• The Complicated Legacy of Stewart Brand’s “Whole Earth Catalog” | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/letter-from-silicon-valley/the-complicated-legacy-of-stewart-brands-whole-earth-catalog

    At the height of the civil-rights movement and the war in Vietnam, the “Whole Earth Catalog” offered a vision for a new social order—one that eschewed institutions in favor of individual empowerment, achieved through the acquisition of skills and tools. The latter category included agricultural equipment, weaving kits, mechanical devices, books like “Kibbutz: Venture in Utopia,” and digital technologies and related theoretical texts, such as Norbert Wiener’s “Cybernetics” and the Hewlett-Packard 9100A, a programmable calculator. “We are as gods and might as well get used to it” read the first catalogue’s statement of purpose. “A realm of intimate, personal power is developing—power of the individual to conduct his own education, find his own inspiration, shape his own environment, and share his adventure with whoever is interested.”

    The communes eventually collapsed, for the usual reasons, which included poor resource management, factionalism, and financial limitations. But the “Whole Earth Catalog,” which published quarterly through 1971 and sporadically thereafter, garnered a cult following that included founders of Airbnb and Stripe and also early employees of Facebook.

    Last month, on a brisk and blindingly sunny Saturday, over a hundred alumni of the “Whole Earth Catalog” network—Merry Pranksters, communards, hippies, hackers, entrepreneurs, journalists, and futurists—gathered to celebrate the fiftieth anniversary of the publication, and, per the invitation, to come together “one last time.” The event was held at the San Francisco Art Institute, a renovated wharf warehouse with vaulted ceilings, views of Alcatraz, and the cool sterility of an empty art gallery. A number of early-Internet architects, including Larry Brilliant, Lee Felsenstein, and Ted Nelson, floated around the room. Several alumni had scribbled their well usernames onto their badges.

    A week after the reunion, Brand and I spoke over the phone, and he emphasized that he had little nostalgia for “Whole Earth.” “ ‘The Whole Earth Catalog’ is well and truly obsolete and extinct,” he said. “There’s this sort of abiding interest in it, or what it was involved in, back in the day, and so the reunion was a way for the perpetrators to get together and have a drink and piss on the grave.” Brand continued, “There’s pieces being written on the East Coast about how I’m to blame for everything,” from sexism in the back-to-the-land communes to the monopolies of Google, Amazon, and Apple. “The people who are using my name as a source of good or ill things going on in cyberspace, most of them don’t know me at all,” he said. “They’re just using a shorthand. You know, magical realism: Borges. You mention a few names so you don’t have to go down the whole list. It’s a cognitive shortcut.”

    Brand now describes himself as “post-libertarian,” a shift he attributes to a brief stint working with Jerry Brown, during his first term as California’s governor, in the nineteen-seventies, and to books like Michael Lewis’s “The Fifth Risk,” which describes the Trump Administration’s damage to vital federal agencies. “ ‘Whole Earth Catalog’ was very libertarian, but that’s because it was about people in their twenties, and everybody then was reading Robert Heinlein and asserting themselves and all that stuff,” Brand said. “We didn’t know what government did. The whole government apparatus is quite wonderful, and quite crucial. [It] makes me frantic, that it’s being taken away.” A few weeks after our conversation, Brand spoke at a conference, in Prague, hosted by the Ethereum Foundation, which supports an eponymous, open-source, blockchain-based computing platform and cryptocurrency. In his address, he apologized for over-valorizing hackers. “Frankly,” he said, “most of the real engineering was done by people with narrow ties who worked nine to five, often with federal money.”

    While antagonism between millennials and boomers is a Freudian trope, Brand’s generation will leave behind a frightening, if unintentional, inheritance. My generation, and those after us, are staring down a ravaged environment, eviscerated institutions, and the increasing erosion of democracy. In this context, the long-term view is as seductive as the apolitical, inward turn of the communards from the nineteen-sixties. What a luxury it is to be released from politics––to picture it all panning out.

    #Stewart_Brand #Utopie_numérique


  • Le (faux ?) scandale des dispositifs médicaux !
    http://lacoupedhygie.fr/index.php/2018/11/27/le-faux-scandale-des-dispositifs-medicaux

    Tout commence avec un filet de mandarines(...)
    Le dossier présenté a été fait avec le soutien d’un professeur de médecine d’une Université prestigieuse.(...)
    Le filet de mandarines comme dispositif médical n’a jamais obtenu le marquage CE
    (...)
    82 000 morts aux Etats Unis en 10 ans à cause des dispositifs médicaux ? D’où viennent ces chiffres ?

    Le Journal le Monde a été récupéré ces chiffres dans la base de données MAUDE publiée par la FDA. Cette base permet de recenser tous les incidents rapportés impliquant potentiellement un dispositif médical. ATTENTION, CE MOT EST IMPORTANT : POTENTIELLEMENT. Mais la base de données ne détermine pas l’imputation de l’incident aux dispositifs. Pour faire ce travail, il faut aller lire les narratifs.

    via https://framapiaf.org/@Framatophe/101153933578941526
    #attentionBébéEtEauDuBain #GellManEffect


  • Your Dog May Not Be a Genius, After All
    New study finds that canines are not exceptional in the animal world
    https://www.scientificamerican.com/article/your-dog-may-not-be-a-genius-after-all

    In a [previous] study (...) researchers had 137 pet owners rate both their own pet and the average pet on a range of traits, including intelligence. The results revealed that the people rated their pets as above average on desirable traits and below average on undesirable traits.(...)
    British psychologists Stephen Lea and Britta Osthaus found dogs to be unremarkable in their cognitive capabilities compared to wolves, cats, dolphins, chimpanzees, pigeons, and several other species. (...)
    Even more surprising, dogs do not appear to be exceptional in their ability to perceive and use communicative signals from humans.


  • Le premier anniversaire d’εxodus
    https://exodus-privacy.eu.org/post/anniversaire

    Le 24 novembre 2017, Exodus Privacy rendait publique la plateforme εxodus. Voici quelques chiffres pour mesurer le chemin parcouru en un an :

    . 152 pisteurs découverts
    . plus de 37000 applications analysées, dans de nombreuses langues, dont l’hébreu, le japonais, le coréen, …
    . plus de 42000 rapports générés
    . plus de 1000 vues sur 3 vidéos publiées sur 2 plateformes : Peertube et Youtube
    . plus de 13000 secondes de conférences, notamment à la journée du conseil scientifique de l’Afnic, Pas Sage en Seine ou les Rencontres mondiales du logiciel libre
    . 148 Mo de base de données
    . 750 Go d’APK dans les sauvegardes
    . 3 comptes de réseaux sociaux sur Mastodon, Twitter et Facebook, avec plus de 4000 publications
    . beaucoup d’articles de presse dans plus de 20 langues qui mentionnent les travaux d’Exodus Privacy
    . plein d’URLs : notre site, la plateforme εxodus, notre forum, le dépôt Github, notre blog, …


  • The End of Trust (McSweeney’s 54) | Electronic Frontier Foundation
    https://www.eff.org/the-end-of-trust

    anthropologist Gabriella Coleman contemplates anonymity; Edward Snowden explains blockchain; journalist Julia Angwin and Pioneer Award-winning artist Trevor Paglen discuss the intersections of their work; Pioneer Award winner Malkia Cyril discusses the historical surveillance of black bodies; and Ken Montenegro and Hamid Khan of Stop LAPD Spying debate author and intelligence contractor Myke Cole on the question of whether there’s a way law enforcement can use surveillance responsibly.

    The End of Trust is available to download and read right now under a Creative Commons BY-NC-ND license.


  • Kayfabe

    In professional wrestling, kayfabe /ˈkeɪfeɪb/ is the portrayal of staged events within the industry as “real” or “true”, specifically the portrayal of competition, rivalries, and relationships between participants as being genuine and not of a staged or predetermined nature of any kind. Kayfabe has also evolved to become a code word of sorts for maintaining this “reality” within the direct or indirect presence of the general public.
    (...) In general, anything in a professional wrestling show is to some extent scripted, or “kayfabe”, even though at times it is portrayed as legitimate.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Kayfabe


  • PSA: if you use the option MACE by PrivateInternetAccess on Android, you might want to use their apk instead of going through the Google Play Store:

    The Google Play Store version of our app no longer includes MACE due to Google Play Store policies.

    Their apk: https://www.privateinternetaccess.com/installer/download_installer_android

    MACE:

    Private Internet Access MACE returns IP addresses of unwanted domain names as an address that’s not routable on the public internet.

    https://www.privateinternetaccess.com/helpdesk/kb/articles/what-is-mace


  • An OCR cliche: Into his/her anus
    https://wraabe.wordpress.com/2009/03/07/an-ocr-cliche-into-hisher-anus

    Because the letters “rm” resemble “nu,” the OCR algorithm frequently mistakes them.

    Examples:

    Wives and Daughters: An Every-day Story‎ – Page 519
    by Elizabeth Cleghorn Gaskell – 1890 – 637 pages
    When the old servant opened the door, a lady with a child in her anus stood there. She gasped out her ready-prepared English sentence. …

    Dr. William Smith’s Dictionary of the Bible: Comprising Its Antiquities …‎ – Page 1824
    by William George Smith, Horatio Balch Hackett, Ezra Abbot – Bible – 1888
    Then she carried the child in her anus to her people; but they said that it was a strange thing she had done.


  • The Crime Machine

    https://www.gimletmedia.com/reply-all/127-the-crime-machine-part-i
    https://www.gimletmedia.com/reply-all/128-the-crime-machine-part-ii

    New York City cops are in a fight against their own police department. They say it’s under the control of a broken computer system that punishes cops who refuse to engage in racist, corrupt policing. The story of their fight, and the story of the grouchy idealist who originally built the machine they’re fighting.

    A good example of Goodhart’s law in practice and of the misuse of stats in policy making.
    #podcast #replyall #GoodhartsLaw #compstat


  • Techniques. Ré-évaluation. A qui profitait la violence ?
    (Interpersonal violence at Playa Venado, Panama (550-850 AD) : a reevaluation of the evidence). Latin American Antiquity.

    Enterré vivant. Boucherie. Décapité. Mutilé. Tué. L’archéologue Samuel K. Lothrop n’a pas obscurci le tableau en décrivant ce qu’il pensait être arrivé aux 220 corps que son expédition avait trouvés sur le site de Playa Venado au Panama en 1951. Le seul problème est que Lothrop s’est probablement trompé. Une nouvelle évaluation des vestiges du site par des archéologues du Smithsonian n’a révélé aucun signe de traumatisme au moment de la mort ou presque. Le lieu de sépulture raconte probablement une histoire plus nuancée culturellement.

    (...)

    Les interprétations erronées de Lothrop sont probablement dues à l’ère de « l’archéologie romantique », des méthodes sous-développées pour les études mortuaires et les lectures littérales par les espagnols des contes des peuples autochtones après un contact européen.

    « Nous réalisons maintenant que beaucoup de ces chroniqueurs espagnols étaient motivés à montrer les populations indigènes rencontrées comme » non civilisées « et ayant besoin de conquérir », a déclaré Smith-Guzmán, ajoutant que de nombreux récits de sacrifices et de cannibalisme n’ont pas été confirmés.

    (...)

    « Plutôt qu’un exemple de mort violente et de déposition imprudente, Playa Venado présente un exemple de la façon dont les sociétés précolombiennes de la région isthmo-colombienne ont montré du respect et du souci pour leurs proches après la mort. »

    Le problème c’est que

    l’article de Lothrop publié en 1954, « Le suicide, le sacrifice et les mutilations dans les sépultures à Venado Beach, au Panama », a marqué les annales de l’archéologie panaméenne. Il a été cité plus de 35 fois comme preuve de violence, de cannibalisme ou de décapitation de trophées. Certains auteurs ont utilisé l’article pour suggérer que Playa Venado est un lieu de sépulture de masse ou une manifestation de conflit.

    Pour la défense de Lothrop, qui était archéologue au musée d’archéologie et d’enthologie de l’université de Harvard, la bioarchéologie (étude des restes humains issus de contextes archéologiques) n’a existé qu’en tant que sous-discipline deux décennies après sa conclusion à Playa Venado. Les praticiens d’aujourd’hui bénéficient également des méthodes développées dans les années 1980 et 1990.

    (...)

    À l’examen, Smith-Guzmán n’a trouvé que des plaies qui montraient des signes de guérison bien avant que les individus ne décèdent, notamment des coups à la tête et un pouce disloqué. Lothrop a probablement expliqué la présence de divers os cassés et de restes désarticulés en raison des processus normaux de décomposition et d’enfouissement secondaire des restes, qui auraient une pratique commune de vénération des ancêtres au Panama précolombien.

    (...)

    « Le positionnement uniforme de l’enterrement et l’absence de traumatisme périphérique (au moment de la mort) sont en contradiction avec l’interprétation de Lothrop sur la mort violente sur le site », a déclaré Smith-Guzmán. dans le cadre de l’enquête. « Les taux de traumatisme sont généralement faibles et la bouche ouverte des squelettes notés s’explique plus facilement par un relâchement musculaire normal après la mort et la pourriture. »

    #Méthodes
    #Nicole_E._Smith-Guzmán #Richard_G._Cooke

    2018; 1 DOI: 10.1017/laq.2018.48

    Pre-Columbian burials | Smithsonian Tropical Research Institute
    https://stri.si.edu/story/pre-columbian-burials


  • 01A Culture numérique | introduction - 1ère partie - (CN18-19) - Centre d’Enseignement Multimédia Universitaire (C.E.M.U.) Université de Caen Normandie - Vidéo - Canal-U
    https://www.canal-u.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/01a_culture_numerique_introduction_1ere_partie_cn18_19.45195

    01A Culture numérique | introduction - 1ère partie - (CN18-19)

    Cours de Culture numérique dans le cadre de la Licence Humanités parcours Humanités numériques.

    Hervé le Crosnier

    #Culture_numérique


  • The nine types of ’Reply Guys’
    https://twitter.com/i/moments/1041376202391343104

    #WomeninSTEM get a lot of “Reply Guys” who repeat the same unhelpful comments.
    @shrewshrew and I (a woman & a man in science) have attempted to catalog those replies, to save us all the trouble of writing new responses every time. presenting THE NINE TYPES OF REPLY GUYS

    #twitter #AhBenOnPlusRienDireAlors #mecsplication


  • « Les journalistes ont besoin des hackeurs »
    https://www.inaglobal.fr/numerique/article/les-journalistes-ont-besoin-des-hackeurs-10271

    Les outils numériques apportent aux rédactions une aide précieuse dans la collecte d’informations. Les hackeurs, bidouilleurs informatiques, s’inscrivent parfois dans un travail journalistique. Entretien avec Jean-Marc Manach, journaliste d’investigation sur les liens entre hackeurs et journalistes.

    Jean-Marc Manach : Il y a 20 ans quand j’ai commencé le journalisme sur Internet j’ai tout de suite compris que les hackeurs étaient du côté de la solution et pas du problème. C’est grâce à des hackeurs et sous leur influence que j’ai développé à la fois des compétences en matière de sécurité informatique et d’investigation en ligne. J’ai pu commencer à aborder l’état d’esprit, la façon de travailler sur Internet : chercher des failles de sécurité, trouver des solutions, expérimenter, bidouiller et apprendre de mes erreurs.

    Donc je ne sais pas dans quelle mesure il y a des hackeurs qui veulent changer les médias, même s’il existe des mouvements comme Cryptoparty, qui vont essayer d’expliquer aux gens comment sécuriser leurs communications. Mais ça reste une minorité, tout comme du côté des policiers ou des médecins … Tout le monde se plaint des médias sans s’impliquer pour autant. Alors que les journalistes ont besoin que les gens qui s’y connaissent mieux qu’eux les aident à comprendre et maîtriser les sujets dont ils parlent, afin de pouvoir les contextualiser et les remettre en perspective, tant pour les profanes que pour les experts.


  • Qui diffuse le mieux les mythes autour du #podcast ? C’est la #radio ! Voilà que la #BBC sort les « Onze commandements du podcast » et que [edit] un journaliste de [/edit] #RFI les traduit, plus précisément de L’Atelier des médias... dont le producteur a aussi monté une école (gratuite) de production de podcasts (voir son manifeste là -> https://medium.com/@ziadmaalouf/manifeste-transmission-9a9cdf9d515d) :

    https://www.youtube.com/watch?v=4oKcLygAf94

    Pourquoi des mythes ? J’en cause ici : http://syntone.fr/il-etait-une-fois-le-podcast-1-faire-table-rase.

    Pourquoi la radio joue-t-elle ce rôle ? Le podcast semble être, bon gré mal gré, un bon outil marketing pour « accompagner » (justifier et couvrir) le démantèlement du service public radiophonique et la libéralisation de la production audio. On fait croire qu’on réinvente la création sonore, au moment même où on (parfois les mêmes personnes au sein de la radio, parfois d’autres) détruit les conditions communes de l’expérimentation, de l’invention, de l’ouverture à de nouvelles écritures (voir par exemple https://seenthis.net/messages/718381). On préfère d’ailleurs parler d’#innovation que de création.

    Ça fait longtemps que la radio diffuse des pièces dont le format et la durée sont dictées par le contenu, et pas simplement des 24 ou 52-minutes. Feue l’excellente émission Les passagers de la nuit sur France Culture (https://www.franceculture.fr/emissions/les-passagers-de-la-nuit-seine-saint-denis-1/speciale-derniere-des-passagers-de-la-nuit) offrait par exemple chaque semaine une splendide collection de formats différents.

    Faire de la #création_sonore, en rendre la production accessible à toutes celles et ceux qui veulent s’y frotter, la promouvoir, mille fois oui. Mais inutile de s’abriter derrière cette fausse opposition podcast / radio, parce qu’alors on parle de tout à fait autre chose.

    • Ah, le journaliste de RFI qui a fait la traduction ne partage pas mon avis :

      J’ai de fait rectifié mon raccourci erroné entre l’initiative d’un journaliste de RFI et RFI en tant que telle - mea culpa.

      Pour le reste, je ne change rien. Ça n’est pas, s’il est besoin de préciser, une charge contre L’Atelier des médias, dont j’apprécie régulièrement l’écoute même si je ne partage pas (preuve en est) forcément ses enthousiasmes ou ceux de ses membres. Je ne dis pas non plus que ce journaliste promeut activement le démantèlement du service public radiophonique : il a simplement relayé, pour défendre la création sonore, un discours sur le podcast dont j’ai précédemment relevé toute l’ambiguïté.

      Je dis, en revanche, qu’il est frappant de constater la concomitance et la complémentarité, plus ou moins consciente, de ces deux discours, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en France : celui de la promotion du podcast et celui de la libéralisation de la production sonore. Comme je l’avais indiqué, ils ne sont pas forcément portés par les mêmes personnes au sein des antennes (mais parfois si, comme dans le cas de la direction de France Culture, qui utilise le podcast pour saborder la grille de création sonore), c’est-à-dire qu’il n’y a pas nécessairement de stratégie concertée (mais parfois si - je l’ai déjà dit ?).

      Que les artisan·es de la radio veuillent davantage de diversité dans les formats, c’est une très bonne chose. S’abriter derrière « l’innovation » que constituerait le podcast pour le faire me semble en revanche périlleux : c’est brouiller le discours (du coup compatible avec les visées managériales, qui suivent leur propre logique) et oublier l’histoire de la radio (qui a bien plus de ressources et de possibilités, dans le passé comme dans l’avenir, que ce qu’on nous serine à longueur de temps).

    • Lui non plus, il ne t’a pas contactée d’abord pour s’assurer de vos divergences avant de te traiter de menteuse devant des centaines (milliers ?) de personnes... Quel sale procédé ! D’autant que ton message, que j’avais lu en passant, ne me semblait vu de loin pas du tout personnalisé et prenait soin de parler d’une tendance, observable dans des milieux très différents avec des motivations très différentes. C’était rien de perso. Et en échange : « JV est une menteuse. » Merde alors ! Et tout mon soutien, Juliette.

    • Merci @aude_v. C’est la forme des « échanges » sur twitter, à ce que j’ai compris - c’est pour cela que je n’y suis pas, mais que je poste des billets argumentés ici.

      De fait, il n’y avait rien de personnel, je ne connais pas ses positions sur la casse du service public, qui ne changeraient rien à mon analyse. Pour tout dire, je pense même que l’Atelier des médias, avec son école gratuite, tente de repenser la façon dont la radio publique peut démocratiser l’accès à la production audio. Ce qui n’empêche pas que le marketing autour du podcast est très ambigu et à double tranchant.

      Après, le coup de "les contacter pour savoir le vrai du faux" , ça me fait rigoler : je n’ai pas à demander la permission à RFI pour analyser le podcast et le rôle qu’on lui fait jouer dans les radios publiques européennes. Aucun fact-checking ici, juste de la tentative de délégitimation à l’ancienne. Enfin bref, sans rancune non plus :P.

    • Je ne rentrerai pas dans le débat « les anciens versus les nouveaux », il y a un nouvel appétit pour le son tant du côté des producteurs que du côté des auditeurs, cela devrait être, à mon avis, une fête et pas un motif de grogne ou d’opposition. Que des dirigeants de chaines prennent des décisions injustes et souvent stupides quand à la création sonore me révolte mais je ne vois pas le rapport. Quand la BBC (sur sa page de soumission de programme par des amateurs) dit « la radio n’est pas du podcast... » elle le fait, peut-être, avec démagogie mais elle a surtout le courage de dire à l’amateur ne cherche pas à faire la même chose que nous, ne te mets pas la pression, nous ne faisons pas la même chose. Encourager la création plutôt que de l’étouffer, il me semblait que c’était plutôt vos propos. Je passe rapidement sur le raccourci fait entre « diffusion des mythes » et « étouffement du service public » qui est tellement rapide qu’on dirait un point godwin. Vous utilisez ma production non pas pour en débattre (comme j’avais appelé à le faire sur mon profil) mais pour étayer des propos qui ne sont pas liés directement. Je réitère donc ici ma proposition, apportons une touche française à ces 11 commandements. Je précise que je ne suis pas journaliste, mais réalisateur, que Ziad n’a rien à voir dans cette traduction, que j’ai dévoré « Contrôle » au moment de sa sortie, et que non Aude, je n’ai pas « traiter » Claire de menteuse, mais vous avouerai que les informations concernant ma personne et l’intention sont juste fausses comme je viens de l’écrire.

    • Bonjour @simondecreuze et bienvenu sur Seenthis.

      Je ne vous ai pas contacté parce que je fais une analyse générale, pas une attaque personnelle comme vous semblez le penser. Je ne parle pas de vous. Je pointe un symptôme, une tendance générale que vous n’êtes pas du tout le seul à porter, loin s’en faut : c’est même la tendance dominante, de la BBC au milieu de la production francophone.

      Qu’aurait-il fallu que je vérifie auprès de vous ? Votre opinion sur la casse du service public ? Mais je ne dis nulle part que vous y êtes favorable.

      Quant à l’injonction à ne pas critiquer le podcast pour la seule raison qu’il y a une vraie ébullition en ce moment autour de lui, elle est un peu... étonnante.

      Savez-vous que j’ai écrit plusieurs dizaines de milliers de signes sur cette question, avec un tantinet plus de nuance que cela ?

      « Il était une fois le podcast. 1 : Faire table rase ? »
      http://syntone.fr/il-etait-une-fois-le-podcast-1-faire-table-rase

      Un vent de fraîcheur, une nouvelle vague, le début d’un âge d’or, une renaissance, que dis-je : une révolution ! L’enthousiasme qui anime le milieu du podcast francophone s’est visiblement transmis, ces derniers mois, aux médias qui le couvrent. Ce, d’autant plus aisément que le milieu du podcast et celui des médias se recoupent : le premier accueille nombre d’exilé·es du vieux monde radiophonique et journalistique, tandis que dans le second, ceux qui ne maniaient jusque là que l’écrit et la vidéo se sont depuis peu avisés de l’existence du son. Une révolution gagnante-gagnante en somme. Mais une révolution qui, pour asseoir sa légitimité, prend un soin particulier à oublier le passé et à brouiller le débat. De l’invention il y en a, mais pas forcément chez celles et ceux qui crient le plus fort, et elle ne date pas d’aujourd’hui. S’il est réjouissant d’assister à une ouverture du paysage de la production sonore, à un questionnement de ses formes et à un intérêt nouveau pour elle, il reste fondamental de ne pas perdre pour autant – voire refuser – toute mémoire sonore.

      Savez-vous qu’il existait en France dès 2005 une cérémonie des Podcasts d’or ? Que la même année, l’on trouvait déjà des articles de la « grande presse » pour s’émerveiller du potentiel de cette nouvelle pratique, en même temps que des billets de blogs qui craignaient que le podcast amateur ne soit sur le déclin ? Que l’on s’étripe depuis tout ce temps sur ce qu’est et n’est pas le podcast ? Que la rediffusion sur Internet d’émissions de radio remonte à une vingtaine d’années ? Que les premières fictions sonores réalisées exclusivement pour le web datent de l’an 2000 ? Et même, que l’on écoutait des histoires mises en scène ou des informations sur son téléphone il y a… cent trente ans ? Tentative impossible de définition du podcast et contribution à son histoire culturelle.

      « Au cœur du bouillonnement podcastique »
      http://syntone.fr/au-coeur-du-bouillonnement-podcastique

      Les contenus et les passerelles évoluent rapidement sur la planète podcast, tant et si bien que trois petits mois après vous avoir proposé une première cartographie de ces espaces de création et de diffusion, issus du bouillonnement actuel ou plus anciens, Syntone y apporte une importante mise à jour. Plusieurs outils de veille ou de sélection ont en effet émergé depuis.

      « Webradios et plateformes de création sonore et radiophonique »
      http://syntone.fr/webradios-et-plateformes-de-creation-sonore-et-radiophonique

      Une intense actualité autour des plateformes de podcasts, une webradio expérimentale qui naît, celle d’un festival radiophonique qui fait peau neuve : la période semble idéale pour proposer une sélection de webradios et de fournisseurs de podcasts « natifs » (c’est-à-dire diffusés d’abord et avant tout sur Internet) consacrés, naturellement, à la création sonore et radiophonique.

    • Comme vous avez modifié votre commentaire depuis ma réponse ci-dessus, en voici une nouvelle.

      Je pense au contraire que les mythes autour du podcast le déservent - et que de manière générale, on ne promeut jamais bien une pratique, un objet, une idée, en les faisant paraître autre qu’elles ne sont.

      Je me réjouis autant que vous de l’ouverture de la production sonore, je l’ai suffisamment écrit dans @syntone, milité pour cela, et cela a modifié mes pratiques d’écoute (dans lesquelles j’accorde plus de temps aux créations ou émissions indépendantes qu’aux programmes de grandes radios). En revanche, la façon dont les directions d’antenne utilisent le podcast pour détruire les grilles et pour ubériser la production sonore me paraît préoccupant. Or elles se servent des ambiguïtés et des mythes pour le faire, c’est bien pour cela qu’il me paraît essentiel de les démonter : pour démasquer, notamment, le libéralisme sous les nouveaux atours dont elles le parent. On est bien d’accord : le podcast n’est pas cela - ou plutôt, pas uniquement cela, car les tenant·es du libéralisme sont bien libres de faire elles et eux aussi du podcast ou de la radio.

      Je réitère donc ici ma proposition, apportons une touche française à ces 11 commandements.

      J’espère alors que la "touche française" permettra de soutenir et d’encourager l’ouverture de la production sonore de façon moins brouillonne que la BBC, sans discours marketing, avec davantage de mémoire de la création sonore. Pour prendre l’exemple d’un autre de ces "commandements", après celui sur les formats qui auraient été magiquement libérés par le podcast et dont je parle dans mon billet initial : la fameuse "intimité" qui serait propre au podcast. Yann Paranthoën parlait déjà de l’intimité de la voix radiophonique et a beaucoup travaillé dessus, théorisant l’usage de la mono pour capter la voix, jouant merveilleusement des timbres et des souffles dans ses montages... et il a commencé sa carrière à la Radiodiffusion française dans les années 1950. Ça n’a pas besoin d’être nouveau et d’occulter toute l’histoire de la radio pour être une bonne idée - au contraire : je pense qu’on ne peut véritablement inventer qu’en ayant connaissance du passé.

    • Rhââ, les querelles des réseaux sociaux arrivent jusqu’ici avec un nouvel abonné qui vient exprès pour expliquer la vie à notre copine. Vous n’avez pas traité « Claire » Volcler de menteuse mais de diffuseuse de « bêtises » et de discours « faux ». La nuance entre les deux, ce serait de l’imbécilité ou un manque de crédibilité féminine, ne vous enfoncez pas plus ! Les propos de Juliette (c’est son nom) ne parlent pas de votre nombril et même en lisant vite je ne m’y suis pas trompée. Faut-il en remettre une couche et recommencer à parler complaisamment du dit nombril pour que votre ego retrouve sa satisfaction habituelle ? Votre invitation à écrire ensemble ressemble à un vieux procédé de vampirisation : aucune femme n’a vocation à mettre son travail à votre disposition pour un écrit dit « collectif » que vous valoriserez mieux qu’elle. Merde, tout ça pue l’ego froissé et de vieux réflexes machos.


    • Ça doit être de la philo parce que je ne comprends pas le sens de ses paroles, s’il veut une réponse ou Bob l’éponge. Oui, c’est assez gerbant. C’est une meuf qui a plein d’arguments intéressants au sujet du racisme ambiant, y compris d’État, il a de la matière s’il veut combattre ses propos. Elle a tout à fait le droit de vouloir écrire pour d’autres personnes que lui ! Et sous d’autres registres que #Twitter, un espace violent, majoritairement sexiste et raciste.

    • Au moins, on sait pourquoi ce pauv’ type a accès au crachoir : parce qu’il sait se comporter comme un troll bête et méchant, c’est à dire comme un étron qui s’ignore.

      « On » nous parle de fake news, on s’en lamente, mais « on » est incapable d’admettre que les premiers à créer de la confusion sont ces élites qui se lamentent... à faire le nécessaire pour que les vraies informations ne se voient pas (secret des affaires...), à faire le nécessaire pour créer des guerres sans en avoir l’air (Syrie, Libye, Irak...), à nous enfumer (NSA...)... et les « qui parlent dans le poste » qui se comportent comme des crétins malveillants, incapables de débattre sérieusement de choses pour lesquelles ils auraient un minimum de crédibilité...


  • The Internet of Garbage (v. 1.5) By Sarah Jeong, 80 pages
    https://www.theverge.com/2018/8/28/17777330/internet-of-garbage-book-sarah-jeong-online-harassment

    the internet is experienced completely differently by people who are
    visibly identifiable as a marginalized race or gender. It’s a nastier, more
    exhausting internet, one that gets even nastier and even more exhausting as
    intersections stack up.

    Harassment exists on two spectrums at once—one that is defined by
    behavior and one that is defined by content . The former is the better way to
    understand harassment, but the latter has received more attention in both
    popular discourse and academic treatments.

    #spam #harassment #moderation

    • Table of Contents
      Preface ............................................... 4
      Chapter One : The Internet Is Garbage .................. 6
      A Theory of Garbage .......................................... 8
      Spam as Garbage .............................................. 9
      Chapter Two : On Harassment ........................... 12
      Harassment in the News ...................................... 13
      About That Media Narrative . . . ............................ 18
      Is Harassment Gendered ? ..................................... 20
      Intersections of Harassment ................................. 21
      On Doxing ................................................... 24
      SWATting .................................................... 27
      Doxing Women ................................................ 28
      Concluding Thoughts on Doxing ............................... 30
      A Taxonomy of Harassment .................................... 32
      On Modern-Day Social Media Content Moderation ............... 35
      What Happens Before : Setting Norms .......................... 38
      Chapter Three : Lessons from Copyright Law ............ 40
      The Intersection of Copyright and Harassment ................ 41
      How the DMCA Taught Us All the Wrong Lessons ................ 44
      Turning Hate Crimes into Copyright Crimes ................... 47
      Chapter Four : A Different Kind of Free Speech ........ 51
      Stuck on Free Speech ........................................ 52
      The Marketplace of Ideas .................................... 54
      Social Media is a Monopoly .................................. 56
      Agoras and Responsibilities ................................. 59
      Chapter 5 : Spam : The Mother of All Garbage ........... 62
      What Is Spam ? ............................................... 63
      Spam and Free Speech ........................................ 66
      Harassment as Spam .......................................... 68
      Architectural Solutions to Harassment ....................... 70
      On the Size of the Internet ................................. 73
      Conclusion : The Two Futures of Anti-Harassment ....... 75

      –------

      Online anonymity isn’t responsible for the prevalence of horrible behavior online. Shitty moderation is. - Zoë Quinn, March 21st, 2015



  • Michaela Coel | James MacTaggart Lecture | Edinburgh TV Festival 2018

    https://www.youtube.com/watch?v=odusP8gmqsg

    Why are we platforming misfits, heralding them as newly rich successes whilst they balance on creaking ladders with little chance of social mobility? I can’t help usher them into this house if there’s doors within it they can’t open, it feels complicit. What I can do is be transparent about my experiences, because transparency helps.



  • « Ma fille sous influence »
    https://www.franceculture.fr/societe/ma-fille-sous-influence

    Une mère veut comprendre ce qu’est devenue sa fille, Emma, 15 ans, endoctrinée par les réseaux de l’Etat islamique. Une série documentaire en cinq épisodes qui montre une société démunie face à l’islamisme. Un podcast de Rémi Dybowski-Douat et Laure Marchand pour « Les Pieds sur terre ».

    « Les Revenantes de Raqqa »
    http://www.rfi.fr/emission/20180805-revenantes-raqqa-film-stalens-femmes-radicalisation-temoignages-jihad-i

    Je vous propose de redécouvrir Revenantes, le documentaire de Marion Stalens, un film d’utilité publique dont les modules pédagogiques sont ici.
    Revenantes est un film rare puisqu’il donne la parole à des femmes qui sont parties ou qui ont voulu partir en Syrie, et qui en sont revenues physiquement et psychologiquement.

    https://education.francetv.fr/matiere/actualite/premiere/video/comment-sortir-de-la-radicalisation?sectionPlaylist=&program=reve

    #podcast #daech



  • Law and Sausages
    http://lawsandsausagescomic.com/comic/501

    The goal of Laws and Sausages is to be a comic about politics, without the politics. We aim to give American readers of all political persuasions the intellectual tools with which to understand their government’s history, philosophy, and mechanics. We aim to be the civics education you either never got or chose to ignore.

    I’m really enjoying this series.
    (By the way, if you want to brush up on your Montesquieu, here’s a recent In Our Time: https://www.bbc.co.uk/programmes/b0b5qnfx )


  • Q: Why Do Keynote Speakers Keep Suggesting That Improving Security Is Possible?
    https://www.youtube.com/watch?v=ajGX7odA87k

    The Assumptions of Technological Manifest Destiny
    1) Technology is VALUE-NEUTRAL, and will therefore automatically lead to good outcomes for everyone.
    2) Thus, new kinds of technology should be deployed as quickly as possible, even if we lack a general idea of how the technology works, or what the societal impact will be.
    3) History is generally uninteresting, because the past has nothing to teach us.

    #machineLearning #security #iot



  • Technosterone & UXtrogens - Goulven Champenois & Marie-Cécile Paccard
    https://www.youtube.com/watch?v=8d-eDSu7UbQ


    Intervention sur la répartition des tâches en IT.
    Où l’on parle de toponymes, d’ADN, de Bechdel, de faits qui poussent à l’engagement.
    Ce sont 2 lyonnais indépendants. C’était durant la TakeOff 2018 à Lille.
    https://mcpaccard.com/interventions


    #sexisme #informatique #english #lille #ux