Nidal

Auteur du blog Loubnan ya Loubnan. Je signe d’un pseudonyme arabe et j’écris essentiellement sur l’actualité libanaise, mais je suis français et je vis en France.

  • La peine de Chelsea Manning commuée par Barack Obama

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/17/la-peine-de-chelsea-manning-commuee-par-barack-obama_5064344_3222.html

    La lanceuse d’alerte, qui purge une peine de trente-cinq ans de prison, sera libre en mai.

    http://s1.lemde.fr/image/2017/01/17/644x322/5064342_3_4837_chelsea-manning-en-2010_3f48d9a2d0dc080636e33d1c5367bed1.jpg

    Chelsea Manning, née de sexe masculin sous le nom de Bradley Manning, avait notamment été condamnée pour avoir copié, puis transmis à WikiLeaks des rapports de l’armée américaine en Afghanistan et en Irak. Des documents qui montraient notamment l’ampleur des dégâts subis par les civils irakiens durant l’occupation américaine, et qui avaient été largement couverts par la presse internationale, dont Le Monde. Elle avait également fourni à WikiLeaks la vidéo dite « Meurtre collatéral », montrant le pilote d’un hélicoptère de combat américain ouvrant le feu sur des civils désarmés dans une banlieue de Bagdad.

    Dénoncée par un hackeur auprès duquel elle avait évoqué avoir transmis les documents, Chelsea Manning avait été arrêtée en juin 2010, détenue au secret, puis jugée par une cour martiale, qui l’a condamnée en 2013 à trente-cinq ans de prison. Chelsea Manning, qui a plaidé coupable, était visé par plusieurs chefs d’accusation, notamment d’espionnage et de collusion avec l’ennemi. Si le second n’a finalement pas été retenu, elle a bien été condamnée en vertu de l’Espionage Act, une loi de 1917, qui lui a valu la plus longue peine de prison jamais infligée à un lanceur d’alerte.

    Détenue à l’isolement dans la prison militaire de Fort Leavenworth (Kansas), dans des conditions que ses défenseurs jugent insupportables en raison de sa fragilité psychologique, Chelsea Manning a engagé une procédure de changement de sexe, longtemps refusée par l’armée. Elle a tenté à deux reprises de se suicider depuis son incarcération, une première fois en juillet 2016, puis une seconde fois en octobre, lorsqu’elle était à l’isolement pour la punir de sa première tentative de suicide. Saisi de son dossier, le rapporteur des Nations unies sur la torture a considéré que ses conditions de détention étaient « cruelles, inhumaines et dégradantes, à la limite de la torture ».

    Peu après l’annonce de la Maison blanche, WikiLeaks s’est félicité de la libération prochaine de Chelsea Manning, évoquant une « victoire ». Mais cette victoire pourrait avoir des conséquences complexes pour l’organisation : son fondateur Julian Assange, qui vit depuis plusieurs années dans l’ambassade d’Equateur à Londres pour échapper à une extradition vers la Suède dans une affaire de viol présumé, a promis ce 12 janvier que « si Obama accorde sa clémence à Manning, Assange acceptera d’être extradé vers les Etats-Unis malgré le caractère clairement anticonstitutionnel du dossier monté par le département de la justice ». Une enquête est toujours ouverte contre lui aux Etats-Unis lui pour publication de documents secret-défense.


  • De Beyrouth, #Martin_Chulov du Guardian affirme qu’ en #Syrie l’#Iran est en train d’installer des chiites (de toute nationalité) dans des zones préalablement habitées par des sunnites.
    https://www.theguardian.com/world/2017/jan/13/irans-syria-project-pushing-population-shifts-to-increase-influence

    Et sa source est un groupe genre #al-qaida :

    Labib al-Nahas, the chief of foreign relations for #Ahrar_al-Sham, who led negotiations in Istanbul, said Tehran was seeking to create areas it could control. “Iran was very ready to make a full swap between the north and south. They wanted a geographical continuation into Lebanon. Full sectarian segregation is at the heart of the Iranian project in Syria. They are looking for geographical zones that they can fully dominate and influence. This will have repercussions on the entire region.

    • The propaganda of Martin Chulov: FAKE NEWS Propaganda in the Guardian newspaper
      http://angryarab.blogspot.fr/2017/01/the-propaganda-of-martin-chulov-fake.html

      And here I used to recommend the Guardian newspaper as an alternative to US media after Sep. 11. Now the Guardian has become indistinguishable from the New York Times and Washington Post in its propaganda coverage of Syria. This story is — simply put — made up. As you all know, Syrian rebels regularly, if not daily, produce fake news and spread them throughout social media and they are often carried in Gulf regime media, which in turn inspire Western media to reproduce them citing the authority of Qatari regime or Saudi regime media. This story is made up by Ahrar Ash-Sham. And you will see in dispatches by Western correspondents in Beirut, like Chulov, a reference such as this: “said one senior Lebanese leader”. Lebanon is deeply divided between two camps: one camp is led by HIzbullah and the other is led by the Saudi embassy in Beirut. To which camp do you think this Lebanese “leader” belongs to? And they cite “a Lebanese leader” as if any of the Lebanese leaders are independent and neutral about the war in Syria. This is like citing “a US leader” in a story about Israel.

    • J’ai un ami Sunnite originaire de Idlib qui tient le mème discours. Il parle d’un afflux massif de chiites provenant d’autres régions, d’autres pays et que les régions sunnites seraient sous le coup d’une « colonisation de peuplement. »
      En dehors de la véracité de la chose j’ai quand mème l’impression que la question religieuse prend une place de plus en plus importante dans un pays qui semblait en dehors de ce genre de tensions. L’installation des chiites est une question que je voulais vous poser.
      Pour terminer, ses « sources » sont de Idlib et non pas du Gardian, ce qui rend pas les choses plus vraies ou plus fausses mais qui peut témoigner de l’état d’esprit qui règne là bas.

    • La question que cela pose, d’un point de vue démographique, est d’où viendrait ces masses de chiites. Dans la plupart des sources sur les appartenances religieuses en Syrie, les chiites sont généralement estimés à 1% (par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syrie#Groupes_.2F_Population_.2F_pourcentage). Ca vaut ce que ça vaut mais de là à parler d’invasion massive... Il s’agit principalement à ma connaissance très imparfaite de communautés urbaines (notamment au sud de Damas), de quelques petites villes frontalières de la Beqaa nord (région de Hermel au Liban) et de quelques poches dont on a parlé récemment, au nord-ouest d’Alep (zones assiégées dont les populations ont été « échangées » avec les populations évacuées d’Alep. J’aurais beaucoup de mal croire que l’Iran installe des populations d’origine iranienne ou des chiites irakiens.

    • Moi aussi j’ai des doutes, car le voeu des Usa et UE quand ils ont attaqué la Syrie c’était justement de déplacer les populations en les divisant en « chiites, sunnites, Kurdes, et autres communautés » pour faire des micro-états divisés comme en ex-Yougoslavie qui a été balkanisée de la même façon.Tout a été prévu de longue date : http://armedforcesjournal.com/peters-blood-borders-map
      Les forces armées américaines se trouvent actuellement a Erbil dans le futur Kurdistan et la France participe à créer un état kurde, ce qui déplait à Erdogan bien sur ...

    • @rumor ce sont des fakes-news en vérité, la démographie des chiites ne peux pas permettre ce qui est prétendu. C’est inverser la véritable politique contre les chiites que de les accuser de favoriser leur population minime. En vérité les sunnites, et Kurdes chasseront les Yézidis et autres communautés. HRW a dénoncé le fait de crimes commis par les Kurdes pour avoir chassés les habitants de leurs maisons, et les avoir terroriser.

    • Merci pour ce signalement qui touche à une question aussi sensible que d’actualité, même si la source (Guardian Chulov), de fait, est terriblement biaisée... @rumor : les « peuplements chiites » qui hantent les cauchemars d’une bonne partie des Syriens (cf. témoignage Unagi, auquel j’ajoute le mien, au sein des milieux alaouites !!!) seraient en provenance d’Iran, voire de plus loin (Afghanistan et Cie). Pas plus crédible pour autant, mais ça fait fantasmer encore plus sur l’invasion étrangère. Il faut vraiment que ces sociétés soient en crise pour que de tels bobards puissent prendre aussi bien...

    • Se souvenir aussi que ça fait partie du plan de de déstabilisation suggéré par l’ambassade américaine en 2006 :
      https://wikileaks.org/plusd/cables/06DAMASCUS5399_a.html

      — Vulnerability:

      –- THE ALLIANCE WITH TEHRAN: Bashar is walking a fine line in his increasingly strong relations with Iran, seeking necessary support while not completely alienating Syria’s moderate Sunni Arab neighbors by being perceived as aiding Persian and fundamentalist Shia interests. Bashar’s decision to not attend the Talabani / Ahmadinejad summit in Tehran following FM Moallem,s trip to Iraq can be seen as a manifestation of Bashar’s sensitivity to the Arab optic on his Iranian alliance.

      –- Possible action:

      –- PLAY ON SUNNI FEARS OF IRANIAN INFLUENCE: There are fears in Syria that the Iranians are active in both Shia proselytizing and conversion of, mostly poor, Sunnis. Though often exaggerated, such fears reflect an element of the Sunni community in Syria that is increasingly upset by and focused on the spread of Iranian influence in their country through activities ranging from mosque construction to business. Both the local Egyptian and Saudi missions here, (as well as prominent Syrian Sunni religious leaders), are giving increasing attention to the matter and we should coordinate more closely with their governments on ways to better


  • Try to find this in Western media: Mass arrests against reform advocates in Jordan—Western human rights orgs silent
    http://angryarab.blogspot.fr/2017/01/try-to-find-this-in-western-media-mass.html

    Western human rights organizations and media are all silent about what is happening in Jordan. There was a campaign of mass arrest against opposition and reform advocates after a campaign against corruption spread and calls for publicizing names of corrupt individuals were posted. Some of those arrested were former military and intelligence people and former MPs. How could you expect Western human rights organizations to care when you have director of Human Rights Watch posting praise for Jordanian official, Prince Zeid bin Ra`ad, who was appointed in his UN post by the Israeli ambassador at UN.

    (Je n’ai absolument rien trouvé en dehors d’Angry Arab.)


  • There Is Still No Hard Evidence For “Russian Hacking”
    https://medium.com/mtracey/there-is-still-no-hard-evidence-for-russian-hacking-d7e12b6429db

    [A] declaration from Democrats’ new favorite pundit, former George W. Bush speechwriter and Clinton voter David Frum, has been retweeted over 3,500 times in approximately three hours. Media superstars such as John Harwood and Peter Daou joined in on the retweeting action. How many casual news consumers cursorily saw this tweet, accepted it as accurate, and then continued on with their day? Many, many tens of thousands, surely. And yet what the tweet omits, as does most every other account of the contents of the laughably anticlimactic DNI report, is that this much-anticipated document contains no new evidence corroborating the Government’s claims regarding “Russian Hacking.”

    #propagande #manipulation


  • US watched #ISIS rise in Syria and hoped to ‘manage’ it — Kerry on leaked tape -
    http://mondoweiss.net/2017/01/watched-manage-leaked

    “The reason Russia came in is because ISIL was getting stronger, Daesh was threatening the possibility of going to Damascus and so forth. And that’s why Russia went in. Because they didn’t want a Daesh government and they supported Assad.

    “And we know that this was growing. We were watching. We saw that Daesh was growing in strength, and we thought Assad was threatened. We thought, however, we could probably manage, that Assad would then negotiate. Instead of negotiating, he got Putin to support him.”

    Via angryarab


  • The Garbage King of Beirut
    http://www.ozy.com/rising-stars/the-garbage-king-of-beirut/70966

    Ziad Abichaker loves Lebanon dearly, right down to its trash — in fact, he has said that he has “a love affair” with garbage.

    As a structural and environmental engineer, Abichaker sees only raw materials, and in a country with a stinking, unresolved garbage crisis, his time has come. He has quietly opened 12 waste management plants in Lebanon over the past 10 years, but his latest plant is even more ambitious: a zero-waste facility. Every kind of household trash can come in, and only useful products go out. This technology combined with the public’s exasperation with traditional waste management in Lebanon means Abichaker’s recycling dreams may finally be realized.

    Il se trouve que j’ai passé une après-midi avec lui chez un ami commun en août 2015 (au Liban évidemment). J’avais été très impressionné, d’autant qu’on était à ce moment en pleine crise des déchets.


  • Pour rappel, selon Asa Winstanley cet été, c’était déjà le groupe « Labour Friend of Israel », décrit comme le lobby influent de l’air Blair, qui avait lancé la tentative de coup contre Corbyn : After Brexit, Labour Friend of Israel launches coup against Corbyn
    https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/after-brexit-labour-friend-israel-launches-coup-against-corbyn

    According to right-wing press reports, Hodge’s coup plot has been brewing since May.

    Hodge is a registered supporter of Labour Friends of Israel, an Israel lobby organization within the party. In the Blair years, it was seen as a must-join group for a sucessful career as a Labour MP, but its influence has been declining for years.


  • Syria prepared for new round of violence: over 85% of belligerents are excluded from the ceasefire
    https://elijahjm.wordpress.com/2017/01/09/syria-prepared-for-new-round-of-violence-over-85-of-belligerents

    The main reason for this war preparation and the ceasefire rejection is the exclusion of the main groups who represent tens of thousands of militants. These are: the “Islamic State” (ISIS), Al-Qaida (Nusra/Fateh al-Sham) and similar jihadist groups, plus pro-Turkey Ahrar al-Sham.

     

    Despite the agreement on the ceasefire between Moscow and Ankara, essential countries involved in the Syria war, i.e. Saudi Arabia and Qatar, were excluded from the first round of the Astana peace talks and did not delegate their wishes to Turkey to negotiate on their behalf. These Middle Eastern countries refuse, to-date, to raise the white flag, and they still enjoy significant influence over tens of thousands of militants fighting in Syria, demonstrating  the failure of the Russian-Turkish meeting in Kazakhstan. The exclusion of the US and Europe is also a factor presaging an unsuccessful outcome, a by-product of Russia’s pressing determination to end the Syrian conflict. Turkey has not said its last word: it has not committed to abide by Russia’s terms in reaching the end of the war in Syria. Moreover it has refrained from imposing on its proxy, Ahrar al-Sham, the signature and agreement on the ceasefire, and abandoning the choice of war: this despite the loss of Aleppo.

     

    Also, Damascus and its allies consider Russia is in too much of a hurry, trying to reach an immature political compromise for fear of being stuck in the Syrian quagmire. The “Afghanistan nightmare” seems to dominate the Russian politicians, causing the failure of two out of three ceasefires “imposed” by Russia these last months. It looks as if – at least according to Damascus and its allies –  the third ceasefire is will fail dramatically, simply because conditions and circumstances for its success are absent.


  • Un responsable de la NUS a conspiré avec l’ambassade d’Israël pour évincer la dirigeante de l’union
    Middle East Eye | - Areeb Ullah | 11 janvier 2017
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/un-responsable-de-la-nus-conspir-avec-l-ambassade-d-isra-l-pour-vince
    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/styles/main_image_article_page/public/screen-shot-2017-01-09-at-12-4%20%281%29.png

    Richard Brooks, vice-président de l’Union nationale des étudiants, a coopéré avec des personnalités liées à l’ambassade d’Israël et a proposé des ressources pour s’opposer à Malia Bouattia

    Un haut responsable de l’Union nationale des étudiants (NUS) du Royaume-Uni a été secrètement filmé en train de conspirer pour évincer la présidente de l’organisation Malia Bouattia dans le cadre d’une opération d’infiltration impliquant l’ambassade d’Israël.
    (...)
    Bouattia, la première femme musulmane de couleur à diriger la NUS, a été critiquée par des opposants pour son antisémitisme présumé, des allégations qu’elle rejette.

    Connue pour ses années d’activisme pro-palestinien sur les campus à travers le Royaume-Uni, Bouattia affirme qu’elle se considère comme une adversaire de la « politique sioniste ».
    #Israël_UK

    https://seenthis.net/messages/559218


  • تحديات الصحافة مهنية وادارية وأخلاقية | الأخبار
    https://al-akhbar.com/node/270728

    Long dossier dans al-akhbar sur la crise de la presse au Liban sous le titre « Faire face au lieu de faire des éloges funèbres »[ça sonne mieux en arabe !!!]. Dans le passage sélectionné ici, en gros : le problème du Safir n’était pas vraiment financier. Depuis deux décennies, il y a eu des propositions de changement qui ont été refusées, et il y a encore un problème de direction. Des financements ont été proposé, ils ont été refusés. Les patrons du Safir (allusion à la famille propriétaire) ont une stratégie pour la suite, qui passait par la fermeture du journal.

    ثمة ما يجب قوله بصراحة أيضاً، وهو أن أزمة «السفير» لا تتصل بمشكلة مالية. ربما يكون هناك جانب مادي، لكن المشكلة الأساسية تكمن في عجز «السفير» عن مواكبة تحديات المهنة الجديدة، ورفضها كل مشاريع التغيير التي عرضت عليها منذ منتصف تسعينيات القرن الماضي. وهناك أيضاً وجه ثالث وأساسي للأزمة، يتعلق بالورثة والعائلة وأشياء أخرى!
    ربما لا يعرف الجمهور أن هناك محاولات جديّة بُذلت من قبل شخصيات وجهات لمنع إقفال «السفير»، ووصل الأمر بأحدهم إلى تقديم عرض يشمل تمويل صدورها من دون إلزام أصحابها أو إدارتها بأي قرش. لكن العرض رُفض.
    م رُفضت عروض أخرى باستخدام اسم «السفير» ومعاودة الصدور بحلة جديدة، ما دفع عدداً من الزملاء العاملين فيها، مع أصدقاء للجريدة، يتقدمهم الزميل مصطفى ناصر، إلى بدء العمل على إصدار جريدة يومية، ترث «السفير»، وربما تطمح إلى ما هو أكثر. وهو مشروع مستحب، لا بل وجب دعمه، من كل من يقدر على دعمه، بما في ذلك الأفراد أو الجهات التي كانت تدعم «السفير»… مع حاجة أخيرة للفت الانتباه، إلى أن أصحاب «السفير» لم يقرروا الخروج نهائياً من هذا العالم، لكنهم قرروا التموضع بطريقة مختلفة. وهم في صدد الإعداد لمشاريع تشترط مجموعة خطوات، من بينها إقفال الجريدة الحاليّة.

    • ٍSignalé par Pierre Abi Saab, un article (publié dans le qatari Al-Quds al-’arabi) d’Elias Khoury, qui se dédouane lui-même de son propre parcours et qui se termine ainsi : غير ان هذا المزيج الميلودرامي- الكوميدي يصل إلى ذروته حين نكتشف بأن لبنان مهدد بأن يصير وطن الجريدة الواحدة، وان الجريدة الوحيدة التي لا تعاني أزمة مالية خانقة هي جريدة « الأخبار »، المقربة من حزب الله.
      هل هذا مال سياسي؟ أم مال نظيف؟
      Le comble de la farce (il écrit mélodrame), c’est quand on s’aperçoit que le LIban risque de devenir le pays où il n’y a qu’un seul quotidien, le seul qui ne souffre pas d’une terrible crise financière, à avoir Al-Akhbar, proche du Hezbollah. Argent politique ? Argent propre, vraiment ?"



  • Le journalisme de nos jours : « non vérifiés, potentiellement invérifiables, et que nous n’avons pas pu vérifier », mais que nous publions tout de même :
    https://www.theguardian.com/us-news/2017/jan/10/fbi-chief-given-dossier-by-john-mccain-alleging-secret-trump-russia-con

    …later published the documents, which it said were “unverified and potentially unverifiable”.

    The Guardian has not been able to confirm the veracity of the documents’ contents…

    Je sais rien mais je dirai tout :
    http://www.vox.com/policy-and-politics/2017/1/11/14233898/cnn-bombshell-report-russia-blackmail-trump-explained-videotape-sex-money

    We don’t know who CNN’s sources are or if those people’s information is accurate. We don’t know which Trump aides were allegedly dealing with the Russians or whether those Russians worked for Vladimir Putin’s government. And we don’t know the answer to the biggest question of them all: Just what does Russia have on Trump?


  • Comment un diplomate israélien a travaillé au cœur du Parti travailliste pour mettre à mal Corbyn
    Alex MacDonald et Simon Hooper | 9 janvier 2017

    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/comment-un-diplomate-isra-lien-travaill-au-c-ur-du-parti-travailliste

    Des enregistrements secrets vus par Middle East Eye ont révélé comment un diplomate israélien a cherché à créer des organisations et des groupes de jeunesse pour promouvoir l’influence israélienne au sein du Parti travailliste, dans le cadre d’un effort visant à mettre à mal le leadership de Jeremy Corbyn au sein du parti d’opposition.

    Dans des conversations secrètes filmées par un journaliste infiltré, Shai Masot, agent politique de haut rang à l’ambassade d’Israël à Londres, a décrit son projet de création d’une branche de jeunesse de l’organisation Labour Friends of Israel (LFI – « Amis travaillistes d’Israël ») et a révélé qu’il avait mis en place d’autres organisations par le passé.

    Masot a émis l’idée de faire participer des délégations de membres du Parti travailliste à des voyages en Israël et a indiqué à Joan Ryan, présidente des LFI, qu’il s’était vu accorder 1 million de livres (environ 1,15 million d’euros) pour financer d’autres visites.

    Il a également affirmé avoir créé un groupe appelé « City Friends of Israel » en collaboration avec l’AIPAC, une organisation de lobbying pro-israélien influente aux États-Unis.

    Qualifiant le leader travailliste Jeremy Corbyn de « fou », Masot a expliqué qu’il avait créé une branche pour les jeunes des Conservative Friends of Israel (« Amis conservateurs d’Israël ») en 2015 et qu’il souhaitait en faire de même au sein du Parti travailliste, mais qu’il n’y était pas parvenu en raison de la « crise » qui a entouré l’élection de Corbyn à sa tête.

    Masot a également qualifié les partisans de Corbyn de « tarés » et d’« extrémistes ».

    Corbyn est considéré comme favorable au mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), que Masot explique avoir été chargé de discréditer et de mettre à mal à un autre moment des enregistrements.
    (...)
    L’appel du Parti travailliste à la tenue d’une enquête a été appuyé par le Parti nationaliste écossais (SNP) ainsi que par plusieurs députés conservateurs de haut rang.

    « Nous ne pouvons pas voir Israël agir au Royaume-Uni avec la même impunité que celle dont il jouit en Palestine », a déclaré Crispin Blunt à MEE.

    « Il s’agit clairement de l’ingérence la plus obscure et déshonorante dans la politique d’un autre pays. »

    « C’est une affaire aussi sérieuse que celles impliquant les services du renseignement soviétiques, qui se permettaient de suborner la démocratie et de s’immiscer dans son processus de fonctionnement normal », a indiqué Nicholas Soames, un autre député conservateur, dans des propos accordés à Peter Oborne de MEE.

    Écrivant de manière anonyme dans le journal Mail On Sunday, un ancien ministre du gouvernement de l’ancien Premier ministre David Cameron a déclaré que la politique étrangère britannique était « prise en otage par l’influence israélienne au cœur de notre politique ».

    « Depuis des années, les CFI et les LFI travaillent avec – et même pour – l’ambassade d’Israël pour promouvoir la politique israélienne et contrecarrer la politique du gouvernement britannique et les actions des ministres qui tentent de défendre les droits des Palestiniens. »

    L’ambassade d’Israël a tenté de minimiser l’importance de Masot en le qualifiant d’« employé subalterne de l’ambassade » dont les propos étaient « totalement inacceptables »

    Elle a précisé qu’il allait « terminer très prochainement son contrat de travail à l’ambassade ».

    https://seenthis.net/messages/558537

    • Le président du Parlement britannique n’enquêtera pas sur le scandale de l’influence israélienne
      MEE | 10 janvier 2017
      http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/le-pr-sident-du-parlement-britannique-n-enqu-tera-pas-sur-le-scandale
      John Bercow réagit au scandale de l’ambassade d’Israël en affirmant : « Je ne pense pas qu’il soit utile de discuter davantage »

      Le président de la Chambre des communes du Royaume-Uni a réagi au scandale actuel sur l’influence présumée d’Israël sur les hauts échelons de la politique britannique, affirmant qu’il n’est actuellement pas question d’enquêter.

      Le scandale a éclaté ce week-end quand des enregistrements divulgués ont révélé une employée du gouvernement britannique et un employé de l’ambassade israélienne supposément en train de comploter pour « faire partir » des membres de haut rang du gouvernement britannique, notamment le vice-ministre des Affaires étrangères Alan Duncan.

      Le député conservateur Sir Hugo Swire, qui préside également le Conservative Middle East Council, a soulevé lundi soir une motion d’ordre à la Chambre des communes, malgré le fait que le ministère des Affaires étrangères a déclaré dimanche qu’il considérait le sujet « clos ».

      « Beaucoup seront alarmés par les récentes informations de tentatives d’un gouvernement étranger de "faire partir" des membres de cette Chambre, notamment un ministre », a déclaré Swire, s’adressant à John Bercow, le président de Chambre des communes.

      « Compte tenu des implications très graves, a continué Swire, quelles mesures allez-vous prendre pour enquêter, notamment parce qu’une des parties aux discussions… a été ou est au moins partiellement une employée rémunérée de cette Chambre ? »

      Swire se référait à Maria Strizzolo, qui jusqu’à dimanche était une employée du ministère de l’Éducation et avait précédemment travaillé comme assistante auprès de Robert Halfon, alors vice-président du Parti conservateur.

      Strizzolo a démissionné dimanche, quelques heures après que ce scandale a été révélé par un certain nombre de publications, dont Middle East Eye.

    • Boris Johnson prétend que l’affaire du complot de l’ambassade d’Israël est « close ». Il se trompe
      Peter Oborne | 9 janvier 2017
      http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/boris-johnson-pr-tend-que-l-affaire-du-complot-de-l-ambassade-d-isra-

      (...) Au final, la réaction du ministère des Affaires étrangères est auréolée du plus grand mystère. Quelques heures à peine après l’éclatement de cette affaire, la voici déclarée « close ».

      Pourquoi ? Comment en est-on si vite arrivé à une telle conclusion ? Le gouvernement de Theresa May est-il complice de cette immixtion israélienne dans le processus démocratique britannique ?

      Masot, nous le savons désormais, pense que le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, est un « idiot ».

      C’est aussi mon avis. Si Johnson a une once de patriotisme, il a besoin de se réveiller très vite ; d’attaquer de front cette scandaleuse ingérence dans la démocratie britannique et d’annoncer une enquête sérieuse.


  • L’analyse du #FBI sur le piratage russe confond la #Suisse et le #Swaziland - rts.ch - Repérages web
    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/8294913-l-analyse-du-fbi-sur-le-piratage-russe-confond-la-suisse-et-le-swaziland

    Le rapport américain sur les piratages attribués à la Russie confond la Suisse avec le Swaziland. Il ressort du document que trois serveurs utilisés par les hackers étaient hébergés en Suisse, et pas dans le pays africain. […] Version2 signale également des confusions entre des adresses danoises et allemandes. Selon un expert informatique cité par le site danois, dans les deux cas il s’agirait probablement d’une confusion, une fois entre les noms des pays en anglais (Switzerland / Swaziland), l’autre à cause de domaines similaires (.dk pour le Danemark, .de pour l’Allemagne).

    #erreur #géographie #renseignement #piratage_informatique


  • Le responsable de la sécurité de Rifi, arrêté par les FSI, passe aux aveux - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/1027946/le-responsable-de-la-securite-de-rifi-arrete-par-les-fsi-passe-aux-av

    L’ancien ministre de la Justice avait dénoncé vendredi l’arrestation de Omar Bahr, y voyant dans sa détention la main du Hezbollah. M. Rifi, l’un des hommes forts de la ville sunnite de Tripoli, au Liban-nord, est un farouche opposant au parti chiite.

    Les FSI se sont défendues dimanche de ces accusations. L’institution s’est dite « étonnée » de cette « campagne orchestrée » par M. Rifi, qui était par le passé le chef des FSI.

    • « Ordres directs d’Achraf Rifi »

      Par ailleurs, les FSI affirment que le détenu a reconnu être « un activiste politique » en faveur d’Achraf Rifi, "coordonnant avec les groupes qui soutiennent (l’ex-ministre de la Justice) et les invitant à des rassemblements politiques. Toujours selon les FSI, Omar Bahr affirmait à ces groupes de partisans que « des repris de justice (partisans d’Achraf Rifi) pouvaient assister aux meetings politiques, leur garantissant que ces individus ne seraient pas arrêtés ».

      Le détenu serait également « entré en contact avec des chefs de casernes et commissariats au Liban-Nord afin d’intercéder en faveur de partisans d’Achraf Rifi impliqués dans des rixes (...) », affirment les FSI. Le policier aurait également reconnu être intervenu en faveur d’un homme « détenu à la prison de Kobbé (Liban-Nord) pour possession de drogue », et avoir « incité à brûler un portrait de l’ancien-ministre Samir Jisr ».

      Les FSI affirment dans ce contexte que Omar Bahr s’est dit « conscient qu’il enfreignait de manière flagrante les lois et règles militaires » et qu’il a reconnu « avoir agi de la sorte sur ordres directs d’Achraf Rifi ».

      L’ancien ministre de la Justice avait dénoncé vendredi l’arrestation de Omar Bahr, y voyant dans sa détention la main du Hezbollah. M. Rifi, l’un des hommes forts de la ville sunnite de Tripoli, au Liban-nord, est un farouche opposant au parti chiite.

      Les FSI se sont défendues dimanche de ces accusations. L’institution s’est dite « étonnée » de cette « campagne orchestrée » par M. Rifi, qui était par le passé le chef des FSI.


  • Netanyahu caught on tape negotiating mutual benefits with businessman - Israel News - Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.763607

    At the heart of Case 2000 is an attempt at an unambiguous deal between money and government. Sources who spoke with Netanyahu said he was surprised by evidence against him.

    Désolé, je n’ai trouvé un rapport en français que sur ce site d’extrême-droite :

    L’opposition veut faire tomber Netanyahou suite à un enregistrement entre le Premier ministre et un homme d’affaire
    http://alyaexpress-news.com/lopposition-veut-faire-tomber-netanyaou-suite-a-enregistrement-ent

    • Netanyahu caught on tape negotiating mutual benefits with businessman
      At the heart of Case 2000 is an attempt at an unambiguous deal between money and government. Sources who spoke with Netanyahu said he was surprised by evidence against him.
      By Gidi Weitz | Jan. 8, 2017 | 7:02 AM

      Suspicions in the main corruption affair involving Prime Minister Benjamin Netanyahu are backed by a tape documenting alleged contacts between Netanyahu and a businessman over mutual benefits, Haaretz has learned.

      At the heart of the affair, dubbed Case 2000, lies an attempt to make an unambiguous deal between money and government – not suitcases brimming with cash in return for a gas monopoly, or bank transfers to a secret account in return for franchises in natural resources or infrastructure, but the businessman’s support that would help Netanyahu remain in office in exchange for huge financial benefits.

      Even if this pact was only partly realized or was still in its infancy, the mere existence – and documentation – of such incredible negotiations demands an immediate criminal investigation. When the affair is fully revealed, the details will shed light on how decisions are made at the top.

      It may be said that the affair is based on solid evidence that will be difficult to dispute, like that provided by former Prime Minister Ehud Olmert’s bureau chief Shula Zaken about Olmert: a series of tapes in which the prime minister’s own voice is heard. People who spoke with Netanyahu over the weekend after his second police interrogation over corruption allegations said he was surprised by the evidence against him. “He didn’t expect it,” said a person who knows Netanyahu well.

      The details of the affair are sensational also because for many years Netanyahu has been perceived, and rightly so, as a stranger to the local swamp of crony capitalism, adeptly navigated by his two predecessors, Ehud Olmert and Ariel Sharon. A few years back, the man who admired the American trust-breaking president, Theodor Roosevelt, was not the cup of tea of the major players in Israel’s economy. Netanyahu has been described in the past as a cautious man whose sins, while they might infuriate the public, were minor. When the details of the “Case 2000” affair are revealed, these perceptions could crack.

      This explosive material landed on the desk of Attorney General Avichai Mendelblit back in the spring. After sitting on it for long months and withholding the information from the public with no justification, the attorney general hastened to plug the narrative beneficial to Netanyahu: The affair is serious from a public perspective and is borderline in criminal terms.

      It’s time to put an end to this spin and to two others making headlines these last few days: That Netanyahu is calm and certain that it’ll all end in hot air; and that Mendelblit is a steadfast attorney general, who conducted a comprehensive, thorough and quick investigation. These two descriptions, aggressively peddled to the public by lackeys of these two intelligent individuals, are trickery and deception.

      It appears that the minor of the two affairs involving Netanyahu, the gifts case, is being received by the public with a shrug. The explanation may be the high threshold set over the last decade, when Israel watched in wonder as a president accused of rape barricaded himself in his residence, tycoons funneled millions into the prime minister’s son’s bank account, envelopes bursting with dollars finding their way into another prime minister’s hands, a finance minister who topped off his bank account with labor unions’ funds and a defense minister who stashed away hundreds of thousands of dollars and bought himself a luxury pad with money from tycoons.

      Today, it appears that only a gas monopoly in return for suitcases of cash, or a TV franchise for a bloated bank account in the Virgin Islands under a straw man’s name will wake the public out of its stupor. This is what Israeli society has come to.

      Suspicions in the gifts affair come as no surprise. For years stories abounded of Netanyahu’s tendency to abuse his status to receive funding from wealthy individuals in Israel and abroad for his luxurious lifestyle. This included first-class flights, hotel suites, expensive Cuban cigars, champagne and suits. Despite many reports since the early 1990s, about his parsimoniousness, his bizarre funding of personal expenses from the public purse, his fondness for enjoying the good life but not paying for it, Netanyahu continued in a behavior, which mainly showed dubious judgement.

      In this affair, wealthy businessmen, above all movie producer Arnon Milchan, were allegedly asked to buy hundreds of thousands of shekels worth of luxury items for Netanyahu and his wife Sara. A report by Channel 10’s Raviv Drucker that Netanyahu had asked U.S. Secretary of State John Kerry to assist Milchan with his visa problems, proves once more that there ain’t no such thing as a free lunch, and that the friendship between Netanyahu and Milchen was not just a warm, authentic relationship that happened to develop between the huge money and a top politician.

    • Israël : la police examine un enregistrement impliquant Netanyahu
      AFP | 08/01/2017
      http://www.lorientlejour.com/article/1028010/israel-la-police-examine-un-enregistrement-impliquant-netanyahu.html

      La police israélienne, qui enquête sur une éventuelle implication de Benjamin Netanyahu dans des affaires de corruption, examine un enregistrement d’une conversation avec un patron de presse sur l’éventualité d’apporter une couverture plus favorable au Premier ministre, selon des informations diffusées dimanche.

      Selon la chaîne privée Channel 2, la police est en possession d’un enregistrement d’une conversation entre M. Netanyahu et Arnon Moses, propriétaire du quotidien Yediot Aharonot et de son site d’information Ynet.
      Ce journal fournit une couverture traditionnellement hostile à M. Netanyahu. Cette même chaîne de télévision israélienne affirme que les deux hommes discutaient d’"un accord qui aiderait le Yedioth en échange d’une couverture favorable" au Premier ministre.

      Selon Channel 2, les discussions entre M. Netanyahu et l’éditeur portaient sur la possibilité de réduire ou fermer le supplément hebdomadaire du Israel HaYom, pour donner un coup de pouce aux ventes de son rival et à la fortune de la famille Moses.
      En échange, ajoute la même source, le Yedioth baisserait le ton de sa couverture traditionnellement hostile à M. Netanyahu. La chaîne ne précise pas quand cette conversation avait eu lieu ou si un accord avait été conclu.

      Depuis son lancement en 2007, le tirage du quotidien gratuit pro-Netanyahu Israel HaYom dépasse celui de Yedioth. Le journal appartient au milliardaire américain juif Sheldon Adelson, soutien de longue date de M. Netanyahu.

      Le Premier ministre a été interrogé jeudi par les enquêteurs pendant cinq heures, pour la deuxième fois en une semaine, dans le cadre d’une enquête sur des cadeaux qu’il est soupçonné d’avoir reçus illégalement d’hommes d’affaires.

      Channel 2 avait auparavant indiqué que M. Netanyahu avait reçu pendant sept ou huit ans des boîtes de cigares de choix de la part d’Arnon Milchan, homme d’affaires israélien, producteur hollywoodien et ami du Premier ministre. La valeur totale de ces cigares s’élèverait à des dizaines de milliers de dollars, selon Channel 2.

      La chaîne affirme également que la police soupçonnait M. Milchan d’avoir offert à l’épouse du Premier ministre, Sara, du champagne rose d’une valeur d’une centaine de dollars la bouteille.
      Un avocat de Benjamin Netanyahu avait affirmé vendredi que ces soupçons étaient « dénués de toute substance ».


  • Israeli embassy official caught on camera discussing ’taking down’ British lawmakers - Israel News - Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/israel-news/1.763613
    http://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.763614.1483841638!/image/3746778998.PNG_gen/derivatives/headline_1200x630/3746778998.PNG

    The official, Shai Masot, was recorded by an undercover Al-Jazeera reporter apparently discussing his wishes to engineer the downfall of several British Members of Parliament, including Foreign Office Minister Sir Alan Duncan, a supporter of a Palestinian state and outspoken critic of the Israeli settlements.

    C’est un agent russe ?


  • Smell of death fills Mosul
    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/01/iraq-dead-bodies-mosul-isis-burial.html

    Yusuf is the leader of a group of children roaming the streets in eastern Mosul. He walks ahead of them, carrying part of a Kalashnikov rifle he found in one of the demolished buildings near his house in al-Bakr neighborhood, where he was playing.

    “We found two bodies belonging to IS fighters inside the house. After we took the rifle, we ran outside immediately because of the bad smell,” Yusuf, 9, told Al-Monitor. When asked if they had been afraid at the sight of the bodies, he said, “Believe me, we are no longer children after all that we have seen. We are monsters now.”

    Le reste de l’article est à l’avenant. Terrifant. Mais moins intéressant qu’Alep tout de même !

    #irak


  • Le Hezbollah et la prochaine confrontation - Scarlett HADDAD - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/1027706/le-hezbollah-et-la-prochaine-confrontation.html

    Derrière l’apparence de la sérénité, le Hezbollah est actuellement, selon les mêmes sources, une véritable ruche. Les efforts se concentrent dans trois directions : d’abord, poursuivre les combats en Syrie pour consolider les acquis, ensuite, procéder à une restructuration interne, après les changements imposés par la guerre en Syrie, et enfin, rester prêt pour toute nouvelle confrontation, qui pourrait revêtir diverses formes. Le Hezbollah pense en effet qu’Israël et ses alliés internationaux et régionaux n’accepteront pas facilement la défaite de leurs paris en Syrie et le renforcement du camp dit de la résistance. Ils vont donc tout faire pour provoquer de nouveaux conflits destinés à mettre en difficulté et à affaiblir cet « axe ». Logiquement, le premier futur champ de bataille auquel pense le Hezbollah est le triangle Golan-Syrie-Liban où, à travers certaines factions de l’opposition syrienne, Israël pourrait songer à ouvrir un nouveau front qui lui permettrait de faire d’une pierre deux coups. D’abord, en permettant à l’opposition syrienne d’avancer et de créer une sorte de zone tampon, Israël affaiblit le régime syrien et ses alliés, et d’autre part, ce front met en difficulté le Hezbollah en Syrie et au Liban, puisque selon la géographie de la région, il est dans le prolongement de Chebaa et de la région de Hasbaya. Depuis quelques mois en effet, les déplacés syriens se sont multipliés dans la région de Chebaa et de Hasbaya, constituant aux yeux du Hezbollah une menace potentielle. D’autant qu’il existe un point de passage qui n’est pas sous le contrôle de l’armée libanaise entre la région de Quneïtra et Chebaa. Il en existe un autre qui mène vers le secteur de Hasbaya, mais il est directement sous le contrôle des Israéliens. Cette zone est donc considérée à haut risque et exige du Hezbollah une grande vigilance, d’autant que les habitants sont en majorité druzes ou sunnites.


  • Disparition à 86 ans de l’acteur syrien Rafiq Subaie :
    http://prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=54987&SEO=despedida-popular-a-reconocido-actor-sirio

    Con el nombre artístico de Abu Sayah participó en una popular serie transmitida por Radio Damasco a partir de la década de los años 40 del siglo pasado, luego de laborar en numerosas obras de teatro en la capital siria.

    Actor, pionero del cine sirio Subaie intervino en 55 películas y también en numerosas series y programas televisivos, y sus actuaciones recibieron distinciones y reconocimientos del sector cultural de esta nación del Levante.

    Dossier du Akhbar :
    http://www.al-akhbar.com/taxonomy/term/6270

    Iconic Syrian actor Rafiq Sebaie dies at 86
    http://www.thenational.ae/arts-life/film/iconic-syrian-actor-rafiq-sebaie-dies-at-86

    Syrian film, television, and theatre pioneer Rafiq Sebaie – best known to audiences as Abu Sayyah after one of his long-standing roles – has died at the age of 86.

    Sebaie died of natural causes on Thursday. He had undergone a series of operations since breaking his hip in a fall at his home last year, Syrian state media said.
    Often cast in tough-guy roles, Sebaie rose to fame in the 1960s and 1970s, when Syrian cinema was considered among the best in the Arab world.

    Pour le détail amusant : le titre d’origine de cette dépêche de l’AP est : « Rafiq Sebaie, iconic Syria actor loved by masses, dies at 86 »
    https://www.apnews.com/9f59b1646e554a1083129293d9af204b/Rafiq-Sebaie,-iconic-Syria-actor-loved-by-masses,-dies-at-86
    La mention « loved by masses » pour un acteur syrien qui a ouvertement critiqué l’opposition armée, c’est apparemment un peu too much pour The National.


  • In Syria, Western Media Cheer #Al_Qaeda
    By Rania Khalek
    http://fair.org/home/in-syria-western-media-cheer-al-qaeda

    The Syrian government—a dictatorship known for imprisoning, torturing and disappearing dissidents—is easy to vilify. And over the last five years of Syria’s civil war, it has committed its share of atrocities. But there is more than one side to every story, and US media coverage has mainly reflected one side—that of the rebels—without regard for accuracy or basic context.

    [...]

    Almost always overlooked in the US (and UK) media #narrative is the fact that the rebels in East Aleppo were a patchwork of Western- and Gulf-backed jihadist groups dominated by Jabhat Fateh al-Sham (formerly Jabhat al-#Nusra)—Al Qaeda’s affiliate in Syria—along with its ally, Ahrar al-Sham (Daily Beast, 8/8/16; Foreign Policy, 9/1/16). These groups are explicitly anti-democratic and have been implicated in human rights violations, from mass execution and child beheadings to using caged religious minorities as human shields.

    In the absence of any desire to evoke a political response, US media would surely have identified East Aleppo’s rebels by the name of the most famous militant group in the world—Al Qaeda. Yet press reports regularly referred to the militant forces dominating East Aleppo simply as “rebels.”

    #Syrie #MSM #désinformation #propagande #manipulation sans_vergogne


    • Le Point a pu avoir accès à ces documents accablants. Alors que la police des polices a été alertée, la commandante responsable du CRA puis le directeur départemental de la PAF 77, aidés par des collègues peu scrupuleux, ont monté une affaire de harcèlement sexuel dont se serait rendu coupable le lanceur d’alerte. Pour cela, ils ont poussé une policière à dénoncer le comportement supposé « agressif » de son collègue brigadier.

      Mais surprise. Alors que sa hiérarchie lui faisait miroiter une mutation dans sa région d’origine, qu’elle espère depuis plusieurs années, cette fonctionnaire ne se démonte pas et refuse, ainsi qu’elle l’écrit à son avocate, de participer au « complot ». La sanction est immédiate : alors que la jeune femme devait changer de service et se rapprocher de Paris, son directeur annule sa nomination et la fait désarmer entre Noël et le jour de l’an, prétextant une fragilité psychologique...


  • Damas privée d’eau courante : gouvernement et rebelles se rejettent la faute - Moyen-Orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20161226-syrie-damas-privee-eau-courante-gouvernement-rebelles-rejettent-faute

    Damas privée d’eau courante : gouvernement et rebelles se rejettent la faute

    Quatre jours plus tard (https://seenthis.net/messages/556470), RFI (comme France-Cult au journal de 7 heures) s’interroge toujours gravement sur la responsabilité du régime dans la pollution des eaux de Damas...

    Pourtant, le Jabhat al-Nosra, par la voix de son chef sur place, un certain Qalamouni, a annoncé sa pleine responsabilité dans cette volonté d’assoiffer la population damascène. (http://www.raialyoum.com/?p=595410) Journalistes, encore un effort pour être vraiment...

    #syrie

    • Il faut dire que c’est la version de l’OSDH, une bonne “source” si l’on ose dire ! http://www.syriahr.com/en/?p=58247 : And with the continued military operations in Wadi Barada, the regime authorities continue cutting off the water of the capital Damascus for the 11th day in a row, after they closed the pipelines that feed the capital and coming from Win al-Fijah in Wadi Barada, intersecting sources confirmed to the Syrian Observatory for Human Rights that a state of discontent and resentment prevail the capital, as a result of the continued cutting of water, where the prices of mineral water and the water sold in the capital insanely rose, the citizens depend on the water of wells that were drilled in streets and parks, in addition to wells in pools at the capital, while the regime authorities organize pumping water from other sources to neighborhoods and suburbs in the capital Damascus

    • The story of water cut-off in Damascus: or how Western media report war crimes by rebels
      http://angryarab.blogspot.fr/2017/01/the-story-of-water-cut-off-in-damascus.html

      This is typical of Western media reporting about Syria. There were stories two weeks ago of how the Syrian rebels poured diesel in the water going to Damascus and how they detonated the springs going go Damascus. Some Syrian rebels supporters even did not deny it on social media. Throughout that time, Western media strictly ignored the story of cut off of water to Damascus. Wait. Until that is when the K street PR firms hired by US government to propagandize for the Syrian rebels came up with a story that Syrian regime caused the water cut off, and they produced “pictures” according to this silly New York Times propaganda account. Or they hide behind: the picture is too murky for anyone to know the truth. But why is the picture always clear when Syrian regime commit war crimes, but the picture gets only conveniently murky when the rebels commit war crimes? Who will please my heart — as we say in Arabic — and teach the first course on Media and Propaganda in the Coverage of Syria war in Western media. Which university will host such a course?


  • Hommage au Safir : « Notre époque est révolue, il est temps de partir. » – Culture et politique arabes
    http://cpa.hypotheses.org/6135

    « L’épreuve du Safir n’est pas due aux seules circonstances économiques ou commerciales mais, aussi, au fait qu’il défendait un point de vue différent, et une ligne politique qui s’entêtait à refuser les multiples tentatives pour détruire la nation et lui ôter sa dignité, modifier son identité, émietter son unité démographique et géographique, y faire pousser les graines de de la discorde confessionnelle, afin de faire avorter les derniers espoirs d’un renaissance arabe complète. »

    #cpa


  • Madame Soleil 2017 : dès mai 2017, le Parti socialiste consacrera l’intégralité de son énergie à t’expliquer que, s’il a pris la branlée électorale du siècle, c’est à cause des magouilles de Poutine.