Kanaks, des lois Pasqua ni des bruits et odeurs insupportables, les gouvernements successifs, jusqu’aux plus récents ont participé à envenimer, à préparer, à armer, de réflexes et d’habitudes, tant les dirigeants que les agents zélés d’un pouvoir archaïque et aux abois, de préserver ses affaires, et de se préserver par la même occasion de voir justement ses affaires révélées au grand jour… (...)

    Pour donner un aperçu des dégâts, cette liste pour illustrer les basses oeuvres de la macronie depuis son élection magique de 2017, à l’aide du précieux travail de recension du camarade Guillaume Quintin, et d’autres : (...)

  • Réalités souterraines - Revue Médicale Suisse
    https://www.revmed.ch/RMS/2020/RMS-N-716/Realites-souterraines

    La vérité est que nous avons été mauvais. Après la première vague, nous nous pavanions. Elle avait été bien gérée, nous étions parmi les meilleurs, nous pouvions bomber le torse. Et voilà que, avec la deuxième vague, le tableau se retourne et la fierté se transforme en humiliation. La Suisse romande, pire endroit d’Europe et presque du monde, la Suisse entière guère mieux. Pourquoi ? Où se situe la faute qui nous tache de rouge vif sur les cartes géographiques et nous fait apparaître comme les contaminateurs des régions adjacentes ? Pour quelle raison avons-nous été pires que les autres ? Le milieu politico-médiatique s’agite, ces jours, à ce propos, mais donne des réponses confuses, tellement les paramètres sont nombreux et les causes enchevêtrées.

  • #Coronavirus : Scientists call for action after 50-fold rise in infections in schools | The Independent
    https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/independent-sage-coronavirus-infection-schools-b1762906.html

    En #Angleterre multiplication par 50 des infections dans les #écoles ; les #enfants/adolescents de 11 à 16 ans sont désormais le groupe d’âge avec les niveaux d’infection les plus élevés.

    Professor Stephen Reicher of the University of St Andrews, of Independent Sage, said: “In the summer, the government effectively abandoned schools, requiring them to be safe but without providing the support or the resources to make this possible.

    “As a result, far too many of our children are left in crowded, badly ventilated classrooms; infections have increased 50-fold since September; one in five students are off school; and all this is now putting the whole community at risk.

    “The government must acknowledge its error and change direction. We must act urgently to make schools safe.”

    #sars-cov2 #covid-19

  • La discrimination par l’accent bientôt réprimée ? Une proposition de loi adoptée jeudi à l’Assemblée
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/11/26/une-proposition-de-loi-veut-lutter-contre-les-discriminations-fondees-sur-l-

    L’Assemblée nationale a largement adopté, jeudi 26 novembre, une proposition de loi réprimant les discriminations fondées sur l’accent, avec le soutien du gouvernement. Le texte, adopté en première lecture par 98 voix contre 3, vise à inscrire l’accent comme une des causes de discriminations réprimées par la loi, au même titre que la race, le sexe ou le handicap. La peine prévue pour ces discriminations s’élève à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

    Donc je référence fissa avant que ce soit interdit :
    https://www.youtube.com/watch?v=vpw3HBv1X5g

    • En france, pendant ce temps là, les hommes peuvent toujours violer des fillettes de 10 ans sans que ce soit qualifié de viol ou de crime.

      cassssetêxte

  • David Perrotin sur Twitter
    9:07 AM · 26 nov. 2020
     : « Michel, un producteur de musique, a été tabassé par trois policiers samedi dernier à Paris. Ils l’ont ensuite accusé à tort d’avoir voulu prendre leurs armes et de rébellion. Mais les policiers ignoraient une chose : tout a été filmé. https://t.co/PTo71fzJzP » / Twitter
    https://twitter.com/davidperrotin/status/1331872160445587460

    Michel, un producteur de musique, a été tabassé par trois policiers samedi dernier à Paris. Ils l’ont ensuite accusé à tort d’avoir voulu prendre leurs armes et de rébellion.

    Mais les policiers ignoraient une chose : tout a été filmé.

    https://video.twimg.com/amplify_video/1331691821399990272/vid/720x720/zb99zSkabAmx6aIB.mp4?tag=13

    Contactée mardi, la préfecture de police de Paris a d’abord dit ne pas trouver d’éléments sur cette intervention de police. Elle a ensuite contacter Loopsider hier pour préciser qu’elle ne ferait aucun commentaire mais que l’IGPN était saisie.
    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““""
    Les policiers ont ensuite accusé la victime d’avoir voulu subtiliser leurs armes et de violences.

    Le parquet (après avoir reçu les vidéos) a classé sans suite les poursuites contre la victime. Et a ouvert une enquête contre les 3 policiers pour violences et faux en écriture
    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    Michel, la victime principale qui a d’abord eu 6 jours d’ITT a dû être hospitalisé hier soir après avoir fait un malaise.

    La préfecture n’a pas souhaité préciser si les policiers du 17e en cause avaient été suspendus.

    #violences_policières

    • David Perrotin
      @davidperrotin
      11:01 AM · 26 nov. 2020

      https://twitter.com/davidperrotin/status/1331900775203827712
      Précisions : La victime a d’abord fait 48h de garde à vue. L’IGPN a été saisie seulement lorsque les vidéos ont été consultées (grâce à l’avocate). C’est après cela que le parquet a classé les poursuites contre Michel et a en effet ouvert une enquête contre les policiers mardi.

      Gérald DARMANIN
      @GDarmanin
      · 30 min
      [Intervention à Paris 17ème]
      Je me félicite que l’IGPN ait été saisie par la justice dès mardi.
      Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais.

    • #copwatch c’est le fait de savoir qu’ils sont filmés qui fait que les flics arrêtent de tabasser
      « Sans ces images, je serais en prison »

      Et ne trouver aucune trace de l’intervention, c’est toujours et systématique à chaque fois que les policiers vrillent salement, je le sais pour l’avoir vécu, les flics se croient tout permis. Surtout maintenant avec le soutien de nos bons maitres de l’assemblée nationale.

      #les_amis_de_Darmanin
      #racisme
      #impunité

      Attention, la vidéo montre un déchainement de #violences_policières.

    • Ce quinquennat et son casting exceptionnel est un enfer.

      Que le locataire de l’Élysée ne parle plus jamais d’humanisme.

      Il est le président de la violence.

      Dans n’importe quelle grande démocratie, le préfet de police aurait été limogé et le ministre de l’Intérieur aurait proposé sa démission. Une réforme totale de la Police Nationale serait engagée et un débat national ouvert largement à la société civile.
      Au lieu de quoi, on a : #LoiSecuriteGlobale

      L’extrême droite est au pouvoir !

    • Tu as tellement raison @marielle ...

      Dans n’importe quelle grande démocratie, le préfet de police aurait été limogé et le ministre de l’Intérieur aurait proposé sa démission. Une réforme totale de la Police Nationale serait engagée et un débat national ouvert largement à la société civile.

    • Des policiers suspendus et une enquête ouverte après une violente interpellation à Paris

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/26/violences-policieres-a-paris-des-policiers-suspendus-et-une-enquete-de-l-igp

      Des policiers suspendus et une enquête ouverte après une violente interpellation à Paris

      Samedi soir, trois policiers ont été filmés par une caméra de vidéosurveillance en train de s’en prendre violemment à un homme, sans aucun motif apparent.

    • Quatre policiers suspendus

      Mais quelle enfumage, les flics ne sont pas quatre, ils sont nettement plus nombreux à les tabasser dehors quand les jeunes sortent terrorisés du studio.

      #im_monde

    • À l’air libre (33) Violences policières, racisme : « Un puissant déni »
      26 novembre 2020

      Un homme a été tabassé pendant vingt minutes samedi par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris. Les images sont insoutenables. La victime s’appelle Michel, il est producteur et il est noir. Il affirme que pendant son passage à tabac, les policiers l’ont traité de sale nègre. Ces images ont été révélées par le média Loopsider et le journaliste David Perrotin, qui est avec nous ce soir.

      ➡️ Nous revenons également sur cette affaire avec Mame-Fatou Niang, professeure associée à l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, où elle enseigne la littérature française et francophone. Et avec Lilian Thuram, l’ancien joueur de football qui vient de faire paraître La pensée blanche (éditions Philippe Rey).

      ➡️ Dialogue également avec une actrice et réalisatrice engagée, Aïssa Maïga, rencontrée mercredi 25 novembre.

      https://www.youtube.com/watch?v=ZkBSiSbqtwM&feature=emb_logo

    • Video of Police Beating Black Man in Paris Fuels Debate on Filming Officers

      Footage from security cameras and bystanders suggested the officers had lied about the beating, bolstering critics of a new bill that would restrict circulating videos of security forces.
      Video of police officers beating a Black man in Paris caused an outcry in France on Thursday, fueling criticism of a new bill that would place restrictions on sharing footage of security forces as the French authorities grapple with longstanding accusations of police racism and brutality.

      The beating, on Saturday, only came to light because of a graphic video posted Thursday on social media by Loopsider, a French digital news outlet. By Thursday evening, it had been viewed more than 8 million times — days after video of police forcefully clearing migrants from a protest camp in Paris sparked a similar outcry.

      Prosecutors in Paris have opened an investigation into the beating, and the officers involved have been suspended. The police in Paris also said that an internal inquiry had been opened.

      “They sullied the uniform of the Republic,” Gérald Darmanin, the French interior minister, told France 2 television on Thursday evening, adding that if investigations confirmed the officers had acted wrongly — there was “little doubt,” he said — they would be fired.

      The beaten man, #Michel_Zecler, a music producer, told Loopsider that he had been approaching his recording studio on Saturday evening when he spotted a police car on a side-street in the 17th Arrondissement, an upscale residential area of northwestern Paris.

      Fearing a fine because he was not wearing a mask, which is mandatory in France because of the coronavirus pandemic, Mr. Zecler said he quickly entered the studio. Three police officers exited the car and followed him inside.

      Security camera footage obtained by Loopsider shows that a scuffle began when Mr. Zecler resisted the officers as they grabbed him. The officers pummeled him repeatedly over several minutes, using their fists and feet, as well as a police baton. Mr. Zecler said that the officers also had insulted him and used a racial slur against him.

      Alerted by the commotion and Mr. Zecler’s cries for help, a group of young artists who were attending a recording session in the studio’s basement came upstairs, and managed to push the police out the door, just as reinforcements were arriving.

      The police tried to force their way back into the studio, according to videos filmed by neighbors and obtained by Loopsider, before throwing a tear-gas canister through the window, which quickly filled the small enclosed entrance with gas.

      “‘It’s my last day and I don’t know why,’” Mr. Zecler said he was thinking at the time, telling Loopsider that the beating left bruises across his body, a torn tendon and a head wound.

      Several officers pointed firearms toward the entrance. Mr. Zecler came out and was arrested, as were the nine young men from the recording studio, who told Loopsider that they were also held at gunpoint and hit by officers. The nine men were released the same day without charge.

      Mr. Zecler was held for 48 hours, accused of violence against the police and resisting arrest, but the Paris prosecutor’s office dropped the charges after his lawyer brought video of the incident to the police. The prosecutor’s office declined to specify whether the charges had been dropped because of the footage.

      Speaking to reporters in Paris on Thursday, Mr. Zecler said the incident had left him feeling fearful.

      “The people who are supposed to protect me are holding me at gunpoint,” he said, adding that many police officers “did their work well” and that he felt lucky the incident had been caught on video.

      “I would like that it never happen again, for anyone,” he said. “Camera or no camera.”

      Hafida El Ali, Mr. Zecler’s lawyer, told reporters that he was “lucky to have these videos” showing acts of police violence that are “isolated” but “exist.”

      “If we didn’t have that, unfortunately, he would obviously be detained,” Ms. El Ali told reporters in Paris after having filed a formal complaint against the officers. “Because it’s his word against the word of the police officers, and we know perfectly well that it’s the police officers that would win.”

      The beating came amid heated debates over a new security bill pushed by President Emmanuel Macron’s government, which includes a provision that prescribes a penalty of a year in prison and a fine of about $54,000 for anyone who broadcasts “the face or any other identifying element” of police officers in action if the goal is to “physically or mentally harm” them.

      Critics say that language is too open to interpretation and intended to discourage journalists and bystanders armed with smartphone cameras from documenting police brutality, amid growing criticism of aggressive police tactics and resistance from police unions. George Floyd’s death in Minneapolis last summer has also prompted scrutiny of racism within the French police force.

      Opponents of the bill seized upon footage of the beating to argue the bill should be scrapped, even though it was unclear that the provision would have applied in this case. The bill was passed by France’s lower house of Parliament this week and will be examined by the French Senate in January.

      “Without the videos nothing would have come out,” Julien Bayou, the head of Europe Écologie — Les Verts, France’s Green party, said on Twitter. “Videos that you want to ban. To protect police officers who carry out their mission with integrity? Or to guarantee the impunity of this behavior that dishonors the uniform?”

      The French government tried to quell the criticism on Thursday by announcing that it would establish a special commission headed by France’s human rights watchdog to look at ways of rewriting the provision.

      After the incident on Saturday, the officers said in their report that they had been trying to stop Mr. Zecler for failing to wear a mask when, in their telling, he forcefully pushed them into the building, according to Agence France-Presse. The officers also say he hit them several times and tried to grab their weapons, according to the news agency.

      But on the security camera footage, the officers seem to follow Mr. Zecler inside, and he tries to protect his face and body but does not appear violent toward the officers or appear to reach for their weapons.

      The Paris police, citing the investigation, declined to comment.

      Mr. Darmanin argued on France 2 that the “vast majority” of security forces acted professionally, saying that only 9,500 incidents were flagged every year, out of a total of roughly 3 million police operations.

      He also made public a preliminary internal police report on the evacuation of the migrant camp earlier this week, which faulted one officer who had tripped a running migrant for using a “disproportionate use of force.” But the report said more time was needed to review other incidents during the evacuation.

      The outcry over Mr. Zecler’s beating was swift and broad on French social media, even drawing condemnation from French sports stars — who are usually less vocal than their American counterparts on heated social debates — like Rudy Gobert or Kylian Mbappe.

      Valérie Atlan, who works with Mr. Zecler at the recording studio, told Loopsider that she did not understand why he had been targeted so violently.

      “I don’t know if it’s a question of skin color, a question of social status,” she said, or “a question of ‘what is this tall Black man doing in the 17th, this building can’t be his’.”

      https://www.nytimes.com/2020/11/26/world/europe/Paris-police-beating-video.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur

    • Sujet de dissertation sur la liberté d’expression : comparer avec les faits relatés et le contexte politique actuel, l’article du monde et celui du nytimes. Vous noterez ce qui a été omis dans le premier et saurez dégager les principes en œuvre du #déni des violences policières des journaux français à la botte du gouvernement.

    • Je serai curieux de savoir ce qu’ils avaient dit sur la radio-police, pour qu’aucun des policier·e·s en renforts ne s’opposent. Aucun.

      -- « un terroriste dangeureusement armé, prêt à tout faire sauter ? » — « un groupe de migrants armé de tentes explosives ? »

      Ou alors ielles ont aussi peur de se faire eux·elles-mêmes tabasser par leurs collègues ?

    • https://www.instagram.com/p/CIIptm2D10R

      Le producteur de musique Michel Zecler sur une photo publiée le 29 novembre 2020. (MICHEL ZECLER / INSTAGRAM)

      mimich_music
      Je m’en tiens le plus souvent à peu de mots. Je vais rester fidèle à cette règle. Les images qui tournent en boucle depuis 2 jours parlent d’elles-mêmes. Je remercie tous ceux qui m’ont témoigné du soutien : proches, collègues, voisins, artistes, célébrités ou simples anonymes.
      Je sens bien que mon cas est peut-être la goutte de trop pour beaucoup d’entre vous. Je réclame qu’aucune violence ni aucun amalgame ne soit fait en mon nom. Les faits sont graves. Ma réponse sera froide mais résolue. Les entailles les plus profondes ne sont pas forcément celles qui se voient. Elles mettront du temps à se refermer. Merci de respecter l’intimité de mes proches et de ma famille. La justice passera. J’y veillerai.

  • Paniques anticomplotistes
    par Frédéric Lordon, 25 novembre 2020
    https://blog.mondediplo.net/paniques-anticomplotistes

    Félix Vallotton. - « Paysage de ruines et d’incendies », 1915.

    Si Hold-up n’avait pas existé, les anticomplotistes l’auraient inventé. C’est le produit parfait, le bloc de complotisme-étalon en platine iridié, déposé au Pavillon de Breteuil à Sèvres. De très belles trouvailles, des intervenants dont certains ont passé le 38e parallèle comme des chefs : une bénédiction. Altérée cependant parce que, certes, on est content d’avoir raison et d’être la rationalité incarnée, mais quand même l’époque est sombre et on rit moins. La Terre plate et la Lune creuse, on veut bien, ça c’est vraiment drôle, mais QAnon beaucoup moins, ça fait de la politique, le cas échéant ça prend des armes ; aux fusils près et du train où vont les choses on pourrait bientôt avoir les mêmes à la maison. D’ailleurs, on commence à les avoir. Pour l’heure il n’est question que de masques et de vaccins, ce qui n’est déjà pas rien, mais on sent bien que tous les autres sujets sont candidats. Ce qu’on sent bien également, c’est le degré auquel le camp de la raison se voit lui-même démuni, et légèrement inquiet devant sa difficulté à élaborer des stratégies antidotes. Disons-le tout de suite, dans la disposition qui est la sienne, il n’est pas près d’en trouver la première.

    Le torrent de commentaires qu’a immédiatement suscité la diffusion du documentaire est sans doute le premier signe qui trahit la fébrilité — du temps a passé depuis le mépris et les ricanements. Si encore il n’y avait que la quantité. Mais il faut voir la « qualité ». C’est peut-être là le trait le plus caractéristique de l’épisode « Hold-up » que toutes les réactions médiatiques ou expertes suscitée par le documentaire ne font que reconduire les causes qui l’ont rendu possible. Les fortes analyses reprises à peu près partout ont d’abord fait assaut de savoirs professionnels par des professionnels : « la musique » — inquiétante (la musique complotiste est toujours inquiétante), le format « interviews d’experts sur fond sombre » (le complotisme est sombre), « le montage » (le montage… monte ?). C’est-à-dire, en fait, les ficelles ordinaires, et grossières, de tous les reportages de M6, TF1, LCI, BFM, France 2, etc. Et c’est bien parce que l’habitude de la bouillie de pensée a été installée de très longue date par ces formats médiatiques que les spectateurs de documentaires complotistes ne souffrent d’aucun dépaysement, se trouvent d’emblée en terrain formel connu, parfaitement réceptifs… et auront du mal à comprendre que ce qui est standard professionnel ici devienne honteuse manipulation là.

    • La chute de la Maison Média

      C’est que l’autorité des paroles institutionnelles n’a pas été effondrée du dehors par quelque choc exogène adverse : elle s’est auto-effondrée, sous le poids de tous ses manquements. À commencer par le mensonge des institutions de pouvoir. Les institutions de pouvoir mentent. Mediator : Servier ment. Dépakine : Sanofi ment. Bridgestone : Bridgetsone ment. 20 milliards de CICE pour créer un million d’emplois : le Medef ment. Mais aussi : Lubrizol, les pouvoirs publics mentent ; nucléaire, tout est sûr : les nucléocrates mentent. Loi de programmation de la recherche : Vidal ment (mais à un point extravagant). Violences policières, alors là, la fête : procureurs, préfecture, IGPN, ministres, président de la République, tout le monde ment, et avec une obscénité resplendissante qui ajoute beaucoup. Covid : hors-concours.

      Le capitalisme néolibéral a déchaîné les intérêts les plus puissants, or là où les intérêts croissent, la vérité trépasse. C’est qu’il faut bien accommoder la contradiction entre des politiques publiques forcenées et l’effet qu’elles font aux gens. Or pour combler ce genre d’écart, quand on a décidé de ne pas toucher aux causes de l’écart, il n’y a que le secours des mots. Alors on arrose généreusement avec du discours. Au début on fait de la « pédagogie », on « décrypte ». Et puis quand le décryptage ne marche plus, il ne reste plus qu’à mentir — à soutenir que ce qui est n’est pas (« la police républicaine ne se cagoule pas, elle agit à visage découvert »), ou que ce qui n’est pas est (on ferme des lits pour améliorer l’accueil des malades). Quand il n’est pas pure et simple répression, le néolibéralisme finissant n’est plus qu’une piscine de mensonge. Nous baignons là-dedans. C’est devenu une habitude, et en même temps on ne s’y habitue pas. Vient forcément le moment où l’autorité de la parole institutionnelle s’effondre parce que l’écart entre ce qu’elle dit et ce que les gens expérimentent n’est plus soutenable d’aucune manière.

  • La face cachée des énergies vertes - Regarder le documentaire complet | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/084757-000-A/la-face-cachee-des-energies-vertes

    Technologies vertes mais polluantes, recyclage impossible… : cette vaste enquête menée à travers le monde révèle les effets pervers des solutions propres pour parvenir à la transition énergétique.

    #énergie #extraction_minière #pollution #terres #eau #cancer

  • #Espagne : Madrid ouvrira son nouvel hôpital des pandémies en décembre
    https://information.tv5monde.com/info/espagne-madrid-ouvrira-son-nouvel-hopital-des-pandemies-en-dec

    ... certaines voix se sont élevées contre cet #hôpital, mettant en doute la nécessité d’un tel projet avec la crainte qu’il capte des ressources allouées aux autres hôpitaux, notamment en matière de personnel sanitaire.

    [...] la région n’a en effet pas prévu d’embauches, malgré l’ouverture de l’hôpital.

    Il y a deux semaines, l’autorité sanitaire de la région avait lancé un appel pour réunir 669 professionnels des autres centres madrilènes, afin de mettre en route le premier pavillon de l’hôpital.