• Heurts et malheurs des ouvriers du textile au Bengladesh Vincent de Féligonde - 17 Janvier 2019 - Radio RCF
    https://rcf.fr/la-matinale/heurts-et-malheurs-des-ouvriers-du-textile-au-bengladesh

    Les ateliers textiles du Bangladesh, qui produisent des vêtements pour nombre de marques occidentales, ont licencié hier des centaines d’ouvriers…

    Oui Stéphanie. Le début de l’année a été marqué au Bangladesh par des débrayages et manifestations pour réclamer des hausses de salaires, qui n’avaient pas cru depuis 2013. Le salaire minimum était alors passé de l’équivalent de 28 à 58 euros par mois. Cette semaine, ils ont obtenu une nouvelle augmentation de 50%, pour atteindre 83 euros. Mais les ouvriers intermédiaires se plaignent de n’avoir eu, eux, qu’une augmentation dérisoire au regard de l’augmentation du coût de la vie, notamment celui du logement. 

    Le puissant syndicat des patrons du secteur a averti qu’en cas de poursuite des manifestations, il pourrait fermer l’ensemble des usines textiles du pays pour une durée indéterminée. Et de nombreux employés venus reprendre le travail hier ont réalisé qu’ils étaient congédiés. Au moins 750 d’une usine de la banlieue industrielle de la capitale, Dacca, ont découvert leur nom et leur photo sur des listes de personnes renvoyées qui avaient été placardées devant les locaux de leur employeur. Certains affirment que s’ils créent des problèmes, on les fera disparaître.

    Ça fait froid dans le dos. Est-ce habituel ?
    Malheureusement oui. Au Bangladesh, beaucoup de députés sont propriétaires d’usines de confection. Il est difficile et dangereux pour les ouvriers de s’organiser. Les ateliers de de confection se trouvent sous la surveillance d’une « police industrielle » qui arrête régulièrement les meneurs. Mardi 8 janvier, un ouvrier a été tué et 50 ont été blessés au cours d’une manifestation.

    Qu’est-ce que représente le secteur textile dans le pays ?
    Depuis une quinzaine d’années, le Bangladesh a largement profité de la mondialisation de l’industrie de la confection. Il est devenu le deuxième fournisseur de vêtements au monde, derrière la Chine. Ses usines fournissent les plus grandes enseignes comme H & M, Zara ou Auchan. Plus de 4 millions de salariés travaillent dans les 5 000 usines ou ateliers que compte le pays. Et les produits textiles représentent 80% des exportations du pays. Mais cette croissance, basée sur les bas salaires, s’est faite au prix de conditions de travail inhumaines. Les ateliers ne comportent pas toujours de sortie de secours en cas d’incendie, ou sont construits sans respect des normes.

    D’où l’accident du Rana Plaza…
    Oui Stéphanie. Le 24 avril 2013, l’effondrement d’un immeuble abritant des ateliers textiles, avait causé la mort de 1 134 personnes et fait plus de 2000 blessés. L’immeuble avait auparavant été surélevé sans permis de construire et la direction de l’usine avait refusé l’évacuation malgré les signes de faiblesse que montrait le bâtiment.

    Les choses ont-elles changé ?
    Oui. Les grandes chaines de distribution, qui faisaient semblant de ne pas connaître les fournisseurs de leurs sous-traitants, n’ont pas pu se cacher quand on a retrouvé des vêtements avec leurs étiquettes dans les ruines du Rana Plaza. Un fond d’indemnisation des victimes a été constitué. Des syndicats ont été créés, ainsi qu’un un corps d’inspecteurs, qui vérifie les conditions de sécurité des bâtiments, et peut exiger la fermeture temporaire, le temps que des travaux soient faits.

    C’est bien…
    Oui mais ce n’est pas gagné : une usine qui avait ainsi été fermée a porté l’affaire en justice, et a gagné en septembre dernier devant la Cour suprême. Elle a décidé que le bureau coordonnant les inspections devrait être expulsé du pays… La mesure n’a pas été exécutée mais pourrait intervenir d’un jour à l’autre.

     #bangladesh #textile #rana_plaza #esclavage #responsabilité_sociale_des_entreprises #conditions_de_travail #travail #auchan #zara #h&m #carrefour . . ..


  • Loi Blanquer : museler l’expression des enseignants.
    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/12/12122018Article636801966942543096.aspx

    « Les dispositions de la présente mesure pourront ainsi être invoquées, comme dans la décision du Conseil d’Etat du 18 juillet 2018 précédemment mentionnée, dans le cadre d’affaires disciplinaires concernant des personnels de l’éducation nationale s’étant rendus coupables de faits portant atteinte à la réputation du service public ».

    • "La réforme Blanquer ne prend évidemment en compte aucune des revendications portées par les stylos rouges, de la revalorisation du métier d’enseignant à la baisse du nombre d’élèves par classe. Pire : alors que les enseignants utilisent depuis des semaines les réseaux sociaux comme moyen d’expression de leur détresse, le projet de loi s’ouvre par une disposition destinée à les museler. Il s’agit de l’invention d’un « devoir d’exemplarité » de la part du personnel de la communauté éducative envers l’extérieur. La chose peut paraître inoffensive ou même positive mais d’après les mots du ministre même, il s’agit de rappeler le « devoir de réserve » des enseignants et du personnel de l’éducation nationale. Autrement dit, de poser les bases juridiques pour pouvoir leur interdire de critiquer publiquement la politique gouvernementale en matière d’éducation nationale, notamment via les réseaux sociaux. Des entreprises privées ont déjà commencé à exercer ce genre de censure à l’encontre de leurs salariés gilets jaunes. Ainsi, fin janvier, un salarié d’Amazon a été licencié pour faute grave. Laquelle se résumait à avoir soutenu sur Facebook une action de blocage des gilets jaunes visant son entreprise.

      Après le volet autoritaire, le projet de loi contient plusieurs dispositions qui poursuive la précarisation de l’éducation nationale. Notamment, il est prévu de faciliter le recours à des contractuels pour les personnels d’éducation, les psychologues scolaires, les inspecteurs et les personnels de direction. Cela se fait dans le cadre d’une remise en cause générale du statut des fonctionnaires. Car la sécurité de l’emploi était prévue aussi pour que ceux-ci puissent résister aux pressions allant contre leur mission d’intérêt général. Le plus impressionnant est l’article qui va permettre de mettre dans les classes, en qualité de professeurs, des assistants d’éducation, c’est-à-dire des surveillants.

      On voit ici tout un état d’esprit. Pour ce gouvernement le role de l’enseignant n’est pas définit par sa qualification. C’est-à-dire par le niveau qu’il a acquis dans la maitrise de la discipline qu’il enseigne. Professeur, c’est un métier qui s’apprend. Non seulement au plan disciplinaire mais aussi au plan pédagogique. Il ne s’improvise pas. Ce n’est pas le même métier qu’assistant d’éducation. Les victimes de cette invention uniquement destinée à faire des économies seront à la fois les surveillants, livrés à des tâches qu’ils ne savent pas effectuer et les élèves, privés d’un enseignement de qualité dispensé par un professionnel. Enfin, le projet de loi prévoit aussi de pouvoir regrouper entre eux les établissements scolaires de petite taille, y compris écoles primaires et collèges. Concrètement, cela signifie encore plus d’écoles qui fermeront, dans les zones peu denses éloignées des grandes villes.

      Mais l’école au rabais ne peut pas être pour tout le monde. Il faut, pour la macronie, garantir qu’à côté de l’école qu’ils préparent pour le commun des mortels subsistent des établissements d’excellence pour les enfants des classes les plus favorisées. C’est ainsi que le projet de loi comporte un volet qui rompt avec la tradition égalitaire de l’école publique française. Il créé par exemple les « établissements publics locaux d’enseignement international ». Ces établissements à part prépareront à l’option internationale aux diplômes du brevet ou du baccalauréat ou à l’obtention d’un baccalauréat européen. Bien sûr, leur accès sera sélectif. Et, cerise sur le gâteau, bien que publics, ils pourront être financés par des dons de personnes privées. Le premier d’entre eux est censé ouvrir à Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine et a été présenté par Édouard Philippe comme faisant partie des arguments pour attirer la finance de la City de Londres à Paris après le Brexit. Une école, donc, pour les enfants de traders qui auront possibilité de donner une partie de leur fortune pour s’assurer des conditions d’enseignements.

      Un autre article ouvre la possibilité pour les collèges et lycées de recourir à l’expérimentation pour aménager comme ils l’entendent les aspects pédagogiques ou horaires. C’est une autre rupture d’égalité. Chaque établissement pourra être dirigé comme une entreprise par son principal et sera en concurrence avec les autres. On sait d’avance que les gagnants d’un tel système seront les enfants issus des familles les plus riches. Mais on connait aussi les perdants. Ce sont ces millions d’enfants dont l’intelligence sera laissée en jachère. C’est le pays qui ne pourra plus compter sur eux comme ressource pour son avenir collectif." Jlm

      https://melenchon.fr/2019/02/10/lautoritarisme-est-avere-le-totalitarisme-pointe


  • L’irrésistible ascension du #lecteur_vidéo « #VLC », une révolution française
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/01/28/l-irresistible-ascension-du-lecteur-video-vlc-une-revolution-francaise_54157

    Capable de lire n’importe quelle vidéo sur n’importe quel support, le petit #logiciel gratuit VLC s’est imposé en vingt ans comme un indispensable. Il est développé par des Français.

    #logiciel_libre #start_up


  • Débat : « L’emmurement du monde disloque de l’intérieur les #sociétés »
    http://theconversation.com/debat-lemmurement-du-monde-disloque-de-linterieur-les-societes-1103

    ... la #murophilie actuelle revêt trois #dangers inédits. Elle introduit une disjonction potentiellement explosive entre, d’une part, une intégration forcenée de la planète dans les domaines de la #finance, du commerce, de la technologie, du sport, des loisirs, de la culture matérielle ou spirituelle, et, d’autre part, le #cloisonnement de plus en plus coercitif, voire militarisé, du marché international de la force de #travail et de la circulation des personnes.

    S’imaginer que la majorité de l’humanité va rester sur le seuil du magasin de la #globalisation, qu’on lui interdit de franchir, sans défoncer sa porte et faire voler en éclat sa vitrine relève de l’irénisme.

    En deuxième lieu, l’#endiguement des #barbares corrompt de l’intérieur la #cité qu’il prétend protéger. Il implique des régimes juridiques dérogatoires au détriment des étrangers, assimilés à des #ennemis. Ces législations progressivement s’étendent aux #citoyens eux-mêmes, instaurent des états d’exception qui deviennent des États d’exception, et banalisent une abjection d’État, laquelle s’institutionnalise en États d’#abjection.

    Au nom de la lutte contre le #terrorisme et l’#immigration clandestine, les #libertés publiques sont de plus en plus menacées dans les pays occidentaux ; le #droit d’asile et le droit de la mer sont bafoués ; la #politique de refoulement de l’#Union_européenne provoque chaque année plus de morts en #Méditerranée et dans le #Sahara que trois décennies de guerre civile en Irlande du Nord ; les #États-Unis séparent les enfants de leurs parents en attendant la construction de la barrière anti-latinos sur leur frontière avec le #Mexique ; #Israël a perdu toute mesure dans le containment des Palestiniens ou l’expulsion des Africains. Or, cet État d’abjection reçoit l’onction du suffrage universel et peut se réclamer d’une #légitimité démocratique. Avec et derrière les #murs prospère la « #servitude_volontaire ».

    Enfin, l’emmurement du monde disloque de l’intérieur les sociétés. Il privatise l’espace public et la ville elle-même. Il externalise les frontières des États les plus puissants au sein d’autres États dépendants, à l’instar de l’Union européenne au Sahel, et éventre leur #souveraineté.

    Il recourt à la #biométrie qui le rend invisible, et son immatérialité segmente à l’infini la cité. Dans la Chine orwellienne d’aujourd’hui, par rapport à laquelle le totalitarisme maoïste prend des airs de passoire, chaque escalier mécanique, chaque carrefour, chaque place, surveillé électroniquement, est un mur qui reconnaît en vous le bon ou le mauvais citoyen, et peut vous empêcher de monter dans l’avion ou le train. Il est à craindre que les marchands de #peur et de biométrie n’appliquent vite la recette aux #démocraties libérales. Murs de tous les pays, unissez-vous !



  • Quand l’Office de lutte contre la cybercriminalité exige le retrait d’un photomontage visant Macron
    https://www.nextinpact.com/news/107547-quand-office-lutte-contre-cybercriminalite-exige-retrait-dun-phot

    L’office central de la lutte contre la criminalité informatique a réclamé le retrait sur Google+ d’un photomontage visant le président de la République à la place de Pinochet avec, derrière lui, Édouard Philippe, Premier ministre et Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. Contacté, l’organisme s’est refusé à nous livrer la moindre explication.


  • L’#édition_scientifique, entre #prédateurs et #profiteurs

    Les #revues_scientifiques sont au cœur de la diffusion des savoirs et de l’évaluation des chercheurs. Face à la captation du #marché par de grandes entreprises, des résistances s’organisent. Entretien croisé avec #Hervé_Maisonneuve et #Frédéric_Hélein.
    Pour un chercheur, publier ses résultats dans des revues spécialisées est une activité cruciale, lors de laquelle se joue sa renommée. Ces revues, initialement fondées par des sociétés savantes, sont de plus en plus contrôlées par un #oligopole de #multinationales de l’édition, qui accumulent des #profits phénoménaux. Depuis une décennie, le modèle économique de l’édition scientifique bascule vers une logique d’accès libre aux articles, les frais de publication étant couverts par les chercheurs. Mais des groupes peu recommandables ont développé des revues dites « prédatrices », publiant n’importe quoi dans le seul but d’encaisser le paiement des chercheurs.
    Où va l’édition scientifique ? Comment les scientifiques peuvent-ils reprendre le contrôle de ce maillon essentiel à la diffusion de leurs recherches ? Entretien croisé avec Hervé Maisonneuve, médecin de santé publique, et Frédéric Hélein, professeur de mathématiques à l’université Paris VII.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=abvhkMsNn58


    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/130119/l-edition-scientifique-entre-predateurs-et-profiteurs
    #prédation #profit #université #business #savoir #recherche #science

    signalé par @marty

    • #Déclaration_de_San_Francisco sur l’#évaluation de la recherche

      Il est urgent d’améliorer les méthodes d’évaluation des résultats de la recherche scientifique par les agences de financement, les établissements d’enseignement et de recherche et d’autres parties. Pour régler cette question, un groupe de rédacteurs en chef et d’éditeurs de revues savantes s’est réuni à San Francisco en Californie le 16 décembre 2012, dans le cadre du congrès annuel de l’American Society for Cell Biology (ASCB). Ce groupe a élaboré un ensemble de recommandations, désormais appelé « Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche ». Nous invitons les parties intéressées de toutes les disciplines scientifiques à manifester leur soutien en ajoutant leur nom à la présente Déclaration.

      Les apports de la recherche sont nombreux et variés : articles contenant de nouvelles connaissances, données, réactifs, logiciels ainsi que propriété intellectuelle et jeunes scientifiques hautement qualifiés. Les agences de financement, les établissements qui emploient des chercheurs et ces scientifiques eux-mêmes éprouvent tous le désir et le besoin d’évaluer la qualité et l’impact de la production scientifique. Il est donc impératif que la production scientifique soit mesurée rigoureusement et évaluée avec discernement.

      Le facteur d’impact des revues est souvent utilisé comme principal paramètre pour comparer la production scientifique individuelle et celle des établissements. Ce facteur d’impact, tel que calculé par Thomson Reuters*, a été créé à l’origine comme un outil d’aide pour les bibliothécaires servant à identifier les revues à acheter, et non pour mesurer la qualité scientifique de la recherche exposée dans un article. Dans cette optique, il est essentiel de comprendre que le facteur d’impact présente un certain nombre d’insuffisances bien documentées en tant qu’outil d’évaluation de la recherche. Ces limitations sont les suivantes : A) les distributions des citations dans les revues sont très asymétriques [1-3] ; B) les propriétés du facteur d’impact sont propres à chaque domaine : il s’agit d’un agrégat de types d’articles multiples et très divers, avec des articles primaires comme de synthèse [1, 4] ; C) les facteurs d’impact peuvent être manipulés (ou « instrumentalisés ») par une politique éditoriale [5] ; et D) les données utilisées pour calculer les facteurs d’impact ne sont ni transparentes ni ouvertement accessibles au public [4, 6, 7]. Ce qui suit formule des recommandations visant à améliorer la façon dont la qualité des résultats de la recherche est évaluée. D’autres éléments de production scientifique que les articles prendront une importance accrue dans l’évaluation de l’efficacité des travaux de recherche à l’avenir, mais l’article, contrôlé par des pairs, demeurera une production scientifique essentielle entrant dans l’évaluation de la recherche. Par conséquent, nos recommandations portent au premier chef sur les pratiques relatives aux articles publiés dans des revues à comité de lecture, mais elles peuvent et devraient s’étendre à d’autres productions, comme les jeux de données, en tant que résultantes importantes de la recherche. Ces recommandations s’adressent aux agences de financement, aux établissements d’enseignement et de recherche, aux revues, aux organismes pourvoyeurs d’indicateurs et à chaque chercheur.

      Ces recommandations s’articulent autour d’un certain nombre de sujets :

      la nécessité de mettre un terme à l’utilisation d’indicateurs basés sur les revues, comme les facteurs d’impact, dans le financement, les nominations et les promotions ;
      celle d’évaluer la recherche sur sa valeur intrinsèque plutôt qu’en fonction de la revue où elle est publiée ; et
      celle encore d’exploiter au mieux les possibilités offertes par la publication en ligne (comme la levée de restrictions inutiles sur le nombre de mots, de figures et de références dans les articles et l’exploration de nouveaux indicateurs d’importance et d’impact).

      Nous reconnaissons que de nombreuses agences de financement, établissements, éditeurs et chercheurs encouragent déjà l’amélioration des pratiques d’évaluation de la recherche. De telles démarches commencent à donner de nouvelles perspectives à des approches d’évaluation de la recherche plus élaborées et plus pertinentes sur lesquelles il est possible de s’appuyer et qui puissent être adoptées par toutes les parties impliquées au premier chef.

      Les signataires de la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche soutiennent l’adoption des pratiques suivantes pour l’évaluation de la recherche.

      Recommandation générale

      Ne pas utiliser les indicateurs basés sur les revues, tels que les facteurs d’impact, comme succédané d’appréciation de la qualité des articles de recherche individuels, pour évaluer les contributions d’un scientifique en particulier ou pour prendre des décisions en matière de recrutement, de promotion ou de financement.

      Pour les agences de financement

      Indiquer explicitement les critères utilisés pour évaluer la productivité scientifique des porteurs de projet et souligner clairement, surtout pour les chercheurs débutants, que le contenu scientifique d’un article est beaucoup plus important que les indicateurs de publication ou l’image de marque de la revue dans laquelle il a été publié.

      Aux fins de l’évaluation de la recherche, tenir compte de la valeur et de l’impact de tous les résultats de travaux de recherche (y compris les jeux de données et les logiciels) en plus des publications scientifiques, et envisager un large éventail de mesures d’impact, y compris des indicateurs qualitatifs sur les retombées des travaux, comme leur influence sur les politiques et les pratiques.

      Pour les établissements

      Afficher explicitement les critères utilisés dans les décisions de recrutement, de titularisation et de promotion, en soulignant clairement, surtout pour les chercheurs débutants, que le contenu scientifique d’un article est beaucoup plus important que les indicateurs de publication ou l’image de marque de la revue dans laquelle il a été publié.

      Aux fins de l’évaluation de la recherche, tenir compte de la valeur et de l’impact de tous les résultats de travaux de recherche (y compris les jeux de données et les logiciels) en plus des publications scientifiques, et envisager un large éventail de mesures d’impact, y compris des indicateurs qualitatifs sur les retombées des travaux, comme leur influence sur les politiques et les pratiques.

      Pour les éditeurs

      Réduire considérablement l’importance accordée au facteur d’impact comme outil de promotion, idéalement en cessant de le promouvoir ou en présentant ce paramètre dans le contexte d’une variété d’indicateurs basés sur les revues (p. ex. facteur d’impact sur 5 ans, EigenFactor [8], SCImago [9], indice h, temps de traitement éditorial et de publication, etc.) qui offrent une vision plus riche de la performance d’une revue.

      Proposer une série d’indicateurs à l’échelle de l’article pour encourager le passage à une évaluation qui soit fondée sur le contenu scientifique d’un article plutôt que sur les indicateurs de publication de la revue dans laquelle il a été publié.

      Encourager des pratiques responsables en matière de paternité d’auteur et la fourniture d’informations sur les contributions spécifiques de chaque auteur.

      Qu’une revue soit en libre accès ou sur abonnement, supprimer toutes les restrictions de réutilisation des listes de références dans les articles et les mettre à disposition dans le cadre du Creative Commons Public Domain Dedication [10].

      Éliminer ou réduire les contraintes sur le nombre de références dans les articles et, le cas échéant, exiger la citation de la littérature primaire plutôt que celle des articles de synthèse afin de reconnaître le mérite du ou des groupes qui ont rapporté en premier une découverte.

      Pour les organismes pourvoyeurs d’indicateurs

      Faire preuve d’ouverture et de transparence en fournissant les données et les méthodes utilisées pour calculer tous les indicateurs.

      Fournir les données en vertu d’une licence qui permette une réutilisation sans restriction et permettre un accès informatique aux données, dans la mesure du possible.

      Préciser clairement que la manipulation inconsidérée des indicateurs ne sera pas tolérée ; désigner explicitement ce qui constitue une manipulation inconsidérée et les mesures qui seront prises pour y remédier.

      Tenir compte de la diversité des types d’articles (p. ex., articles de synthèse par rapport aux articles de recherche) et des différents domaines lorsque les indicateurs sont utilisés, agrégés ou comparés.

      Pour les chercheurs

      Lors d’une participation à des commissions exerçant des décisions de financement, d’embauche, de titularisation ou de promotion, produire des évaluations fondées sur le contenu scientifique plutôt qu’en fonction des indicateurs de publication.

      Le cas échéant, citer la littérature primaire dans laquelle les observations ont été rapportées en premier plutôt que les articles de synthèse afin d’en attribuer le mérite à bon escient.

      Utiliser une gamme de paramètres et d’indicateurs d’articles sur les déclarations personnelles/de soutien, comme preuve de l’impact d’articles individuels publiés et d’autres résultats de recherche [11].

      Remettre en question les pratiques d’évaluation de la recherche qui s’appuient inconsidérément sur les facteurs d’impact. Promouvoir et enseigner les bonnes pratiques qui mettent l’accent sur la valeur et l’influence des résultats spécifiques de la recherche.

      https://sfdora.org/read/fr
      #recommandations


  • « Pourquoi les anti-autoritaires sont diagnostiqué·es malades mental·es

    Au cours de ma carrière de psychologue, je me suis entretenu avec des centaines de personnes ayant été diagnostiqué·es par d’autres professionnels comme souffrant d’un trouble oppositionnel avec provocation, d’un déficit de l’attention avec hyperactivité, d’un trouble anxieux et d’autres maladies psychiatriques, et je suis frappé de voir (1) à quel point les personnes diagnostiquées sont essentiellement des anti-autoritaires, et (2) à quel point ces professionnels qui les ont diagnostiqué·es ne le sont pas.

    Les anti-autoritaires se posent la question de savoir si une autorité est légitime avant de la prendre au sérieux. Évaluer la légitimité des autorités consiste entre autre à déterminer si oui ou non les autorités savent réellement de quoi elles parlent, si elles sont honnêtes, et si elles se préoccupent de celleux qui respectent leur autorité. Et quand des anti-autoritaires estiment qu’une autorité est illégitime, iels contestent et résistent à cette autorité – de façon parfois agressive et parfois passive-agressive, parfois sagement et parfois non.

    Certain·es activistes se lamentent du peu d’anti-autoritaires qui semble exister aux États-Unis. Une des raisons à cela pourrait être que beaucoup de gens naturellement anti-autoritaires sont maintenant psychiatrisé·es et mis·es sous médicaments avant de parvenir à une prise de conscience politique concernant les autorités les plus oppressives de la société. »

    #psy #psychologue #psychiatre #anti_autoritaire #autorité #activiste #politique

    http://www.zinzinzine.net/anti-autoritaires-diagnostique-es-malades-mental-es.html


  • Géographies en mouvement - L’amour des murs - Libération.fr
    http://geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr/2019/01/28/lamour-des-murs

    L’amour des murs, sentiment universel

    On peut – avec raison – s’offusquer de l’obsession de Trump pour « son » mur, prolongement de la barrière érigée à partir de 2006 sous la présidence de George W. Bush. Mais il faut garder à l’esprit un autre chiffre : depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, les États membres de l’Union européenne et/ou de l’espace Schengen ont construit, le long de leurs frontières, près de 1000 km de murs[2]. Sans compter les systèmes de surveillance de toutes sortes – les « murs virtuels » – ni les patrouilles en Méditerranée, les limites physiques de la « forteresse Europe » s’étendent aujourd’hui sur une distance plus de six fois supérieure à celle de la double ligne de béton armé érigée en 1961 par le gouvernement est-allemand.

    #murs #frontières



  • Emmanuel Macron reprend la main (du maréchal al-Sissi) | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/emmanuel-macron-reprend-la-main-(du-marechal-al-sissi),n6108781.php

    Cette fois, c’est certain, l’exécutif reprend la main. En visite en Egypte, Emmanuel Macron fait preuve d’une “combativité” sans pareille (auprès de Nathalie Saint-Cricq). A Paris, la non-violence et la fibre sociale des Foulards rouges séduisent (un reporter de CNews). Quant à la blessure d’un célèbre Gilet jaune, Jérôme Rodrigues, c’est seulement le résultat d’un “geste malencontreux”. Source : Ma vie au poste


  • Il est allé trop loin, il doit partir, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 28 janvier 2019)
    https://blog.mondediplo.net/il-est-alle-trop-loin-il-doit-partir

    Parfois aussi, c’est sous la forme la plus innocente que se laisse découvrir la vérité : un syndicaliste policier, invité de l’émission d’Arrêt sur images (5), exprime avec une désarmante candeur son désarroi : « Les manifestants ne jouent plus le jeu ». C’est tellement complet, tellement profond, que c’en est vertigineux. En un mot, tout est dévoilé. La pantomime démocratique-sociale, c’était un jeu. Vous faites semblant de demander, nous faisons semblant d’écouter — n’oubliez pas de vous munir de vos merguez, et soyez rentrés pour 18 heures.


  • « Toute technologie relève d’une manière ou d’une autre de l’assistance » : entretien avec Mara Mills
    http://syntone.fr/toute-technologie-releve-dune-maniere-ou-dune-autre-de-lassistance-entretien

    Qu’est-ce que le son nous enseigne de l’histoire occidentale ? D’où viennent les technologies audio qui nous servent aujourd’hui au quotidien ? Comment se nourrissent-elles de pratiques et de savoirs minoritaires, notamment issus de la culture sourde ? Pour nous ouvrir les coulisses de la modernité numérique, grand entretien avec Mara Mills, qui codirige le Center for Disability Studies (centre d’études sur le handicap) de l’Université de New York.


  • MULLEM, Louis – La Philanthropophagie
    https://podcloud.fr/podcast/litterature-audio-com/episode/mullem-louis-la-philanthropophagie

    Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Contes

    Charles E. Gordon Frazer - Fête cannibale sur l’île de Tanna

    Auriez-vous envie de vivre dans ce pays, imaginé par Louis Mullem (1830-1902) dans un de ses Contes d’Amérique : La Philanthropophagie ?

    « Assurer l’approvisionnement autophagique et national, telle était, poursuit-elle, la préoccupation dominante du législateur. En conséquence, tout indigène était tenu de mourir pour son pays et cette clause, prise à la lettre, n’affectait pas, comme ailleurs, un sens de détachement et de vaines protestations platoniques. On mourait, mangeable, à quarante ans révolus, époque où dans la pleine maturité des chairs l’âme s’éteint volontiers aux illusions.
    L’inutile fardeau de la vieillesse fut ainsi supprimé, sauf pour la caste des administrateurs chargés du souci gouvernemental, sorte d’aristocratie sénatoriale formée, cela va de soi, par le notable et ses associés. »

    Illustration : Charles E. Gordon Frazer, Fête cannibale sur l’île de Tanna, Nouvelles Hébrides.

    dans le texte : « idées philanthropicides »

    #philanthropophagie #anthropophagie #audio



  • Rob Reich : « La philanthropie n’est pas toujours l’amie de l’égalité, c’est aussi un exercice de pouvoir » - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/01/25/rob-reich-la-philanthropie-n-est-pas-toujours-l-amie-de-l-egalite-c-est-a

    Quand j’ai inscrit l’aîné de mes enfants à l’école publique, j’ai reçu une lettre de bienvenue qui indiquait aux parents d’élèves que la « donation volontaire attendue » pour l’année scolaire était de 2 500 dollars par enfant. Curieux de savoir combien demandaient les écoles du coin, j’ai découvert des inégalités flagrantes : par exemple, l’école publique de Woodside près de Stanford récolte, rapporté au nombre d’élèves, davantage en argent privé que ce que reçoit une autre école d’un quartier défavorisé en argent public. J’ai été frappé par le décalage entre l’intention du don et son effet. En nous invitant à soutenir financièrement l’école publique, on lui faisait perdre son essence : le don philanthropique exacerbait les inégalités au lieu de les réduire. C’est le point de départ de ce que je défends aujourd’hui : la philanthropie ne mérite pas seulement nos encouragements et notre gratitude, elle mérite aussi notre méfiance.

    #philanthrocapitalisme

    voir aussi cette petite vidéo de Davos
    https://twitter.com/nowthisnews/status/1090045108064579584



  • La mise en image de la domination policière et de l’humiliation de la jeunesse | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/rafik-chekkat/blog/071218/la-mise-en-image-de-la-domination-policiere-et-de-l-humiliation-de-l

    Depuis le 6 décembre au soir, les fils d’actualités des réseaux sociaux se sont emplis des images d’une arrestation collective à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Des dizaines de jeunes hommes (environ 150), genoux à terre et mains sur la nuque sont alignés en rangées, tenus en respect dans le silence par des policiers debout, casqués, matraques et boucliers à la main. « Voilà une classe qui se tient sage » commente une voix que l’on devine policière.

    Ces images tournées par les policiers eux-mêmes derrière la maison des associations Agora non loin du lycée Saint-Exupéry où a eu lieu cette interpellation spectaculaire, ont provoqué écœurement et effroi. Ce texte est une tentative de comprendre cet effet de sidération collective, dans lequel nous sommes pris nous-même. Pourquoi ces images, qui paraissent pourtant moins violentes que les nombreuses scènes de tabassages policiers diffusées depuis plusieurs jours, nous choquent-elles ?

    Un texte de Rafik Chekkat et cet autre (écrit fin novembre) que si demande « De quelle couleur sont les gilets jaunes » ?
    https://blogs.mediapart.fr/rafik-chekkat/blog/251118/de-quelle-couleur-sont-les-gilets-jaunes

    Le mouvement des « gilets jaunes » met en branle des populations dont on peine à trouver le dénominateur commun, sinon qu’elles sont animées d’une défiance plus ou moins grande vis-à-vis des partis, qu’elles revendiquent une baisse des taxes et la démission de Macron (parfois les deux), et qu’elles vivent principalement en milieu rural, en banlieue ou dans un entre-deux périurbain. Et puis qu’elles sont majoritairement blanches. Et cette donnée a son importance.

    Dans une société structurellement raciste, tout mouvement collectif d’envergure se doit d’apparaitre neutre du point de vue racial (c’est-à-dire d’être très majoritairement blanc) sous peine de se voir qualifié de « communautariste ». Et même quand le mouvement est majoritairement porté par des Blanc.hes, il est des questions (liées aux réfugié.es, à l’islam, à la police, etc.) qui sont jugées clivantes et qu’il est conseillé de ne pas mettre en avant si le mouvement veut bénéficier de relais médiatiques et politiques.

    Au cours des derniers jours, de nombreuses comparaisons ont été faites entre le traitement médiatique et policier réservé aux révoltes de l’automne 2005 et celui jugé plutôt complaisant à l’égard des « gilets jaunes » (même si en certains points la répression a pu être musclée et qu’en cas de prolongement du mouvement la tonalité du discours des médias dominants risque de changer). Pour compréhensibles qu’elles soient, ces comparaisons opèrent un nivellement par le bas et finissent par qualifier de privilège (ne pas subir de féroce répression et être disqualifié dans les médias) ce qui devrait être de mise pour tout mouvement social.



  • « Créatrices, l’émancipation par l’art » exposition au Musée des Beaux-arts de Rennes du 28 Juin au 27 Septembre 2019 – La page de Marie-Jo Bonnet
    https://mariejobon.net/2019/01/creatrices-lemancipation-par-lart-exposition-au-musee-des-beaux-arts-de-

    L’exposition présente 85 œuvres du Moyen Age à nos jours qui déploient autour de cinq grands axes à partir d’une ouverture sur « Le Pouvoir aux Nanas » dans le patio avec des sculptures monumentales de Niki de Saint Phalle, Raymonde Arcier et Camille Claudel :


    (image : Raymonde Arcier – Au nom du père-1976)

    1 – Interdites : La première partie aborde la question des mécanismes d’invisibilité de la création féminine : comment les institutions interdisent certains sujets comme la nudité masculine à l’époque de Camille Claudel. Nous verrons que les tabous opèrent toujours de nos jours au point de censurer certaines audaces et d’écarter des prises de positions politiques novatrices

    2 – Autoportraits – Portraits : L’autoportrait, et le portrait exercice commun aux artistes quel que soit leur sexe, revêt bien souvent pour les femmes une problématique politique insoupçonnée. En effet, longtemps tenu comme une spécificité féminine, l’art de représenter est abordé ici dans ses particularités : légitimation de son statut de peintre, mais aussi de sa condition de femme dans le siècle. Nous verrons comment ils sont abordés d’une toute autre manière que ne l’opèrent les artistes masculins.

    3 – Violences/renaissances : La violence subie par les femmes – qu’elle soit sexuelle ou politique – est un des grands thèmes émancipateurs des artistes femmes initié par Artemisia Gentileschi. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer la violence de l’autre, mais de s’appuyer sur elle pour forcer le passage vers une renaissance. Devenir artiste est parfois à ce prix.

    4 – Textures : La quatrième partie est dédiée au toucher. En effet, une constante se dégage des créations féminines dans leurs contributions occidentales : un rapport sensuel à la matière et au corps. Nombreuses sont les femmes qui se sont exprimées à partir de matériaux sensibles, créant notamment des sculptures textiles révolutionnaires, ou se réappropriant des traditions afin de les réincorporer dans une logique contemporaine.

    5 – Visionnaires : La dernière partie de l’exposition explore, la question de la spiritualité en art comme source d’énergie pour créer « à partir du cœur en flux continus et permanents » (Madame Guyon). Elle incitera à prendre en compte la dimension résolument visionnaire, au sens propre comme figuré, de la création féminine, d’une profondeur tout à fait distincte des notions d’avant-garde que l’histoire de l’art retient comme moteur essentiel de la création artistique en général. Une question se profile dès lors qui, remet en cause la logique d’une histoire de l’art fondée sur les ruptures avec le passé. Les femmes ne sont-elles pas novatrices dans l’emploi des matériaux non nobles, dans le refus des clivages, et désir d’exprimer leur point de vue sur le monde ?

    Commissaires : Marie-Jo Bonnet, historienne et historienne d’art, auteure de nombreuses publications sur les artistes femmes et Anne Dary, Directrice du musée des Beaux-Arts de Rennes.

    Comité scientifique composé de Judith Cernogora, conservatrice du patrimoine, Marianne Le Morvan, directrice des archives Berthe Weil, Marie Robert, conservatrice du patrimoine, musée d’Orsay, Frédérique Villemur, Historienne de l’art, École nationale supérieure d’architecture de Montpellier, Macha Paquis, agrégée en arts plastiques.

    L’exposition sera accompagnée d’un catalogue rédigé par Marie-Jo Bonnet publié aux Editions Ouest-France.


  • Trois rencontres publiques en février autour de mon livre ou du féminisme – Sexisme et Sciences humaines – Féminisme
    https://antisexisme.net/2019/01/25/fevrier2019

    Je vous annonce trois événements publics pour ce mois de février 2019 !

    ⭐ 2 février 2019 à 15h à la bibliothèque d’Herblay-sur-Seine : Conversation autour de l’égalité femmes-hommes avec Titiou Lecoq.
    L’entrée est libre, mais sur réservation. Vous pouvez en savoir plus ici et contacter la bibliothèque d’Herblay à cette adresse bibliotheque[at]herblay.fr

    ⭐ 5 février 2019 à 20h30 à l’IUT Nancy-Charlemagne : Conférence sur le thème « Les Femmes, toujours objets en 2019 ? ».
    Durée : 1h30
    Plus d’information ici. L’entrée est libre et le parking gratuit. Pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer, une diffusion en direct sera disponible sur la chaîne YouTube IUT Nancy-Charlemagne.
    Vous pouvez vous inscrire à l’événement Facebook ici.

    ⭐ 23 février 2019 à 13h45 au salon Primevère à Lyon : Conférence sur le thème « En finir avec la culture du viol ».
    Durée : 1h30.
    Lien vers le site du salon Primevère : http://salonprimevere.org

    J’ai très hâte de vous y retrouver !

    • En finir avec la culture du viol
      http://www.lespetitsmatins.fr/collections/en-finir-avec-la-culture-du-viol


      Noémie Renard

      Essai
      ISBN 978-2-36383-247-4
      Date de parution 8 mars 2018
      180 p., 12 euros euros

      En France, chaque année, entre 60 000 et 100 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol. Environ 16 % des Françaises ont subi une telle agression au cours de leur vie. Et les viols ne représentent que la partie émergée d’un iceberg : celui des violences sexuelles. Chaque jour, que ce soit à la maison, au travail ou dans la rue, des femmes sont agressées sexuellement ou harcelées. Ces violences ont des conséquences graves : elles minent la confiance et limitent la liberté par la peur qu’elles instaurent. Elles constituent une atteinte aux droits et à la dignité des personnes et consolident la domination masculine.
      Ces violences sexuelles n’apparaissent pas spontanément. Elles ne font pas non plus partie de la « nature humaine » ou de la « nature masculine ». Elles ont des causes sociales – impunité des agresseurs, idées reçues sur la sexualité – et ne sont donc pas une fatalité. C’est pourquoi il est important d’identifier les éléments culturels qui servent de justifications et de terreau à ces actes, afin de proposer des pistes qui permettront d’y mettre fin.

      Je suis toujours admirative des femmes qui continuent et répétent depuis des années les mêmes choses sans désespérer pour autant.
      https://ambre6sachet.com/2018/04/25/en-finir-avec-la-culture-du-viol-rencontre-avec-noemie-renard



  • Il est allé trop loin, il doit partir, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 28 janvier 2019)
    https://blog.mondediplo.net/il-est-alle-trop-loin-il-doit-partir

    Dans la série graduée des actes par lesquels un souverain en vient à perdre sa #légitimité, le point maximal est atteint quand il prend le parti de constituer sa population en ennemie, et par conséquent de lui faire la #guerre. Nous en sommes là, littéralement.

    #France


  • Un maraîcher s’entoure de chats pour continuer à cultiver bio
    http://www.lefigaro.fr/conso/2017/11/27/20010-20171127ARTFIG00008-un-maraicher-s-entoure-de-chats-pour-continuer-a-

    Au cours d’une vente, il a ainsi évoqué ses problèmes avec ses clients, dont certains travaillent pour Saint-Quentin félin, un refuge pour chats errants. Au cours de cette discussion, les membres de l’association proposent de lui apporter des chats peu domestiqués recueillis dans la rue pour qu’ils viennent chasser sur ses terres.
    En Chine, le chat, animal protecteur des stocks agricoles

    Et la solution a porté ses fruits. Celui qui a auparavant été ingénieur informaticien pendant 30 ans explique qu’il a déjà moins de pertes. Les félins sont difficiles à approcher et le producteur les voit peu, en revanche il a retrouvé quelques cadavres de rongeurs, des mulots, rats, une pie et même une canette ! Il est encore un peu tôt pour savoir si cette initiative a permis au maraîcher de sauver ses cultures mais les premiers trophées des félins sont porteurs d’espoirs !