• Harvard Just Discovered that PowerPoint is Worse Than Useless | Inc.com
    https://www.inc.com/geoffrey-james/harvard-just-discovered-that-powerpoint-is-worse-than-useless.html

    Intuitively, we all know that PowerPoint is a horrible time-suck. (Admit it: don’t you groan inside when the first slide pops up?) And anecdotally, the world’s top entrepreneurs (like Jeff Bezos, Jack Dorsey and Mark Cuban) avoid it like the proverbial plague.

    At least two peer-reviewed studies buttress the anecdotes.

    A study conducted at the University of New South Wales in 2007 by John Sweller (the psychologist who invented Cognitive Load Theory) found that showing audiences the same words that are being spoken reduces, rather than increases, audience comprehension.

    In other words, when you throw up bullet points and then run through them, you’re guaranteeing that whatever you say will be quickly forgotten. Not because you’re bloody boring, but because people can’t read and listen at the same time.

    The entire concept of PowerPoint is apparently misbegotten, according to a recent Harvard study cited in Forbes, which found that

    “PowerPoint was rated (by online audiences) as no better than verbal presentations with no visual aids. (Ouch.)”

    Consider that for a second. You audience will be just as happy with your presentation if you do it without your slides. Which means the time you spent building the deck was basically wasted.

    #Powerpoint #Attention

    • Pour mémoire :

      Edward Tufte : Books - Essay : The Cognitive Style of Powerpoint

      https://www.edwardtufte.com/tufte/powerpoint

      Le fichier pdf téléchargeable ici :

      https://www.dropbox.com/s/y40a3794b1r7k1l/carto%20art%20tufte%20cognitive%20style%20powerpoint.pdf?dl=0

      The Cognitive Style of Powerpoint: Pitching Out Corrupts Within
      In corporate and government bureaucracies, the standard method for making a presentation is to talk about a list of points organized onto slides projected up on the wall. For many years, overhead projectors lit up transparencies, and slide projectors showed high-resolution 35mm slides. Now “slideware” computer programs for presentations are nearly everywhere. Early in the 21st century, several hundred million copies of Microsoft PowerPoint were turning out trillions of slides each year.

      Alas, slideware often reduces the analytical quality of presentations. In particular, the popular PowerPoint templates (ready-made designs) usually weaken verbal and spatial reasoning, and almost always corrupt statistical analysis. What is the problem with PowerPoint? And how can we improve our presentations?

      Ainsi que

      Powerpoint aux chiottes !

      https://seenthis.net/messages/637600

  • Une fois de plus, l’armée américaine « perd » une quantité sidérante d’armes et d’équipements militaires dans une zone à forte concentration en Al-Qaeda… (Au moins, cette fois, ils ne leur filent pas directement des sacs poubelles remplis de billets.)

    Pentagon loses track of $500 million in weapons, equipment given to Yemen
    https://www.washingtonpost.com/world/national-security/pentagon-loses-sight-of-500-million-in-counterterrorism-aid-given-to-yemen/2015/03/17/f4ca25ce-cbf9-11e4-8a46-b1dc9be5a8ff_story.html

    The Pentagon is unable to account for more than $500 million in U.S. military aid given to Yemen, amid fears that the weaponry, aircraft and equipment is at risk of being seized by Iranian-backed rebels or al-Qaeda, according to U.S. officials.

    Évidemment, j’ajoute ça à mon « petit récapitulatif » des curieuses « disparitions » de dizaines de milliards de dollars par les Américains :
    http://seenthis.net/messages/119431

    • Qui perd gagne...

      The US government has approved a request from Saudi Arabia to buy more than 19,000 bombs and smart bombs for its air force, the State Department said on Monday.

      Congress will have to green light the deal, but the $1.29 billion dollar sale is likely to go through, and will replenish Saudi stores used up in their war on Yemen.

      http://www.middleeasteye.net/news/us-approves-billion-dollar-sale-bombs-saudi-arabia-744641028#sthash.w

    • La même ici pour les non anglophones :
      http://www.lorientlejour.com/article/955266/les-etats-unis-autorisent-la-vente-de-bombes-a-larabie-saoudite-pour-

      AFP - Le gouvernement américain a autorisé la vente de plus de 17.000 munitions air-sol à l’armée de l’air saoudienne pour près d’1,3 milliard de dollars, a annoncé le département d’Etat lundi.
      Le Congrès devrait donner son feu vert à cette vente, qui a lieu au moment où des avions de l’Arabie saoudite bombardent les rebelles houthis au Yémen.

    • Une autre plus longue ... et gratuite

      Washington autorise la vente de bombes à Ryad pour 1,3 milliard de dollars
      AFP / 16 novembre 2015 23h02
      http://www.romandie.com/news/Washington-autorise-la-vente-de-bombes-a-Ryad-pour-13-milliard-de-dollars/649611.rom

      Washington - Le gouvernement américain a autorisé la vente de bombes et de bombes guidées à l’armée de l’air saoudienne pour près d’1,3 milliard de dollars, a annoncé le département d’Etat lundi.

      Le Congrès devrait donner son feu vert à cette vente, qui a lieu au moment où des avions de l’Arabie saoudite bombardent les rebelles houthis au Yémen.

      En dépit des critiques sur ces frappes accusées de coûter la vie à de nombreux civils, les Etats-Unis soutiennent leur allié saoudien, également engagé dans la coalition anti-jihadiste menée par Washington en Irak et en Syrie, où sévit le groupe Etat islamique.

      Interrogé sur cette vente à la monarchie du Golfe accusée par les groupes de défense des droits de l’homme de bombarder hors du cadre légal, le porte-parole de la diplomatie américaine a expliqué qu’il ne peut pas y avoir de solution militaire au conflit au Yémen.

      Nous appelons les Houthis à cesser de harceler et d’attaquer les citoyens et le territoire saoudiens et soutenons le processus de l’ONU, soit une résolution pacifique, s’est borné à dire Mark Toner.

      L’arsenal saoudien est faible en raison de la cadence soutenue des nombreuses opérations de contre-terrorisme dans lesquelles est engagée l’armée de l’air, a de son côté souligné l’agence américaine de coopération militaire (DSCA).

      La commande saoudienne comprend 12.000 bombes de 200 à 900 kg, 1.500 bunker busters qui peuvent pénétrer des cibles fortifiées ou souterraines et 6.300 bombes guidées de type Paveway II et Paveway III.

      En plus de ces bombes, les Saoudiens doivent recevoir des équipements permettant de guider les bombes par satellite.

      La vente proposée accroît la capacité de l’Arabie saoudite à faire face aux menaces actuelles et futures, a souligné la DSCA, assurant que la livraison encourageait la stabilité dans la région.

      Fin octobre, le gouvernement américain avait aussi approuvé la vente de quatre navires de guerre dernier cri à l’Arabie saoudite pour 11 milliards de dollars.

      Ryad veut moderniser sa flotte au moment où s’accroissent les tensions dans la région, où les navires saoudiens sont notamment confrontés aux bateaux iraniens dans le Golfe, à l’est du pays.

      L’Arabie saoudite est actuellement à la tête d’une coalition militaire arabe qui bombarde, depuis mars, les positions des rebelles chiites houthis au Yémen.

      Selon l’ONU, ce conflit a fait quelque 5.000 morts, dont plus de la moitié des civils, depuis le début de cette intervention en soutien au gouvernement yéménite de Khaled Bahah, reconnu par la communauté internationale.

  • Majed Bamya - Je ne voulais pas en parler. Trop pénible, trop...
    https://www.facebook.com/bamya.majed/posts/823198481126556

    Je ne voulais pas en parler. Trop pénible, trop difficile, ou peut etre parce que les mots semblent insignifiants face a une telle réalité. Mais l’execution sommaire d’un palestinien dans un hopital m’a decidé a rapporter ce que j’ai vu de mes propres yeux hier.

    J’ai participé a la marche pour commémorer le martyr de notre symbole Yasser Arafat de sa tombe jusqu’a la base militaire et la colonie de Beit El a Ramallah. Nous protestions contre cette occupation coloniale et ses crimes.

    Ce qu’on appelle communément les heurts ont eclaté. Mais définissons les heurts. Des jeunes munis de pierres contre des jeeps militaires blindes, des tours, des murs, et un arsenal militaire. Ici se passe l’histoire que personne ne vous raconte, celle du soulevement d’une génération qu’on assassine impunément. Aucun soldat ou colon israelien n’a été tué dans ces manifestations, alors que l’immense majorité des 80 martyrs palestiniens depuis un mois ont été assassinés en y participant. En focalisant l’attention sur les attaques aux couteaux, et en en faisant la source de l’escalade et non une de ses conséquences, Israel essaye de se faire passer pour la victime et de nous faire passer pour les agresseurs, et s’est octroyé le droit de commettre des éxécutions sommaires en se contentant de prétexter des attaques sans devoir amener aucune preuve ou se justifier.

    Nous étions entrain de discuter de la situation et des jeunes essouflés nous entouraient. Les soldats étaient hors de portée, et nous regardaient du haut de la colline, tout en se positionnant en formation de combat.
    Nous nous demandions quand est ce que commencerait la salve de bombes lacrymogenes qui durant les derniers jours ont provoqué la mort de deux personnes au moins et comment s’adapter au vent pour en minimiser la portée.

    Face à moi, à moins d’un mètre, un jeune homme porte la main a son cou, pour moi le temps est suspendu durant cette infinie seconde, je sais ce qui suivra... il s’écroule. Des taches de sang apparaissent sur son col. Les jeunes crient, appellent l’ambulance. Un jeune homme crie a la foule « des snipers, des snipers a couvert ». Panique dans la foule, on évoque d’autres jeunes qui s’ecroulent sans qu’un seul bruit de balle se fasse entendre. Tout le monde court pour esquiver ces balles silencieuses et invisibles. Devant nous apparait un homme a la main deformé et ensanglanté, comme un puzzle impossible a assembler de nouveau, il demande une ambulance. Des jeunes bravent les balles pour l’amener a l’ambulance. Les blessés se succèdent et il n’y a plus d’ambulances disponibles.
    Nous sommes à des centaines de metres des soldats et pourtant les balles réelles pleuvent desormais assourdissantes. Nous nous éloignons et les soldats se rapprochent. Un jeune appelle les gens à se mettre à couvert derriere les voitures, mais rien n’y fait des blessés continuent à tomber. On décide alors de se réfugier derrière un batiment. Alors que nous entreprenons cette course, un jeune à deux mètres derriere moi s’écroule, une balle l’a atteint dans le dos. Les soldats s’acharnent. C’est une punition collective, un terrorisme rendu possible par une totale impunité. Le jeune est à terre. Les autres jeunes se regardent. Ils ne peuvent le laisser. De nouveau leur courage défie toute logique et ils vont le porter et le mettre a l’abri, mais il n’y a plus d’ambulance. Une voiture passe par là, des gens supplient le conducteur d’amener le blessé à l’hopital, meme si cela signifie qu’il sera privé des premiers soins auquel il aurait pu s’attendre dans une ambulance. L’homme accepte.

    Nous sommes désormais a l’abri. Tout ce que je viens de décrire a eu lieu en 10 minutes. Ces jeunes palestiniens ne savent pas que dans de nombreux médias ils passeront pour la menace et ceux qui tirent à vue de l’autre côté de la colline comme les seuls à pouvoir prétendre à la securité qui les autorise au meurtre. Au mieux, personne n’en parlera de ces manifs, de nos blessés et de nos morts. Au pire, on dira qu’on l’a bien chercher. Les médias palestiniens ont relayé l’information. 20 personnes ont été blessés par balles lors de cette manifestation. Mais à ma connaissance aucun media international n’en fera état.

    Je suis animé d’une colère terrible. Les images de ces corps en sang ne sont pas les premiers que je vois, ni les derniers, mais quelque chose dans cette désinvolture des balles qui viennent se loger dans notre chair et nos rêves sans se soucier de nos prénoms ou notre histoire et encore moins de justice et de droits me révolte. Le sniper sait qu’il n’aura pas à répondre de ses actes. Un ami s’approche de moi, tente de m’apaiser, mais rien n’y fait. La saison de chasse est ouverte et cette chasse ne connait aucune réglementation.

    Nous sommes abandonnés à notre sort. Quoi que nous fassions, nous serons condamnés, nous sommes responsables de notre propre martyr, et de cette occupation et on exige de nous d’assurer la securité de l’occupant qui sème l’insecurite et la mort sur notre terre. Je regarde ces jeunes et ces enfants que nous sommes incapables de proteger. Je regarde ces soldats qui se sont accaparés nos collines pour nous priver de l’horizon. Je leur refuserai ce qu’ils cherchent, que cette colère se transforme en haine aveugle et j’apprivoiserai ma rage pour qu’elle devienne détermination, même s’ils font tout pour rendre cette tâche impossible. Notre force est de trouver dans cette rage non l’égarement de la haine mais les sentiers de la volonté qui mènent à l’espérance.
    Plus de 80 Palestiniens tués en un mois, et plus de 2000 palestiniens blessés par balles, la plupart n’ont pas atteint leurs 18 ans. Ils sont nés avec l’occupation et l’oppression et le déni de leurs droits, comme leurs parents et leurs grands parents. Ils sont à se demander si leurs propres enfants connaitront la meme tragedie et si un jour ils vivront libres comme les autres peuples du monde. Je connais la réponse à cette question, elle est inscrite en lettres indelibiles dans mes veines et dans chaque couche de mon âme, nous serons libres. Mais a cet instant précis, de feu et de sang, je ne parviens pas a distinguer la route qui mène a cette horizon.

    #Israel #Palestine #Violences #Snipers #Etat_Criminel #punition_collective #Témoignage #Majed_Bamya

    • 70 injured in West Bank clashes during Arafat commemoration marches
      Nov. 11, 2015 4:53 P.M. (Updated: Nov. 12, 2015 12:21 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=768766

      BETHLEHEM (Ma’an) — Clashes erupted across the occupied West Bank on Wednesday after marches to mark the 11th anniversary of Palestinian leader Yasser Arafat’s death, with at least 70 Palestinians shot and injured by Israeli forces.

      Large rallies were held in Hebron, Ramallah, Bethlehem, and other West Bank cities to commemorate the late president’s death in 2004, with crowds of people waving Palestinian flags and carrying portraits of Arafat.

      In Ramallah’s al-Bireh city, Israeli forces shot and injured more than 70 Palestinian youths with live fire and rubber-coated steel bullets during clashes in the al-Balou area in northern al-Bireh.

      One protester, shot in the chest with live fire, is in a critical condition. Medical sources said that the youth underwent surgery in the Ramallah Governmental Hospital where his condition was reported as “very critical.”

      Other injuries were reported as light to moderate, with medics and journalists also injured during the clashes.

      Sources added that Israeli forces used silencers when shooting off live fire at the protesters.

  • L’Etat islamique revendique le double attentat-suicide de Beyrouth
    http://www.lemonde.fr/international/article/2015/11/12/double-attentat-suicide-dans-un-fief-du-hezbollah-au-sud-de-beyrouth_4808562

    dans un fief du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth

    Comme pas mal d’autres je pense, je commence à ne plus supporter du tout qu’on nous parle SYSTEMATIQUEMENT du « fief du Hezbollah » ou de son « bastion » (plus militaire encore), quelles ques soient les circonstances. Un « quartier populaire de Beyrouth », c’est vraiment impossible à écrire ? les victimes sont des chiites-enrôlés-par-le-Hezbollah ou juste de pauvres civils massacrés par des tueurs qu’on arme en toute impunité depuis des années ?

    #liban

  • À 17 ans, ils découvrent un théorème plus performant que les ordinateurs

    http://www.slate.fr/story/109579/prodiges-theoreme-performant-ordinateur

    Ivan Zelich a commencé à parler à l’âge de 2 mois. À 14 ans, ce jeune surdoué australien s’est vu proposer une place à l’université, mais il a refusé, préférant suivre une scolarité normale pour ne pas être déconnecté de la réalité des jeunes de son âge. Il n’empêche que pour tuer le temps pendant ces années trop simples pour lui, Ivan Zelich a travaillé sur des théorèmes mathématiques. En collaboration avec Xuming Liang, un autre élève surdoué rencontré sur un forum de sciences, il vient de mettre au point un théorème possiblement révolutionnaire.

    Le théorème de Liang Zelich permet de rendre certains raisonnements beaucoup plus rapides, et même d’effectuer de nombreux calculs complexes plus rapidement que les ordinateurs les plus performants. Il représente la logique mathématique sous la forme d’une structure géométrique permettant de sauter très rapidement d’un point de raisonnement à un autre.

    Comme le résume le Daily Mail :

    « Par exemple, une démonstration qui prenait cinq pages jusqu’ici a été réduite à quatre lignes grâce à une application de ce théorème. »

  • À propos de l’hébergement de seenthis.net

    Après la panne (définitive) de la dedibox d’@arno#seenthis était installé au départ, le site a migré sur le serveur de @rezo.

    Il y tourne depuis un moment sans problème de charge ni d’espace disque, et peut continuer à tourner ainsi un certain temps. Nous ne sommes donc pas contraints par l’urgence.

    Mais à moyen terme cette situation n’est pas désirable, ni pour moi (qui ne souhaite pas héberger les contenus d’un site ouvert au public), ni pour le projet (qui ne devrait pas reposer sur une seule personne).

    Je souhaite donc (en accord avec @arno) que se mette en place un groupe qui prenne en charge cet hébergement à tous points de vue (disons : démocratique, financier, technique et administratif). Nous participerions à ce groupe.

    Description technique

    Basé sur #SPIP, seenthis.net nécessite à l’heure actuelle un dispositif #LAMP ; son moteur de recherche utilise #Sphinx ; on emploie #Varnish en front pour alléger le trafic sur Apache, et #memcached pour le cache interne.

    Des backups quotidiens hors-site sont automatisés (et vérifiés de façon régulière). Les notifications sont envoyées via postfix (et parfois via #mandrill quand ça coince au niveau réception).

    Les utilisateurs remontent régulièrement :
    -- le besoin d’ajouter https sur le serveur (avec un certificat #letsencrypt)
    -- le fait que les mails de notification tombent souvent en spam

    Évolutivité

    On aimerait aussi que le serveur ne bloque pas les pistes de développement qu’on peut déjà avoir en tête :
    -- d’envoyer des mails à quelqu’un (pour des messages privés)
    -- de récupérer/synchroniser ses messages via github/rsync/
    -- d’avoir plusieurs instances communiquant en réseau (à la mode diaspora*) / révision de l’API / branchement sur d’autres réseaux / SàT.
    -- etc.

  • Les Inrocks - Jeux vidéo en ligne : pourquoi certaines joueuses cachent qu’elles sont des femmes ?
    http://www.lesinrocks.com/2015/10/17/actualite/jeux-video-en-ligne-pourquoi-certaines-joueuses-cachent-quelles-sont-des

    Harcèlement ou condescendance, insultes ou drague lourde : de nombreuses gameuses ont déjà préféré se faire passer pour des hommes lorsqu’elles jouaient en ligne dans l’espoir qu’on les “laisse tranquilles”. Enquête sur cette pratique, plus courante qu’on ne le croit.

    #geek #sexisme

    • Pendant plusieurs années si j’écrivais au masculin en contribuant à #SPIP, c’était vraiment pour soutenir la politique de l’anonymat. Et j’ai changé plusieurs fois de pseudo, toujours bigenré. Je considérais que l’égo ne devait pas entrer en scène dans un collectif et que révéler que j’étais une femme aurait aussi donné des moyens de me distinguer des autres, ce que je ne voulais pas. Un peu comme l’usage du pseudo #Camille des militants ZAD.
      Je sortais de plus de 15 ans de trucage numérique (télé/ciné), et les équipes de production étaient mixtes, nous étions des passionné·es d’abord, des précurseurs sans sexe (je me trompais complètement), je réalisais vaguement le sexisme qui existait mais jamais dans la proportion qui allait advenir.
      J’ai modifié cette politique quand une amie qui débutait s’est inscrite sur un forum Linux, son pseudo féminin donnant lieu à drague, blague vaseuse, condescendance tandis qu’elle avait droit à un traitement « normal » avec un pseudo masculin.
      Il y a nécessité de montrer que je suis une femme, et je demande à ce que mon nom féminin soit inscrit en clair sur les plugins auquels je participe. Ça me gonfle un peu de faire cela, parce que je ne veux pas que ce soit ma première caractéristique. Sauf que je vois qu’il n’y a qu’une femme qui puisse ressentir profondément le sexisme quand il pointe son nez. Et j’espère surtout donner envie à d’autres femmes de participer à l’open source et j’enjoins les hommes (parfois avec très peu de diplomatie) à défendre un mode inclusif, et franchement, ça m’épuise quand je vois l’ampleur de ce travail.

  • Google gagne le droit de scanner des millions de livres - Politique - Numerama
    http://www.numerama.com/politique/127034-google-gagne-le-droit-de-scanner-des-millions-de-livres-sans-autori

    Une cour d’appel américaine a confirmé que Google avait bien le droit de numériser tous les livres qu’il voulait aux États-Unis, sans l’autorisation des ayants droit.

    #veille #GAFA

  • Le #CERT du #Crédit_Agricole accusé de multiples infractions par un lanceur d’alerte
    https://reflets.info/le-cert-du-credit-agricole-accuse-de-multiples-infractions-par-un-lanceur-

    Cette nuit a été assez mouvementée. Si vous l’avez raté, c’est sur Twitter que ça se passe. Dans la journée d’hier depuis le compte @cyrilbruder balance du lourd sur les pratiques « étranges », et c’est un euphémisme, du CERT (Computer Emergency Response Team) du Crédit Agricole… tout y passe allant de la simple négligence à des infractions plus […]

    #Rainbow_Hat #Sécurité

  • Exploitation ordinaire dans le domaine du transport scolaire de personnes handicapées. Depuis deux mois, une nouvelle boîte a récupéré ce marché auprès du Conseil départemental d’Indre-et-Loire, en faisant une offre d’un montant inférieur de 20% à celles de ses concurrentes. Et pour pouvoir proposer de tels tarifs, Vortex, la boîte en question, contourne allègrement le droit du travail. Renseignez-vous, c’est peut être le prestataire de votre département.

    Deux articles sur la question :

    Salaires au rabais, heures non payées... les chauffeurs de Vortex manifestent devant le Conseil départemental
    http://larotative.info/salaires-au-rabais-heures-non-1218.html

    « On n’a jamais vu un bordel comme ça », témoigne une salariée qui a dix ans d’ancienneté et a vu se succéder les prestataires (Alphacars, VAD, Keolis, Veolia-Transdev...). Les salaires du mois de septembre ont été versés avec plusieurs jours de retard, et certains chauffeurs attendent toujours leur paye à la mi-octobre. Tous les salariés dont le contrat a été repris par Vortex ont observé une baisse de leur salaire horaire, passé à 10,11 euros, contre 10,31 euros précédemment (et 10,51 pour les salariés les plus anciens). La plupart ont constaté que des heures de travail, voire des journées, n’avaient pas été comptées. Au final, beaucoup d’entre eux se retrouvent avec une perte de salaire mensuel pouvant avoisiner la centaine d’euros sur des paies déjà maigres, qui tournent entre 400 et 900 euros.

    Les nouveaux embauchés, souvent plus chargés en heures que les anciens, ont dû payer de leur poche la visite médicale obligatoire ; certains l’ont passée après plusieurs jours de roulage. Il arrive régulièrement que les salariés soient amenés à avancer de leurs poches des prestations.

    Pour le mois d’octobre, il est dit que la paie concernera seulement les jours travaillés ; avec les vacances scolaires, cela ferait donc seulement 15 jours payés, alors que dans les boîtes précédentes un lissage du temps de travail était fait sur l’année, permettant une base garantie mensuellement.

    A., 59 ans, conductrice pour 432 euros par mois : « on veut pas rester avec Vortex, c’est des requins »
    http://larotative.info/a-59-ans-conductrice-pour-432-1217.html

    Là, on vient d’avoir nos salaires. Il y a des jours où j’ai travaillé, on me dit que j’ai pas travaillé, on me met « absence injustifiée », moins deux heures. J’ai été voir hier, soit-disant que ça va revenir. J’ai des jours où il y a marqué « provision », ça veut dire qu’ils nous comptent que deux heures au lieu de trois heures et demi. Donc faut encore attendre le mois prochain, parce qu’ils ont pas eu le temps depuis le 15 septembre de faire les feuilles de salaire...

    Il y a eu des retards dans les versements des salaires, et ils sont encore trois à ne pas avoir eu leur salaire. C’est pour ça qu’on se plaint, on n’en peut plus. On appelle à Montpellier, mais ils disent d’appeler à Tours, et quand on appelle à Tours ils disent d’appeler à Montpellier. Ils se permettent de téléphoner à 8h30 pour nous confier un enfant. On travaille le mercredi, alors que nos contrats prévoient qu’on ne travaille pas ce jour-là. Et j’ai un mercredi qui n’a pas été payé, soit-disant que je n’ai pas travaillé. D’ailleurs, on ne sait même pas si on est couverts dans ces cas-là.

    On doit se débrouiller seuls. L’autre jour, je suis allé chercher une enfant à La Rabière pour constater qu’elle était déjà partie avec un autre chauffeur. Tout se passe comme ça, c’est mal organisé. Les secrétaires, les pauvres, ne sont pas bien traitées.

    #transport #handicap #exploitation

  • Cotisations sociales : pourquoi les patrons fraudeurs sont si rarement poursuivis
    http://www.bastamag.net/Cotisations-sociales-pourquoi-les-patrons-fraudeurs-sont-si-rarement-pours

    Il existe un moyen pour résorber le déficit de la Sécurité sociale, sans rogner sur les remboursements de soins, les #Retraites ou les indemnités chômage : combattre réellement les fraudes patronales aux cotisations sociales. Celles-ci dépassent les 16 milliards d’euros. Des employeurs des secteurs du BTP, de la restauration ou de la sécurité privée en sont les principaux responsables. Sur le papier, ils encourent de lourdes sanctions. Mais en pratique, elles sont rarement et faiblement appliquées. Et (...)

    #Décrypter

    / #Conditions_de_travail, Quel avenir pour nos #Protections_sociales ?, Retraites, Protections sociales, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • Pénaliser un demandeur d’asile pour avoir utilisé une fausse identité pour quitter son pays où il était menacé
    http://blogs.mediapart.fr/blog/fini-de-rire/151015/penaliser-un-demandeur-dasile-pour-avoir-utilise-une-fausse-identite

    Bien cachées sous les belles déclarations d’accueil des réfugiés - belles, mais soigneusement limitées, tout de même - les pratiques préfectorales d’empêchement se perfectionnent. Jusqu’à pénaliser les réfugiés sortis illégalement du pays qu’ils fuyaient, au mépris de la Convention de Genève (1951) relative au statut des réfugiés.

    • La nouvelle invention de la #préfecture de Rennes
      Depuis cet été 2015, la préfecture de Rennes a utilisé la loi existante pour élargir le nombre de #demandeurs_d’asile concernés par la #réadmission ou par la #fraude et donc la procédure prioritaire. Au lieu de se contenter de vérifier ce qu’a fait le demandeur d’asile une fois entré en Europe ou en France, elle a décidé de vérifier ce qu’il a fait pour fuir de son pays. Elle a notamment cherché à voir si la personne n’avait pas fraudé pour fuir son pays.

      Au début, nous avons rigolé car nous ne pensions pas qu’une préfecture aurait le droit un jour de reprocher, à une personne qui fuit parce qu’elle est menacée, de mentir ou de tricher pour quitter son pays. Eh bien, nous avons eu tort de rigoler car, le lundi 21 septembre, le #tribunal_administratif vient de donner raison à la préfecture de Rennes ! Ce qui s’est passé est très grave car, grâce à cette nouvelle pratique, la préfecture de Rennes va pouvoir faire réadmettre de force beaucoup plus de demandeurs d’asile ou retirer leur récépissé aux autres.

      Pour gérer des #illégalismes, on va ainsi jusqu’à qualifier et prendre en compte des comportements qui se sont produits hors du territoire national. Elle est pas belle la souveraineté !

      #étrangers #Collectif_de_soutien_aux_personnes_sans-papiers_de_Rennes

  • Les frontières vont contre les intérêts les plus évidents des peuples
    (L’Etat, Bernard Charbonneau, 1949)

    Un monde sans frontières nous est aujourd’hui inconcevable. A une époque où progrès et recul n’ont plus qu’une signification militaire, leur tracé répond à notre besoin de clarté. Et pourtant la frontière est un fait relativement récent, - même celles qui semblent le mieux marquées par la nature, comme la frontière des Pyrénées. [...] Pas plus que les marins les pasteurs pyrénéens ne connaissaient de #frontières, et les hauteurs maintenant jalonnées de bornes n’étaient que les estives où erraient les troupeaux. Alors Iraty n’était que la montagne d’Iraty : arraché aux forêts, un espace libre soulevé pour voir la mer. Il n’appartenait à personne sinon aux hommes du pays, aux puissances invisibles : au vent noir, au sapin foudroyé. [...]
    Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà, - mais seulement à une époque récente. Une #histoire de la frontière montrerait comment elle est devenue de plus en plus précise et hermétique avec le progrès de l’Etat, pour aboutir finalement à ces rideaux de fer derrière lesquels les peuples étouffent. L’#Europe était autrefois sillonnée par une multitude de limites invivisibles : religieuses, économiques ou mêmes politiques ; elles ne se juxtaposaient pas, et elles n’avaient rien d’absolu. Au Moyen Âge les limites du royaume de France ou celles de l’empire furent d’abord moins importantes que celles de tel fief ou de tel évêché. C’est le jour où l’#Etat a absorbé en lui toutes les activités que ses frontières ont résumé en elles toutes les limites. Le jour où il devient totalitaire la clôture devient totale : dans l’Europe de 1914 on voyageait encore sans #passeport, dans celle de 1939 seul le soldat pénètre en pays étranger. Sur les cols où fraternisaient les hommes des vallées sont montés les arpenteurs qui ont fixé les bornes. Puis sont venus les douaniers et les soldats, au fond des gorges et sur les cols ils ont bâti des postes. Là où soufflait le vent passe la patrouille, là où tremble la source claque le coup de feu. L’espace est clos, des fils électrisés le ferment.
    Il n’y a plus de Pyrénées, mais une frontière pyrénéenne, et la plaine du Nord et coupée par des barrières aussi hautes que la chaîne du Caucase : la #technique qui détruit les barrières naturelles permet aux gouvernements d’en établir d’artificielles. Dans un monde qui s’uniformise, qui passe la frontière change semble-t-il d’univers. Si pour quelques-uns elle est le mur d’une prison dont ils rêvent de s’évader, pour la plupart elle est la clôture rassurante qui borne le milieu où ils peuvent vivre ; l’écran qui leur dissimule les possibles vertigineux du dehors : à l’extrême une frontière bien défendue les dispense d’être et de penser. Seules les frontières peuvent donner une forme à des pays qui n’existent que par l’espace et la puissance. Quand elles se rétrécissent la #nation étouffe, et quand elles s’écartent elle respire. La frontière qui protège la nation l’enferme ; tôt ou tard elle l’enfonce pour déboucher sur le vide.
    Il n’y a pas de frontières naturelles ; les frontières sont trop minutieuses : avec leurs détours compliqués et leurs enclaves elles évoquent les hasards des avances et les reculs d’un front de tranchées. Le territoire qu’elles dessinent n’a rien de stable, ni d’éternel. Les unités géographiques les plus sûres sont partagées, par exemple la péninsule ibérique reste coupée en deux par une frontière qui tranche du nord au sud ses zones naturelles. Ailleurs, ce sont les limites de la nation qui débordent celles du pays ; la plus souvent elles sont à la fois en deçà et au delà. [...] Le sentiment national n’est que le sentiment (souvent provoqué) d’être lié à la grandeur d’un Etat ; c’est pourquoi le nationaliste, tout en souffrant comme d’une blessure des mutilations qui déforment la silhouette de son pays, est toujours prêt à accepter les accroissements qui la rendent méconnaissable : la Nation tend à se dégrader en Empire.
    Il n’y a pas de « pays », au sens national de ce mot ; il n’y a pas de territoire prédestiné, mais simplement le champ d’expansion d’un Etat, qui se rétrécit ou se distend avec ses forces. On dit souvent que la Pologne a succombé parce-qu’elle n’avait pas de frontières naturelles, - la principauté de Moscou non plus. Le Brandebourg, découpé arbitrairement dans une grande plaine, avait des frontières autrement impossibles que celles de la Pologne ; pourtant ces frontières durèrent parce-qu’elles délimitaient l’espace d’un Etat particulièrement dur. Les Etats forts trouvent toujours des historiens qui justifient par la géographie un tracé établi par la guerre : s’ils ne peuvent l’expliquer par la montagne ils l’expliqueront par le fleuve, et s’il n’y a qu’une plaine, par la forêt.
    [...]
    Les frontières vont contre les intérêts les plus évidents des peuples, et si à l’intérieur des nations il y a des intérêts communs, c’est le fait de l’Etat qui les impose.

    #militarisation #totalitarisme
    cc @cdb_77 @reka @odilon @visionscarto

  • Je copie ici une petite missive envoyée à la mairie de Lille :

    Bonjour,

    Je suis un habitant Lillois, du quartier de Moulins. Je m’appelle Constantin Alexandrakis. Je vois avec plaisir sur votre site internet que vous avez décidé de communiquer sur le thème de la solidarité avec les migrants (Je cite votre slogan : « Soutenons les réfugiés, Lille et les Lillois se mobilisent »).

    Je vous écris ce mail parce que, moi aussi, je suis indigné et que j’aimerais participer à votre grande et belle campagne de communication.

    En effet, j’apprécierais beaucoup de voir figurer sur votre site internet, un rapport sur les actions qui ont été prises hier contre un groupe de jeunes réfugiés isolés, obligés de dormir dehors depuis maintenant deux mois.

    Hier, la Police aux frontières, accompagné par votre police municipale bien sûr, a débarqué en masse et sans prévenir. Ils ont embarqué, inutilement, au prétexte d’un contrôle d’identité, des jeunes qui se sont depuis bien longtemps signalés aux autorités et dont le seul crime est d’être en procédure de régularisation.

    L’idée généreuse, le prétexte, des différentes polices réunies ici, semblait d’enfin trouver un hébergement pour ces jeunes. C’est en tout cas ce qui nous as été vaguement raconté par une obscure et désagréable personne en gabardine noire...

    Hélas, hélas, trois fois hélas, il semble y avoir eu quelque défaillances, puisque trois d’entre eux seulement ont pu trouvé une place pour une nuit seulement...

    Mobiliser une cinquantaine de policiers payés avec nos impôts pour un tel résultat, belle efficacité, bravo, vraiment.

    Également, votre police municipale, accompagné d’un camion poubelle, avait pour mission de « nettoyer » le parc des Olieux, (qui soit-dit en passant n’a jamais été aussi propre, merci).

    « Nettoyer », c’est-à-dire de ni plus ni moins balancer aux ordures le peu d’affaires que ces jeunes avaient réussi à amasser, notamment de précieux sac des couchages....

    Bref, en un mot comme en cent, je tiens à vous faire part de mon plus profond respect et de ma grande admiration pour vos méthodes.

    Je vous présente donc officiellement toutes mes félicitations pour votre accueil digne et généreux, en accord total avec vos slogans sur internet.

    J’aimerais également vous faire remarquer que nous sommes une petite centaine d’habitants à s’occuper de ces jeunes depuis un mois maintenant. On les nourrit, on se débrouille pour les loger, on fabrique un journal, on s’occupe du suivi scolaire, on donne des cours de français... Bref, je pense que même si vous cassiez à chacun d’entre nous deux bras et un pied, nous réussirions à faire trois fois mieux que vous.

    à bon entendeur, salut.

    Constantin Alexandrakis

  • Le travail en prison : une zone de non-droit sociale et un laboratoire de la flexibilité néolibérale
    http://www.bastamag.net/Le-travail-en-prison-une-zone-de-non-droit-sociale-et-un-laboratoire-de-la

    Les personnes détenues peuvent demander à travailler pendant leur incarcération. L’intention est louable : travailler leur apporte un revenu et leur permettra peut-être de bénéficier d’une formation. Le tout favorise leur réinsertion après leur libération, et réduit les risques de récidive. La réalité est bien plus sombre : cette possibilité n’est proposée qu’à une minorité de détenus. Et quand ceux-ci travaillent, c’est en dehors du toute réglementation minimale avec des salaires misérables pouvant descendre à (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Transformer_le_travail, #Enquêtes, #Conditions_de_travail, #Inégalités, Droits (...)

    #Droits_fondamentaux

  • Le gouvernement russe a annoncé son intention de bloquer tout #Wikipédia en #Russie, sur un prétexte de drogue.

    Aujourd’hui, cela ne semble pas vraiment fait. Si on demande aux (environ) 400 sondes RIPE Atlas qui opèrent en Russie, la grande majorité semble pouvoir résoudre le nom ru.wikipedia.org :

    % python resolve-name.py -c RU ru.wikipedia.org
    Measurement #2347461 for ru.wikipedia.org/A uses 439 probes
    [91.198.174.192] : 405 occurrences
    [10.10.128.2] : 1 occurrences
    [208.80.154.224] : 6 occurrences
    [94.231.114.190] : 1 occurrences
    [212.67.0.36] : 1 occurrences
    Test done at 2015-08-25T08:22:07Z

    Les quelques sondes qui voient une autre adresse que la bonne (91.198.174.192) voient des adresses IP localisées en Russie (détournement #DNS).

    Il ne semble pas non plus y avoir de blocage IP : les sondes peuvent se connecter et récupèrent apparemment un certificat correct (je n’ai pas validé les certificats obtenus, juste regardé les champs) :

    % python cert-name.py -c RU -r 500 91.198.174.192
    427 probes reported
    [FAILED TO GET A CERT: timeout reading hello] : 2 occurrences
    [FAILED TO GET A CERT: connect: timeout] : 3 occurrences
    [<X509Name object '/C=US/ST=California/L=San Francisco/O=Wikimedia Foundation, Inc./CN=*.wikipedia.org'>] : 422 occurrences
    Test done at 2015-08-25T08:43:39Z

    Sinon, quelques liens intéressants, surtout dus à https://twitter.com/MaliciaRogue qu’on remercie bien fort :

    La décision de justice en Russie https://upload.wikimedia.org/wikimedia/ru/5/51/2-290-2015.pdf

    Le communiqué de l’agence TASS (oui, comme du temps de la guerre froide) http://tass.ru/en/russia/816153

    L’article de Meduza qui a été le premier à l’annoncer https://meduza.io/en/news/2015/08/24/russia-bans-wikipedia

    L’annonce du gouvernement russe http://rkn.gov.ru/news/rsoc/news34253.htm

    Une synthèse des Izvestia http://izvestia.ru/news/590259

    Une synthèse en anglais http://www.rt.com/politics/313243-russia-watchdog-decides-to-block

    Et, en français : http://www.numerama.com/magazine/33991-la-russie-ordonne-aux-fai-de-bloquer-la-version-russe-de-wikipedia.h

  • On reprend sur le thème de l’imposteur et de l’auto-sabotage, avec un poil plus de recul que la dernière fois. Je vais tenter de lister les caractéristiques d’expression de mon syndrome (ce n’est peut-être pas pareil pour tout le monde, je ne sais pas, dites moi).

    Symptômes ressentis :
    – angoisses, angoisses et angoisses. Toujours.
    – un grand sentiment de lucidité et de mépris de soi, sur chaque geste ("j’aurais pu faire comme ci ou comme ça, cette personne là - que j’apprécie - aurait fait comme ça)
    – sentiment d’admiration quasi-enfantin pour toutes les personnes que je rencontre
    – (va avec éblouissement à la vue de quelqu’un qui aurait un peu de confiance en soi, du moins en apparence)
    – fatigue, découragement, flemme (grande flemme, allant jusqu’à la désinvolture)
    – sentiment d’être menacée par une critique même moindre ("Ah je suis découverte ! Je vais me faire virer !" déjà arrivé deux fois en un mois)
    – grande émotivité
    – grande empathie (c’est une bonne chose, c’est certain, mais couplée à l’émotivité, l’empathie est parfois un peu extrême)

    note à moi-même : voir si tous ces « sentiments » sont liés au syndrome ou si certains (ex : grande empathie + grande émotivité, ne sont pas juste des traits de personnalité, j’ai toujours pleuré pour la moindre trace de tristesse dans les yeux de qqun d’autre, alors ça ne m’étonnerait pas)

    La (ma) conséquence : l’auto-sabotage.
    En lisant internet et plusieurs sources différentes, certaines assez... obscures ; on note qu’il peut y avoir soit un burn-out du fait d’un travail supplémentaire pour en arriver au niveau que l’on exige de soi-même
    – soit un underdoing, on lâche prise, on se décourage, on en fait plus une. Etant d’un naturel assez contemplatif et passif - Oblomov c’est pas pour rien - je suis dans l’underdoing. Je vais arrêter de travailler, tout lâcher, partir à 17h30, rester la journée dans mon canapé, même avec une échéance proche (c.f. mon dernier post). S’en suivent des jolis reproches auto-envoyés comme « je l’ai bien mérité » (en soi, c’est vrai) qui justifierait (mais je ne suis pas psy) mon imposture.
    – Une humeur en dents de scie : je suis parfois ultra-motivée pour faire plein de choses, je fais des listes, je lis des choses que j’avais envie de lire, je ne procrastine pas tout mon planning. Oui MAIS, vient la phase de rédaction de ce travail. Et là arrive le package all-inclusive de l’imposteur auto-saboteur (Oblomov IAS de mon vrai nom)

    Voilà un premier recensement plutôt objectif des effets du syndrome de l’IAS (vous en pensez quoi ?) de la matérialisation de ce « syndrome » (ou phénomène dans la littérature, mais rapprocher ce « phénomène » de la pathologie ne me paraît pas aberrant dans les cas comme le mien). Je cherche encore des solutions (mais finalement étant le pire juge de moi-même, je doute que cela me vienne tout seul, je vais encore farfouiller Internet, j’en parle à mon copain maintenant, qui m’a somme toute l’air assez détaché, bien qu’inquiet. Et peut-être faudra-t-il se tourner vers un psy ?

    Ca c’est pour le travail personnel. Pour ce qui est de fouiller la litté et les biblio pour sourcer un peu le problème dans un contexte plus sociétal (social, socio-économique..), je vais m’y mettre mais j’ai encore du mal à distinguer les bouquins sérieux des bouquins de développement personnel un peu « mystique ». Je ne rejette pas de fait le bien-fondé de certains courants alternatifs de la psychologie mais ce n’est pas ce que je recherche.

    (je crois qu’il faut tagger alors allons-y gaiement : #imposteur voilà.)

    N.B. Le nombrilisme fait-il partie des caractéristiques d’un IAS ?

    • attention, je vois passer beaucoup de post sur le # imposteur, mais ce n’est pas forcément lié (ex : la fabrique des imposteurs, j’ai parcouru quelques pages à la librairie hier, et nope, je ne m’y suis pas retrouvée).

    • Je pense qu’il y a nécessité à remonter à la source. Ce sentiment arrive souvent à des enfants des classes populaires qui ont pris l’ascenseur social, par exemple.
      Il y a aussi à regarder les processus de dévalorisation et de survalorisation. Souvent, les gens qui ont été « poussés » ne se sentent pas à la hauteur des trop fortes espérances placées en eux. Ou alors, il s’agit d’un processus particulièrement fin de sabotage pour désobéir à une injonction de réussir par procuration dans une vie qu’on n’a donc pas choisie. Ou alors, c’est l’impossibilité de l’extirper de l’ombre du commandeur.
      En gros, interroger tes relations familiales et les intentions des uns et des autres.

      J’ai croisé pas mal de filles, par exemple, très tirées vers le bas par leur mère. Rivalité, mais pas seulement : il y a des jugements péremptoires qu’on se prend dans les gencives étant gosse « tu es trop conne pour faire quelque chose de ta vie » ou « Moi, je n’ai pas eu la chance de faire les études que je méritais » (peut-être bien parce que tu es née et que tu m’a gâché la vie...) et qui finissent par se graver au fer rouge dans ta mémoire, à même être constitutives de ta personnalité.

      Le psy est juste un regard extérieur qui t’aide à remettre tout cela sur le tapis pour arriver ensuite à trier et évacuer le nuisible. C’est d’ailleurs pour cela que les entourages ne raffolent pas de ce genre de démarches, parce qu’il y a de sales petites choses qui remontent forcément à la surface.

      Sinon, tu as le contexte, comme le choix d’une filière peu accueillante pour les filles où chaque moment, profs et étudiants te font bien sentir que tu n’es pas « à ta place ».

      Il y a aussi notre société hyper hiérarchisée (tout en prétendant le contraire) et de plus en plus obsédée par la compétition et le néodarwinisme social. Cette course constante à l’excellence et à l’échalote est, pour moi, le meilleur fournisseur officiel de clients à psy et anxiolytiques. C’est Highlander tous les jours : « il ne peut y en avoir qu’un », ce qui amènent tous les autres à penser qu’ils ne sont pas à la hauteur de la tâche. Mais ce n’est pas parce qu’il n’y a que 3 places au concours que les trois cents autres sont des bras cassés.

      Donc je vois 2 angles d’attaque simultanés :

      1. une action à effet immédiat comme te le conseillaient d’autres sur le fameux fil interminable qui consiste à programmer ton travail en mode systématique. L’hygiène de l’assassin, en quelques sorte : tu règles ta journée au métronome. Telle heure, lever, déjeuner (ha ouais, tu déjeunes pas ? Et ben tu vas te forcer : hydratation et sucres lents) et paf, une tomate de travail (d’après les minuteurs de cuisine en forme de tomate) : 25 minutes à écrire, même des trucs nuls et mal branlés, même des notes et du désordre, produire à toute force, jusqu’à ding final. Tu ne dois pas juger de ce que tu fais. On s’en fout des fautes et tout. Ensuite, une plage de repos de 10 min avec ding à la fin et paf, re 25 minutes.

      Pourquoi 25 minutes : parce que c’est le temps où tu peux être concentrée à fond sans trop d’efforts, efficace et tout. Ensuite, tu dois relâcher l’attention. Et 25 minutes c’est à la fois pas énorme et beaucoup.
      Tu places tes premières 25 minutes en premier après déjeuner. Ensuite, tu prends 10 minutes pour tes mails ou te doucher et paf, tu reprends.

      C’est le premier niveau. Tu crées une routine de travail un peu abrutissante dans le mode bourrin : tu produis et c’est tout. À toi de programmer les taches intellectuelles et les taches mécaniques en fonction de ton horloge interne. Pour ma part, j’écris très bien le matin, je tri les papiers ou je fais les comptes l’après-midi et je peux avoir une phase créatrice intense et bordélique en fin de soirée. Faut donc apprendre à faire avec ce qu’on a.

      2. l’introspection au long terme pour dénouer l’origine de ton sentiment d’illégitimité et lui faire la peau. Processus long, douloureux et incertain qui nécessite donc la mise en place des routines de travail bourrines pour t’éviter d’attendre 20 ans que tu ailles mieux.

      3. Ne pas hésiter à utiliser la méthode Coué améliorée qui consiste donc à se raconter au quotidien comme on aimerait être : « Oui, je suis capable de faire ce boulot », « oui, je ne suis pas plus nulle qu’une autre », « oui, je mérite cette place ou cette récompense », etc.
      Je sais, ça fait gourou du markéting, mais c’est assez efficace comme processus de blocage immédiat des pensées négatives et auto-dénigrentes. Limite, tu te tapes le buste en gueulant « Je peux le faire » avant de lancer une tomate.

      Et plisse ton visage en forme de sourire. C’est ridicule, je sais, mais je sais aussi que le fait de simuler un sourire libère tout de même une certaine quantité d’endorphine dans le corps. Donc, tu prends !

      Voilà, voilà.

    • Toutes tes réactions sont chouettes je trouve, mais celle-ci particulièrement. Je dois m’imposer cette auto-discipline c’est clair, ça ne tient jamais longtemps mais effectivement couplée avec une méthode Coué (un peu vain mais très efficace sur le court terme), je pense que ça peut aider à minimiser l’impact de l’auto-sabotage dans le travail. Et c’est une bonne chose pour au moins me protéger dans ma vie professionnelle/universitaire. Le travail de fond demande plus d’introspection, c’est clair, et je fouille dans ma tête pour ça, outrepassant certains blocages (les relations avec les parents sont de vraies illuminations quant à la pression au travail/ à la réussite que l’on peut ressentir, pour mon cas en tout cas).
      Merci de ton commentaire, je continuerai à tenir un « journal de bord » de l’IAS, personnellement, ça m’aide pas mal.

    • Par rapport à l’hyperempathie et l’émotivité debordante, j’avais lu je ne sais plus où que ca fesant parti des signes de ce qu’on appel les personnes précoces ou surdoué comme on disait avant. Ces personnes sont généralement plus facilement reconnus quant ce sont des garçons et des bourgeois.e.s. Sur ce sujet on m’a conseillé plusieurs fois un livre d’une psy allemande spécialiste de la pédagogie qui s’appelle Alice Miller « le drame de l’enfant doué ». Que j’ai pas encore lu alors je ne peu pas vraiment savoir si ça peut t’être utile. C’est en plus dans une perspective de long terme comme le dit @monolecte c’est pas prioritaire ni forcement la voie à suivre.
      Bonne journée.

    • @oblomov : je continue à me soigner. ?
      Et je fais gaffe aux rechutes.

      Un truc marrant : chaque fois que j’ai été récompensée pour mon travail, j’ai toujours eu tendance à dire que c’est immérité. Depuis quelques années, j’arrive à me contenter de dire « merci beaucoup, je suis très contente. »
      Mais faut beaucoup bosser pour y arriver !

      @mad_meg Pour ce qui est des questions d’hyperempathie, j’ai plutôt tendance à penser que c’est l’ensemble de la société qui pousse à l’atrophie de ce marqueur humain essentiel. Donc, je pense que je suis « normale » et que notre société, en hyper-refoulant les émotions, est gravement pathologique.

    • Salut @mad_meg on m’a déjà parlé d’une potentielle précocité mais mes parents ont préféré ne pas en tenir compte (c’était à mes 3/4 ans puis à mes 10 ans). Je ne sais pas si c’est en rapport et j’avoue avoir du mal avec la notion de « surdoué » et « précoce », je vais me documenter là-dessus aussi (au risque de l’auto-diagnostic) mais je pense que c’est quelque chose dans ce sens (ou un autre facteur psy, pas forcément ça) qui amène aujourd’hui angoisse + hyper-empathie. En même temps ce sont deux sentiments que j’ai ultra-rationalisé pour les justifier, j’ai donc du mal à m’en dépatouiller. La perspective de long-terme se conjugue pour l’instant assez mal avec le travail de thèse qui a un sacré impact sur le psy (en plus de faire se développer des angoisses et autre syndrome d’imposteur chez des personnes n’en souffrant pas à la base). Mais ça reste passionnant comme sujet, d’autant plus quand on projette d’avoir des enfants.

      Au final, je cherche des témoignages sur internet et je trouve pas mal de récits proches de ce que je décris là, l’aspect sociétal est certainement très important. J’aimerais bien trouver des groupes de paroles ou des tables rondes sur ce sujet.
      En attendant, je procrastine sur le boulot que je suis censée faire !

      Vous êtes géniales de répondre à tous ces posts décousus ! Merci !

    • Pour l’empathie je suis d’accord avec toi @monolecte ca me rappel la chanson « gulliverte » de Anne Sylvestre qui dit à la fin « si je suis grande c’est parceque les hommes sont petits ».
      Par rapport au mot « surdoué » ou « précoce » je ne les aime pas non plus et j’ai vu utilisé l’expression « zèbre » qui veut dire que le zèbre est different du cheval, pas mieux, ni moin bien. Apparement les zèbres ont juste besoin qu’on reconnaisse la zebritude en elleux et une fois ce déni écarté on peu etre plus libre et heureureuses.
      En tout cas les conseils de @monolecte me semblent excellent, je fait aussi des listes, avec un ordre de difficulté, et un seul truc chiant a la fois. Pour lutter contre ma paresse et ma procrastination j’ai aussi pratiqué un auto conditionnement. Chaque jour je me forcait a faire un dessin, meme un dessin qui parle du fait que je ne sais pas quoi dessiné ou un dessin a l’arrache qui prend 10 mins. C’était le n°1 de ma do it liste. D’ailleur faut que j’y aille ;)

    • Ce qui me dérange avec « surdoués » ou « précoces » c’est que c’est relatif à des notions d’intelligences toutes faites.

      Je dois absolument fermer un à un les 56 onglets ouverts sur Chrome :( Adieu Seenthis, on se revoit dans 2 pages !

    • Je crois qu’en Belgique, on dirait que tu es probablement haut potentiel ou hyper je sais plus quoi comme le dit @mad_meg ou surefficient mental (et pas précoce ou surdoué qui sont des termes archaïques au regard des avancées en neurosciences et comportements). A lire, (en faisant un peu de tri) les livres de Chritel Peticollin par exemple, et surtout Jeanne Siaud-Facchin. Après, il y a différentes techniques pour arriver à vivre mieux avec cette hyperactivité mentale, émotivité et dévalorisation de soi, ça peut-être bien de trouver de l’aide spécialisée. #ralentir #relaxation

    • @philippe_de_jonckheere Oui ca me fait tout drole la Tv aussi. J’avoue ne pas avoirs écouter l’extrait en entier tellement Ca me saoul. Mais ça fait de la doc sur le syndrome de l’imposteur et savoir que Mme Chazal souffre aussi de ce syndrome est pas sans intérêt a mon avis.

      @supergeante haut potentiel ou hyper ca reste le meme probleme que pour précoce ou surdoué, il y a plus une idee de supériorité que de différence. Dans mes lectures sur le sujet, j’étais tombé sur un forum de « zèbres » et il y avait un sujet sur quel mot choisir et ca n’aboutissait a rien. Les zèbres ont d’ailleur souvent çe syndrome qui fait qu’ils vont pas accepté qu’on leur colle du super-hyper-pré-sur ou tout autre préfixe de supériorité intellectuelle. Je vais rechercher le forum en question mais il est assez décevant.
      Voilà c’est ici : http://www.zebrascrossing.net

      Et pour ce que tu dit sur le fait de se faire aidé par une personne spécialiste je pense aussi que c’est une bonne idée. De ce que j’ai lu sur le sujet c’est pas une analyse psy qui prend des années mais plutot une sorte de validation qui dit « ok tu es une zèbre » et une fois ceci confirmé les zèbres sont capables de comprendre seul comment mieux vivre dans un monde de chevaux quant on est un zèbre.

    • @mad_meg Tu crois Madame Chazal sincère ? De mon côté il m’apparaît assez étonnant que n’ayant pas la télévision, il ne m’ait pas échappé que chaque année ou presque c’est un peu la même chose, les anciennes stars de la télévision se sentant menacées à l’heure du renouvellement des programmes par les stars montantes , les journaux soient pleins d’articles hagiographiques visant à les humaniser ou je ne sais quoi de ce tonneau fictif-là. Dans le cas présent on touche au sublime, de la psychanalyse de comptoir sur plateau de télévision, je me demande quel genre de drogue il m’aurait fallu prendre pour imaginer une chose pareille avant de l’avoir vue à la télévision donc.

    • Je sais pas si elle est sincère cette dame, je ne m’étais pas posé la question par rapport au calandrier. Mais je me dit qu’une présentatrice de JT a pu voire ses competences (réelles ou pas) de journalistes mise en doute. Sinon j’ai pas souvenir d’avoir lu ou entendu des hommes faire part de se sentiment d’imposture. Ca doit exister mais je voie mal un PPDA dire ce genre de choses apres son renvoie de TF1. Et sinon si tu as des exemples de personnes (célèbres ou pas) qui s’expriment sur le syndrome de l’imposteur ca m’intéresse.

    • @mad_meg je trouvais que surefficient ou hyper efficient était moins connoté > parce que la dimension émotionnelle est mise en avant au même titre que certaines difficultés relationnelles, et ces impressions d’imposture, de décalage etc. C’est comme hyperactif, ça dénote d’une activité cérébrale différente de la moyenne pas supérieure (c’est à dire pas une intelligence supérieure, une activité cérébrale différente), avec comme pour l’hyperactivité différentes formes de handicap social souvent corrélés comme la dyscalculie, des troubles de l’attention, des dépressions, ou encore de gros surmenages.
      L’aide dont je parlais est en effet de type comportementale, de type court, très pragmatique d’acquisition de techniques pour mieux vivre avec et se dépatouiller des aspects les plus handicapants et difficiles à surmonter (non pas en terme d’efficacité sociale ou économique - mais en terme de bien-être personnel).

    • Je ne doit pas connaître la définition de « efficience » je vais aller voire et je reviens avec. A part ca je suis toute a fait d’accord avec ce que tu dit @supergeante

      De retour la definition de efficience ne m’a pas elclairé (L’efficience est l’optimisation des outils mis en œuvre pour parvenir à un résultat. ), par contre la recherche a partir de « surefficience » m’a donner entre autre cette page qui donne pas mal d’infos mais que je n’ai pas lu en intégralité. Je la met ici pour plus tard.
      http://www.calay.be/douance.php
      Le debut donne une bonne idée du probleme du nom à donner aux zèbres (j’ai une préférence pour zèbre personnellement)

      On décrit généralement les individus dotés de « surefficience mentale », ou « à haut potentiel », ou « hp », ou « surdoués », ou « zèbres » ou « dotés de douance », ou « de profil atypique », comme possédant des capacités naturelles ou des fonctionnements nettement différents de la moyenne de la population dans plusieurs domaines d’habileté : intellectuel, créatif, artistique, sportif, etc.

      J’apprécie l’expression de « surefficience mentale », car elle illustre bien l’existence d’un potentiel, souvent bien encombrant, qui ne va pas nécessairement se transformer en efficacité relationnelle ni en bien-être existentiel !

      J’aime aussi la dénomination de « profil atypique », car elle exprime bien la différence, l’inattendu, l’anormalité qui génère de nombreux rejets, sans sous-entendre les notions de « sur- » ou de « plus- » présentes dans les termes « haut potentiel », « surdoué », etc..

      Dans cette page, j’utiliserai donc principalement l’une ou l’autre de ces deux expressions.

    • Tiens c’est drôle, parce que je suis plongée actuellement dans ces problématiques de douance (c’est québécois je crois) avec les livres de Jeanne Siaud-Facchin, l’inventrice du zèbre (de ce que j’en lis).
      Ce qui m’intéresse, ce n’est pas l’aspect singe savant (ou alors le modèle d’intelligence en arborescence) mais l’espace émotionnel et empathique hyper sensible et particulier qui peut conduire à ce qui est appelé le faux self. Le faux self est une parade de normalité avec laquelle l’entourage (et le douant) se rassure. Car le zèbre gêne à requestionner les structures avec sa cognition particulière et son gout viscérale de la vérité et du juste. Du coup, sans accompagnement bienveillant, il aura tendance à être inadapté, par exemple à l’école. Si la construction de l’identité est faite de faux self, la ou le zèbre est capable d’aller jusqu’à anesthésier son ressenti (qui ne le gratifie pas en le faisant souffrir) et détruit ses possibilités d’épanouissement, l’estime de soi. Bref, son désir se perd à vouloir être normal·e.
      D’autant que le zèbre n’est pas toujours là où on les autres l’attende : dans ce rôle de singe savant ou dans la réussite sociale. Et il peut être bon dans une discipline et nul dans une autre.
      Pour le désir, on peut se référer à la psychologie ou la psychanalyse, mais à mon humble avis, on fait fausse route en se forçant et je le définis comme une nécessité vitale et le point central du problème.

  • [VIDEO] : Victime d’une grave bavure policière, Amine, son père et ses amis témoignent

    L’incident s’est déroulé dans la nuit du 13 au 14 juillet. Amine, 14 ans, a été victime d’une bavure policière qui lui a, entres autres, coûté une opération délicate en urgence après une grave blessure au testicule droit. Le père décide alors de ne pas laisser passer cette grave erreur.

    http://www.katibin.fr/2015/07/18/video-victime-dune-grave-bavure-policiere-amine-son-pere-et-ses-amis-temoign

    #flashball #police #argenteuil #bavure

  • Votre manière de taper sur un clavier vous trahira bientôt sur Internet
    https://www.slate.fr/story/105009/taper-clavier-trahir-internet

    Votre manière d’utiliser un clavier d’ordinateur constitue une signature unique : promue pour renforcer la sécurité en ligne, cette « biométrie comportementale » risque de menacer la préservation de l’anonymat sur Internet.

    "L’anonymat sur Internet" (web), aujourd’hui c’est déjà une blague pour la plupart des internautes.

    Ceci étant dit, pour ce qui est du sujet, c’est effectivement sans doute à relativiser encore, mais c’est clair qu’on arrivera sans doute à des modèles puissants. Mais alors que faire des faux-positifs qui seront nécessairement plus nombreux ? Est-ce finalement si viable ?

    D’abord, pour ce qui est des activités sensibles, sur Tor (selon son utilisation), pour lutter contre une surveillance ciblée ou simplement contre la traque marketing de manière efficace, il faut bien évidement commencer par désactiver JavaScript. Ce qui devrait pour le moment encore régler le problème.

    1/ Ensuite, en terme d’identification, il y a un potentiel certain (marketing en particulier). Cependant, la plus-value sur le bon vieux cookie ne m’apparaît pas évidente... Et encore moins sur l’empreinte navigateur (cf. https://panopticlick.eff.org ).

    Pour autant on peut par exemple facilement supposer Facebook ou Google créer pour chacun de ses utilisateurs une signature (plus ou moins) unique de frappologie (et autre : mouvement du curseurs de la souris, etc.). Ensuite, via un script et une API ils proposent à n’importe qui d’identifier automatiquement leurs utilisateurs.
    L’internaute gagne du temps, obtient du contenu personnalisé et il est supposé être content. Le site identifie son utilisateur et peut même récupérer le profil marketing complet de son utilisateur sans lui avoir rien demandé. Et Facebook ou Google se goinfrent de données, as usual.
    Et le tout sans cookie.

    À ce propos, le nouveau captcha de Google (cocher "je ne suis pas un robot") fonctionne d’ailleurs déjà de cette manière, par l’analyse des mouvements du curseurs. Combiné aux cookies, ils ont donc probablement déjà une signature de chacun de leurs utilisateurs.

    2/ Pour ce qui est de l’authentification (à ne pas confondre avec l’identification), avant d’arriver à des modèles 100% fiables (et en supposant cela possible), on risque d’arriver à des méthodes hyper contraignantes (ne pas pouvoir céder l’accès à un tiers, ne pas réussir à s’authentifier parce qu’on utilise un clavier différent ou qu’on a changé les paramètres de sa souris...) qui obligeront à des solutions de secours. Et donc probablement au rejet des utilisateurs (le "ça marche pas"). En production, ça peut à mon avis au mieux fonctionner comme un avertisseur pour demander une authentification supplémentaire (comme c’est le cas aujourd’hui quand on se connecte avec une IP "exotique" par exemple).

    3/ Mais dans l’article il y aussi en filigrane (et de façon explicite en suivant les liens) cette idée que l’analyse comportementale (ou "biométrie douce") pourrait conduire à la projection de caractères sur l’individu :

    « En France, le professeur Christophe Rosenberg, professeur à l’Ecole nationale supérieur d’ingénieurs (ENSI) de Caen s’intéresse à la « biométrie douce » pour connaître certains traits de personnalités. « Dans les prochaines années, il sera possible d’analyser la personnalité d’un individu, comme le font les graphologue. Ce n’est pas de la science-fiction », explique-t-il au quotidien du soir. Preuve de l’engouement pour ce nouveau domaine d’études, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a autorisé en juillet 2011 un avis autorisant la « reconnaissance de la frappe au clavier ». »
    Source : http://www.blog-emploi.com/recrutement-apres-la-graphologie-la-frappologie

    Ce qui pose un problème sans doute bien supérieur (et ce sans même avoir à se prononcer sur la fiabilité : l’utilisation de ses méthodes, efficaces ou non, sont de toutes manières délicates voire dangereuse). On pourra alors parler, avec Cathy O’Neil, de "nouvelle phrénologie" :
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/112768514361/les-big-data-sont-elles-la-nouvelle-phr%C3%A9nologie

    #Analyse_comportementale #Analyse_de_données #Anonymat_sur_Internet #Authentification #Biométrie_douce #Frappologie #Marketing #Numérique #Phrénologie #Vie_privée

  • Exploit : dans son micro-jardin, Joseph produit 300 kilos de légumes - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/07/25/exploit-micro-jardin-joseph-produit-300-kilos-legumes-260389

    Pour rentabiliser chaque mètre carré de son petit #jardin, Joseph a dû multiplier les astuces. Il a réussi à y caser un #potager, un verger, une mare et une serre, et à y faire pousser une centaine de #fruits et #légumes différents.

    #alimentation #culture

    • Ça a l’air chouette mais j’ai trop souvent vu des trucs super sur le papier mais qui ne tiennent pas la route par ailleurs. Soit c’est de la mésinformation voulue, soit le plus souvent on montre ce qui est beau et pas le reste. Ça faisait pareil pour le blog de mon projet et c’est pour ça que je l’ai arrêté, même si ça aidait certaines personnes dans la conception de leur projet. Par exemple les courges en treillis sont mis en avant dans l’article alors que dans la deuxième page du PDF il est marqué que ça a pas vraiment marché. (Bon point d’ailleurs que le type aie mis ces échecs, interrogations, etc). Bon ben le gars il produit bien plus que moi /o\

    • 2 kg par m2 (il dispose de 150m2) sur une année ça ne me parait pas extraordinaire, il faut quand même dire que le jardinage ce n’est pas facile et que ce rendement est intéressant mais qu’amha il faut être sans cesse sur place, je ne crois pas à seulement 10h par semaine, ne serait-ce que le mois de mai, ce sera bien plus. Mais par exemple si tu mets des fèves en novembre et des tomates en juin au même emplacement, tu as déjà tes 2 kg/m2. J’ai une amie thaïlandaise qui doit produire bien plus, et je la crois quand elle me dit qu’à Bangkok chaque centimètre carré de terre est exploité pour faire pousser des fruits ou des légumes.

  • L’obsolescence programmée est désormais un délit passible de prison
    http://www.lefigaro.fr/conso/2015/07/25/05007-20150725ARTFIG00002-l-obsolescence-programmee-est-desormais-un-delit-

    La disposition est présente dans la loi sur la transition énergétique adoptée définitivement par le Parlement cette semaine. L’Assemblée nationale a prévu, en cas d’infraction constatée, de frapper au portefeuille des entreprises avec une peine de « deux ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende ». Le montant pourrait même être porté à 5% du chiffre d’affaires annuel réalisé en France par la société contrevenante.

    L’adoption d’un cadre juridique permet également de donner une définition plus claire à l’#obsolescence_programmée. Selon le législateur, « l’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement ». Par rapport à sa première version, le texte a évolué. « Même si on va dans le bon sens, la définition est très vague, explique Delphine Lévi Alvarès, chargée de mission chez Zero Waste France, un mouvement pronant une société le zéro gaspillage et le zéro déchet. La loi est très ouverte et donc difficilement punissable. On aura donc des cas qui feront jurisprudence au fur et à mesure ».