pvergain

mais ce serait peut-être l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code…

  • http://linuxfr.org/news/dennis%C2%A0ritchie-un-p%C3%A8re-d%E2%80%99unix-nous-a-quitt%C3%A9

    Dennis MacAlistair Ritchie, le créateur du langage C et d’UNIX, est décédé.
    Dennis Ritchie est connu comme étant le créateur du langage C, un développeur clef du système d’exploitation UNIX, et le coauteur du célèbre livre référence du langage C, The C Programming Language, communément appelé K/R ou K&R (en référence à ses deux auteurs : Kernighan et Ritchie).

    Son invention du langage C et sa participation au développement d’UNIX, au côté de Ken Thompson, ont fait de lui un pionnier de l’informatique moderne. Le langage C reste au début du XXIe siècle, un des langages les plus utilisés, tant dans le développement d’applications que de systèmes d’exploitation. UNIX a aussi eu une grande influence en établissant des concepts qui sont désormais totalement incorporés dans l’informatique moderne.

  • http://www.baow.com/help Baow is a #doc #sphinx tool that makes it easy to create intelligent and beautiful web pages within #Firefox

    *Highlights* :

    Tree based outline, help you organize internet resources and documents.
    Save or bookmark web images, files or pages.
    Multi level project management.
    Full text search.
    Write Sphinx Markup_ (reStructuredText_) documents and generate web pages by Sphinx_ tools.

    Easily configure and build documents.
    Automatic create section headers level, no marker characters.
    Lots of quick menus, help you write and preview Sphinx Markup_ documents.
    Gvim editor support, press Ctrl+Y to launch gvim editor.

    Multi platform support, Windows, Linux, Mac etc.
    * Lots of shortcut keys when browse web pages.

  • What is GitHub Flow? - Scott Chacon on the Interwebs
    http://scottchacon.com/2011/08/31/github-flow.html

    – Anything in the master branch is deployable
    – To work on something new, create a descriptively named branch off of master (ie: new-oauth2-scopes)
    – Commit to that branch locally and regularly push your work to the same named branch on the server
    – When you need feedback or help, or you think the branch is ready for merging, open a pull request
    – After someone else has reviewed and signed off on the feature, you can merge it into master
    – Once it is merged and pushed to ‘master’, you can and should deploy immediately

    #développement #logiciel #flux #git

  • Amesys/Bull : un parfum d’affaire d’État (Bug Brother)
    http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2011/09/02/amesysbull-un-parfum-daffaire-detat

    A quoi sert la version "utilisée en France" ?
    L’article du Figaro, qui repose sur le témoignage d’un militaire de la Direction du renseignement militaire (DRM) qui a aidé les ingénieurs d’Amesys à former les opérateurs des "grandes oreilles" libyenne, révèle par ailleurs que "la Libye fournissait un laboratoire intéressant puisqu’elle allait permettre à Bull de tester son système sans limite, sur un pays de plusieurs millions d’habitants" :
    « Nous avons mis tout le pays sur écoute, explique notre interlocuteur. On faisait du massif : on interceptait toutes les données passant sur Internet : mails, chats, navigations Internet et conversation sur IP. »

  • Posté par Couz (http://linuxfr.org/users/couz) le 01/09/11 à 14:54 Licence CC by-sa

    http://linuxfr.org/news/t%C3%A9moignage-de-lars-wizenius-les-20-ans-de-linux-souvenirs-personnels

    Article original : Linux at 20, some personal memories: http://liw.fi/linux20
    Auteur : Lars Wirzenius (http://liw.fi/cv)
    Licence : Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported License. (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)
    Traduction : Banks_the_megalith, Couz
    Relecture et correction : Paulette, TomBoss, insert_coincoin

    Voir aussi: http://liw.fi/linux-anecdotes

    ...

    Quelques mois plus tard, quand il a finalement eu marre du jeu, il a réellement commencé à apprendre la programmation sur 386. Un jour, alors que je lui rendais visite, il m’a montré un petit programme qu’il avait mis au point, qui utilisait des threads. C’était une chose étonnante, même si elle ne ressemblait pas à grand-chose : un thread écrivait des ’A’ à l’écran, et l’autre des ’’B’, et on pouvait voir les threads commuter lorsque les ’A’ s’arrêtaient et que les ’B’ se lançaient, et un peu plus tard, revenaient les ’A’.

    Le plus étonnant était, bien sûr, que Linus avait écrit le tout lui-même. Ce n’était pas un morceau de logiciel commercial hors de prix écrit par des sorciers grisonnants. C’était un chouette hack, mais un hack vite fait d’étudiant. Ce fut le moment où il est devenu clair pour moi que même un programmeur seul pouvait réaliser de grandes choses, et que la technologie mystérieusement magique pouvait être vraiment assez simple sous le capot.

    Bien sûr, je n’attendais pas du hack de Linus qu’il devienne quelque chose d’important et ceci pour deux raisons. La première, c’est qu’il ne s’agissait que de ’A’ et de ’B’ et que c’était vraiment trop simple pour représenter quelque chose de plus. La seconde, c’est que je connaissais Linus depuis un moment maintenant, et que bien qu’il soit intelligent, il était aussi fainéant, et parfois, quand il était saoul, il commençait à débattre de choses et d’autres et disait les choses les plus folles et stupides qu’on puisse imaginer quelqu’un dire.

    Cependant, Linus continua de jouer avec le multitâche sur son i386, en lui faisant faire toujours plus. Une des choses qu’il souhaitait, c’était d’être capable d’accéder à Kreeta via un modem. Plutôt que d’utiliser un terminal existant (il y en avait des masses), il commença à ajouter une émulation de terminal simple à son programme multitâche. Il avait deux threads : l’un pour lire le clavier et écrire des caractères sur le port série, et l’autre lisait le port série et écrivait les caractères à l’écran. Après avoir ajouté une interprétation des séquences d’échappement du VT100, il avait un émulateur de terminal suffisamment bon pour la lecture de newsgroup chez lui.

    Ce dont Linus rêvait, cependant, c’était d’un Unix chez lui. Il entendit parler de Minix, acheta le livre, et fit fonctionner Minix sur son i386. Ça marchait, mais ce n’était rien à côté des machines de l’université. Il continua à pousser son Minix, à améliorer son propre programme multitâche et plus généralement à hacker par-ci par-là.

    À cette époque, à l’été 1991, nous avons tous deux commencé à poster sur Usenet. En août, Linus a mentionné son projet de noyau sur comp.os.minix pour la première fois. Plus tard, il a décidé de rendre le code disponible, et a obtenu de l’un des admins de ftp.funet.fi de l’y mettre. Pour cela, le projet avait besoin d’un nom. Linus a voulu l’appeler Freax, mais Ari Lemmke, l’admin de ftp.funet.fi, décida de l’appeler Linux à la place. Vous pouvez trouver le nom Freax dans le Makefile des premières versions de Linux.
    ...

    En 1992, la popularité de Linux a augmenté rapidement, et beaucoup de gens qui n’étaient pas tous des hackers du noyau ont commencé à l’utiliser. Nous avons lancé notre propre groupe Usenet, alt.os.linux, qui devint comp.os.linux, et qui finalement a été divisé en un tas de sous-groupes. En 1992, j’ai aidé à lancer le Linux Documentation Project, et plus tard, quand comp.os.linux.announce a été créé, j’en suis devenu l’un de ses animateurs. Je n’ai pas, cependant, fait de hack sur le noyau, toujours par peur de la magie mystérieuse.

    Toujours en 1992, Linus pensait que la release de la version 1.0 se rapprochait, donc il passa directement le numéro de version de 0.12 à 0.95 en une release. Puis vinrent les 0.96, 0.96b, 0.96c, et je pense qu’il y a même peut-être eu une 0.96c + 2. À un certain moment, à la 0.97 je pense, j’ai eu assez du manque de documentation dans le noyau et j’ai écrit le premier fichier README pour aider les gens à compiler leur propre noyau.

    En 1993, Linus et moi nous avons été embauchés par le département sciences informatiques en tant qu’assistants d’enseignement : nous aidions d’autres élèves à faire leurs devoirs, et vérifiions qu’ils les avaient fait. Cela signifiait que nous avons eu à partager un bureau. Cela a été assez bon pour le développement de Linux. Linus avait un revenu, de sorte qu’il n’avait pas à s’inquiéter à ce sujet, et plus important encore, l’accès rapide à Internet, qui a un peu facilité les choses, surtout depuis que Linux gagnait en capacité de mise en réseau.

    ...

    Une des choses que l’accès à l’Internet rapide a rendu possible a été qu’il ne fallait que quelques secondes pour télécharger la plupart des logiciels, tels que le noyau Linux. Cela n’encouragea pas Linus à faire des sauvegardes ou du versionnage, mais il publiait tout de même fréquemment des tarball, dont de nombreux sites réalisaient des miroirs.

    L’accès rapide à Internet nous a également permis de jeter un oeil sur les différentes distributions Linux qui sortaient. Pour une raison quelconque, Linus prit Red Hat. Je pensais que la force nécessitait un certain équilibre, j’ai donc choisi Debian. Nous avons tous les deux collé à nos choix depuis.

    ...

    Être employés par l’université nous a aussi aidés quand nous avons décidé d’organiser un événement pour le lancement de la version 1.0 de Linux, en 1994, quand c’est finalement arrivé. Nous avons obtenu l’accès à l’auditorium, et le chef du département d’informatique a prononcé un discours, et tout cela nous a donné suffisamment de crédibilité pour susciter l’intérêt des médias traditionnels. Il y avait même une équipe de télévision, dont la vidéo peut être trouvée à divers endroits sur Internet. Pendant les discours, nous avions lancé une compilation cérémonielle du noyau 1.0 en arrière-plan.

    ...

    Alors, qu’ai-je appris pendant ces vingt ans ?

    Le plus important, c’est que tout le monde peut faire la différence. Un grand et important accomplissement consiste en une très longue série de petites étapes, c’est ce que nous appelons sisu en finnois. Cela aide également si vous êtes intelligent et savez ce que vous faites ; vous vous souvenez de ce type dans la vingtaine, qui était très stupide lorsqu’il était ivre, et que l’on voit à moitié nu sur des photos de beuverie ? Il n’était pas si intelligent que ça, mais n’a pas abandonné. Cela aide d’être stupide et ignorant dans le bon sens du terme, de sorte que vous pensez : « Hé, je peux le faire » au lieu de « ça doit être très difficile à faire ».

    Et, plus important, indépendamment de votre persévérance et de votre intelligence, il est utile d’avoir d’autres personnes pour vous aider. Une révolution prend une décennie au moins, mais vous ne pourrez pas la faire du tout si vous êtes seul.

    La liberté est aussi la chose la plus importante.

    La liberté d’utiliser, d’étudier, de partager, de modifier et de partager un logiciel modifié, et la liberté d’écrire un logiciel en premier lieu, sont essentielles. Elles sont essentielles non seulement pour Linux, mais pour le bien-être de tous les gens dans le monde moderne.

    Au cours de ces vingt dernières années, nous avons assisté à une révolution. Linux en a fait partie, mais ce n’était pas la seule partie. L’Internet a été l’un des grands facilitateurs, la liberté du logiciel en fut un autre. Le cœur de la révolution a été de faire passer les gens de l’état de consommateurs passifs regardant patiemment la télévision, à la création, des acteurs de communication qui façonnent le monde. Cette révolution de la liberté est toujours en cours, bien sûr.

    Espérons que Linux et le logiciel libre soient encore là pour les vingt prochaines années et contribuent à continuer de nourrir cette révolution.

  • Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle - LeMonde.fr
    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/08/30/commotion-le-projet-d-un-internet-hors-de-tout-controle_1565282_651865.html

    Cette petite équipe, composée d’informaticiens, de juristes et de sociologues, est en train de réaliser l’utopie suprême des hackers et des militants libertaires du monde entier : un logiciel permettant la création de réseaux sans fil à haut débit 100 % autonomes, qui fonctionneront sur les fréquences Wi-Fi, sans s’appuyer sur aucune infrastructure existante – ni relais téléphonique, ni câble, ni satellite. Ils seront mouvants, horizontaux, entièrement décentralisés et échapperont à toute surveillance, car le trafic sera anonyme et crypté.

    #réseau #internet #confidentialité #technologie #sécurité

  • « Les Norvégiens savent qu’ils sont l’État » | Laurent Chambon (Minorités)
    http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/1146-ralston-bau-les-norvegiens-savent-qu-ils-sont-l-etat.html

    Lorsque j’ai entendu qu’il y avait eu un massacre sur une île en Norvège, j’ai tout de suite pensé à nos amis Alex et Birgitta, qui vivent depuis dix ans dans un endroit un peu similaire, à Dale i Sunnfjord, près de Førde, au milieu d’une nature époustouflante.

  • La #Tunisie 2.0 est aux urnes | Pierre Alonso
    http://owni.fr/2011/08/29/la-tunisie-2-0-est-aux-urnes

    Le 23 octobre, la Tunisie a rendez-vous avec l’histoire, pour l’élection de son Assemblée constituante. À Tunis, OWNI a rencontré l’avant-garde de la démocratie en réseaux. De la politique participative innovante. Séduisante.

    #Politique #Pouvoirs #Reportage #23_octobre #afkar_mostakella #Assemblée_Constituante #crowdsourcing #élections #nchoof

  • L’influence des femmes sur le Net ou l’art de l’auto-sabotage | Sophie Gourlon (Le Plus)
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/187051;l-influence-des-femmes-sur-le-net-ou-l-art-de-l-auto-sabota

    Si vous êtes un(e) habitué(e) de Twitter, vous avez sans doute entendu parler de Klout qui a fait grand bruit récemment sur le site de microblogging. Pour les non-initiés, il s’agit d’un outil de mesure de l’influence sur la toile qui attribue aux utilisateurs un score entre zéro et 100.

  • #Plask, un outil pour programmer & designer. | Graphisme & interactivité blog par Geoffrey Dorne
    http://graphism.fr/dcouvrez-plask-outil-pour-programmer-designer

    Plask [...] environnement de programmation pour la création multimédia et la création informatique. Créé par Dean Mc Namee, Plask a été conçu avec un moteur #JavaScript et d’autres réjouissances comme #NodeJS, #Cocoa ou encore #OpenGL

    #graphisme sur #mac via @supergeante

    home : http://www.plask.org
    source : https://github.com/deanm/plask

  • La #dette expliquée aux nuls | Stanislas Jourdan
    http://owni.fr/2011/08/29/pourquoi-il-ne-faut-pas-rembourser-la-dette-de-letat

    La gestion de la dette conditionnera les débats de la présidentielle, comme l’a montré l’Université d’été du PS. Un sujet complexe, pollué par les idées reçues et les croyances. Pour y voir plus clair, OWNI reprend les bases.

    #Economie #Pouvoirs #Reportage #bce #création_monétaire #Crise_de_la_dette #dette_publique #françois_hollande

  • Un des aspects originaux de #Seenthis, c’est de ne pas être avant tout un réseau social. C’est avant tout un système de recommandation de liens entre pairs et un système de bloguage court ; l’aspect réseau social n’est donc qu’une partie de ce pour quoi je voulais un tel outil.

    Du coup : Seenthis n’est pas conçu pour être symétrique. Des réseaux comme Twitter, Facebook (et, semble-t-il, Google+), sont assez clairement conçus pour qu’un maximum de gens s’inscrivent. L’expérience pour les utilisateurs non connectés y est généralement très peu intéressante. Seenthis, à l’inverse, est conçu pour fabriquer des pages cohérentes même lorsqu’on n’est pas connecté.

    C’est donc conçu pour que :
    – la page d’un auteur ou d’un thème ressemble à une page de blog ;
    – les moteurs de recherche passent là-dedans ;
    – la mise en avant du référencement commenté de liens induit un type de contenu plutôt « utile », c’est-à-dire lisible de manière générique (à l’opposé de messages de connivence, de private jokes que des outils symétriques favorisent).

    Ainsi un aspect important est que, sur Seenthis, il n’est pas nécessaire d’avoir des suiveurs (et des tonnes de commentaires) pour être lu.

    Sur les derniers 30 jours :
    – 15000 visiteurs uniques
    – 50000 pages vues
    – 2000 flux de discussion (nouveaux messages qui ne sont pas des réponses)
    – en pratique, seulement une cinquantaine d’utilisateurs qui postent vraiment régulièrement.

    On parle évidemment de volumes très modestes, mais c’est intéressant : un billet sur Seenthis est lu au-delà du cercle des gens qui vous suivent sur Seenthis ; d’autres chiffres sur ce mois :
    – un billet a eu sa page spécifique vue 2700 fois,
    – un billet a été vu 1100 fois (page spécifique),
    – 11 billets ont été vus plus de 100 fois (pages spécifiques),
    – 300 billets ont été vus plus de 50 fois (pages spécifiques),
    – sur les 5 derniers mois, 13 billets ont été vus plus de 500 fois (pages spécifiques).

    Autre aspect : despuis quelques semaines, on a un pagerank de 4 sur la page d’accueil de Seenthis. Intéressant : quelques auteurs ont leur page publique sur Seenthis qui a hérité d’un pagerank de 3.

    Du coup, en terme de « visibilité », les chiffres de Seenthis ne doivent pas être simplement considérés « en interne » (comme un réseau social), mais en considérant les visiteurs externes au réseau (plutôt comme un blog).

    Sur Seenthis :
    – l’écriture n’est pas une écriture de connivence pour des usagers en mode symétrique, mais largement plus une écriture dans une logique blog, vers des lecteurs non identifiés (même si, évidemment, le visiteur est invité à venir jouer avec nous en mode symétrique),
    – les discussions associées aux billets sont clairement publiques (pas seulement en théorie, mais en pratique),
    – la visibilité ne se mesure pas au nombre d’inscrits et de gens qui suivent.

    • Oui, en plus ce serait motivant : quand on n’a pas de réponse ou de mise en favori, il est difficile de savoir si le lien a été lu ou pas. A la différence de Twitter où tu as des stats avec ton outil de raccourci genre bit.ly ou dlvr.it (d’ailleurs, de ce que j’ai pu observer, les stats de seenthis à partir du ratio « nombre d’impression du message » / « clic » sont très très bonnes en comparaison de twitter). Après ça rajouterait peut-être aussi le côté égotiste.

    • est-il vraiment essentiel de savoir si on a beaucoup de visiteurs sur sa page perso ? Avant d’être un réseau, je vois @seenthis comme un lieu, une sorte de médiathèque où les auteurs contribuent, à des degrés divers, en mettant en commun informations et connaissances qu’ils confrontent et échangent. C’est ce qui me semble intéressant. Ce qui m’amène à un constat et à une question : j’ai créé comme beaucoup d’autres un certain nombre de rubriques utile (par exemple « femmes » dans ma page mais je n’ai pas trouvé le moyen de faire apparaître tous les billets « femmes » postés sur le réseau par l’ensemble de la communauté. Voilà, est-ce que c’est quelque chose d’envisageable ici ?

    • Rien n’est « vraiment essentiel », mais un feedback permet toujours de se faire une idée de ce qui se passe, et donc de mieux contribuer (ou pas).

  • http://code.google.com/p/libperseus

    http://code.google.com/p/libperseus/logo?cct=1299322141

    PERSEUS library is an open source technology whose aim is to secure any kind of communication streams against illegitimate or abusive eavesdropping except for Nation State Security offices, provided that a suitable, huge computing power is used (from tens of hours with a supercomputer). PERSEUS enables to provide at the same time users’ needs for privacy and confidentiality while preserving the ability of security agencies (police, defense, national security...) to eavesdrop communications of really bad actors (terrorists, child pornographs...). The PERSEUS technology can be very useful in different cases:

    - To protect against illegal or abusive eavesdropping activity by malware on a large scale (e.g. botnets which are listening on non standard TCP ports rather than hooking keyboards for example; hooking techniques are indeed supposed to be detected by antivirus software).

    - To protect against private stream eavesdropping by private intelligence companies (consuming behaviour analysis, economic intelligence, non legal eavesdropping...).

    - To protect communications from “non democratic” states towards democratic states (e.g; journalists).

    - To protect professionnal of business communications in countries where cryptography use is limited or forbidden.

    The interest of the PERSEUS technology lies also in the fact that TRANSEC aspect is also provided (protecting the communication channel). In other words, any data stream protected with PERSEUS looks like a lot of legitimate, unencrypted data streams. Moreover, its statistical profile is constantly changing (statistical mutation).

    PERSEUS technology has been developped by Eric Filiol. Current applications and implementations of PERSEUS library are:

    – Eddy Deligne has implemented the first application dedicated to the HTTP stream through a Linux/Windows Firefox module (the sever is also available). See the Google code repository as well as the Perseus Apache Google code repository.

    - Fabien Jobin has designed the Andromede library embedding the PERSEUS library to protect torrent protocols. Go to the Andromeda Google code repository.

    PERSEUS technology is an open source technology under the triple GPL/LGPL/MPL licence.

    http://code.google.com/p/andromeda
    http://code.google.com/p/perseus-firefox

    #privacy

  • Le camouflage open-source contre les détections de visages automatiques
    http://www.cvdazzle.com

    Introduction

    CV Dazzle is camouflage from computer vision (CV). It is a form of expressive interference that combines makeup and hair styling (or other modifications) with face-detection thwarting designs. The name is derived from a type of camouflage used during WWI, called Dazzle, which was used to break apart the gestalt-image of warships, making it hard to discern their directionality, size, and orientation. Likewise, the goal of CV Dazzle is to break apart the gestalt of a face, or object, and make it undetectable to computer vision algorithms, in particular face detection.

    And because face detection is the first step in automated facial recognition, CV Dazzle can be used in any environment where automated face recognition systems are in use, such as Google’s Picasa, Flickr, or Facebook (see CV Dazzle vs PhotoTagger by Face.com).

    Article en français sur http://www.ufunk.net/techno/le-camouflage-open-source-contre-les-d%C3%A9tections-de-visages-automatiques
    http://www.cvdazzle.com/assets/images/comparison_sm.jpg

  • Bonnet d’âne pour le FMI | Pierre Rimbert
    http://www.monde-diplomatique.fr/2011/08/RIMBERT/20857

    « Recherche institutionnellement orientée », « biais idéologiques », « autocensure », « conclusions préconçues », « faible diversité d’approches théoriques et, plus encore, empiriques », « étroitesse de vues », « cadre analytique inapproprié aux réalités des pays étudiés », « incapacité répétée à citer des (...) / Économie, #Finance, #Monnaie, Crise financière, Organisation internationale - 2011/08

    #Économie #Crise_financière #Organisation_internationale #2011/08

  • http://standblog.org/blog/post/2011/07/25/Some-good-Mozilla-reading

    As I said in my Mozilla is changing blog post a week ago, we need to over-communicate. In the spirit of such approach, here are a couple of very important documents I’d like to share with the Mozilla community, users and partners:

    Mitchell Baker’s post: Mozilla in the New Internet Era http://blog.lizardwrangler.com/2011/07/14/mozilla-in-the-new-internet-era-more-than-the-browser — More Than the Browser. Excerpts:

    “The browser is necessary but it is no longer sufficient. There are a number of reasons the Firefox experience needs to expand to fulfill the Mozilla mission.” (...) “the browser is no longer the only way people access the Internet”. (...) “mobile devices mean the entire hardware and software stacks are changing. As a result, the computers many of us use are more closed than they have been in our lifetimes.” (...) “It’s time to expand the Firefox experience to encompass the changing face of the Internet.”

    A podcast with Brendan Eich http://www.aminutewithbrendan.com/pages/20110721 : We (Mozilla) Fight For the User. It’s in audio format, which makes it a little hard for those whose English is a bit rusty. Luckily, volunteers have made a Transcript of ’A Minute With Brendan’ http://piratepad.net/amwb-20110721. It is really thought-provoking! Excerpts:

    “Our Mozilla mission obligates us to make the user sovereign over the user’s data and many aspects of the user’s experience, and to keep the web open and interoperable and innovative at all levels”

    especially on mobile devices where it’s hard to get Gecko in, or get Gecko distributed, or preloaded as part of the operating system, we can use Webkit. Even use it via HTML and CSS and JavaScript, just use it as an HTML engine, and do some of our new initiatives, new products, new touch-points that users can interact with, as open web apps or as new mobile apps, maybe thin layers of native app around html. Like Firefox Home, the second version that’s being worked on right now.

    ARM already is supported well by our JavaScript engine, but we want to be make our code tight on ARM, as fast as possible. We want to avoid using too much battery and while we have a lot of build automation and test automation around our tier 1 platforms like Mac OS on the desktop, Windows and Linux, now we’re going to elevate Android to that position and focus on making it just as awesome.

    Because we’re not going to try just one thing, we’re not going to push only the browser, Firefox, onto the mobile devices - we’re also going to try reaching people through lighter-weight means. And then the open web app system is where we hope to make our mark by not just supporting Firefox, but letting open web apps work on all modern browsers.

    These quotes are not just random thoughts of two of the most important people at Mozilla, but they expression of what they get from a very important document, written but Jay Sullivan and his team: the Firefox Vision Statement https://wiki.mozilla.org/Firefox/VisionStatement , that everyone involved in Mozilla should have read by now.

    Voir aussi : http://blog.frenchmozilla.fr/index/post/2011/07/21/Mozilla-dans-la-nouvelle-%C3%A8re-Internet-%E2%80%94-Au-del%C3%A0

    #stanblog
    #tristan Nitot
    #mozilla

  • http://neopythonic.blogspot.com/2011/07/before-python.html

    This morning I had a chat with the students at Google’s CAPE program. Since I wrote up what I wanted to say I figured I might as well blog it here. Warning: this is pretty unedited (or else it would never be published :-). I’m posting it in my “personal” blog instead of the “Python history” blog because it mostly touches on my career before Python. Here goes...The rest I have written up earlier in my Python history blog (http://python-history.blogspot.com/2009/01/personal-history-part-1-cwi.html) .

    #guido van rossum
    #python
    #history