• Le RIC c’est une fausse route, et Francis Cousin un #raciste.
      Quand Marine Le Pen confond son extrême droite et son extrême gauche
      http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/01/27/quand-marine-le-pen-confond-son-extreme-droite-et-son-

      Francis Cousin, c’est son nom, fut ainsi l’un des tout premiers invités au Local, le cercle privé de Serge Ayoub à Paris, le 19 novembre 2009, pour y présenter justement ce livre. Ce « philo-analyste », sorti de nulle part, semble en revanche figurer dans les carnets d’adresse des personnalités d’#extrême_droite puisque, le 8 avril 2009, il assistait Emmanuel Ratier dans son « Libre Journal » sur Radio Courtoisie, dont l’invité était Bruno Gollnisch. Il en profitait pour présenter sa Critique de la société de l’indistinction.

      M. Cousin réapparaît quelque temps plus tard comme une signature dans le courrier des lecteurs de Rivarol, hebdo d’extrême droite antisémite, pétainiste et… très anti-Marine Le Pen. Francis Cousin semble alors avoir pris fait et cause pour Bruno Gollnisch dans la bataille de succession. Et félicite, le 23 juillet 2010, Jérôme Bourbon, le futur directeur de la rédaction de Rivarol, en ces termes : « Les écrits de Jérôme Bourbon, notamment quant à la succession au FN, dans Rivarol du 9 juillet, sont un régal mais désormais, qu’il fasse bien attention à tout ce qui bouge car je sais d’expérience que les inimitiés, la névrose et les frustrations vont désormais fusionner en une sombre méchanceté infinie… » Depuis, Le Pen père et fille ont attaqué Rivarol pour des propos tenus par M. Bourbon à leur égard…

      En 2007, le même Jérôme Bourbon publiait déjà un long entretien avec un dénommé Gracchus, présenté comme un « militant anticapitaliste » dans une série consacrée à « l’avenir du mouvement national ». Ce fameux Gracchus était décrit comme un des membres du collectif « L’internationale ». Et fait furieusement penser au « philo-analyste » Francis Cousin.

    • Merci pour la réf @colporteur ! je ne connaissais pas ce monsieur.

      Pincettes, donc. Après, son pédigrée ne l’empêche pas d’être pertinent sur les chausse-trappes qui attendent les gj - ou les autres. Dans le petit bout de vidéo que j’ai vu, en substance, il est plutôt de ton avis, non ? RIC = méfi.



  • ZONE DE CONFORT, TERRE DE BULLSHIT ?
    10/01/2019 - par Delphine Le Goff
    L’injonction connaît son petit succès depuis une dizaine d’années : afin de se réaliser pleinement, il s’agirait de « quitter sa zone de confort » à tout prix. Sous couvert d’encouragement positif à la liberté, l’expression ne cache-t-elle pas plutôt une violence sociale et managériale ?

    http://www.strategies.fr/etudes-tendances/tendances/4022588W/zone-de-confort-terre-de-bullshit-.html

    #management #zone_de_confort #bullshit



  • GIPSA-lab invite Pablo JENSEN, directeur de recherche CNRS au Laboratoire de Physique de l’ENS de LYON pour un séminaire exceptionnel le 10 janvier 2019 à 10h30.

    The unexpected link between neural nets and liberalism

    Sixty years ago, Arthur Rosenblatt, a psychologist working for the army invented the perceptron, the first neural network capable of learning. Unexpectedly, Rosenblatt cites, as a major source of inspiration, an economist: Friedrich Hayek. He is well-known for his 1974 Nobel prize… and by his ultra-liberal stances, justifying the Pinochet coup in a Chilean newspaper: «Personally, I prefer a liberal dictator to a democratic government that lacks liberalism». This talk presents ongoing work on the link between Hayek’s ideology and neural networks.

    After a PhD on experimental condensed-matter physics, Pablo JENSEN worked for 15 years on the modeling of nanostructure growth. This lead to major publications in top journals, including Nature, Phys Rev Lett and a widely cited review in Rev Mod Phys. After these achievements, he decided to follow an unconventional path and switch to the modeling of social systems. It takes time to become familiar with social science topics and literature, but it is mandatory to establish serious interdisciplinary connections. During that period, he also had national responsibilities at CNRS, to improve communication of physics. This investment has now started to pay, as shown by recent publications in major interdisciplinary or social science (geography, economics, sociology) journals, including PNAS, J Pub Eco and British J Sociology. His present work takes advantage of the avalanche of social data available on the Web to improve our understanding of society. To achieve this, he collaborate with hard scientists to develop appropriate analysis tools and with social scientists to find relevant questions and interpretations.
    His last book : Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Pablo Jensen, Seuil, coll. “Science ouverte”, mars 2018
    Personal Web page : http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen

    Lieu du séminaire : Laboratoire GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Campus de Saint Martin d’Hères, salle Mont-Blanc (bâtiment Ampère D, 1er étage)

    #grenoble #neural_net #liberalism


  • https://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/la-verite-sur-les-casseurs

    Publié le 3 décembre 2018.

    Entre 10 heures du matin et 21 heures, 10 000 grenades ont été tirées dans Paris ce samedi 1er décembre. 900 à l’heure, 15 à la minute, une grenade toutes les 4 secondes contre les mauvais Gilets jaunes.

    [•••]

    À la Chambre des députés, en 1906, Jean JAURÈS parlait de la violence des riches et de la violence des pauvres :

    « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. [...] Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. [1] »

    [•••]

    [les #gilets_jaunes] cette frange de France à l’origine de ce qu’il faut bien appeler donc une révolution. Une révolution qui, c’est sûr, va changer le monde, mais qui les a déjà changés eux, chacun personnellement dans leur vie et dans la solidarité avec les autres grâce à la lutte qui s’invente à chaque instant, chemin faisant, sans grand leader, sans grande organisation, ce qui ne les empêche nullement de rédiger un très judicieux cahier de revendications. Comme disait Mark Twain, « ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Une idée qui leur va bien.

    Daniel Mermet



  • La « résonance », comme clé d’une vie réussie
    4 JANVIER 2019 PAR #FABIEN_ESCALONA

    Après avoir mis en évidence les dérèglements causés par l’« accélération » permanente de nos sociétés, le philosophe et sociologue #Hartmut_Rosa propose une théorie de la « résonance ». Selon lui, c’est ce type de relation au monde qui ferait la qualité de l’existence. Mais elle requiert des conditions politiques et sociales aujourd’hui absentes.

    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/040119/la-resonance-comme-cle-d-une-vie-reussie

    Résonance
    Une sociologie de la relation au monde
    Hartmut Rosa
    Ed. La Découverte
    540 pages, 28 €