• Myriam Revault d’Allonnes : « La #vérité n’a plus d’effet sur le #réel »
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/12/07/31003-20181207ARTFIG00280-myriam-revault-d-allonnes-la-verite-n-a-plus-d-ef

    On a beaucoup glosé sur la célèbre formule de #Nietzsche : « il n’y a pas de faits, il n’y a que des #interprétations ». Mais en aucun cas elle ne dissout ni n’abolit la vérité : elle énonce que les faits bruts ne signifient rien. Ils doivent être mis en ordre et ne font sens qu’à la condition d’être déchiffrés et interprétés. N’importe quel historien vous dira que les faits « purs » n’existent pas, qu’ils doivent être interprétés et organisés en un récit qui leur donne forme. Mais cette configuration des faits (certes liée à des choix) n’abolit pas la réalité factuelle. Ce n’est pas le cas de la « #post-vérité ».


  • Révolution et crise de la temporalité - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Revolution-et-crise-de-la.html

    L’historien allemand Koselleck a associé « l’âge des révolutions » (1750-1850) à un moment de fracture des représentations sociales du temps. Serions-nous en train de vivre une nouvelle fracture, révélée par le recours permanent au concept de « crise » ? La Vie des idées confronte le point de vue de Yves Citton et celui de Myriam Revault d’Allonnes, qui se sont tous deux intéressés à cette notion.



  • Julien Coupat, le Préfet de Police Delpuech, les Gilets Jaunes, Tarnac et moi
    http://www.davduf.net/julien-coupat-le-prefet-de-police-delpuech-les

    Sitôt connue, l’interpellation de Julien #Coupat « à titre préventif », le matin de l’acte IV des #GiletsJaunes, a tourné en boucle sur les radios et TV.

    Lors de l’affaire dite de « #Tarnac », j’avais rencontré celui qui n’était pas encore Préfet de Police de Paris, mais qui avait été à la manœuvre lors de l’affaire. Michel #Delpuech était l’ancien directeur de cabinet de Michèle Alliot-Marie au plus fort des événements.

    Afin d’éclairer les événements du week-end, voici le chapitre complet que je lui consacre dans mon livre « Tarnac, Magasin général » (Calmann Lévy / Pluriel)

    #Police #Justice #Répression


  • « Ça leur fera un souvenir » : Ségolène Royal défend l’interpellation de 151 jeunes à Mantes-la-Jolie
    https://www.francetvinfo.fr/politique/cela-leur-fera-un-souvenir-segolene-royal-defend-l-interpellation-de-15

    Ces jeunes se sont effectivement retrouvés dans des postures qui choquent les plus anciens, parce que ça rappelle d’autres images", a admis Ségolène Royal. « Mais les policiers ont parfaitement bien réglé les choses. Il n’y a eu aucun blessé, aucun problème. C’est une bonne chose de voir de temps en temps qu’on ne laisse pas ces jeunes, ces casseurs, faire n’importe quoi, n’importe où et n’importe comment », a-t-elle insisté.

    Marie #Ségolène_Royal est la fille de Jacques Antoine Royal (né en 1920 et mort en 1981), lieutenant-colonel d’artillerie de marine, et la petite-fille du général de brigade Florian Auguste Émile Royal et de Marie-Thérèse Carage. À la fin des années 1940, il épouse Hélène Dehaye (née en 1924) et le couple a huit enfants en neuf ans : Odette, Nicole, Gérard4, Ségolène, Antoine, Paul, Henry et Sigisbert.

    Un cousin, Benoît Royal, est général dans la deuxième section. Il est l’auteur du livre l’Éthique du soldat français paru en 20086.

    Une cousine, Anne-Christine Royal, a été membre du comité central du Front national.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9gol%C3%A8ne_Royal#Origines_familiales


    Jacques Antoine Royal
    source : http://mirrorontheworld.tumblr.com



  • Des ateliers d’auto-gynécologie pour se réapproprier son corps | Juliette Loiseau
    https://information.tv5monde.com/terriennes/des-ateliers-d-auto-gynecologie-pour-se-reapproprier-son-corps

    Les femmes témoignent de plus en plus des violences gynécologiques et obstétricales, et les récits d’insultes, d’humiliations ou d’actes non consentis sont courants. En parallèle, et depuis plusieurs années, des groupes d’auto-gynécologie s’organisent. Ils proposent un espace de parole et d’auto-observation, loin du cadre médical, pour redécouvrir son corps. Reportage dans l’un de ces lieux alternatifs à Paris. Source : Terriennes


  • En Macronie, le regard d’un ethnologue qui a réussi à pénétrer une tribu très exotique, aux mœurs inconnues.
    https://lemediapresse.fr/idees/demosthene-macron-est-desormais-percu-par-beaucoup-comme-un-pervers-ma

    Anonyme, « bien introduit dans les différents cercles de la macronie », selon ses propres mots, Démosthène est l’auteur du Code Jupiter : Philosophie de la ruse et de la démesure, qui vient de paraître aux Éditions des Équateurs. Il y dissèque la philosophie de Macron, libérale et machiavélique. Il revient avec nous sur son pamphlet.

    • Démosthène : Pour comprendre ces saillies de Macron, il faut en revenir à #Mandeville (1670-1733) que #Hayek, chef de file de l’école néo-libérale, présentait comme un « master mind » ― c’est vous dire l’importance de ce penseur mal connu du grand public, mais extrêmement apprécié dans la mouvance néo-libérale. Ces deux traits sont d’ailleurs complémentaires : c’est parce que Mandeville dit tout sans aucune circonlocution morale sur les mécanismes de l’appropriation privée qu’il faut le cacher au grand public. Mandeville est ainsi l’inventeur d’un redoutable art de gouverner fondé sur un habile dosage de la flatterie et du blâme. Cet art se présente comme une réponse à la question politique centrale : comment faire vivre les hommes ensemble sachant qu’ils sont égoïstes et que la contrainte n’est pas suffisante pour les soumettre ? Réponse de Mandeville : pour qu’ils consentent à obéir aux lois, il faut ― rançon de leur égoïsme ― les payer. Mais, comme ils sont nombreux et qu’il n’y aurait jamais assez d’argent pour tous les rémunérer, il faut les dédommager avec une monnaie… qui ne coûte rien ― sinon un peu de vent. C’est en effet en parole qu’on peut les payer, avec des flatteries célébrant l’étendue de leur entendement, leur merveilleux désintéressement personnel, leur noble souci de la chose publique et donc l’élévation de leurs âmes. Cette façon de circonvenir les hommes constitue, selon Mandeville, l’essence du Politique, le cœur de l’économie politique. Cette politique de la flatterie, menée par des politiques rusés est pour lui la seule susceptible de pouvoir faire vivre les hommes ensemble. On peut la mettre en œuvre en agissant sur deux leviers. D’une part, on désignera une classe d’individus dangereux constituée de « ceux qui aiment foutre le bordel », des « cyniques, » de « ceux qui ne sont rien et heureux de l’être », des « chômeurs multirécidivistes du refus d’embauche », des « pauvres qui coutent un pognon dingue » et autres amabilités. D’autre part, le fait de désigner à la vindicte publique cette basse classe d’irréductibles permet de poser en regard une large classe toute en dignité composée d’êtres travailleurs et obéissants à qui l’on dira qu’ils ont réussi là où les autres ont failli, ce qui permettra de les ériger en individus modèles capables de se modérer et de prendre autrui en considération. Le but, c’est non seulement de créer deux classes imaginaires opposées stabilisant le champ social, mais c’est aussi et surtout de donner libre cours à une troisième classe tirant les ficelles de l’ensemble. Cette troisième classe se caractérise de faire semblant d’obéir à la loi dans un double but : profiter du prestige des vertueux et, surtout, tenir tout le monde tranquille afin d’en tirer tous les bénéfices possibles. Nous sommes là au cœur de la politique du Capital qui intéresse aujourd’hui beaucoup le capitalisme financier d’où vient Macron.
      Or, pour mettre en œuvre cette politique, on peut être habile, semi-habile ou maladroit. Et Macron fut maladroit.

    • Éditions des Équateurs / à paraître / Le code Jupiter / Philosophie de la ruse et de la démesure
      http://editionsdesequateurs.fr/aParaitre/oo/LeCodeJupiter

      « J’ai écrit ce petit pamphlet parce que je désire expliciter ce “nouveau monde”, son mystérieux projet dont les réformes en cours, nombreuses, ne laissent entrevoir que la pointe de l’iceberg. Je conçois mon rôle comme celui d’un ethnologue qui a réussi à pénétrer une tribu très exotique, aux moeurs inconnues, et à s’y fondre. À cela près que ce n’est pas des Nambikwara ou des Bonoros dont je vais parler. Mais du groupe qui a pris la direction de l’État français et que j’appellerais les Jupitériens. 

      De moi, je ne dirai rien, sinon que je suis bien introduit dans les différents cercles de la macronie. Et, comme je tiens à le rester, il ne me reste plus qu’à avancer masqué. »

    • Quant à Ricœur, il ne retient que la division du sujet entre mêmeté (ce que le sujet a d’immuable dans la durée) et ipséité (ce qui renvoie à l’action instantanée dans ce qu’elle a d’unique). De sorte qu’autrui (dont Ricœur parle beaucoup) disparaît purement et simplement au profit d’une duplicité interne du soi, jouant de sa division entre mêmeté et ipséité ― ce qui fait alors apparaître Macron comme un personnage essentiellement intéressé à tisser sa propre légende.

    • D’autre part, le fait de désigner à la vindicte publique cette basse classe d’irréductibles permet de poser en regard une large classe toute en dignité composée d’êtres travailleurs et obéissants à qui l’on dira qu’ils ont réussi là où les autres ont failli, ce qui permettra de les ériger en individus modèles capables de se modérer et de prendre autrui en considération.

      Me/ se rappelle le mépris de classe du contrôleur des impôts lorsque dans son bureau il eut fini de lire ma lettre demandant annulation de ma dette :
      « Avec mon intelligence j’aurai pu faire beaucoup mieux que contrôleur des impôts, c’est pour ne pas tomber dans votre déchéance que j’ai accepté ce poste ».
      Je suis ressortie de là en comprenant que le rôle des pauvres était de faire peur et de rassurer les #honnêtes_gens sur leur soumission.
      #marché_des_pauvres


  • Variole, une résurrection inquiétante
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/10/30/variole-une-resurrection-inquietante_5207923_1650684.html

    Un excellent papier par Yves Sciama

    C’est un important tournant pour la biologie synthétique et la sûreté biologique. » Pour le professeur Gregory Koblentz, spécialiste de biosécurité à l’université George-Mason, en Virginie, il n’y a aucun doute : la synthèse du virus éteint de la variole équine, à partir de segments d’ADN issus du commerce sur Internet et livrés par voie postale, doit valoir signal d’alarme. Quand bien même cette synthèse avait seulement pour objectif « d’améliorer l’actuel vaccin contre la variole humaine », selon le professeur David Evans, de l’université canadienne d’Edmonton, qui l’a coordonnée.
    La « recette » de la variole humaine

    Si cette expérience, révélée durant l’été et financée par le laboratoire Tonix Pharmaceuticals, a franchi une ligne jaune, selon de nombreux spécialistes, c’est qu’elle fournit, clés en main, rien moins que la « recette » de la synthèse de la variole humaine.

    Pourtant, la synthèse de la variole ressuscite brusquement un scénario de cauchemar : celui de son retour, par un accident de laboratoire ou l’acte malveillant d’un déséquilibré, de terroristes ou d’un Etat voyou.
    Contagieuse par voie respiratoire, la maladie fit au XXe siècle 300 millions de morts.

    Une épidémie de variole sèmerait un chaos et une panique inimaginables : contagieuse par voie respiratoire, la maladie (qui tue un malade sur trois) fit au XXe siècle 300 millions de morts – plus que toutes les guerres cumulées. Ses survivants sont de plus généralement défigurés par les centaines de vésicules dont la maladie recouvre le corps et les muqueuses.

    L’atmosphère de panique qui avait entouré la poignée de cas d’Ebola sortis d’Afrique – maladie a priori moins contagieuse que la variole – laisse imaginer le chaos que causerait une flambée de variole : les replis, les perturbations du système de transport, notamment aérien, les chocs économiques qui s’ensuivraient, etc. Des dizaines de rapports d’analystes documentent combien l’extrême interconnexion de notre monde fait d’une épidémie l’un des principaux risques globaux.

    J’avais défendu un moratoire sur la biologie de synthèse en 2009, dans le silence le plus assourdissant

    Mais la question de la variole n’est que la partie émergée du gigantesque iceberg qu’est devenue la biologie de synthèse, dont les fulgurants progrès commencent à révéler l’énorme potentiel d’usages malveillants. David Evans a indiqué qu’il n’avait fallu que six mois et 100 000 dollars à son thésard et à lui-même pour ressusciter la variole équine. Il n’en faudrait donc sans doute pas plus pour son homologue humaine. Or la ­variole appartient à la partie complexe du spectre des virus dangereux – la plupart sont bien plus simples à fabriquer (celui de la poliomyélite, par exemple, a été synthétisé dans les années 2000). Même la construction de génomes bactériens, porteurs de centaines de gènes, est maîtrisée depuis une décennie.

    Bien évidemment le marché de l’ADN est forcément éthique... selon la logique des Conférences d’Azilomar : ce sont ceux qui font qui décident des limites (on voit par exemple l’effet dans la crise actuelle des opiodes de cette « auto-régulation » des industries...)

    Cette industrie de la synthèse d’ADN se trouve être l’un des importants leviers d’action disponibles pour réguler, et reprendre un tant soit peu le contrôle des risques engendrés par les sciences du vivant. En particulier parce que c’est une industrie qui s’est dès ses débuts, spontanément, posé la question de la sûreté biologique. Et qui a mis en place des mesures de sécurité dès 2009.

    Des mesures, baptisées « Protocole Standard », dont il faut souligner qu’elles sont entièrement volontaires. Elles ne sont appliquées que par les entreprises du secteur adhérentes au Consortium international de synthèse génétique (IGSC), une association dont la fonction est « d’élever le ­niveau de sûreté biologique, pour garder cette ­industrie propre », résume Marcus Graf, res­pon­sable de l’activité biologie synthétique au sein de la société allemande Thermo Fisher Scientific. L’IGSC compte aujourd’hui onze membres, ­contre cinq en 2009, et représente environ 80 % du marché mondial de la synthèse d’ADN.

    Mais rien n’est simple : on peut être partisan de l’auto-régulaiton, mais vouloir que les règles sur les choses dangereuses soient fixées par d’autres (sans qu’on se demande comment seront financés les experts « indépendants », si ce n’est pas des contrats recherche/entreprise...).

    Secundo, la fameuse base de données des ­séquences suspectes, que l’industrie réactualise chaque année, devrait en fait être constamment tenue à jour, afin de suivre les progrès rapides de la biologie. Il faudrait affecter à ce travail des équipes entières de biologistes chevronnés, au fait des derniers développements de la littérature, capables d’anticiper sur les usages malveillants – et non pas laisser le soin de le faire à une industrie hyper-concurrentielle, obsédée par la nécessité de réduire ses coûts et ses délais de livraisons. « Cette base de données devrait être établie et tenue à jour par les Etats, et ce serait aussi leur rôle de consacrer une importante ­recherche publique à cette tâche », souligne ­Gregory Koblentz.

    Une intervention de l’Etat que, une fois n’est pas coutume, les industriels appellent de leurs vœux. « Nous serions très contents qu’une agence nous dise au niveau national ou au niveau international ce qui doit aller ou non dans notre base de données », confirme Todd Peterson. La chose n’a en effet rien de trivial – elle suppose d’identifier dans le génome d’un pathogène quelles sont les parties vraiment dangereuses, liées à la virulence, la contagiosité ou la résistance aux traitements, et quels sont les gènes bénins, partagés avec d’innombrables autres organismes, qui servent uniquement au fonctionnement de base de l’organisme – respirer, se diviser, percevoir, etc.

    Ce dont les industriels ne veulent pas, il est vrai, c’est d’un contrôle des commandes qui serait ­effectué directement par les agences étatiques (telles que l’ANSM en France). Ils estiment que dans ce cas, ceux d’entre eux qui auraient l’agence la moins diligente perdraient leurs marchés. « Nos clients veulent être livrés en 3 à 5 jours, deux semaines maximum – le screening ne doit pas prendre plus de quelques minutes », avertit Marcus Graf.

    Ce que cet excellent article dit un peu plus loin :

    Il n’en reste pas moins que, partout dans le monde, la plupart des obligations liées à la ­sûreté biologique reposent sur des listes d’organismes suspects… dont la variole équine ne fait nulle part partie – c’est d’ailleurs ce qui a permis à David Evans de commander sur Internet ses séquences. « Actuellement prédomine une concep­tion très étroite de la sûreté biologique, analyse Gregory Koblentz. Elle revient à dire que tout biologiste qui ne travaille pas sur la quinzaine d’organismes de la liste peut dormir tranquille et se dispenser de réfléchir à ces problèmes – la sûreté biologique est manifestement perçue avant tout comme un fardeau dont il faut affranchir le plus grand nombre. » Or, pour ce chercheur, il faut que l’ensemble de la communauté scientifique soit mobilisée par cette question, qu’elle soit supervisée par des comités de ­contrôle multiples, enseignée à l’université, etc.

    Mais l’hubris des démiurges de la biologie de synthèse est si fort. Ce sont des prédicateurs (titre d’un article sur le sujet que j’ai commis il y a quelques années... et qui ne doit pas être encore en ligne)

    En réalité, il est frappant de constater à quel point la situation préoccupe peu la majorité des biologistes, partagés entre inquiétude que des profanes se mêlent de leur imposer des règles, et fatalisme technologique. Pour David Evans, par exemple, « dire qu’il est possible de mettre arbitrairement des limites à ce que la science peut ou ne peut pas faire, c’est tout simplement naïf. Le génie est sorti de la bouteille ». Et d’ajouter, un brin provoquant : « La biologie synthétique a même dépassé de beaucoup ce dont la plupart de ses critiques ont conscience… »

    Bon, j’aurais envie de citer tout le papier... il est très bon. Voici la conclusion, que je partage totalement :

    Il serait pourtant bon de faire mentir la règle, bien connue des spécialistes du risque industriel, selon laquelle on ne régule sérieusement les activités dangereuses qu’après qu’elles aient causé un accident emblématique. Car on frémit à l’idée de ce que pourrait être un « Titanic » de la biologie synthétique.

    –---------------
    Une affaire dans l’affaire : que faire des souches de variole existantes

    Doit-on détruire les échantillons de variole ? : le débat se poursuit

    Après l’éradication de la variole en 1980, il ne reste aujourd’hui que deux séries d’échantillons du virus sur la planète, l’une au Center for Disease Control (CDC) américain, à Atlanta, et l’autre au centre VECTOR russe à Novossibirsk – du moins en principe, car l’existence d’échantillons clandestins ne peut être exclue. Un débat enfiévré fait rage depuis les années 1990 entre partisans et adversaires de la destruction de ces deux échantillons, les premiers plaidant que l’éradication de la maladie justifie – et même impose – d’effacer le virus de la surface de la Terre, les seconds invoquant la nécessité de nouvelles recherches sur les vaccins et traitements. Bien qu’elle en ait beaucoup diminué l’enjeu, la possibilité d’une synthèse artificielle de la variole n’a pas éteint ce débat. Les « destructeurs » argumentent que, puisqu’il y a possibilité de reconstruire le virus en cas de besoin urgent, autant le détruire ; tandis que les « conservateurs » estiment qu’il n’y a plus de raison de se débarrasser du virus, car il peut plus que jamais se retrouver dans des mains malveillantes. Verdict à l’Assemblée mondiale de la santé, dans deux ans.


  • LE POUJADISME, Claude Lefort dans Socialisme ou Barbarie
    http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2165

    Ce texte de Claude Lefort paru en 1956 dans la revue Socialisme ou Barbarie nous décrit avec précision ce que fut vraiment le mouvement poujadiste, assez loin de l’acception qu’on lui prête souvent de nos jours. Il nous montre, s’il en était besoin, d’une part que le mouvement des gilets jaunes n’a rien à voir avec le poujadisme et d’autre part qu’un mouvement s’analyse d’abord d’un point de vue social de classe. Un peu d’Histoire …

    Le poujadisme

    Avec 2.600.000 voix et 52 députés, Poujade a bouleversé les prévisions électorales. Les techniciens lui octroyaient hier quelques centaines de milliers de voix tout en doutant qu’il puisse souvent dépasser le quotient électoral et donc obtenir plus de cinq ou six députés. Aujourd’hui, près de cent journalistes se pressent à sa conférence de presse ; à l’étranger des organisations se créent à l’image de la sienne ; en France on convient généralement qu’il est le grand triomphateur du 2 janvier, l’inconnue de demain et, tandis qu’à droite on cherche soit à s’agglomérer autour de lui soit à le neutraliser par une habile collaboration, à gauche on se préoccupe de le présenter comme le nouveau fascisme. Bien qu’il soit impossible de prévoir dès maintenant son évolution et sans doute oiseux de chercher à lui accoler une définition, on dispose cependant de données suffisantes pour en apprécier le sens dans le cadre du régime et en limiter la portée. Force réelle, le Poujadisme est certes à aborder avec sérieux. Deux millions et demie de personnes ne se sont pas rencontrées par hasard dans un jour de mauvaise humeur collective pour soutenir la hargne d’un papetier. A nous donc de le comprendre comme phénomène social. Quant à dire qu’il est une force neuve et, qui plus est, susceptible d’un développement considérable on ne le peut sur la seule base de son succès : ce n’est pas les millions de voix qu’il a captés dans une conjoncture particulière qui suffisent à le définir comme une force sociale stable, répondant à un besoin profond de la situation économique et susceptible, en ce sens, de jouer un rôle déterminant.

    Rappelons d’abord les caractéristiques du vote poujadiste. Le mouvement a obtenu ses principaux succès dans le Massif Central et le Sud-Est d’une part (remportant par exemple 23 % des voix dans l’Aveyron et 27 % dans le Vaucluse), dans le Centre Ouest jusqu’à la Charente-Maritime d’autre part entraînant 10 à 20 % du corps électoral ; enfin 11 a marquée une poussée dans deux centres urbains, la région parisienne et la région lilloise. Dans ces deux derniers cas il semble qu’il ait bénéficié presque exclusivement d’une ancienne clientèle R.P.F. Dans le premier en revanche, il est sûr qu’il a. capté et des voix de droite et des voix de gauche (socialistes surtout mais aussi communistes) puisqu’en 1951 le Massif Central et le Sud-Est n’avaient donné qu’un nombre de voix peu élevé au R.P.F. Toutefois l’important n’est pas de disserter sur l’ascendance politique du poujadisme, mais de repérer les couches sbciales qui lui donnent vie. Or sur ce point aucune hésitation n’est permise et aucun mouvement politique n’a été jusqu’à ce jour aussi transparent. L’immense majorité des poujadistes est composée de commerçants auxquels s’adjoignent des artisans et des cultivateurs. Et il est remarquable que ces couches se sont. d’abord rassemblées dans le Massif Central et se sont rapidement cristallisées dans le Centre-Ouest, soit dans ·tes régions les plus arriérées de France, où la dépopulation est sensible, où le rendement à l’hectare est des plus bas. A l’opposé, dans le Nord et le Nord-Est, où l’essor industriel est le plus vif, le poujadisme a été totalement inefficace. En ceci le poujadisme reflète clairement les traits les plus archaïques
    de l’économie française. D’une part il est lié au petit commerce, à l’artisanat, à la culture - secteurs qui occupent une place démesurée en France parce qu’ils ont été artificiellement protégés par la bourgeoisie pour des motifs de stratégie politique et sociale (quel meilleur garant de stabilité pour la droite et le radical-socialisme entre les deux guerres ? Et quel meilleur écran entra le gros capitalisme et la classe ouvrière ? ) et pour des raisons « objectives » d’incapacité de gestion (le placement dans les valeurs étrangères, prédominant jusqu’à 1939, s’avérant à court terme plus attrayant que l’investissement productif mais ruineux à la longue). D’autre part, l’U.D.C:A. prolifère dans les régions dévitalisées, soit chaque fois que ces couches archaïques ne sont pas intégrées· dans un cadre économiquement solide. Est-ce à dira que le Poujadisme n’a pas aggloméré autour de lui les éléments les plus agressifs de l’extrême droite ? Il est tout au contraire certain que d’ex-miliciens, des débris d’anciennes ligues fascistes, des anciens combattants « professionnels » d’Indochine ont pu soutenir l’U.D.C.A. notamment à Paris (un inventaire de la clientèle du commissaire Dides ne laisserait aucun doute sur ce point). Au surplus, l’attitude de journaux tels que Rivarol est sans équivoque et le caractère de Fraternité française, composé par d’anciens vichystes ou doriotistes montre assez que Poujade fait momentanément figure d’espoir pour l’extrême droite. On n’en saurait pour autant surestimer l’importance du mouvement. En premier lieu il convient de remarquer que la présence de partis ou de groupements d’extrême droite, nationalistes, antitiparlementaires, colonialistes, et prônant la dictature est une constante dans la politique française. La défaite du fascisme, la dynamique particulière du Gaullisme lié à la Résistance et à des couches sociales hétérogènes ont empêché longtemps cette extrême droite de reconquérir une expression autonome.


  • Gilets Jaunes : la police cible et blesse des journalistes.

    24 journalistes et photographes vont porter plainte.

    « Sur place, Le Monde a observé que les policiers de la BAC tiraient au Flash-Ball très régulièrement à hauteur de tête. Un groupe de photographes, à genoux pour se protéger et clairement identifiables, a été pris pour cible. Un photographe indépendant a notamment été touché à l’épaule. Plus tôt, face au Drugstore Publicis, un autre photographe avait été touché à l’aine par un Flash-Ball. »

    Comment les flics, voulant invisibiliser leurs violence en shootant au Flashball les photographes de presse, risquent au contraire d’en faire un peu plus parler dans les médias dominants.

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/08/gilets-jaunes-apres-une-matinee-relativement-calme-la-situation-se-tendait-s

    On en est à combien de blessés ?
    Et de morts (rip à la mamie marseillaise) ?

    ( @colporteur @rezo @mona @aude_v @fil @monolecte #toctoc )


  • L’Opep et ses alliés créent la surprise | El Watan
    https://www.elwatan.com/edition/economie/lopep-et-ses-allies-creent-la-surprise-08-12-2018

    L’accord final obtenu par l’Opep et ses alliés constitue une véritable surprise, selon l’agence Bloomberg, au vu des difficultés qui sont apparues dès le début des négociations, laissant entrevoir un échec des discussions marathoniennes sur la réduction des quotas.

    L’OPEP a finalement réussi à sortir de l’impasse en s’accordant sur une réduction plus importante que prévu, après deux jours de négociations difficiles à Vienne, en Autriche. Les pays membres de l’Opep ont réussi ainsi à s’entendre de concert avec leurs partenaires non Opep, sur une réduction de 1,2 million de barils par jour, l’OPEP assumant 800 000 barils alors que les pays non Opep ayant accepté de retirer 400 000 barils par jour, dont environ 230 000 barils/j pour la Russie.

    L’Iran est sorti pour sa part vainqueur – à l’issue de négociations plutôt litigieuses avec l’Arabie Saoudite – puisqu’il continuera à être exempté de réduire sa production du fait, a-t-il argué, des sanctions américaines qui s’appliquent à ses exportations. L’accord final obtenu par l’Opep, et ses alliés constitue une véritable surprise, selon l’agence Bloomberg, au vu des difficultés qui sont apparues dès le début des négociations, laissant entrevoir un échec des discussions marathoniennes sur la réduction des quotas.

    Et c’est Bloomberg qui l’écrit ! On attend la réaction des USA vis-à-vis des Saoudiens notamment.

    #opep #arabie_saoudite


  • What These Medical Journals Don’t Reveal: Top Doctors’ Ties to Industry
    https://www.nytimes.com/2018/12/08/health/medical-journals-conflicts-of-interest.html

    One is dean of Yale’s medical school. Another is the director of a cancer center in Texas. A third is the next president of the most prominent society of cancer doctors.

    These leading medical figures are among dozens of doctors who have failed in recent years to report their financial relationships with pharmaceutical and health care companies when their studies are published in medical journals, according to a review by The New York Times and ProPublica and data from other recent research.

    #pharma #conflits_d_intérêts #transparence


  • « Gilets jaunes » : Julien Coupat interpellé à Paris et placé en garde à vue
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/gilets-jaunes-julien-coupat-interpelle-a-paris-et-place-en-garde-a-vue_

    Selon son avocat, Jérémy Assous, Julien Coupat a été interpellé par les services de renseignement dans le 19e arrondissement de la capitale alors qu’il circulait dans sa voiture avec un ami. La DGSI le suivait depuis plusieurs jours, précise-t-il et « ils se sont plantés car il n’ont rien trouvé ». « Ils ont immobilisé son véhicule à 5 voitures, convaincus qu’ils allaient trouver un certains nombre d’éléments de matériel illicte qui auraient justifié de manière rétrocative leur enqupête. Or, il n’y avait qu’un gilet jaune, un masque et des bombes de peintures », précise son conseil. Pas de quoi, selon lui, justifier une arrestation et des poursuites.

    #ridicule :)


  • Gilets jaunes : Erdogan dénonce la « violence » des autorités françaises G.D. (avec AFP) - 8 Décembre 2018 - bfmtv
    https://www.bfmtv.com/international/gilets-jaunes-erdogan-denonce-la-violence-des-autorites-francaises-1584320.html#content/contribution/edit

    Pour le président turc, l’Europe a « échoué sur les plans de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés ».
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué samedi la « violence disproportionnée » selon lui des autorités françaises face aux manifestations de « gilets jaunes », ajoutant qu’il suivait la situation « avec préoccupation ».

    « Le désordre règne dans les rues de nombreux pays européens, à commencer par Paris. Les télévisions, les journaux regorgent d’images de voitures qui brûlent, de commerces pillés, de la riposte des plus violentes de la police contre les manifestants », a déclaré Recep Tayyip Erdogan.


    « Voyez un peu ce que font les policiers de ceux qui critiquaient nos policiers » 
    La Turquie est « à la fois contre les scènes de chaos provoquées par les manifestants et contre la violence disproportionnée qui leur est opposée », a poursuivi le chef de l’Etat turc lors d’un discours à Istanbul, ajoutant qu’il suivait la situation « avec préoccupation ». « Ah ! Voyez un peu ce que font les policiers de ceux qui critiquaient nos policiers », a raillé le président Erdogan, jugeant que l’Europe avait « échoué sur les plans de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés ».

    La Turquie est régulièrement critiquée par les pays européens et les organisations de défense des droits de l’homme, qui dénoncent l’érosion de l’Etat de droit dans ce pays ces dernières années. Les autorités turques ont notamment brutalement réprimé de grandes manifestations antigouvernementales au printemps 2013.

    #désordre #violence #France #Erdogan #MDR #europe #UE #union_européenne #Rupture_du_pacte_Républicain , #Rupture_du_contrat_social #GloupGloup


  • Opinion | Anti-Zionism Isn’t the Same as Anti-Semitism - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/07/opinion/rashida-tlaib-israel-antisemitism.html

    A consensus set in “that Jewish identity can be reduced to Israelism,” Eliyahu Stern, an associate professor of modern Jewish history at Yale, told me. “That’s something that takes place over the second half of the 20th century in America.”

    The centrality of Israel to American Jewish identity has at times put liberal American Jews in an awkward position, defending multiethnic pluralism here, where they’re in the minority, while treating it as unspeakable in Israel, where Jews are the majority.

    #sionisme #Israel #anti-sémitisme #progressisme


  • Enfin! | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating/blog/081218/enfin

    La vidéo de l’arrestation odieuse des jeunes de Mantes-la-jolie n’a pas choqué tout le monde. Derrière les justes indignations et dénonciations des procédés policiers, une partie des commentateurs expriment leur soutien aux dites « forces de l’ordre » face aux « voyous des cités ». Le son des semelles cloutées est doux aux oreilles d’un certain peuple.

    #racisme #France

    • Aux ordres !
      Aux ordres les médias !

      31 000 manifestants, bloquent la France, commerces parisiens (et ailleurs) fermés, un Samedi en Décembre #MDR, Mort de rire !
      Un bordel sans nom qu’il a organisé le #manu.
      Il en porte l’entière responsabilité.

      Monsieur le Président Emmanuel Macron préfère détruire les usines à vendre de ceux qui l’ont soutenu afin d’accéder à son trône, plutôt que d’écouter ce que les sans dents ont à dire.

      Ses oukases, approuvés par les neuneux de la république en marche, le PS et tant d’autres petits bourgeois.es ont entrainé la #Rupture_du_pacte_Républicain.

      Ça va péter de partout.
      Ses sponsors le savent.
      emmanuel macron s’est mis en dehors de cette soit disant république, sans anticiper qu’en face ce serait la même chose.
      Cela ne lui sera pas pardonné par ses amis.
      Ses sous fifres le savent.

      Une questions de mois avant que le locataire de l’Elysée change de contrat de travail, et devienne vendeur de macarons dans une boutique Trogneux dans le meilleur des cas.

      #Rupture_du_pacte_Républicain , #Rupture_du_contrat_social, un thème qu’on a pas vu venir, . . . . . _

      https://www.youtube.com/watch?v=mnQLmnmoO48

      #GloupGloup


  • L’Assemblée entérine 40 milliards d’euros de cadeau fiscal au patronat | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/lassemblee-enterine-40-milliards-deuros-de-cadeau-fiscal-au-patronat-664562

    Complètement à rebours des revendications sociales qui montent dans le pays depuis quelques semaines, l’Assemblée nationale entérinait, hier, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019, dont le contenu ne fait que confirmer l’orientation austéritaire et pro-patronale poursuivie par le gouvernement. À côté des restrictions posées aux budgets des hôpitaux, la majorité LaREM ne bouge pas d’un cheveu sur sa politique de cadeaux aux grandes entreprises en adoptant en lecture définitive le versement de 20 milliards d’euros de CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et de CITS (crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires) au titre de l’année 2018, mais également la transformation de ces avantages en allégements pérennes de cotisations patronales d’assurance maladie de 6 points pour les rémunérations allant jusqu’à 2,5 Smic au 1er janvier 2019. Puis dans un second temps, à compter du 1er octobre 2019, un allégement supplémentaire de 4 points imputés sur l’assurance chômage et les retraites complémentaires pour les salaires au niveau du Smic et de manière dégressive jusqu’à 1,6 Smic. Une facture salée pour les caisses de l’État et disproportionnée par rapport aux effets de ce dispositif observés sur l’emploi. «  La transformation du CICE en réductions de cotisations sociales se traduit en 2019 par un quasi-doublement du coût budgétaire, avec, d’un côté, la créance de CICE au titre des années précédentes et, de l’autre, la dépense fiscale due à la réduction des cotisations sociales équivalentes pour les salaires de 2019  », soulignaient, en octobre, des économistes de l’Institut des politiques publiques (IPP), chiffrant par ailleurs à 0,8 point de PIB l’impact d’une telle mesure sur le déficit public. La transformation de cette aide en allégement de cotisation devrait, par ailleurs, bénéficier aux secteurs intensifs en main-d’œuvre peu qualifiée comme l’hôtellerie et la restauration, les services administratifs ou encore la santé et l’action sociale, d’après l’IPP.

    Créé fin 2012 par le gouvernement de François Hollande pour «  alléger le coût du travail  » et relancer la création d’emplois, le CICE n’a eu de cesse de monter en puissance, passant de 4 % à 6 % de la masse salariale en 2014, sans pourtant jamais faire la preuve de son efficacité macroéconomique. «  Les évaluations de l’impact du CICE ont été plutôt mitigées, avec des effets positifs sur les marges des entreprises, mais des effets modestes sur l’emploi, et quasi nuls sur l’investissement  », rappelait l’IPP. Vu son mode de calcul, le dispositif a essentiellement profité aux grands groupes. Chez Carrefour, premier employeur privé de France, la CGT estime à 744 millions d’euros le montant du #CICE versé ces cinq dernières années au poids lourd de la grande distribution. La Poste et la SNCF touchent chacune environ 300 millions d’euros annuels au titre de ce cadeau fiscal. Le groupe Banque Populaire – Caisse d’Épargne en tire, de son côté, environ 100 millions d’euros par an. Mais plutôt que d’utiliser cette manne pour créer des emplois, ces groupes ont en grande partie favorisé la restauration de leurs marges et le gonflement de leurs bénéfices. Un pur «  effet d’aubaine  », pour la CGT.

    Ironie cruelle de l’affaire, à l’heure où les taxes sur les carburants augmentent pour le commun des consommateurs au nom de la transition écologique, c’est justement ces recettes issues de la fiscalité écologique qui seront censées compenser en partie les trous budgétaires laissés par la transformation du CICE en baisse de cotisations. De quoi jeter encore #de_l’huile_sur_le_feu.

    Loan Nguyen


  • The Planet Has Seen Sudden Warming Before. It Wiped Out Almost Everything. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/07/science/climate-change-mass-extinction.html

    The Siberian volcanoes ultimately delivered much more carbon dioxide into the atmosphere than we will ever emit by burning fossil fuels. But our annual rate of carbon emissions is actually higher.

    The carbon we released over the past two centuries already has made the atmosphere warmer, and the ocean has absorbed much of that heat. And now, just as during the Permian-Triassic extinction, the ocean is losing oxygen. Over the past fifty years, oxygen levels have declined by 2 percent.

    “The way the Earth system is responding now to the buildup of CO2 is in the exact same way that we’ve seen it respond in the past,” said Dr. Kump.

    Just how much warmer the planet will get is up to us. It will take a tremendous international effort to keep the increase below about 4 degrees Fahrenheit.

    If we proceed to use up all the fossil fuels on Earth, it could warm by as much as 17 degrees Fahrenheit by 2300.

    As the ocean warms, its oxygen levels will continue to drop. If ancient history is any guide, the consequences for life — especially marine life in the cooler parts of the ocean — will be disastrous.

    #climat #énergie_fossile #co2 #extinction


  • Le gouvernement veut que policiers et gendarmes puissent accéder aux données des véhicules connectés
    https://www.nextinpact.com/news/107381-le-gouvernement-veut-que-policiers-et-gendarmes-puissent-acceder-

    Dans le cadre du projet de loi Mobilités, le gouvernement veut que les forces de l’ordre puissent accéder à « certaines données » émanant des véhicules connectés (par exemple de leur système de navigation intégré). L’exécutif se montre toutefois très flou sur ses desseins. Il demande d’ailleurs à pouvoir légiférer par ordonnance. Présenté le 26 novembre dernier en Conseil des ministres, le texte porté par Élisabeth Borne, la secrétaire d’État aux Transports, contient une batterie de mesures relatives aux (...)

    #voiture #automobile #surveillance


  • Gilets Jaunes : Dr. Maboul, la tumeur et la migraine | Le Club de Mediapart - LE BLOG DE EIKÔN KLAÔ
    https://blogs.mediapart.fr/eikon-klao/blog/061218/gilets-jaunes-dr-maboul-la-tumeur-et-la-migraine

    C’est l’histoire d’un gouvernement qui soigne une tumeur avec du doliprane parce qu’il croit qu’il s’agit d’une migraine. Ça commence comme une bonne blague, sauf que c’est moins marrant. Petite analyse critique d’un gouvernement hébété face à des enjeux qu’il ne comprend pas : les Gilets Jaunes et le climat.


  • #Sénégal : inauguration du #musée des Civilisations noires à Dakar | Africanews
    http://fr.africanews.com/2018/12/07/senegal-inauguration-du-musee-des-civilisations-noires-a-dakar

    Le président sénégalais Macky Sall a inauguré jeudi à Dakar le Musée des Civilisations noires. Un évènement qui intervient au moment s’anime le débat sur la restitution des biens culturels africains pillés par la France pendant la #colonisation.

    #culture /#appropriation



  • Un nouveau monde toujours plus carboné - Journal de l’environnement
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/un-nouveau-monde-toujours-plus-carbone,95080

    Ce sera le premier coup dur de cette COP 24. Après une faible croissance, qui suivait trois années de relative stagnation, les émissions de #CO2 anthropiques repartent fortement à la hausse. La mauvaise nouvelle nous est apportée par les contributeurs au Global Carbon Project (GCP), 76 scientifiques de 53 centres de recherche internationaux qui traquent les rejets carbonés.
     
    Entre 2016 et 2017, les émissions mondiales de gaz carbonique ont donc progressé de 1,6%. Les projections pour cette année sont pire encore : +2,7%, rythme accéléré que l’on n’avait observé que durant la première décennie du siècle.
     
    Cette année, le bilan carbone de la Chine et de l’Inde devrait s’alourdir, respectivement, de 4,7% et 6,5%. Malgré le fort recul du charbon dans leur bouquet électrique, les Etats-Unis devraient voir leur contribution carbonée au réchauffement remonter de 2,5%. Quant à l’Europe, elle devrait être l’une des rares régions du monde dont les émissions seraient à la baisse, de 0,7%, probablement. A eux 4, la Chine, les Etats-Unis, l’Union européenne et l’Inde ont émis 59% du carbone mondial. Estimés à 37,1 milliards de tonnes, les rejets carbonés de 2018 sont près de 4 fois supérieurs à ceux de 1960.

    #climat