• ALI RABEH RÉÉLU MAIRE DE TRAPPES : « C’EST LA LÂCHETÉ QUI TUE LA GAUCHE »
    15 oct. 2021 - Le Média - entretien de Taha Bouhafs avec Ali Rabeh
    https://www.youtube.com/watch?v=V4ppFizObtk

    « Réélection dès le premier tour, face à une droite zemmourisée et clientéliste. Quelle fierté, merci aux Trappistes ! », s’est réjoui Ali Rabeh à l’annonce des premiers résultats. Deux mois après avoir vu son élection de 2020 invalidée par le Conseil d’Etat, Ali Rabeh a été réélu maire de Trappes dimanche 10 octobre avec 58,36% des voix dès le premier tour des municipales partielles. Il était reproché au candidat arrivé en tête d’avoir fait la promotion de sa candidature entre les deux tours du scrutin par le biais d’une association dont il est le fondateur.

    #Trappes

  • Qatar connection : Benjamin Netanyahu, le très cher ami israélien | Thierry Gadault , Bernard Nicolas , 11.10.2021 , Blast
    https://www.blast-info.fr/articles/2021/qatar-connection-benjamin-netanyahu-le-tres-cher-ami-israelien-MMNuDL-ZSz

    (...) Il y a quelques semaines nous en étions encore là, concentrés sur la partie française du dossier, sujet de nos récentes révélations (que ce soit sur les dessous de l’attribution de la Coupe du monde de football ou sur celles des championnats du monde d’athlétisme). Et puis, dans deux envois successifs, cinq nouveaux documents nous ont été remis. Cinq pièces d’un même puzzle : ainsi composé, celui-ci dessine une hypothèse folle, celle du financement par le Qatar de deux campagnes électorales en… Israël, principalement au profit du parti du Premier ministre en poste à l’époque, Benjamin Netanyahu !

    Si elle se confirme, cette hypothèse est littéralement renversante, tellement elle éclairerait la version officielle d’un jour nouveau. Rappelons, à ce jour, que les deux pays n’ont aucune relation diplomatique, bien que le Qatar soit depuis 2009 le principal banquier de la bande de Gaza et de l’organisation islamiste Hamas, avec l’accord de Tel-Aviv. (...)

    #IsraelQatar

  • Blinken: US to move forward with reopening Jerusalem Consulate that served Palestinians
    October 15, 2021 - Quds News Network
    https://qudsnen.co/?p=30394

    Washington (QNN)- US Secretary of State Antony Blinken announced on Wednesday that Washington will be moving forward with its plan of reopening its consulate which served Palestinians in Jerusalem.

    “We’ll be moving forward with the process of opening a consulate as part of deepening those ties with the Palestinians,” Blinken stated at the State Department as speaking to the press after hosting a trilateral meeting with Israeli occupation Foreign Minister Yair Lapid and Emirati Foreign Minister Sheikh Abdullah Bin Zayed al-Nahyan.

    #IsraelUSA

  • Les juifs de France se fracturent sur Éric Zemmour
    Jean Stern > 15 octobre 2021
    https://orientxxi.info/magazine/les-juifs-de-france-se-fracturent-sur-eric-zemmour,5111

    La candidature probable à l’Élysée du partisan du « grand remplacement » provoque une onde de choc dans la communauté juive française. Beaucoup de juifs affirment vouloir voter pour Éric Zemmour, au grand dam de figures communautaires. On peut y voir un feu de paille, mais aussi la conséquence d’erreurs d’analyse sur l’islamophobie et le soutien constant à la politique israélienne. (...)

    • Plus de 1 200 personnes avaient payé pour assister à la conférence de Zemmour se livrant à un éloge appuyé du pétainisme dès 2016 à la grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, en compagnie du grand rabbin Gilles Bernheim : une onction partielle lui avait déjà été fort malencontreusement accordée.

      (...) Pour beaucoup de juifs d’Afrique du Nord issus des milieux populaires, poursuit-elle, « Zemmour incarne “la dernière chance” avant l’exil. Un rempart à la disparition, la perspective d’une vie nouvelle possible qui vaut bien de fermer les yeux sur quelques excès ». Fermer les yeux, tout est dit en somme.

      (...) Zemmour ne dédaigne pas les déjeuners en ville, un rite très français. Il peut ainsi manger avec le multicondamné pour antisémitisme Jean-Marie Le Pen en compagnie de la fille du nazi Joachim von Ribbentrop jugé et exécuté à Nuremberg, a révélé Le Monde. « On peut presque imaginer la viscosité de ce repas, où l’obséquieux monsieur Z cherche ses traits d’esprit, comme autant de courbettes de bon kapo divertissant ses maîtres », ironise férocement le 7 octobre l’historien Jérémy Rubenstein sur Hiya.

      (...) L’historien et chercheur Marc Knobel, directeur des études du CRIF, a d’ailleurs dénoncé dans différents articles depuis plusieurs années l’idéologie du « faiseur d’apocalypse » en qui il voit un « juif de la négation », qui va jusqu’à reprendre des éléments de langage de l’extrême droite antisémite sur la culpabilité du capitaine Alfred Dreyfus.

  • Meyer Habib : Le député français qui murmure à l’oreille de Benyamin Netanyahou
    par Frédéric Métézeau , Jacques Monin , Cellule investigation de Radio France , Emmanuelle Elbaz-Phelps publié le 15 octobre 2021
    https://www.franceinter.fr/politique/meyer-habib-le-depute-francais-qui-murmure-a-l-oreille-de-benyamin-netan

    Le député Meyer Habib est un ami proche de l’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Il a longtemps été son relais à l’Assemblée et à l’Elysée, quitte à s’opposer aux positions diplomatiques françaises. Contrairement à ses obligations légales, il est aussi actionnaire de sociétés non déclarées en France. (...)

    • Portrait de Meyer Habib par la cellule investigation de Radio France, qui revient notamment sur sa proximité avec Benjamin Netanyahou et Arnaud Mimran (escroc condamné dans l’affaire de la fraude à la TVA sur les crédits carbone)

      “Macron n’a pas pu voir Benyamin Netanyahou car Meyer Habib lui a fait barrage. ” Enquête sur le député français Meyer Habib, ses interférences diplomatiques et ses intérêts économiques non déclarés en France.

  • Israeli Soldiers Kill A Palestinian Child, Abduct Another, Near Bethlehem
    Oct 15, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-child-abduct-another-near-bethlehem

    Israeli soldiers killed, on Thursday at night, a Palestinian child, and abducted another near Beit Jala city, west of Bethlehem, in the occupied West Bank.

    Local sources said the soldiers fired many live rounds at two Palestinian children in the Be’er Owna area in Beit Jala city, killing one.

    The slain Palestinian child has been identified as Amjad Osama Jalal Abu Sultan, 15 , from the Hindaza Mountain area, southeast of Bethlehem.

    They added that the soldiers abducted another child, identified as Mohammad Khalil ‘ Al-Arouj, 14, and took him to an interrogation facility.

    In a short statement, the Israeli army claimed the soldiers opened fire at the Palestinians when they “tried to hurl Molotov cocktails at the Tunnels Road,” connecting the Gush Etzion colony with occupied Jerusalem.

    #Palestine_assassinée

  • Discussions entre la Fifa et Israël sur une Coupe du monde co-organisée avec les Emirats
    AFP / le 13 octobre 2021 - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1277893/discussions-entre-la-fifa-et-israel-sur-une-coupe-du-monde-co-organis

    Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, lors d’un colloque organisé en Israël, le 12 octobre 2021. Photo Gil COHEN-MAGEN / AFP

    L’hypothèse d’une Coupe du Monde co-organisée par Israël et un ensemble de pays voisins menés par les Emirats arabes unis a été évoquée entre Israël et le président de la Fifa, présent lors d’un colloque organisé en Israël.

    Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a indiqué, dans un bref communiqué, que le patron de l’instance mondiale du football, Gianni Infantino, « a lancé l’idée qu’Israël puisse accueillir la Coupe du monde 2030 avec d’autres pays de la région menés par les Emirats arabes unis », lors d’échanges entre les deux hommes.

    « Je pense que co-organiser est l’avenir et donc pourquoi ne pas en rêver et y penser, que ce soit au niveau senior, junior, pour les hommes ou les femmes, parce que la Coupe du monde de la Fifa a cette magie unique de rassembler et d’unir les gens », a de son côté répondu Gianni Infantino, quand on lui a demandé si Israël pourrait un jour co-organiser l’évènement avec des pays de la région. Le président de la Fifa, en déplacement en Israël, s’exprimait lors d’un colloque organisé par le Jerusalem Post, et a rappelé « l’accord historique » conclu entre la Fédération isréalienne de football et la fédération des Emirats arabes unis, selon un communiqué de la Fifa.

    Selon le communiqué du Premier ministre, Steven Mnuchin, l’ancien secrétaire américain au Trésor sous Donald Trump, redevenu producteur de cinéma, était présent lors de l’entretien tout comme l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman. L’administration Trump avait initié ce qui est connu sous le nom « d’accords d’Abraham », qui ont vu plusieurs pays arabes normaliser leurs relations avec Israël. Les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont normalisé en 2020 leurs relations avec Israël, sous l’impulsion de Donald Trump et de son gendre, Jared Kushner, architecte de cette stratégie.

    Lors de son intervention au colloque, M. Infantino a souligné à quel point une Coupe du monde est devenue « un énorme événement et pas juste un rendez-vous sportif », qui suppose de vendre 3 à 4 millions de billets, de recevoir 1,5 à 2 millions de visiteurs et qui est regardé par 4 milliards de téléspectateurs. « Il a réitéré que la Fifa veut mettre le football au service de la société, de faire vraiment une différence en apportant sa contribution, là où c’est possible, à la paix et la stabilité dans la région », selon le communiqué de la Fifa.

    • Sylvan Adams: ’FIFA should hold a regional World Cup in Israel in 2030’
      By ALAN ROSENBAUM OCTOBER 13, 2021 - The Jerusalem Post
      https://www.jpost.com/israel-news/fifa-should-hold-a-regional-world-cup-in-israel-in-2030-sylvan-adams-681744
      https://images.jpost.com/image/upload/f_auto,fl_lossy/t_JD_ArticleMainImageFaceDetect/484844

      In a one-on-one interview with Jerusalem Post editor-in-chief Yaakov Katz, Sylvan Adams, philanthropist, businessman and Israel’s “self-appointed ambassador for the State of Israel,” discussed his role in helping 41 Afghan women cyclists flee Taliban rule, as well as his continued efforts to promote Israel through sports and entertainment.
      Adams, the co-owner of the Israel Cycling Academy, founder of the Israeli national cycling team, Israel Start-Up Nation, and known for his humanitarian work, was contacted and asked to help save the Afghan cyclists. He reached out to Israeli NGO IsraAid, together with the organization, devised a plan to help the women cyclists and others escape. Adams said that the entire operation resembled a spy novel brought to life.
      Eventually, the group of 165 people was extracted safely from Afghanistan and are now in the United Arab Emirates.

      Adams next discussed his efforts to promote Israel through sport and entertainment. “My projects speak to the ‘silent majority,’ which is most people, who are apolitical,” noted Adams. “I bring Israel to the silent majority,” he added.

      At the interview’s conclusion, Adams hinted of a new project he is seeking to coordinate between FIFA, Israel and Abraham Accord partners to arrange a regional World Cup in 2030 in the Middle East. Turning to Finance Minister Avigdor Liberman, Adams said, “I am willing to help, as I did with the Giro d’Italia race, but we need the government’s help.”

  • Procès du dossier Thomas Sankara : le jugement renvoyé au 25 octobre prochain
    11 octobre 2021 - Wakat Séra
    https://www.wakatsera.com/proces-du-dossier-thomas-sankara-le-jugement-renvoye-au-25-octobre-procha

    Le procès du dossier de l’ex-président burkinabè, le capitaine Noël Isidore Thomas Sankara, a débuté ce lundi 11 octobre 2021 à Ouagadougou, 34 ans après son assassinat et de douze de ses compagnons. Les actes à savoir l’appel nominal des accusés, la constitution du tribunal militaire, les requêtes de la partie civile, soutenue par le procureur militaire, pour l’enregistrement et/ou la diffusion du jugement, et, la demande de renvoi de l’affaire par certains avocats de la défense qui disent n’avoir pas pris connaissance du dossier, ont été les temps forts du jugement. A la suite de l’exposé des arguments des différentes parties qui a été houleux, le président du tribunal militaire a renvoyé le procès pour le 25 octobre prochain, soit dans deux semaines.

    Des débats houleux déjà au premier jour du procès

    Le procès s’est ouvert à 9H10. Le juge avait du mal à avoir des assesseurs pour constituer son tribunal. Si certains des officiers supérieurs convoqués par la commission de désignation avancent avoir des liens d’amitié avec certains accusés, d’autres évoquent des raisons de calendrier, de santé et de travail, qui les empêcheraient de siéger à la chambre. Les deux généraux, notamment, Brice Bayala et Nazinigouba Ouédraogo, se sont auto-recusé. M. Bayala dit avoir des contraintes sanitaires qui l’obligent à souvent quitter la salle tandis que M. Ouédraogo, a signifié, qu’il entretient des liens d’amitié avec certains accusés dont le général Gilbert Diendéré, l’un des principaux accusés du dossier.

    Le tribunal a été « constitué avec un peu de difficulté », a reconnu son président, Urbain Méda, après la prestation de serment des juges assesseurs militaires et leurs suppléants. (...)

  • « Gaza mon amour ». Une romance silencieuse sous le regard d’Apollon
    Asma Alghoul > 12 octobre 2021
    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/gaza-mon-amour-une-romance-silencieuse-sous-le-regard-d-apollon,5104

    Alors que Gaza panse encore les plaies de l’attaque israélienne de mai 2021, les frères Arab et Tarzan Nasser transforment la tragédie en comédie romantique. Leur dernier film, sorti en salle en France le 6 octobre 2021 raconte l’histoire d’amour de deux quinquagénaires, rythmée par la découverte d’une statue antique d’Apollon.

    Gaza mon amour, réalisé entre la Jordanie et le Portugal, est inspiré de faits réels, qui ont donné lieu à un documentaire. En août 2013, à Gaza, un pêcheur du nom de Jawdat Gharab a remonté dans ses filets une statue de plus de 450 kg du dieu grec Apollon, datant du Ve siècle av. J.-C. Beaucoup de rumeurs et d’anecdotes circulent alors à Gaza autour de cette découverte, certaines étant véridiques bien qu’elles n’aient pas été reprises dans le film. Ainsi, lorsqu’elle a vu le dieu nu comme un ver, la mère du pêcheur lui aurait demandé : « Recouvre-le, mon fils ! » De même, ce dernier avait découpé un doigt de la statue pour le vendre, pensant qu’il était fabriqué en or. Finalement, le gouvernement du Hamas a mis la main sur cette pièce archéologique et on n’en a plus jamais entendu parler. (...)

  • An Alternative Path for a Free Palestine by Khaled Barakat | Conference of the Alternative Palestinian Path
    Oct 11, 2021
    https://masarbadil.org/en/2021/10/1559

    The Masar Badil, or Alternative Palestinian Path, initiative is preparing to organize a conference to be convened once again in Madrid, on the 30th anniversary of the initial Madrid Conference, in order to reject everything that the prior gathering embodied and has meant for the Palestinian people. Of course, a conference alone will not be sufficient to set right the Palestinian political compass and restructure the necessary frameworks to allow Palestinians to reclaim their rightful voice, action, and leadership of their liberation movement.

    When we look at the Madrid Conference of 30 years ago, however, we also see that this was not, in reality, simply a conference but a manifestation of political power. Likewise, this initiative also goes beyond a conference – or, in reality, multiple popular gatherings and conferences – to declare, in Madrid, an alternative path for the Palestinian people and their movement that is specifically an alternative to the path of the Madrid Conference of 1991, the Oslo Accords of 1993, and all that has followed.

    In response to this era of siege, the Masar Badil, with the strong leadership of Palestinian women and youth, aims to present not only a political alternative to the Madrid-Oslo era but also a cultural, social, and economic alternative through which Palestinians may regain their strength, resistance, and revolutionary unity, finding freedom for the prisoners and justice for the martyrs of Palestine. (...)

  • « Nos femmes ont peur de leur liberté, et nous aussi »
    Augusta Conchiglia > Michael Pauron > 11 octobre 2021
    https://afriquexxi.info/article4867.html

    Document sonore · En juillet 1984, à la veille du premier anniversaire de la révolution, le dirigeant de ce qui deviendra quelques jours plus tard le Burkina Faso accorde une interview au célèbre cinéaste René Vautier. Cet échange était tombé dans l’oubli. Afrique XXI le dévoile alors que s’ouvre, le 11 octobre, le procès des assassins de Sankara et de douze de ses camarades. Cette première partie est consacrée à la condition des femmes, à l’impérialisme culturel et à la puissance des médias. (...)

  • Sommet Afrique-France : échanges animés entre Emmanuel Macron et la jeunesse
    Publié le : 08/10/2021
    https://www.france24.com/fr/afrique/20211008-sommet-afrique-france-emmanuel-macron-interpell%C3%A9-par-la-jeun

    Au dernier jour du sommet Afrique-France, vendredi à Montpellier, Emmanuel Macron a reçu plusieurs jeunes Africains afin qu’ils s’expriment sur des sujets aussi variés que la démocratie dans leurs pays respectifs, mais aussi les relations entre leur pays et la France. Le président français a aussi été interpellé sur le sort des migrants en Méditerranée, sur la restitution des œuvres d’art pillées au Bénin, ou sur la réduction du nombre de visas pour les ressortissants du Maghreb.

    https://www.youtube.com/watch?v=Wkva_hEJsB0

    https://www.youtube.com/watch?v=NO7NW2FWvlg


    #FranceAfrique

  • Freed from Israeli prison, Khalida Jarrar is mourning her daughter but won’t stop speaking out against the occupation
    Gideon Levy, Alex Levac | Oct. 8, 2021 - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-khalida-jarrar-mourns-her-daughter-but-won-t-stop-speakin

    A photo of Khalida Jarrar hugging her deceased daughter Suha, in the family’s home in El Bireh.Credit: Alex Levac

    Upon her release from prison last week, Palestinian legislator Khalida Jarrar visited the grave of her daughter, whose funeral Israel barred her from attending. ‘They think we have no feelings, that we are not human beings,’ she says

    A Nissan Juke straight out of the wrapper. Ghassan Jarrar bought the car three months ago for his daughter Suha. The subcompact SUV was driven 198 kilometers (123 miles) before Suha died suddenly, this past July, at the age of 31. Now her mother, Khalida, will drive it, following her release from prison last week. She was incarcerated for two years for “holding office in an illegal association” – this in a land where any organization, if it’s formed by Palestinians, is illegal.

    Still grieving for her daughter, Khalida was driven last Sunday directly from Damon Prison on Mount Carmel to Suha’s grave, while the new car remained parked next to the family’s home in El Bireh, adjacent to Ramallah, a sad memento of the deceased daughter.

    Israel displayed the full scale of its hardheartedness by not allowing Khalida Jarrar, a member of the Palestinian National Assembly and a political prisoner in every sense, to attend Suha’s funeral. At the time, she had two-and-a-half months left in her prison term, which she served in full, with no reduction. When we visited this week, she was sitting on the second floor of the family’s handsome stone house. Ghassan, as always, enveloped her with infinite warmth and love. Yafa, Suha’s sister and the couple’s only other child, had arrived from her home in Canada together with her husband, James Hutt, so they are finally able to mourn their tragedy together.

    Suha had suffered from problems in her digestive tract. On the day of her death, July 11, Yafa, who worried constantly about her sister’s health, had called her from Ottawa. When she got no response, Yafa quickly called a neighbor in El Bireh, who broke into the family’s house. Suha was in bed, lifeless. Her father was at work in Jenin, her mother was in prison. A postmortem, found that she had died of septic shock, caused by a perforated ulcer and the spread of fluid in the abdominal cavity. The ordeals of her mother, to whom Suha was very attached, certainly did nothing to improve her health.

    Four times the young woman was present when soldiers burst into their home in the dead of night to arrest her mother. Khalida Jarrar was jailed four times during the past few years. On the last occasion she was imprisoned, it was eight months after her release from a 20-month incarceration without a trial. This time, she was accused of being active in the political arm of the Popular Front for the Liberation of Palestine. Right-wing circles in Israel successfully spread the lie – originally started by the Shin Bet security service – that Jarrar was involved in the August 2019 murder of Rina Shnerb, from the settlement of Dolev. However, that was completely groundless, and there is no mention of it in her indictment.

    Jarrar emerged from prison in elegant black attire. Now, at home, she is also dressed in black – T-shirt, pants and face mask – lending her the look of a young girl. She lost weight in prison, though nothing of her spirit. At 58, she has spend almost five years of her life in Israeli prisons. She suffers from several illnesses, and during her last imprisonment alone, she was taken three times to Rambam Medical Center in Haifa for tests. Each time, her hands and feet were shackled, but she says she received all her medications in prison.

    Her biggest complaints relate to the decrepit situation at Damon Prison – where the showers are not in the rooms, which makes things very difficult for the 36 Palestinian women incarcerated there – and to the fact that the prison canteen stopped selling radios; visits during the coronavirus crisis were stopped; it was impossible to phone home; and also to what she calls the “detention of books.” Books she had initially been permitted to read were confiscated by the guards. “Discipline and Punish: The Birth of the Prison,” by the French philosopher Michel Foucault, in Arabic translation, was taken away. Incitement. Dictionaries were banned, too. More incitement. Also taken was Antonio Gramsci’s “Prison Notebooks,” though it was later returned with a different cover. Now the anti-fascist Italian thinker is in an Israeli prison.

    On July 9, a Friday, Jarrar’s two daughters took part in a program for prisoners broadcast on Palestinian radio. In this weekly program, family members of the thousands of Palestinians imprisoned in Israel, who are prevented from speaking with their loved ones, and sometimes also from visiting them, call the station and direct their comments to the inmates. Yafa and Suha were regular participants, Yafa via Skype from Ottawa, Suha from Ramallah. Their mother tuned in every week.

    On the last Friday of her life Suha did very little talking and quickly yielded the floor to Yafa, who as always had prepared a detailed written text for her mother. No one knew that this would be the last time that Khalida would hear the voice of her daughter, who apparently was already feeling unwell. The last time Khalida saw Suha was in February 2020, via video, in the courtroom, and the last time she hugged her was on the day of her arrest: October 31, 2019. Suha was scheduled to visit her mother in prison on August 4, but by then she was no longer alive.

    On the morning of July 11, Jarrar was listening to the radio, a regular habit. The radio is almost the prisoners’ only connection to the outside world. She was tuned to a current events program on Wattan FM, which broadcasts from Ramallah. At 8:40, shortly before the end of the program, the anchor stopped the discussion and said, “From here we send our condolences to Khalida Jarrar, on the death of her daughter.” Darkness abruptly descended on her. She was stupefied. All the inmates gathered around her. In the first moments she was torn between the faint hope that the announcement was a mistake and the awareness that it was apparently true.

    “I believed it and I didn’t believe it,” Jarrar recalled this week. By the time her three lawyers arrived, a short time later, having been sent by the family to convey the news, she already knew the awful truth.

    A public campaign was launched for her release to attend the funeral, but Jarrar held out few hopes. She knows the authorities, she says, and many Palestinian prisoners have been barred from attending funerals of their closest relatives – indeed she too had not been allowed to attend her father’s funeral, so why would they let her now?

    Public Security Minister Omer Bar-Lev (Labor) has said he tried to help her but was unsuccessful. As for the Israel Prison Service, no one expected anything from them, not even in light of the fact that Jarrar’s release from prison was approaching.

    “That is the attitude,” she said this week. “I don’t think they see us as human beings. They don’t think we have feelings. It’s part of our punishment and it is a very wicked punishment. Lacking any humanity.”

    She knew that under the circumstances on that fateful day, she was permitted to make one phone call. At 8 P.M. guards told her that she had the right to a call and asked her whether she wanted to make it in the evening or the morning. She wanted to call immediately, of course. She was told she had 10 minutes to speak with Ghassan. She thinks they spoke for 14 minutes, but he corrects her now: 17 minutes and seven seconds, exactly. He checked. A few days later the prison authorities also agreed to let her talk to Yafa, who was then on a beach in Canada that Suha loved. The two sisters were very close.

    A memorial prayer service for Suha was held in Damon Prison, and similar prayers were held in all the facilities where Palestinians are incarcerated. Palestinian President Mahmoud Abbas and Hamas leader Khaled Meshal called to offer their condolences. Two representatives of the 58 Palestinian minors who are also incarcerated in Damon were allowed to pay her a condolence visit, which moved her deeply. Sometimes they shouted to her from behind the cell walls.

    A year earlier, on Khalida’s birthday, her fellow inmates prepared a present for her. Without her knowledge, they took photographs of Yafa and Suha from her shelves, wrapped them in aluminum foil that they removed from the disposable food packaging used for the special meals of the diabetic prisoners, and presented her with the photos of her two daughters on a silver background. Now, she retrieves the pictures to show a visitor. A gift was also once made for Ajawi, a 7-year-old cat with thick brown fur that belonged to Suha. The women made a gray wool doll with a cat’s face that a released prisoner brought to the family’s home. Ajawi is now sprawled on an armchair, waiting for Suha, who will never come back.

    Khalida Jarrar, as impressive as ever, did not crack. Only once during our conversation did she break into tears, when we talked about the potatoes that “Susi” liked to prepare for her father. Ghassan quickly embraced his wife and gave her tissues. When we asked her later if she would continue with her political activity, Ghassan leaped in with the answer ahead of her: “There’s no question about that.”

    To which Khalida added, “I have started to teach at Bir Zeit University [near Ramallah] and I have started to write about the prisoners from the political aspect. They say that is politics. I am a legislator who represents my people. And my people lives under occupation. I am part of a people that lives under a colonialist regime. Is there any people that accepts its occupiers? This is what I have always done. I spoke about the occupation and its crimes against my people. No one should evade punishment in the International Criminal Court in The Hague, and no occupied people has accepted its occupier. I will continue to talk about these subjects, because that is my credo. They know that I have no connection with the murder of the settler. They only wanted to incite against me.”

    Ghassan asks to add: “During the eight months [between the two incarcerations] in which Khalida was free, she changed her life. She devoted her time to teaching at Bir-Zeit, and they know that. But they don’t want Khalida on the outside. They needed a victim after Ein Bubin [where Rina Shnerb was murdered]. They had to placate the settlers.”

    The guests are given a photograph of Suha on a plastic stand, with the words “I loved you, I will remember you” inscribed on it. When will you be arrested again? Khalida Jarrar: “With an occupation like this, there’s no way to know. But even so I ask: How can they not be ashamed? How can they not be ashamed? And when you’re not ashamed, you can do anything.”

  • Israël ne mérite pas le statut d’observateur à l’Union africaine
    Hanan Jarrar | Vendredi 8 octobre 2021 | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/israel-palestine-statut-observateur-union-africaine-colonisation-apar
    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/Union+africaine.jpg

    (...) Lorsque la question du statut d’observateur d’Israël sera soumise au Conseil exécutif de l’UA les 13 et 14 octobre, les États membres devront agir ensemble pour envoyer à Israël un message clair : il ne peut pas occuper un peuple pendant 54 ans, perpétuer les pratiques d’apartheid, puis se voir accorder le privilège de rejoindre la famille africaine pour quelques mots creux sur la paix, l’aide et les investissements.

    En 1975, l’OUA a déclaré : « […] le régime raciste [israélien] de la Palestine occupée et le régime raciste du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud ont une origine impérialiste commune, ils forment un tout, ayant la même structure raciste, et ils sont organiquement liés dans leur politique visant à réprimer la dignité et l’intégrité de l’être humain. »

    Au cours des 46 années qui ont suivi cette déclaration, les régimes de la Rhodésie d’alors et de l’Afrique du Sud de l’apartheid ont été démantelés par une résistance interne soutenue par une campagne internationale intensive de boycott, de désinvestissement et de sanctions.

    Aucun des deux régimes n’a été accueilli au sein de l’OUA tant qu’il n’a pas mis fin à ses pratiques d’apartheid et de colonisation. Comment, dès lors, le régime d’apartheid qui occupe la Palestine peut-il être rétribué avec le statut d’observateur à l’UA alors qu’il poursuit son anarchie et ses violations ?

    Tant qu’il ne mettra pas fin à son occupation, à sa colonisation et à son apartheid contre le peuple palestinien, Israël ne doit pas avoir sa place à l’Union africaine.

    - Hanan Jarrar est l’ambassadrice palestinienne en Afrique du Sud, en Namibie, au Lesotho et au Malawi.

    #IsraelUA

  • Des soldats américains entraînent discrètement l’armée taïwanaise - Le Temps
    https://www.letemps.ch/monde/soldats-americains-entrainent-discretement-larmee-taiwanaise

    Des soldats américains entraînent discrètement l’armée taïwanaise « depuis moins d’un an » pour renforcer les défenses de l’île face à la #Chine, a indiqué un responsable américain, confirmant des informations du Wall Street Journal.

    Une vingtaine de militaires des forces spéciales américaines et un contingent de soldats du corps des Marines forment des petites unités de l’armée de terre et de la marine taïwanaises, avait rapporté le quotidien américain, citant des sources officielles américaines anonymes.

    Je découvre par ailleurs que sur France 24 les informations internet apparaissent d’abord en anglais.
    US special ops forces secretly training Taiwan’s military, says Pentagon official
    https://www.france24.com/en/asia-pacific/20211008-us-special-operations-forces-secretly-training-taiwan-s-military-

    #états-unis

  • Voilà, c’est aujourd’hui jeudi 7 octobre la sortie du livre

    « Cartographie radicale : explorations »
    par Nepthys Zwer @nepthys et @reka de chez
    @visionscarto
    disponible dans toutes les librairies avec une semaine d’avance sur le planning (on a de la chance).

    https://www.editionsladecouverte.fr/cartographie_radicale-9782373680539

    C’est un ouvrage à quatre mains, un dialogue entre l’historienne (Nepthys) et le géographe (Reka) qui abordent les mille et une façons cartographiques de parler, dessiner, représenter le monde, nos espaces de vie. Nous y présentons une multiplicité d’approches théoriques et conceptuelles, et nous exposons le résultat de trois décennies de pratiques et "d’expérimentations" cartographiques.

    Dans l’intro nous écrivons :

    « C’est en imaginant ces nouvelles approches, en se hasardant à inventer de nouvelles formes, en bravant les contraintes techniques et surtout en osant défier, voire pervertir les conventions que la cartographie fait émerger une réflexion alternative riche. Non seulement elle produit un savoir nouveau sur le monde, mais elle instaure aussi un autre rapport à la connaissance. Car le savoir « -politique- » des simples citoyennes et citoyens subissant diverses formes d’aliénation sociale, économique et politique devient un outil d’émancipation quand il prend la forme d’une carte. Même si elle semble, de prime abord, moins engagée, la carte sensible qu’une personne produit sur sa propre vie ou ses propres émotions actionne les mêmes ressorts de la prise de conscience et d’une nouvelle confiance en soi »

    « Cette autre façon de concevoir les cartes constitue, même si elle la bouscule un peu, un prolongement de la cartographie conventionnelle. Cette dernière revendique un statut de science exacte, s’appuyant sur des données réputées fiables, et croit produire des images neutres et fidèles de la réalité. Au mieux, ces cartes s’approchent au plus près de la réalité du terrain, en le représentant le plus fidèlement possible, ce qui les rendabsolument nécessaires : il faut pouvoir se repérer, se déplacer d’un point à un autre, il faut que les avions puissent voler, que les bateaux puissent naviguer. La cartographie alternative se veut plus modeste, car elle questionne en permanence les données et les informations dont elle se nourrit et, surtout, assume – et revendique même – sa nature subjective : les images cartographiques ne sont que des visions, des interprétations du réel. »

    #cartographie #cartoexperiment #truc_super_chouette

  • (699) Israël : les routes de l’annexion
    6 oct. 2021| ARTE Reportage
    https://www.youtube.com/watch?v=guUU-izHqN8

    Voies rapides, tunnels, viaducs, parkings de dissuasion… l’Etat hébreu investit des sommes considérables dans ce territoire occupé. Ces routes sont le moteur de la colonisation. Elles encouragent les Israéliens de l’intérieur à s’installer dans des colonies-dortoirs désormais reliées aux grandes villes par des axes modernes et sécurisés.

    #colonialisme_de_peuplement

  • Georgia O’Keeffe - Une artiste au Far West

    Disponible du 05/09/2021 au 10/11/2021 | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/100266-000-A/georgia-o-keeffe-une-artiste-au-far-west

    Georgia O’Keeffe - Une artiste au Far West

    Incarnation du rêve américain et d’une féminité radicalement moderne, la peintre Georgia O’Keeffe (1887-1986) s’est taillé une place à part dans l’art du XXe siècle. Retour sur sa trajectoire à l’occasion de la rétrospective que lui consacre le Centre Pompidou à Paris.

  • Pandora papers : un député LREM affirme avoir été victime d’usurpation d’identité
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/pandora-papers-un-depute-lrem-affirme-avoir-ete-victime-d-usurpation-d-iden

    Le député LREM et chef d’entreprise Sylvain Maillard, épinglé dans les Pandora papers pour avoir été lié à une structure aux Seychelles, a défendu mardi son « intégrité », affirmant avoir été « victime d’une usurpation d’identité en 2010 ». Dans son édition de mercredi, le quotidien Le Monde révèle que l’élu de Paris a été l’associé à hauteur de 25% d’une société écran seychelloise pour la vente en ligne de toupies « Beyblade » importées d’Asie, à la mode dans les cours de récréation il y a quelques années.

    L’associé de M. Maillard, seul à avoir été retrouvé à l’époque, a été condamné pour contrefaçon et préjudice commercial en 2014. Cet associé assure lui-même au Monde avoir utilisé le passeport de M. Maillard, dont il avait une copie, pour créer la société, sans lui demander son consentement. « J’ai été abusé et victime d’une usurpation d’identité en 2010 », martèle M. Maillard dans un communiqué. « Remettre en cause ainsi mon intégrité est blessant et choquant », ajoute-t-il. (...)

  • Le président Macron tente de recoller les morceaux mais aggrave son cas
    octobre 5, 2021 - 8:57 Rédaction - Algérie Patriotique
    https://www.algeriepatriotique.com/2021/10/05/le-president-macron-tente-de-recoller-les-morceaux-mais-aggrave-

    Par Abdelkader S. – Le président français essaye de rectifier le tir après avoir suscité l’ire des autorités algériennes par ses propos maladroits dont lui seul a le secret. Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron provoque une crise avec l’Algérie, mais aussi avec d’autres pays dont il croit détenir quelque tutelle, à l’instar du Liban ou du Mali, entre autres. Intervenant sur France Inter, il a repris son antienne coutumière en affirmant souhaiter qu’« il y ait un apaisement ». Macron semble ne pas se rendre compte que, cette fois-ci, on n’est plus dans la petite « scène de ménage » entre l’ancienne puissance coloniale et son ex-colonie, mais bel et bien dans une crise profonde aux dimensions jamais égalées depuis l’indépendance de l’Algérie.

    « Il y aura immanquablement d’autres tensions. Ce ne sont que des histoires de blessures. Le problème, c’est que beaucoup sont inconciliables les unes avec les autres. Or, on est tous ensemble dans le même pays, et donc on doit avoir un projet national qui nous embarque », a-t-il répondu, sans que l’on sache exactement à qui le candidat à sa propre succession dans six mois s’adresse. Macron cherche indubitablement à gagner les voix des harkis et des binationaux dont il escompte un soutien massif face à l’extrême-droite qui montre ses crocs et qui risque bien de créer la surprise en 2022. (...)

    #FranceAlgérie

    • Why Macron ditched efforts to heal colonial wounds with Algeria
      https://www.middleeasteye.net/opinion/france-algeria-macron-elections-end-heal-colonial-wounds
      Malia Bouattia
      5 October 2021 11:23 UTC |
      The diplomatic spat between the two countries is being used by Macron to help him win right-wing support ahead of the 2022 elections

      The diplomatic row between Algeria and France, which escalated considerably over the weekend, has not only led to the resurfacing of old colonial wounds, but also raised important questions over the leadership of both countries.

      French President Emmanuel Macron made comments about Algeria being ruled by a “political-military system” whose history it has “totally rewritten”. This history, he stated, is “not based on truths” but “on a discourse of hatred towards France”. He added to the fire by posing, “was there an Algerian nation before French colonisation?” (...)

    • Le fond de l’air est brun ! Les surenchères sur le dos des Maghrébins. #Gisti
      https://www.gisti.org/spip.php?article6680

      Décidément, à chaque période électorale la même musique lancinante est orchestrée : Les migrants seraient la source des problèmes de la France ! Cette fois-ci nous atteignons un degré d’ignominie invraisemblable avec les délires d’un candidat à la présidentielle (non déclaré pour l’instant) qui en appelle à « la pureté de la race française » ! Comme avant lui l’extrême droite et nombre de leaders de la droite.

      Face à ce climat nauséabond, le président de la République n’a pas trouvé mieux que de surenchérir en décidant la limitation de délivrance des visas à hauteur de 50% aux demandeurs venant des trois pays du #Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie), invoquant le refus des autorités de ces trois pays de délivrer plus de laissez-passer, par leurs consulats, aux migrants sous le coup d’une obligation à quitter le territoire (OQTF).

      Cette mesure met de nouveau, à l’index une population stigmatisée depuis toujours, mais elle risque également de toucher gravement les échanges familiaux de Françaises et de Français d’origine maghrébine, instaurant, de fait, une citoyenneté à deux vitesses.

      Il est urgent de s’élever contre une aussi grave atteinte aux droits humains qui porte, pour des raisons de chantage honteux, atteinte à la libre circulation de citoyens ayant leurs attaches, aussi bien en France qu’au Maghreb.

      Cette mesure est le signe d’une grave pollution du débat public, mettant en avant les thèses les plus extrémistes, cherchant encore une fois à imposer le thème de l’immigration, pour escamoter les véritables questions liées à la justice sociale, la solidarité et l’égalité des droits.

      Nous associations signataires, réclamons l’arrêt de cette mesure discriminatoire et inhumaine, et appelons l’ensemble des acteurs de la société civile, tant en France que dans les pays du Maghreb, à se mobiliser pour empêcher de telles dérives.

    • Comment Alger et Paris règlent leurs comptes en tenant l’Histoire en otage
      Adlène Meddi
      Mercredi 6 octobre 2021 - 07:27
      https://www.middleeasteye.net/fr/opinionfr/france-algerie-tensions-guerre-colonisation-diplomatie-macron-tebboun

      La focalisation du président français Emmanuel Macron, et des relais médiatiques en France, sur les tensions autour de la question mémorielle entre Alger et Paris renseigne sur cette volonté française d’éluder le fond du problème algéro-français : les trop nombreux blocages des dossiers de la coopération entre les deux pays.

      Dans la matinale de la radio France Inter, le mardi 5 octobre, le président français en a remis une couche, tout en souhaitant un « apaisement » : « Quand on m’a posé une question sur l’accueil qui a été fait au rapport Stora en Algérie, j’étais obligé de dire la vérité. Le président [algérien Abdelmadjid] Tebboune en a parlé avec nous, et c’est quelqu’un en qui j’ai confiance, et il avait des mots amicaux et proportionnés. Mais la contrepartie de Benjamin Stora a eu des mots extraordinairement durs, beaucoup de gens ont insulté, parfois menacé, Benjamin Stora suite à ce rapport. On ne peut pas faire comme si cela n’était rien. »

  • L’attaque de colons dans les collines d’Hébron sert la politique israélienne d’expulsion des Palestiniens
    Amira Haas / Sep. 29, 2021 - Haaretz - Traduction : AFPS
    https://www.france-palestine.org/L-attaque-de-colons-dans-les-collines-d-Hebron-sert-la-politique-i

    Depuis des années, Israël tente de déraciner les habitants des grottes des collines d’Hébron en les déclarant zone militaire. L’attaque de mardi est une nouvelle tentative de les chasser.

    Les descriptions données par les témoins oculaires de l’attaque qui aurait été menée par des citoyens juifs israéliens mardi, jour de la fête de Simhat Torah, contre les habitants du village palestinien de Khirbat al-Mufkara sont horrifiantes.

    Basel Adraa, un activiste du village voisin d’al-Tuwani, a écrit que des dizaines d’hommes masqués « sont allés de maison en maison, et ont cassé des fenêtres, brisé des voitures avec des couteaux et des marteaux. Une grosse pierre qu’ils ont jetée a touché à la tête un garçon de 3 ans, Mohammed, qui est maintenant à l’hôpital. Les soldats les ont soutenus avec des gaz lacrymogènes. Les habitants ont fui. Je ne peux pas oublier comment les villageois ont quitté leurs maisons, terrifiés, les enfants criant, les femmes pleurant, tandis que les colons entraient dans leurs salons, comme s’ils étaient possédés par la violence et la colère. »

    Al-Mufkara est l’un des villages troglodytes situés à la périphérie de la ville de Yatta, dans le sud des collines d’Hébron, où, depuis des décennies, Israël tente de déraciner les habitants et de démolir les villages. Les habitants, quant à eux, ont fait preuve d’une résistance et d’une endurance suprêmes et sont restés. Ils refusent de quitter leurs maisons malgré les conditions de vie difficiles que leur imposent les interdictions israéliennes : il leur est interdit de se raccorder aux infrastructures d’eau et d’électricité, de construire - y compris des cliniques, des écoles et des terrains de jeux. Il est interdit de paver ou de réparer les routes d’accès entre eux. Néanmoins, nombreux sont ceux, surtout des jeunes, qui partent précisément à cause de ces interdictions draconiennes et de la façon dont elles limitent leurs possibilités de développement. (...)

    source : Settler attack on Palestinians in Hebron Hills serves Israeli policy - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-settler-attack-in-hebron-hills-serves-the-israeli-policy-of-palest

    • Témoignage : Un autre pogrom horrible contre les Palestiniens
      29 septembre 2021
      https://charleroi-pourlapalestine.be/index.php/2021/09/29/temoignage-un-autre-pogrom-horrible-contre-les-palestinien

      Trouvez ci-dessous le témoignage en direct de Yuval Abraham, activiste israélien, présent dans le village Mufaqara, dans le sud des collines de Hébron, au moment du pogrom. Ce témoignage a été écrit le 28 septembre 2021.

      Dans un déchaînement d’une violence horrible, des dizaines de colons israéliens masqués ont commémoré un jour de fête en attaquant un village palestinien de Cisjordanie. Ils ont massacré des moutons, démoli des voitures, agressé sauvagement des résidents palestiniens, dont une douzaine au moins ont été blessés, parmi lesquels un petit garçon de trois ans. Ils ont également saccagé des maisons à l’aide de battes et de marteaux, pulvérisant les meubles et tout ce qui tombait à leur portée. Pendant tout ce temps, les soldats se tenaient derrière les agresseurs et n’ont rien fait pour les arrêter. Au contraire, ils ont lancé de grandes quantités de gaz ainsi que des grenades incapacitantes sur les Palestiniens. (...)

  • Documentary on Lea Tsemel, Israeli lawyer who defends Palestinians, wins Emmy
    Nirit Anderman - Sep. 30, 2021- Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-documentary-on-lea-tsemel-israeli-lawyer-who-defends-palestinians-

    The Israeli documentary film, “Advocate,” which follows noted human rights lawyer Lea Tsemel, who defends Palestinians in Israeli courts, won the award for Best Documentary on Wednesday at the 42nd Annual News and Documentary Emmy Awards.

    The film, directed by Rachel Leah Jones and Philippe Bellaïche and originally produced for Israel’s Hot 8, focuses on the personality of Tsemel, a human rights lawyer who represents Palestinians in Israeli courts. It was shortlisted for the Oscars in 2019. The film was also nominated for an Emmy in the Outstanding Politics and Government Documentary category.

    Following their win, the filmmakers released a statement referencing a part of the film, in which talk show host Judy Nir-Mozes tells Tsemel, “I can’t understand you at all.” To which Tsemel responds: “You should try to understand me, because…I am the future.”

    “It seems the future is already here,” the filmmakers said. “The next step is to give rise to justice and equality for everyone.” (...)

  • Israeli Soldiers Kill A Palestinian In Central Gaza
    Sep 30, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-in-central-gaza-2

    Israeli soldiers killed, Thursday, a Palestinian man east of the al-Boreij refugee camp, in the central Gaza Strip.

    Palestinian medical sources said the slain Palestinian has been identified as Mohammad Ammar, 41, from al-Boreij.

    They added that Mohammad was shot with a live round in the head before he was rushed to the Al-Aqsa Hospital in the nearby Deir al-Balah city, where he was officially pronounced dead.

    The slain man was shot on Palestinian land close to the perimeter fence of the besieged coastal region.

    Local sources said Ammar was hunting for birds when the soldiers delivered the fatal shots.

    Israeli Ynet news quoted that army claiming that the soldiers reportedly observed, through surveillance cameras, three Palestinians approaching the fence, and added that “one of them was digging in the ground while carrying a suspicious bag.”

    It said that the army did not provide further clarification besides stating that the soldiers spotted the man and opened fire at him.

    His family said that Mohammad was a married father of eight children, and worked at the local town council, and added that he took a four-day vacation from work to hunt for birds and spend time with the family.(...)

    #Palestine_assassinée

  • Israeli Soldiers Kill A Palestinian Woman In Jerusalem – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-woman-in-jerusalem

    Israeli soldiers killed, on Thursday morning, a Palestinian woman near the Chain Gate, leading to the Al-Aqsa Mosque, in occupied Jerusalem.

    The Israeli police claimed the woman, 30, carried a sharp object and attempted to stab officers before they delivered the fatal shots, and added that she is from Qabatia, south of Jenin, in northern West Bank.

    It also claimed that the woman exited the Al-Aqsa Mosque Compound through the Chain Gate, and “pulled a knife out before attempting to stab officers, before they fired live rounds at her.”

    Eyewitnesses said the woman was still alive, but seriously injured and unable to move, and added that the police prevented anybody from reaching her to render the urgently needed first aid before she succumbed to her wounds.

    The woman was later identified as Isra’ Faleh Khzaimiah, 30 , a married mother of four children, the youngest are four and two years of age, from Qabatia town, south of the northern West Bank city of Jenin.

    #Palestine_assassinée

  • Israeli Soldiers Kill A Palestinian Near Jenin
    Sep 30, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-near-jenin

    Israeli soldiers killed, on Thursday at dawn, a young Palestinian man in Burqin town, west of the northern West Bank city of Jenin. The soldiers and uncover officers were operating in the area to abduct Palestinian resistance fighters.

    Palestinian medical sources said the slain young man has been identified as Ala’ Nasser Zayyoud, 22, from Sielet al-Harithiya town, northwest of Jenin.

    They added that the young was shot from a close range and that the soldiers wanted to take his corpse away when Palestinian resistance fighters fired several rounds at them and managed to retrieve the corpse before taking it to Khalil Suleiman governmental hospital in Jenin.

    The incident took place when a large Israeli military force, including undercover soldiers, invaded Burqin, leading to protests, and an exchange of fire between the army and armed resistance fighters.

    Eyewitnesses said a large military force also invaded an area, between the towns of al-Yamoun and Burqin towns, before surrounding a home.

    They added that Ala’ ran towards the area of the invasion carrying his weapon, but did not know the soldiers were deployed around the corner and came face to face with them when they shot him with several live rounds, and even fired several rounds at him after he dropped onto the ground.

    The soldiers also invaded and ransacked homes, before abducting two young men, and took them to an unknown destination.

    The slain Palestinian was a member of the Al-Quds Brigades, the armed wing of the Islamic Jihad. (...)

    #Palestine_assassinée