la voie du jaguar

informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

  • Notes anthropologiques (XIV)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XIV

    Bref éloge du cannibalisme
    Première partie, la réalité

    Le culte rendu à Xipe Tótec par les Mexica nous plonge aux fondements religieux de la civilisation où l’être se confond avec sa nourriture : l’homme de maïs. La nourriture, le maïs, est essentiellement spirituelle, à la fois produit de la vie sociale et générant la vie sociale, l’esprit se faisant chair. Au cours de la cérémonie tlacaxipehualiztli consacrée à Xipe Tótec, « Notre Seigneur l’Écorché », les prisonniers immolés en haut du temple aussi bien que les captifs morts dans un combat simulé étaient écorchés et dépouillés par les prêtres. Leur peau était portée comme un trophée pendant les vingt jours du mois tozoztontli consacré au dieu ; et les corps, dépecés et mangés au cours d’un banquet rituel, comme si les Aztèques devaient prendre au mot l’expression « homme de maïs ». (...)

    #anthropologie #cannibalisme #tabou #guerre #Dionysos


  • Un mundo donde quepan muchos mundos
    peintures zapatistes du Chiapas

    Jérôme Baschet et Rocío Martínez

    https://lavoiedujaguar.net/Un-mundo-donde-quepan-muchos-mundos-peintures-zapatistes-du-Chiapas

    exposition du 1er juin au 28 juillet 2018
    galerie salle principale
    28, rue de Thionville
    75019 Paris

    Depuis le soulèvement armé du 1er janvier 1994 et son intempestif ¡Ya basta ! — coup d’arrêt à la séculaire domination des peuples indiens autant que défi à la toute-puissance du néolibéralisme triomphant —, les rebelles zapatistes du Chiapas n’ont pas cessé d’inventer de nouvelles formes de lutte et de faire croître dans leurs territoires d’autres manières de vivre qu’ils dénomment « autonomie ». En complète sécession vis-à-vis des institutions de l’État mexicain et se préservant autant qu’il est possible des logiques de marchandisation qui progressent partout, cette expérience constitue l’une des utopies réelles les plus remarquables qu’il soit donné de découvrir aujourd’hui sur une planète livrée à la dévastation et à la déshumanisation. (...)

    #zapatistes #autogouvernement #exposition #Paris


  • Communiqué sur la seconde phase
    d’expulsion en cours sur la ZAD

    https://lavoiedujaguar.net/Communique-sur-la-seconde-phase-d-expulsion-en-cours-sur-la-ZAD

    La seconde vague d’expulsion amorcée depuis ce matin est une nouvelle tentative d’éradiquer une partie de la ZAD. Elle va faire remonter dramatiquement la tension dans le bocage et laisser plus de personnes encore privées de leur logement et de leurs espaces quotidiens d’activités. Les routes et chemins sont une nouvelle fois envahis par un dispositif militaire inédit en terme d’ampleur et de durée dans l’histoire du maintien de l’ordre en France. Cette démonstration de force est sans doute à la hauteur de l’affront qu’a représenté des années durant cet espace de résistance et d’expérimentation. L’acharnement de l’État est significatif de la vivacité persistante de cette aventure collective. Il est annoncé que plusieurs habitats sont cette fois visés dans le secteur de la forêt de Rohanne.

    En s’attaquant aujourd’hui à la Chat-teigne, l’État cherche à raser un symbole de l’histoire de la lutte. La Chat-teigne c’est ce chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre qui a signé la défaite de l’opération César. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #expulsions #résistance #rassemblements #manifestations


  • Notre-Dame-des-Landes
    Défendre nos manières d’habiter la ZAD

    https://lavoiedujaguar.net/Notre-Dame-des-Landes-Defendre-nos-manieres-d-habiter-la-ZAD

    L’opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a pris, dès son commencement dans les années 1970, la forme d’une lutte habitée. En effet jusque dans les années 2000 le conseil général, en refusant de relouer les maisons de la zone d’aménagement différé, a tenté de vider progressivement la zone de ses habitant·e·s. Mais la résistance sur place a tenu bon en affirmant qu’« un territoire se défend avec celles et ceux qui l’habitent » et en invitant dès 2007 de nouvelles personnes à venir occuper les maisons laissées vides. Il s’ouvrait ainsi une nouvelle phase d’opposition par l’occupation des espaces à défendre.

    Au fil des années, de nombreuses personnes aux sensibilités différentes ont ainsi rejoint cette zone en restaurant une maison existante ici ou en construisant une cabane là (yourtes, cabanes sur pilotis, dans les arbres, en terres, en bottes de paille, avec des matériaux récupérés...). Ces constructions ont souvent été pensées comme des moyens d’occuper le plus largement possible le terrain pour faire face aux menaces de travaux et, par là même, de destruction de milieux naturels précieux. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #territoire #écosystème #habiter #reconstruire


  • Commisération de 68
    Sur une soirée cocottes comico poulets

    https://lavoiedujaguar.net/Commiseration-de-68-Sur-une-soiree-cocottes-comico-poulets

    Hier soir, ce fut une première : avec des amis nous sommes allés nous asseoir à la terrasse du nouveau café du théâtre de l’Odéon, laquelle terrasse a littéralement colonisé la place. Il y avait là R., une amie mexicaine qui sortait de la bibliothèque de la Sorbonne tout juste rouverte après occupation. Elle est pleine de nouvelles normes de contrôle, de maréchaussée.

    À l’Odéon se donnait une soirée en commémoration de Mai 68, soirée payante, ou sur invitation. À partir de 19 h 15, les gens bien mis sont entrés en très grand nombre, la tranche des « seniors » étant singulièrement représentée… des vieilles dames en tenue des grands soirs faisaient, en particulier, plaisir à voir. Puis sont arrivés des lycéens, des étudiants, des gens de peu de foi (la soirée s’intitulait « L’esprit de Mai »), au mieux une cinquantaine de personnes si l’on compte les vieux. Pour cette engeance, impossible d’entrer, évidement. (...)

    #Mai68 #Odéon #commémoration #répression #gazage #nasse


  • Zacatechichi , l’herbe aux rêves perdus

    Fabrice Kilanovic

    https://lavoiedujaguar.net/Zacatechichi-l-herbe-aux-reves-perdus

    Accéder à l’au-delà par le rêve, voilà une croyance qui remonte aux premiers âges de l’humanité. Au Mexique comme dans d’autres parties du monde, les peuples originaires ont développé plus d’une mythologie à ce sujet. Cependant, la consommation de plantes sacrées pour y parvenir n’est pas une pratique très répandue. Certaines recherches affirment que c’est le cas des Chontales des Hautes Terres avec Zacatechichi. Qu’en est-il donc du mystérieux pouvoir de l’Herbe des rêves ?

    Zacatechichi (Calea Ternifolia ou Calea Nelsonii pour les botanistes) est une plante sylvestre de la famille des Asteraceae qui pousse au Mexique, dans les États de Morelos, Michoacán, San Luis Potosí et Oaxaca, au niveau des zones humides et ensoleillées inférieures à 300 mètres d’altitude sur des arbustes ramifiés allant de 50 centimètres à 3 mètres. Son nom provient de la langue náhuatl. Ses feuilles rugueuses, aux bords dentelés et au dos finement poilu, ont une forme ovale et pointue (...)

    #Mexique #Oaxaca #Chontales #Zacatechichi #plante_sacrée #Herbe_des_rêves


  • La nuit des barricades du 10 mai 1968,
    le « grand soir » des anarchistes

    Le Flûtiste

    https://lavoiedujaguar.net/La-nuit-des-barricades-du-10-mai-1968-le-grand-soir-des-anarchistes

    Dédié à Germinal Clemente, Christian Lagant et quelques autres compagnons qui n’ont pas supporté le retour à la « normalité » et ont choisi d’anticiper sur le terme de la vie. Nous ne les oublions pas.

    La célébration du quarantième anniversaire de Mai 68 donne lieu à toutes sortes d’interprétations, souvent contradictoires. Entre la volonté de la droite de le « liquider » et les rodomontades des uns et des autres se présentant comme d’ex-soixante-huitards, s’autoglorifiant à coups de cymbales, grosses caisses et tambours médiatiques, l’essentiel est passé sous silence : qui étaient à ce moment sur les barricades et affrontèrent les forces de l’ordre lors de la nuit du 10 mai 68 qui a servi de détonateur pour la période ? Les mêmes qui ont embrayé ensuite dans les comités d’action étudiants-ouvriers pour aller se coltiner avec les piquets de grève devant les grandes usines, tenus par les chiens de garde cégétistes-PC, afin de déclencher les grèves solidaires ? Que l’on permette à ce sujet à un anonyme, témoin, observateur et acteur de ces journées, de jouer un peu de sa flûte pour fournir quelques notes discordantes dans ce concert de menteries et mythomanies. (...)

    #Mai68 #Paris #nuit #Contrescarpe #barricades #anarchistes #Commune #Léo_Ferré


  • Lycéen à Paris en 1968, début d’un combat
    pour l’autonomie individuelle et collective

    Marc Tomsin

    https://lavoiedujaguar.net/Lyceen-a-Paris-en-1968-debut-d-un-combat-pour-l-autonomie-individuel

    Quand on cause de Mai 68, les vedettes sont mises en avant, on cause des étudiants, un peu des grévistes... et les lycéens restent dans l’ombre. Comment était-ce ressenti dans les bahuts divers qui étaient dans les luttes et qu’on passait à la trappe ?

    Si le mouvement lycéen est resté dans l’ombre, il faut sûrement voir cela comme une chance, celle d’échapper aux projecteurs faisant briller les leaders, cela ne lui a pourtant pas permis d’éviter l’emprise des petits appareils gauchistes. Le mouvement des occupations de mai et juin 1968 a porté en son sein sa négation à travers la médiatisation des leaders et le rôle des organisations avant-gardistes, les léninistes de tout poil œuvrant avant tout à se renforcer ou à s’implanter, en cherchant à noyauter et à instrumentaliser des structures de base comme les comités d’action lycéens (CAL). Ces premiers regroupements d’élèves provenaient des réseaux de mobilisation contre la guerre du Vietnam, qui étaient déjà considérés comme un vivier par les groupuscules trotskistes ou maoïstes. (...)

    #Mai68 #Paris #lycéens #CAL #comités_d'action #NMPP #ICO #Christian_Lagant #Castoriadis #Maurice_Blanchot


  • Mai 68, au-delà du souvenir, mais très loin de l’oubli

    Tomás Ibáñez

    https://lavoiedujaguar.net/Mai-68-au-dela-du-souvenir-mais-tres-loin-de-l-oubli

    Il en va exactement de même pour Mai 68 que pour toutes les expériences personnelles que nous avons très intensément vécues. On ne peut les contempler comme un simple souvenir et, quand nous les évoquons, nous ne pouvons éviter de revenir vers elles d’une manière presque physique, comme si elles étaient encore vivantes, comme si elles étaient encore tendues vers l’incertain horizon de leur avènement.

    Et, bien sûr, il est très difficile de parler d’une expérience qui est encore en cours ou dans laquelle nous nous trouvons encore émotionnellement impliqués, parce que ce qui nous vient alors, en premier lieu, ce ne sont pas des paroles mais un flot de sentiments, un déferlement d’expériences, des rafales d’images et un tourbillon de désirs… C’est-à-dire, tout sauf des paroles, tout plutôt que des paroles… Un peu comme si l’intensité même de l’expérience vécue mettait les paroles en crise.

    Cette crise des paroles est, dans ce cas particulier, d’autant plus paradoxale que Mai 68 fut, entre autres choses, l’éclosion et l’explosion de la parole, une des plus grandes prises de parole collectives qu’ait connues l’histoire. (...)

    #Mai68 #Tomás_Ibáñez #passé_présent #créativité #transformation #subjectivité #nouvel_imaginaire

    • Événement totalement inattendu, Mai 68 laissa complètement abasourdis ses propres acteurs et causa la stupéfaction dans le monde entier. Parce que personne n’imaginait que quelque chose de semblable pût se produire. Alors même qu’il avait entrepris sa marche, répétons-le, l’événement demeurait encore inimaginable pour nous. Mai 68 ne fut jamais le projet de personne.

      Il est littéralement impossible de parler de succès ou d’échec à propos des événements, ou, si l’on veut tordre le sens des mots, le succès d’un événement est tout simplement d’avoir eu lieu — son échec serait, a contrario, celui de ne pas s’être produit. Mai 68 eut effectivement lieu et là réside, si l’on veut, son seul et indéniable succès.


  • Notes anthropologiques (XIII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XIII

    Mexico 2018
    Les narcos
    (suite et fin)

    L’activité des cartels de la drogue représente le pouvoir occulte et sans limite du capital. Il est à la fois caché, intouchable et terrible. Le fait qu’il soit invisible le rend encore plus mystérieux et effroyable. Aucune règle ne vient faire tampon entre la population et le déploiement sans frein, irrésistible, de l’activité capitaliste. Ce déchaînement impérieux et meurtrier est le résultat d’un long processus de détérioration et de dégradation de la vie communale. Pourtant, il y a encore au Mexique une résistance réelle face à l’expansion de l’activité des cartels et plus généralement face à la pénétration de l’activité capitaliste. Nous avons l’exemple bien connu des zapatistes dans le Sud-Est mexicain, mais aussi celui de Cherán et d’Ostula dans le Michoacán, et d’autres expériences de reprise en main de la vie communale qui sont moins visibles.

    Ce processus de dévastation de la vie collective a commencé avec l’État, c’est-à-dire avec l’existence d’une volonté séparée et qui se donne les moyens de s’imposer. (...)

    #Mexique #anthropologie #narcotrafic #cartels #État #marché #pensée #marchands #sociétés #communalité


  • La ZAD ouvre des pistes
    que l’État ferme à coups de grenades

    Émilie Hache, Barbara Glowczewski,
    Christophe Laurens, Geneviève Pruvost

    https://lavoiedujaguar.net/La-ZAD-ouvre-des-pistes-que-l-Etat-ferme-a-coups-de-grenades

    Pour expulser 250 habitants répartis sur une zone agricole de 1 650 hectares de bocage sont mobilisés 2 500 gendarmes mobiles véhiculés en camions, hélicoptères, blindés, munis de tractopelles et de drones, pour un coût de 300 000 à 400 000 euros par jour, avec un usage par centaines chaque jour de grenades de quatre types (lacrymogènes, incapacitantes, de désencerclement et offensives de type GLI F4) et de tirs de flash-balls, causant à ce jour plus de 200 blessés du côté des défenseur·e·s de la ZAD — sans compter l’asphyxie d’un nombre inquantifiable de tritons et de salamandres censés être préservés dans ce biotope unique. Il s’agit bien d’une opération d’écrasement du vivant et cette opération policière à caractère militaire est menée sur le territoire de la France.

    Sur les routes des communes aux alentours de la zone (Vigneux, La Paquelais, Notre-Dame-des-Landes, Fay-de-Bretagne, Le Temple-de-Bretagne, Héric), des checkpoints filtrants, des contrôles d’identité, des fouilles de véhicules et de sacs ont été menés. Il ne s’agit donc plus d’un espace public libre de mouvement. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #pistes #État #grenades #flash-ball


  • Solidarité avec Notre-Dame-des-Landes

    Raoul Vaneigem

    https://lavoiedujaguar.net/Solidarite-avec-Notre-Dame-des-Landes

    Ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes illustre un conflit qui concerne le monde entier. Il met aux prises, d’une part, les puissances financières résolues à transformer en marchandise les ressources du vivant et de la nature et, d’autre part, la volonté de vivre qui anime des millions d’êtres dont l’existence est précarisée de plus en plus par le totalitarisme du profit. Là où l’État et les multinationales qui le commanditent avaient juré d’imposer leurs nuisances, au mépris des populations et de leur environnement, ils se sont heurtés à une résistance dont l’obstination, dans le cas de Notre-Dame-des-Landes, a fait plier le pouvoir. La résistance n’a pas seulement démontré que l’État, « le plus froid des monstres froids », n’était pas invincible — comme le croit, en sa raideur de cadavre, le technocrate qui le représente —, elle a fait apparaître qu’une vie nouvelle était possible, à l’encontre de tant d’existences étriquées par l’aliénation du travail et les calculs de rentabilité. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #Raoul_Vaneigem #volonté_de_vivre #solidarité #créativité #État #assemblées_autogérées

    • C’était une réponse à :

      Salut Raoul,

      La situation devient critique pour la zad, tous les signaux sont au
      rouge. Le gouvernement annonce que des destructions/expulsions de grande ampleur peuvent reprendre dès le début de la semaine prochaine, « tranquillement mais sans légèreté » dit le Premier ministre. Pour le dire franchement, nous jouons actuellement toutes nos cartes, sans quoi il risque bientôt de n’y avoir plus de zad à sauver. Le #Taslu mobilise donc tous ses soutiens pour ce week-end.

      – Nous proposons de rejoindre dimanche à 14h les « troupes de
      l’imaginaire ». L’appel est ici : https://letaslu.noblogs.org On
      espère vivement pouvoir compter parmi nous des personnalités du monde des livres et des idées. Si vous en connaissez, si vous avez des
      contacts, n’hésitez pas à les solliciter. Pour ceux qui le
      souhaiteraient, il sera également possible de rester veiller à la
      Rolandière pour être sur place dès le lundi matin.

      – Si vous ne pouvez pas vous déplacer, nous vous proposerons de signer une tribune qui est en cours de rédaction. Nous la lirons au début de l’initiative de dimanche, tout en la proposant pour parution lundi aux quotidiens nationaux.

      Nous vous appelons toutes et tous à venir pour sauver un bout de monde d’une destruction inique, qui ne concerne pas seulement des habitats, mais qui vise tout simplement l’espoir.

      #nddl #zad #terres #notre-dame-des-landes #raoul_vaneigem

      https://seenthis.net/messages/688645


  • Notes anthropologiques (XII)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XII

    Mexico 2018. Les narcos

    Des morts, des morts, des morts innombrables, des morts décapités, des morts démembrés, des morts pendus, des morts tordus, des morts épinglés avec une étiquette à l’orthographe grossière autour du cou, des morts émasculés, des morts écorchés, des morts torturés, des morts après tortures, c’est la danse macabre des squelettes, la danse macabre des calaveras, au son lancinant de la flûte. Et le Mexique contemporain apprend à danser. Alors que le sifflement de la faux passe au-dessus de leur tête, les Mexicains apprennent la danse des banquiers ; ce n’est pas la danse des canards que l’on dansait dans les rades à marins, c’est la danse des dindons. Les premiers pas sont encore hésitants, mais bientôt ils danseront tous, sur un rythme de plus en plus élevé, de plus en plus échevelé, la danse des Maccabées.

    En fin de compte, le capitalisme se résume à cela : danser sur un rythme de plus en plus endiablé la danse des Maccabées. Il fait son nid sur des monceaux de cadavres (...)

    #Mexique #cartels #narcotrafic #marchandise #capitalisme #cadavres #anthropologie

    • Celui qui s’arrête à la marchandise est perdu. Celui qui s’arrête à l’apparence est perdu. Le client n’est roi que le temps d’une séduction, une fois pris, il n’est plus qu’un bouffon. Notre temps est celui du mépris, il faut dire que nous y sommes pour quelque chose ! S’accrocher à l’illusoire ! Ne plus chercher à vivre, avoir peur de mourir ! La drogue est la marchandise idéale, elle rend le client accroc, il a joué sa vie pour un mirage. Et nous en sommes tous là, nous jouons notre vie pour l’apparence d’un rêve, pour de l’esprit qui s’est matérialisé dans une chose et nous gardons l’illusion de nous en approcher alors même qu’il s’éloigne à tout jamais. Ainsi nous entrons dans le jeu du marchand, marchand d’illusions et marchand de vent. Alors il peut bien nous tenir dans le plus grand mépris, lui qui nous a soumis à sa pensée, à son point de vue sur le monde !


  • Ce dimanche 22 avril le Taslu appelle
    les troupes de l’imaginaire à se mobiliser

    https://lavoiedujaguar.net/Ce-dimanche-22-avril-le-Taslu-appelle-les-troupes-de-l-imaginaire-a-

    Nous lirons ensemble face à ceux qui nous menacent, et érigerons des barricades de mots pour que le courage des insurrections passées, poétiques ou romanesques, nous donne de l’allant dans les batailles à venir.

    Depuis 2012, nous prédisions que si l’État voulait derechef tenter de mater la ZAD, il reviendrait avec l’armée. Nous ne nous trompions pas. C’est bien une opération militaire qui a cours depuis le 9 avril, avec ses colonnes de blindés et de camions bâchés, avec ses grenades, ses drones, ses troupes. Au milieu du bocage à peine paré de printemps, nous voici sous les feux du gouvernement. Nos nuits sont ponctuées par le passage des hélicoptères éclairant nos lits de leurs spots, des signaux d’alarme provenant d’un quartier qu’ils attaquent, des appels de nos voisins au talkie-walkie. Ils ont amené dans nos vies leur guerre, pensant réduire à néant ce que nous vivons ici comme ils le feraient d’une armée étrangère. Mais voilà, malgré les destructions, malgré la violence inouïe de leurs armes, nous ne plions pas. En place de la débandade qu’ils prévoyaient, ce sont au contraire des milliers de personnes qu’ils voient affluer. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #bibliothèque #imaginaire #mobilisation


  • La magie de la ZAD, la reprise des bâtons
    et le dispositif policier débordé

    https://lavoiedujaguar.net/La-magie-de-la-ZAD-la-reprise-des-batons-et-le-dispositif-policier-d

    Malgré le blocus gouvernemental, une foule de 15 000 à 20 000 personnes à réussi coûte que coûte à se rendre en différents points de la ZAD et à déborder le dispositif ce dimanche. Depuis l’aube, tout avait pourtant été fait pour briser ce vaste élan de solidarité : barrages et contrôles partout, checkpoints policier aux sorties de quatre-voies avec appels aux conducteurs à ne pas chercher à se rendre sur place. Plus d’une centaine de personnes ont été séquestrées toute la journée à la ferme de la Grée. C’est la première fois que l’État cherchait ainsi à empêcher une grande manifestation de ce type sur la ZAD et à faire monter la tension. Mais ici l’esprit collectif ne se laisse pas intimider de la sorte : les soutiens connaissent les chemins, les champs et passent en groupe les barrages policiers. Le mouvement qui a arraché l’abandon du projet d’aéroport s’est retrouvé de nouveau aujourd’hui dans toute sa force et sa diversité pour défendre la ZAD.

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #bâtons #construction #manifestation


  • Le collectif renaît toujours
    Pose d’une halle de marché et d’assemblée au Gourbi sur la ZAD

    https://lavoiedujaguar.net/Le-collectif-renait-toujours-Pose-d-une-halle-de-marche-et-d-assembl

    Mercredi, Gourbi 4 a été détruit par des tractopelles après une nouvelle offensive des gendarmes. C’est un des nombreux lieux de la ZAD qui a été attaqué la semaine dernière. Comme les autres, cet espace avait une histoire belle et singulière. Gourbi était un des lieux les plus partagés de la ZAD : il ne s’agissait pas d’un habitat individuel mais d’un espace dédié au commun. C’est là que se tenait le non-marché, tous les vendredis, ainsi que de nombreuses réunions des habitant·e·s de la ZAD.

    Ce dôme géodésique de terre, de paille et de métal était un des nombreux exemples de la créativité architecturale qui a surgi ici. Cette dernière version du Gourbi avait été construite à un moment décisif du mouvement, lors d’un grand chantier, le 30 juin 2016. Cette construction était notre réponse d’alors à la manipulation par laquelle le gouvernement essaya d’imposer ce projet sous couvert de démocratie, via une consultation publique. Nous y opposions un espace dédié à notre propre façon de nous organiser : à la base, avec les personnes concernées, dans des assemblées et des mises en pratique concrètes. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #halle #reconstruction #collectif


  • Le temps est venu !
    Appel à venir en masse ce dimanche
    sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

    https://lavoiedujaguar.net/Le-temps-est-venu-Appel-a-venir-en-masse-ce-dimanche-sur-la-ZAD-de-N

    Rendez-vous à midi le long du chemin de Suez

    L’État a décidé cette semaine de détruire brutalement l’expérience collective dans la ZAD. Nous résistons chaque jour — habitant·e·s, soutiens, paysan·ne·s, voisin·e·s, jeunes et anciens. Nous le faisons avec notre cœur, nos corps, nos liens, avec toute la force qui s’est enracinée dans le bocage en cinquante ans de luttes et d’espoirs accumulés. Mais l’État continue à arracher des maisons, des fermes, des espaces agricoles et des ateliers, à piétiner des jardins, à raser tout ce qui est beau. Nous avons besoin de vous sur le terrain maintenant !

    À toutes celles et ceux qui sont passé·e·s rien qu’une fois ici, à toutes celles et ceux qui auraient pu et pourront demain.

    À toutes celles et ceux qui pensent qu’il faut des espaces d’expérimentation collective et continuer d’inventer des vies magiques face à ces barbares. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #appel #mobilisation


  • Depuis le Quartier libre des Lentillères à Dijon
    Il nous faut réagir et sauver la ZAD !

    https://lavoiedujaguar.net/Depuis-le-Quartier-libre-des-Lentilleres-a-Dijon-Il-nous-faut-reagir

    L’aventure de la ZAD c’est une histoire qui nous touche, c’est aussi notre histoire !

    Il y a trois mois on y était pour célébrer la victoire contre l’aéroport, l’aboutissement de quarante années de lutte auxquelles se sont greffé·e·s depuis 2009 celles et ceux qu’on appelle les zadistes.

    En 2011, nous sommes allé·e·s à la ZAD pour occuper des terres et ancrer l’aventure de la ferme du Sabot, un projet de maraîchage pour nourrir la lutte. Des camarades des Lentillères y prenaient part avant de revenir sur le quartier en 2012 et lancer un projet similaire, le « Jardin des Maraîchers » depuis devenu le « Jardin des Maraîchères ». La mairie de Dijon avait alors tenté de nous en empêcher en creusant d’énormes trous avec un tractopelle pour rendre ces terres incultes. C’était sans compter sur la détermination de notre projet, qui a vu le jour avec un peu de retard. (...)

    #Dijon #quartier_libre #Notre-Dame-des-Landes #ZAD #solidarité


  • Paroles au nom des femmes zapatistes
    pour inaugurer la Première Rencontre internationale,
    politique, artistique, sportive et culturelle
    des femmes qui luttent

    EZLN

    https://lavoiedujaguar.net/Paroles-au-nom-des-femmes-zapatistes-pour-inaugurer-la-Premiere-Renc

    Sœurs et compañeras qui nous rendez visite,

    Merci à toutes celles qui sont ici présentes pour cette première rencontre internationale des femmes qui luttent.

    Merci d’avoir fait l’effort de venir depuis tous les mondes dans ce petit coin où nous nous trouvons.

    Nous savons bien que ça n’a pas été facile d’arriver jusqu’ici et que sûrement de nombreuses femmes qui luttent n’ont pas pu venir à cette rencontre.

    Mon nom est insurgée Erika, c’est comme ça qu’on nous appelle, nous les insurgées, quand nous ne parlons pas de manière individuelle mais collectivement. Je suis capitaine insurgée d’infanterie et je suis accompagnée d’autres compañeras insurgées (...)

    #Mexique #Chiapas #EZLN #femmes_zapatistes #rencontre_internationale

    • Mon nom est insurgée Erika, c’est comme ça qu’on nous appelle, nous les insurgées, quand nous ne parlons pas de manière individuelle mais collectivement. Je suis capitaine insurgée d’infanterie et je suis accompagnée d’autres compañeras insurgées et miliciennes de différents grades.

      Notre travail sera de veiller sur cet endroit pour que seules les femmes y entrent et qu’aucun homme ne vienne. Car nous savons qu’ils sont malins.

      Vous allez donc nous voir circuler dans différents endroits mais ce sera pour veiller à ce qu’aucun homme n’entre. Et s’il y en a un qui entre, nous l’attraperons et le sortirons car nous avons clairement dit que les hommes n’étaient pas invités. C’est pour cela qu’ils doivent rester dehors et attendre pour savoir après ce qui s’est passé ici.

      Vous, vous pouvez aller où vous voulez. Vous pouvez sortir ou entrer le nombre de fois que vous voulez, vous avez juste besoin de votre badge et c’est tout. Mais les hommes ne pourront entrer qu’à la fin de la rencontre.

      #non-mixité

      Et je vois maintenant que nous avons bel et bien avancé, même si ce n’est qu’un peu, c’est toujours quelque chose.

      Et ne croyez pas que ça a été facile. Ça a été dur et ça continue à l’être.

      Et pas seulement à cause de ce sale système capitaliste qui veut nous détruire, mais aussi parce que nous devons lutter contre le système qui fait croire et penser aux hommes que nous, les femmes, valons moins et que nous ne servons à rien.

      Et parfois aussi, il faut le dire, même entre femmes, nous nous faisons des saloperies et nous nous parlons mal ; en d’autres termes, nous ne nous respectons pas.

      Car il ne s’agit pas seulement des hommes, il y a aussi des femmes des villes qui nous méprisent, qui disent que nous ne savons rien sur la lutte des femmes, car nous n’avons pas lu de livres dans lesquels les féministes expliquent comment les choses doivent être et tant d’autres choses qu’elles disent et critiquent sans connaître notre lutte.

      Car être femme est une chose et être pauvre en est une autre. C’est encore autre chose d’être indigène. Et les femmes indigènes qui m’écoutent le savent bien. Et c’est encore autre chose de bien différent et de plus difficile d’être femme indigène zapatiste.

      #féminisme


  • Hommage à la ZAD,
    hommage aux 100 Noms

    https://lavoiedujaguar.net/Hommage-a-la-ZAD-hommage-aux-100-Noms

    L’expulsion de la ZAD est une ignominie. Sous couvert du respect de l’état de droit — discours qui ne tient que parce que médias et gouvernements ont depuis des années installé le stéréotype du zadiste extrémiste et ultraviolent —, l’État, sans doute désireux de venger le renoncement auquel il a été acculé, n’a fait que manifester l’usage d’une violence aveugle et destructrice.

    Destructrice d’une expérience collective de lutte qui, par sa détermination et sa créativité, a pu sauver 1 600 hectares de bocage et de forêt du bétonnage inutile auquel il était promis.

    Destructrice des projets de vie que beaucoup ont construits ici.

    Destructrice du désir d’inventer un monde différent, porté par un sens du faire-commun et un autre rapport au milieu vivant. Un monde différent pour échapper au monde de la destruction. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #destruction #témoignage #solidarité

    • Comme disent les zapatistes : « ils détruisent ; nous construisons »...

      Et parmi tous les lieux détruits, avoir réduit à un tas de ruines les 100 Noms provoque une colère et une incompréhension toutes particulières. Il s’agissait d’une maison en bois chaleureuse et accueillante, où vivaient huit personnes. Ses habitant·e·s élevaient environ 80 moutons (deux agneaux sont nés dans la nuit précédant l’expulsion) ; ils avaient aussi développé d’autres projets agricoles. Aujourd’hui, un huissier, qui n’a même pas été en mesure de leur présenter un document d’ordonnance d’expulsion, leur a laissé dix minutes pour quitter les lieux, sans même pouvoir récupérer leurs affaires personnelles, avant que la maison ne soit abattue.
      Pour Greenpeace, « expulser et menacer de destruction un lieu de vie comme les 100 Noms, où bergerie, potagers et autres projets agricoles fleurissent, illustrent l’absurdité de l’action du gouvernement sur place et de l’incohérence de son discours », alors même que la préfecture avait annoncé une évacuation ciblée, ne concernant pas ceux qui étaient désireux de s’inscrire dans des projets agricoles ou para-agricoles.

      Alors, oui, c’est vrai, les 100 Noms, pas plus que d’autres habitant·e·s de la ZAD, n’avaient déposé de projets individuels, comme l’exige la préfecture. Non pas parce qu’ils étaient opposés à toute forme de régularisation. Mais parce que toute leur démarche, depuis leur installation dans le bocage, a été collective et parce que le projet de vie qu’ils ont élaboré est collectif. Or, cela, la préfecture refuse de le prendre en compte. On voit donc bien que la lutte se joue entre deux mondes, entre deux conceptions du monde. Et que celle qui promeut les normes du monde de l’Économie entend s’imposer comme un rouleau compresseur, même si la route qu’il trace mène au désastre programmé.


  • Solidarité avec la ZAD
    depuis la communauté indigène de San Francisco Xochicuautla

    https://lavoiedujaguar.net/Solidarite-avec-la-ZAD-depuis-la-communaute-indigene-de-San-Francisc

    Sœurs et frères de la ZAD, Notre-Dame-des-Landes, France,

    Recevez une fraternelle et combative salutation de la part des enfants, des personnes âgées, femmes et hommes dignes de cette communauté qui est aussi la vôtre. On voudrait vous dire que depuis ici, depuis notre propre front de lutte et de résistance, nous restons attentifs aux grandes résistances dans le monde et, à travers cette lettre, nous voudrions vous faire savoir que la résistance et la lutte que vous incarnez est un référent important. Nous embrassons, admirons et respectons votre courage, votre dignité et votre rébellion, car nous savons que vous résistez et luttez contre la spoliation et la destruction de la vie et de nos territoires.

    Nous dénonçons la mise en place des projets mortifères partout dans le monde, qui empoisonnent le sol, l’eau et l’air, qui envahissent nos formes de vie et détruisent nos espaces à l’intérieur de nos territoires, et qui prétendent nous arracher nos racines, nos façons de vivre et nos manières de penser. (...)

    #Mexique #Notre-Dame-des-Landes #résistances_solidaires


  • Bilan d’une journée d’expulsion sur la ZAD
    Appel à se rendre sur place pour stopper l’opération

    https://lavoiedujaguar.net/Bilan-d-une-journee-d-expulsion-sur-la-ZAD-Appel-a-se-rendre-sur-pla

    L’après-midi se finit dans un bocage asphyxié par les gaz lacrymogènes après déjà de longues heures de résistance face à la destruction d’habitats et fermes de la ZAD. Au moins neuf lieux de vie collectifs ont péri, avec leurs divers habitats particuliers brisés, leurs ateliers en miettes, leurs jardins piétinés : planchettes, planchouette, lama fâché, noue non plu, youpiyoupi, jessie james, phare ouest, chèvrerie, 100 noms...

    L’invasion policière a trouvé face à elle diverses formes de résistance : barricades, barrages de tracteurs, mêlées, personnes se hissant sur les toits, chantant, se tenant dans les bras. Dans les champs, face aux gendarmes mobiles et à leur machines de mort, on trouvait des anciens, des jeunes, des voisins, des paysans, des occupants, des camarades de partout. Six des soutiens mobilisés sur place ont été blessés et sept personnes arrêtées. Malgré la disproportion des forces en présence, l’absolue supériorité militaire des gendarmes, un peu de ruse et d’imagination a suffi à mettre deux fois le feu à leurs machines. Le dieu de la boue en a embourbé une autre. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #expulsion #bilan #appel #mobilisation #solidarité


  • Défaire la tyrannie du présent et faire front avec la ZAD

    Franz Himmelbauer

    https://lavoiedujaguar.net/Defaire-la-tyrannie-du-present-et-faire-front-avec-la-ZAD

    Jérôme Baschet
    Défaire la tyrannie du présent

    Ce matin dès six heures (et probablement avant, mais je dormais encore), la radio crache ses « infos » sur l’expulsion en cours à Notre-Dame des Landes. Il y a une journaliste sur place (une envoyée de cette radio, je veux dire) : les médias, une fois de plus, ont été « embarqués » dans les fourgons de la police. Mais les flics ne les laissent pas approcher de trop près le théâtre des opérations. L’envoyée spéciale se plaint de ne rien voir, dans la brume épaissie par les lacrymos.

    Un coup d’œil à zad.nadir.org, le site de la ZAD. Le premier message d’alerte a été émis un peu avant trois heures et demie du matin. Le « flash infos » rapporte ce tweet du bouffon qui sert de sinistre de l’Intérieur : « Ce matin, à partir de 6h, la @Gendarmerie débutera une opération d’expulsion des occupants illégaux des terrains de Notre-Dame-des-Landes. » La « @Gendarmerie »…

    #lecture #Jérôme_Baschet #historicité #présentisme #délocalisé #Notre-Dame-des-Landes #Michaël_Ferrier #Fukushima #demi-vie


  • Flics hors de la ZAD !
    Communiqué du Comité ZAD 04

    https://lavoiedujaguar.net/Flics-hors-de-la-ZAD-Communique-du-Comite-ZAD-04

    Ce matin, l’État a décidé d’attaquer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes avec des milliers de gardes mobiles, des blindés, etc. dans la volonté d’expulser des lieux d’habitation et d’expérimentation sociale. Cette opération d’expulsion, en plus d’être illégale, est tout bonnement inadmissible et absurde. Elle démontre le mépris du gouvernement dans la pseudo-négociation entre le mouvement et la préfecture.

    Le 17 janvier 2018, le gouvernement annonçait l’abandon du projet d’aéroport. Le 10 février 2018, 30 000 personnes venaient sur la ZAD fêter cette victoire d’étape et affirmer avec détermination leur attachement aux expérimentations sociales et agricoles qui se sont développées depuis des années. Le mouvement de lutte déclarait alors sa volonté de gérer collectivement les terres. Le 27 février 2018, le mouvement envoyait à l’État une convention collective provisoire couvrant les terres agricoles, les espaces boisés ainsi que les habitats et bâtis pris en charge et entretenus par le mouvement. (...)

    #ZAD #Notre-Dame-des-Landes #Forcalquier #mairie #Christophe_Castaner #occupation #solidarité


  • Les expulsions ont commencé,
    la ZAD appelle à se mobiliser

    https://lavoiedujaguar.net/Les-expulsions-ont-commence-la-ZAD-appelle-a-se-mobiliser

    Conjurée des années durant par le mouvement, une nouvelle tentative d’expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes a commencé. Dès 3 heures du matin, l’opération s’est déployée dans toute sa brutalité : interminables files de fourgons bleu marine, chars blindés, lacrymos, premiers blessés et premières arrestations. Les gendarmes ont annoncé que les journalistes étaient strictement interdits « sur tout le dispositif » et leur ont bloqué l’accès au site. Ils ont affirmé que la prise d’images de presse était prohibée et que les médias devraient se contenter de celles fournies par la gendarmerie.

    Ces expulsions confirment la prétention du gouvernement à rétablir le droit tout en s’asseyant grossièrement dessus. La préfecture n’a même pas daigné laisser la possibilité aux habitants de la ZAD d’avoir accès aux bases minimales du droit au logement, en l’occurrence des procédures nominatives et contradictoires en cas de volonté d’expulsion. Les habitants de la plupart des lieux de la ZAD s’étaient pourtant nommés et identifiés à plusieurs reprises au cours des dernières années. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #expulsions #gendarmerie #mobilisation