• How To Stay Relevant in the Age of A.I.
    https://hackernoon.com/how-to-stay-relevant-in-the-age-of-a-i-7c3c3eba195b?source=rss----3a8144

    Knowledge isn’t power.Almost everything we know is either currently on the internet, or will be soon. If we reach a stage when every person and machine has access to the same information, what will set you apart from the pack?Your power is through connection.One way you’ll stand out is by cultivating an ability to communicate knowledge in a more compelling way than other people or machines can do it. We yearn for human connection, yet few people develop their skills in this area.Presenting and speaking and telling stories is going to have a far greater application in the future than just knowing facts.For example:1. Your CV will get you the interview, but your #communication skills land the job.The person with the best CV doesn’t always get hired. If they did we could cancel all job (...)

    #public-speaking #artificial-intelligence #technology #business


  • Finland’s basic income trial boosts happiness but not employment | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-finland-basic-income/finlands-basic-income-trial-boosts-happiness-but-not-employment-idUSKCN1PX0
    https://s4.reutersmedia.net/resources/r/?m=02&d=20190208&t=2&i=1354502227&w=1200&r=LYNXNPEF170XW

    HELSINKI (Reuters) - Finland’s basic income scheme did not spur its unemployed recipients to work more to supplement their earnings as hoped but it did help their wellbeing, researchers said on Friday as the government announced initial findings.

    The two-year trial, which ended a month ago, saw 2,000 Finns, chosen randomly from among the unemployed, become the first Europeans to be paid a regular monthly income by the state that was not reduced if they found work.

    Finland — the world’s happiest country last year, according to the United Nations — is exploring alternatives to its social security model.

    The trial was being watched closely by other governments who see a basic income as a way of encouraging the unemployed to take up often low-paid or temporary work without fear of losing their benefits. That could help reduce dependence on the state and cut welfare costs, especially as greater automation sees humans replaced in the workforce.

    Finland’s minister of health and social affairs Pirkko Mattila said the impact on employment of the monthly pay cheque of 560 euros ($635) “seems to have been minor on the grounds of the first trial year”.

    But participants in the trial were happier and healthier than the control group.

    “The basic income recipients of the test group reported better wellbeing in every way (than) the comparison group,” chief researcher Olli Kangas said.

    Chief economist for the trial Ohto Kanniainen said the low impact on employment was not a surprise, given that many jobless people have few skills or struggle with difficult life situations or health concerns.
    Owner Sini Marttinen poses for a picture at her coffee shop she founded while benefitting from Finland’s basic income scheme in Helsinki, Finland January 30, 2019. REUTERS/Philip O’Connor

    “Economists have known for a long time that with unemployed people financial incentives don’t work quite the way some people would expect them to,” he added.
    PSYCHOLOGICAL BOOST

    Sini Marttinen, 36, had been unemployed for nearly a year before “winning the lottery”, as she described the trial.

    Her basic income gave her enough confidence to open a restaurant with two friends. “I think the effect was a lot psychological,” the former IT consultant told Reuters.

    “You kind of got this idea you have two years, you have the security of 560 euros per month ... It gave me the security to start my own business.”

    Her income only rose by 50 euros a month compared to the jobless benefit she had been receiving, “but in an instant you lose the bureaucracy, the reporting”, Marttinen said.

    Mira Jaskari, 36, who briefly found a job during the trial but lost it due to poor health, said losing the basic income had left her feeling more insecure about money.

    The center-right government’s original plan was to expand the basic income scheme after two years as it tries to combat unemployment which has been persistently high for years but reached a 10-year low of 6.6 percent in December.

    That followed the imposition of benefits sanctions on unemployed people who refused work.

    The basic income has been controversial, however, with leaders of the main Finnish political parties keen to streamline the benefits system but wary of offering “money for nothing”, especially ahead of parliamentary elections due in April.
    Slideshow (2 Images)
    TAX BIND

    Prime Minister Juha Sipila’s Centre Party has proposed limiting the basic income to poor people, with sanctions if they reject a job offer, while Conservative finance minister Petteri Orpo says he favors a scheme like Britain’s Universal Credit.

    The higher taxes that the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) says would be needed to pay for basic income schemes might also be off-putting for voters.

    In a review of the Finnish scheme last year, the OECD warned that implementing it nationally and cost-neutrally for the state would imply significant income redistribution, especially towards couples from single people, and increase poverty.

    The researchers have acknowledged that the Finnish pilot was less than realistic because it did not include any tax claw-back once participants found work and reached a certain income level.

    Swiss voters rejected a similar scheme in 2016. Italy is due to introduce a “citizens’ wage” in April in a major overhaul of the welfare state, which will offer income support to the unemployed and poor.

    Trial participants were generally positive, however, with Tuomas Muraja, a 45-year-old journalist and author, saying the basic income had allowed him to concentrate on writing instead of form-filling or attending jobseekers’ courses.

    He said the end of the two-year trial, during which he published two books, had made it difficult again for him to accept commissions, because “I ... can earn only 300 euros per month without losing any benefits”.

    “If people are paid money freely that makes them creative, productive and welfare brings welfare,” Muraja told Reuters about his experience of the pilot.

    “If you feel free, you feel safer and then you can do whatever you want. That is my assessment.”

    ($1 = 0.8817 euros)


  • La Ligue du LOL a-t-elle vraiment existé et harcelé des féministes sur les réseaux sociaux ? - Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/08/la-ligue-du-lol-a-t-elle-vraiment-existe-et-harcele-des-feministes-sur-le

    Une autre explique avoir été harcelée par des membres de ce groupe pendant des années, en raison de son sexe, de sa couleur de peau, et de ses positions politiques. Elle décrit une forme de harcèlement très semblable à celui décrit dans les précédents témoignages. « J’avais des positions féministes et antiracistes que j’exprimais ouvertement. Et à chaque fois que je les exprimais, ces gens-là me tombaient dessus, et amenaient plein de personnes dans leur dos. Les attaques étaient customisées en plus : comme je suis noire, j’avais le droit à un peu de racisme, en plus du sexiste. »

    En 2013, elle a décidé de quitter Twitter. « Il y avait une grosse dominante d’humiliation. Je me sentais humiliée par des gens de mon métier. Je me sentais exclue de la sphère journalistique par mes propres confrères. Qui aujourd’hui ont tous, ou presque, accédé à des postes élevés et écrivent, pour certains, des articles sur le féminisme. » Une pigiste abonde : « Aujourd’hui, quand je propose des piges sur le féminisme aux Inrocks, à Slate, à Libération, où ces personnes occupent désormais des postes à responsabilité, c’est un peu surréaliste. »


  • Mérignac : la porte de son appartement défoncée par erreur par le RAID
    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/merignac-la-porte-de-son-appartement-defoncee-par-erreur-par-le-raid-1549

    Depuis, une serrure de remplacement a bien été installée, mais elle n’est pas assez sécurisée. Juliette doit faire changer sa porte. Et c’est là que les ennuis commencent. « La police m’a expliqué au départ que tout serait prise en charge par les assurances... Mais ce n’est pas comme ça que ça s’est passé : mon assurance a refusé de le faire, en considérant que ce n’était pas obligatoirement une infraction, c’était comme si les pompiers avaient eu l’obligation d’entrer chez moi ».


  • L’éborgnement : châtier les regards dans la France néolibérale ... | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/olivier-beuvelet/blog/060219/leborgnement-chatier-les-regards-dans-la-france-neoliberale

    Y a t il un lien entre ces éborgnements et le fait que se multiplient les enregistrements vidéos compromettants ? Sont-ils une forme de sanction des regards émancipés qui n’ont plus peur d’exercer leur droit de filmer, et qui gardent parfois trace des agissements illégaux des représentants de la légalité ? cherche-t-on à punir ou à intimider le témoin qui filme par réflexe citoyen ?

    #maintien_de_l'ordre


  • Oui oui je cite le Monde :)

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/08/des-dissensions-apparaissent-au-sein-des-forces-de-l-ordre-sur-l-usage-du-la

    Pour une fois ça vaut la peine, en particulier pour les infos concernant les DAR . Je n’avais pas percuté.

    Via Alessio Mascalzone :"A lire dans Le Monde d’aujourd’hui : un article sur l’usage des armes par la police.

    C’est le point de vue d’un journal centriste, mais le passage vraiment intéressant est celui sur les « Détachements d’Action Rapide » (DAR).

    Ce sont de toute nouvelles unités de mercenaires en civil, surarmées, qui vont au contact en tirant sur la foule, et qui sont chargées de casser physiquement des manifestants. Bref, de terroriser.

    Le dispositif inédit en Europe (et peut-être même en Occident ?) est redoutablement efficace, puisqu’il a été déployé au moment où le pouvoir a réellement vacillé, début décembre. Il fallait arrêter la montée insurrectionnelle dans Paris, et elles y sont parvenues. Ces DAR ont réalisé 80% des arrestations, et sans doute une proportion équivalente de l’ensemble des mutilations recensées.

    Une autre précision fait froid dans le dos, sens être vraiment étonnante. C’est l’aveu d’un gradé : ces « DAR » ont déjà été testées dans les quartiers, en toute impunité. Le policier précise qu’au moins, en banlieue, « ce n’est pas filmé sous tous les angles, et les personnes visées ne viennent pas se plaindre devant les caméras. » On peut donc y mutiler en toute discrétion.

    –—

    "Des dissensions apparaissent au sein des forces de l’ordre sur l’usage du lanceur de balles de défense :

    Les détachements d’action rapide, de nouvelles unités mises en place après le saccage de l’Arc de triomphe le 1er décembre, utiliseraient cette arme à outrance.

    Si, sur l’utilisation du lanceur de balle de défense, le fameux LBD, les forces de l’ordre affichent officiellement un front uni, des dissensions apparaissent en interne sur ses divers usages. Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », de nombreux manifestants se plaignent d’avoir été victimes de tirs injustifiés, occasionnant de sérieuses blessures, notamment à la tête.
    Amenée à défendre l’arme dite « de force intermédiaire » devant le Conseil d’Etat, le 30 janvier, la représentante du ministère de l’intérieur, Pascale Léglise, a livré pour la première fois le nombre de cartouches tirées depuis l’acte I de la mobilisation, le 17 novembre 2018. Un chiffre qui a poussé chacun à faire ses comptes en interne. Et à réaliser que les utilisations de l’arme sont bien différentes selon les services, voire selon les forces de sécurité.
    Ainsi, sur les 9 228 tirs de LBD – selon les comptages arrêtés après l’acte XI de la mobilisation, le 26 janvier –, la gendarmerie nationale n’en a effectué que 1 065. Un chiffre publié par L’Essor et dont Le Monde a eu la confirmation. Ce ratio d’un tir des gendarmes pour huit tirs des policiers interroge, alors que les escadrons de gendarmerie mobile, spécialisés dans le maintien de l’ordre, ont été autant engagés que les autres sur les manifestations. Lors de l’acte XII, le 2 février, la gendarmerie n’a tiré que quatre fois.
    Les CRS plaident aussi non coupable
    Les chiffres des enquêtes en cours sont eux aussi édifiants. Alors que l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, a reçu plusieurs centaines de signalements et a ouvert 116 enquêtes sur des tirs de LBD problématiques, leurs homologues de la gendarmerie, l’IGGN, n’ont ouvert que deux procédures.
    Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », 116 enquêtes ont été ouvertes et confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour des suspicions de violences policières, selon une source policière à l’Agence France-Presse, confirmant des informations notamment publiées par Le Figaro et RTL, vendredi 1er février.

    Selon une source proche de l’enquête, au moins 36 de ces investigations visent à déterminer si le lanceur de balles de défense, utilisé à 9 228 reprises depuis le 17 novembre, est en cause. Selon cette même source, « dix blessures très graves au niveau des yeux » ont été comptabilisées jusqu’à présent.
    De son côté, le gouvernement n’admet que quatre cas graves de blessure à l’œil et défend la nécessité des armes pour éviter des contacts directs violents et davantage de blessures entre manifestants et forces de l’ordre. « Je veux bien expertiser la totalité de nos armes de défense, a concédé le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, sur BFM-TV mardi. Ce que je sais, c’est que si on les retire à nos policiers, il leur reste quoi ? Il leur reste le corps-à-corps ou leur arme de service. Je ne souhaite pas qu’ils utilisent leur arme de service, et je souhaite éviter le corps-à-corps. »
    Des comptages non officiels, comme ceux du collectif Désarmons-les ou du journaliste David Dufresne, recensent de leur côté entre quinze et vingt blessés graves des lanceurs de balles de défense. Saisi en urgence de plusieurs recours en urgence, le Conseil d’Etat a rejeté, vendredi, les demandes de suspension de l’usage des LBD lors des manifestations des « gilets jaunes ».
    Depuis le début de la polémique, la gendarmerie s’est d’ailleurs mise en retrait, estimant ne pas être concernée directement. La hiérarchie n’était pas présente devant le Conseil d’Etat, alors que le directeur général de la police nationale, Eric Morvan, s’était déplacé.
    Les gendarmes ne sont pas les seuls à estimer ne pas être directement impliqués. Les CRS plaident aussi non coupable. Selon les informations du Monde, les soixante compagnies spécialisées dans le maintien de l’ordre n’ont tiré que quelque 2 500 cartouches sur les 8 163 attribuées aux policiers et, par ailleurs, aucune enquête de l’IGPN ne concerne directement l’un des leurs.
    Tout comme les gendarmes mobiles, les CRS ont des consignes strictes sur l’usage du LBD. Le tir doit se faire sur ordre d’un supérieur direct, après identification claire de la cible. Les tirs dits « d’initiative », sur simple décision du gendarme ou du policier porteur de l’engin, sont théoriquement limités aux seules situations de légitime défense. Enfin, le LBD ne doit pas être employé pour tenir une foule à distance ou pour disperser un attroupement, mais pour interrompre un délit en cours, comme un bris de vitrine ou un jet de projectile dangereux.

    Les « DAR » mis en cause :

    Les tirs restants, soit environ 5 600 cartouches utilisées, sont principalement l’œuvre des compagnies d’intervention (CI) et des compagnies de sécurisation et d’intervention (CSI), des brigades anticriminalité (BAC) et des brigades de recherche et d’intervention (BRI) – des unités spécialisées dans le maintien de l’ordre, la lutte contre les violences urbaines ou les interpellations. Contactée par Le Monde, la direction générale de la police nationale a refusé de communiquer la ventilation selon ces unités. Une chose est certaine, elles concentrent la majorité des tirs et des enquêtes.

    Au sein des forces de l’ordre, de plus en plus de personnes pointent du doigt la mise en place de nouvelles sections, à la suite du saccage de l’Arc de triomphe le 1er décembre : les détachements d’action rapide (DAR), qui utiliseraient le LBD à outrance.
    A l’époque, le pouvoir cherchait une réponse forte pour éviter que les scènes d’émeutes de la place de l’Etoile ne se reproduisent pas. Décision est alors prise de mettre en place un nouveau dispositif plus mobile, dont les fameux DAR seront l’un des principaux maillons.
    Composées de vingt à vingt-cinq fonctionnaires issus des BAC, de la BRI, ou des brigades territoriales de contact de la gendarmerie, ces unités sont spécialisées dans les interpellations et les déplacements rapides sur le terrain. Elles peuvent s’intégrer à des compagnies de CRS, à des escadrons de gendarmerie mobile ou opérer en autonomie.
    L’utilisation occasionnelle de motos pour se déplacer avec célérité a poussé certains à faire la comparaison avec les « voltigeurs », ce peloton dissout après la mort de Malik Oussekine en 1986 lors de la mobilisation contre le projet de loi Devaquet, tué par les coups des agents. Un rapprochement que conteste vivement la Préfecture de police de Paris.

    Des unités habituées aux émeutes de banlieue :

    Les DAR présentent sur le plan judiciaire un bilan dont se félicitent les autorités, puisqu’ils ont réalisé 80 % des interpellations depuis le 8 décembre pour 83 % de gardes à vue. Mais avec un coût humain élevé, selon les détracteurs du dispositif, qui estiment que ces troupes se servent du LBD avec un peu trop de libéralité, sans consignes directes de leur hiérarchie.
    « Ce sont des agents qui sont issus d’unités davantage habituées à gérer des émeutes en banlieue que des situations de maintien de l’ordre, explique une source policière haut placée. Le problème pour eux, c’est que quand ils tirent au LBD dans les quartiers, ce n’est pas filmé sous tous les angles, et les personnes visées ne viennent pas se plaindre devant les caméras. »
    La chaîne hiérarchique est aussi montrée du doigt. L’essentiel des troupes engagées relève de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) et non de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC), chargée du maintien de l’ordre dans la capitale, ce qui engendrerait un contrôle moins strict de leurs actions.

    Du côté de la Préfecture de police, on assure que toutes les troupes répondent aux ordres du préfet qui coordonne les dispositifs et que le rattachement à l’une ou à l’autre des directions ne change rien.
    Le ministère de l’intérieur ne l’entend cependant pas de cette oreille, comme l’a révélé le Canard enchaîné mercredi 6 février, une information confirmée par Le Monde. La Place Beauvau penche pour que tout le dispositif du maintien de l’ordre parisien soit centralisé à la DOPC, afin d’unifier les pratiques. Et de circonscrire la polémique autour de cette arme, dont les autorités continuent de louer l’utilité."
    À propos de ce site web
    lemonde.fr
    Des dissensions apparaissent au sein des forces de l’ordre sur l’usage du lanceur de balles de défense

    #violences_policières


  • « Je suis en danger » : tuée par son ex-mari, elle avait porté plainte cinq fois
    https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/02/07/je-suis-en-danger-tuee-par-son-ex-mari-elle-avait-porte-plainte-cinq-foi

    Sa conseillère au sein de l’association lui avait conseillé de porter plainte contre lui. Ce qu’elle avait fait à cinq reprises pour violences. Lui, n’a jamais été inquiété par les autorités, selon une amie de Gulcin.


  • Souffrance au travail : oubliez le psychologue !
    https://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/01/24/soufrance-au-travail-oubliez-le-psychologue_4852707_1656994.html

    Si la psychologisation de la souffrance au travail s’est autant développée, c’est aussi qu’elle constitue une niche rémunératrice pour les médecins, consultants et experts qui se sont spécialisés sur la question. « Même les syndicats envoient les salariés chez le psy ! La souffrance ne pousse plus à l’action, elle est vécue de façon individuelle et désespérante », regrette Anne Flottes, auteur de Travailler, quel boulot ! Les conflits du travail, enjeux politiques du quotidien.

    « Bien sûr qu’il y a des gens qui vont mal et que le travail joue un rôle majeur dans ce malaise. Sauf qu’on utilise le psychologue pour faire du contrôle social, pour adapter les humains à des contextes hostiles ! », renchérit la professeure de psychologie sociale Pascale Molinier.

    Le psychologue Yves Clot parle d’une approche hygiéniste des risques psychosociaux, qui transforme la fragilité des situations en fragilité des personnes. Stress, burn-out, pervers narcissique, sont des termes qu’il prend avec beaucoup de recul : « Le vocabulaire est glissant parce qu’il traduit une angoisse sociale d’appeler les choses par leur nom. Il y a quelque chose de profondément déréglé dans le travail. On assiste alors à une obsolescence programmée des mots. On passe des plans d’action contre les risques psychosociaux à la qualité de vie au travail, et pendant ce temps les symptômes s’aggravent. »


  • Nuit des lycées : « Vous croyez que le proviseur va appeler la police ? » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/02/08/nuit-des-lycees-vous-croyez-que-le-proviseur-va-appeler-la-police_1708093

    « Libération » s’est glissé jeudi soir dans une salle des profs d’un gros lycée de Seine-et-Marne, où 25 enseignants ont décidé d’occuper leur établissement pendant la nuit pour alerter sur les dangers de la réforme qui se met en place.

    Nuit des lycées : « Vous croyez que le proviseur va appeler la police ? »

    Les sacs étaient planqués dans le coffre des voitures, pendant la journée de cours. Chaussettes de laine, OK. Couverture chauffante, OK. Jeu de Uno et appareil à raclette, c’est bon aussi. Jeudi soir, au lycée de Mitry-Mory, en Seine-et-Marne, c’était ambiance soirée pyj. Dans ce gros bahut de 1 500 élèves, situé tout près de l’aéroport Charles-de-Gaulle, 25 enseignants ont décidé de dormir là, par terre, dans leur salle des profs. Une façon de protester contre cette réforme du lycée qui se met en œuvre, et le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, que « seuls les médias adorent ».

    Une petite dizaine de lycées, notamment à Toulouse et Dijon, ont aussi tenté le coup, selon eux, la nuit dernière : occuper les bâtiments avec l’espoir qu’enfin, on parle un peu plus de ce qui est en train de se passer. « On voit bien que la grève et la manif classique comme celle de mardi ne suffit pas, alors on tente d’autres moyens d’action. La nuit des lycées en est une. » Tout en parlant, Renaud, prof de sciences économiques et sociales (syndiqué au Snes-FSU), étale son stock de tracts et banderoles sur la grande table. Il vient de passer une heure devant le lycée à discuter avec des parents d’élèves venus assister à la réunion d’information organisée par la direction de l’établissement. « On aurait été plus je pense, sans l’épidémie de grippe. Mais bon, c’est bien quand même. Un tiers de la salle des profs est là, toutes les disciplines sont représentées. Pas vrai les collègues ? » Les profs sont assis en grand cercle, chacun y allant de son mélange de colère-découragement et aussi d’espoir. « Evidemment qu’il en reste un peu, sinon on ne serait pas là », dixit Camille, le prof de philo.

    Mitry-Mory, le 7 février 2019 Lycée polyvalent Honoré de Balzac. Occupation pour revendiquer contre les conditions.

    Photo Frédéric Stucin
    « Tout dégommer »

    A vrai dire, ils sont tous un peu flippés de la façon dont leur proviseur va réagir quand il va les savoir là. « Je le vois mal appeler la police quand même… », veut rassurer Renaud. René-Louis, trente ans de professorat dans les pattes et la cravate, n’a jamais fait un truc pareil de sa carrière. « C’est pour dire l’ampleur de ma colère ! » Parmi les points qui le hérissent : ce calendrier, à l’envers. « On met en place une réforme sans aucune visibilité. En marchant, comme ils disent. On ne sait toujours pas à quoi vont ressembler les épreuves du nouveau bac. C’est quand même de la folie. » Une collègue : « Nos élèves de seconde nous demandent notre avis sur leurs chances de réussite dans telle ou telle matière. Comment répondre quand on ne sait même pas à quoi ressemblera l’épreuve ? »

    Pour eux, cette réforme n’est qu’une pièce du puzzle supplémentaire. Elle s’emboîte parfaitement dans la réforme Chatel de 2010 et même celle du collège de 2015 de Vallaud-Belkacem. « Ce n’est même pas une question de bord politique, tranche Camille. Ils sont tous dans la même logique. Donner toujours plus d’autonomie aux chefs d’établissement et petit à petit, tout dégommer… Et créer des baccalauréats locaux, qui n’auront pas la même valeur partout. » « L’objectif c’est aussi de nous mettre en concurrence entre enseignants », ajoute Solène, prof d’histoire-géo. Qui donnera le cours de géopolitique par exemple ? Les profs d’histoire géo ou de SES [sciences économiques et sociales ndlr] ? » Autre question : « Va-t-on laisser vraiment les élèves choisir comme le dit la réforme, ou est-ce qu’en fait ils n’auront pas le choix ? »
    « Les élèves, ils savent qu’on les carotte »

    Dans la nouvelle architecture du lycée, les filières S, ES et L disparaissent. A la place, les élèves doivent choisir trois spécialités parmi un éventail de douze. « Sauf que pour nos élèves, ce ne sera pas douze, mais juste sept », ce qui veut dire tout juste un peu plus de la moitié des combinaisons possibles. La spécialité « informatique-numérique » par exemple ne sera pas proposée ici. « Pour les élèves qui voudraient la suivre, ils pourraient théoriquement aller dans un autre lycée situé à une heure de bus… Vous croyez vraiment que des gamins de 15 ans vont se taper une heure de bus le temps du midi pour aller suivre la matière dans un autre lycée ? C’est mort », rit Laure.

    Mitry-Mory, le 7 février 2019 Lycée polyvalent Honoré de Balzac. Occupation pour revendiquer contre les conditions.

    Photo Frédéric Stucin

    Renaud : « Les élèves, ils savent qu’on les carotte, ils sont pas débiles. Même si évidemment devant eux, on essaie d’être rassurant. En fait, exactement comme notre proviseur devant nous, qui ne dit rien parce qu’il n’a pas le choix. » Dans la salle du rez-de-chaussée, justement, la réunion d’infos avec les parents d’élèves s’achève. « Pas besoin d’y être, on sait exactement ce qu’il leur dit : le discours de confiance, blabla. » Les profs l’attendent devant la porte pour lui annoncer leur soirée pyjama, la boule au ventre, comme des enfants qui préparent une ânerie. Les grands sont envoyés devant. C’est plutôt drôle. Le proviseur se montre compréhensif (moins avec le journaliste et le photographe). Ils peuvent passer la nuit là. Quelques consignes tout de même : interdiction de mettre un orteil dans la cantine, sous peine de déclencher l’alarme. « Ah et le chauffage s’arrête automatiquement à 21 heures… »


  • Actualité des médiashttps://www.acrimed.org/Actualite-des-medias-mediatisation-des-gilets

    Mediapart condamné suite à une plainte de Vincent Bolloré – La passion de Vincent Bolloré pour les poursuites-baillons ne se dément pas. Dans la plupart des cas, l’oligarque des médias Vincent Bolloré perd les procès qu’il intente à la presse. Le 8 janvier dernier, Mediapart a malgré tout été condamné pour diffamation contre Vincent Bolloré en raison d’un article de Fanny Pigeaud intitulé « Comment le groupe Bolloré a ruiné deux entrepreneurs camerounais ». Selon Le Monde, « le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné cette spécialiste de l’Afrique à une amende de 1 500 euros avec sursis. Le journaliste Edwy Plenel, poursuivi en tant que directeur de la publication, se voit infliger une amende de 1 500 euros ferme. Le tribunal a également condamné les deux prévenus à verser solidairement 2 000 euros à chaque partie civile – Vincent Bolloré et deux de ses entreprises, Bolloré SA et SAS Bolloré Africa Logistics – en dédommagement du préjudice d’image subi. Mediapart devra en outre supprimer de son site les passages de l’article incriminés, sous peine d’astreinte


  • Le mauvais sort des sorcières en Alsace | CUEJ.info
    http://www.cuej.info/web-en-continu/le-mauvais-sort-des-sorcieres-en-alsace

    L’#Alsace serait-elle un terrain propice à la chasse aux #sorcières ? Il semblerait. Pendant les deux siècles les plus meurtriers, 1 600 bûchers érigés dans la région ont vu mourir des milliers de victimes.

    La figure de la sorcière, ou “Hexe” en alsacien, voit le jour au Moyen-Âge. Assimilées aux hérétiques, elles sont traquées par l’#Inquisition, qui les accuse de complicité avec le #Diable. Le système juridique de l’époque est éclaté et permet aux magistrats d’appliquer la justice comme ils l’entendent. Quitte à cuire à feu doux les femmes de la région. À Strasbourg, centre industriel de l’époque, les autorités civiles et religieuses sont intransigeantes ; aucune chasse n’a eu lieu dans la capitale alsacienne. C’est dans les villages aux environs que se dressent les bûchers.

    À la #Renaissance — et non au #Moyen-Âge — les chasses aux sorcières se développent sur le vieux continent, avec un pic vers 1560, alors que l’essor de l’imprimerie permet une diffusion massive des textes sur le sujet.

    Le #Maleum Maleficarum, ou “#Marteau_des_sorcières”, est un texte écrit par l’Alsacien #Henri_Krämer et le Suisse #Jakob_Sprender, imprimé à Strasbourg en 1487. Les deux inquisiteurs y expliquent comment desceller la marque du Malin chez les #femmes et traquer les sorcières. Réimprimé plus d’une quinzaine de fois, l’ouvrage sera vendu à 30 000 exemplaires dans toute l’Europe. Le Maleum, divisé en trois parties sous la forme de questions-réponses, sert alors de référence aux juges civils et aux religieux dans les procès en sorcellerie. Les exemplaires originaux qui subsistent, très difficiles à dénicher aujourd’hui, sont estimés à près de 200 000 euros.

    Ce texte justifie le programme de répression de l’Église et les massacres qui l’accompagnent. Afin de rallier la population à sa lutte contre le Diable, Henri Krämer y détaille des anecdotes, censées prouver l’existence des sorcières et faire adhérer les plus sceptiques à son propos. Au chapitre six, le moine rapporte qu’à Reichshoffen, une femme provoquait des naissances prématurées. Cette #sorcière, en touchant le ventre d’une femme, lui aurait fait perdre son enfant. « Elle accoucha des morceaux de la tête puis des mains et des pieds », détaille Henri Krämer. De quoi rassurer la population.

    #misogynie #sexisme #patriarcat


  • Voix de femme, « parole d’homme »
    https://www.liberation.fr/evenements-libe/2019/02/07/voix-de-femme-parole-d-homme_1708027

    La sous-représentation des femmes en politique est maintenant admise, et main sur le cœur, quasi unanimement déplorée. Qui ne serait en effet choqué par un système de représentation excluant de fait la moitié de ses citoyens, dans une « grande démocratie » comme la nôtre ?

    En 1991, j’ai 18 ans.

    Alors que j’apprends âprement que je suis femme avant que « d’être humain », Édith Cresson est nommée Premier ministre. La France sort soudain de sa torpeur mitterrandienne pour s’attacher à l’essentiel : le tailleur à carreaux d’Édith… jugé peu seyant, ses boucles d’oreilles, clinquantes, son « taux de féminité », bas. De son discours inaugural, quelques bribes, noyé qu’il fut par les allusions sexistes et les ricanements. De son passage éclair au pouvoir ensuite, j’avoue ne pas avoir retenu grand-chose d’autre que sa voix - non son discours, ni son action - mais sa voix : criarde, trop aiguë, émanation évidente d’un caractère hystérique, grossière autant qu’autoritaire, inaudible enfin, si bien qu’il fallut adapter les micros de l’Assemblée à cette voix extra-humaine - un scandale à l’époque.

    Cette voix, je ne l’ai alors en réalité que peu directement entendue ; mais c’est ainsi qu’elle s’est ancrée en moi, grâce à l’à propos des éditorialistes les mieux informés.

    Ainsi, que l’on soit Premier ministre ou simple militante - telle que je le suis depuis plus de 20 ans - j’ai tôt appris que la voix féminine assigne la parole à résidence.

    Or, quoi de plus essentiel, originel à toute décision, que la parole en politique ?

    D’emblée performative, elle édifie, annonce ou figure l’action, elle construit la pensée collective qui aura une incidence concrète dans la vie de tous.

    Mais si une « parole d’homme » est gage de sérieux et d’honnêteté à vertu universelle,

    une « parole de femme » ne concernera plus que la moitié de l’humanité, souvent placée dans le registre de la plainte, pas loin du rayon « grosse fatigue et couches-culottes ».

    Pourtant depuis 20 ans, je les côtoie en masse, ces femmes hautement conscientes et politiques : organisant des événements, tractant, collant, souvent petites mains techniques, présentes (malgré la maternité qui fatalement leur incombe) à chaque réunion ou AG locale. Quoique souvent majoritaires, elles prendront sensiblement moins la parole. On aura nettement plus tendance à la leur couper, ou à la qualifier, cette parole. Car on sait comme le locuteur, son statut (leader, porte-parole, militant aguerri, ou simple curieux), son âge… et son genre en l’occurrence, infléchit le sens de ce qui est perçu dans une assemblée, qu’elle soit locale ou Nationale…

    Les femmes doivent alors déployer des trésors d’inventivité pour faire slalomer leur propos entre toutes les caractéristiques dépréciantes de leur genre : volontiers rangées plutôt du côté du sensible que du rationnel, elles seront vite perçues comme autoritaires, intransigeantes, hystériques, si le propos est ferme - « madame je-sais-tout » si elles connaissent leur dossier ou avancent des compétences particulières - a contrario, cruches notoires à la moindre erreur ou lapsus.

    Au point que j’ai du mal à compter le nombre de fois où nous aurions décidé collectivement d’un positionnement ou d’une action… sur les arguments d’une femme. Je me demande même rétrospectivement si toutes les décisions collectives auxquelles j’ai souscrit n’étaient pas profondément genrées, à savoir masculines.

    Ainsi, dès les instances les plus modestes et les plus locales, l’exercice démocratique via la parole, écarte les femmes de leur pouvoir le plus élémentaire de citoyenne. On imagine assez bien, dès lors, comme il leur sera difficile ensuite de prétendre au moindre pouvoir politique de plus grande envergure…

    Il y a évidemment également la parole interdite : celle qui consisterait à dénoncer cet état de fait. Insultés, meurtris dans leurs convictions républicaines les plus profondes, les messieurs répondent « garde d’enfants » lorsqu’on parle de représentativité : ils perçoivent peu comme la sottise de leur réponse confirme la réalité du problème. L’épaisseur de l’interdit, hélas, s’accroît au fur et à mesure qu’on s’enfonce en terres de gauche : l’effroi saisit les unes d’être en position de « bruyantes victimes », les autres de « bourreaux inconscients ». Le tabou construit l’impensé politique d’un fonctionnement unijambiste… et n’empêche en rien d’aller battre le pavé au son de « Tous ensemble, tous ensemble ! Hey ! Hey ! ».

    Pourtant si la parole féminine est d’abord distincte puis péjorée par son genre, on les voit - parité oblige - ces femmes muettes et souriantes, adjuvant d’un pouvoir véritablement masculin, exhibées lors des photos officielles ! Elles sont légion comme conseillères territoriales ou locales, adjointes à pas grand-chose, féminisant de leurs tenues colorées le cliché de tel ou tel groupe politique supposé progressiste. Leur statut et pouvoir réel n’est en effet pas scotché sur leur front, ainsi que leurs indemnités nettement inférieures à leurs comparses masculins.

    On s’étonne ensuite de la faible présence féminine dans les médias - instances de la parole ? On s’étonne derechef de la faible représentation féminine dans les hauts lieux de décision politique - instance où la parole a un pouvoir accru ?

    Personnellement je m’étonne - et suis admirative - qu’il y ait maintenant quelques rares femmes qui parviennent à porter non pas une « parole de femme », mais un discours politique, au niveau national. Ninja de l’inconscient ou plutôt de l’inconscience collective, elles sont, à n’en pas douter, des surhommes.❞

    Le mot de la fin me donne un peu mal au cœur. Traité ces femmes de "surhommes" c’est un peu comme de complimenté les femmes d’avoir des couilles pour parler de leur courage. On en sortira pas si leurs seuls références positive dont nous disposons sont uniquement masculines.
    #parole #femmes #vocabulaire #silencialisation #voix #surhomme


  • Le profil type du « complotiste » ? Un jeune gueux qui ne vote pas pour Macron 7 Février 2019 Frustration _
    https://www.frustrationlarevue.fr/le-profil-type-du-complotiste-un-jeune-gueux-qui-ne-vote-pas-pour

    Voici l’incroyable conclusion qui ressort du dernier sondage pondu par l’inénarrable Rudy Reichstag, directeur de l’officine pro-gouvernementale de l’observatoire du conspirationnisme, créé en 2007, Conspiracy Watch. Un an après un premier sondage déjà extrêmement perfectible et orienté, voilà qu’ils en remettent une couche en précisant cette fois que, o surprise, les gueux ainsi que les jeunes seraient les plus touchés par le conspirationnisme. C’est dire qu’un tel sondage tombe à point nommé, où les tentatives de-crédibilisations d’un mouvement des gilets jaunes composés de tartufes complotistes à la Maxime Nicolle font bondir les bourgeoisies de droite comme de gauche de leur siège doré.

    “Les seniors sont moins concernés. Mais tout ça est corrélé au niveau de diplôme (les diplômés du supérieurs sont moins poreux que ceux qui n’ont pas ou que le Bac), au niveau de vie (plus on fait partie des défavorisés, plus on adhère à ce types de contenus)”, explique ainsi ce cher Rudy Reichstag sur France inter .

    Faire du complotisme une affaire de classe est évidemment une manière de désigner et de dénigrer des imbéciles à remettre dans le droit chemin de la Vérité à coup d’éducation aux médias infantilisant et de fact-checking pour se racheter une crédibilité maintes fois perdues et, par conséquent, à contenir ou retenir toute remise en question de l’ordre économique sociale et politique existant. C’est que le complotisme de l’Elysée, comme le décrit si bien Frédéric Lordon dans son dernier billet , qui consiste à fantasmer sur des gilets jaunes soit disant contrôlés par l’affreuse main russe afin de se déresponsabiliser n’est nullement décrit dans ce sondage, comme celui des anti-complotistes complotistes souvent macronistes. Hélas, l’auto-analyse, ça n’est pas pour tout de suite non plus. Car en effet il ressort également de cette « enquête » une résistance au complotisme chez les Français qui ont voté Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, mais que l’électorat de Jean Luc Mélenchon, de Marine Le Pen ou de Nicolas Dupont Aignan sont d’avantage sensibles aux théories conspis. Diantre ! 

    Et s’il y a bien un naïf pour se laisser berner par ce genre de sondage, c’est le journaliste qui, par un mimétisme navrant, s’embourbe dans la brèche à recracher bêtement des conclusions à peine exagérées. « Le fléau du complotisme en France : une menace pour notre démocratie », titre le quotidien régional La Dépêche, « Sondage sur le complotisme : 4 enseignements à tirer », s’inquiète le JDD. Pourtant, il leur fallait seulement cinq petites minutes afin de questionner par téléphone Rudy Reichstag sur sa méthodologie douteuse : quels sont les échantillons ? Sont-ils réellement représentatifs ? Quel est le degré de réponses « trolls » ? Pourquoi ces catégories ? Les réponses sont-elles suffisamment nuancées ? Certains journalistes, décidément en roue libre, n’hésitent pas à conclure, comme sur France inter : « Une enquête qui montre une nouvelle fois que les Français sont de plus en plus perméables aux théories complotistes et notamment les jeunes adultes » (3).

    Ils leur suffisaient également pour certains de dix petites minutes supplémentaires afin d’interroger les nombreux raccourcis surprenants qui sont une nouvelle fois effectués ici, c’est-à-dire mettre au même niveau la croyance en la terre plate et le fait que ministère de la Santé soit de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins, qui relève plus d’une défiance générale envers les institutions qui mériterait d’être interrogée plutôt que blâmée.

    Cette confiance aveugle de ces journalistes envers cette enquête sans l’once d’esprit et de recul critique est, elle aussi, très inquiétante. Le sondage ne mérite aucune contre-expertise, ce qu’ils appellent en rédaction ou en école de journalisme le fameux « contre-pied », imposé une fois sur deux en fonction de leur « idéologie » non assumée, lorsque c’est par exemple trop « militant », mais rarement dans ce genre de cas présent. Vivement les analyses incroyablement fines de spécialistes et de chercheurs/euses en tout genre, de Marie Peltier en passant par Tristan Mendes France, qui étaient étonnement bien silencieux lorsque des journalistes accusaient des gilets jaunes d’avoir foutu le feu à des voitures devant le siège du quotidien Le Parisien.

    En parallèle de ce qui semble bien être un véritable naufrage journalistique ridiculement cocasse, le journaliste Vincent Glad explique la raison pour laquelle selon lui les journalistes ont tardé à parler des violences policières lors des manifestations des gilets jaunes : « Au début, je ne voulais pas y croire, je me disais que ce n’était pas possible. Le gouvernement ne pouvait pas sciemment demander à sa police de tirer à coup de lanceur de balle de défense sur la tête des manifestants. J’ai l’impression que j’ai été victime de l’habitus journalistique qui fait qu’on se méfie toujours de toute théorie du complot, qu’on est toujours trop mesuré, trop lent avant de s’indigner. Je me disais « ce n’est pas possible, l’État ne peut pas faire ça, ça ne peut être que des bavures isolées ». Tout est dit.

    #libération #enfumage #complotisme #Vérité #journaliste #journalisme #fake_news #croyance #vaccins #oligarchie #rudy_reichstag #vincent_glad


  • Pic pétrolier probable d’ici 2025 | Matthieu Auzanneau
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2019/02/04/pic-petrolier-probable-dici-a-2025-selon-lagence-internationale

    Pour empêcher un déclin de la production mondiale de pétrole d’ici à 2025, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonce qu’il faudrait multiplier par 2 ou 3 les extractions de pétrole de schiste. Or aux Etats-Unis, le pétrole de schiste continue à perdre de l’argent… Source : Oil Man


  • Disparition du CIF (congé individuel formation) en 2019 ! | CFPM | Certification pro pour musiciens et techniciens du son
    https://www.cfpmfrance.com/single-post/2018/08/17/Disparition-du-CIF-cong%C3%A9-individuel-formation-en-2019-

    Penchons-nous quand même sur quelques chiffres (2) du CIF actuel pour mieux nous projeter sur le CPF de transition tout en tenant compte de la nouvelle donne d’un CPF monétisé :

    – La durée moyenne d’un CIF est d’environ 800 h

    – Le coût moyen d’un CIF, hors Ile-de-France, est d’environ 25 K€ comprenant les coûts pédagogiques (30%), la rémunération (65%) et les frais annexes (5%) pour les 2/3 des porteurs de projet de niveau V (CAP, BEP) et infra V souhaitant évoluer vers un niveau IV (Bac)

    – 800h correspondraient donc à des coûts pédagogiques d’environ 7500 €,

    – Le CPF de transition, tel que défini (sauf modifications), permettrait aux salariés peu qualifiés, donc à terme titulaires d’un CPF monétisé de 8000€, de mobiliser des abondements principalement pour le maintien, en tout ou partie, de leur rémunération et le cas échéant des frais annexes (transport, hébergement, restauration)

    – Pour les salariés qualifiés, avec leur enveloppe limitée à 5000€ pour des coûts pédagogiques certainement plus importants (niveaux III, II, I), la donne sera évidemment différente. Ils pourraient ainsi être amenés à participer financièrement à leur propre formation selon l’ambition qu’ils nourrissent et l’investissement qu’ils seraient prêts à réaliser.


  • A qui profite la hausse des loyers ? – Centre d’observation de la société
    http://www.observationsociete.fr/modes-de-vie/logement-modevie/a-qui-profite-la-hausse-des-loyers.html

    En trente années, le résultat brut courant (le profit une fois leurs charges 4 déduites) des bailleurs privés, a été multiplié par 4,7 soit 2,6 fois plus que l’inflation. Il est passé de 5 à 23,7 milliards d’euros. Si on enlève la hausse des prix, les bailleurs ont gagné 14,7 milliards d’euros ce qui représente 5 400 euros par an et par propriétaire. La hausse a été encore plus forte pour les bailleurs HLM qui ont multiplié par 5,3 leur résultat, soit 5,6 milliards inflation déduite.

    En 2013, au total chaque propriétaire bailleur a retiré environ 8 800 euros de gain de ses placements locatifs, une fois les charges payées. Louer un logement rapporte un peu plus de 3 000 euros par an dans le secteur privé, 4,4 fois plus qu’en 1984. Ceci sans compter une éventuelle plus value au moment de la revente. La surprise, c’est que ce résultat par logement a été multiplié par dix dans le secteur social : les loyers du parc HLM ont progressé bien plus vite que les charges.

    Une partie difficile à mesurer de la hausse des loyers est la conséquence des efforts de rénovation supportés par les propriétaires ou sont dus au fait que les nouveaux logements sont plus confortables, mieux isolés. Pour partie aussi, cette charge traduit une redistribution du revenu de ménages souvent jeunes vers les bailleurs privés plus fortunés et plus âgés, ou aux organismes HLM. Plus clairement, une partie de la population française s’est enrichie en devant propriétaire et en louant au prix fort des logements. De leur côté, les HLM ne redistribuent pas leurs éventuels bénéfices. Une partie de l’effort de rénovation urbaine entrepris à partir de 2005 a été financée par les locataires du secteur social eux-mêmes sans qu’on en parle souvent. En outre, depuis plusieurs années, la mission interministérielle d’inspection du logement social critique le niveau de certaines rémunérations des dirigeants des organismes du secteur du logement social (rapports 2012 et 2013).


  • Cécile Duflot raconte son agression sexuelle par Denis Baupin | Le Huffington Post
    https://www.huffingtonpost.fr/2019/02/07/cecile-duflot-raconte-son-agression-sexuelle-par-denis-baupin_a_23663
    https://o.aolcdn.com/images/dims3/GLOB/crop/4928x2589+0+189/resize/1200x630!/format/jpg/quality/85/https%3A%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws.com%2Fcreatr-images%2F2018-1

    Une autre journaliste, de « Radio Parleur », complète : « Il m’a vue dans un moment de vulnérabilité. Il a pris ça pour une opportunité, une ouverture. C’est quand même un truc de dingue ! »

    Visiblement très émue au moment de livrer ce témoignage, Cécile Duflot s’en excuse presque : « Juridiquement, c’est (Denis Baupin, ndlr) un agresseur sexuel, mais je n’en avais pas conscience. J’avais oublié des faits. C’est pour ça que je suis émue ici parce que plein de choses remontent. » Elle poursuit : « C’est grâce à cette faculté d’oublis sélectifs que j’ai pu avoir cette carrière politique brillante. »


  • Steve Bannon qualifie les « gilets jaunes » d’« inspiration pour le monde entier »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/07/steve-bannon-qualifie-les-gilets-jaunes-d-inspiration-pour-le-monde-entier_5

    Les « gilets jaunes » à ses yeux ont « remporté le premier round contre les élites » quand Emmanuel Macron a annoncé le 10 décembre plusieurs mesures en faveur du pouvoir d’achat. « Au pays de la Révolution française, le mouvement des “gilets jaunes” mène aujourd’hui la mère des batailles. Ils sont une inspiration pour le monde entier », a déclaré l’ancien stratège de Donald Trump Steve Bannon, dans un entretien à l’hebdomadaire L’Express paru jeudi 7 février.

    « Ces perdants de la mondialisation, paupérisés comme jamais, se réveillent et crient “stop !”. La beauté de leur action est qu’elle réunit des gens de droite comme de gauche ; ce qui est la définition du peuple et du populisme », ajoute l’ex-conseiller du président américain, qui fut l’invité vedette du congrès du Rassemblement national en mars 2018, et a lancé à Bruxelles la fondation The Movement pour mettre en réseau les partis nationalistes et populistes.

    Selon lui, le président français est « un pantin ». « Il est hors sol. Sous son costume, il n’y a rien », il est « un peu le Barack Obama français », dit celui qui entend fédérer les formations nationales populistes en Europe en vue des élections européennes de mai.


  • 3 raisons de regarder le documentaire “Rêves fondus” - France 3 Grand Est
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/meuse/bure/3-raisons-regarder-documentaire-reves-fondus-lundi-apre


    Un doc sur le #nucléaire qui est passé vers une heure du matin sur 3 antennes locales de France3

    Est-ce par inintérêt ou parce que c’est compliqué ? Nous sommes-nous déjà demandé s’il existait d’autres procédés de production d’énergie nucléaire. Nous non, évidemment. Mais un homme, Alfred Lecocq, physicien au Commissariat à l’énergie atomique (CEA), oui. Il a effectué des recherches, toute sa vie durant, sur un autre procédé de production d’énergie nucléaire, appelé le réacteur à sels fondus. Les avantages de ce procédé : il s’agit d’un système liquide, qui ne nécessite pas d’eau sous pression pour refroidir. C’est aussi un système qui produit peu de déchets radiocatifs, car le combustible est exploité dans sa totalité, contrairement au plutonium qui n’est exploité qu’à hauteur de 5% dans le système REP.


  • Des prêtres ont agressé sexuellement des sœurs, reconnaît le pape François

    https://www.france24.com/fr/20190205-pape-francois-eglise-catholique-admet-pretres-agression-sexuelle-

    Le pape François n’avait jamais abordé le sujet directement. Dans l’avion qui le ramenait au Vatican, le Saint-Père a convenu mardi 5 février qu’"il y a eu des prêtres et aussi des évêques qui ont fait cela", tout en reconnaissant que le sujet des agressions sexuelles sur des sœurs était encore d’actualité au sein de l’Église.

    Selon lui, ce phénomène peut se rencontrer « partout », mais il est plus présent dans « quelques congrégations nouvelles et dans quelques régions ». « Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier. Nous avons suspendu plusieurs clercs qui ont été renvoyés en raison de cela », a dit le pape François, sans citer de noms ou de pays.

    « Je ne sais si le procès (canonique) est terminé, mais nous avons aussi dissous quelques congrégations religieuses féminines qui ont été très liées à cette corruption », a-t-il ajouté, notant que l’Église ne pouvait pas se réfugier dans le déni. « Devons-nous faire quelque chose de plus ? Oui ! En avons-nous la volonté ? Oui ! », a encore déclaré le pape.

    #catholicisme #viols #criminalité_religieuse


  • Exclusif : le témoignage de Quentin Le Brun, djihadiste français en Syrie
    https://www.parismatch.com/Actu/International/Exclusif-le-temoignage-de-Quentin-Lebrun-djihadiste-francais-en-Syrie-16

    Il revient d’abord sur sa jeunesse dans le Tarn : « J’étais dans la mouvance cigarette, alcool, filles. Je conduisais alcoolisé. J’ai pris deux amendes. J’ai failli perdre mon permis. Ça m’a fait réfléchir. Qu’est-ce que je voulais faire dans ma vie ? » Les experts en radicalisation pourront ajouter la case infraction routière à la grille protéiforme des causes de l’engagement islamiste. Mais Quentin Le Brun est aussi et surtout en quête de sérénité. « Nul à l’école, ça ne m’intéressait pas », il décroche un BEP de vente, vivote de petits boulots, trime au McDo pour se payer un voyage au Japon : « L’Asie, la culture du calme, ça m’a toujours attiré. Là-bas, personne ne vole, c’est attrayant. » Il y passe un mois. Apprend la langue. Tombe fou amoureux d’une étudiante japonaise surdiplômée : « Moi, je n’avais aucun diplôme, c’était impossible de m’installer là-bas. » Rupture, peine de cœur. Commence alors sa période « boîte de nuit ». Elle s’achève par une suspension de permis et une entrée dans l’islam.


  • Géopoétique des sols

    Un album de cartes et représentations graphiques peintes à l’aquarelle par Agnès Stienne (@odilon), consacré aux sols et à leurs usages — et mésusages. Fichier PDF de 34 pages, avec 18 images en haute résolution.

    C’est une expérimentation d’#auto-édition… Des travaux cartographiques, déjà publiés sur le site, mis en page en PDF, et téléchargeables en haute définition.

    C’est à prix libre, afin de soutenir notre travail, gratuit pour celleux qui n’ont pas d’argent.

    https://gumroad.com/visionscarto

    On sait qu’on ne va pas gagner un #pognon_de_dingue, c’est une manière de mettre à disposition nos productions tout en permettant éventuellement de payer auteur·ices, reporters, cartographes.

    Dans l’attente de vos commentaires, critiques et suggestions pour d’autres petites compilations…


  • #1083_km, et pas un de plus !

    #1083 km séparent les 2 villes les plus éloignées de l’hexagone : Menton au sud-est et Porspoder un petit village au nord de Brest. Depuis le début de l’aventure 1083, nous découvrons à quel point la disparition de filières entières dans l’industrie textile française est une puissante réalité.

    Songez qu’il y a 20 ans, Romans, capitale de la chaussure, rassemblait plus de 2 000 emplois dans ce secteur… contre 300 aujourd’hui.

    Grâce aux ateliers encore en place, nous avons éco-conçu à Romans les chaussures 1083 : des sneakers unisexes, urbaines, confortables, et résistantes grâce à leur semelle cousue.

    L’histoire du jeans en France est encore plus saisissante puisque malgré l’invention du denim, à Nimes, les jeans 1083 sont les premiers à être de nouveau entièrement teints, tissés et confectionnés en France !
    Ainsi, sur un prix de vente de 89 €, près de 86 € irriguent l’#économie_locale. Seul le coton biologique ne pousse pas en France, et les rivets et boutons viennent de voisins italiens faute de fabricant français.

    Trois ans après le lancement de 1083 grâce au financement participatif, vous avez commandé plus de 30 000 jeans et #chaussures, qui nous ont permis de créer 30 emplois en France. Mesurons ainsi le potentiel d’emplois des 88 millions de jeans et 360 millions de chaussures vendus chaque année en France…

    De Menton à Porspoder, faisons le choix de « #relookaliser », ça change tout !

    #Thomas_HURIEZ


    https://www.1083.fr

    #industrie_textile #made_in_France (100%) #France #textile #habillement #mode #jeans #c'est_possible #alternatives #développement_local

    https://www.youtube.com/watch?v=o8dLfGMLkTk


  • Comment faire grève si je suis isolé.e

    Publié le 3 février 2019
    En vue de la grève générale du 5 février 2019 (et des jours qui suivront ?), on republie cet article paru sur Paris-luttes.info en mars 2016, au début du mouvement contre la Loi Travail, qui fait le point sur le droit de grève.

    La grève du 9 mars approche à grands pas et nombreux sont ceux et celles qui souhaitent y participer.
    Mais comment faire ? Nous avons demandé à un camarade anarcho-syndicaliste du groupe Salvador-Seguí de nous aider à y avoir plus clair.

    Je bosse dans le privé, dans une boîte où je serai sans doute le ou la seul.e à faire grève.

    Dans le privé, il n’y a pas d’obligation de dépôt d’un préavis de grève. S’il y a un appel national ou local, comme c’est le cas pour le 31 mars (mais pas encore pour le 9, sauf dans certaines unions départementales), tu peux te déclarer en grève, même si tu es seul.e. En revanche, sans appel national ou au moins local, il te faudra trouver au moins un.e collègue avec qui te mettre en grève, celle-ci étant juridiquement définie comme mouvement collectif. Dans les deux cas, tu es obligé.e de transmettre à ton employeur tes revendications : le mot d’ordre national ou local dans le premier cas, celles que vous déterminerez dans le second (attention : ces revendications doivent être d’ordre professionnel et non politique – même si les deux peuvent se rejoindre…).

    Je suis en CDI : Alors tu ne risques rien à faire grève. Et si ton employeur te sanctionne pour cela, il s’expose à des poursuites. Sois vigilant.e, les sanctions peuvent être perverses : mise au placard, harcèlements, etc.

    Je suis en CDD : Tu es dans ton plein droit de faire grève, mais ton employeur peut t’en décourager en brandissant la menace d’une non-reconduction de ton CDD à son terme.

    Je suis en intérim : Tu es dans ton plein droit de faire grève, mais ton employeur peut t’en décourager en brandissant la menace de ne plus te faire travailler ensuite.

    Je suis en période d’essai : Tu es dans ton plein droit de faire grève, mais l’employeur peut brandir la menace de ne pas t’embaucher.

    Je suis apprenti : Tu es dans ton plein droit de faire grève.

    Je suis en stage : Tu es dans ton plein droit de faire grève.

    [...]

    Je bosse dans le public

    Dans le secteur public, pour que tu fasses grève, il faut qu’au moins une organisation syndicale nationalement représentative ait déposé un préavis – ce qui est le cas pour le 9 mars –, au minimum cinq jours avant le début de la grève, stipulant les revendications professionnelles, la date, l’heure et le champ géographique. Ce préavis n’est pas obligatoire pour les agent.e.s travaillant dans des communes de moins de 10 000 habitants.

    https://paris-luttes.info/comment-faire-greve-si-je-suis-4969


  • Depuis quelques jours, le collectif Désarmons-les se fait régulièrement agresser. Voici son communiqué :
    MISE AU POINT, sur les menaces que nous recevons.
    https://desarmons.net/index.php/2019/02/04/mise-au-point-sur-les-menaces-que-nous-recevons

    Depuis quelques jours, nous nous faisons régulièrement agresser.

    Notre collectif existe depuis 2012. Depuis 2014, il s’organise quotidiennement auprès de personnes mutilées par la police, y compris déjà en 1999. Certain-es de ces blessé-es graves l’ont été dans les quartiers populaires, d’autres en marge de matchs de foot, tous n’ont pas les mêmes convictions politiques. Nous n’avons pas attendu le mouvement des gilets jaunes.

    Oui, il y avait des blessé-es grave avant les gilets jaunes. Nous en comptions au moins 53 avant le mois de novembre 2018. On en parlait peu. Notre combat était peu visible. Nous n’avons jamais cherché la reconnaissance, notre priorité étant d’aider les blessé-es dans leur combat, en apportant un soutien juridique, psychologique, politique, selon des principes clairs et en accord avec une analyse radicale du système actuel.

    Depuis quelques semaines, des enjeux de pouvoir ont pris leur place dans un combat que nous menons depuis des années avec bienveillance. Des gens se présentent en icônes d’un mouvement qui avait pourtant affirmé qu’il ne voulait pas de porte-paroles, écrasant au passage les pieds des autres. Certaines croient également pertinent de dire qu’ils sont « neutres » et que leur action est « apolitique », tout en laissant agir des populistes de la droite dure et en condamnant les militants antifascistes qui combattent l’hydre fasciste avec conviction (autant préciser qu’on ne la combat pas avec des fleurs).

    Nous ne sommes pas d’accord avec cette neutralité, car pour nous les violences d’État, dont font partie les violences racistes et les violences policières, sont un problème politique. Depuis des années, nous essayons de faire admettre au plus grand nombre que ce ne sont pas des « dérapages », des « bavures », mais des violences systémiques, institutionnelles, assumées par le pouvoir.

    Aujourd’hui, nous faisons l’objet d’insultes diverses et de menaces.

    Des gens nous disent que nous mentons et que nous « ne maîtrisons pas notre sujet », sans avoir lu un seul des articles de notre site internet. Nous mettons au défi qui que ce soit de trouver un mensonge sur notre site ou une information qui soit fausse.

    Depuis quelques jours, nous faisons également l’objet d’attaques verbales et de menaces de personnes qui ne supportent pas la critique politique et ne sont pas capables d’autocritique, exigeant de nous qu’on supprime des publications sous prétexte qu’elles leur déplaisent, confondent « critique » et « appel à la haine ».

    Parmi elles, des personnes qui se disent « medics » et ont inventé un clivage entre « street medics » et « médics », comme si ces catégories existaient avant que ces mêmes personnes ne débarquent et négocient leur intervention avec les autorités, niant et piétinant du même coup des décennies de pratiques militantes, réfléchies et autonomes (qu’elles semblent mépriser). « street medic » n’est pas une identité, mais une pratique, au même titre que les « legal team » (soutien juridique), les « trauma team » (soutien psychologique), le « black bloc » (tactique collective permettant d’agir et se défendre en bénéficiant de l’anonymat), les « zones d’autonomie temporaire » ou les « cantines mobiles ». Cette pratique a une histoire et une philosophie, qui remonte au mouvement américain des droits civiques. Elle n’a jamais été neutre, ni apolitique.

    Déjà en 2012, nous avions des liens constants avec des groupes de « street medics ». Sur certaines manifestations, nous avons nous-mêmes été street medics.

    Faire « street medic », c’est être capable d’humilité, refuser la professionnalisation, dans le but de protéger les manifestant-es de la répression et d’organiser le soin en manifestation autour de principes de lutte clairs, qui n’acceptent aucune négociation avec les flics pour quémander le droit d’agir. Oui, être medic en manif, ce n’est pas offrir un substitut à la sécurité civile ou aux pompiers : il s’agit d’un combat politique, pas de l’encadrement légal d’un événement festif.

    Toutes celles et ceux qui voient dans ces pratiques une manière égocentrique d’exister, d’avoir de la reconnaissance, de se faire passer pour des héros, n’ont pas compris l’esprit de la chose.

    On n’a pas à nous faire des pressions parce que nous dénonçons les compromis avec la police. Nous avons nos valeurs et principes, nous les défendrons. Que ceux à qui ça ne plaît pas passent leur chemin au lieu de nous empêcher d’agir et de nous faire perdre notre temps.

    Laissez nous respirer !

    (je l’ai copié en entier parce que je veux être sûre qu’il soit lu, tant ses bases politiques / éthiques sont importantes !)

    #apolitisme #streetmedics #street_medic #trauma_team #legal_team #black_bloc #radicalité #oppression_systémique

    • ajout sur leur facebook : Une liste non exhaustive des avocat-es que Désarmons-les ! conseille, pour des raisons liées à leur compréhension des enjeux de la défense collective, leur fiabilité, leur accessibilité et leur engagement personnel dans la défense de personnes touchées par la répression ou les violences policières :

      Lucie SIMON (Paris / IDF) : 06 33 50 30 64
      Raphael KEMPF (Paris / IDF) : 06 28 06 37 93
      Ainoha PASCUAL (Paris / IDF) : 07 68 97 17 68
      Eduardo MARIOTTI (Paris / IDF) : 07 68 40 72 76
      Alice BECKER (Paris / IDF) : 06 23 76 19 82
      Samuel DELALANDE (Paris / IDF) : 06 01 95 93 59
      Matteo BONAGLIA (Paris / IDF) : 01 40 64 00 25
      Emilie BONVARLET (Paris / IDF) : 06 23 53 33 08
      Xavier SAUVIGNET (Paris / IDF) : 01 56 79 00 68
      Arié ALIMI (Paris / IDF) : 06 32 37 88 52
      Chloé CHALOT (Rouen) : 06 98 83 29 52
      Claire DUJARDIN (Toulouse / SUD OUEST) : 06 74 53 68 95
      Romain FOUCARD (Bordeaux / SUD OUEST) : 07 62 07 73 56
      Muriel RUEF (Lille / NORD) : 06 84 16 63 02
      Florian REGLEY (Lille / NORD) : 07 83 46 30 82
      Maxime GOUACHE (Nantes / OUEST) : 06 59 89 37 57
      Pierre HURIET (Nantes / OUEST) : 06 15 82 31 62
      Stephane VALLEE (Nantes / OUEST) : 06 09 93 94 61
      Florence ALLIGIER (Lyon / EST) : 06 07 27 41 77
      Olivier FORRAY (Lyon / EST) : 04 78 39 28 28
      Christelle MERCIER (Saint Etienne / EST) : 06 28 67 53 52
      Jean Louis BORIE (Clermont Ferrand / CENTRE) : 04 73 36 37 35

    • On remarquera que certain.e.s leaders blessé.e.s ne l’ont pas été dans un groupe de manifestant.e.s agité.e.s mais étaient seuls, dans un coin calme, presque en retrait.

      Exemple, Louis Boyard :

      à l’écart et sans gilet jaune, il prend la décision de s’éloigner « sans courir ».

      https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/04/le-president-de-l-union-nationale-lyceenne-louis-boyard-a-t-il-ete-victim

      Questions :
      Qui donne l’ordre aux policiers de blesser volontairement les opposant.e.s qui dérangent ?
      Qui fournit les noms des opposants.e.s à « neutraliser » ?

      – Ministère de l’intérieur ?
      – Attaché au cabinet du président de la république ?
      – Direction de la police ?