marielle

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Fausse neutralité, cas d’école : franceinfo sur ADP
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/fausse-neutralite-cas-decole-franceinfo-sur-adp

    Privatisation d’ADP : le « référendum d’initiative partagée » a-t-il des chances d’aboutir un jour ?

    Si le gouvernement ne l’attendait pas, ce « référendum d’initiative partagée », sorti du chapeau sur Aéroports de Paris, le moins qu’on puisse dire c’est que la presse patronale ne l’attendait pas non plus. Elle se réveille. En toute hâte, elle cherche à rassembler des arguments. La campagne d’opinion que l’on va maintenant voir se déployer va donner une idée des armes idéologiques dont elle dispose encore.

    Sans surprise, Les Echos (groupe LVMH) ont d’emblée opté pour le mode frontal. Un édito souligne "le jeu risqué"du PS et de la droite. Quel est donc ce « risque » ? Pour les socialistes, d’être confrontés au fantôme des aéroports de Toulouse, Lyon et Nice, privatisés sous Hollande. Quant à la droite, elle devrait se terrer, terrorisée par le fantôme des autoroutes Villepin. Finalement, ne font-ils pas « le jeu des extrêmes ». Arguments attendus. Manifestement, ce risque ne terrorise pas les 248 parlementaires signataires. Il va falloir trouver autre chose.

    Plus insidieuse, donc plus intéressante, est la manière apparemment neutre et factuelle de Franceinfo. Admirons d’abord le titre savamment interrogatif : cette procédure" « a-t-elle des chances d’aboutir un jour ? »" se demande le site. Sous l’apparente interrogation, le ""un jour"", qui renvoie à la Saint Glinglin, livre pourtant un indice : ça ne marchera jamais.

    Et c’est tout le sens de l’article, que de détailler le parcours du combattant du RIP. Sur la première étape, obtenir les signatures des parlementaires, Franceinfo doit bien constater que c’est fait (même s’il n’en recense mystérieusement que 218, alors que Public Sénat en a compté 248). L’obstacle suivant est le Conseil constitutionnel. Validera-t-il le projet de RIP ? Sur ce point, Franceinfo ne se prononce pas, rappelant simplement que dans l’article 11 de la constitution, le référendum peut porter « sur l’organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent ». Que veut dire ce mot « et » ? s’interroge Franceinfo. Autrement dit, les « Sages » feront ce qu’ils voudront.

    Mais c’est sur l’étape suivante, le nécessaire soutien de 10% du corps électoral, qu’éclate le mieux la fausse neutralité de Franceinfo. Angoisse : la cause pourra-t-elle mobiliser 4,5 millions de Français ? Franceinfo est allé interroger un éminent constitutionnaliste, Michel Lascombe, lequel rappelle que « la pétition du genre la plus signée en France [pétitions en ligne exclues] est celle que le NPA avait lancé pour s’opposer à la privatisation de La Poste. Le texte avait recueilli un peu plus de 2,5 millions de signatures. » Certes certes. Mais du temps a passé depuis 2009. Le saccage consécutif au changement de statut de La Poste, puisqu’on en parle, est aujourd’hui sous les yeux de tous (sans préjuger du futur proche).

    Je ne suis pas en train dire que cette procédure a toute chances d’aller à son terme. Je dis simplement que tous les « ça ne marchera jamais » méconnaissent simplement l’Histoire : l’imprévisible dynamique d’un rapport de forces. Avec tout le respect dû à ce constitutionnaliste, les citoyens se mobiliseront d’autant plus que l’on saura leur expliquer les implications, économiques et écologiques, de cette privatisation (à cet égard, on ne relira jamais assez cet exposé des ambitions de Vinci). Et d’autant moins que Franceinfo leur aura martelé que ça ne marchera jamais.


  • L’Equateur retire l’asile à Julian Assange, la police britannique l’arrête dans l’ambassade (VIDEO) — RT en français
    https://francais.rt.com/international/60877-equateur-retire-asile-julian-assange-police-britannique-arrete-am
    https://www.youtube.com/watch?v=7Z00wtysST4

    Le lanceur d’alerte Julian Assange, réfugié depuis près de sept ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres, a été arrêté ce 11 avril par la police britannique après que Quito a révoqué son asile.

    #WikiLeaks

    • Des fois qu’y est un rapport...
      https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/201902/20/01-5215529-lequateur-obtient-102-milliards-de-dollars-du-fmi-et-de-la-banqu

      L’Équateur a obtenu 10,2 milliards de dollars de crédits de la part d’organismes internationaux, principalement le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, avec lesquels le gouvernement précédent avait rompu, a annoncé mercredi le président Lenin Moreno.

    • Sinon, j’adore la langue de bois :

      Un accord avec le FMI améliorera le cadre de restructuration économique et permettra l’accès aux autres organisations multilatérales comme la Banque mondiale (BM), la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Corporation andine de développement (CAF). C’est pourquoi à la fin du mois de janvier 2019 s’est tenue une réunion avec le président de la République de l’Équateur, Lenín Moreno, son ministre des Finances Richard Martínez, et la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

      Cette rencontre promet des bénéfices, mais aussi des conditions à remplir par l’Équateur. Parmi les mesures du FMI figurent l’augmentation de la TVA, la subvention pour l’essence, la restructuration de la dette actuelle, le calcul de l’âge de la retraite, les réformes des contributions de sécurité sociale et la flexibilité du travail .

      Cette alliance aurait de ce fait pour résultat une consolidation budgétaire et un bon positionnement dans le marché mondial. En outre, cela comporterait la reprise des relations avec le FMI après avoir rompu tout lien avec lui au cours du gouvernement de l’ancien président, Rafael Correa. Une équipe du FMI se trouve déjà à Quito pour envisager l’amélioration du cadre de politique économique, ce qui peut comporter des avantages pour les citoyens équatoriens, essentiellement les plus pauvres et les plus vulnérables . De même, il y aurait une amélioration en ce qui concerne la compétitivité, la génération d’emplois, le renforcement des bases institutionnelles de la dollarisation et la lutte contre la corruption, d’après le porte-parole du FMI, Gerry Rice.

      http://www.espaces-latinos.org/archives/75085
      Le gros foutage de gueule!

    • Cependant, le Venezuela est loin d’être le seul pays d’Amérique latine à être visé par ces armes financières déguisées en institutions financières “indépendantes”. Par exemple, l’Equateur – dont l’actuel président a cherché à ramener le pays dans les bonnes grâces de Washington – est allé jusqu’à effectuer un “audit” de son asile de journaliste et éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, afin de gagner un sauvetage de 10 milliards de dollars du FMI. L’Équateur a accordé l’asile à Assange en 2012 et les États-Unis ont demandé avec ferveur son extradition pour des charges encore scellées depuis lors.

      De plus, en juillet dernier, les États-Unis ont menacé l’Équateur de “mesures commerciales punitives” s’ils introduisaient à l’ONU une mesure visant à soutenir l’allaitement maternel plutôt que les préparations pour nourrissons, ce qui a stupéfié la communauté internationale mais a mis à nu la volonté du gouvernement américain d’utiliser des “armes économiques” contre les nations latino-américaines.

      http://unpeudairfrais.org/wikileaks-revele-que-les-etats-unis-ont-utilise-le-fmi-et-la-banque-

    • Il s’agit, a affirmé l’ex-chef d’Etat, de la révélation par le site Wikileaks « au niveau mondial » de l’existence d’« un compte secret au Panama, à la Balboa Bank », au nom de la famille Moreno. La semaine dernière, WikiLeaks déjà avait établi un lien entre le risque d’expulsion d’Assange et la publication d’informations privées compromettantes pour Lenin Moreno. « Des rumeurs injurieuses ! », avait réagi Quito. Selon Rafael Correa, ces accusations de corruption ont été « l’élément détonateur » qui a poussé Lenin Moreno à se « venger » en permettant à la police britannique d’entrer dans l’ambassade de Londres pour arrêter Assange.

      « Quelque chose d’incroyable, vraiment sans précédent », a-t-il dénoncé, rappelant que le fondateur australien de WikiLeaks, âgé de 47 ans, avait acquis en 2017 la nationalité équatorienne. Dans un tweet en fin de matinée, Rafael Correa avait déjà fustigé son ancien allié, ex vice-président sous sa mandature, le qualifiant de « plus grand traître de l’histoire latino-américaine ». Moreno a défendu le retrait de l’asile accordé à Assange, une décision présentée comme « souveraine ».

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/assange-une-vengeance-personnelle-du-president-equatorien-20190411

      On sent que le FMI n’a pas dû beaucoup insister, vu que le nouveau président équatorien est un gros corrompu !

    • L’arrestation de Julian Assange à Londres est « très choquante », estime Dick Marty. « Assange n’a fait que dire la vérité. Il a révélé des actions criminelles et réveillé la conscience internationale », déclare l’ancien rapporteur sur les prisons secrètes de la CIA pour le Conseil de l’Europe.

      L’ancien procureur général tessinois dénonce les pressions de « l’empire » américain sur les Etats impliqués dans cette affaire et les méthodes de la justice américaine.

      « Moi-même, j’évite pour l’instant de voyager aux Etats-Unis, révèle-t-il. Ils pourraient m’interroger sur les sources de mes rapports et me retenir, car je ne pourrais évidemment pas les dévoiler. »

      « Il faut être réaliste, ce n’est pas un système dans lequel, si vous êtes un cas de sécurité nationale, vous pouvez espérez de la justice », estimait lui-même Julian Assange en parlant des Etats-Unis dans un entretien à la RTS en 2015.

      https://www.rts.ch/info/monde/10359555--je-suis-choque-assange-n-a-fait-que-dire-la-verite-clame-dick-marty.ht
      https://www.rts.ch/play/tv/popupvideoplayer?id=10359748&startTime=9.486

    • A tous ceux qui nous ont abandonné : nous n’oublierons pas. A tous les autres : nous nous battrons jusqu’au bout pour empêcher l’extradition et la mise au ban de celui qui fut, il y a deux ans, reconnu par l’ONU comme le seul détenu politique du continent.

      Les cinq ans de prison auxquels fait face théoriquement Julian Assange sont d’évidence une façon pour les Etats-Unis d’obtenir son extradition – en prétendant à une peine légère – afin d’ensuite dévoiler l’ensemble des autres poursuites qui pourraient le mener à la prison à vie.

      Il n’y a aucun doute sur le fait que cette procédure, enclenchée dès le départ dans un seul but, détruire Wikileaks et cet individu, est politique et ne s’achèvera que lorsqu’il sera complètement écrasé.

      C’est à nous de l’éviter.

      Juan Branco

    • Contrary to Reports, the U.S. Gov. Can Add Charges After Assange Extradition
      http://accuracy.org/release/contrary-to-reports-the-u-s-gov-can-add-charges-after-assange-extradition

      He said today: “The New York Times report is wrong and understates the dangers to Assange. What it states is normally the case in extradition treaties, but it’s not the case in the relevant U.S.-British extradition treaty.

      “Once the U.S. government has Assange over here, they can concoct whatever charges they want to against him for anything and then ask the British to waive what’s called the Rule of Specialty. That could add up to much more than the current five years Assange is facing. The British government will almost certainly consent, unless Jeremy Corbyn becomes prime minister.


  • Une centaine de députés refusent de donner les clés des barrages français au privé (Libération)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15895-une-centaine-de-deputes-refusent-de-donner-les-cles-des-barrages-fr

    Le barrage de Roselend, dans le Beaufortain (Savoie), fait partie des premières concessions convoitées par les

    concurrents d’EDF Photo ODD ANDERSEN. AFP

    107 élus de toutes étiquettes pressent le gouvernement de s’opposer à l’ouverture à la concurrence des ouvrages hydroélectriques d’EDF exigée par Bruxelles. Ils demandent que les barrages soient considérés comme des services d’intérêt général.

    C’est non. Emmenés par le communiste Hubert Wulfranc, 107 députés de tous bords politiques s’opposent aux projets très libéraux de la Commission européenne, qui met à nouveau en demeure la France d’ouvrir à la concurrence ses barrages hydrauliques sur l’air du « il n’y a pas d’alternative ». Ces parlementaires, parmi lesquels la socialiste Marie-Noëlle Battistel, l’écologiste non inscrite Delphine Batho, le LR Julien (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • Doublons de contributions, participants frénétiques… les limites du grand débat en ligne
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/04/08/doublons-contributeurs-frenetiques-les-limites-du-grand-debat-en-ligne_54475

    Selon les données accessibles à tous que nous avons analysées, plus de la moitié des textes rédigés sont en fait d’exacts copiés-collés des mêmes doléances. Jonathan Parienté et Maxime Ferrer - 8 Avril 2019 - le monde

    Après presque trois mois de « grand débat », le gouvernement a ébauché, lundi 8 avril, les grandes lignes des conclusions qu’il allait tirer de cette consultation. Mais avant d’entrer dans le détail, l’exécutif, à l’unisson, a célébré la réussite de l’exercice, vantant un nombre record de participants et de contributions, notamment en ligne.

    Ce que dit le gouvernement :
    La plate-forme en ligne du grand débat https://granddebat.fr aurait attiré 506 000 contributeurs, qui auraient apporté près de 2 millions de contributions – « 1 364 000 contributions aux questions fermées et 569 020 contributions aux propositions ouvertes ».

    Pourquoi c’est exagéré
    Les données relatives au grand débat étaient ouvertes, et donc accessibles à tout un chacun. Nous les avons donc analysées quantitativement. Les chiffres donnés par le gouvernement sont parfaitement exacts ; néanmoins, ils ne reflètent pas la qualité extrêmement variable des contributions.
    Il ressort ainsi que :
    • certains contributeurs ont copié et collé des dizaines (voire des centaines) de fois leur texte ;
    • plus de la moitié des textes rédigés comportent moins de dix mots ;
    • plus de la moitié des textes rédigés sont en fait des doublons.

    De quoi parle-t-on ?
    Comme le rappelle le gouvernement dans sa communication, le chiffre de deux millions de contributeurs en ligne agrège ceux qui ont répondu à deux types de question :
    • les questions fermées, qui n’appellent qu’une réponse à choisir parmi d’autres (par exemple, « Par rapport à votre mode de chauffage actuel, pensez-vous qu’il existe des solutions alternatives plus écologiques ? Oui/Non/Je ne sais pas ») ;

    • les questions ouvertes, au contraire, laissent le contributeur libre de sa réponse, qu’il saisira dans un champ de texte vierge. Par exemple : « Quel est aujourd’hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l’environnement ? »

    Il est nécessaire de distinguer trois types de grandeurs :
    • le nombre de contributeurs ;
    • le nombre de contributions ;
    • le nombre de textes.

    Un contributeur avait la possibilité de contribuer à plusieurs reprises au grand débat ; chacune de ses contributions comportant plusieurs textes (en réponse à des questions ouvertes) ou bien des réponses à des questions fermées.

    Sur la plate-forme du grand débat, les contributeurs étaient donc invités à livrer leurs réponses ou leurs propositions écrites sur quatre grands thèmes : démocratie et citoyenneté, fiscalité et dépenses publiques, transition écologique et organisation de l’Etat et des services publics.

    255 000 personnes ont pris la plume
    Déposer une « contribution » au grand débat consistait à choisir un thème, indiquer un titre, puis répondre à une série de questions, ouvertes pour la plupart.

    Le gouvernement met en avant le chiffre de 506 000 contributeurs, mais seules 255 003 personnes ont effectivement pris la plume pour répondre à l’une, au moins, des questions ouvertes portant sur l’un des quatre grands thèmes.

    Parmi elles, 135 684 contributeurs (53 %) n’ont répondu qu’à un seul des grands thèmes ; seulement 39 834 participants (15,6 %) ont répondu à tous les thèmes.

    Contributions aux thèmes du grand débat
    Nombre de contributeurs uniques par thème
    => Voir graphique dans l’article original.

    Pour comparaison, la consultation menée par l’Assemblée nationale sur le changement d’heure http://www2.assemblee-nationale.fr/15/autres-commissions/commission-des-affaires-europeennes/secretariat/a-la-une/2-103-999-participations-a-la-consultation-citoyenne-sur-la avait récolté plus de deux millions de réponses. L’enquête « Ma télévision de demain » https://www.francetelevisions.fr/et-vous/notre-tele/evenements/la-grande-consultation-citoyenne-321 menée par France Télévisions avait quant à elle rassemblé 127 109 participants.

    Des contributions disparates
    Selon les données ouvertes https://granddebat.fr/pages/donnees-ouvertes du grand débat que nous avons analysées, les 255 003 contributeurs ont généré 569 020 « contributions ». Celles-ci ont elles-mêmes généré 11 millions de textes à analyser – chaque contribution pouvant comporter plusieurs textes.

    Au total, on compte dans ces textes 170 723 676 mots écrits (soit un peu plus d’un milliard de caractères, ou plus de cent fois A la recherche du temps perdu, de Marcel Proust). Selon notre décompte, la répartition s’avère inégale sur le volume de ces textes, qui correspondent chacun à la réponse à une question.

    Le texte le plus important compte 350 000 caractères…, mais en moyenne on compte 17 mots par champ de libre expression.

    Grand débat : classification par nombre de mots
    Nombre de mots par champ de libre expression

    => Voir graphique dans l’article original.

    Des contributeurs frénétiques
    L’analyse des données brutes permet d’observer une forme de frénésie chez certains contributeurs. Le participant le plus actif a en effet déposé 472 contributions, pour plus de 11 000 textes écrits dans les champs de libre expression.

    On pourrait se réjouir d’une telle motivation, mais dans la totalité des cas ces contributions s’avèrent, au mieux, des copies d’elles-mêmes ; au pire, laconiques. En éliminant les doublons, sur les 11 millions de textes, nous n’en comptons plus que 4,5 millions.

    #grand_débat #GrandDébat #Débat #algorithmes #eDémocratie #enMarche

    • Ce grand débat, qui n’en avait que le nom, a été une consultation fermée proposant les rares choix possibles de continuation des politiques initiées, à tel point qu’une des garantes du débat, Mme Ballaoui, a trouvé justifiées les critiques sur le « caractère orienté » des questions et sur « l’hypermédiatisation » du Président aux dépens de la parole collective.

      Exercice de marketing politique plus que de démocratie participative, le grand débat a servi avant tout à préparer les Français à avaler les pilules amères de la baisse des services publics en leur faisant croire qu’ils en sont les premiers demandeurs. Ne nous trompons pas, l’OCDE approuve totalement la politique d’Emmanuel Macron, sauf en termes de baisse des dépenses publiques. Pour l’institution, en France : « il faudra cibler davantage les dépenses sociales et l’investissement public. » Nous voilà prévenus, l’avenir est à la coupe budgétaire, au néomanagement public pour « faire mieux avec moins », à la liquidation de l’État social. Cette politique catastrophique a conduit, avant nous, le Royaume-Uni dans une incapacité à réduire la pauvreté et les inégalités.

      L’exercice de consultation inédit et de grande ampleur avait aussi pour vocation de cacher la crise des « gilets jaunes », faute de la clore. La synthèse a donc logiquement rendu marginales les revendications des « gilets jaunes » : augmentation du SMIC et des minima sociaux, baisse de la CSG, retour de l’ISF, suppression des niches fiscales furent ainsi peu demandés par les participants.
      Au final, le grand débat rate son but et décrédibilise la tentative de démocratie participative.

      Certes, la plateforme a été largement boycottée par les « gilets jaunes », qui ont lancé une autre plateforme « le vrai débat » et il faut aussi souligner la sociologie des participants rappelant fortement l’électorat macroniste de 2017. Pire encore, selon les informations du journal « Le Monde », certains contributeurs au Grand débat « ont copié et collé des dizaines, voire des centaines de fois leur texte » et ainsi, plus de la moitié des textes écrits seraient donc « d’exacts copiés-collés des mêmes doléances ».

      Le grand débat s’avère donc être une grande entreprise de manipulation politique au profit de la majorité.

      Le chef de file des députés LR, Christian Jacob, a raison de demander de nouvelles élections, seul exercice démocratique réel « parce qu’en démocratie, l’élection est le seul juge de paix pour s’assurer de la légitimité d’un gouvernement », même si pour lui, la proportionnelle serait un danger. La délibération permanente permet de « brouiller les pistes et gagner du temps. »

      « Le vrai débat », de son côté, a recensé 44 000 contributions, bien loin du comptage du Grand débat, mais a le mérite d’avoir proposé une alternative ouverte et transparente à un grand débat verrouillé par la communication gouvernementale. Les quatre propositions arrivées en tête de cet autre débat sont, en plus de l’inscription du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) dans la Constitution, la « suppression des rémunérations et privilèges des élus (y compris le Président) à l’issue de leur mandat », la nécessité d’un « casier judiciaire vierge pour les élus », et la « prise en compte du vote blanc ou nul en tant que suffrage exprimé et l’invalidation d’une élection s’il est majoritaire ».

      Au final, le grand débat rate son but et décrédibilise la tentative de démocratie participative. La méthode consultative et l’exercice participatif national devaient réinsérer tous les Français dans une narration du collectif, en leur donnant le sentiment de prendre part à l’élaboration d’un avenir commun. Et pourtant, ce sont des débats parallèles qui existent, voire des mondes qui s’ignorent et se méprisent.

      Les Français demandent plus de démocratie participative et la posture jupitérienne du monarque républicain a vécu. Dans cet étrange entre-deux, entre restitution et propositions à venir du Président, se jouent l’attente de lendemains meilleurs et aussi l’avenir de notre démocratie représentative, qui a perdu sa représentativité et s’est fait engloutir dans la communication politique au détriment du débat d’idées.

      Alexis Poulin

      https://amp.lefigaro.fr/vox/politique/le-grand-debat-est-une-vaste-entreprise-de-manipulation-politique-au-pr


  • Les mille et une #zad de NDDL
    https://nantes.indymedia.org/articles/45249

    Publié initialement le 9 avril 2019 sur le blog Sauvageries : https://sauvageries.home.blog/2019/04/09/les-mille-et-une-zad-de-nddl Je voulais tenter d’esquisser quelques mots sur la situation sur « la » ZAD de NDDL un an après l’opération d’expulsion. N’ayant jamais habité sur place, ce texte semblera probablement lunaire et foireux aux personnes qui y vivent depuis des années, et bien loin des situations concrètes vécues sur place. Mais il me semble qu’un certain nombre de questions, qui se sont posées avant l’évacuation et pendant celle-ci, sont toujours d’actualité.

    #aéroport #notre-dame-des-landes #zone #à #défendre #aéroport,notre-dame-des-landes,zad,zone,à,défendre


  • « A l’échelle individuelle, les déterminismes sociaux sont invisibles. La réponse du journalisme pour dissimuler ses déterminismes sociaux consiste donc toujours à revenir à l’échelle individuelle. »
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/gilets-jaunes-et-presse-bourgeoise

    A partir de quel moment peut-on analyser un système comme un système ? A partir de quel moment l’addition des milliers de cas individuels forme-t-elle un système ? La question est aussi valable pour la manière dont ces journalistes rendent compte de l’actualité. Je pense à l’effarante nouvelle révélation de "Mediapart "sur la charge de police dans laquelle la militante d’ATTAC niçoise septuagénaire Geneviève Legay a été blessée. On savait déjà qu’une chaîne de télévision, CNews, a ignoré ses propres images incriminant la police. On savait déjà que les autorités (dont le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre) ont multiplié les intox pour disculper la police. Quand on apprend que la commissaire Hélène P., chargée de superviser l’enquête, est la compagne du commissaire Rabah Souchi qui a dirigé la charge policière (« Mediapart » cite un nom complet, mais pas l’autre), est-on encore dans un dérapage individuel, ou dans un système ? Quand on apprend que le procureur Prêtre était parfaitement au courant de ce lien de proximité, est-on dans une anecdote individuelle, ou dans un système ? Si ce procureur Prêtre n’était pas rapidement sanctionné, serait-on encore dans une anecdote individuelle, ou dans un système ? Et pour en revenir aux journalistes , quand on entend que les radios du matin ne font pas de cette révélation de "Mediapart "un de leurs principaux titres, est-on dans leur libre choix, ou dans un système ? Et alors, comment nommer ce système ?

    https://twitter.com/gunthert/status/1115536790419640325


  • Comment le détournement satirique d’une affiche du gouvernement devient une « provocation à un crime ou délit »
    https://lundi.am/Rennes-5-personnes-convoquees-par-la-police-pour-un-tweet

    ... A cette mauvaise foi sémiologique, s’ajoute un autre problème de fond, à savoir l’autorité dont disposerait l’auteur d’une telle oeuvre pour exiger que les personnes la consultant obéisse à cette « provocation ». S’il y a bien un constat sur lequel tous les observateurs s’accordent c’est que dans ce mouvement des gilets jaunes, les idées comme l’organisation circulent de manière horizontale et que le rejet de tout commandement du haut vers le bas est systématique. On ajoutera d’ailleurs que c’est certainement ce qui est moqué en premier chef par l’affiche détournée : les consignes auxquelles on enjoint les citoyens apeurés d’obéir. Derrière cette narration sécuritaire, il y a une logique discursive martelée depuis les attentats du 13 novembre 2015. Au point que certains y voient une instrumentalisation des attaques dans le but de produire une unité nationale et un soutien inconditionnel au gouvernement, gommant au passage les conflits politiques et sociaux.

    C’est d’ailleurs peut-être à cet endroit que réside la charge subversive de ce détournement. Non pas dans la possible « provocation à un crime ou à un délit », mais dans le fait de moquer l’usage gouvernemental de ces consignes de sécurité et de retourner le statut du citoyen, victime inoffensive qui n’a d’autre choix que de s’en remettre à l’action de la police...


  • Geneviève Legay : « Je veux que les mensonges cessent »
    8 avril 2019 Par Pascale Pascariello - Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080419/genevieve-legay-je-veux-que-les-mensonges-cessent?onglet=full

    Lors de rassemblements à Nice, le 23 mars, Geneviève Legay, porte-parole d’Attac, a été gravement blessée par une charge de policiers. Elle s’exprime pour la première fois depuis les faits. Passé le traumatisme psychologique, elle entend continuer son combat pour défendre les droits et qualifie de « lamentables » les propos tenus par Emmanuel Macron, dont le comportement est loin d’être « un exemple de sagesse ».

    (...) Je pense, avec ce qu’il m’est arrivé mais, bien avant moi, avec toutes les violences qu’ont subies les « gilets jaunes », que nous ne sommes plus dans un État de droit. La réponse d’Emmanuel Macron est autoritaire.

    Je ne vais pas vous cacher que les deux premiers jours de mon hospitalisation, j’ai eu peur. Je n’arrivais pas à comprendre comment je pouvais me retrouver dans cet état pour avoir simplement et pacifiquement manifesté. Cela fait 50 ans que je milite et à 73 ans, je n’ai jamais vécu pareille violence. Le choc, la violence et la rapidité avec laquelle je me suis retrouvée blessée m’ont effrayée.

    Mais aujourd’hui, je suis déterminée et je vais poursuivre le combat. C’est encore plus nécessaire de le faire lorsqu’on voit les dérives anti-démocratiques de ce gouvernement. Je veux me battre, je ne vais pas lâcher et je veux continuer à défendre nos droits et celui de manifester.

    Votre avocat Maître Arié Alimi a déposé plainte contre « X » pour « violence volontaire en réunion avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique et sur personne vulnérable » et pour « subornation de témoin ». Une information judiciaire a été ouverte. Et, depuis le revirement du procureur de la République de Nice, un policier a reconnu vous avoir poussée. Qu’attendez-vous de ces procédures judiciaires ?

    Dès le lendemain de la manifestation, le dimanche, j’ai reçu la visite de deux policières, ensuite de deux policiers et encore de deux autres policiers. J’étais toute seule, sans que ma famille ne soit prévenue. Ils m’ont interrogée alors que j’avais des examens à passer. Je n’avais même pas mes lunettes de vue. Ma chambre était surveillée par un garde qui laissait facilement rentrer la police mais pas mes proches.


  • À Saint-Nazaire, l’Assemblée des assemblées veut sortir du capitalisme | Hervé Kempf
    https://reporterre.net/A-Saint-Nazaire-l-Assemblee-des-assemblees-veut-sortir-du-capitalisme

    L’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes s’est réunie à Saint-Nazaire du 5 au 7 avril 2019. Réunissant près de 800 délégués venus de toute la France, elle a marqué la détermination du mouvement, sa radicalité, et sa volonté d’organiser les Gilets jaunes démocratiquement et sans leader. Source : Reporterre


  • Refaire société Panagiotis Grigoriou - 7 Avril 2019 - Greek Crisis
    http://www.greekcrisis.fr/2019/04/Fr0718.html

    Pluie de retour, mer agitée. La presse s’attarde sur les candidates et les candidats aux prochains scrutins, le tout, entre scandales politico-financiers à répétition et cynisme politique à outrance. C’est le moment apparemment du scandale dit Petsítis... porteur de valises, ami de Pappás qui est ministre et ami de Tsípras. Sondages à répétition, déclarations dépourvues de sens, pas même grammatical, et on dira que c’est toujours du grec. Sable mouvant ou encore, sable des plages attendant les touristes mais ce n’est pas la saison.

    Moments graves, situation aggravée, politiciens gravissimes. Jadis d’actualité, la mémoire de Dimítris Christoúlas au jour anniversaire de sa disparition, le 4 avril, a été complètement oubliée, autrement-dit occultée par les medias, Internet compris. Dimítris Christoúlas était ce pharmacien retraité lequel le 4 avril 2012 il s’est tiré une balle dans la tête place Sýntagma, devant le “Parlement”.

    Dans sa dernière lettre, Christoúlas avait assimilé les politiciens sous contrôle de la Troïka, au gouvernement collaborationniste pronazi de Geórgios Tsolákoglou : “Le gouvernement de Tsolákoglou a détruit toute chance de survie pour moi, qui vivais avec une pension très digne que j’avais payée et pour laquelle j’ai cotisé sans aucune aide de l’État pendant 35 ans. Mon âge avancé ne me permet pas de réagir autrement (...) Je ne vois pas d’autre solution que de mettre fin à ma vie de cette façon digne pour ne pas finir en fouillant dans les poubelles pour survivre. Je pense que les jeunes sans avenir prendront un jour les armes et pendront la tête en bas les traîtres à notre pays (...)”.

    Je me souviens de cette matinée car j’y étais, plus exactement, j’y étais quelques minutes seulement après le suicide de Dimítris. Il faisait encore presque tôt dans la matinée, à peine huit heures, le corps, les premiers attroupements dans un silence alors sidérant, la nouvelle qui s’est rependue à travers la ville, puis la colère, les manifestations citoyennes dans l’après-midi, et les déclarations bien entendu des politiciens... très engagées, Syrizístes en tête à l’époque. Sur place il y a eu du monde, beaucoup de monde en colère et au message fort explicite : “Traîtres, vous avez son sang sur vos mains”.

    Rappelons qu’en cette année 2012 bien lointaine, son printemps fut encore celui des fortes mobilisations, étant donné que la classe moyenne grecque ne subissait que le début de sa destruction et que le système préparait encore sa propre relève, SYRIZA essentiellement. D’ailleurs, le lieu où Dimítris Christoúlas est mort avait longtemps été le théâtre d’hommages nombreux et il a été proposé que soit érigé en cet endroit un monument commémoratif. SYRIZA est passé par là, le refus, son crime politique préparée mais naturellement occultée, enfin l’oubli imposé.

    Ce n’est que jusqu’à 2015 que les journaux proches de SYRIZA, à l’instar du “Quotidien des Rédacteurs” consacraient encore de leurs reportages à la mémoire de Dimítris Christoúlas à la date du 4 avril. Ensuite, plus rien. On dirait que Don Quichotte, sa la Grotte de Montesinos, ses vents et leurs moulins sont passes par là.

    En 2019, les manifestants de jadis ont quitté les pavés et parfois même le pays. Seuls nos matous, plus chanceux dans ce pays, n’auront guère changé de quotidien surtout près les poissonneries. Comme le rappelle avec ironie et amertume mon ami Olivier Delorme sur son blog cette semaine : “Pour le reste, comme on pourra le constater ci-après, et comme le chantait encore ce matin France Inter - Radio Paris, pour mieux dire -, la Grèce va mieux ! La preuve ? On a appris hier qu’à Komotiní, dans le Nord du pays, un homme âgé de 38 ans est mort dans l’incendie de sa maison, au 103, rue Labyrinthos. Cet incendie a été provoqué par des bougies, son frère, avec qui il cohabitait, a pu sortir à temps de la maison. L’électricité avait été coupée en raison d’une dette envers la compagnie d’électricité”, blog d’Olivier Delorme, le 4 avril. http://www.olivier-delorme.com/odblog/index.php?2019/04 Lisez le reste de son article pour ainsi découvrir... la liste du “bonheur grec retrouvé”.

    Cette semaine, il y a eu aussi le passage d’Olivier Delorme au magazine d’information Focus sur ERT (télévision grecque). L’interviewer a eu la bonne idée de lui poser des questions sur le couple franco allemand qui n’existe pas, et Olivier en a profité pour mettre le couvert sur l’euro et la nécessité de mettre un terme à l’UE. Il y a aussi dans cette émission, notre ami José-Manuel Lamarque et son regard géopolitique sur la question, le géographe et analyste Christophe Guilluy, ainsi que Natacha Polony, plus évidement les analystes et... théologiens de l’autre côté des réalités, l’article et l’émission c’est ici sur le blog d’Olivier Delorme. http://www.olivier-delorme.com/odblog/index.php?2019/04/05/1010-vieilleries-et-etat-poule

    La Grèce va mieux ! La preuve ? Les suicides, lesquels se poursuivent et se multiplient, le plus souvent ignorés de la presse nationale. Même si leurs causes peuvent être considérées d’après le reportage au cas par cas de la presse locale, comme “spécifiques”, et comme hypothétiquement échappant à la morosité anthropologique de la Grèce actuelle, cette réalité est pourtant incontournable... donc ignorée des discours officiels et parfois même médiatiques.

    Rien que près de la date du 4 avril, et de la mémoire du suicide historique et politique de Dimítris Christoúlas, j’ai pu remarquer à travers la presse régionale, qu’un homme de 80 ans s’est pendu à Andritsaina dans le Péloponnèse, presse locale de Patras. Ou à Elatia en Grèce Centrale, un homme de 35 ans s’est également pendu, presse locale, puis le 31 mars un homme de 54 ans s’est suicidé faisant usage de son fusil de chasse sur l’île de Zante, presse locale, ou le 21 mars, un homme qui s’est suicidé de la même manière à Agrínio en Grèce de l’Ouest, presse locale, ensuite un adolescent de 16 ans qui s’est suicidé à Siteía en Crète, presse locale, enfin, cette femme de 52 ans qui s’est suicidée en se jetant de son balcon du 5ème étage à Patras, presse locale. Le... nombre y est, Charon est on dirait de la “fête”.

    Au pays réel et non pas celui des politiciens, on peut certes boire son café sous le soleil à Athènes ou s’y balader devant les boutiques fermées, comme on peut autant disparaître, soleil d’ailleurs ou pas... par suppression volontaire et autant autodestructrice. En même temps et c’est aussi une forme de réaction, des monastères et notamment ceux du Mont Athos, inaugurent alors églises et locaux en ville, pour que leurs moines puissent rencontrer les fidèles en ville, de plus en nombreux. On dirait que le petit peuple s’accroche comme il le peut, là où il peut.

    L’analyse de Christophe Guilluy est d’ailleurs pertinente. “Pour la première fois dans l’Histoire, les catégories modestes ne vivent plus là où se crée l’emploi. Du fait de la division internationale du travail et de la polarisation de l’emploi, il était logique que la classe moyenne, la classe majoritaire, implose. Les conséquences culturelles et politiques sont gigantesques.”
    . . . . . . .
    http://www.greekcrisis.fr/2019/04/Fr0718.html

    #Grèce #suicides #pauvreté #mort #union_européenne #ue #église #médias


  • Éducation. La #répression des #professeurs est déjà en marche | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/education-la-repression-des-professeurs-est-deja-en-marche-670419

    Il faut dire que les profs visés ne sont pas n’importe qui dans le collège. Unanimement décrits comme des «  piliers  » de l’établissement, trois d’entre eux y sont présents depuis dix-huit, vingt-deux et même vingt-sept ans. Un choix qui témoigne d’un engagement professionnel indiscutable, dans un collège d’un quartier populaire de Bobigny qui est classé REP + (enseignement prioritaire), qui comprend une section Segpa (enseignement adapté), un dispositif Ulis (unité localisée pour l’inclusion scolaire)… Un de ces collèges où l’un des principaux problèmes tient justement au manque d’expérience et à la difficulté de stabiliser les équipes. Mélanie (1), une mère d’élève, témoigne de leur rôle  : «  Je suis effondrée, nous dit-elle. Ce sont des enseignants aguerris, qui accueillent et épaulent les novices. Si on les fait partir, je crains pour le fonctionnement même du collège.  »

    • (puisque #paywall) :

      Jean-Michel Blanquer a-t-il, comme Janus, deux visages  ? Celui, lisse et bonhomme, qu’il a montré tous ces derniers jours pour expliquer notamment que l’article 1 de sa loi n’a pas pour but de faire taire, au prix de la liberté d’expression, toute velléité de contestation. Et celui, raide et coupant, qu’il arbore dans les arcanes de la rue de Grenelle, où il multiplie les tentatives d’intimidation à l’encontre de celles et ceux qui tentent de contester sa politique et les effets qu’elle produit.

      Au collège République de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, on ne connaît que ce deuxième visage. Le 27 mars, quatre professeurs ont reçu des courriers officiels. Deux d’entre eux y ont appris qu’une procédure disciplinaire était engagée à leur encontre  ; les deux autres, qu’ils feraient l’objet d’une «  mutation dans l’intérêt du service  ». Une mesure «  qui n’est pas considérée comme une sanction  », ainsi qu’on nous l’a précisé au rectorat de Créteil… mais qui est peut-être encore plus brutale, puisque décidée à la discrétion de la hiérarchie, sans passage devant une commission disciplinaire.

      Dès vendredi 29 mars, puis le lundi suivant, avec le soutien de l’intersyndicale (CGT Educ’Action, FO, Snes, Snep et SUD éducation), un certain nombre d’enseignants du collège se sont mis en grève pour soutenir leurs collègues. Un comité de soutien s’est mis en place, qui demande l’arrêt des procédures. Il est également actif sur les réseaux sociaux (« Répression collège République  » sur Facebook et Twitter) et a d’ores et déjà lancé une cagnotte, pour couvrir d’éventuelles dépenses de justice.

      Il faut dire que les profs visés ne sont pas n’importe qui dans le collège. Unanimement décrits comme des «  piliers  » de l’établissement, trois d’entre eux y sont présents depuis dix-huit, vingt-deux et même vingt-sept ans. Un choix qui témoigne d’un engagement professionnel indiscutable, dans un collège d’un quartier populaire de Bobigny qui est classé REP + (enseignement prioritaire), qui comprend une section Segpa (enseignement adapté), un dispositif Ulis (unité localisée pour l’inclusion scolaire)… Un de ces collèges où l’un des principaux problèmes tient justement au manque d’expérience et à la difficulté de stabiliser les équipes. Mélanie (1), une mère d’élève, témoigne de leur rôle  : «  Je suis effondrée, nous dit-elle. Ce sont des enseignants aguerris, qui accueillent et épaulent les novices. Si on les fait partir, je crains pour le fonctionnement même du collège.  »

      Vice-président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, siégeant depuis quinze ans au conseil d’administration du collège, Abdel Sadi connaît bien les professeurs visés. Il s’est lui aussi ému de la situation, au point d’écrire mercredi au recteur, Daniel Auverlot. Ces enseignants «  développent de nombreux projets de qualité pour leurs élèves  », écrit-il, et «  ont toujours été très bien notés durant leurs carrières  ». Puis l’élu pose la question qui fâche  : «  Je ne peux donc m’empêcher de penser que ces professeurs, tous syndiqués (…), sont sanctionnés aujourd’hui en raison de leurs activités syndicales et pour avoir, au fil des ans, manifesté avec énergie pour la défense de leurs conditions de travail et contre les inégalités territoriales subies dans nos collèges de Seine-Saint-Denis.  »

      C’est que, outre leur engagement professionnel, ces profs sont aussi des militants syndicaux, dont trois à SUD éducation, syndicat très actif dans ce collège. L’un d’eux a même été tête de liste académique et nationale lors d’élections professionnelles. Notons aussi que Jean-Michel Blanquer, recteur de l’académie de 2007 à 2009, connaît bien le collège République… et ses professeurs. Mais évidemment, au rectorat, on nie toute intention de discrimination syndicale. «  Nous ne nous sommes pas dit que nous allions viser explicitement SUD éducation  !  » ose la responsable des relations presse. Elle préfère évoquer les «  relations extrêmement tendues  » dans l’établissement, des «  cas d’intimidation entre collègues  », voire – sans plus de précisions – des «  conduites inappropriées envers des élèves  », et au final la nécessité de «  garantir une atmosphère sereine  » dans le collège.

      Sabine, l’une des profs visés, bondit  : «  On a une expérience, on connaît les textes… on s’en prend à nous parce que nous ne sommes pas impressionnables.  » Elle comme ses collègues peuvent fournir une liste longue comme le bras de leurs interventions  : refus d’affichage des listes électorales, extincteurs absents ou défectueux, élèves qui se voient attribuer une AVS (assistante de vie scolaire) individuelle par la maison départementale du handicap et doivent finalement se partager une seule AVS à plusieurs, absence de consultation du conseil d’administration sur des suppressions de postes… «  Nous avons un principal qui communique exclusivement par mail  », témoigne Damien Green, un prof d’anglais syndiqué, lui, au Snes et qui soutient ses collègues. Sabine reconnaît d’ailleurs les tensions qui existent au sein de l’établissement, mais les attribue d’abord «  au contexte de manque de moyens  : avec de moins en moins d’heures pour nos projets, cela crée de la concurrence entre collègues. Et face à cela, il y a ceux qui acceptent la situation, et ceux qui refusent…  ».

      Eux refusent. Et se battent. Ils ne sauront que les 9 et 12 avril, dates auxquelles ils auront le droit de prendre connaissance de leurs dossiers, ce qui leur est reproché exactement. À partir de là, ils pourront se défendre, avec tous ceux qui les soutiennent.

      Olivier Chartrain

      (1) Le prénom a été changé à sa demande.

      #répression_syndicale #liberté_d'opinion #école_de_la_confiance (mon cul)


  • Si le Guiness Book des records comportait une entrée » Mensonges éhontés d’Etat « , Christophe Castaner y figurerait en bonne place.

    David Dufresne
    allo @Place_Beauvau - c’est pour un signalement - 595 (précisions 4)

    Coups de matraques illégitimes à la tête

    Besançon, #ActeXX

    [Alerte Info] Nouvelle vidéo (nouvel angle) qui renforce le témoignage du jeune blessé à la tête par un policier à #Besançon lors de l’#acteXX des #GiletsJaunes et qui contredit la déclaration du ministre de l’intérieur concernant le ramassage de la grenade. Images : TNK/Média 25

    https://twitter.com/i/status/1113908346438979584

    • Séquence « BRUT » du matraquage d’un manifestant Gilets Jaunes à Besançon - Média 25 (31/03/2019)
      https://www.youtube.com/watch?v=IsuKQHs5tJY

      -Suite à la réaction du Préfet du Doubs qui déclarait dans la presse que « les images sont sorties de leur contexte », nous avons décidés de rendre public la séquence « brute » sans coupures, depuis notre arrivée sur les lieux.
      –Dans cette vidéo, on peut remarquer qu’il y avait un petit nombre de manifestants sur les trottoirs dans le calme, avant l’arrivée d’un fourgon de police (là ou la séquence publiée précédemment avait commencé).
      –Une deuxième vidéo qui dément l’affirmation comme quoi « L’homme sur le chemin, tentait de faire obstruction à l’interpellation et essayait de ramasser un spray de lacrymogène à ses pieds », toujours d’après la Préfecture, sera publiée sous peu.
      –Quant aux nouvelles du jeune homme blessé à la tête, il a subi une ouverture profonde à l’arcade et cela a nécessité 5 points de suture à l’intérieur et 5 à l’extérieur. Il va bien mais reste marqué psychologiquement. Il consulte un avocat et souhaite porter plainte.

    • L’ État du mensonge permanent

      Pour plaire au Président, pour se montrer digne de confiance, pour conserver leur place, pour se défendre, les ministres bien sûr, mais aussi les préfets, les procureurs de la République, les policiers mentent effrontément, devant les caméras, devant les citoyens, les yeux dans les yeux.

      Malgré les images, malgré l’évidence, Geneviève Legay n’avait eu “aucun contact” avec les forces de l’ordre, malgré les images, malgré l’évidence, le gilet jaune de Besançon, matraqué alors qu’il était totalement passif, faisait “obstruction à l’action des policiers” et avait seulement été “poussé”

      Pour plaire au Président, pour se montrer digne de confiance, pour conserver leur place, pour se défendre, les ministres bien sûr, mais aussi les préfets, les procureurs de la République, les policiers mentent effrontément, devant les caméras, devant les citoyens, les yeux dans les yeux. Les serviteurs de l’Etat se font serviles, inféodés à une cause qui ne correspond pas à la défense du service public, ils trahissent leurs fonctions.

      Les mensonges s’enchaînent se complètent, s’entretiennent, se renforcent et se supportent mutuellement. Il faut prétendre servir la République quand on est inféodé à une petite oligarchie, prétendre respecter l’état de droit quand les droits élémentaires sont bafoués quotidiennement, prétendre débattre en imposant des réformes contestées , etc. Le système macronien s’est construit sur une imposture et il lui faut désormais fabriquer l’opinion grâce à la propagande et à une communication destinées à servir l’image présidentielle et une politique néolibérale qui seule à droit de citer. Toute la république en marche et la haute administration sont pris dans une lessiveuse à cerveaux qui inhibe tout esprit critique, dans une nasse idéologique, qui entend piéger l’ensemble des acteurs et notamment les médias. La nouvelle porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye , une communicante, est une experte en la matière ; prête à tout, c’est une sorte de ministre du mensonge, n’ avouait-elle pas lorsqu’elle était chargée des relations avec la presse à l’Elysée : “ j’assume parfaitement de mentir pour protéger le Président” ?

      Le mensonge décomplexé est finalement revendiqué comme une marque de fidélité et de soumission inconditionnelle. La politique réduite à la conquête et la conservation du pouvoir s’affirme sans nuance. Notre histoire quotidienne doit être écrite sous la dictée de l’Elysée.

      Et, au pays des droits de l’homme, la violence physique vient désormais dissuader la contestation du discours et de la politique présidentiels.

      Les exactions et les mensonges de la police sont systématiquement couverts par les autorités et ce sont autant d’encouragements à la répression et à de nouveaux mensonges. C’est un cercle infernal et une formidable entrave à la liberté de manifester et aussi à la liberté d’expression car les journalistes sont eux-mêmes malmenés voire poursuivis lorsqu’ils rendent compte de certaines actions de désobéissance civile ( lire les articles de de Reporterre (ici) et (ici)).

      209 enquêtes ont été ouvertes à l’encontre de policiers et gendarmes pour des soupçons de violences policières : cela pourrait témoigner d’une belle réactivité des autorités face à des manquements. En réalité, c’est relativement peu par rapport au nombre de blessés et de traumatisés qui se comptent par milliers et il s’agit surtout de communiquer sur ce fameux “ “État de droit” et sur une prétendue exigence déontologique du ministère de l’Intérieur. Rappeler ces enquêtes permet de masquer la couverture systématique et la complaisance des autorités vis-à-vis de dérives condamnées par des institutions internationales comme l’ONU.

      Evidemment, pour l’instant, ces enquêtes n’ont débouché sur aucune sanction, sur aucune mise en examen. La difficulté psychologique d’ investigations où des policiers doivent interroger et compromettre d’autres policiers ne facilite certainement pas l’avancement rapide des procédures. . . Et sans doute également convient-il d’appliquer le principe de la présomption d’innocence pour des faits de flagrance où des policiers sont filmés en train de matraquer ou de tabasser des gilets jaunes sans agressivité et sans défense, on comprend que la comparution immédiate de policiers devant les tribunaux déclencherait certaines hostilités syndicales. . .

      Enfin, comment toutes ces procédures pourraient-elles réellement avoir des suites quand de la bouche même du ministre de l’Intérieur les fautes des policiers sont “marginales” ?

      Bientôt le Président tirera tous les enseignements du Grand débat. Sibeth Ndiaye pourra déployer tous ses talents de communicante.

      https://blogs.mediapart.fr/jean-luc-gasnier/blog/070419/l-etat-du-mensonge-permanent


  • Aux Verts électoraux qui ont une vision bien monoculaire du monde, et aux écologistes sincères mais si naïfs
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1117

    Nous avons reçu des collectifs Nantes1 anti-Linky / 44 contre Linky/ Résistance 5G Nantes un texte qui prend les Verts à partie. Ça commence à se savoir : ces prétendus écologistes sont la plupart du temps des technologistes. "Green technologies", "green New Deal", "capitalisme vert"... Voyez leur soutien à Linky et aux capteurs communicants, à la 5G et aux objets connectés (Grenoble, dirigée par Eric Piolle, EELV et par une majorité Insoumis-Verts, est ville-pilote pour le 5G), aux voitures électro-nucléaires et autonomes, etc. Pour lire le texte, ouvrir le document ci-dessous. Lire aussi : Dans les filets de Linky, Pièce détachée n°79 (voir ici) Le compteur Linky, objet pédagogique pour une leçon politique Linky et les données « carroyées » - Dans les grilles de l’Insee (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/aux_verts_lectoraux_vdef3.pdf


  • IA, 5G, Linky : innover pour aggraver la crise sociale et écologique
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1119

    Ce jeudi 4 avril, les milieux d’affaires tarnais avaient convié dans l’amphithéâtre d’honneur de l’Ecole des Mines d’Albi l’excellent Cédric Villani, député En Marche et mathématicien, pour disserter sur l’économie numérique et la société du big data. Il a été interrompu par un ’cloud_ d’opposant.es à la Start-up Nation ’en gilets jaunes qui se sont introduit.es sur le podium pour lire la lettre suivante et distribuer le tract "innover pour aggraver la crise sociale et écologique" (à ouvrir ci-dessous). Lire aussi : Dans les filets de Linky, Pièce détachée n°79 (voir ici) Le compteur Linky, objet pédagogique pour une leçon politique Linky et les données « carroyées » - Dans les grilles de l’Insee Les secrets de Linky, ce qu’on apprend en infiltrant une réunion de la Métro Nous sommes le gibier, (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/a_ce_dric_villani.pdf

    • Cher Cédric Villani,
      Nous vous remercions de vous être déplacé à Albi, car nous avions justement des choses à vous dire.
      Tout d’abord, nous avons le plaisir de vous remettre un compteur communicant Linky.
      Prenez-le, il est offert : c’est nous tous qui finançons, via la TURPE, leur déploiement à hauteur de 7 milliards d’euros.
      Ce petit boîtier jaune rend bien des services. Il s’est révélé un merveilleux outil d’éducation populaire. Dans toute la France, il a permis une prise de conscience massive de ce que signifie le monde du big data et des algorithmes, des véhicules autonomes et de la 5G. Dès lors, initié.es par ENEDIS aux joies des objets connectés, nous sommes devenu.es particulièrement sensibles aux mensonges dont on accompagne les investissements en faveur de l’intelligence artificielle. Par exemple, l’idée qu’elle serait une manière de créer des emplois. Soyons sérieux : l’automatisation sert à automatiser. Automatiser sert à licencier, à l’image des dizaines de milliers d’employés d’ENEDIS qui relevaient les compteurs électriques, ou à l’image de la désastreuse dématérialisation des services publics. Autre exemple : en France, le déploiement des véhicules autonomes, c’est-à-dire de la conduite par intelligence artificielle, menace directement plus de 600 000 professionnel.les (chauffeurs de bus, routiers, taxis, etc. ), soit 2 % de la population active. Et ne nous ressortez pas la bonne vieille théorie de la compensation : les conducteurs licenciés auront autant de chance de créer leurs start-up de robotique que les chevaux n’en avaient de se mettre à produire des pièces automobiles. Le problème, M. Villani, c’est aussi qu’il a fait chaud, beaucoup trop chaud à Albi en ce début de printemps. Or l’économie numérique est vorace : elle exige de produire toujours plus de processeurs, de capteurs, de serveurs, de câbles, d’antennes et d’écrans. Elle engloutit des quantités colossales d’énergie, de matières premières et de métaux. Le programme Linky est assez parlant : au nom de la transition écologique, on a commencé par bazarder 35 millions de compteurs en parfait état de marche, puis, en numérisant les réseaux, on génère des pétaoctets de données, stockées et traitées dans d’immenses entrepôts de béton qu’il faut refroidir en permanence. Vous ne pouvez l’ignorer : à l’échelle du globe, ces fameux data centers rejettent déjà autant de CO2 dans l’atmosphère que la totalité du transport aérien. A ce stade, peut-on encore parler d’intelligence, même artificielle ? Enfin, qu’il s’agisse d’e-médecine, de maisons communicantes ou de voitures connectées, ce monde, qui fait de nos vies un grand réservoir à big data, est inacceptable pour une raison simple : il s’appuie sur le réseau 5G qui, plus encore que les précédents, menace directement notre santé. Nous refusons que tous les êtres vivants soient massivement exposés à des champs électromagnétiques d’une telle puissance pour faire fructifier l’industrie de l’électronique et les fortunes des Silicon Valley mondiales.
      Nous luttons pour la sobriété et la justice sociale. Si vous souhaitez employer votre curiosité intellectuelle et votre goût pour les sciences, tout en pérennisant votre carrière politique, n’hésitez pas, M. Villani, à rejoindre les rangs de l’écologie radicale et de l’anticapitalisme dont nous pensons, étant donnés les enjeux actuels, qu’ils constituent les filières d’avenir les plus populaires et les plus novatrices.
      Cordialement,
      Un cloud d’opposant.es à la Start-up Nation


  • La Décroissance, le journal de la joie de vivre ! Dans les Kiosques

    Page 2 : Courriers – dessins

    Page 3 : L’écologie infantilisée, par Pierre Thiesset– Éditorial : Urgence... écologie !, par Bruno Clémentin

    Page 4 : Chronique d’Alain Accardo : Vae victis 

    Page 5 : Lectures

    Page 6 : Salo­perie : L’électricité, par Raoul Anvélaut – Écotartufe : Claire Nouvian et Raphaël Glucksmann, par Pierre Thiesset 

    Page 7 : Simplicité volontaire : Coquille en bois, avec Simon et Marion – L’action du mois : Ne pas brûler les kiosques 

    Page 8 : Le climat est une banque, par Denis Bayon et Pierre Thiesset

    Page 9 : Agriculture augmentée, paysans diminués, par Matthieu Amiech 

    Page 10 : Chronique de François Jarrige : Des radiateurs en surchauffe – Bédé : Stef et le féminin sacré, par Domi et Druilhe

    Page 11 : La route 66 de la servitude, par Denis Bayon – Casseurs de pub : Une agence de pub féministe, par Jean-Luc Coudray

    Page 12 : Maniaqueries japonaises, par TomJo

    Page 13 : Bataille autour d’un rond-point, par Thierry Brulavoine – Professeur Foldingue : Le Vanitoscope® 

    Page 14 : Lectures – Débat : Pour la décroissance, les ingénieurs doivent-ils renoncer à leur métier ?, avec Laurent Castaignède, Guillaume Carnino, Le Postillon, François Briens

    Page 15 : Nicolas Bertrand : Ma nouvelle adresse

    Page 16 : La chronique antinucléaire de Stéphane Lhomme : Chronique atomico-sismique.

    #Décroissance


  • « Crépuscule », de Juan Branco, met l’oligarchie à nu | Hervé Kempf
    https://reporterre.net/Crepuscule-de-Juan-Branco-met-l-oligarchie-a-nu

    Un décorticage des mécanismes par lequel le système oligarchique a placé Emmanuel Macron au pouvoir : c’est ce qu’opère le livre de Juan Branco, en flagellant les médias serviles qui servent l’oligarchie. Ils répondent par le silence. Mais le public a adopté un livre utile et qui mérite d’être lu.

    Voici un livre politique qui est en tête des ventes ou à peu près, dès sa sortie il y a deux semaines, et dont pourtant personne — enfin, aucun « grand média » — ne parle. Il y a là un mystère. Ce livre est-il inintéressant ? Non. Manque-t-il d’originalité ? Point. Mal écrit ? La plume n’est pas des plus légères, mais on a lu largement pire. Serait-il abracadabrant, inepte, mensonger, idiot, benêt, déraisonnable, fade ? Que nenni, on vous dit.

    Il n’y a qu’une explication au lourd silence des Joffrin, Fressoz, Apathie, Barbier, Jeudy, Calvi, politologues de tout poil et éditorialistes de toute domesticité : le livre les dérange. Il dérange leur monde, leurs liens, leurs asservissements, leurs idées, leur subordination. Car Crépuscule n’y va pas de mainmorte. Dans l’entreprise, non pas de démolition, mais d’élucidation qu’il mène à propos du système macronien, il décrit avec précision les plus ou moins subtiles façons dont quelques oligarques — au premier rang desquels Xavier Niel, copropriétaire du Monde et de L’Obs, Bernard Arnault, propriétaire d’Aujourd’hui-Le Parisien et des Échos, Patrick Drahi, propriétaire (jusqu’à il y a peu) de Libération, de L’Express et de BFM-RMC —, dont quelques oligarques, donc, ont organisé la résistible ascension de leur brillante marionnette, Emmanuel Macron, en usant et abusant de leurs valets médiatiques. Signer une recension de Crépuscule dans un de ces désolants médias serait donc soit s’exposer à une douloureuse censure interne ou à quelque vicieuse réprimande, soit se livrer à des contorsions tartuffiennes dont ce qui reste d’honneur à l’un ou l’une de ces plumitifs leur interdit le ridicule de s’y livrer...

    • Fascinante campagne de délégitimation en cours dans les rédactions parisiennes, où les chefs justifient la non-couverture de Crépuscule, en tête des ventes, en inventant pêle-mêle séjours en HP, fortune cachée et autres délires que l’Express avait oublié de recenser.

      La première tentative d’éviction de l’espace social bourgeois, « l’enquête » de l’Express qui, suivant de quelques jours mon signalement par le pouvoir auprès de la justice, avait plongé dans les tréfonds de mon adolescence pour tenter de m’éliminer, n’avait rien donné.

      Alors sont venues les salissures pures et dures. Après l’accusation en homophobie, puis celle encore plus risible de néofascisme, on a basculé sur la question de l’intégrité personnelle, ironisant sur le RSA, harcelant pour alimenter l’excitation,multipliant les rumeurs infondées

      Ce qui est formidable, c’est que ça confirme mot pour mot le propos de l’enquête, qui dénonce un marché de l’information vérolé au sein du petit Paris, où tout est bon pour défendre ses intérêts. Les petits vassaux à la manoeuvre ont une source dont ils prétendront être déliés.

      Cela aurait pu suffire dans l’ancien monde, effrayant les grands éditeurs parisiens, de Laffont à Fayard (dont on appréciera la dernière compromission avec Emelien, et ce plan comm’ délirant organisé avec Lagardère... pour rien). Mais cela n’a, cette fois, pas suffit.

      Car les gens sont lassés. Lassés d’être instrumentalisés et manipulés. Lassés de voir que dès que quelqu’un a le courage de dénoncer les manœuvres de ceux censés les diriger, celui-ci se trouve immédiatement stigmatisé. Cette leçon, c’est Assange qui le premier me l’a partagée.

      A l’Elysée, d’où proviennent en fait ces rumeurs, l’heure est à la machination. La stratégie d’étouffement ne prenant pas, les faux comptes créés pour me harceler restant sans effet (coucou @winniah), le conseiller presse de Macron, commence à s’énerver.


      Leur obsession, s’assurer que l’ouvrage ne pénètre pas l’espace social bourgeois, quitte pour cela à tout détruire, commence à vaciller. La technique qui, depuis des décennies fonctionnait, l’omerta médiatique accompagnée de campagnes de dénigrement, se prend un mur violent.

      Eux qui sont arrivés au pouvoir en jouant de ces jeux de corruption passive, échange d’informations et de services qui vous permettent pas à pas de vous élever au prix de la vérité, se voient pris à contre-pied et savent plus comment avancer.

      Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le livre est un carton. L’ouvrage, enfin publié, arrive à point nommé pour faire jonction entre ceux qui ne supportaient plus d’être instrumentalisés et ceux qui sont enfin prêts à leur donner les clefs.

      Ce qui ne leur était jamais arrivé, c’est-à-dire qu’un petit soldat du système gardant des entrées partout et continuant donc de recevoir les intox qu’autrefois ils s’amusaient à faire circuler, les rend fou. Eux qui complotent en permanence cherchent à me descendre.

      Les premiers concernés crient au complot, et continuent de comploter. Quelques erreurs seront peut-être signalées. Mais les mois d’enquête qui ont nourri ce livre, mes navigations allant de leurs amantes à leurs cousins en passant par leurs amis et employés, s’imposeront.

      Et cette vérité, publiée malgré leurs immenses résistances, ne pourra plus être étouffée. Pour la première fois, quelqu’un qui avait accès à leur espace intime, si violemment protégé jusqu’alors, vient de rompre les digues qui jusqu’alors les protégeaient.

      Le livre, dès lors restera, et la violence avec laquelle ils le recevront les humiliera. Chaque pas qu’ils feront, contre eux se retournera.

      A leurs entrailles, celles d’où ce texte est né. A ces entrailles, que ce texte achèvera.
      https://www.actualitte.com/article/livres/comment-les-fortunes-de-france-auront-invente-emmanuel-macron/94137
      https://twitter.com/anatolium/status/1114190000873201664

    • J’aime beaucoup les « checks news » de Libé. La première idée qui me vient quand je lis celle de ce matin, c’est qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Autrement dit : on ne peut pas écrire un livre qui dénonce la censure et en même temps s’étonner ou communiquer sur cette censure une fois le livre sorti. Sauf que cette affaire mérite développement. J’en suis partie prenante, dans la mesure où j’ai aidé Juan à publier son livre. Dans la mesure où j’en ai écrit la préface. Dans la mesure où je touche un pourcentage sur les ventes. 2% jusque 40000. 3% au-delà. On pourra donc objecter que ce que j’écris est orienté et sujet à caution. Sauf que non. Mais vous n’êtes pas obligé de me croire. Sauf que je ne suis pas Juan. Là, vous êtes obligé de me croire. Et que je suis même en désaccord sur certains aspect de son (formidable) manuscrit. Ceux qui ont lu ma préface me comprennent. Ceci étant, je note que Juan, contrairement à ce qu’induit le texte, n’a pas directement invoqué une censure. Il parle « d’ostracisation » et évoque des interventions de la direction de plusieurs journaux quand des journalistes (de base) ont proposé un sujet le concernant. Plusieurs titres sont cités, de Mediapart au Quotidien, de l’Obs à Paris Match, de RTL à RMC… Juan ne mégote pas. Je ne vais pas les reprendre un à un. Mais pour avoir été le témoin et l’intermédiaire dans deux de ces histoires, je ne peux, contrairement aux cris d’orfraie poussés par mes congénères, qu’accréditer les propos de Juan. Effectivement, pour deux de ces titres, des journalistes -enthousiastes et préoccupés par le fait que le livre est en tête des ventes depuis trois semaines sans une ligne dans leurs journaux- ont proposé des portraits critiques sur le livre et sa saga et se sont faits jeter par leur rédaction en chef. C’est un peu parole contre parole. Et comme ces journalistes sont aussi des salariés, difficile d’aller plus loin… Peut-on pour autant parler de censure ? Non. D’autocensure ? Ben même pas. De connerie, d’erreur monumentale, d’absence totale de professionnalisme ? Euh, oui. Assurément. Dans les arguments qui, en coulisse, sont opposés pour ne pas évoquer le livre, j’ai entendu tout et son contraire. Style ampoulé, jargon de normalien, militantisme politique, aveuglement, mélenchonisme, absence d’infos, amalgames insupportables, erreurs à chaque page, etc… Pourquoi pas ? Mais dans ce cas, messieurs les non censeurs, qu’attendez-vous pour les écrire ces foutus papiers ? Qu’attendez-vous pour inviter Juan et le démonter, lui dire où il se plante ? Qu’attendez-vous pour en débattre ? Un dernier argument est opposé : « On ne va pas en plus lui faire de la publicité ». Ultime idiotie qui -elle- se pose là. Il suffit de regarder le classement data de Libé ce matin pour noter que « Crépuscule », en tête des ventes toutes catégories, n’a pas besoin de publicité. Ce serait même de la contre publicité que ces journalistes disent du bien (ou du mal) du livre. On peut surtout relever -et si j’étais à leur place, j’en serais inquiet- que le livre vit parce qu’ils n’en parlent pas. Surtout ne rien demander Juan, ne s’offusquer de rien. Individuellement, on peut entendre – d’Edwy Plenel à Bruno Jeudy, d’Yves Calvi à Olivier Truchot- ce que chacun dit. Ce qui fait sens pourtant, c’est l’effet de masse et cette très cruelle réalité. Cruelle pour eux, pas pour nous. « Crépuscule » dénonce le lien endémique, financier, de subordination entre ces stars du journalisme ou de la parlote avec leurs patrons ou sponsors. Il pose un problème de liberté publique, de détournement démocratique. Maintenant, relisez ce check news et entendez leur cacophonique défense : « On n’a pas le temps, on n’a pas que ça à foutre, maintenant qu’il a dit des méchancetés sur nous on ne va pas l’inviter, on est encore libre d’écrire ce qu’on veut, c’est pas parce que Xavier Niel nous file de la thune qu’on ne va pas le mettre en cause, etc… ». Je ne sais pas vous, mais moi je me dis que plus ils parlent, plus ils s’enfoncent. Laisse pisser Juan…

      Denis Robert

      https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/13/juan-branco-a-t-il-ete-censure-par-plusieurs-grands-medias-francais_17210

      https://twitter.com/anatolium/status/1117022023270785026

    • Pour moi c’est très simple le Duc Geofrey de Lannerie faisant partie intégrante du système corrompu se fait le complice du macronisme car il va de soi que lui est un véritable « progressiste » qui se bat contre les « éléments de langage d’une perception fascisante »…
      Sans aucun doute il déborde d’intelligence et a choisi son camp.
      https://blogs.mediapart.fr/juan-branco/blog/140419/sur-le-fascisme-de-crepuscule-reponse-pascale-fautrier
      https://twitter.com/gdelagasnerie/status/1117028284984954886
      JB empêche tout le monde de dormir... https://www.facebook.com/deniroro57/posts/10155953902006960
      https://twitter.com/Denis_Robert_/status/1117566310043590656

    • Autant le dire d’entrée de jeu : j’ai de la sympathie pour Juan Branco, non pas parce qu’il a été mon étudiant à Sciences Po mais parce qu’il vise juste, pour Assange comme pour l’oligarchie française. Je dis bien « viser » parce que c’est cela qui semble insupportable à ceux qui voudraient qu’on se contente de parler de « structure » ( effets structurels), de « système », tous discours fort nobles et savants mais qui ne permettent jamais de nommer l’ennemi. Déjà parvenir à nommer la finance ( et non l’Europe, la mondialisation, l’individualisme ou je ne sais quoi sans parler des immigrés ou des illuminati), c’est déjà un bel effort que j’avais conseillé en 2003 dans mon bouquin « déboussolés de tous les pays » et en suivant Attac. Regardez tous les discours qui se débrouillent pour ne jamais mentionner la finance, et vous savez d’emblée que ce sont des discours qui organisent l’impuissance. Faiblesse de l’analyse et impasse du programme d’action.

      Dans le cas de Juan Branco, Crépuscule ( que j’ai lu dans sa version en ligne) permet de cibler des personnes, c’est-à-dire d’arrêter de jongler avec des abstractions comme l’oligarchie ou la caste, ou le 1% etc., et de donner les noms des personnes en chair et en os qui organisent cette politique de prédation massive des richesses et de confiscation du pouvoir. Mais ça , ça ne fait pas très poli, pas très convenable, parce qu’après tout, ces gens-là, dans l’entre-soi parisien, on va les côtoyer sur un plateau télé, dans une brasserie célèbre et on ne peut pas leur cracher à la gueule quand même... La bonne éducation des plus critiques finit par paralyser tout le monde et surtout par empêcher de nommer, de cibler. Or, il faut nommer, « name et shame » est la seule stratégie, celle qui reste aux plus faibles avant la violence directe. Et on voudrait leur enlever ça ? et on voudrait rapporter cela à des paroles d’avant guerre fascisantes ? Mais la guerre est commencée, elle est même gagnée comme disait Warren Buffett en parlant de la lutte des classes , gagnée par les ploutocrates. Mais non, en fait, elle continue. Et le levier de la réputation est essentiel, car toute l’économie financière repose sur des jeux de réputation amplifiés par le numérique qui mesure tout cela jusqu’à l’obsession. M. Feher l’a montré, on cherche tous des investisseurs, on vit tous à crédit, Macron le premier, devenu le larbin de ceux qui ont investi dans sa candidature. Et si on lui « fout la honte », internationalement (avec les Champs démolis), auprès de ses copains, si on met à jour ces connivences, comme le fait Juan Branco, oui, sa réputation en prend un coup.

      C’est aussi ce qu’Assange a toujours fait. Mais là, même rengaine, la personne n’est pas très convenable, regardez sa « déchéance » : voilà comment le libéralisme autoritaire organise le discrédit, casse la réputation et rend impossible toute solidarité traitée comme complicité, de quel crime d’ailleurs si ce n’est d’avoir saboté la réputation des menteurs et des tricheurs qui gouvernent ? Donc, oui il faut faire avec des personnes, en chair et en os, bien vifs comme dirait Damasio, qui donc ont des aspérités, des débordements, et ne sont pas toujours « dans la ligne » (je croyais les partis disqualifiés pour ça précisément), mais qui au moins osent nommer et humilier, car c’est bien le but , oui, humilier la caste qui nous gouverne, lui casser sa réputation, elle qui passe son temps à le faire avec les gilets jaunes que l’on traite de tous les noms.

      La bataille de la réputation est clé dans notre société de crédit généralisé en réseaux, il ne faudrait pas la perdre en sabotant la réputation de ceux qui sont au front contre une oligarchie qui a des noms et des visages désormais ( au cas où on l’aurait oublié !) grâce à Juan.

      Dominique G Boullier

    • Il s’agit d’un excellent commentaire 15/04/2019 14:35 Par Dominique G Boullier en réponse à Pascale Fautrier :
      https://blogs.mediapart.fr/pascale-fautrier/blog/140419/crepuscule-de-j-branco-un-pamphlet-fascisant-reponse-geoffroy-de-lagasnerie/commentaires
      https://blogs.mediapart.fr/pascale-fautrier/blog/140419/crepuscule-de-j-branco-un-pamphlet-fascisant-reponse-geoffroy-de-lag
      https://seenthis.net/messages/774715 @sombre

      Dominique Boullier, sociologue français né à Rennes en 1954, rédacteur en chef de la revue Cosmopolitiques, professeur des universités est spécialiste des usages du numérique et des technologies cognitives.
      Il a mis en place durant l’année 2015 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme un séminaire sur les « sciences humaines et sociales troisième génération » qui rassemble des chercheurs soucieux de comprendre ce que le Big Data fait aux sciences sociales. L’invention de la société puis de l’opinion doivent être complétées par l’invention d’une théorie des répliques (ou vibrations en anglais) capables de traiter les traces innombrables désormais collectées sur les plates-formes du web. La comparaison avec l’époque de Durkheim et le triomphe des statistiques pour penser « la Société » (première génération) et avec l’époque de Gallup et le lancement des sondages pour produire « l’Opinion publique » (seconde génération) permet de fixer les tâches nécessaires pour produire une nouvelle convention pour la réinvention d’autres sciences sociales, qui complètent les précédentes.


    • Cette émission restera dans l’histoire comme une belle représentation des gilets jaunes par l’élite journalistique. Ce mouvement est telement gênant que toutes les bassesses sont permises. Aucun point positif n’est trouvé sur le mouvement des gilets jaune par ce plateau sauf par juan branco. La mauvaise foi et la haine sont palpables dans les propos.


  • Gilets jaunes contre l’intelligence artificielle et la 5G - IAATA
    https://iaata.info/Gilets-jaunes-contre-l-intelligence-artificielle-et-la-5G-3285.html

    Ce jeudi 4 avril, les milieux d’affaires tarnais avaient convié dans l’amphithéâtre d’honneur de l’Ecole des Mines d’Albi l’excellent Cédric Villani, député En Marche et mathématicien, pour disserter sur l’économie numérique et la société du big data.
    Il a été interrompu par un cloud d’opposant.es à la Start-up Nation qui se sont introduit.es sur le podium pour lire la lettre suivante :

    Cher Cédric Villani,

    Nous vous remercions de vous être déplacé à Albi à l’occasion de cette conférence sur « L’économie numérique » à l’Ecole des Mines, car nous avions justement des choses à vous dire.

    Tout d’abord, nous avons le plaisir de vous remettre un compteur communicant Linky. Prenez-le, il est offert : c’est nous tous qui finançons, via la TURPE, leur déploiement à hauteur de 7 milliards d’euros.

    Ce petit boîtier jaune rend bien des services. Il s’est révélé un merveilleux outil d’éducation populaire. Dans toute la France, il a permis une prise de conscience massive de ce que signifie le monde du big data et des algorithmes, des véhicules autonomes et de la 5G. Dès lors, initié.es par ENEDIS aux joies des objets connectés, nous sommes devenu.es particulièrement sensibles aux mensonges dont on accompagne les investissements en faveur de l’intelligence artificielle.

    Par exemple, l’idée qu’elle serait une manière de créer des emplois. Soyons sérieux : l’automatisation sert à automatiser. Automatiser sert à licencier, à l’image des dizaines de milliers d’employés d’ENEDIS qui relevaient les compteurs électriques, ou à l’image de la désastreuse dématérialisation des services publics. Autre exemple : en France, le déploiement des véhicules autonomes, c’est-à-dire de la conduite par intelligence artificielle, menace directement plus de 600 000 professionnel.les (chauffeurs de bus, routiers, taxis, etc. ), soit 2 % de la population active. Et ne nous ressortez pas la bonne vieille théorie de la compensation : les conducteurs licenciés auront autant de chance de créer leurs start-up de robotique que les chevaux n’en avaient de se mettre à produire des pièces automobiles.

    Le problème, M. Villani, c’est aussi qu’il a fait chaud, beaucoup trop chaud à Albi en ce début de printemps. Or l’économie numérique est vorace : elle exige de produire toujours plus de processeurs, de capteurs, de serveurs, de câbles, d’antennes et d’écrans. Elle engloutit des quantités colossales d’énergie, de matières premières et de métaux. Le programme Linky est assez parlant : au nom de la transition écologique, on a commencé par bazarder 35 millions de compteurs en parfait état de marche, puis, en numérisant les réseaux, on génère des pétaoctets de données, stockées et traitées dans d’immenses entrepôts de béton qu’il faut refroidir en permanence. Vous ne pouvez l’ignorer : à l’échelle du globe, ces fameux data centers rejettent déjà autant de CO2 dans l’atmosphère que la totalité du transport aérien3. A ce stade, peut-on encore parler d’intelligence, même artificielle ?

    Enfin, qu’il s’agisse d’e-médecine, de maisons communicantes ou de voitures connectées, ce monde, qui fait de nos vies un grand réservoir à big data, est inacceptable pour une raison simple : il s’appuie sur le réseau 5G qui, plus encore que les précédents, menace directement notre santé. Nous refusons que tous les êtres vivants soient massivement exposés à des champs électromagnétiques d’une telle puissance pour faire fructifier l’industrie de l’électronique et les fortunes des Silicon Valley mondiales.

    Nous luttons pour la sobriété et la justice sociale. Si vous souhaitez employer votre curiosité intellectuelle et votre goût pour les sciences, tout en pérennisant votre carrière politique, n’hésitez pas, M. Villani, à rejoindre les rangs de l’écologie radicale et de l’anticapitalisme dont nous pensons, étant donnés les enjeux actuels, qu’ils constituent les filières d’avenir les plus populaires et les plus novatrices.❞

    Le comité d’accueil du député Cédric Villani à l’Ecole des Mines d’Albi

    #critique_techno #big_data #automatisation #villani #linky


  • affordance.info: Quiétude Emmanuel Macron ?
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2019/03/quietude-emmanuel-macron-.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0240a44adaa0200c-600wi

    par Olivier Ertzscheid

    Quiétude Emmanuel Macron ?

    Mais surtout, qui es-tu Emmanuel Macron ? Qui es-tu pour souhaiter la « quiétude » à la famille d’une femme de 73 ans violemment percutée par « les forces de l’ordre » et qui souffre aujourd’hui de plusieurs fractures au crâne sans que les médecins soient capables d’évaluer les séquelles à venir et après que son pronostic vital ait, un temps, été engagé ?

    Oui vraiment qui es-tu Emmanuel Macron ? Qui es-tu pour après plus de dix-neuf semaines de conflit, oser rajouter « mais pour avoir la quiétude il faut avoir un comportement responsable » ? L’irresponsabilité de cette femme de 73 ans, militante convaincue et essentiellement armée de convictions et d’un drapeau arc-en-ciel où était écrit « paix », son irresponsabilité fut donc de se trouver sur le lieu d’une manifestation non-déclarée ? Cela légitime-t-il quelque charge que ce soit ? De quelque force de « maintien de l’ordre » ? Contre une femme isolée de 73 ans ? Qui se trouvait de dos au moment de la charge ?

    Oui, vraiment qui es-tu Emmanuel Macron ? Qui es-tu, après lui avoir souhaité « un prompt rétablissement », pour oser rajouter, « et peut-être une forme de sagesse ? » Quelle ahurissante forme de mépris. Qui es-tu pour user d’une litote revenant à traiter cette femme de folle ?

    Qui es-tu Emmanuel Macron ? Comment peut-on oser à propos d’une femme qui vient d’être victime d’une charge de troupes supposées garantir le maintien de l’ordre, comment peut-on oser renverser la charge de la culpabilité sur celle qui est d’abord et avant tout victime en affirmant : « Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci ». Mais Emmanuel Macron, quand on est fragile et qu’on peut se faire bousculer et que l’on se trouve, sans autre violence que celle de sa présence, dans un lieu que tu déclares interdit au nom du maintien de la répression plus qu’en celui de l’ordre, la république nous doit assistance et elle n’est pas supposée nous balancer la tête en avant contre un plot au risque de nous tuer. A 73 ans.

    Quelle sera la prochaine excuse Emmanuel Macron ? Quelle sera la prochaine menace ? Quel sera le prochain élément de langage Orwellien pour justifier l’injustifiable ? La guerre c’est la paix ? Manifester est un droit de rester chez soi ?

    #Gilets_jaunes #Violences_policières #Orwell


  • Blanquer confirme son intention de sanctionner financièrement les familles d’enfants violents
    https://etudiant.lefigaro.fr/article/blanquer-confirme-son-intention-de-sanctionner-financierement-les-

    Invité de l’émission « Boudin Direct » ce vendredi matin, le ministre de l’Éducation nationale a de nouveau affirmé son intention de responsabiliser les familles d’enfants violents à travers une sanction pécuniaire.

    Jean-Michel Blanquer souhaite que les familles se sentent davantage responsables des actes de leurs enfants. Lorsqu’un enfant a un comportement violent à l’école, cela pourrait donc se traduire « par des conssssséquences de toutes sssssortes pour les familles , par exemple pécuniaires », a affirmé le ministre de l’Éducation nationale ce jeudi matin sur RMC et BFMTV.

    D’abord envisagée sous la forme d’une suppression des allocations familiales pour les parents d’élèves violents, cette mesure de responsabilisation des familles pourrait aussi s’appliquer autrement. Sur RMC, le ministre s’est contenté de répondre « pourquoi pas ? » lorsque Jean-Jacques Bourdin lui demandait si cela pourrait se traduire par des amendes infligées aux familles, et a pris soin de rappeler que rien n’était encore « pleinement tranché ».

     » LIRE AUSSI - Le plan pour les violences à l’école s’appliquera dès septembre


    Privilégier le dialogue

    Jean-Michel Blanquer a cependant reconnu que la violence d’un enfant n’était « pas nésssssessssssairement de la faute de sa famille », et a confirmé son intention de privilégier le dialogue dans l’application de ces sanctions. « Ssssssi vous êtes une jeune mère débordée, cela n’a aucun ssssenssss de vous pénaliser. Il faut voir comment vous apporter une aide, par exemple un ssssssoutiens(-gorge) à la parentalité. En revanche, sssssi vous êtes quelqu’un qui encourage ces comportements et qui ne réagit pas après plusieurs rappels de la polissssse, il faut qu’il y ait une ressssssponsssssabilisssssation », a-t-il expliqué.

    Promis par le gouvernement au mois d’octobre après l’émoi suscité par la vidéo montrant un élève ( le petit Alexandre Benalla) en train de menacer son enseignante avec une arme factice dans un lycée de Créteil, le plan interministériel contre les violences scolaires devait être présenté fin janvier avant d’être reporté en mars. Il a finalement une nouvelle fois été reporté à une date ultérieure, qui n’a pas encore été définie. Il devrait pourtant s’appliquer dès la prochaine rentrée.

    #Blanquer #ParcourSupPositoire

    • Blanquer cible explicitement les jeunes mères célibataires et leurs enfants. Il ne pourra pénalisé que des personnes déjà aidés par l’État. Les enfants violents des riches il leur donnera un carambar. La définition de la violence par ce pervers c’est déjà assez particulier - il a soutenu les flics qui ont humiliés les gamins de mante la jolie et il fait parti d’un gouvernement qui éborgne et mutile son peuple pendant qu’il sort l’antiterrorisme contre un décrochage de portrait présidentiel.

      Blanquer ne propose rien au sujet d’une lutte contre les violences que subissent les enfants, ni contre celles subit par les profs d’ailleurs. Son programme c’est le fric et le renforcement des inégalités selon les valeurs catholiques. Bien sur, pas de dialogue, monsieur a déjà tranché dans le lard, son programme de boucherie « devrait pourtant s’appliquer dès la prochaine rentrée. »


  • Les gilets jaunes attaqués sur le rond point d’Alby su Chéran ? la télévision suisse brise la censure et leur donne la parole
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/les-gilets-jaunes-attaques-sur-le-rond-point-dalby-su-cheran-l

    Retour à Alby sur Chéran ou la cabane a été incendié volontairement par des anti-gilets jaunes. Pas d’enquête mais à qui profite le crime ? En moins …


  • Affaire Geneviève Legay : analyse des extravagances juridiques du procureur de Nice
    «  Le policier a-t-il glissé sur une peau de banane ? »
    https://lundi.am/Affaire-Genevieve-Legay-analyse-des-extravagances-juridiques-du-procureur-de

    Les faits ont été largement commentés et débattus : samedi 23 mars à Nice, Geneviève Legay, militante de 73 ans, était projetée au sol par une charge de police. Grièvement blessée, elle est toujours hospitalisée. Si le procureur de Nice, le ministre de l’Intérieur et le président lui-même ont respectivement menti, nié l’évidence et tenu des propos particulièrement affligeants, le cadre juridique et procédural dans lequel l’enquête sur ces violences se déroule aurait tout autant dû nous interpeller.
    Nous avons demandé à notre juriste de décortiquer les choix de l’action publique menée par Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice. Ses conclusions sont sans appel mais nous laissons nos lecteurs juges.


  • Le traitement des gilets jaunes par la justice renforce « l’idée qu’il y a les puissants d’un côté, et les autres »
    https://www.bastamag.net/Le-traitement-des-gilets-jaunes-par-la-justice-renforce-l-idee-qu-il-y-a-l

    Assiste-t-on à une justice d’abattage, taillée sur mesure pour le mouvement des « gilets jaunes » ? Les condamnations à la prison ferme ou avec sursis recensées par Basta ! montrent l’ampleur du volet judiciaire dans la répression du mouvement des gilets jaunes. Des comparutions immédiates très nombreuses, des dossiers vite ficelés, des condamnations parfois sans preuve concrète des faits reprochés, ou simplement pour avoir eu la volonté de participer à une manifestation qui a ensuite dégénéré : magistrats et avocats livrent quelques éléments d’analyse sur ces décisions judiciaires.


  • Affaire Benalla : petits #montages et gros #mensonges | Reportages | Là-bas si j’y suis
    https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/affaire-benalla-petits-montages-et-gros-mensonges

    Là-bas si j’y suis révèle aujourd’hui des vidéos exclusives qui font la lumière sur les étranges méthodes d’Ismaël Emelien, ex-conseiller du Président de la République et chargé de la cellule de riposte de l’Élysée au moment de l’affaire Benalla. Alors que le clan au pouvoir ne cesse d’accuser les « populistes » de toutes les turpitudes, on va voir que ces vaillants procureurs sont largement en tête dans la fabrication des #fake-news...

    Le journal Le Monde publiait vendredi 29 mars 2019 un article intitulé « Comment l’Élysée aurait fait diffuser un montage vidéo trompeur pour tenter d’excuser Alexandre Benalla ».
    #Là-bas si j’y suis qui travaillait sur la question depuis plusieurs semaines, apporte aujourd’hui des documents exclusifs et des éléments supplémentaires.

    Tout le monde a en tête la scène de cet homme déguisé en policier frappant un jeune homme place de la #Contrescarpe à Paris le #1er_mai 2018. C’est cette fameuse séquence filmée à l’époque par notre journaliste #Taha_Bouhafs, qui permet deux mois et demi plus tard au journal Le Monde d’identifier le proche collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre #Benalla. Nous sommes le 18 juillet 2018 au soir et ce qui deviendra « l’Affaire Benalla » vient d’éclater.

    La cellule riposte de l’Élysée, chapeautée à l’époque par Ismaël Emelien, organise alors la communication de crise du Palais. Dans le cadre de cette opération de déminage, c’est donc Ismaël Emelien, 31 ans, tête « pensante » de la macronie, qui se charge directement d’échafauder « le contre-feu » médiatique. Il fait alors diffuser une vidéo comportant deux séquences par un compte anonyme sur Twitter (@FrenchPolitic) détenu par Pierre LeTexier, responsable de la communication numérique d’En Marche, qui a admis face aux enquêteurs avoir propagé la « riposte » sous anonymat.

    [...]

    La passion du mensonge, des fake news et du montage fallacieux est décidément un art très partagé, mais pas toujours bien maîtrisé en #Macronie. À l’heure de la République « exemplaire » d’Emmanuel Macron où les fake news sont érigées en ennemi de la démocratie, Ismaël Emelien nous rappelle récemment sur France Inter que la manipulation et les mensonges sont l’apanage des « #populistes », que les « #progressistes » ont pour mission de combattre.

    – Les populistes... ils utilisent, et c’est factuel de dire cela, des #fake_news, beaucoup de techniques de manipulation, pour tenter de canaliser les sentiments de leurs électeurs vers des sujets qui n’ont rien à voir avec les vrais sujets qui sont importants pour le destin du pays., Ismaël Emelien sur France Inter le 26 mars 2019.

    Force est de constater qu’#Ismaël_Emelien tombe sous sa propre définition du #populisme.


  • La trahison des politiques. Ou pourquoi Christophe Castaner est une grosse pipe (Olivier Ertzscheid, affordance.info, 03.04.19)
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2019/04/la-trahison-des-politiques.html

    Mais avant, et d’aussi loin que je me souvienne, la question de l’#euphémisation de la #langue figure parmi mes causes de colère les plus violentes. C’est pour moi la pire des brutalités que de vouloir tordre le #réel, tordre l’évident, pour le faire entrer dans une gangue asservie aux intérêts de quelques-uns et, surtout, au détriment de tant d’autres. C’est peut-être pour cela que 1984 est l’un des rares ouvrages que je peux relire en boucle. Peut-être pour cela que la description du mal qui y est fait à la langue me semble toujours aussi intolérable qu’indépassable.
    […]
    Pour oser à ce point, et avec l’aplomb dont seuls disposent les parvenus et les cons, distordre la réalité des faits lorsque l’on est supposé occuper un ministère dont la fonction est d’en garantir l’exactitude, il faut à l’évidence se sentir protégé et couvert par une figure tutélaire dont on s’imagine que l’#autorité permettra de masquer sa propre insignifiance.