• Opinion | Where Are All Our Post-Covid Patients? - By Daniela J. Lamas
    The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/09/26/opinion/post-covid-care.html

    Dr. Lamas is a pulmonary and critical-care physician at Brigham and Women’s Hospital in Boston.

    At the University of California, Los Angeles, Dr. Nisha Viswanathan finds that she disproportionately sees long Covid patients in her post-Covid clinic who are well off and adept at navigating the health care system and — in a few cases — can even arrange a private jet to fly from their home to Los Angeles. If coronavirus was a disease of the vulnerable, Covid-19 follow-up has become a luxury of the well resourced. These are patients who can call the clinic repeatedly, waiting for a spot to open, who can afford to take days off work for pulmonary rehab and other appointments. “How do you provide care to the neediest individuals when you have this competing crowd?” Dr. Viswanathan asked.

    This is particularly troubling given the data from her own institution, surveying Covid patients after their hospital discharge, which found that Black and Hispanic patients had lingering symptoms such as fatigue and shortness of breath at similar rates as their white peers. While expectations of the health care system and the experience of illness are different across cultures, inequities in health care access could have an effect on whether patients seek care. The suffering is out there.

    Indeed, at the Covid-19 Recovery Clinic at Montefiore Medical Center in New York City, long Covid is not a disease of the privileged. At the clinic, in the Bronx, the population reflects the diversity of their surrounding community: About half of the patients are Hispanic, a quarter Black and about 15 percent Caucasian. Thanks to doctors who are familiar with the challenges of navigating Medicaid, these patients receive referrals to physical therapy and sub-specialists that they’re able to access.

    (...) “These patients are young and are extremely debilitated, and they are coming to me six months too late — because we don’t have the resources to follow them and schedule them, so they fall through the cracks,”

    (...) At every turn, Covid-19 has revealed the fault lines in our health care system and society. It should come as little surprise that the care delivered in the wake of this virus threatens to further entrench pre-existing disparities.

    #santé #covid #post-covid #inégalités #accès_aux_soins

    cc @supergeante

    • En France, on ne se pose même pas la question.

      On se contente de se gargariser de « valeur travail » et de fustiger les « feignants qui ne veulent pas bosser ».

      Je ne sais pas à combien d’infections en est mon voisin du dessous qui bosse dans la restauration, mais y a des nuits, c’est trop la dame aux camélias, dessous et je vous assure qu’on a plutôt une bonne insonorisation sur ce type de bruit.

      Là, pendant que j’écris, je pense qu’il donne directement du mou dans l’assiette de son chat, tout frais craché.

      Le gus bosse toujours et j’ai du mal à imaginer comment ça se passe en cuisine…

    • La semaine dernière dans la crèche d’en dessous, c’était les gamins qui toussaient. Cette semaine, ce sont les adultes. Un indep’ que je fais bosser et qui était là il y a 10 jours... il doit revenir demain. Il me dit qu’il est enrhumé depuis 2 jours. Comme l’alternant qui me disait être enrhumé, toussant, et prenant du paracétamol. Lui il est en télétravail maintenant.
      Jamais vu autant de gens enrhumés (et toussant (et prenant du paracétamol)) ces temps-ci.

  • INFOGRAPHIES. Ce que l’on sait des résidus de pesticides dans l’eau du robinet de milliers de communes (et des incertitudes sur leur toxicité)
    https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/infographies-ce-que-l-on-sait-des-residus-de-pesticides-dans-l-eau-du-r
    https://www.francetvinfo.fr/pictures/Hz5w4lTAYO9ueY5-dzoAfZsBUwE/1500x843/2022/09/15/phpUQPBvI.png

    Les autorités le répètent, à raison. L’eau du robinet est l’un des aliments les plus surveillés et contrôlés en France. Certaines molécules retiennent de plus en plus l’attention : les pesticides. Une fois épandus sur les cultures, ils s’infiltrent dans les sols et y restent pendant des années. L’eau du robinet, souvent puisée dans les nappes souterraines, en garde des traces à des niveaux parfois élevés.

    Excès de #pesticides dans les relevés…

  • Tracking 30 Years of Sea Level Rise
    https://earthobservatory.nasa.gov/images/150192/tracking-30-years-of-sea-level-rise

    The altimetry data also show that the rate of sea level rise is accelerating. Over the course of the 20th century, global mean sea level rose at about 1.5 millimeters per year. By the early 1990s, it was about 2.5 mm per year. Over the past decade, the rate has increased to 3.9 mm (0.15 inches) per year.

    In the line plot, the highs and lows each year are caused by the exchange of water between the land and sea. “Winter rain and snowfall in the northern hemisphere shifts water from ocean to land, and it takes some time for this to runoff back into the oceans,” Willis noted. “This effect usually causes about 1 centimeter of rise and fall each year, with a bit more or less during El Niño and La Niña years. It’s literally like the heartbeat of the planet.”
    […]
    What stands out from the satellite altimetry record is that the rise over 30 years is about ten times bigger than the natural exchange of water between ocean and land in a year,” [Josh] Willis[, an oceanographer at the Jet Propulsion Laboratory] said. “In other words, the human-caused rise in global sea level is now ten times bigger than the natural cycles.

  • Séisme à Taïwan : une personne tuée selon un premier bilan
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/09/18/taiwan-touchee-par-un-puissant-seisme_6142123_3210.html

    L’île avait déjà été touchée par un séisme de magnitude 6,6, samedi, ainsi que par plusieurs autres secousses. L’alerte tsunami émise par le Japon pour les îles situées aux alentours a été levée.

    Sur Gogole Niouzes France, c’est LFI qui fait les gros titres. Ni les effets de la tempête en Guadeloupe, ni le tremblement de terre à Taiwan.

    Notez qu’à LFI, l’homme violent est en retrait de ses fonctions. C’est pas comme si les pourritures sexistes et violentes de droite n’étaient pas toutes, encore à l’heure qu’il est, en responsabilité.

    Ils doivent bien en rire d’ailleurs. Ils ont toutes les manettes, toutes les capacités de nuisances, et dès qu’ils trouvent un os à ronger sur un gars, hop, ils le balancent, et ils attendent moins d’une semaine, et hop, le gars est en retrait. Il leur suffit d’attendre. Je pense qu’en faisant ça, et en le répétant à l’envie, ils vont se prendre un retour de flamme, tôt ou tard. A la fois parce que la saine réaction des « progressistes » (je ne sais plus comment nous appeler, là, les gens qui veulent juste que le monde soit vivable) est un exemple qui va devenir difficile à ne pas suivre, même un peu. Et parce que ça laisse comme personnel politique des gens qui à priori, sont des gens bien.

    Et donc, je fais pareil que Gogole. Je parle de LFI plutôt que des désastres planétaires. J’espère que les armes américaines vont aider les Taïwanais à s’en sortir. J’ai quelques doutes. Je fais même l’audacieuse supposition que les chinois seront les premiers à envoyer de l’aide utile. Y-a qu’à voir comment ça se passe au Pakistan, grand allié des américains dans la région, pour comprendre que les seuls qui s’en tirent là bas sont ceux qui tiennent les manettes. Les autres n’ont qu’à apprendre à nager.

  • Le groupe Editis suspend la parution d’un livre de Guillaume Meurice juste avant sa sortie
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/09/13/le-groupe-editis-suspend-la-parution-d-un-livre-de-guillaume-meurice-juste-a


    #cancel_culture

    Le dictionnaire devait sortir le 29 septembre aux éditions Le Robert (propriété du groupe Editis). Un dictionnaire de blagues, coécrit par Guillaume Meurice, chroniqueur de l’émission « C’est encore nous » sur France Inter, et Nathalie Gendrot, metteuse en scène et auteure régulière de la maison. Le fin mot de l’histoire de France en 200 expressions, devait être un livre rigolo. Est-ce qu’il n’a pas fait rire Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi, maison mère d’Editis, le groupe d’édition chargé de publier l’ouvrage ? Michèle Benbunan, sa directrice générale a en tout cas préféré purement et simplement faire suspendre ce livre.

    Mais non, il ne se comporte pas du tout comme un foutu dictateur, l’intégriste chrétien…

    • Explication officielle : « sept passages » du livre seraient « susceptibles de donner lieu à contentieux », a expliqué, mardi 13 septembre au soir, fort ennuyé et visiblement bouleversé, le directeur des éditions #Le_Robert, Charles Bimbenet, à Guillaume Meurice. Soit l’avant-veille du rendez-vous fixé aux auteurs pour venir signer leur ouvrage, qui s’inscrivait dans une collection à laquelle ont participé des auteurs prestigieux comme le linguiste Alain Rey (200 drôles de mots qui ont changé nos vies depuis 50 ans, ouvrage publié en 2017).

      « Pas de caviardage »

      L’éditeur avait pourtant sollicité lui-même les auteurs il y a un an et le fameux dictionnaire avait été lu, relu, annoté. « Tout roule désormais selon la direction juridique sauf deux expressions : Louboutin et #Bolloré », finit par expliquer M. Bimbenet à Guillaume Meurice début août. Le premier passage litigieux concernait Vincent Bolloré, cité dans la définition de « Faire long feu : Expression remplacée aujourd’hui par : révéler sur Canal+ les malversations de Vincent Bolloré ». L’autre entrée du dictionnaire posant problème concernait l’expression « Etre talon rouge : Aujourd’hui, les Louboutin jouent le même rôle : bien montrer aux autres qu’on est capable de porter un smic à chaque pied ».

      « Pas de caviardage, répond en riant le chroniqueur de France Inter, sinon je fais une vidéo pour dire ce qui vous attend quand on écrit un livre chez Bolloré ! » A la limite, il veut bien entendre que #Louboutin soit une marque très procédurière, comme on le lui explique – il ignore sans doute encore aujourd’hui que ces chaussures de luxe sont le péché mignon de Michèle Benbunan. Mais le passage sur Bolloré, non, pas question ! Charles Bimbinet prend note et le rassure : « Ok. On laisse comme ça. Ça va le faire. »

      Selon la direction de la communication du groupe, ces nouveaux passages sont susceptibles de tomber sous le coup « de la diffamation, de l’injure et de la calomnie »
      Ça ne l’a « pas fait ». Ces derniers jours, cinq autres expressions ont brusquement posé problème au service juridique d’#Editis, qui a sollicité un avocat extérieur.

      Soudainement incriminées, les phrases : « De la chair à canon : Exemple : un livreur #Deliveroo dans l’actuelle guerre économique. » Ou : « Faire l’école buissonnière : A ne pas confondre avec faire le ministère buissonnier qui est le fait de laisser l’école se dégrader et les profs devenir “influenceur Lexomil” ». Selon la direction de la communication du groupe, ces nouveaux passages sont susceptibles de tomber sous le coup « de la diffamation, de l’injure et de la calomnie. En général, les auteurs le comprennent et revoient leur copie ».

      Guillaume Meurice avait pourtant prévenu, en août, qu’il ne reviendrait plus sur le texte, et n’a eu connaissance de ces fautes de goût s’ajoutant à « Bolloré » qu’une fois la décision de suspendre l’ouvrage adoptée. En fin de semaine dernière, Michèle Benbunan avait fait stopper la fabrication, chez l’imprimeur, des blagues de Guillaume Meurice et Nathalie Gendrot.

      si on se débrouille bien, Le Robert finira par consonner avec le Larousse des années 50
      #édition #Editis #humour #capitalisme #culture #tabous

    • Il semble assez évident que les nouveaux éléments « problématiques » sont ajoutés pour noyer le poisson, mais j’aurais tendance à croire que même les deux premiers passages n’ont pas non plus de risques juridiques : c’est un livre d’humour, et ça limite forcément les risques d’être condamné pour injure ou diffamation.

      Surtout : Meurice et la bande de France Inter sont clairement le centre de focalisation de la détestation de la part de la droite dans ses fantasmes de culture war. Pas besoin de se cacher derrière des arguties juridiques et des expertises de cabinets d’avocats : pour eux simplement Meurice ne devrait pas être payé par leurs impôts pour se foutre de leur gueule et monter en épingle leur connerie et leur mépris de classe tous les jours sur la radio publique (et donc évidemment pas publié dans une maison d’édition qui leur appartient).

    • Je pense vraiment que ces histoires de risque juridique, c’est juste un alibi pour ne pas avoir à reconnaître platement qu’on vient de censurer un bouquin pour ne pas déplaire au patron.

      Le monde qui relate ça, d’ailleurs, c’est trop mignon : les gens qui ont dépublié une chronique pour ne pas déplaire à Macron (quoi, y’avait un risque juridique aussi ?).

    • Bolloré manquerait-il d’humour ? Certaines blagues de l’ouvrage co-écrit par Guillaume Meurice ne lui ont pas plu du tout. Mais alors pas du tout. Voilà l’explication officielle : « sept passages » du livre seraient « susceptibles de donner lieu à contentieux », a expliqué le directeur des éditions Le Robert à Guillaume Meurice, selon Le Monde. Début août, un passage citant Bolloré posait déjà problème : « Faire long feu : Expression remplacée aujourd’hui par : révéler sur Canal+ les malversations de Vincent Bolloré ».

      Puis, d’autres extraits ont été vivement critiqués par le service juridique d’Éditis. Par exemple : « Faire l’école buissonnière : À ne pas confondre avec faire le ministère buissonnier qui est le fait de laisser l’école se dégrader et les profs devenir “influenceur Lexomil.” » Un clin d’œil au ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, et à une École publique que la macronie laisse se dégrader à petit feu. Selon la direction de la communication d’Éditis, ces nouveaux passages sont susceptibles de tomber sous le coup « de la diffamation, de l’injure et de la calomnie. » La liberté d’expression s’arrête là où commence la critique des ministres en place et l’égo de Bolloré ?

      https://linsoumission.fr/2022/09/14/guillaume-meurice-censure-bolllore

    • Marc : l’un n’empêche pas l’autre.

      Encore récemment quelques réflexions ici :
      https://seenthis.net/messages/968308#message968353

      Ou bien on est arrivés au stade où il faut défendre la « pluralité » de Léa Salamé parce que sinon c’est Christine Kelly ? La position gauche en est réduite à réclamer qu’on socialise les revenus de Léa Salamé et d’Alain Finkelkraut, au motif que sinon c’est CNews ?

      https://seenthis.net/messages/968308#message968435

      Je n’ai jamais payé de redevance, refusant de financer ce très très mauvais « service public » qui a globalement toujours servi le pouvoir (et je ne l’écoute et regarde quasiment jamais), voilà que la taxe va revenir par une autre porte...

      Et l’ensemble du fil était par ailleurs consacré à une de tes autres marottes : qui c’est qui paie pour un service public présenté comme « gratuit ».

  • Le Sénat préconise un délit d’entrave à la chasse | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/societe/un-rapport-du-senat-rejette-les-jours-sans-chasse-et-demande-un-delit-d-

    Issue d’une pétition pour interdire la chasse le dimanche et le mercredi, une mission de contrôle du Sénat vient de remettre son rapport sur la sécurisation de la chasse. Interdiction de l’alcool et des stupéfiants, formation renforcée, présentation annuelle d’un certificat médical… Mais pas de jour sans chasse parmi leurs propositions. Un délit d’entrave à la chasse est, par contre, préconisé.

  • Comment l’auto-production populaire de purificateurs d’air sauve des vies | Douglas Hannah
    https://cabrioles.substack.com/p/comment-lauto-production-populaire

    L’histoire de la boîte Corsi-Rosenthal s’inscrit dans une histoire plus large, celle de la réponse populaire à la pandémie de #Covid-19. Les premiers jours de la #pandémie n’ont pas seulement fait des ravages sur la population. Ils ont également galvanisé un effort collectif massif, des dizaines de milliers de citoyen·nes se prêtant au jeu pour concevoir et produire les fournitures médicales et les équipements de protection individuelle dont on avait soudainement besoin.

    Douglas Hannah, Professeur assistant de strategie et d’innovation à la Boston University.

    Un après-midi, une douzaine d’étudiant·es de l’université d’État de l’Arizona se sont réuni·es pour passer la matinée à découper du carton, coller des ventilateurs et assembler des filtres dans le but de fabriquer 125 purificateurs d’air portables pour les #écoles locales. Le même matin, le personnel d’un refuge pour sans-abri de Los Angeles installait 20 purificateurs faits maison, tandis qu’à Brookline, dans le Massachusetts, un autre purificateur d’air artisanal ronronnait tranquillement au fond d’une crèche pendant que les enfants jouaient.

    Dans ces trois cas, la technologie utilisée - une simple construction de carton et de ruban adhésif connue sous le nom de boîte Corsi-Rosenthal - joue un rôle important dans la lutte contre le Covid-19. L’histoire de sa création en dit long sur les communautés, en tant que sources d’innovation et de résilience face aux catastrophes.

    Une technologie simple avec de grands effets

    Lorsqu’il est devenu évident que le Covid-19 se propageait par voie aérienne, les gens ont commencé à porter des masques et les gestionnaires d’immeubles se sont empressé·es d’améliorer leurs systèmes de ventilation. Cela signifiait généralement l’installation de filtres HEPA à haute efficacité. Ces filtres fonctionnent en capturant les particules chargées de virus : L’air est forcé de pénétrer dans un tapis poreux, les contaminants sont filtrés et l’air propre le traverse.

    L’efficacité du système de ventilation d’un bâtiment est toutefois régie par deux facteurs, et pas seulement par la qualité des filtres. La quantité d’air déplacée par les systèmes de ventilation est également importante. Les expert·es recommandent généralement cinq à six renouvellements d’air par heure dans les espaces partagés, ce qui signifie que le volume total d’air d’une pièce est remplacé toutes les 45 minutes. Les systèmes de nombreux bâtiments anciens ne peuvent cependant pas gérer ce volume.

    Les filtres à air portables sont une option pour renforcer les systèmes de ventilation, mais ils coûtent généralement des centaines de dollars, ce qui les met hors de portée des écoles et autres espaces publics soumis à des contraintes budgétaires.

    C’est là qu’intervient la boîte Corsi-Rosenthal. Il s’agit d’un cube composé de quatre ou cinq filtres de four du commerce, surmonté d’un ventilateur standard soufflant vers l’extérieur. Une fois scellé avec du ruban adhésif, il peut être posé sur le sol, une étagère ou une table. Le ventilateur aspire l’air par les côtés du cube et le fait sortir par le haut. Ces unités sont simples, durables et faciles à fabriquer, et sont plus efficaces que le simple fait de placer un filtre unique devant un ventilateur. Il suffit généralement de 40 minutes, de compétences techniques minimales et de 60 à 90 dollars de matériaux, disponibles dans n’importe quel magasin de bricolage.

    Malgré cette simplicité, ces unités artisanales sont extrêmement efficaces. Utilisées dans un espace partagé comme une salle de classe ou un service hospitalier, elles peuvent compléter la ventilation existante et éliminer les contaminants en suspension dans l’air, notamment la fumée et les particules chargées de virus. Un grand nombre de recherches évaluées par des pairs récentes ont montré que les #purificateurs_d'air_portables peuvent réduire considérablement la transmission par #aérosols. D’autres prépublications et études en cours d’examen ont trouvé que les #boîtes_Corsi-Rosenthal sont aussi performantes que les unités professionnelles pour un coût bien moindre.

    au pays du « système D », eh bien on s’en carre

    #DIY #solidarité #prévention #réduction_des_risques #air #aération

    • Students, Faculty and Staff Assemble Do-It-Yourself Air Filtration Boxes that Fight COVID-19 Spread

      Filters will be used in campus classrooms, lecture halls and labs throughout campus, and donated to The Preuss School UC San Diego

      Throughout the pandemic, UC San Diego has led with science, using the campus as a living laboratory and collaborating with experts to find solutions and put best practices in place. Our award-winning Return to Learn plan applies multiple layers of defense—masking, daily symptom and exposure screening, testing and vaccination—and has highlighted the importance of air filtration in academic and research settings.

      Last week, as students returned to in-person classes, dozens of UC San Diego students, faculty and staff gathered on campus in one of the outdoor classrooms to build 250 do-it-yourself air filters to support our Return to Learn program. The filters will be used in various campus classrooms, lecture halls and labs throughout campus, and also donated to The Preuss School UC San Diego.

      The undergraduate and graduate students gathered to assemble the air filters noted the value to the campus. Nikki Mercer, a graduate student studying Biology said, “Cleaner air benefits the university and its students, so I wanted to play my part in keeping our health predicament in check.” Ellie Peterson, an undergraduate student studying Biochemistry, also appreciated the initiative, “It’s a great opportunity to improve our general situation. I am excited to be back on campus attending in-person classes.”

      The effort was spearheaded by atmospheric chemist Kimberly Prather, who has become a national expert on aerosol transmission of SARS-CoV-2. Prather, who is a distinguished professor at Scripps Institution of Oceanography and the Department of Chemistry and Biochemistry, has spent the past year focused on communicating the latest scientific evidence about the major role of aerosol transmission in silently spreading the SARS-CoV-2 virus.

      “Once it is acknowledged the virus travels in the air, it becomes a very fixable problem. We need to focus on cleaning the air through multiple layers of protection,” said Prather. “These air filters add one more layer the university is implementing to protect our campus community.”

      A team from several campus departments—Academic Affairs, Biological Sciences, Business & Financial Services, Halıcıoğlu Data Science Institute, Resource Management & Planning, Scripps Institution of Oceanography and Student Affairs—learned about the innovative filters and created a cross-campus action plan to put them in use.

      Division of Biological Sciences Dean Kit Pogliano said of the event, “This event and the boxes will raise awareness of the importance of indoor air quality. Masks, open windows and air filters can dramatically reduce the transmission of this disease, and these simple air filters also remove harmful pollutants, including wildfire smoke, from indoor air.”

      The air filter, named the Corsi-Rosenthal Box, is low-cost, easy to assemble and effective. It was first created when Richard Corsi, Dean of the Engineering School at UC Davis, suggested the idea on Twitter, and Jim Rosenthal, owner of Tex-Air Filters, built the first box in response. The materials—a box fan, 4 or 5 MERV-13 filters and duct tape—cost somewhere between $70 and $120, and the box is designed to last six months.

      The air filters supplement the existing efforts UC San Diego has in place to monitor the air quality and keep the campus as safe as possible. With the understanding of how the virus is spread through aerosols, UC San Diego regularly monitors air quality in campus buildings, assessing air volume and adjusting the airflow. “This is something we have done in our labs for years, but this is technology that we took out of the labs and applied to general buildings,” said Gary Matthews, Vice Chancellor of Resource Management & Planning. “We updated HVAC system filters to mirror what is used in a hospital, and now use outside fresh air to flush the buildings around the clock.”

      https://ucsdnews.ucsd.edu/pressrelease/students-faculty-and-staff-assemble-do-it-yourself-air-filtration-box

    • Contre la Covid-19 : la Corsi-Rosenthal Box
      CINQ À DIX FOIS MOINS CHER QUE LES PURIFICATEURS D’AIR DU COMMERCE
      https://www.precisement.org/blog/Contre-la-Covid-19-la-Corsi-Rosenthal-Box.html#forum5324

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Boîte_Corsi-Rosenthal

      en mars 2021, déjà, sur francetvinfos
      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vrai-ou-fake-covid-19-les-purificateurs-d-air-sont-ils-efficaces-contre

      un tuto pour la fabrication
      https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=37DxuVFt1Qo

      le souci majeur, ici, outre le désintérêt apparent, outre le fait qu’il est plus dur de trouver des ventilos carrés, c’est le prix des filtres hépa (filtres MERV13 de 40-50cm), bien plus élevé qu’aux USA

      une alternative (sur laquelle se renseigner davantage), les « filtrete »
      https://twitter.com/Trematomus/status/1570365001747271681

      16x25 pouces (40x62,5cm), même surface que les 20x20 recommandés pour les boîtes de Corsi-Rosenthal mais une forme qui me semble plus simple à adapter/caser. On verra bien. Commande chez digikeys, 15 jours entre commande, 27 euros pièce/10.

      il y a 9 mois...
      https://seenthis.net/messages/943381

  • Interdiction de la publicité lumineuse la nuit : les écrans numériques seront aussi concernés
    https://www.lejdd.fr/Societe/interdiction-de-la-lumineuse-la-nuit-les-ecrans-numeriques-seront-aussi-concer

    Dans les prochains jours », elle promet de prendre un décret qui « généralise l’interdiction des publicités lumineuses ». Celles-ci seront proscrites « quelle que soit la taille de la ville entre 1 heure et 6 heures du matin, sauf rares exceptions comme les gares et les aéroports ».

    La détermination de ce qui justifie l’exception est sans doute le nombre de personnes passant devant un écran. Et comme dans les gares et les aéroports, les écrans voient des milliers de personnes passer, leur impact est dilué. En fait, dans leurs calculs, ils divisent les CO2 par le nombre de personnes qui utilisent l’objet, l’objet étant le terminal publicitaire pour ce cas particulier. Et donc, CQFD, on peut laisser les télés géantes dans les gares et aéroports, parce qu’elles sont mutualisées entre des milliers d’utilisateurs.

  • Détournement de règlements client/fournisseurs par l’intermédiaire de la messagerie

    Ils en ont parlé l’autre soir, dans un journal télévisé. C’était un artisan, qui envoyant ses factures à ses clients, se faisait détourner ses mails, modifier ses factures, et les clients recevaient donc une facture avec une mention de RIB incorrecte.

    Aujourd’hui, j’ai une connaissance, disposant d’une messagerie de type Microsoft Exchange qui s’est fait détourner plusieurs règlements en entrée et sortie.

    Sa messagerie était lue, par récupération de son mot de passe de messagerie, et via le webmail Microsoft dans lequel il est possible de définir des règles de déplacement de messages sans que celles-ci ne soient visibles dans le client lourd Outlook. Les mails entrants des clients et fournisseurs choisis pour servir de cible étaient détournés vers un dossier spécialement créé à cette fin puis supprimés une fois lus. Car oui, le malfaiteur a choisi ses cibles.
    Le malfaiteur avait déposé un nom de domaine ressemblant à celui de la société, en modifiant juste une lettre.
    Quand le malfaiteur envoyait des mails à la cible, ce n’est pas en utilisant l’adresse du client, mais en utilisant la messagerie du domaine contrefait.
    Le malfaiteur était tellement sûr de lui, qu’il a réussi à obtenir un changement de RIB vers un compte en Europe de l’est, alors même que le tiers qui voulait faire un virement avait appelé par téléphone pour confirmer qu’il fallait le faire, et qu’on lui avait dit qu’il ne fallait pas. Le malfaiteur est revenu à la charge, et a dit à plusieurs reprises qu’il ne fallait pas prendre en compte la conversation téléphonique. Effarant.
    Le malfaiteur avait aussi accès à la messagerie d’une des sociétés tierces, c’était vraiment la totale...

    Enfin, last but not least, pour remettre les choses en place, la modification du mot de passe de messagerie n’a pas été suffisante. Il s’avère que l’utilisateur stockait tous ses mots de passe dans Chrome, et que le compte Google de l’utilisateur était lui aussi accessible par le malfaiteur.

    Leçon de tout cela :
    – Activer les double-authentifications, en particulier sur vos comptes de type Google/Microsoft, ceux dans lesquels vous stockez vos mots de passe...
    – Valider par un appel téléphonique au tiers concerné que le RIB que vous vous apprêtez à utiliser est conforme.
    – Si la synchronisation multi-terminal n’est pas indispensable, utiliser un gestionnaire de mot de passe local de type KeypassXC, cela évite de rendre cela accessible en ligne à on ne sait pas qui. Je rappelle que cet outil permet de gérer les « One Time Password », et ainsi de doublonner l’application mobile FreeOTP+.

  • Un été de plus. Manifeste contre l’indécence
    Par Johann Chapoutot (Professeur, Sorbonne Université) et Dominique Bourg (Professeur honoraire, Université de lausanne) – La pensée écologique
    https://lapenseeecologique.com/un-ete-de-plus-manifeste-contre-lindecence

    L’été 2022 n’aura représenté, à l’échelle de l’hémisphère Nord, qu’un été de plus, une n-ième confirmation de ce que nous savons depuis plus de 30 ans, depuis le premier rapport du GIEC ; une répétition de ce que nous expérimentons depuis 2018. Le dérèglement climatique n’est plus une abstraction, mais une dévastation (500’000 hectares de forêts brûlées en Europe occidentale), chaque année plus importante. En ce sens il ne surprend plus, ne nous apprend plus rien, mais il touche, au sens physique et émotionnel, des pans toujours plus vastes de la population : la tristesse, l’effroi et le désarroi dominent, qui peuvent déboucher, au plan psychique, sur des accablements bien compréhensibles et, sur le plan politique, sur une colère qui peut confiner à la rage.

    Le « pouvoir, ou l’impuissance assumée
    (...)

  • Major sea-level rise caused by melting of Greenland ice cap is ‘now inevitable’ | Sea level | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2022/aug/29/major-sea-level-rise-caused-by-melting-of-greenland-ice-cap-is-now-inev

    Major sea-level rise from the melting of the Greenland ice cap is now inevitable, scientists have found, even if the fossil fuel burning that is driving the climate crisis were to end overnight.

    The research shows the global heating to date will cause an absolute minimum sea-level rise of 27cm (10.6in) from Greenland alone as 110tn tonnes of ice melt. With continued carbon emissions, the melting of other ice caps and thermal expansion of the ocean, a multi-metre sea-level rise appears likely.

    #it_has_really_begun

  • The Trinity of Quality - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=TWBEi4ZcLu4

    In order to make something good, you need to have the right combination of three things: Quality, Discernment and Taste. This video is about quality vs quantity, the paradox of quality, how to make good content and good videos, etc. Based on my experience over the last decade running a collaborative creative business, MinuteEarth, where we do regular internal reflection and training on the craft of science communication.

    #qualité #perception #jugement

  • Pourquoi les masques sont PLUS efficaces que ce que vous pensez - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=XMWidBXCxPY

    On serait passé ici à côté de cette vidéo de vulgarisation ? sortie traduite le 10 avr. 2021, d’après une vidéo anglaise du 8 sept. 2020 ? Étonnant.

    Cette vidéo traite du fonctionnement contre-intuitif des masques (qu’ils soient chirurgicaux, type FFP2/KN95/N95, ou en tissu), qui sont en réalité bien plus efficaces contre une épidémie qu’on pourrait le penser. Les masques font double emploi, et la proportion d’interactions avec masques est bien plus grande que la proportion de la population portant un masque. Donc même si les masques ne sont portés que par une partie des gens, et ne sont que partiellement efficaces, ils sont capables de réduire étonnamment bien la transmission du virus.

    La vidéo d’origine « Why Masks Work BETTER Than You’d Think » : https://www.youtube.com/watch?v=Y47t9qLc9I4


    Elle a été produite en collaboration avec Aatish Bhatia et le soutien de la fondation Heising-Simons.
    Allez sur https://aatishb.com/maskmath pour en savoir plus et pour obtenir plus de références.

    #masques #covid19 #transmission

  • Cabrioles #AutodéfenseSanitaire à propos de ce que Médiapart aurait pu interroger, au lieu de se vautrer dans la marigot Alla-Stiegler :
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1557711181460250624

    Si la tournure peut sembler relever du whataboutism (sur le mode « pourquoi vous ne traitez pas telle et telle autre question »), en fait il s’agit de critiques directes sur la posture de cette série d’articles de Médiapart et d’une bonne partie des gauches françaises en mode Stiegler-Ruffin-Damasio.

    Médiapart & Réalité Alternative

    Quelles questions la rédaction de @Mediapart aurait pu explorer pour apporter un autre regard sur le Covid, plutot que d’aligner tous les éléments de langage et de désinformation du libertarianisme sanitaire du gouvernement Macron ? Imaginons.

    Comment a-t-il été possible politiquement de supprimer des milliers de lits d’hopitaux pendant une pandémie mondiale ?

    Pourquoi n’y a t-il pas eu et n’y a-t-il toujours pas en France un jour de deuil pour les victimes du Covid19 ?

    Emmanuel Macron et son gouvernement ont-ils mené leur politique sanitaire en s’appuyant sur les avancées des connaissances scientifiques ?

    Pourquoi le mode ultra-majoritaire de transmission du Covid, qui fait scientifiquement consensus depuis le printemps 2020, n’a été reconnu qu’en automne 2021 par le gouvernement ?

    Pourquoi la communication gouvernementale est-elle quasi-absente au sujet de l’aérosolisation, au contraire des spots sur le lavage de main, dont aucune étude scientifique n’a établi un rôle significatif dans les contaminations ?

    Est-il acceptable de laisser les enfants se faire infecter et réinfecter régulièrement par un virus dont les effets à long terme sont encore mal connu ?

    Quel ont été les positionnements des différentes tendances de gauche vis-à-vis de l’épidémie de Covid-19 ? Quels discours politiques ont-elles élaboré sur l’épidémie et les réponses à lui apporter ?

    Comment Macron a-t-il fait pour rendre acceptable la mort de plus de 160 000 personnes et invisibiliser sa responsabilité dans ce désastre ?

    Pourquoi la pandémie de Covid19, l’évènement majeur de majeur de ces 2 dernières années, si ce n’est de la décennie, a été complètement absent de la campagne présidentielle ? (et du bilan mediapart du quinquennat Macron)

    Comment comprendre le soutien indéfectible de Macron à Didier Raoult ?

    Comment la gauche française a abondonné toute défense du principe de précaution et des politiques de prévention au cours de cette épidémie ?

    Pourquoi les #CovidLong, qui seraient aujourd’hui plus de 2 millions selon Santé Publique France, sont absents des politiques sanitaires mais également de la majorité des récits journalistiques et politiques ?

    Pour prendre du recul sur ces deux années pandémiques en France que pouvons apprendre de ce qu’a fait la gauche à l’étranger ?

    Pourquoi la gauche germanophone s’est constamment mobilisée contre les mouvements covidonégationnistes et conspiracistes, pendant que la gauche française les rejoignait dans la rue et les relayait dans ses médias ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1522301086891229185

    Pourquoi contrairement à la France, les syndicats italiens se sont mobilisés pour que le Covid soit reconnu comme maladie professionnelle et se sont battus pour le maintient du masque et des protocoles sanitaires au travail ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1522173994736271369

    Comment cette spécificité très française de la très grande porosité de la gauche aux mouvements et discours conspiracistes et covidonégationnistes est-elle perçue depuis l’étranger ?

    Comment les personnes agées et les personnes qui ont des risques mortels face au Covid ont été constituées comme des catégories négligeables et donc sacrifiables de la population ?

    Peut-on vraiment confiner éternellement les personnes immunodéprimées ?

    La partition entre fragiles et non-fragiles a-t-elle un sens face à un virus qui provoque au moins 10% de CovidLongs ainsi que de nombreuses séquelles quelle que soit la gravité de l’infection initiale ?

    Quels liens y a-t-il entre la fascisation exponentielle des pays occidentaux et les politiques d’insensibilisation à la mort de masse ?

    Comment les techniques politiques, réthoriques et pseudo-scientifiques forgées pour nier l’écocide et le réchauffement climatique, et amplement documentées et critiquées à gauche, ont elles été rendues acceptables pdt le Covid ?

    Face au danger, la peur est-elle toujours mauvaise conseillère ?
    https://twitter.com/CabriolesDouze/status/1511716626843979780

    Enfin cmt le libertarianisme sanitaire forgé par l’extrême-droite libertarienne autour de la #GreatBarringtonDeclaration a peu à peu été adopté par l’ensemble des gvts capitalistes, et a été massivement diffusé à gauche par des gens comme François Alla et Barbara Stiegler ?

    À n’en point douter, un journalisme critique est possible sur le Covid.
    @Mediapart en est capable, iels l’ont largement démontré par le passé.

    Il n’est jamais trop tard.

  • Éco-anxiété : un psychiatre confirme voir arriver « des vagues de personnes qui ont du mal à se projeter dans un avenir qui paraît de plus en plus sombre »
    https://www.francetvinfo.fr/sante/psycho-bien-etre/eco-anxiete-un-psychiatre-confirme-voir-arriver-des-vagues-de-personnes
    https://www.francetvinfo.fr/pictures/UUbZjMiQ_Ipk2XVl6vxPZzPQZ20/1500x843/2022/08/07/phpf7pm9S.jpg

    Sécheresse, canicule, incendies... Le dérèglement climatique s’invite dans les angoisses des gens, surtout chez les 20-30 ans qui se posent la question d’avoir des enfants... ou pas.

    #éco-anxiété

    Et des remarques sur cet article de « Échanges Climatiques » sur l’oiseau bleu :

    https://threadreaderapp.com/thread/1556577344583864321.html

    Notamment :

    Si notre sort n’est pas scellé, pourquoi cette anxiété ?

    À mon sens, la réponse des politiques n’est pas du tout à la hauteur des enjeux. Et tout le monde peut le remarquer, surtout en ce moment.

    [...]

    À cela, on peut ajouter un traitement médiatique qui relaie les pires scénarios du GIEC et pas forcément les plus probables.

    [...]

    Le pire c’est que cette idée que tout est foutu et qu’il est trop tard pour agir favorise et le statu quo et ainsi profite aux entreprises polluantes.

    Bref, l’éco-anxiété est une réponse légitime à ce qu’il se passe. En revanche, attention à ne pas l’amplifier inutilement.

    • À cela, on peut ajouter un traitement médiatique qui relaie les pires scénarios du GIEC et pas forcément les plus probables.

      Euh c’est une blague ? Les plus probables sont en gros les pires.

      Très inversement la majorité des évocations médiatiques ou militants des scénarios du GIEC c’est de les lister sur le même plan comme s’ils avaient tous la même probabilité, et que le scénario « on s’en sort pas si mal » avait une chance importante d’arriver. Alors que ce scénario c’est en arrêtant tout dès maintenant, ce qui n’a aucune chance (ou si infime) d’arriver, et que c’est bien le scénario « on continue tout pareil » qui est immensément le plus probable et que c’est lui qui fait tout péter exponentiellement.

  • Vacances : un pic à plus de 1.000 km de bouchons cumulés à la mi-journée ce samedi
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/vacances-plus-de-1-000-km-de-bouchons-cumules-a-la-mi-journee-ce-samedi-1

    Je te rappelle l’angle indépassable de la nouvelle parlance journalistique : utiliser le mot « pic » à propos de tout et n’importe quoi.

    Je surveille cette tendance, pour déterminer quand on aura passé le pic de l’utilisation du mot « pic » dans les articles de journaux…

  • New York Polio Update: Hundreds May Be Infected, Based On Wastewater Findings In 2 Counties
    https://www.forbes.com/sites/brucelee/2022/08/06/new-york-polio-update-hundreds-may-be-infected-based-on-wastewater-findings-in-2-counties/?sh=3f44f4db444d

    What a waste. On Thursday, the New York State Department of Health (NYSDOH) announced that they had found poliovirus in wastewater samples from two counties, Orange County and Rockland County, in June and July. This water polio announcement came two weeks after the NYSDOH had announced on July 21 that an unvaccinated adult in Rockland County had gotten infected with the poliovirus and as a result became paralyzed. If you are wondering, “hmmm, polio, I don’t get it,” that’s because the U.S. was declared polio-free in 1979. That declaration came after years of public health efforts to get the U.S. population vaccinated against this dangerous and potentially deadly virus. Yet, such reappearance of the poliovirus in New York raises more concerns that continuing anti-vaccination campaigns may be setting our country back many decades and laying to waste all the hard work that had gotten the U.S. polio-free in the first place.

  • Alain Gresh interviewé hier par BFM, qui finalement a supprimé la vidéo de son propre site Web :

    https://twitter.com/VertNaif/status/1556471336922497024
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1556471150980567040/pu/vid/1280x720/qW3V04uXYLqdsInx.mp4

    Alain « étonné », puisqu’il devait réintervenir ce lundi à 11 heures :
    https://twitter.com/alaingresh/status/1556492095812165632

    Et finalement, son intervention de ce lundi est également annulée :
    https://twitter.com/alaingresh/status/1556538838398517248

  • Faut croire qu’on s’habitue à tout finalement.
    Thread by C_A_Gustave – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1555245798769807362.html

    1/14
    Faut croire qu’on s’habitue à tout finalement.
    Si on compare la mortalité 2021 vs 2022, on constate que ce paramètre épidémio n’a pas varié, et pourtant sa perception a radicalement changé en quelques mois !
    Petit retour sur les données de l’INSEE...

    2/14
    Tout le monde se rappelle du « choc » de 2020, de l’applaudissement des soignants à 20h (bon avec le recul on a compris qu’en fait ça n’avait rien à voir, c’était juste pour le confinement)...

    3/14
    Si on reprend les courbes de mortalité, on voit effectivement 2 vagues majeures de surmortalité au printemps et automne 2020 (🔴) en comparaison à l’avant-pandémie (2019)...

    4/14
    A partir de l’année suivante, l’habituation à cette surmortalité massive a commencé à faire son œuvre, et cela a aussi été permis par un « aplatissement de la courbe » (🟡) sur l’année entière plutôt qu’une forme aiguë concentrée sur 2 vagues...

    5/14
    Mais en fait, la mortalité cumulée sur 2021 (🟡) a été exactement la même qu’en 2020 (🔴) !
    Pourtant là, plus d’applaudissements pour les soignants !
    Le ton a commencé à changer, l’habituation devenait possible...

    6/14
    Et puis nous voici en 2022, le « monde d’après », où au prétexte d’avoir largement vacciné, on abandonne tout freinage de la circulation virale, on maximise l’exposition l’infection, y compris chez les plus vulnérables qui bénéficient le moins de la vaccination...
    7/14
    Ce qu’on gagne en ↘️↘️ de létalité grâce à la vaccination, on le perd via la ↗️↗️ des contaminations, ce qui maintient la mortalité à un haut niveau.
    On est certes devenus très résilients à l’infection (on tolère des niveaux de prévalence sans comparaison avec 2020/2021)...
    8/14
    Cela permet de supprimer toutes les mesures sanitaires, jusqu’au simple port du masque.
    Mais pour autant, on perd toujours autant de vies, avec toujours le même excès par rapport à l’avant-pandémie !
    On peut donc parler de « pleine habituation »...
    9/14
    On le voit d’abord dans les courbes de mortalité annuelle :
    2022 (🔵) suit exactement la même tendance que 2021 (🟡)...

    10/14
    Mais on le voit aussi sur la mortalité cumulée, où 2022 (🔵) suit exactement la même tendance que 2021 (🟡) et 2020 (🔴), toujours avec un net excès par rapport à l’avant pandémie (2019)...

    11/14
    Ce qui a changé, c’est simplement qu’on vous embête moins avec ça, et que donc pour ceux qui ne se sentent pas « vulnérables », la vie semble revenue à ce qu’elle était avant.
    Mais les données sont pourtant là. D’où le terme de « pleine habituation »...

    12/14
    Même si je l’ai souvent critiqué, le Conseil Scientifique avait totalement raison sur ce point quand il l’évoquait dans son dernier avis, et prévenait que ce serait la « nouvelle norme » de long terme
    https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_du_conseil_scientifique_-_19_juillet_2022.pdf

    13/14
    C’est donc bien une « pleine habituation », mais seulement une illusion de retour à la vie d’avant.
    Ni la qualité de vie, ni la durée de vie, ni l’accès aux soins... ne seront plus comme avant.

    14/14
    Profitez de votre temps « valide ».
    Essayez cependant d’éviter l’indécence des commentaires « les vulnérables n’ont qu’à crever ».
    Même pas par altruisme (quelle idée 😅🤡), mais simplement parce que vous le deviendrez inévitablement (ne pas insulter l’avenir 🤡).

    • Intéressant mais un peu rapide pour moi.
      Peut-être n’ai-je rien compris ? Mais je veux bien que l’on m’explique.
      Un point qui me chagrine : pourquoi janvier-frevrier 2020 est-il nettement plus bas que pour 2019 ?
      Si l’on élimine cette anomalie (?), le graphe des décès cumulés devrait placer la courbe 2020 plus nettement au dessus de celle de 2021. Il y a peut-être habituation, mais à un niveau un peu moins élevé.

      Par ailleurs, les courbes sont celles de la mortalité, toutes causes confondues. Si l’on considère que l’excès de décès se répète annuellement plus ou moins à l’identique comme le suggèrent les graphs de décès cumulés, cela indique un excès pérenne de 50 000 décès par an. Je n’ai pas souvenir d’article à ce sujet, alors que cela tombe dans les mêmes ordres de grandeur que l’immigration ou l’émigration. Ce n’est pas rien.

      Par ailleurs, la maladie s’attaquant préférentiellement à la catégorie des personnes vulnérables, cela devrait entrainer une hausse de la résistance moyenne de la population.

  • Vaccination des enfants : « Mediapart » sous le feu des critiques - Par Yann Mougeot | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/articles/vaccination-des-enfants-mediapart-sous-le-feu-des-critiques

    Pour lancer sa série de cinq articles « bilan » sur la pandémie, « Mediapart » s’est penché sur la controverse qui entoure la vaccination pédiatrique contre le Covid-19. Une analyse dont la thèse est contestée par plusieurs chercheurs et jugée « complotiste » et « antivax » par certains lecteurs. Elle comportait une erreur factuelle importante dans sa version initiale. Explications.

    • ""Depuis le début de la pandémie de Covid-19, "Mediapart "a défendu sans ambiguïté une ligne favorable à la vaccination et aux gestes barrières. On a même défendu, quand c’était nécessaire en termes de santé publique, le confinement, les couvre-feux et la fermeture des magasins"", assure Carine Fouteau, codirectrice éditoriale de la rédaction de "Mediapart" auprès d’"Arrêt sur images". Mais en ouvrant un débat sur l’épineuse question de la vaccination pédiatrique, "Mediapart "s’est pris les pieds dans le tapis et s’est attiré les foudres de lecteurs et de chercheurs. Ce 29 juillet 2022, le site lançait en effet sa série ""Cinq leçons à tirer de la pandémie", "un retour sur deux années de crise sanitaire au prisme de questionnements éthiques, philosophiques ou sociologiques. Une démarche légitime.
      Un internaute accuse "Mediapart" de "verser dans le complotisme antivax"
      Un internaute accuse "Mediapart" de "verser dans le complotisme antivax"

      Twitter, 29 juillet 2022

      Mais le premier article de la série,""Vaccination : jusqu’où doit aller l’altruisme ?"", fait polémique. Son autrice, la journaliste scientifique spécialisée dans les vaccins Lise Barnéoud (invitée à plusieurs reprises sur le plateau d’"ASI") y remet en question le bien-fondé de la vaccination des enfants contre le Covid-19. ""En demandant aux plus jeunes de se faire vacciner contre le Covid, il s’agit moins de les protéger eux-mêmes que de protéger les plus fragiles, à commencer par les personnes âgées. Mais peut-on légitimement leur faire prendre des risques, même minimes, pour autrui ?"", questionne-t-elle, dans un "chapô" (introduction) qui a provoqué la colère de chercheurs et internautes, lesquels ont rappelé la vertu protectrice du vaccin pour les enfants eux-mêmes.
      Vaccination : jusqu’où doit aller l’altruisme ?
      Vaccination : jusqu’où doit aller l’altruisme ?

      Mediapart, 29 juillet 2022

      Déjà critiquée pour avoir mis au point, également dans "Mediapart", un outil de calcul de la ""balance bénéfice-risque personnelle"" vis-à-vis du vaccin anti-Covid, Lise Barnéoud est cependant une spécialiste du sujet. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages reconnus sur la vaccination et a été désignée ""j""ournaliste scientifique française"""" de l’année 2017. """"Je voulais susciter le débat sur un sujet qui ne fait pas l’unanimité à l’échelle internationale. Plusieurs pays se sont positionnés en défaveur de la vaccination pédiatrique"""", explique-t-elle à "ASI".
      Une erreur de calcul, corrigée par "Mediapart"

      Dans son article, la journaliste regrette d’abord le nombre ""ridiculement faible" "de patients mineurs participant aux premiers essais cliniques des vaccins contre le Covid-19, et conteste une vaccination pédiatrique utilisée comme protection contre la transmission du virus aux adultes. Mais Lise Barnéoud commet une erreur factuelle au moment de comparer le risque pour les 0-9 ans puis les 10-19 ans d’être hospitalisés à la suite d’une infection au Covid-19 avec celui d’une hospitalisation consécutive à des effets indésirables du vaccin anti-Covid.

      ""Imaginons que soient vaccinés aujourd’hui la totalité des 767 000 enfants nés en 2004 (18 ans cette année), ""écrit-elle. ""En faisant l’hypothèse que la vaccination empêche toutes les formes graves, on peut s’attendre à 17 hospitalisations pour cause de Covid évitées, mais environ 20 hospitalisations engendrées par les myocardites post-vaccinales (18 chez les hommes et 2 chez les femmes). La balance est donc légèrement négative pour les hommes de 18 ans"". Ainsi", "selon elle, certains jeunes patients courent un plus grand risque d’être hospitalisés à la suite d’effets indésirables du vaccin qu’après une infection au Covid-19.

      Lire aussi
      "Pour certains, le vaccin est un objet sacré"

      Le problème de cette démonstration ? ""L""es méthodes de calcul sont fausses"""", réagit sur Twitter l’épidémiologiste Mahmoud Zureik. Dans l’article, ""le nombre d’hospitalisations pour Covid évitées est calculé sur une semaine seulement. Or, il faut additionner le nombre d’hospitalisations évitées pendant toutes les semaines après vaccination"", explique le scientifique sur le réseau social. D’autres chercheurs se joignent à la contestation, comme l’épidémiologiste Antoine Flahault qui réclame une réponse de "Mediapart", et la publication, ""au besoin"", d’un correctif. Sa consœur, Dominique Costagliola, dénonce quant à elle une ""présentation mensongère"".
      La réaction de l’épidémiologiste Mahmoud Zureik
      La réaction de l’épidémiologiste Mahmoud Zureik

      Twitter, 29 juillet 2022

      "Mediapart" réagit, le 1er août, aux nombreuses protestations. Dans une note de blog, le site d’information admet une ""erreur de calcul"" et supprime les paragraphes concernés. Mais la rédaction persiste dans sa thèse, en s’appuyant sur une comparaison entre les politiques vaccinales de plusieurs pays : ""Le choix de vacciner ou non les enfants contre le Covid apparaît d’abord comme un choix politique et éthique de société avant de se présenter comme une nécessité impérative de santé publique"". Un bandeau mentionnant la modification est apposé, et la "boîte noire" de l’article – espace dont se sert "Mediapart "pour commenter ses méthodes de travail et apporter des précisions – renvoie désormais à la note de blog.

      Outre ces passages supprimés, "Mediapart" a aussi opéré un travail de pondération de l’article (ce que le média omet de mentionner dans sa note de blog), ajoutant des informations sur la vulnérabilité des plus jeunes vis-à-vis du virus, et supprimant des tournures de phrase pointées du doigt sur les réseaux sociaux. ""Je comprends certaines critiques. J’ai comparé un taux absolu à un taux hebdomadaire, c’est une erreur"", confesse Lise Barnéoud à "ASI". Pour autant, """"cela ne remet pas en question le fond de l’article"", selon la journaliste.
      Une thèse critiquée

      Sa thèse, pourtant, est largement critiquée. ""L’article est très à charge contre le vaccin chez l’enfant, donnant surtout la parole à des personnes qui y sont opposées", regrette l’épidémiologiste Antoine Flahault, pour "ASI". "De mon point de vue, c’est désolant. Les arguments de "Mediapart" sont plutôt pauvres". "Mais selon le médecin, cette publication a un mérite : se faire l’écho du point de vue d’un ""nombre important de personnes, incluant des experts"". Le médecin, écrivain et chroniqueur de "Libération "Christian Lehmann dénonce quant à lui sur Twitter un discours """"fallacieux"""" sur les risques du Covid pour les enfants, et qualifie une expression de Barnéoud d’""""anthropomorphique""" : "le Covid-19 ""n’a pas d’appétence pour les enfants"", a écrit en effet la journaliste. Pour Lehmann, ""rien ne va"" dans cet article. Ce passage a été supprimé, et remplacé par une affirmation plus rigoureuse : """"De fait, les enfants et les adolescents ne développent que de manière rarissime des formes graves du Covid"""".
      "Rien ne va"
      "Rien ne va"

      Christian Lehmann, Twitter, 30 juillet 2022

      D’autres, comme le militant anti-validisme @Tay_loup, reprochent à Lise Barnéoud d’avoir trop peu pris en compte, dans son raisonnement, les enfants atteints de pathologies qui les rendent particulièrement vulnérables face au Covid-19. ""Il y a un risque supplémentaire pour les enfants atteints de maladies chroniques. Le bénéfice du vaccin pour cette population est indiscutable"", commente auprès d’"ASI" Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie (SFP). Une vaccination étendue à une majorité d’enfants, porteurs de handicap ou non, sert aussi à protéger les plus fragiles, même si l’efficacité du vaccin pour protéger de la transmission est faible.

      Lire aussi
      Vaccins : "Le rapport de force n’a pas été à l’avantage des États"

      Malgré les doutes, initialement émis par son organisation et mis en exergue par "Mediapart", Christèle Gras-Le Guen l’assure : """"Nous avons aujourd’hui le recul pour affirmer que la vaccination pédiatrique est bénéfique, car les enfants ne développent que très peu d’effets secondaires"""". Un constat partagé par Antoine Flahault, qui va même plus loin :""I""l y a une forme de maltraitance à refuser ""d’administrer aux enfants"" des vaccins bien tolérés, homologués par toutes les agences sanitaires internationales et qui ont prouvé leur efficacité à réduire les complications d’un virus qui sait se montrer redoutable"".
      La SPF a d’abord émis un avis défavorable sur la vaccination pédiatrique, avant de se raviser devant le consensus scientifique
      La SPF a d’abord émis un avis défavorable sur la vaccination pédiatrique, avant de se raviser devant le consensus scientifique

      Société française de pédiatrie, 24/02/2022
      Un article plus maladroit qu’antivax

      ""Cet article a été interprété comme anti-vaccin, mais il suffit de le lire pour comprendre que ce n’est pas le cas. Le propos n’est pas d’appeler les parents à vacciner ou pas leurs enfants, mais de dire que cette décision est d’abord un choix politique et éthique de société"", analyse Carine Fouteau, de "Mediapart". Dans la dernière partie de l’article, Lise Barnéoud explique effectivement que malgré son ""efficacité médiocre"" contre la transmission, le vaccin permet ""de réduire de 40 % le pic d’admissions hospitalières"" en population générale. La journaliste conclut, après avoir donné la parole à des chercheurs : ""Ce qui a vraiment manqué, disent finalement tous ces experts, c’est une politique de la nuance. Une nuance basée sur des faits et des observations"".

      Cependant certains passages, comme celui qui critique la ""position idéologique [...] presque religieuse" "favorable au vaccin, selon un chercheur qu’elle interviewe (François Alla, reçu sur le plateau d’"ASI"" "en janvier dernier), couplés à d’autres propos de chercheurs majoritairement critiques, peuvent donner une impression de parti pris général défavorable au vaccin. Tout comme, dans la première version du texte, le manque de données chiffrées sur la dangerosité du virus pour les très jeunes enfants. Une phrase ajoutée dans l’article corrigé évoque désormais les ""94 décès d’enfants de moins de 18 ans avec une infection Sars-Cov2"", ainsi que le nombre de mineurs touchés par un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) après infection.

      Lire aussi
      Club indé #4 : "La couverture média du Covid a contribué à l’anxiété"

      "Mediapart" a choisi de maintenir son analyse contestée malgré l’invalidation du calcul censé appuyer la thèse de l’inutilité du vaccin pour les enfants. Pour autant, en s’attaquant à la stratégie du gouvernement qui, un temps, a défendu la vaccination pédiatrique comme un outil de protection des adultes, le site d’information a (maladroitement) mis en lumière un sujet qui mérite d’être débattu. ""Le vaccin contre le Covid-19 a perdu avec Omicron (du fait de la grande contagiosité du variant, ndlr) une grande partie de sa fonction « altruiste », qui consistait à protéger les autres. Mais il protège les enfants qui le reçoivent"", explique l’épidémiologiste Antoine Flahault. Pour Christèle Gras-Le Guen, présidente de la SPF, ""l’idée très gênante selon laquelle les enfants constitueraient un grand réservoir de contamination pour les adultes est complètement fausse"". La pédiatre conclut : ""Il ne fallait pas vacciner les enfants pour protéger les adultes, mais plutôt pour protéger les mineurs atteints de maladies chroniques"".

    • et donc maintenant sur seenthis @rezo fait la promotion de twitter et peu lui importe celleux qui refusent de se rendre, ils n’auront droit qu’au lien twitter. Faut-il rappeller que la phrase suivante /CabriolesDouze/status/1554765551641280514 manque de verbe ?

      #social_traitre

    • J’ai moi aussi essayé de comprendre ce tweet-qui-dénonce-grave, mais impossible d’isoler le moindre argument. Chaque re-tweet ou contre-tweet ou XXX-tweet (remplacer XXX par un mot branché pour faire comprendre que vous êtes au moins un internaute 15.0)
      s’enfonce dans une espèce de flame war fractale et lapidaire où il est impossible de comprendre qui est pour, qui est contre, qui fait du second degré.

      Bref on a un troll qui essaye de nous enrôler dans sa guéguerre cryptique sans doute très intéressante mais inaccessible pour qui ne fait pas du twitter 12h par jour.

      Sans vouloir faire la morale sur les Gafam ou le Minitel 2.0 (on en est encore là en 2022 ?), merci de privilégier les sources faisant un effort de présentation supérieur à 15 mots.

    • Le contenu du thread est parfaitement clair, et ya pas besoin de suivre twitter pour ça (je n’ai aucun compte et je n’y vais que quand on me conseille tel ou tel fil à lire). Cabrioles est un collectif qui fait depuis des mois (on va dire années bientôt) un suivi extrêmement précis et constant de tous les arguments antivax et covido-négationnistes, et ce fil contredit un par un tous les arguments (de merde à priori) évoqué par la journaliste santé de Médiapart. C’est pas plus compliqué que ça, et chaque tweet du fil contredit un argument avec une ou plusieurs sources.

      Mais bizarre qu’il n’y ait pas déjà eu une génération de threadreader pour lire ça d’un coup d’un seul ailleurs.

    • https://threadreaderapp.com/thread/1553696926171906048.html

      👋🧵Désinfo Covid19 @Mediapart @fabricearfi @fab_escalona @ellensalvi @luciedelaporte @Mathieu2jean @MathildeGoanec @ccoqchodorge @RomaricGodin @MickaCorreia @UsulduFutur @Ostpolitik @RozennLeSaint @davidperrotin @valentineoberti @khedidjabe @faizaz @mathieu_m @Lindgaard ⬇️⬇️
      Nous avons réuni des réactions à l’article de désinformation sur la vaccination infantile publiée par @Mediapart , à l’attention de sa rédaction 🧵
      La vaccination infantile recule partout dans le monde à cause de la désinfo antivax. Et la 🇫🇷 figure parmis les pays les plus touché en affichant l’un des + faibles tx de vaccination en 🇪🇺. 58 enfants sont morts du Covid depuis janvier 2022, PIMS, milliers de CovidLong...
      Alors que même la @sf_pediatrie, qui a fait les choux gras de Réinfocovid pdt de long mois a finalement pris position pour la vaccination... @Mediapart ruine le travail des assos/collectifs/syndicats qui luttent contre la mise en danger des enfants et pr la réduction des risques
      Dominique Costagliola, épidémiologiste, grand prix Inserm 2020, directrice de recherches à l’Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique.
      Mahmoud Zureik, professeur des Universités-Praticien Hospitalier en épidémiologie et en santé publique,co-fondateur @Cote_Science, directeur @EPIPHARE.
      Barabara Serrano, maitresse de conférences associée à l’Université Paris-Saclay. Co-fondatrice @Cote_Science .
      Quelques données pour recontextualiser les affirmations érronées de l’article (à dérouler) :
      La parole des collectifs qui se battent depuis des mois pour la protection des enfants face au Covid19, pour la prévention et la réduction des risques :
      Bref
      Sans surprise
      👋🧵Rebelote @Mediapart @fabricearfi @fab_escalona @ellensalvi @luciedelaporte @Mathieu2jean @MathildeGoanec @RomaricGodin @MickaCorreia @UsulduFutur @Ostpolitik @RozennLeSaint @davidperrotin @valentineoberti @khedidjabe @sarahbenichou82 @mathieu_m @Lindgaard ⬇️⬇️
      La réponse de @Mediapart aux critiques de son article profondément validiste de désinformation sur la vaccination infantile est parfaitement glaçante. Mais il y a encore plus inquiétant... 🧵
      Étant attaché depuis des années au travail journalistique de @Mediapart nous avons vraiment espéré que le validisme délirant de Damasio paru dans leur revue était un évènement isolé porté par un journaliste égaré.
      Unroll available on Thread Reader
      Nous avons également ésperé que cet article mensonger de @ccoqchodorge de février 2022 était une erreur de parcours comme il peut en arriver dans toute rédaction.
      Mais voilà, en plus de couper court à toute discussion par des arguments d’autorité et de mépriser ouvertement les critiques portées sur l’angle validiste et l’invisibilisation des PIMS/CovidLong/Décès dans leur réponse...
      La journaliste santé @Mediapart @ccoqchodorge déroule un à un les références et éléments de langages covidonégationnistes, que nous documentons depuis des mois, pour défendre cette « réponse » : Les enfants n’ont aucun risque/Suède/Théorème de la peur/Vaccination=enfermement C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Pour ne pas céder à l’énervement, même si face à tant de mauvaise foi et à un discours aussi politiquement situé celui-ci nous est largement compréhensible, nous allons à nouveau faire un relevé des réponses qui mériteraient d’être considérées par la rédaction de @Mediapart :
      L’assertion principale est là « le bénéfice individuel de la vaccination des enfants est incertain et débattu »
      (sur la diffusion des politiques libertariennes « individualisant » en matière de santé nous renvoyons à notre dossier sur le covidonégationnisme)
      . Coq-Chodorge @ccoqchodorg...
      Un certains nombre de professionnel·les de santé ne semblent pas partager cet avis :
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Antoine Flahault, épidémiologiste, directeur de l’Institut de santé globale à l’université de Genève.
      Dominique Costagliola, épidémiologiste, grand prix Inserm 2020, directrice de recherches à l’Institut Pierre Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique.
      Résumé :
      « La Suède et le Danemarke ont choisi de ne pas vacciner les enfants. » C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Le Danemark (à remonter) :
      La Suède, l’exemple favoris de toute la sphère conspiraciste, et la protection des enfants face au Covid 19 :
      Unroll available on Thread Reader
      « TOUS les pédiatres »... sauf la majorité d’entre elleux.
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      @mentions

      Doit-on déduire de ce tweet qu’à les décès d’enfants avec des pathologies très lourdes ne comptent pas ? C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      @mentions
      parle prévention et vaccination.
      @ccoqchordorge lui répond « peur / priver d’école / enfermement » . 🤷
      (cela à déjà été dit mais pour tou·tes celleux qui bossent sur ces questions il y a ici un effrayant effet de déjà-vu)
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Théorème de la peur :
      Unroll available on Thread Reader
      – personne parmis vos contradicteur·ices ne parle de fermer les écoles, mais de les sécuriser par la prévention (masques + systm de ventilation), pour éviter d’avoir à les fermer pour cause d’infections massives, qui les ferment de toute façon de fait.
      – si les confinements peuvent être nécessaires et suivre des principes non-autoritaire de santé communautaire (cf les expériences brésiliennes) nous et nos camarades défendons la prévention (vaccination+masque+ventilation) pour ne pas en arriver là.
      Bref
      De nouveau le Danemark. Mais malgré le changement de formulation c’est toujours faux.
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Et la Norvège. Toujours pas.
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      D’une part assimiler prévention et dramatisation c’est un discours de droite, parfaitement documenté sur les question de santé au travail, risques industriels, réchauffement climatique... C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      D’autre part, les pédiatres ne disent pas ça (et évitent ce genre de comparaison inappropriée) ...
      Sans commentaire
      C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Arrivé·es là, retenir l’énervement devient un peu compliqué en vérité...
      Mais nous allons rester calmes 🧘
      Finalement un commentaire : Il y en a pour qui l’insistance à proner la prévention est un mystère. Pour nous le mystère c’est : pourquoi ce principe politique qui nous semblait relever de l’évidence à gauche est constamment mis en concurrence avec d’autres question importantes... C. Coq-Chodorge @ccoqchodor...
      Pour un autre thread posé à propos de cette « réponse » nous vous conseillons celui de @lolbrun :
      Unroll available on Thread Reader

      • • •

    • Tyler Black, MD sur Twitter : “🚨POST-COVID & Kids🚨 New CDCgov report showing quite clearly that children are at significantly more risk for life-threatening diagnoses after COVID infection. Very convincing evidence that prevention of COVID-19 in children is very important to reduce childhood mortality. /1 https://t.co/ntNs5CuQ6d” / Twitter
      https://twitter.com/tylerblack32/status/1555294752941035520