• Ultra vénère de lire ce témoignage de Bruno Andreotti : #Covid19, #aerosolisation et responsabilité criminelle gouvernementale...

    Il y a un mois, je reçois un mail un dimanche après-midi de l’ANSES me demandant si je souhaite faire partie d’un comité groupe d’expertise collective en urgence (GECU) sur les risques de transmission par voie aérienne de la Covid 19, sujet sur lequel je travaille.

    Les questions posées au groupe de travail correspondent en tout point à un rapport de sécurisation sanitaire remis la veille —travaillant sur la dynamique des gouttes en aérosol dans les brumes et les nuages, me rendre utile à la société en travaillant sur la Covid était naturel.
    La lettre d’invitation me demandait une liste de noms pour compléter le comité de travail… Après avoir rempli un formulaire en ligne qui m’a pris 2h, je n’ai plus eu aucune nouvelle avant d’en demander ce soir.
    J’ai appris par retour de mail mon éviction de ce comité. Je ne crois pas que nous soyons nombreux en France à travailler sur le risque de transmission aéroportée.

    Au delà de l’incorrection, je ne comprends pas ce à quoi joue le ministère commanditaire du rapport de l’ANSES.

    J’ai passé mes jours et mes nuits à éplucher toute la littérature scientifique sur les courbes dose-réponse, les courbes de charge virale, la dynamique des aérosols qui portent les particules virales et j’aurais aimé discuté avec les virologues sur les données manquantes.
    Je suis très déçu ; travailler un mois dans un groupe multi-disciplinaire, cela m’enthousiasmait ; avoir enfin une ouverture vers l’appareil d’Etat, plutôt que les collectivités locales et les agents économiques non étatiques, cela m’enthousiasmait.
    Que le ministère ait changé le contour du groupe de travail sur le risque de contamination aéroportée en en supprimant… le risque ET la contamination aéroportée, pour le réduire aux données virologiques (dose réponse sur modèle animal et tissus cellulaires)…
    Bref.

    Pour bien apprécier la chose :
    • le milieu de la virologie a nié, partout dans le monde, la possibilité d’une transmission par voie d’aérosol.
    • le monde politique, les comités hospitaliers et les agences sanitaires ont 8 mois de retard sur l’état de l’art scientifique.
    • le milieu de la santé est très mal formé aux questions d’aérosol et d’hydrodynamique (ainsi, la responsable Covid de mon université a soutenu pendant des mois qu’ouvrir les fenêtres allait concentrer le virus…)

    On m’a fuité la composition du groupe : on n’y trouve personne qui ait travaillé sur la transmission aéroportée de Sars-Cov-2, personne qui connaisse la physico-chimie des aérosols, et nombre de collègues venus des domaines qui ont nié pendant un an la transmission aéroportée.

    Ce n’est pas comme lanceur d’alerte pénible qu’il me semblait avoir ma place, mais parce qu’objectivement, nous sommes peu à avoir, depuis une certaine discipline, avalé les centaines d’articles dans trois disciplines différentes permettant de construire.
    Les personnes qui m’ont fait évincer depuis le ministère (probablement comme lanceur d’alerte pénible) n’ont même pas conscience que le rapport sera décortiqué dès sa parution et mis en pièce s’il n’est pas à la hauteur (scientifique) des enjeux graves du moment.

    Quel type de conséquences dans le verrouillage de la composition de groupe de travail ANSES de ce type ? Par exemple de produire un rapport sur les purificateurs d’air intérieur qui… ignore les purificateurs d’air à filtre Hépa.
    –> https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2012SA0236Ra.pdf

    Le rapport ne dit rien de faux, bien sûr, mais passer à côté d’un système éprouvé en usage dans tous les trains, dans tous les avions, dans tous les immeubles modernes, cela conduit le politique à faire des erreurs aux conséquences très graves.
    –> extrait du 7/9 sur France Inter le 2 novembre 2020 avec J.M. Blanquer : "On a fait une étude sur les purificateurs d’air et ça n’est absolument pas probant. Mais chaque fois qu’on peut ouvrir les fenêtres, il faut le faire" : https://twitter.com/franceinter/status/1323171923203969026

    Je tiens pour vrai que la science repose sur des faits objectivés et des méthodes explicites, mais surtout sur l’invention de cadres régulés pour la confrontation critique. Plus un groupe de travail présente de diversité, et plus il a de chance de démêler savoirs et croyances.

    S’engueuler scientifiquement n’est jamais un problème et ne laisse aucune trace (autre qu’égotique) : quand on a tort, on a tort ; on en convient et on passe.

    Le contrôle politique de « l’expertise », je trouve que c’est l’abomination.

    Source https://twitter.com/Andreotti_B/status/1383116127652491265

  • Libres ! - Culture et pop | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/RC-020447/libres
    https://api-cdn.arte.tv/api/mami/v1/program/fr/RC-020447/1920x1080

    La fellation est le ciment du couple, la bisexualité féminine est devenue swag, le sperme améliore l’éclat du teint... : nous sommes submergés d’injonctions, d’idées reçues et de représentations ultra-normées. Stop aux diktats sexuels ! Avec Libres !, Ovidie et Sophie-Marie Larrouy proposent de faire ce qu’on veut, comme on veut et surtout uniquement si on veut. D’après la bande-dessinée « Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels » de Ovidie et Diglee

    https://www.youtube.com/playlist?list=PL8Ax_z5vzflwj0j5lRtdrptYTxiciDrOg

    #libres #sexualité #femmes

    Petite série d’animation (dessinée à Angoulême) https://www.magelis.org/la-web-serie-libres-a-decouvrir-sur-arte

    Dans Libres ! — Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, paru en 2017 aux éditions Delcourt, Ovidie et Diglee rappelait un point fondamental : en matière de sexe, les femmes doivent pouvoir décider ce qu’elles font de leurs corps, un point c’est tout. Cette websérie, réalisée par Ovidie et Josselin Ronse d’après le livre, vient porter ce message sur arte.tv, YouTube, Facebook et Instagram.

    Réalisée par Ovidie et Josselin Ronse d’après des illustrations de Diglee, Libres ! traite avec humour et tendresse de sexualité, sans fausse pudeur ni censure. Pour cette adaptation, Ovidie a fait appel à la comédienne et journaliste Sophie-Marie Larrouy.

    10 épisodes de 3 minutes 30 sont à découvrir sur le site d’Arte depuis le 27 janvier 2021

  • #Covid-19 : pourquoi les médias continuent-ils à illustrer leurs sujets avec des images de foules en extérieur ?
    INA | la revue des médias
    http://larevuedesmedias.ina.fr/covid-19-medias-photos-illustrations-foules-dehors-quais

    Remonté comme un coucou contre l’énergie consacrée à faire porter le masques sur les plages bretonnes ou dans la baie de Somme, le médecin Yvon Flohic, DrGomi sur Twitter, ne comprend pas plus que des photos en plein air viennent illustrer « une épidémie qui va de lieu clos en lieu clos et qui ensuite se propage dans les familles ». Si on voulait être plus factuel, il vaudrait mieux montrer le risque Covid par des photos de clusters hospitaliers, d’entreprises mal ventilées ou de cantines d’écoles.
    Pourquoi continuons-nous donc à illustrer la propagation de l’épidémie avec des photos de gens dehors ?
    /...
    Yvon Flohic est obsédé par le dedans-dehors depuis mars 2020. On ne va pas revenir ici sur le temps pris pour alerter sur les risques de contamination par aérosol à l’intérieur, en tout cas, on sait désormais que « tout ce qu’on peut faire dehors, il faut le faire dehors ».
    /.../
    S’il n’y a pas d’autres photos en stock pour illustrer le Covid que des images de quais et de gens dehors, peut-être serait-il temps de changer les mots qui les accompagnent, de se dire que les gens ne sont pas dehors « malgré le Covid », mais « à cause du Covid ».

  • Agression verbale d’une femme par un agent municipal à Paris

    la vraie julie @juliehenches le raconte sur l’oiseau bleu...
    https://twitter.com/juliehenches/status/1379406016492793856?s=20

    tout à l’heure j’étais assise par terre en jupe avec un collant, les genoux relevés (je précise parce que c’est important) et là j’avise un type qui se plante à quelques mètres de moi et qui me regarde fixement d’un air agressif
    Flèche vers le bas

    Puis au HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/a-paris-un-agent-la-juge-indecente-en-jupe-une-enquete-interne-ouvert
    #sexisme #femme #intimidation

  • une infirmière de réa de l’hôpital St Louis (Mediapart)

    https://www.mediapart.fr/journal/france/070421/la-derniere-allocution-presidentielle-quel-culot

    « [...] Je remercie malgré tout le Covid d’avoir mis la lumière sur le fait que l’hôpital public était en train de mourir à petit feu, en silence. Ce qui se passe aujourd’hui, avec toujours autant de problèmes de personnel et de matériel des mois après le début de l’épidémie, alors qu’on dépense dans le même temps des milliards pour sauver un secteur aéronautique à l’arrêt, montre définitivement qu’on a décidé de laisser mourir un des meilleurs systèmes de santé du monde.

    J’ai écouté l’allocution présidentielle du 31 mars dernier, quel culot ! Nous demander plus d’efforts encore, après l’année qu’on a passée… Au début de l’épidémie, je me disais que c’était quelque chose de compliqué à gérer, qu’on ne savait rien, mais plus cela avance, plus je ne peux voir cela que comme de l’irrespect pour ce qu’on fait tous les jours. Plus j’écoutais pour savoir si les crèches seraient fermées, plus je n’en revenais pas. Tout ce manque de crédibilité autour de la campagne vaccinale alors qu’on sait qu’on n’a simplement pas assez de doses !

    Je suis une optimiste de nature, mais ça commence à faire très long. Je ne pense pas que la fermeture des écoles et des crèches suffira, les gens vont continuer de se voir le soir, on va continuer d’ouvrir des lits en mode dégradé et on risque de devoir trier. Et je crains aussi que cette politique où on laisse circuler beaucoup le virus tout en vaccinant ne déclenche aussi l’apparition de nouveaux variants. Je ne fais donc aucun pari sur l’avenir.

    On nous demande sans cesse de faire des heures supplémentaires. J’avais quelques jours de repos et ma cadre m’a envoyé chaque jour un message pour s’excuser de me demander si je pouvais revenir pour une nuit ou deux, tellement on manque de gens. On fait des métiers, où, quand on nous rappelle, on revient. Mais là c’est trop fréquent et je ne peux pas revenir aussi souvent, car je dois m’occuper de ma fille, puisque mon mari est aussi médecin et lui-même soumis à des gardes. On est partis pour au moins deux mois hypertendus et on est déjà à bout. »

  • On Est Foutu ?
    https://www.youtube.com/watch?v=KXHq1TMVQJc

    Coincé dans la mégastructure, on se sent tout petit… condamné à l’impuissance. Mais ce n’est pas une fatalité. Deux ans après les marches pour le climat et nos espoirs formulés dans On S’est Planté, on se retrouve avec Vincent (Partager C’est Sympa) pour une conversation importante à nos yeux. Contraints dans un ordre social délétère, spectateurs d’effondrements écologiques et sociaux de plus en plus inquiétants, quelles sont les perspectives pour notre “génération sacrifiée” ? Que pouvons-nous espérer ?

    Dans cette vidéo, pas de formule miracle. Simplement l’envie de partager nos questionnements, réflexions et inspirations pour construire d’autres façons d’habiter ce monde. De mieux lutter ensemble contre les forces, les structures et les idées qui le détruisent.

    #partager_cest_sympa #le_biais_vert

    Suite de la vidéo « On s’est planté » https://seenthis.net/messages/764839

  • La farouche indépendance virile, l’autonomie orgueilleusement revendiquée qui définit la masculinité, il faut y regarder de plus près.Deux cas intéressants : l’écrivain américain Henry David Thoreau, considéré comme un précurseur de l’écologie. Dans son livre « Walden ou la vie dans les bois », il raconte comment il a décidé de quitter la ville de Concord (Massachusets) d’où il était originaire et où il habitait, pour aller s’installer près de l’étang de Walden, dans une cabane de 13m2, vivant en solitaire dans les bois, en contact direct avec la nature, cultivant ses légumes, cueuillant des fruits et des noix, en autarcie complète.Parce qu’il rejetait les préjugés et l’étroitesse d’esprit des habitants de sa petite ville totalement absorbés dans leurs mesquines préoccupations quotidiennes, se méfiait de la tyrannie de l’Etat, ne s’identifiait pas aux objectifs consuméristes et matérialistes déjà présents dans la société américaine de l’époque et dénonçait l’esclavage du travail. Il voulait être solitaire et autonome pour pouvoir être libre.Ca c’est ce qu’il raconte dans son livre.Mais en fait de solitude, Thoreau recevait à Walden de nombreuses visites d’amis et d’admirateurs, et se rendait tous les jours à pied à Concord, ce qui ne lui prenait que 20 minutes, pour échanger des potins sur la vie locale. L’étang de Walden était loin d’être solitaire : à la belle saison, il y avait des nageurs, des canoteurs et des pécheurs, et des patineurs en hiver. Et surtout il rentrait presque tous les jours chez sa mère à Concord qui lui préparait de la nourriture, lui raccommodait ses vêtements et lavait son linge.
    Comme Rousseau qui a été une de ses inspirations, Thoreau a présenté dans ses livres une image idéalisée de lui même–parfaitement autosuffisant, capable de survivre seul dans des conditions primitives grâce à son ingéniosité et à sa capacité de résistance, n’ayant besoin de personne, ne comptant que sur lui-même pour satisfaire à ses besoins vitaux.En fait, c’est une inversion patriarcale : de même que Rousseau vivait avec une femme, domestique et mère, qui le libérait des soucis matériels et lui permettait d’écrire des pages sublimes sur la liberté, droit inaliénable de l’homme (au sens d’individu de sexe masculin), Thoreau avait derrière lui le soutien logistique d’une femme, mère et domestique, qui lui permettait, comme l’ont écrit certains critiques « de jouer à l’Indien dans les bois » et de refuser de devenir adulte.Quand des auteurs masculins parlent de (leur)liberté, celle-ci repose toujours sur l’asservissement d’une ou plusieurs femmes. Comme l’avait souligné Nietzsche, le surhomme ne peut exister sans esclaves, l’homme patriarcal non plus. Autre grand écrivain américain, Jack Kerouac, auteur du livre « Sur la route » qui a inspiré les désirs d’émancipation de générations d’adolescent.es américain.es (Bob Dylan entre autres) et été la bible des mouvements beatnik et hippie. Canadien français (et Breton) d’origine, sa famille s’installe aux Etats-Unis. Après quelques petits boulots vite abandonnés, Kerouac rencontre plusieurs personnages hors normes (les futurs écrivains Allan Ginsberg et William Burroughs, le légendaire Neal Cassady) qui stimulent son désir de se libérer des étouffantes conventions sociales de l’Amérique très conservatrice des années 50.Cassady est passionné de voitures et de vitesse, avec lui et sa bande de copains allumés, Kerouac va sillonner l’Amérique de part en part sur les grandes routes qui la traversent. En stop, en voiture, en bus Greyhound. Ouverts à toutes les rencontres, à toutes les expériences–drogues, sexe, alcool, prostituées. De New York à la Virginie, Louisiane, Californie, Colorado, Illinois, Mexique, etc. Bouger sans arrêt, ne jamais s’arrêter, ne jamais être prisonnier d’aucun lieu ni de personne, être sans attaches, sans responsabilités, libres comme le vent. Son livre « Sur la route », ont écrit des critiques, est « une ode aux grands espaces américains, à la découverte de mondes nouveaux », à la liberté.Sauf que… C’est sa mère, qu’il surnommait « mémère », qui lui a donné l’argent pour acheter des tickets de bus et payer l’essence des voitures. Et quand il ne sillonnait pas les grands espaces, la figure emblématique du rebelle de la littérature américaine habitait chez sa mère, et c’est là où il a écrit tous ses livres.

    Derrière chaque « grand homme », « grand écrivain », « grand artiste », il y a une/des femmes exploitées, « maternisées », parasitées. Ils n’ont pu réaliser leur grande oeuvre que parce ils avaient à leur disposition des servantes féminines loyales et dévouées–épouses, mères, domestiques–pour laver leurs chaussettes. Et les nourrir émotionnellement. »

    https://sporenda.wordpress.com/2021/03/31/la-farouche-independance-virile-lautonomie-orgueilleusement-reve

    #invisibilisation #femmes #parasitisme #virilité #masculinité

  • Le restaurant clandestin de Chalençon est au goût des éditorialistes
    https://www.telerama.fr/ecrans/le-restaurant-clandestin-de-chalencon-est-au-gout-des-editorialistes-685569

    « Patrick, ça vous paraît totalement extravagant d’imaginer des ministres participer à ce genre d’événement », confirme Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5. « Extravagant, je ne sais pas, nuance Patrick Cohen. Simplement, les principaux ministres disposent dans leurs ministères d’une salle à manger, de cuisiniers, de maîtres d’hôtel, de grandes tables où ils peuvent recevoir qui ils veulent, ça fait partie des privilèges sous (sic) les palais de la République. » Pourquoi aller dans un restaurant clandestin hors de prix alors qu’ils en ont un à domicile et à l’œil ? « Donc l’idée d’aller prendre des risques dans un endroit privé me paraît particulièrement improbable. » À l’issue d’une enquête approfondie, Patrick Cohen peut donc affirmer qu’aucun membre du gouvernement n’a festoyé au palais Vivienne. « Le ministre qui ferait ça serait le dernier des crétins. » Puisqu’il est impossible que nous soyons gouvernés par des crétins, il est inimaginable que des ministres dînent dans un restaurant clandestin.

  • Bon bah ... puisque le PR Machin n’en n’a pas tenu compte ce soir, je vous rapatrie un super (encore) tweet-fil-conseils du Pr Logos, parce que nous sachons que c’était possible...
    source : https://twitter.com/Pr_Logos/status/1377141926026047496

    1/ Ca tape tellement sur le ciboulot, cette épidémie, que j’ai rêvé d’un allocution d’Epidemiolok 1er. Mais son melon avait disparu.

    Il commençait par présenter ses excuses et ses condoléances pour les 100 000 morts en ayant conscience de ses choix désastreux.

    2/ Puis il annonçait un investissement de 3 milliards €, pour partie en salaires, pour partie en matériel, pour s’engager dans une stratégie Zéro-Covid définitive. Et il égrenait, sans zozoter, une liste des choses mises en place en donnant à chaque fois un argument rationnel.

    3/ Bizarrement, il commençait par la mise à disposition d’une appli à QR code pour éviter les files statiques devant les commerçants : on arrive, on s’inscrit pour la file délocalisée et on va faire un tour au soleil. Le téléphone prévient de l’état de la file.
    Du Cédric O.

    4/ Ensuite il expliquait en termes simples ce que signifie une transmission par voie d’aérosols, le rôle primordial de la ventilation, les effets de sillage, même en extérieur, et comment monitorer le CO2 et en faire l’affiche dans les espaces publics.

    5/ Il trouvait un accent de vérité jusqu’ici inconnu et annonçait la réquisition par l’état d’une chaîne de fabrication de capteurs de CO2 NDIR par absorption infrarouge à 23€ de coût de revient, pour en produire 1000/jour. Il mobilisait des étudiants rémunérés pour les déployer

    6/ Il annonçait qu’il avait enfin compris que le risque variait quadratiquement avec le niveau de filtration des masques et que des masques chirugicaux bien mis, cela divisait par 100 le risque, et annonçait la commande à une PME bretonne de 10 millions de masques FFP2 par jour.

    7/ Il pensait que d’ici la fin de la semaine, des décontaminateurs de masque à UV-C sous vapeur de peroxyde d’hydrogène, avec des petits casiers numérotés permettant de les laisser 30’ heure et de retrouver ses masques propres seraient installés dans les écoles et lieux publics.

    8/ En effet, il trouvait insupportable la charge pour la planète de masques qu’on jette et entendait pleinement profiter qu’on puisse décontaminer 4 fois les masques, par un service public.

    9/ Il faisait appel au monde de la recherche, en présentant ses excuses d’avoir cru par des lectures diagonales, sans payer le coût d’entrée dans des disciplines auxquelles il n’entend rien, suppléer à ceux dont le métier vise à dire le vrai sur le monde, et aux ingénieurs.

    10/ Il leur demandait de travailler à la sécurisation des lieux publics, à commencer par les cantines scolaires et les restaurations collectives d’entreprise, mais aussi les terrasses de café, les cinoches, les salles de concert, etc, pour ajouter ventilation/aspirateurs à Covid.

    11/ Surtout, il annonçait que quand ça irait mieux, quand on ferait printemps (il ne se refait pas) plutôt qu’être pris dans cette pluie de cendres et de morts, il faudrait éviter des résurgences en étant capables d’endiguer très rapidement toute reprise épidémique.

    12/ Il n’y allait pas de main morte, le petit père Macron : il disait clairement que l’appli « Stop Covid » était inepte dans le fait même qu’elle niait les voies de transmission épidémique et que le résultat était inutilisable, et que l’investissement de l’Etat irait au bon endroit

    13/ Il annonçait 60 000 recrutements d’épidémiologistes de terrain qui feraient un travail local d’information populaire, de détection quartier par quartier des voies de propagation épidémique, d’aide à l’isolement, de prêt de purificateurs d’air, de décontamination, de tests.

    14/ Il disait qu’il avait conscience du danger que l’on puisse se servir de ces « ilotiers » à des fins répressives et que leurs droits et devoirs, et le fait qu’ils soient tenus strictement au secret médical, serait strictement encadré.

    15/ Il donnait le coût pour la société, modeste, pour déployer cette médecine préventive qui s’adapte à la manière de vivre des citoyens, qui s’appuie sur eux, plutôt que par des injonctions paternalistes venues du sommet de l’Etat.

    16/ Enfin, il passait au long terme et analysait la part de son échec due à la désindustrialisation du pays, empêchant l’Etat de produire pour répondre aux besoins, il analysait l’échec de Sanofi et celui de l’Institut Pasteur, pour le vaccins.

    17/ Il s’engageait à changer de paradigme pour l’organisation de la recherche, après 20 ans d’erreurs, et il annon…

    Brebrebrebrebre.

    « Vous écoutez France Culture, il est 7h15 et notre invité matin est Stanislas Dehaene. Alors, faut-il fermer les écoles ? »

    18/ Tic-tac-tic-tac-tic-tac-tic-tac.
    Driiiiiiiing.
    Baaaaah.

    #covid #covid19 #macron #confinement #finementcon

  • Une expression omniprésente en ce moment, y compris parmi des gens qui critiquent l’incompétence du gouvernement, c’est « les variants ont changé la donne ». Des fois que les gens ne mourraient pas en masse avant, des fois que les écoles n’étaient pas des lieux de diffusion du virus, des fois que…

    Mais zut.

    La première « vague » a fait 30 000 morts (dont une bonne partie étaient évitables : confinement trop tard, absence de masques, etc.).

    La seconde vague, alors qu’on était parvenus à quasiment éradiquer le virus au début de l’été, et malgré une bien meilleure connaissance des modes de transmission, malgré la très large disponibilité des masques, et sans doute de meilleures compétences pour traiter les gens, a fait 65 000 morts. Avec un gouvernement qui a passé son temps à claironner qu’il avait vachement mieux géré cette deuxième vague que la première…

    En fait, à la sortie du « deuxième confinement » (15 décembre), on totalisait près de 60 000 morts. Depuis cette date, il y a encore eu 37 000 morts. Une « normalité » totalement assumée qui a fait plus de morts que lors de la première vague.

    Tout cela avant que les variants ne « changent la donne ».

    Alors à chaque fois que je lis ou entends cette histoire de variants qui changent la donne, je trouve que c’est à la fois d’une connerie et d’une indécence totales.

    • Beaucoup beaucoup de merdes pour minimiser. Je note ça en texte pour y voir plus clair.

      – 67309545 personnes ont survécu 99,9%
      – population française augmentée de 0,3% en 2020
      – 7973638306 personnes ont survécu dans le monde
      – 0,033% de décès covid mondial
      – population en augmentation de 5,62% en 2020
      – 380000 naissances par jour
      – morts du covid = 1 semaine de naissance
      – 2653641 morts dans le monde (en environ un an)
      – affections respiratoires habituelles : env 2,6 millions de morts par an

      L’addition de TOUTES ces affections ! donc là on a UNE maladie unique qui tue autant que toutes les autres réunies !

      – malaria : env 400000 morts par an
      – sida : 32 millions

      Sauf que c’est en 45 ans ! donc autour de 700000 par an : la covid tue donc QUATRE à CINQ fois plus ! et ça sous des conditions drastiques où le monde entier met des masques, se confine, etc : il faut donc comparer avec ce que ça aurait été si on ne faisait PAS ces mesures justement !

      – 100 millions de pauvres en plus en 2021
      – 6 millions d’enfant meurent de malnutrition par an
      – 1 toutes les 5 secondes
      – un patient en réanimation toutes les 12min en île de France

      La pire comparaison de la vidéo je crois, entre un chiffre mondial et un chiffre régional ! totalement débile, il faudrait comparer avec le nombre de réanimations et de morts du covid par seconde en mondial aussi !

      – 90445 morts en France, moyenne de 81 ans [ actuellement on a que les morts en hôpital et en EHPAD, pas chez les gens ]
      – 388652 morts en Syrie

      La guerre court depuis 2011, soit 10 ans, donc 38865 morts par an : presque TROIS fois moins que les morts du covid en France en un an donc !

      – En France, moins de 1,9% des morts ont moins de 49 ans
      – Moins de 19 ans : 0,01%
      – Plus de chance de gagner au loto que de mourir du virus

      Parle seulement des morts tout le long : rien sur les covid longs qui touchent pourtant parfaitement les moins vieux aussi (et personne n’a envie d’avoir ça vu l’horreur)
      https://seenthis.net/messages/907683

      – En 15 ans, 69000 lits fermés
      – Depuis 2013, 17500 lits supprimés
      – Dont 13681 en hôpital public
      – France 5,9 lits de réa pour 1000 habitants / Allemagne 8 lits pour 1000
      – 1,6 milliards de doses de vaccins commandées pour l’Europe
      – 3,5 doses par personne
      – le 12 mars : 226000 vaccinées en 24h
      – France 54ème mondial en nombre de vaccinées / population
      – sous la moyenne européenne

      Seule partie qui me parait un peu intéressante, pour la critique de la mauvaise gestion de la vaccination, ultra lente.

      Sauf que… rapport à tout le reste :
      – passe des plombes à critiquer la dangerosité de la pandémie, à minimiser
      – puis critique qu’on ne va pas assez vite pour se vacciner
      Ça j’en vois un paquet qui font ça.

    • J’ai peut être mal interprété le texte du monsieur, qui me semblait jouer sur un humour de droite, à justement trouver des chiffres qui minimisent / ridiculisent la pandémie (début de vidéo notamment) afin de justifier une politique gouvernementale de non action ou réduction des coûts ; quelque soit la façon dont on crée ces chiffres. Et que la forme pour présenter tout ça (discours officiel) permet de se vanter de trucs totalement nuls faits à partir de mauvais calculs / indicateurs.

      Je suis peut être dans l’erreur, et peut être que c’est maladroit.

    • heureux que ce soit commenté. pas évident de savoir de quoi ce machin relève au juste. voir ce truc m’avait rendu furax. bien qu’il vise les pratiques de communication et l’usage frénétique de chiffres-que-j’y-crois-que-si_je-les-ait-fabriqués-moi-même j’ai trouvé le sketch pas assez branque pour jouer l’absurde, plutôt rassuriste « de gauche », avec ses « comparaisons » ineptes qui rehaussent la portée de certaines qui le sont moins - celle du nombre d’enfants morts de malnutrition et du nombre de morts du covid (un problème de riches ? ou des pauvres qui sont chez les riches ?), par exemple, tout en insistant sur le 0,00 je ne sais plus combien de décès parmi les jeunes (encore ce truc de vieux), je sais pas si c’est un sketch relativiste de gauche avec sa petite touche corporatiste « RIP, la culture » (le bouquet final) mais il n’est pas drôle du tout.

  • Thread by Pr_Logos on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1372604733899300871.html

    1/ Peut-on établir une mesure des risques de #contamination de sorte à libérer toutes les activités qui ne causent pas de risque significatif et à éliminer celles qui causent le gros des contaminations ?

    #sars-cov2 #covid-19

  • Cette nuit, un incendie a touché les centres de données d’#OVH à Strasbourg. Parmi les bâtiments présents sur ce site, SBG-2 est entièrement détruit, SBG-1 endommagé, et les autres bâtiments sont coupés du réseau pour une durée indéterminée. Il semble qu’il s’agisse d’un des plus graves accidents ayant touché un centre de données, une sorte de Fukushima du cloud (mais, heureusement, sans aucune victime humaine).

    À l’heure actuelle, il est trop tôt pour spéculer sur les causes exactes de l’incendie.

    Une leçon important : cloud ou pas cloud, il faut toujours faire des sauvegardes, et hors-site. Et tester qu’elles sont bien faites, et restaurables. TOUTE MACHINE PHYSIQUE PEUT TOMBER EN PANNE OU DISPARAITRE À TOUT MOMENT.

    Le ticket chez OVH : http://travaux.ovh.net/?do=details&id=49484

    L’article de Next Inpact : https://www.nextinpact.com/article/46373/ovhcloud-feu-se-declare-a-strasbourg-partie-site-detruit

    Celui des Dernièrees Nouvelles d’Alsace : https://www.dna.fr/faits-divers-justice/2021/03/10/strasbourg-important-incendie-dans-une-entreprise-situee-sur-un-site-seveso-au-p

    https://pbs.twimg.com/media/EwGnLzGWgAANwwT?format=jpg&name=large

  • Les soulèvements de la terre
    https://lessoulevementsdelaterre.org

    La catastrophe écologique n’est pas à venir, elle est déjà là. Nous ne nous résoudrons pas à la contempler, impuissants, isolés et enfermés chez nous. Nous avons besoin d’air, d’eau, de terre et d’espaces libérés. Les causes et les responsables de la destruction des sols nous entourent : bétonisation, industries polluantes, et accaparement des terres vivrières par l’agro-industrie. Nous voulons cibler et bloquer ces responsables. Nous voulons aussi occuper et cultiver les terres qui nous ont été arrachées. Parce que tout porte à croire que c’est maintenant ou jamais nous avons décidé de jeter nos forces dans la bataille.

    Le texte complet :
    https://lessoulevementsdelaterre.org/appel

    Beaucoup de signataires connu⋅es qui vous diront quelque chose, et plein plein de collectifs (rien dans le sud-ouest pour l’instant :( )

    Via palim-psao / crises et critiques, qui sont signataires :
    http://www.palim-psao.fr/2021/03/appel-a-reprendre-les-terres-et-a-bloquer-les-industries-qui-les-devorent

    #écologie #pollution #accaparement_des_terres #foncier #agriculture #béton #pesticides #convergence_des_luttes

  • Hydroxychloroquine : « Si on m’avait prévenu du tarif de l’hospitalisation, je n’y serais même pas allé »
    https://www.liberation.fr/societe/sante/hydroxychloroquine-si-on-mavait-prevenu-du-tarif-de-lhospitalisation-je-n

    Des malades du Covid ont découvert stupéfaits les factures de leurs passages à l’IHU de Marseille. « Libération » a enquêté sur le recours massif aux hospitalisations de jour au sein de l’AP-HM en 2020, représentant un coût important pour la Sécurité sociale. Chiffres qui interrogent sur les liens avec les études menées par Didier Raoult sur l’efficacité de sa molécule fétiche.

    (...) il reçoit, courant novembre, la facture de ses passages, soit une note de quelques dizaines d’euros pour sa première visite, puis une facture de 1 264 euros pour chacune de ses trois autres visites, soit 3 800 euros au total… « J’ai immédiatement appelé la comptabilité. La dame au bout du fil, au service litiges adultes soins externes de la Timone [géré par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, ndlr], avait l’air très gênée. Elle m’a expliqué que je n’avais pas à payer l’intégralité, mais seulement la part mutuelle, soit quand même 758 euros ! « Si vous avez une mutuelle, c’est totalement pris en charge », m’a-t-elle dit, pour tenter de me rassurer. Mais j’étais quand même très étonné. A aucun moment, on ne m’avait dit que ça coûterait des sommes pareilles. La dame au bout du fil a soupiré et m’a dit : « Oui, je comprends, monsieur. Vous n’êtes pas le seul… nous recevons beaucoup d’appels. » » Depuis, la mutuelle de Claude a pris la somme en charge.

    Florian (1) a 33 ans. Mi-octobre 2020, lorsque sa compagne présente un syndrome grippal, il l’accompagne se faire tester à l’IHU avec ses enfants de 7 et 10 ans. « Il y avait une très longue file d’attente de gens debout, patientant masqués dans les couloirs. Le lendemain, nous avons eu les résultats, nous étions trois positifs sur quatre. Retour à l’IHU, consultation, bilan sanguin, électrocardiogramme. Ça a pris trois bonnes heures, et on est ressortis avec une ordonnance d’hydroxychloroquine. » Ils y retournent à trois reprises, pour le même type d’examens. Florian reprend : « Franchement, je n’ai pas d’avis sur l’hydroxychloroquine, je ne suis pas médecin. Quand ma compagne l’a pris, son état a empiré. Mais ce qui m’hallucine, c’est le coût. » Il a reçu la facture en janvier.

    « On nous parle d’hospitalisation de jour, mais en fait la prise en charge dure dix minutes pour faire les prises de sang, trois minutes trente pour l’électrocardiogramme, et cinq minutes la consultation pour la délivrance de l’hydroxychloroquine, et voilà… Le reste, ce n’est que de l’attente dans les couloirs. »

    [...]
    A l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille, on observe un bond de 47 à… 23 095 (hospitalisations de jour) en 2020. Un chiffre qui représente 40,8 % des hospitalisations de très court séjour pour ces pathologies sur la France.

    Edit ça a pris des mois (et Lehman) pour que ce soit publié
    https://seenthis.net/messages/897633

    #IHU #AP-HM #escroquerie #CPAM #Sécu

    • Coronavirus à Marseille : Quand l’IHU de Didier Raoult facture 1.264 euros une visite
      https://www.20minutes.fr/societe/2996211-20210311-coronavirus-marseille-quand-ihu-didier-raoult-facture-126

      Selon le quotidien Libération, qui a enquêté sur le recours massif aux hospitalisations de jour au sein de l’AP-HM en 2020, des malades du Covid 19 ont découvert stupéfaits les factures de leurs passages à l’IHU de Marseille. Plusieurs témoignages font état d’un montant de 1.264 euros facturé pour chacun de leur passage à l’IHU. Or, les patients en question sont venus à trois reprises pour, à chaque fois, une consultation, un bilan sanguin et un électrocardiogramme. Leur facture finale s’élève ainsi à 3 800 euros.

      « On nous parle maintenant d’hospitalisation de jour, mais en fait la prise en charge dure dix minutes pour faire les prises de sang, trois minutes trente pour faire l’électrocardiogramme, et cinq minutes la consultation pour la délivrance de l’hydroxychloroquine, et voilà… Le reste, ce n’est que de l’attente dans les couloirs », raconte par exemple un patient

      En effet, Libération montre que ces passages ont été facturés en hospitalisation de jour (HDJ). « Chaque hôpital a un service d’HDJ, qui permet de regrouper pour un même patient une batterie d’examens dans un temps assez court, rappelle le quotidien. Pour le patient, c’est un gain de temps ; pour la collectivité, c’est l’assurance de ne pas occuper un lit d’hôpital pendant plusieurs jours. Plutôt que de facturer chaque examen séparément, l’hôpital réclame alors son dû au patient au titre d’une hospitalisation de jour. »

      Sauf que, à lire Libération, le patient doit tout de même être hospitalisé, autrement dit bénéficier d’une chambre, d’un lit, d’une collation le midi, ce qui n’a pas été le cas pour les témoignages recueillis.

    • Pour le fun, remarquer qu’ils ont réussi à faire encore plus cher que le Remdesivir, qu’ils ont pourtant utilisé comme figure emblématique des excès de big Pharma…

      Covid-19 : Gilead fixe le prix du remdesivir
      https://www.industriepharma.fr/covid-19-gilead-fixe-le-prix-du-remdesivir,111716

      Alors que le remdisivir est à ce jour le seul traitement approuvé par la FDA contre le Covid-19, le laboratoire américain Gilead qui développe cet antiviral vient de trancher dans le débat sur son prix. Le laboratoire a ainsi fixé le prix du remdesivir à 390 $ par flacon dans les pays développés, portant le prix total d’un traitement avec l’antiviral – traitement de 5 jours avec 6 flacons - à 2 340 $ (2 085 €) par patient.

    • Une variante des soignants

      « Soigner encore » (cover Danser encore-HK) Feat Alee, Corinne Masiero, soignants CHU Rennes et Nice

      https://www.youtube.com/watch?v=goUwSzo_7cY

      Clip présenté par le Collectif Inter Hôpitaux de Rennes en collaboration avec le syndicat CGT du CHU de Nice, en featuring avec Alee et Corinne Masiero.

      Nous tenons à remercier très sincèrement :
      – Alee et Delphine pour tout le temps passé, les enregistrements, les conseils, la gentillesse, sans qui ce projet n’aurait jamais pu se réaliser
      – Erwann du pied de la pompe et Max du P’tit son pour la basse et l’accordéon
      – Corinne Masiero pour avoir fait le lien entre culture et santé : Big up Corinne, No Culture No Futur !!!
      – Pierre Perret
      – Guillaume Meurice
      – Pierre Emmanuel Barré
      – Giedré
      – Ariane Ascaride
      – Karimouche
      – Marie Desplechin
      – Fredo des Ogres de Barback
      – Yvan Le Boloc’h
      – Bruno Gaccio
      – Gilles pour le mixage et le mastering
      – Vero et Julianna à la vidéo pour Rennes
      – Francis pour la prise de son, David et Stéphane à la vidéo pour Nice
      – Benoit
      – HK pour nous avoir laissé reprendre sa chanson « Danser encore » en totale liberté

      Cette initiative est née de la rencontre entre le Collectif Inter Hôpitaux de Rennes, Usagers de l’Hôpital, soignants, non soignants, et les hospitaliers du syndicat CGT de l’hôpital l’Archet-CHU de Nice, avec une volonté commune à défendre l’Hôpital Public, afin d’embellir le présent et de construire l’avenir.

      La Santé est un droit, les hôpitaux un bien public qu’il nous faut défendre car ils sont en danger du fait des réformes successives qui affaiblissent notre système de santé. Une conception globale de la santé qui intègre le bien-être physique, psychologique et social voilà aussi ce que nous défendons. Dans cette conception, l’accès à la culture pour toutes et tous est aussi un élément essentiel à tout être humain pour se réaliser.

      Chacun dans notre chemin personnel, professionnel, citoyen, continuons à nous ouvrir, à discuter, à créer des liens, à développer des réseaux, des communautés d’intérêt, des moments de partage. Alors retrouvons-nous dans les nombreuses mobilisations qui se multiplient, qui nous permettront de construire un projet qui nous ressemble et nous rassemble. N’attendons pas, ensemble, défendons le service public qui nous est cher, construisons le monde d’après.

      ENSEMBLE SAUVONS L’HÔPITAL PUBLIC !!!

      (Toutes les personnes présentes en studio dans ce clip étaient vaccinées ou avaient une PCR négative de moins de 48h au moment du tournage)

      #hopital

    • analyse dimensionnelle, suite : un article tout récent assez fun :-)

      The influence of field size, goal size and number of players on the average number of goals scored per game in variants of football and hockey : the Pi-theorem applied to team sports
      Received January 28, 2020 ; accepted August 25, 2020 ;published online September 21, 2020
      https://www.degruyter.com/document/doi/10.1515/jqas-2020-0009/html

      Abstract: In this paper, we investigate the correlation between the main physical characteristics of eight variants of football and hockey (such as field size, goal size, player velocity, ball velocity, player density, and game duration) and the resulting average numbers of goals scored per game. To do so, the Pi-theorem in physics is extended to sport science and a non-dimensional parameter of interest is defined. It is based on the ratio between the duration ofthe game and the order of magnitude of the time needed to cross the midfield, which depends on the average velocity of the ball and the players, the player density and the size of the goals. An excellent correlation is found between the proposed parameter and the average number of goals scored per game during recent international competitions. Using the derived correlation, the effect of any modification of the main characteristics of football and hockey (and their variants) on the scoring pace can be assessed. For instance, it can be predicted that decreasing the length of football fields by 20 m would raise the average number of goals scored to 3.6 (±0.6) per game, versus the 2.6 goals scored during the most recent men’s World Cup

      via l’article WP sur le théorème π de Buckingham…
      https://en.wikipedia.org/wiki/Buckingham_π_theorem
      ou sa version française :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Théorème_de_Vaschy-Buckingham
      l’article est cité dans les deux entrées.

    • Je n’y connais rien en analyse dimensionnelle, j’ai donc regardé la première capsule (ça me suffit, je suis juste un fameux bricoleur qui souhaite faire en amateur, etc... cf Boris Vian) . Ça va, mon bagage scientifique fait que j’ai pigé.

      sauf un truc, où j’ai trouvé le gars assez vaseux d’ailleurs, genre sur le point de dire « oh et pi c’est comme ça un point c’est tout ».

      C’est l’histoire de la constante. Plus précisément, pour justifier cette constante (dont ils se débarrasse ensuite, en bon physicien patenté ), il parle d’un principe de similarité dont je comprends pas comment il justifie que la relation dont on fait l’hypothèse entre les dimensions peut se retrouver à être égale à une constante.

      Un sachant peut il allumer la lumière ?

    • Le peu que je connais de l’analyse dimensionnelle se résume au b-a-ba de la vérification de l’homogénéité des formules et qui m’a beaucoup servi pour alléger la charge mentale nécessaire pour retenir lesdites formules.

      La démonstration, reprise dans les articles WP cités ci-dessus, est (un peu…) abstraite. Ce que j’en comprends, c’est que les quantités sans dimension peuvent (fréquemment) être considérées comme des paramètres (fixes) décrivant le système (d’où les nombres de Reynolds, de Mach, …) et donc caractéristique du système en question.

      Ceci dit, dans l’article sur l’analyse dimensionnelle, https://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_dimensionnelle#Énergie_d'une_bombe_atomique le cas de la bombe atomique est décrit complètement et montre qu’historiquement G. I. Taylor n’a pas utilisé le raisonnement présenté mais un développement beaucoup plus long au bout duquel il a expérimentalement vérifié la relation et constaté que le rapport sans dimension ne dépendait pas de la température ce qui n’était pas forcément évident a priori.

      Autre point rigolo, dans ce même article, le constat empirique suivant, qui justifie la disparition de la constante (qui m’a aussi un peu interloqué : qu’est-ce qui garantit qu’elle n’est pas d’un ordre de grandeur élevé (ou faible) ?) :

      L’analyse dimensionnelle ne permet de trouver l’équation physique qui gouverne le phénomène, qu’à une constante numérique k près, sans dimension, et que cette méthode ne peut donc pas déterminer. Il faut faire un calcul explicite complet pour la trouver (ou une mesure expérimentale pour la déterminer). L’expérience montre cependant que, dans un système d’unités adapté au problème étudié, cette constante k est toujours de l’ordre de grandeur de 1 (au sens où π ~ e ~ 1), d’où la pertinence de l’analyse dimensionnelle pour prévoir la forme du résultat d’un calcul, ainsi que son ordre de grandeur.

      et, au début du même paragraphe https://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_dimensionnelle#«_Principe_zéro_»_de_la_physique_théorique ce « principe » provocateur :

      « Ne jamais faire de calculs avant d’en connaître le résultat ».

  • Architectes, abandonnons le monde des lobbies et du béton
    https://reporterre.net/Architectes-abandonnons-le-monde-des-lobbies-et-du-beton

    L’architecture et l’aménagement des territoires sont au service d’un « marché néolibéral qui s’entête à épuiser le(s) vivant(s) », dénoncent de jeunes architectes dans cette tribune. Pour répliquer, ils proposent de cultiver d’autres manières de construire : maisons du peuple, jardins partagés, reprises de terre, soutien à l’ouverture de squats… Source : Reporterre

  • J’habite au Chili où je suis considérée comme profession prioritaire. Devinez quel métier j’exerce ? Je... suis... prof.
    https://twitter.com/SimonHeloise/status/1366781796537532416

    J’ai 36 ans. J’ai eu ma première dose de vaccin Covid hier, et une date de RDV pour la 2e. Pourquoi, alors que je n’ai pas de souci de santé ? J’habite au Chili où je suis considérée comme profession prioritaire. Devinez quel métier j’exerce ? Je... suis... prof.

    Le Chili compte près de 4 fois moins d’habitants que la France… mais a aujourd’hui le même nombre de personnes vaccinées ! Ça parle, certes, bien de la stratégie vaccinale chilienne… ça parle surtout mal de la française. 2/11

    Le gouvernement chilien a un plan logique, facilement accessible et intelligible. Après les soignants évidemment, personnes en contact avec du public et personnes à risques, la vaccination de la population générale est très organisée : à chaque jour de vaccination, son âge. 3/11

    Début février, les personnes au-dessus de 80 ans ont été vaccinées. La semaine du 15 février commence ainsi : lundi 15, les personnes de 69 et 70 ans. Mardi, celles de 68. Mercredi de 67. etc. 4/11

    Pas la peine de faire les malins, si on n’a pas pu aller le jour de son âge, on peut aller un autre jour. Il y a un maillage de lieux d’inoculation - 7 dans ma commune, 3000 dans tout le pays. On vient sans RDV, on prend un numéro et on attend son tour (1 heure perso.) 5/11

    Depuis le 15 février, deux semaines avant la rentrée scolaire (mars is the september of l’hémisphère Sud), tous les personnels de l’éducation, des éducateurices de crèches, écoles, collèges et lycées sont prioritaires pour se faire vacciner, selon le même principe : 6/11

    d’abord les travailleurs.ses de l’éducation (y compris personnel administratif, maintenance ou nettoyage, qui sont aussi en contact avec les enfants) de plus de 60 ans, de 59 ans, de 58 etc etc. Hier, ma tranche d’âge, 36 à 39 ans, était appelée à se faire vacciner. 7/11

    Ça veut dire aussi que tout le personnel de la crèche de mon fils sera vacciné (les 2 doses) d’ici la fin du mois. En tant que prof et que maman, c’est rassurant. 8/11

    Voilà comment le Chili aura fait vacciner durant le 1er trimestre de l’année scolaire la majorité des travailleurs.ses de l’éducation ET un estimé du tiers de toute sa population générale. Qd je vois ce qui se passe en France, je me dis que beaucoup de choses ont raté.9/11

    Alors, non, vacciner les personnels d’éducations n’empêche pas les enfants d’attraper et transmettre le Covid. Mais ça souligne qu’on a pris la mesure de l’importance des établissements scolaires pour contenir la propagation du virus et pour la bonne marche de la société. 10/11

    C’est mieux que la pensée magique et les protocoles sanitaires insatisfaisants voire d’esbroufe de la France. En fait, si, une autre voie, celle de la compétence, était possible.
    Soutien à tous, et aux collègues de l’EN en particulier. 11/11
    En savoir plus :
    https://www.gob.cl/yomevacuno