• Un hôtel japonais remplace ses robots par des collaborateurs humains Natacha Van Cutsem/Lara Gross - 20 Janvier 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/10145456-un-hotel-japonais-remplace-ses-robots-par-des-collaborateurs-humains.ht

    Le premier hôtel au monde entièrement géré par des robots fait marche arrière. Une partie des 243 machines de l’établissement japonais seront remplacées par des humains à la suite d’erreurs technologiques à répétition.

    Les employés-robots ont donné du fil à retordre aux clients de cet hôtel japonais. Couacs informatiques, personnel humain en permanence occupé à recharger les batteries ou des assistants vocaux incapables de répondre aux questions pratiques posées par les clients, il n’en fallait pas plus pour renoncer.

    Parmi ces couacs : les difficultés du robot tyrannosaure de l’accueil à réaliser les photocopies de passeport des clients ou l’incapacité des robots chargés de transporter les bagages d’atteindre la totalité des chambres de l’hôtel, en raison des dénivelés incompatibles avec leurs roulettes.

    Ou encore la mésaventure d’un client réveillé sans cesse la nuit en raison de ses ronflements qui n’étaient pas compris par le robot assistant de la chambre. La machine confondait les ronflements avec des sollicitations vocales. Le client n’est jamais parvenu à arrêter l’appareil en question.

    Trois ans infructueux
    Situé proche d’un centre d’attractions, cet hôtel avait décidé d’utiliser des robots pour répondre à une pénurie de main-d’oeuvre. Initialement, leurs charges étaient simples comme ranger les bagages. Mais par la suite l’établissement s’est équipé de robots de divertissements et les problèmes ont commencé, rapporte le Wall Street Journal. L’hôtel n’aura vécu que trois ans au rythme d’un système 100% robotisé.

    #religion de l’#intelligence_artificielle
    ou #croyance en les #algorithme

    #réel #robots #robot #robotique #robotisation #automatisation #critique_techno #automatisation #technologie #Japon #assistants_vocaux


  • John Tolan : « Les #Lumières voyaient le Prophète comme un héros du #rationalisme » - A la Une - Le Monde des #Religions
    http://www.lemondedesreligions.fr/une/john-tolan-les-lumieres-voyaient-le-prophete-comme-un-heros-du-r

    ... aujourd’hui, « Mahomet » est souvent opposé aux Lumières. N’était-ce pas déjà le cas aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

    Non, bien au contraire. Les Lumières voyaient le Prophète comme un héros du rationalisme, contre l’#obscurantisme de l’#église chrétienne. La traduction du #Coran par Georges Sale en 1734, dont l’introduction compare Mahomet à des fondateurs d’#Athènes et de #Rome, a eu un impact profond dans cette compréhension de Muhammad comme l’initiateur d’un #monothéisme pur, débarrassé du culte des saints et du pouvoir des prêtres, qui offrirait un modèle proche du #déisme. C’est cette traduction qu’utilise Voltaire. Et c’est elle qui va le faire changer d’avis. Dans sa pièce de théâtre Le Fanatisme ou Mahomet le Prophète, écrite en 1736, il décrit un imposteur sanguinaire et ambitieux, qui rappelle la légende noire du Moyen Âge. Mais vingt ans plus tard, dans son Essai sur les #mœurs et l’#esprit des nations, il en fait un grand homme, qui a réussi à rassembler les Arabes. Certains diraient aujourd’hui que #Voltaire est « #islamogauchiste » ! Cela préfigure en fait le « Mahomet » romantique, qui sera comparé à Napoléon.


  • Freud, Einstein : attention génies !
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/270913/freud-einstein-attention-genies


    Photo des 4 sœurs de Freud dont 3 finirent gazés dans les camps, la 4eme la plus jeune Adolphine mourra de faim.

    Einstein a bien abandonné, et par deux fois, le fragile Eduard, son fils cadet. Sigmund Freud, en dépit de leurs demandes, n’a pas ajouté les noms de ses quatre sœurs à la liste de ceux qui pouvaient fuir l’Autriche avec lui, où figuraient pourtant les employées de maison ou le chien. Toutes sont mortes en déportation.

    Au sujet d’Eisenstein le fait qu’il ai abandonné sa première fille et maltraité Minerva, ne sont pas évoqué, le destin d’un fils étant toujours plus interessant que celui d’une fille et d’une femme.

    L’article présente ces livres comme étant à charge, mais on est encore loin du compte.
    #grand_homme


    • LE GRAND BLABLA !

      A peine commencé, le grand débat est déjà terminé. Chantal Jouanao a jeté l’éponge, devant le refus de l’Elysée de garantir un débat indépendant suivi d’effets, et aussi, un peu, devant la pression populaire sur son salaire à la tête de la Commission Nationale du Débat Public.

      De séminaire gouvernemental en éléments de langage ineptes, du style « Le grand débat ne doit pas devenir le grand déballage », la majorité a décidé de foncer toujours plus vite dans le mur du refus de l’écoute et du rejet du dialogue.

      La lettre aux Français d’un Président hors-jeu et hors-sol a fixé les termes d’un débat impossible où les lignes rouges de l’ISF et de la politique de privatisation libérale de l’Etat ne peuvent être franchies. Pire ! La lettre d’Emmanuel Macron propose des thèmes chers à l’extrême droite sur l’accueil des réfugiés, l’immigration ou l’identité, qui ne sont en rien portés par les revendications des gilets jaunes.

      Nous assistons donc, un peu goguenards et complètement désabusés à la promotion d’un coup de communication politique bancal, organisé par le gouvernement, pour le gouvernement, pour les derniers soutiens du gouvernement, donc un débat totalement inutile.

      Ce grand débat n’a qu’un objectif : remettre en scène le Président, qui fera un tour des régions, en présence des caméras et des militants triés sur le volet, pour montrer qu’il a compris le message des gilets jaunes, et qu’il est proche de son peuple désormais.

      Ce même Président qui a décidé d’annuler les voeux aux corps intermédiaires, jugés « trop chronophages et inutiles », ce Président qui résume un mouvement profond de contestation sociale à une foule haineuse. Ce même Président qui écrit une bien trop longue lettre aux Français, comme s’ils voulaient éviter d’avoir à mal jouer son rôle, une fois encore, devant les caméras officielles de l’Elysée.

      Le grand débat national s’avère en réalité une petite opération de communication sur le dos des maires, dont certains ont déjà refuser de se prêter au jeu, jugé sans doute trop chronophage et inutile, lui aussi.

      Le débat est impossible, tout comme cette cocasse et triste « guerre des cagnottes » qui n’a pas pu avoir lieu à cause de la censure d’une plateforme de dons en ligne qui a interprété ses conditions d’utilisations pour complaire aux injonctions du gouvernement.

      Il faut comprendre la cagnotte de soutien à l’ancien boxeur Christophe Dettinger, comme l’expression de défiance des invisibles, prêts à toutes les solidarités contre une oligarchie embastillée.

      Dettinger est devenue une icône, en miroir à Benalla, autre icône, qui se moque de la justice.

      C’est la comparution immédiate pour l’un et l’immunité et le faste des voyages avec passeports diplomatiques pour l’autre, dans une danse macabre sur les restes piétinés de la République.

      La volonté d’apaisement de l’exécutif n’existe pas.

      C’est un barrage autoritaire qui blesse les corps et empêche la parole qui se dresse face à une demande de plus de démocratie et de plus de justice. Une violente lutte de pouvoir où « ceux qui réussissent » empêchent « ceux qui ne sont rien » de construire leurs solidarités effectives.

      La Ve République n’est certainement pas l’incarnation suprême de l’idéal républicain.

      Pierre Mendès France jugeait que « La République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l’encontre de l’inégalité, de l’oppression, de la misère, de la routine, des préjugés, éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir.”

      Il ne peut y avoir d’ordre républicain sans justice.

      Les thèmes du grand débat sont gravés sur le fronton de nos mairies : Liberté, Egalité, Fraternité.

      Tout le reste, c’est du vol.

      https://www.lemondemoderne.media/le-grand-blabla

    • Le municipalisme n’est pas une panacée !

      ... En effet ce que dit René Revol prouve à quel point Emmanuel Macron s’est trompé lorsqu’il a décidé de s’adresser au peuple par le truchement de sa représentation municipale.

      Par ailleurs, comment peut-on convaincre tout un chacun qu’il s’agit d’un « grand débat » alors qu’il n’est en réalité qu’un one-man-show guidé et animé par le Président répondant aux questions des membres d’une assemblée.

      Et ces questionneurs étant des édiles, on peut admettre qu’ils sont les porte-paroles de leurs administrés, mais ils ne sont que des interlocuteurs univoques puisque les points abordés ne sont suivis d’aucune solution et tout au moins, d’aucune réflexion contradictoire...

      C’est ainsi que la démocratie dite participative trouve ses limites démocratiques dans le grand tohu bohu d’une jactance qui est un leurre, un grand bluff, de la poudre aux yeux pour l’opinion publique !

      D’ailleurs « les gilets jaunes » ne s’y sont pas trompés et restent mobilisés pour faire comprendre à l’Elysée que sa grande opération de communication est inutile, intempestive et d’ores et déjà frappée d’obsolescence.

      Seule une série de référenda d’initiative citoyenne dont les questions seraient rédigées par la « France d’en bas » pourraient calmer la colère populaire et produire les réponses salutaires qu’exige le pourrissement de notre société.

      Les municipalités ne peuvent être que des courroies de transmission.

      Des vecteurs de la démocratie.

      https://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/200119/le-municipalisme-nest-pas-une-panacee

    • ... Cest à dire avec cette arme de dissuasion massive du mensonge des classes dominantes qui est désormais leur réponse à la colère populaire sans oublier l’utilisation éhontée de la force publique, casquée et bottée, avec matraques et flash-balls.

      En effet est-ce vraiment un débat public cette organisation des jactances du Président devant des assemblées de Maires alibis d’un « échange démocratique » puisqu’ils sont priés de bien vouloir formuler des questions cadrées dans la fameuse « lettre aux Français » qui n’est autre qu’un catalogue de l’écume des problèmes de la nation ?

      Est-ce en réalité animer la vie républicaine que d’en détourner le sens et d’en falsifier les valeurs ? Remplacer la libre discussion par un discours de campagne électorale ?

      Par le détournement sémantique du discours public sous l’apparence du bon sens, on maîtrise des salles a priori sceptiques voire hostiles et on donne aux medias (qui n’attendent que cela) l’impression de l’émergence d’un consensus...

      Un Barnum-circus de la démocratie représentative avec des notables, des naïfs et des gogos !

      Car la perfidie et le cynisme du pouvoir régalien sont sans limites : en 1871, l’ignoble Adolphe Thiers matait le petit peuple des insurgés parisiens avec ses canons et ses mercenaires, en 2019, le muscadin Emmanuel Macron a pris la décision de casser la « révolte des ronds points » avec les mots d’un charlatanisme bon enfant et agréé par « les honnêtes gens ».

      Ainsi, il n’y a de république que conservatrice et une démocratie ne peut être qu’une autocratie dirigée par un leader éclairé...!

      Imbu de sa personne, de sa supériorité intellectuelle et de sa facilité de parole, le leader dispose et impose ; il enfume et abuse. Une ritournelle qui a un doux parfum vichyssois :

      « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal »..."La terre, elle, ne ment pas "...etc

      Serait-il l’héritier d’un certain Maréchal...?

      NB/ le département de l’Hérault n’est pas dupe de l’enfumage présidentiel puisque seulement 19 Maires (sur 342) ont répondu présent à l’invitation du meeting macronien de Souillac !

      https://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/180119/perfidie-semantique

      « Une république à bout de souffle, confisquée par une caste bourgeoise empêtrée dans l’expertise technocratique et la religion du libéralisme, auto-satisfaite et arrogante, sûre d’elle et dominatrice grâce à sa maîtrise de la communication publique.

      Mais cette indécente démonstration de monopolisation du discours officiel avec le one-man-show normand est en réalité un chant du cygne.

      Oui, le ciel est noir. Mais le fond de l’air est jaune ! »

    • Macron face aux maires : la présidente Delga exprime « son malaise à Souillac, transformée en ville morte »
      https://www.midilibre.fr/2019/01/19/macron-face-aux-maires-la-presidente-delga-exprime-son-malaise-a-souillac-


      La présidente de la Région Occitanie Carole Delga avait fait le déplacement à Souillac dans le Lot.
      PHOTO ARCHIVES NASSIRA BELMEKKI

      La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, avait fait le déplacement ce vendredi 18 janvier dans le Lot, lors du deuxième acte du grand débat national avec les élus à Souillac.

      Comme le relate La Dépêche, ce qui l’a d’abord surpris, c’est l’aspect ville morte de Souillac. En effet, la président de Région explique : « Quand je suis arrivée vers midi, il n’y avait personne, sinon des représentants des forces de l’ordre. Pas un passant dans les rues, la plupart des commerces fermés. J’ai été très mal à l’aise. Comment, en effet, reprendre contact avec les citoyens, en particulier en milieu rural, si on aseptise les lieux ou l’on se rend ? Il y a comme une contradiction. Du coup, comme je ne pouvais pas concevoir d’aller dans une salle avec le président de la République sans échanger avec les habitants, je suis allé à leur rencontre. J’ai discuté avec des gilets jaunes et quelques rares personnes présentes. Ils ont été supers gentils. Une dame m’a même attribuée la fonction de maire de la région Occitanie » déclare Carole Delga, jointe par téléphone. « Cela manquait d’interactivité »

      En revanche, la présidente de la Région Occitanie n’est pas restée à Souillac pour écouter les réponses d’Emmanuel Macron. Toujours selon La Dépêche, Carole Delga n’a pas apprécié le format de ce débat. «  C’était très bien que les maires puissent exprimer leurs doléances ou revendications, mais cela manquait un peu d’interactivité. J’ai trouvé que ce débat nous enfermait. J’aurais préféré quelque chose de plus ouvert  » dit-elle.



  • Deux mois après le début du mouvement des Gilets Jaunes, j’ai terminé une revue de presse sur la question (dans le but d’écrire un article à l’attention de mes ami.e.s anglophones du Canada, mais je ne sais pas si ça arrivera un jour). Je sais que d’autres se sont déjà essayés à une telle revue de presse, mais tant pis, voici la mienne qui n’essaye pas du tout d’être exhaustive :

    (1) Prémices :

    Cette guerre de basse intensité contre toute forme de révolte
    Gaspard d’Allens, Reporterre, le 13 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/735614

    (2) Effets sur le commerce :
    https://seenthis.net/messages/737657
    https://seenthis.net/messages/737900
    https://seenthis.net/messages/739837
    https://seenthis.net/messages/743897

    (3) Répression policière et judiciaire :
    https://seenthis.net/messages/740633
    https://seenthis.net/messages/741161
    https://seenthis.net/messages/742416
    https://seenthis.net/messages/744081
    https://seenthis.net/messages/744104
    https://seenthis.net/messages/745931
    https://seenthis.net/messages/745953
    https://seenthis.net/messages/747535
    https://seenthis.net/messages/748646
    https://seenthis.net/messages/748751
    https://seenthis.net/messages/749045
    https://seenthis.net/messages/749187
    https://seenthis.net/messages/749847
    https://seenthis.net/messages/750174
    https://seenthis.net/messages/750538
    https://seenthis.net/messages/751050

    (4) Soutien et répression des lycéen.ne.s et étudiant.e.s :
    https://seenthis.net/messages/737434
    https://seenthis.net/messages/741687
    https://seenthis.net/messages/741773
    https://seenthis.net/messages/741813
    https://seenthis.net/messages/741924
    https://seenthis.net/messages/741959
    https://seenthis.net/messages/744912
    https://seenthis.net/messages/746449

    (5) Évolution du traitement syndical et médiatique :

    Gilets jaunes : ça bouge chez les syndicats
    Arthur Brault-Moreau, Regards, le 30 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/740147

    Les directions syndicales répondent à l’appel de Macron pour maintenir l’ordre contre les gilets jaunes
    Damien Bernard, Révolution Permanente, le 6 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741895

    Le traitement médiatique des Gilets Jaunes : un mois de propagande pro-Macron
    Marion Beauvalet, Le Vent se Lève, le 29 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/748043

    (6) Tentatives d’enquêtes sociologiques :

    « Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »
    Collectif, Le Monde, le 11 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/743069

    Enquête. Les gilets jaunes ont-ils une couleur politique  ?
    Collectif "Quantité critique", L’Humanité, le 19 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/746021

    « Le mouvement des “gilets jaunes” n’est pas un rassemblement aux revendications hétéroclites »
    Jean-Yves Dormagen et Geoffrey Pion, Le Monde, le 27 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/747411

    (7) Analyses (pas le plus intéressant, mais c’est pour savoir ce que pensent les "intellectuel.le.s") :

    La couleur des gilets jaunes
    Aurélien Delpirou, La vie des idées, le 23 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/738152

    Qui sont et que veulent les « gilets jaunes » ?
    Benoît Coquard, Contretemps, le 23 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/738152

    De quelle couleur sont les gilets jaunes ?
    Rafik Chekkat, Etat d’exception, le 24 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/738152

    Omar Slaouti : « Nous organiser »
    Ballast, le 28 novembre 2018
    https://seenthis.net/messages/739537

    Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des « gilets jaunes »
    Laurent Mucchielli, The Conversation, le 4 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741173

    QUELQUES REFLEXIONS SUR LE MOUVEMENT DES GILETS JAUNES, SUR SON IMPORTANCE, ET SUR LE MÉPRIS ET L’EXTRÊME VIOLENCE À LAQUELLE ON ASSISTE AUJOURD’HUI A L’ÉGARD DES CLASSES POPULAIRES
    Edouard Louis, Facebook, le 4 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741160

    Les Gilets Jaunes, l’économie morale et le pouvoir
    Samuel Hayat, le 5 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741622

    Au sujet des « gilets jaunes », je ne sais sur quel pied danser
    Titiou Lecoq, Slate, le 7 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741978

    Gilets jaunes : le sens du face à face
    Etienne Balibar, Médiapart, le 13 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/743887

    Les Gilets jaunes et la question démocratique
    Samuel Hayat, le 24 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/746854

    « Les “gilets jaunes” veulent rompre avec le sentiment de dépossession »
    Ivan Bruneau et Julian Mischi, Le Monde, le 2 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/748665

    Des « gilets jaunes » composites et des gauches embrumées
    Philippe Corcuff, Médiapart, le 3 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/752160

    Les vertus de l’inexplicable – à propos des « gilets jaunes »
    Jacques Rancière, AOC, le 8 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/749921

    Eric Fassin : « Quand on rejette l’opposition gauche/droite et la représentation politique, ça finit rarement à gauche »
    Pierre JacquemainRegard, le 14 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/752279

    (8) En anglais :

    The mass protests in France : A new stage in the international class struggle
    Le Comité de rédaction du World Socialist Web Site, le 3 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/740828

    The undead centre meets the shitstorm
    Richard Seymour, Patreon, le 7 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741895

    To Understand France’s Crisis, You Must First Understand Its Cheese
    Karl Sharro, BuzzFeed, le 20 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/746836

    Popular Uprising in Paris and Left’s Fear of Populism
    Ranabir Samaddar, Alternatives international, le 14 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/752711

    (9) Audio-visuel :

    ELO#351 - Gilets Jaunes et Musique
    Dror, Entre Les Oreilles, le 12 décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/743558

    Des images du Siné Mensuel de décembre 2018
    https://seenthis.net/messages/741364

    #Gilets_Jaunes #France #Violence_policière #Violences_policières #brutalité_policière #répression #universités #lycées #syndicats #média #sociologues #intellectuels #enquêtes #analyses #droite #gauche #recension


  • « Achète-toi une gourde » : interdits de manif, des élèves débranchent le distributeur à boissons RTBF - 19 Janvier 2019

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_achete-toi-une-gourde-interdits-de-manif-des-eleves-debranchent-le-distr

    Jeudi, la marche pour le climat a attiré 12.500 étudiants dans les rues de Bruxelles. Certaines écoles avaient même décidé d’encadrer la participation de leurs élèves, tandis que d’autres leur avaient clairement signifié que les absences seraient sanctionnées.

    Ils réclament une politique climatique plus ambitieuse. "Quand les jeunes se mobilisent, ça a beaucoup plus d’impact sur la société et sur les décisions politiques, parce que c’est notre avenir qui est en jeu", expliquait Piero Amand, participant lui aussi à la manifestation et étudiant en rhéto à Court-Saint-Étienne, sur les ondes de Matin Première. 

    Leurs revendications sont directement adressées aux politiques afin que leur avenir soit assuré : un plan climatique contraignant avec l’ambition de limiter le réchauffement climatique sous 1,5 degré.

    Les étudiants se sont donc rassemblés en très grand nombre, très motivés, à la gare centrale de Bruxelles dans les environs de 10h30.

    C’était le cas au Collège Saint-Hubert d’Auderghem, où les élèves de cinquième année ont décidé de réagir de façon plutôt originale : comme le rapporte le compte Instagram de l’action « Youth for Climate Belgium », ils ont en effet décidé de se rassembler dans le but de faire réagir la direction, les professeurs ainsi que les élèves.

    « Les bouteilles en plastique qui sont à disposition dans le distributeur nuisent à la planète, expliquent-ils. Les manifestations pour le climat nous ont fait prendre conscience que même à notre échelle il n’est pas trop tard pour changer les choses. C’est la raison pour laquelle nous demandons à la direction de retirer ce distributeur d’eau et de remettre en fonction la fontaine d’eau afin de remplir nos gourdes. Ceci serait moins cher pour les élèves et mieux pour la planète ! »

    Une vidéo montre une première action de « blocage » un peu chahutée. par la suite, les élèves ont tout simplement décidé de débrancher l’appareil et d’y apposer des affichettes « St-Hubert pour le climat » et « Achète-toi une gourde ».

    . . . . . .

    #climat #eau #changement_climatique #marche_pour_le_climat #Ecole #avenir #rechaufement_climatique #plastique #bouteilles #étudiants



  • TNI sur Twitter : “Giant corporations have taken control of our food. For them, food is money: companies and their shareholders aren’t interested in what food means to the people who grow and eat it. They are interested in the profits they can make from it. #WHES19” / Twitter
    https://twitter.com/TNInstitute/status/1086680182600187905

    #agroindustrie #concentration #semences #nourriture #aliments


  • Drone footage reveals hundreds of abandoned Turkish chateaux at Burj Al Babas
    https://www.dezeen.com/2019/01/18/drone-abandoned-turkish-chateau-burj-al-babas

    Approximately halfway between Turkey’s largest city Istanbul and its capital Ankara, the Burj Al Babas development will contain 732 identical mini chateaux when, or if, it completes.

    Au premier regard j’ai cru à des maquettes, mais non !

    #architecture #lotissement

    • Vraiment ? Pas un fake ? Y’a d’autres sources ? Google maps ?
      Parce qu’ un château, c’est bien quand t’es seul. La non seulement tu te tapes des voisins mais en plus, t’as la même baraque que les autres, autant vivre à la Courneuve.
      Une Ferrari c’est bien si le parking du supermarché n’en est pas rempli. Sinon ça devient du mauvais goût, comme là.

    • non pas du tout fake

      #Talia_Saray_Villa

      gg:Maps
      https://www.google.fr/maps/place/Burj+Al+Babas+Villa/@40.4450213,31.1973133,1129m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x14cd368170cadda5:0x1c3af436b3407cb!8m2!3d40.462581!

      gg:Images

      présenté comme un "projet hôtelier", je crois (mais ce n’est pas très clair) que les pavillons sont destinés à des investisseurs, non pour une gestion directe des locations.

      Talia Saray Project » Burj Global Group
      http://burjglobalgroup.com/property/talia-saray-project

      DESCRIPTION
      Burj Global Real Estate Group Launches Talia Saray Project (Talia Sarai) for Royal Villas (1/5/2017)

      The resort is located in Modorno district of the Polo Turkish state Which is one of the most attractive natural areas for tourists and it is two hours from Istanbul and an hour and  a half from the capital Ankara, an hour from Sabanga, a lively area of ??nature and sulfuric water (therapeutic)  at 860 meters above sea level, where fresh air and 25 degrees Summer degree.

      The area is characterized by a tourist atmosphere in the summer and winter, where tourists go for recreation and  relax with therapeutic water. The Talia Saray project is the company’s sixth project in this region.

      The resort is equipped with all hotel services / large commercial mall / 8 natural and industrial lakes  / restaurants and cafés throughout the resort / indoor and open swimming pools for women and men for privacy / Hotel / children daycare / Mosques / Hospital / Cinema / Spa Jacuzzi & Sauna / Horseback Riding /
      Thermal Water Swimming Pool / Heliport / Aqua Park / Golf Land / Soccer courts, Basketball, Tennis /  Artificial river / Golf cars for mobility within the project / Trips to Istanbul / Maintenance /  Guarding and security 24 hours a week /

      The project consists of 350 villas designed in classic style. The interior of the villa is 300 square meters. Divided into two floors. The ground floor consists of three open living rooms (can be two bedrooms), a dining room,  a kitchen with a bathroom and rooms, a Jacuzzi and steam room with thermal water, with a terrace that can be  turned into a diwaniya and a back terrace overlooking the villa’s back garden. The first floor consists of three bedrooms (one of them master room) and two bathrooms with a large terrace  and a balcony overlooking the lakes in the resort, villas also feature modern furnishings and  full luxurious decor in keeping with the villa’s exterior design.

      The villa garden is organized in an engineering style, decorated with flowers and enjoys full privacy.  A private outdoor swimming pool can also be set up for the villa.
      The land area of each villa ranges from 320 meters to 669 square meters registered under the title deed,  and most of the sites are characterized by the presence of pleas for the right of use of owners villas.

      Delivery date 2019
      Payment methods cash or installments up to Three-year

    • Faillite en novembre 2018, donc…
      –> #ghost_town !


      Partially completed chateau-like houses in the project
      Source: Sarot Group/Burj Al Babas/Facebook

      Customers from Qatar, Bahrain, Kuwait, United Arab Emirates and Saudi Arabia snapped up 350 of the villas, according to Hurriyet, at a going rate of $370,000 to $530,000. They specifically asked for the chateau-like design, according to the project’s consulting architect, Naci Yoruk.

      Sarot Group Chairman Mehmet Emin Yerdelen blamed his predicament on deadbeat clients.

      We couldn’t get about 7.5 million dollars receivables for the villas we have sold to Gulf countries,Hurriyet quoted Yerdelen as saying. “We applied for bankruptcy protection but the court ruled for bankruptcy. We will appeal the ruling.

      The group finished building 587 villas before it applied for bankruptcy protection.

      Although the court ordered the group to stop construction immediately, Yerdelen is still hopeful.

      Investisseurs défaillants du Golfe…

    • article non daté, mais très certainement du 5/12/2018 vu le numéro de la page…
      (et modifié après puisqu’il reprend une annonce du 16/09/2019

      Bonne nouvelle, le groupe serait plutôt sous redressement judiciaire et a été autorisé à poursuivre la commercialisation des pavillons et châteaux…

      http://i.hurimg.com/i/hdn/75/650x650/5bfbcf4567b0a820a05ea3fd

      http://i.hurimg.com/i/hdn/75/650x650/5bfbcf4867b0a820a05ea3ff

      A lawsuit had been filed against the developers of the Burj Al Babas housing project on grounds that the company destroyed trees and dumped excavated soil on forestland in the district of Mudurnu in the northwestern province of Bolu.

      With the criminal case continuing in the Mudurnu court and the company also appealing the court-declared bankruptcy in Istanbul, the firm’s chairman Mehmet Emin Yerdelen told Demirören News Agency on Jan. 16 that the sale of the villas resumed because the Bankruptcy Directorate allowed it.

      Our companies are currently operating in normal conditions under judicial control. Our sales and construction works continue as part of our resumed commercial activities,” he said.
      […]
      But the court now decided on bankruptcy. That was a wrong decision. The total value of the project is about $200 million. We will object to this decision. We still have 250 villas completed and ready to go on sale. Selling only 100 of them would be enough to pay off the debts and complete the project,” Mehmet Emin Yerdelen, the chair of the Sarot Group, told daily Hürriyet.



  • Des milliers d’étudiants étrangers privés d’études en France

    Outre une perte d’attractivité des universités françaises, l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants extra-européens risque d’entraîner un effacement du champ de recherches et de formation dédié à la Méditerranée, estiment François Castaing et Pascale Froment, professeurs à l’université Paris-VIII.

    L’annonce du gouvernement d’augmenter les frais d’inscription des étudiants étrangers [hors Union européenne] a été affichée en moins de quarante-huit heures sur tout le réseau Campus France. Une diligence rare, souvent constatée lorsqu’il s’agit de sélectionner et d’exclure, socialement et géographiquement…

    Différentes voix se sont exprimées à ce sujet, hélas difficilement audibles dans un contexte politique et médiatique fort troublé. Il n’en reste pas moins que la question soulevée par la décision d’un barrage financier à la liberté d’étudier dans les universités françaises ne peut être éludée ; il en va d’un choix de société à long terme.

    L’université Paris-VIII Vincennes-Saint-Denis, située en Seine-Saint-Denis (93), accueille actuellement près de 30 % d’étudiants étrangers, soit deux fois plus que la moyenne des universités françaises (14 %). Cette attractivité de Paris-VIII n’est pas sans rapport avec les choix assumés d’être une « université-monde », même si d’autres logiques interviennent qui ont aussi à voir avec son « territoire » d’insertion dans l’un des départements français les plus pauvres et stigmatisés. Cette attractivité est clairement menacée par la hausse des frais d’inscription compte tenu du profil de nos étudiants, avec à la clé un effacement probable du champ de recherche et de formation dédié à la Méditerranée.A

    Depuis vingt-cinq ans, l’actuel master « Méditerranée, Maghreb, Europe » peut s’enorgueillir d’avoir défendu – contre vents et marées – un espace d’enseignement et de recherche axé sur la Méditerranée, occidentale au départ puis élargie à l’ensemble du bassin. Une Méditerranée appréhendée non pas dans l’opposition de deux rives mais bien comme un espace de circulations, d’échanges, de transformations, un espace pluriel, complexe, commun, pour ne pas dire partagé.
    Métissage intellectuel et social

    Contre tout enfermement dans des catégories et assignations culturalistes, le pari d’une approche transdisciplinaire a largement contribué à un décloisonnement de la pensée, indispensable pour l’intelligibilité de cet espace, et à la rencontre d’étudiants issus d’horizons géographiques, linguistiques, disciplinaires multiples.

    Venus de France, d’Espagne, d’Italie, de Grèce, mais aussi de Turquie et de Mauritanie en passant par le Liban et Israël et, bien sûr, des pays du Maghreb, les étudiants de ce master ont été formés scientifiquement sur la base d’un métissage intellectuel et social ouvrant à une compréhension partagée de la richesse et de la complexité de l’espace méditerranéen.A

    Par leurs diplômes, puis leurs projets, ils se sont pour beaucoup insérés professionnellement ici mais aussi ailleurs… Ce faisant, ils sont devenus de subtils passeurs de ces rencontres et de ces proximités culturelles. La connaissance fine des nombreux enjeux que cristallise la Méditerranée dans ses géométries variables ne peut se concevoir sans la participation des étudiants des rives sud et est.

    Nous connaissons bien ces étudiants qui sont les nôtres, leur situation universitaire, certes, mais aussi leurs conditions de vie, leurs « galères », tant en amont de leur arrivée (la course d’obstacles et les exigences croissantes pour espérer obtenir un visa) qu’au quotidien de leur vie d’étudiant, sur les plans économiques (travailler pour financer les études), social (des conditions d’hébergement difficiles), de la santé ou encore familial.

    Pour l’écrasante majorité, ils ne pourront passer le cap des frais d’inscription. Ce sont assurément des milliers de jeunes interdits d’études. Et c’est aussi, pour la France, se priver de la construction de savoirs croisés, co-construits, indispensables sur cet espace et à partir de cet espace.

    Bien au-delà de notre master et de l’université Paris-VIII, il y a là le risque imminent d’une désertification progressive du champ des études méditerranéennes et d’une méconnaissance pour la société française de cet espace, des tensions et des contradictions mais aussi des richesses et des potentiels qui le traversent, avec tous les dangers que cela représente. Une menace régulièrement rappelée par nombre d’universitaires, comme en témoignait déjà Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012), de l’historien Pierre Vermeren (Publications de la Sorbonne, 2012).Lire aussi Comment la France a délaissé les études sur le Maghreb

    Ce cynique « Bienvenue en France » [du nom de la stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux, présentée par Edouard Philippe en novembre 2018] – sic – combine alors tristement une vision à courte vue, très libérale en son essence, dans la lignée de l’immigration choisie de 2006, et un message pour le moins inquiétant de fermeture à l’égard d’une partie de cette Méditerranée à laquelle nous appartenons. Visions qui se rapprochent dangereusement de celles des Viktor Orban ou Matteo Salvini par une volonté, si peu masquée, de tarir le flux d’étudiants en provenance de cette région, très largement francophone, à l’instar des autres flux migratoires transitant par la Méditerranée.

    Ce sera, nous l’espérons, tout à l’honneur des universités françaises, et de Paris-VIII, que d’affirmer une résistance à cet « air du temps » délétère – qui s’installe dans la durée – en défendant une politique d’ouverture aux étudiants de Méditerranée et d’Afrique et, au-delà, gage d’une connaissance désoccidentalisée, mieux partagée des « fluidités » méditerranéennes et, plus largement, d’une reconnaissance de l’altérité.

    https://mondafrique.com/des-milliers-detudiants-etrangers-prives-detudes
    #frais_d'inscription #université #France

    • https://www.univ-lyon2.fr/universite/presse-medias/cp-l-universite-lumiere-lyon-2-s-engage-a-exonerer-les-etudiant-es-etrang

      (Je crois que Clermont-Freand a pris la même décision.)

      Le Gouvernement a annoncé à l’automne dernier l’augmentation des droits d’inscription des étudiant.es extracommunautaires de 170€ à 2 770 € en licence et, respectivement, de 243€ et 380€ à 3 770 € en master et en doctorat.

      La Commission recherche, le Comité technique, le Conseil académique et le Conseil d’administration de l’Université Lumière Lyon 2 se sont clairement prononcés en décembre dernier contre l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiant.es étranger.es extra-communautaires.

      Cette mesure, inscrite dans une stratégie intitulée paradoxalement « Bienvenue en France », remet en cause le principe d’une université française ouverte à tou.tes ainsi que la stratégie internationale de la France en matière d’accueil des étudiant.es étranger.es, de développement de la Francophonie et d’attractivité de la recherche française.

      Si l’amélioration de l’accueil des étudiant.es étranger.es est évidemment une nécessité, l’augmentation des droits d’inscription ne paraît ni pertinente, ni juste car elle concerne des étudiant.es parmi les plus fragiles et bat en brèche le principe d’égalité de traitement entre usager.es du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

      Le triplement annoncé des bourses et des exonérations ne permettra pas de couvrir tous les besoins. De nombreux/ses étudiant.es devront renoncer à leurs projets de formation en France en raison du niveau des frais d’inscription. Cette éviction concernera en premier lieu les régions du monde les plus pauvres et, plus généralement, les étudiant.es les moins fortuné.es.

      Afin de permettre au plus grand nombre de poursuivre leurs études en France, l’Université Lumière Lyon 2 exonérera à la rentrée universitaire 2019/2020 l’ensemble des étudiant.es étranger.es de ces frais complémentaires et leur appliquera uniquement les droits en vigueur pour l’ensemble des étudiant.es français.es.


  • L’axe évangélique – Le grand continent
    https://legrandcontinent.eu/2019/01/17/laxe-evangelique

    Fin novembre, Eduardo Bolsonaro, le fils du futur président brésilien Jair Bolsonaro, était en visite à la Maison Blanche, pour une rencontre avec Jared Kushner, le gendre et conseiller du président Donald Trump. Les discussions, qui ont porté sur le déplacement de l’ambassade du Brésil à Jérusalem, ont illustré la convergence diplomatique en voie de renforcement entre ces deux grandes puissances continentales. Cette nouvelle entente entre les chefs d’État des deux pays n’est pas seulement le fait d’une coïncidence électorale. Elle est le produit d’une dynamique politico-religieuse continentale qui a conduit à l’émergence d’un axe évangélique, soit une convergence religieuse et idéologique caractérisée par son polycentrisme. Autrement dit, l’axe est l’émanation d’une même force diffusée à partir de centres géographiques distincts, il se caractérise par l’émergence d’un évangélisme politique à l’échelle continentale.

    Les États-Unis sont le foyer historique de cet axe : au cours des dernières décennies du vingtième siècle, l’évangélisme s’y est fortement intégré au tissu politique. À ce titre, l’élection présidentielle de 1960 constitue une étape charnière dans l’émergence du discours religieux employé à des fins politiques. Lors de la campagne, le candidat républicain Richard Nixon n’a pas hésité à invoquer les valeurs traditionnelles chrétiennes pour mobiliser catholiques et évangéliques contre John Fitzgerald Kennedy. Mais c’est surtout depuis les années 2000 que l’influence évangélique est devenue particulièrement visible au sein de la droite américaine. Le président G. W. Bush n’a jamais caché sa conversion au « Born again Christianism », un courant clef de l’évangélisme états-unien qui se caractérise par la redécouverte du Christ à l’âge adulte. Ce puissant sentiment religieux s’est largement répercuté dans la communication présidentielle et l’évangélisme est devenu un instrument de gouvernement comme un autre. Après les attentats du 11 septembre 2001, le « pape des évangéliques », Billy Graham1, participe à l’apaisement national : il anime une messe de trois jours depuis la cathédrale nationale de Washington.



  • Intéressant : à #Montpellier, demain, les Gilets Jaunes commencent à la Paillade, « à la rencontre des habitants ». (La Paillade, rebaptisée Mosson, c’est le grand quartier populaire avec ses barres d’immeubles de la fin des années 60, dans l’ouest de la ville.)
    https://www.midilibre.fr/2019/01/18/gilets-jaunes-pour-lacte-x-les-prefets-de-lherault-et-du-gard-prennent-des

    Montpellier - Plusieurs points de rassemblements sont annoncés à Montpellier. Aux Halles de la Paillade, vers 13 h 30, où des « gilets jaunes » vont à la rencontre des habitants pour évoquer cahiers de doléances et référendum d’initiative citoyenne.


  • What does the US embassy in Baghdad export to Finland and dozens of other countries?
    http://www.helsinkitimes.fi/finland/finland-news/domestic/16083-what-does-the-us-embassy-in-baghdad-export-to-finland-and-dozens

    More than a million kilograms of cargo were shipped from Baghdad to different parts of the world, reveals US embassies procurement documents.

    Mysterious cargo shipments from the US Embassy in Baghdad to other American embassies and consulates around the world have been revealed on a Wikileaks’ database. Procurement orders of US embassies are public documents, but #Wikileaks put them in a searchable database making it easier to analyse.

    […]

    According to Wikileaks’ database, orders to ship more than 540 tonnes of cargo to the US were made in May 2018. The same document shows other main delivery destinations included 120 tonnes of freight to Europe, and 24 tonnes to South Africa, South America and Central Africa respectively. In comparison, only two and a half tonnes of freight were moved within Iraq between Baghdad, Basra and Erbil International Airports. So, the export of items from Iraq appears to be the primary activity.

    […]

    The Wikileaks’ database findings coincide with the discovery of a previously undisclosed US Embassy warehouse near Malmi Airport, a storage facility suitable for receiving large truckloads of incoming freight. Documents also show that the US Embassy in Finland ordered a new security perimeter fence for the warehouse compound in April 2018. The purpose for the warehouse remains unknown.
    Related articles:

    Guarded warehouse near airport and mysterious cargos from Baghdad; what is the US embassy in Helsinki up to? 

     
    This latest uncovering of unusual US embassy activity follows the 2017 exposure of the US Consulate in Frankfurt being used for surveillance operations and as a buying and postal dispatch centre of spying equipment for other US consulates. These latest Wikileaks revelations raise concerns that the US Embassy in Baghdad may also serve as a hub for secret operations worldwide.


  • Les #médias n’ont pas été à la hauteur du mouvement des #gilets_jaunes - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/01/18/les-medias-n-ont-pas-ete-a-la-hauteur-du-mouvement-des-gilets-jaunes_1703

    La #presse semble s’habituer à tout ! On a une presse incapable de dénoncer clairement ce qui est inadmissible. On l’a vu sur la vidéo des lycéens agenouillés. A force, la vidéo devient juste « choquante », puis juste « polémique ». Il y a là au mieux un manque d’analyse #politique, au pire une #complaisance envers le #pouvoir, qui substitue une réponse policière et judiciaire à une réponse politique attendue et désirée, qui serait à la hauteur des enjeux de ce mouvement populaire. Plus de 5 000 gardes à vue, plus de 200 peines de #prison, près de 100 blessés graves.


  • En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial
    http://www.slate.fr/story/172398/inde-soeurs-pere-malade-habillees-hommes-business-familial

    Dans un village de l’État de l’Uttar Pradesh, au nord de l’Inde, Jyoti, 18 ans, et sa sœur, Neha, 16 ans, ont prétendu être des garçons pendant quatre ans pour maintenir l’activité de barbier de leur père. En 2014, ce dernier est tombé malade au point de ne plus pouvoir travailler. Les deux jeunes femmes ont alors décidé de prendre les choses en main : elles ont coupé leurs cheveux, changé de style vestimentaire et enfilé chacune un bracelet en acier, signe de masculinité en Inde.

    « Nous avons rencontré beaucoup de problèmes lorsque nous avons commencé à travailler en 2014, a déclaré la cadette au Guardian. D’autres habitants du village se sont moqués de nous, mais nous les avons ignorés et nous nous sommes concentrées sur le travail, car nous n’avions pas d’autre choix. »

    Au sein de leur communauté rurale très religieuse et conservatrice, les deux jeunes femmes n’avaient d’autre option que de se travestir : les clients étaient sceptiques que des femmes touchent leurs cheveux et leurs barbes. Neha confie même que certains se comportaient mal avec elles. « Nous avons donc décidé de changer nos tenues, afin que personne ne puisse nous identifier. »

    À LIRE AUSSI En Inde, des femmes achetées pour quelques centaines d’euros
    Hommage du gouvernement

    Jyoti et Neha gagnaient 400 roupies [environ cinq euros] par mois, suffisamment pour payer le traitement médical de leur père et subvenir aux besoins de leur famille. Au fil des années, les sœurs ont pu dévoiler, petit à petit, leurs véritables identités à une partie de leur clientèle. Aujourd’hui, elles déclarent avoir suffisamment confiance en elles pour n’avoir peur de personne. L’aînée a d’ailleurs recommencé à se laisser pousser les cheveux.

    « Cela me fait beaucoup de peine lorsque je les trouve au travail, mais je suis très fier de mes filles. Elles ont sorti la famille d’une crise », a déclaré Dhruv Narayan, leur père. Le vieil homme n’est pas le seul à être impressionné : le gouvernement indien a également rendu hommage aux jeunes femmes. Abhishek Pandey, un officier, applaudit leur bravoure : « Les sœurs sont une inspiration pour la société et leur histoire doit être racontée à tout le monde. »

    #discrimination #femmes #sexisme #transgenrisme



  • Gilets jaunes : le maintien de l’ordre à l’épreuve des blessés graves - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/gilets-jaunes-le-maintien-de-l-ordre-a-l-epreuve-des-blesses-graves-18-01

    Chaque samedi depuis l’Acte I des Gilets jaunes le 17 novembre, qui a engendré une fronde inédite et de grandes violences, le nombre de blessés ne cesse de s’amplifier. Deux mille chez les manifestants, 1 000 parmi les forces de l’ordre selon le ministère de l’Intérieur. A l’IGPN, la « police des polices » saisie des enquêtes les plus graves, on dénombrait 81 procédures judiciaires au 15 janvier, dont 31 concernant des blessures graves. Parmi elles, 13 à la suite de tirs de lanceurs de balles de défense (LBD), 18 provoquées par des grenades GLI ou GMD ou par la force physique.

    Cette réalité judiciaire pourrait être en dessous de la réalité. La recension sur le réseau social Twitter par David Dufresne, un journaliste spécialiste du maintien de l’ordre, compte 308 signalements documentés par images, dont une centaine de blessés atteints à la tête. Parmi eux, une quinzaine de personnes ont perdu un œil. Il a également comptabilisé quatre mains arrachées. Les blessures mutilantes, quelle que soit l’issue judiciaire des enquêtes en cours, sont essentiellement causées par deux armes : d’une part le lanceur de balles de défense (LBD), qui tire des projectiles de caoutchouc de 40 mm de diamètre d’une portée de 10 à 40 mètres à la puissance de 160 joules, soit 10 fois la puissance d’un paintball, et d’autre part la grenade GLIF4, qui contient 25 g de TNT.

    #maintien_de_l'ordre


  • 3 Officers Acquitted of Covering Up for Colleague in Laquan McDonald Killing - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/01/17/us/laquan-mcdonald-officers-acquitted.html

    CHICAGO — Three Chicago police officers were acquitted on Thursday of charges that they had conspired and lied to protect a white police officer who fired 16 deadly shots into a black teenager, a contentious verdict in a case over what many viewed as a “code of silence” in the Police Department.

    The judgment, rendered in a tense, cramped courtroom overflowing with spectators, was delivered by a judge and not a jury. Speaking from the bench for close to an hour, Associate Judge Domenica Stephenson rejected the prosecutors’ arguments that the officers had shooed away witnesses and then created a narrative to justify the 2014 shooting, which prompted citywide protests, the firing of the police chief and a wide-ranging federal investigation into the police force.

    The ruling came more than three months after Officer Jason Van Dyke was convicted in October of the second-degree murder of Laquan McDonald, and on the afternoon before he was scheduled to be sentenced for a killing that was captured on an infamous police dashboard camera video.

    The three police officers — David March, Joseph Walsh and Thomas Gaffney — contradicted what the video showed. In it, Mr. Van Dyke fires repeatedly at Laquan, who is wielding a knife, as he moves slightly away from the officers and even as he lies crumpled on the ground. Prosecutors cited that footage repeatedly as they built a case against the officers, who are white, on charges of conspiracy, official misconduct and obstruction of justice.

    Et cette merveilleuse pénétration des « faits alternatifs » dans le domaine de la preuve juridique :

    Judge Stephenson said that even though the officers’ accounts of the shooting differed from the video, that did not amount to proof that they were lying. “Two people with two different vantage points can witness the same event,” she said, and still describe it differently.

    La mafia (FOP ?) attend le jugement d’une complice dans l’appareil (ou de quelqu’un tenu) :

    It was “undisputed and undeniable,” Judge Stephenson said, that Laquan had ignored officers’ commands to drop his knife. While she spoke, the three officers sat silently, sometimes staring down at the carpet or nervously jiggling a leg. After she read the verdict, several people broke into applause.

    On croit rêver !!! Police partout, justice nulle part. Des applaudissements dans un tribunal !. La mafia...

    “There was clearly evidence from the video that Laquan McDonald was not attacking or seeking to attack any of the law enforcement officers,” Mr. Finney said. “How could they all three make up a story indicating that Laquan was threatening their lives?”

    Si cela ne vous rappelle pas les excuses de ce policier de Toulon qui vient d’être décoré de la légion d’honneur, et l’attitude du procureur en France, c’est que vous passez à côté d’un phénomène majeur : l’autonomisation de la police dans le monde entier, avec l’Amérique et son soft power (livres, films,...) comme modèle.

    There were no protests after the verdicts were read, and William Calloway, a prominent Chicago activist who is running for City Council, urged Chicagoans to refrain. “To the black community, I know this hurts,” he said on Twitter. “We know this was a cover-up. I’m not saying take to the streets anymore. It’s time for us to take to the polls.”

    “That blue code of silence is just not with the Chicago Police Department: It expands to the judicial system,” Mr. Calloway said at a news conference.

    On Friday morning, the courts are scheduled for the final chapter in the Laquan case — a killing that came amid national protests and a spate of police shootings of black people. A Facebook group implored a “call to action”: “In room 500 at 9 a.m., show up to stand in solidarity with organizers and the family of Laquan McDonald as we demand, again, #Justice4Laquan.”

    #faits_alternatifs #Police #Justice



  • Comment changer le cours de l’#histoire | Eurozine
    https://www.eurozine.com/comment-changer-le-cours-de-lhistoire

    Depuis des siècles, le récit expliquant les origines de l’#inégalité sociale est simple. Pendant la plus grande partie de leur histoire, les hommes vécurent dans des petits groupes égalitaires de #chasseurs-cueilleurs. Puis vint l’#agriculture, accompagnée de la #propriété privée, puis la naissance des #villes signifiant l’émergence de la #civilisation à proprement parler. Si la civilisation eut bien des aspects déplorables (les guerres, les impôts, la bureaucratie, la patriarchie, l’esclavage, etc.), elle rendit également possibles la littérature écrite, la science, la philosophie et la plupart des autres grands accomplissements humains.

    Tout le monde, ou presque, connaît les grandes lignes de cette histoire. Depuis l’époque de Jean-Jacques #Rousseau, au moins, elle a informé notre conception de la forme générale et de la direction de l’histoire humaine. Cela est d’autant plus important que ce #récit définit dans le même temps ce que nous percevons comme nos possibilités #politiques. La plupart d’entre nous considère la civilisation, et donc l’inégalité, comme une triste nécessité. Certains rêvent du retour à un #passé #utopique, de la découverte d’un équivalent industriel au “#communisme primitif” ou même, dans les cas les plus extrêmes, de la destruction complète de la civilisation et du retour à une vie de cueillette. Personne, cependant, ne remet en cause la structure élémentaire de cette histoire.

    Et pourtant, ce récit est fondamentalement problématique.

    Car il n’est pas vrai.


  • Au Sénat, le droit voisin des éditeurs de presse frappe tous les sites, sur 20 ans
    https://www.nextinpact.com/news/107515-au-senat-droit-voisin-editeurs-presse-frappe-tous-sites-sur-20-an

    Des fois, on a du mal à croire que ce sont des gens censés, qui réfléchissent à la mise en pratique de leurs décisions. Au mieux, on aura un système qui va graisser des pattes d’intermédiaires, au pire, on fera dans l’auto-censure, et on ne citera plus personne. mais le silence n’est-il pas au fond le but ultime rcherché. Ce réseau qui développe la liberté d’expression, bouaaah.

    Au Sénat, la commission de la Culture a adopté à l’unanimité la proposition de loi créant un droit voisin en ligne pour les éditeurs et les agences de presse. Le texte ouvre un droit rémunératoire sur vingt ans, une durée jugée plus raisonnable que les cinquante d’abord prévus. Ce droit est toutefois étendu des moteurs... à l’ensemble des sites.

    Avec cette expression, soutient David Assouline, on élargit la liste des redevables « à l’ensemble des moteurs de recherche et des réseaux sociaux ». De fait, l’affirmation est un peu timide. En utilisant l’expression de services de communication au public en ligne, il frappe tous les sites Internet ouverts au public. Ce qui est un peu plus vaste.

    En l’état, blogs ou sites personnels, sites de e-commerce, commentaires, etc. toutes les pages accessibles aux internautes et qui utiliseraient d’une manière ou d’une autre un contenu journalistique auraient à verser une dîme.

    Concrètement, il étend la protection juridique des verrous technologiques à toutes les publications de presse, toujours sur l’autel des droits voisins. Gare, en conséquence, à celui qui parviendrait à contourner un tel mur censé protéger un article ou une photo de presse.

    Cet autre rustine parlementaire porte pour sa part l’obligation d’information sur les restrictions à la copie privée, là encore aux contenus journalistiques. En obligeant cette information, le texte autorise dans le même temps ces verrous restreignant la possibilité de chacun de réaliser une copie. David Assouline utilise à cet effet l’expression de « mesures techniques de protection de l’information. ».

    Enfin, la Hadopi aurait pour charge de réguler ces MTP en matière de presse.

    #Médias #Article_13 #Impraticable

    • Ben, à mon avis c’est mort !
      En prenant des notes sur les articles lus, et en les partageant via Seenthis, on entre pleinement dans le cadre de cet « usage » de la presse que l’on veut interdire à tous ceux qui n’ont pas les poches pleines.
      C’est le problème de ces lois décidées avec un objectf (souvent valable, comme de freiner l’accaparement par Google ou Amazon) mais qui ne prend pas en compte les effets de bord.

    • Je n’arrive pas à comprendre le sujet exact (d’autant que paywall). Ce n’est pas pareil de donner accès à un contenu complet sur son site et avoir une revue de presse avec un lien externe et un ou deux paragraphes d’extraits comme on le fait la plupart du temps ici. Le droit à la citation existe toujours que je sache ?

    • On peut espérer que ça ne passera pas à l’Assemblée.

      En fait, on a toujours les mêmes foutaises depuis les années 90 :

      – des parlementaires qui n’y comprennent rien (et seraient même naturellement hostiles à la libre expression de tous sur les réseaux), et demandent aux lobbys professionnels de leur rédiger les lois ;

      – une prétention à lutter contre le « néolibéralisme à l’américaine », mais en considérant dans le même temps que la seule expression en ligne se fait dans un cadre marchandisé (les gens en dehors du marchand seraient sympathiques mais totalement anecdotiques) ; on avait exactement ça quand on allait avec Valentin Lacambre expliquer aux politiques qu’ils allaient tuer son truc ;

      – et évidemment, en prétendant lutter contre le « néolibéralisme », on adopte des textes qui, en pratique, achèvent la marchandisation de l’expression sur les réseaux. Ici, en prétendant lutter contre la prédation Facebook/Twitter, on tue toute expression en dehors de Facebook et Twitter.

      Et même, puisque l’effet immédiat, c’est qu’un Mastodon ou un Seenthis (ou, sans doute aussi, Rezo.net) deviennent des risques financiers insoutenables hors sphère marchande, et que donc tous leurs usagers n’auront d’autre choix, pour faire des suivis de l’actualité, de publier sur Facebook et Twitter qui, eux, ont les moyens de payer les droits voisins, et même les frais d’avocats induits par ces nouveaux droits à la con.

      Same old same old…

      – Après, sur ce coup-là, je pense qu’on peut compter sur le tropisme « startup nation » du gouvernement pour bloquer cette version trop extensive de la directive européenne. Si les « dégâts collatéraux » prévisibles sont la destruction de possibilités d’émergence d’alternatives marchandes françaises (parce qu’une startup « alternative » à Facebook/Twitter c’est déjà pas gagné, mais si en plus tu lui colles en France des taxes et des droits que ne subissent pas les boîtes américaines sur le marché mondial, évidemment c’est mort), normalement ça ne passe pas. Un peu la logique de la crypto, quand il y avait les vagues d’hystérie autour de ça, des communications (pédo-nazies-terroristes) qu’on ne pourrait pas intercepter, ça a toujours coincé sur le fait que les banques et les entreprises ont besoin de sécuriser leurs communications.