• Onze logiques économiques qui changent le monde - Même pas mal
    http://alternatives.blog.lemonde.fr/2013/05/02/onze-logiques-economiques-qui-changent-le-monde

    Anne-Sophie Novel revient sur l’économie coopérative, l’économie positive, circulaire, l’économie de la fonctionnalité, l’économie collaborative, contributive, horizontale, quaternaire, open source, symbiotique et décroissante... Tags : internetactu2net fing internetactu (...)

    #économie


  • Jenniffer Schuessler, In History Departments, It’s Up With Capitalism

    http://www.nytimes.com/2013/04/07/education/in-history-departments-its-up-with-capitalism.html?smid=fb-share&_r=0

    The new history of capitalism is less a movement than what proponents call a “cohort”: a loosely linked group of scholars who came of age after the end of the cold war cleared some ideological ground, inspired by work that came before but unbeholden to the questions — like, why didn’t socialism take root in America? — that animated previous generations of labor historians.

    Instead of searching for working-class radicalism, they looked at office clerks and entrepreneurs.

    “Earlier, a lot of these topics would’ve been greeted with a yawn,” said Stephen Mihm, an associate professor of history at the University of Georgia and the author of “A Nation of Counterfeiters: Capitalists, Con Men and the Making of the United States.” “But then the crisis hit, and people started asking, ‘Oh my God, what has Wall Street been doing for the last 100 years?’ ”

    In 1996, when the Harvard historian Sven Beckert proposed an undergraduate seminar called the History of American Capitalism — the first of its kind, he believes — colleagues were skeptical. “They thought no one would be interested,” he said.

    But the seminar drew nearly 100 applicants for 15 spots and grew into one of the biggest lecture courses at Harvard, which in 2008 created a full-fledged Program on the Study of U.S. Capitalism. That initiative led to similar ones on other campuses, as courses and programs at Princeton, Brown, Georgia, the New School, the University of Wisconsin and elsewhere also began drawing crowds — sometimes with the help of canny brand management.

    After Seth Rockman, an associate professor of history at Brown, changed the name of his course from Capitalism, Slavery and the Economy of Early America to simply Capitalism, students concentrating in economics and international relations started showing up alongside the student labor activists and development studies people.

    “It’s become a space where you can bring together segments of the university that are not always in conversation,” Dr. Rockman said. (Next fall the course will become Brown’s introductory American history survey.)

    While most scholars in the field reject the purely oppositional stance of earlier Marxist history, they also take a distinctly critical view of neoclassical economics, with its tidy mathematical models and crisp axioms about rational actors.

    Markets and financial institutions “were created by people making particular choices at particular historical moments,” said Julia Ott, an assistant professor in the history of capitalism at the New School (the first person, several scholars said, to be hired under such a title).

    To dramatize that point, Dr. Ott has students in her course Whose Street? Wall Street! dress up in 19th-century costume and re-enact a primal scene in financial history: the early days of the Chicago Board of Trade.

    Some of her colleagues take a similarly playful approach. To promote a two-week history of capitalism “boot camp” to be inaugurated this summer at Cornell, Dr. Hyman (a former consultant at McKinsey & Company) designed “history of capitalism” T-shirts.

    The camp, he explained, is aimed at getting relatively innumerate historians up to speed on the kinds of financial data and documents found in business archives. Understanding capitalism, Dr. Hyman said, requires “both Foucault and regressions.”

    It also, scholars insist, requires keeping race and gender in the picture.

    As examples, they point to books like Nathan Connolly’s “World More Concrete: Real Estate and the Remaking of Jim Crow South Florida,” coming next year, and Bethany Moreton’s “To Serve God and Wal-Mart: The Making of Christian Free Enterprise” (Harvard, 2009), winner of multiple prizes, which examines the role of evangelical Christian values in mobilizing the company’s largely female work force.

    The history of capitalism has also benefited from a surge of new, economically minded scholarship on slavery, with scholars increasingly arguing that Northern factories and Southern plantations were not opposing economic systems, as the old narrative has it, but deeply entwined.

    And that entwining, some argue, involved people far beyond the plantations and factories themselves, thanks to financial shenanigans that resonate in our own time.

    In a paper called “Toxic Debt, Liar Loans and Securitized Human Beings: The Panic of 1837 and the Fate of Slavery,” Edward Baptist, a historian at Cornell, looked at the way small investors across America and Europe snapped up exotic financial instruments based on slave holdings, much as people over the past decade went wild for mortgage-backed securities and collateralized debt obligations — with a similarly disastrous outcome.

    Other scholars track companies and commodities across national borders. Dr. Beckert’s “Empire of Cotton,” to be published by Alfred A. Knopf, traces the rise of global capitalism over the past 350 years through one crop. Nan Enstad’s book in progress, “The Jim Crow Cigarette: Following Tobacco Road From North Carolina to China and Back,” examines how Southern tobacco workers, and Southern racial ideology, helped build the Chinese cigarette industry in the early 20th century.

    #capitalisme
    #histoire_économique


  • Michel Husson : Euro : en sortir ou pas ? (2011)

    http://alencontre.org/europe/euro-en-sortir-ou-pas.html

    Le choix semble donc être entre une aventure hasardeuse et une harmonisation utopique. La question politique centrale est alors de sortir de ce dilemme. Pour essayer d’y répondre, il faut travailler la distinction entre les fins et les moyens. L’objectif d’une politique de transformation sociale, c’est, encore une fois, d’assurer à l’ensemble des citoyens une vie décente dans toutes ses dimensions (emploi, santé, retraite, logement, etc.). L’obstacle immédiat est la répartition des revenus qu’il faut modifier à la source (entre profits et salaires) et corriger au niveau fiscal. Il faut donc prendre un ensemble de mesures visant à dégonfler les revenus financiers et à réaliser une réforme fiscale radicale. Ces enjeux passent par la mise en cause des intérêts sociaux dominants, de leurs privilèges, et cet affrontement se déroule avant tout dans un cadre national. Mais les atouts des dominants et les mesures de rétorsion possibles dépassent ce cadre national : on invoque immédiatement la perte de compétitivité, les fuites de capitaux et la rupture avec les règles européennes.

    La seule stratégie possible doit alors s’appuyer sur la légitimité des solutions progressistes, qui résulte de leur caractère éminemment coopératif. Toutes les recommandations néo-libérales renvoient en dernière instance à la recherche de la compétitivité : il faut baisser les salaires, réduire les « charges » pour, en fin de compte, gagner des parts de marché. Comme la croissance sera faible dans la période ouverte par la crise en Europe, le seul moyen pour un pays de créer des emplois, sera d’en prendre aux pays voisins, d’autant plus que la majorité du commerce extérieur des pays européens se fait à l’intérieur de l’Europe. C’est vrai même pour l’Allemagne (premier ou deuxième exportateur mondial avec la Chine), qui ne peut compter sur les seuls pays émergents pour tirer sa croissance et ses emplois. Les sorties de crise néo-libérales sont donc par nature non coopératives : on ne peut gagner que contre les autres, et c’est d’ailleurs le fondement de la crise de la construction européenne.

    En revanche, les solutions progressistes sont coopératives : elles fonctionnent d’autant mieux qu’elles s’étendent à un plus grand nombre de pays. Si tous les pays européens réduisaient la durée du travail et imposaient les revenus du capital, cette coordination permettrait d’éliminer les contrecoups auxquels serait exposée cette même politique menée dans un seul pays. La voie à explorer est donc celle d’une stratégie d’extension que pourrait suivre un gouvernement de la gauche radicale :

    1. on prend unilatéralement les « bonnes » mesures (par exemple la taxation des transactions financières) ;

    2. on les assortit de mesures de protection (par exemple un contrôle des capitaux) ;

    3. on prend le risque politique d’enfreindre les règles européennes ;

    4. on propose de les modifier en étendant à l’échelle européenne les mesures prises ;

    5. on n’exclut pas un bras de fer et on use de la menace de sortie de l’euro.

    Ce schéma prend acte du fait qu’on ne peut conditionner la mise en œuvre d’une « bonne » politique à la constitution d’une « bonne » Europe. Les mesures de rétorsion de toutes sortes doivent être anticipées au moyen de mesures qui, effectivement, font appel à l’arsenal protectionniste. Mais il ne s’agit pas de protectionnisme au sens habituel du terme, car ce protectionnisme protège une expérience de transformation sociale et non les intérêts des capitalistes d’un pays donné face à la concurrence des autres. C’est donc un protectionnisme d’extension, dont la logique est de disparaître à partir du moment où les « bonnes » mesures seraient généralisées.

    La rupture avec les règles européennes ne se fait pas sur une pétition de principe, mais à partir d’une mesure juste et légitime, qui correspond aux intérêts du plus grand nombre et qui est proposée comme marche à suivre aux pays voisins. Cet espoir de changement permet alors de s’appuyer sur la mobilisation sociale dans les autres pays et de construire ainsi un rapport de forces qui peut peser sur les institutions européennes. L’expérience récente du plan de sauvetage de l’euro a d’ailleurs montré qu’il n’était pas besoin de changer les traités pour passer outre à un certain nombre de leurs dispositions.

    La sortie de l’euro n’est plus, dans ce schéma, un préalable. C’est au contraire une arme à utiliser en dernier recours. La rupture devrait plutôt se faire sur deux points qui permettraient de dégager de véritables marges de manœuvre : nationalisation des banques et dénonciation de la dette.

    #Euro


  • Alain Lipietz, France, épicentre de la crise de la "malbouffe"

    http://lipietz.net/IMG/pdf/Crise_bouffe_France2.pdf

    La crise mondiale ouverte par les émeutes de la faim de 2006-2007 et l’effondrement financier de 2008 est la superposition d’une crise économique « keynésienne », semblable à la crise des années 1930 (les pauvres sont trop pauvres pour acheter ce qu’on leur fait produire, les riches trop riches pour savoir où placer leur argent) et d’une double crise écologique : la crise énergie-climat, et la crise alimentation-santé. Ces trois crises interagissent puissamment. La hausse des prix de l’énergie et de l’alimentation frappe particulièrement le pouvoir d’achat en logements et bien industriels des salariés pauvres (crise des subprimes). L’industrialisation de l’agriculture mondiale contribue pour 50% à la production de l’effet de serre anthropique (défrichement, production d’engrais artificiels, dégagement de méthane par les produits agricoles gaspillés et par le bétail, produits alimentaires transportés sur des milliers de kilomètres, congelés et décongelés, transformation des produits frais en « plats cuisinés », surgelés, emballés...). Et le réchauffement climatique, avec ses sécheresses, tempêtes et inondations, scande dorénavant les pics des cours mondiaux des produits agricoles.

    #écologisme
    #crise_alimentaire


  • Sandrine Cabut et David Larousserie, A qui appartient le savoir ?

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/02/28/a-qui-appartient-le-savoir_1840797_1650684.html

    Deux grandes voies existent pour respecter l’open access : la verte et la dorée. Dans la première, le chercheur dépose sur le site Web de son institution, de son pays ou de sa communauté une version revue et corrigée de son travail. Il peut aussi y mettre une version préliminaire dite « preprint ». L’accès à cet article est immédiat ou soumis à un délai de plusieurs mois selon la politique de l’éditeur. Dès 1991, les physiciens ont créé un site archivant les preprints : arXiv.org.

    En Belgique, l’université de Liège a été la première, en 2008, à rendre ce dépôt quasi obligatoire pour ses chercheurs sur son site ORBi. « Une université doit savoir ce qu’elle produit. Avec ORBi, nous avons pris conscience que nous sous-estimions de 2,5 fois notre production ! », souligne Bernard Rentier, le recteur de cette université. En France l’équivalent d’ORBi, HAL (hal.archives-ouvertes.fr), est déjà en place, mais non obligatoire, avec plus de 155 000 articles. Dans le monde, 1 500 dépôts institutionnels ont été créés.

    L’autre voie, dite dorée, correspond à un nouveau modèle économique et de nouveaux acteurs. Le plus souvent, le chercheur (en fait son employeur) paie pour être publié, de 1 500 à 5 000 dollars. « Il ne faudrait pas que les éditeurs profitent de ce système en se disant qu’ils vont pouvoir gagner autant d’argent qu’avec le modèle classique ! 500 à 1 000 euros seraient raisonnables », précise Bernard Rentier. Tous les éditeurs classiques soutiennent en fait désormais le mouvement du libre accès. « On ne se demande plus s’il faut le faire, mais comment », explique Jean-Frank Cavanagh, d’Elsevier, qui a déjà 31 journaux en open access doré. L’éditeur de Nature a lancé les Scientific Reports, et les trois quarts de ces journaux ont au moins des options de publications en libre accès.
    Vert ou doré, l’open access a du succès. Le taux de citation de ses articles est identique à celui des publications accessibles sur abonnement, selon une étude. Une autre enquête a montré que les articles déposés par les chercheurs en voie verte sont plus cités que ceux de la même revue restés payants. Les initiatives originales fleurissent. ELifeSciences met en ligne les commentaires des référents et les réponses des auteurs. PeerJ « casse » les prix de la voie dorée en proposant des forfaits aux auteurs. En France, Episciences propose d’éditer des articles en puisant dans des sites de la voie verte. Le projet Istex, doté de 60 millions d’euros, sera la prochaine bibliothèque scientifique nationale.

    Des alternatives au système classique d’examen par les pairs (peer review)sont aussi à l’étude, indique Hervé Maisonneuve, professeur associé de santé publique (Lyon) sur son blog (www.h2mw.eu/). Une compagnie britannique, Faculty of 1000, propose une relecture par des pairs non anonymes après publication en ligne. Si l’article est validé, il est répertorié dans des bases de données comme Medline. Une société américaine, Rubriq, offre aussi aux chercheurs de payer 500 à 700 dollars pour faire relire leur article en une semaine par trois pairs indépendants, avant sa soumission à un journal.

    Si toutes les universités du monde se lancent dans la voie verte, le modèle économique des éditeurs historiques souffrira. D’autant qu’Internet permettra une mondialisation de l’accès aux documents. « Il y aura un basculement de modèles mais il faut éviter qu’il y ait des victimes, en particulier parmi les petits éditeurs », précise Ruth Martinez, déléguée générale du Groupement français de l’industrie de l’information (réunion d’éditeurs, de bibliothécaires...).

    Ces modèles alternatifs pourraient faire émerger de nouveaux indicateurs, tenant compte du téléchargement, des visites, des éventuels commentaires... De quoi corriger l’autre grand défaut du système actuel : tout faire reposer sur la dictature du taux de citation d’un article.

    #open_access
    #édition
    #université


  • Fabrice Flipo : L’infrastructure numérique en question (2009)

    http://fabrice.flipo.free.fr/Publications/2007/Flipo%20Entropia%20L%27infrastructure%20num%E9rique%20en%20questi

    Le volume de déchets du
    secteur des TIC a atteint les 110 000 tonnes en Allemagne en 2000, 73 000 tonnes au Japon. Les
    déchets issus des TI entrent dans la catégorie des Déchets d’Equipements Electriques et
    Electroniques, ou « DEEE ». Cette catégorie varie selon les pays mais rassemble à peu près partout
    les déchets issus des technologies de l’information et ceux issus de l’électroménager (frigos, fer à
    repasser etc.), les produits audio et vidéo (télévisions, hi-fi etc.) et les petits appareils électriques
    divers (perceuses etc.), pour ce qui est des ménages, et l’ensemble des parties électriques des
    équipements des professionnels.
    Chaque année, 20 à 50 millions de tonnes de DEEE sont produits dans le monde, et chaque citoyen
    de l’Union Européenne s’est débarrassé de 25 kg de ces déchets. L’Asie a éliminé 12 millions de
    tonnes de DEEE en 2000. 6 millions de tonnes de DEEE ont été produits mondialement en 1998,
    soit 4% des déchets municipaux. La croissance en volume est de 3 à 5% par an, un taux quasiment
    triple du taux des déchets classiques. Les experts estiment que rien qu’aux États-Unis, plus de 500
    millions d’ordinateurs sont devenus obsolètes entre 1997 et 2007. En 2001 en Californie, plus de
    6000 ordinateurs devenaient obsolètes par jour13. 130 millions de téléphones mobiles arriveront en
    fin de vie d’ici fin 2005 dans le monde, produisant 65 000 tonnes de DEEE. 610 millions d’entre eux
    arriveront en fin de vie d’ici 2010 au Japon.
    L’obsolescence des produits a été considérablement accélérée, que cela vienne des logiciels, chaque
    fois plus consommateurs en ressources machine, ou du hardware, dont l’évolution constante et
    régulière (« loi de Moore » qui prévoit le doublement de la puissance tous les 18 mois) permet aux
    éditeurs de logiciels de pouvoir compter sur les capacités nécessaires le jour de la sortie de leur produit. La durée de vie des ordinateurs a chuté, passant de 6 ans en 1997 à deux ans en 2005. Les
    téléphones portables ont une durée de vie de moins de deux ans dans les pays industrialisés.
    Le traitement des déchets dépend de leur composition. Que contiennent les produits électriques et
    électroniques ? En moyenne 500 millions de PC contiennent 2 872 000 tonnes de plastiques, 718
    000 tonnes de plomb, 1 363 tonnes de cadmium, 863 t de chrome, 287 t de mercure. Un téléphone
    portable contient en moyenne entre 500 et 1000 composants. Ces composants sont faits d’une très
    large gamme de matériaux et de substances. Les produits toxiques sont nombreux et variés. Citons
    entre autres le mercure, le plomb, le cadmium, le chrome, les PBB (diphényls polybromés) et les
    PBDEs (éthers diphényls polybromés). Une partie de ces produits sont des « polluants organiques
    persistants », toxiques pour le vivant et bioaccumulants dans l’environnement. Environ 20% du
    poids de chaque écran d’ordinateur provient du plomb qui le constitue. La Commission de
    Coopération Environnementale de l’Amérique du Nord, qui dépend de l’ALENA (Accord de Libre-
    Echange Nord-Américain), évoque ainsi une « menace mondiale ».
    Une fois produits, les TIC se retrouvent partout : dans les maisons, dans les vêtements, dans les
    placards, les usines, les voitures, les bateaux, les sous-marins etc. Que deviennent ces produits ?
    Comment sont-ils récupérés ? Finissent-ils dans la nature ? Sur 20 millions d’ordinateurs personnels
    sont devenus obsolètes en 1998 aux Etats-Unis, seulement 13% ont été réutilisés ou recyclés. Ce
    chiffre concorde avec celui de l’EPA, qui estime qu’en 2001 seuls 11% des ordinateurs américains
    étaient recyclés.

    #TIC
    #déchets
    #infrastructure_numérique


  • Pierre Collin, Nicolas Colin, Rapport sur la fiscalité numérique

    http://www.economie.gouv.fr/files/rapport-fiscalite-du-numerique_2013.pdf

    L’unité technologique permise par la combinaison des technologies de l’information et de la communication explique l’étendue du périmètre d’activité des entreprises de l’économie numérique. Loin d’être cantonnées à un seul marché, elles mettent leurs efforts d’innovation au service d’une transformation permanente de leur activité, avec pour seule constante un objectif stratégique : être pour leurs utilisateurs le point d’accès privilégié aux biens et services de l’économie numérique et, pour cela, développer tout un écosystème d’applications, exploitées par elles ou par des tiers, qui permet de s’imposer comme ce point d’accès.
    (...)

    Chacune des quatre grandes entreprises de l’économie numérique indique à sa manière que sa priorité est d’avoir une relation privilégiée avec ses utilisateurs :
    Apple fabrique et vend des terminaux sur lesquels elle exerce un contrôle étroit de l’expérience utilisateur, soit en produisant elle‐même le système d’exploitation et les applications les plus importantes, soit en soumettant les développeurs d’application à de drastiques conditions d’utilisation. Il n’est pas anodin qu’Apple ait été pionnière dans la mise au point des smartphones, tant ce nouveau terminal lui a permis d’investir avec une ampleur inégalée l’existence et même l’intimité de ses clients ;
    Amazon s’est longtemps présentée comme « la plus grande librairie du monde ». En étendant son catalogue à des produits autre que les livres, elle s’est ensuite efforcée de devenir le plus grand magasin du monde. Parallèlement, elle s’est aussi ouverte à des vendeurs extérieurs pour devenir la plus grande place de marché du monde, « l’endroit sur Internet où l’on peut tout acheter » . Cela lui permet de nouer avec ses clients une relation privilégiée, encore renforcée depuis le lancement des terminaux Kindle ;
    Google s’est donnée pour mission d’« organiser l’information du monde et de la rendre accessible et utile ». Autour de son moteur de recherche, elle a patiemment conçu et enrichi une expérience utilisateur entièrement construite autour de l’accès à l’information : les pages Web, les images, les vidéos, le contenu des livres, la presse, le territoire, les publications personnelles, les destinations touristiques et même la correspondance privée sont désormais organisées par Google pour ses utilisateurs ;
    Facebook se présente comme une entreprise poursuivant un objectif de société : « rendre le monde plus ouvert et plus connecté » . En attirant plus d’un milliard d’individus, qui passent parfois plusieurs heures par jour sur cette application, Facebook est parvenue à occuper une position centrale dans la vie quotidienne de ses utilisateurs. Par l’intermédiaire de leurs réseaux d’amis, elle leur ménage un accès pertinent aux biens et services de l’économie numérique.

    Le fait qu’elles partagent le même objectif stratégique explique que ces quatre entreprises se concurrencent sur plusieurs marchés, soit directement dans leur stratégie consistant à devenir pour les individus le point d’entrée privilégié dans l’économie, soit dans leurs manœuvres tactiques sur des marchés sous‐jacents ou connexes, qui servent cette stratégie sur le long terme.

    #économie_numérique
    #fiscalité


  • Dani Rodrick : Le Retour du Mercantilisme

    http://www.project-syndicate.org/print/the-return-of-mercantilism-by-dani-rodrik/french

    L’Histoire économique est en grande partie un combat entre deux écoles de pensée : le libéralisme et le mercantilisme. L’économie libérale qui privilégie l’entreprenariat privé et les marchés est actuellement la doctrine dominante. Mais sa victoire intellectuelle masque le caractère attractif et les succès fréquents du mercantilisme. En réalité ce dernier n’a pas disparu, il se porte même bien, et sa confrontation permanente avec le libéralisme va probablement constituer une force qui contribuera à dessiner les contours de l’économie mondiale de l’avenir.

    On rejette généralement le mercantilisme comme un ensemble d’idées archaïques et manifestement erronées quant à la politique économique. Il est vrai qu’à son apogée, ses partisans avançaient des notions très étranges, notamment l’idée que l’accumulation de métaux précieux (l’or et l’argent) devait guider la politique d’un pays.

    Dans son ouvrage de 1776, La richesse des nations, Adam Smith a démoli de main de maître, nombre de ces idées. Il a montré notamment qu’il ne faut pas confondre argent et richesse. Ainsi qu’il l’a formulé, « la richesse d’un pays ne se limite pas à son or et à son argent, elle inclut ses terres, ses bâtiments et ses biens consommables de tout ordre ».

    Pourtant, il serait plus exact de penser le mercantilisme comme une manière différente d’organiser les relations entre l’Etat et l’économie, une vision tout aussi pertinente aujourd’hui qu’au 18° siècle. Les théoriciens du mercantilisme comme Thomas Mun étaient de farouches partisans du capitalisme, mais ils proposaient un autre modèle que le libéralisme.

    Ce dernier considère que l’Etat est un mal nécessaire et que le secteur privé cherche intrinsèquement une rente de situation. C’est pourquoi il veut une séparation stricte entre l’Etat et le secteur privé. De son coté, le mercantilisme propose une vision corporatiste dans laquelle l’Etat et le secteur privé sont des alliés qui coopèrent dans la poursuite d’objectifs communs (par exemple la croissance ou la puissance économique du pays).

    On peut chercher à disqualifier le mercantilisme en le qualifiant de capitalisme d’Etat ou de népotisme, mais quand il fonctionne (comme c’est souvent le cas en Asie), on l’encense parce qu’il favorise le partenariat public-privé et l’émergence d’un Etat favorable à l’entreprise privée. Les pays à la traîne sur le plan économique savent que le mercantilisme peut leur être utile. Même en Grande-Bretagne, le libéralisme classique n’est arrivé qu’au milieu du 19° siècle, autrement dit quand le pays était déjà une puissance industrielle dominante.

    Une autre différence oppose les deux modèles, l’un privilégie l’intérêt des producteurs et l’autre celui des consommateurs. Pour les libéraux, le consommateur est roi. L’objectif ultime de la politique économique est d’accroître le potentiel de consommation de la population, ce qui suppose de lui donner un accès facile aux biens et services au meilleur prix. A l’opposé, les mercantilistes privilégient le coté productif de l’économie. Pour eux, une économie saine repose sur une structure de production efficace, tandis que la consommation est sous-tendue par le plein emploi et des salaires adéquats.

    Comme l’on peut s’y attendre, ces deux modèles conduisent à des politiques économiques différentes : pour l’un il faut encourager l’importation, pour l’autre l’exportation. Le libéralisme favorise les importations, le moins cher elles sont, mieux c’est, même si cela se traduit par un déficit commercial. Le mercantilisme encourage les exportations, les échanges étant le moyen de soutenir la production intérieure et l’emploi.

    La Chine contemporaine porte le flambeau du mercantilisme, même si les dirigeants chinois ne sont pas prêts à l’admettre, car le terme résonne encore de manière péjorative. Une grande partie du miracle chinois est le résultat d’une politique volontariste qui a soutenu, stimulé et subventionné ouvertement les producteurs industriels chinois et étrangers.

    Même si la Chine a mis fin à nombre de ses subventions explicites à l’exportation pour devenir membre de l’OMC en 2001, son système de soutien au mercantilisme est encore largement en place. Ainsi l’Etat a géré le taux de change de manière à maintenir le profit des producteurs manufacturiers, ce qui s’est traduit par un excédent commercial confortable (qui a baissé récemment en raison notamment du ralentissement économique). Par ailleurs, les entreprises tournées vers l’exportation continuent à bénéficier d’un ensemble d’avantages fiscaux.

    Du point de vue libéral, ces subventions à l’exportation bénéficient aux consommateurs étrangers, mais appauvrissent les consommateurs chinois. Une étude récente de Fabrice Defever et d’Alejandro Riaño, deux économistes de l’université de Nottingham, évalue les « pertes » de la Chine à 3% de ses revenus et les gains pour le reste du monde à 1% du revenu mondial. Mais pour les mercantilistes, il ne s’agit là que du coût de la construction d’une économie moderne et du cadre nécessaire à la prospérité à long terme.

    Ainsi que le montre l’exemple des subventions aux exportations, ces deux modèles peuvent coexister harmonieusement dans l’économie mondiale. Les libéraux pourraient être satisfaits de voir leur consommation subventionnée par les mercantilistes.


  • Bientôt des cours filmés de l’École Polytechnique gratuitement sur Internet : l’enseignement supérieur de demain se fera-t-il à distance ?

    http://orientation.blog.lemonde.fr/2013/02/27/bientot-des-cours-de-lecole-polytechnique-gratuitement-sur-

    Aux États-Unis ils s’appellent Coursera, Udacity ou edX, au Royaume-Uni FutureLearn s’apprête à se lancer, tous mettent en ligne des centaines de cours gratuits. En France les MOOC n’existent aujourd’hui quasiment pas mais tout le monde en parle. En annonçant, qu’elle allait mettre gratuitement en ligne quelques cours à la rentrée 2013 sur une partie qui lui sera dédiée du site Coursera (lire plus bas), l’École Polytechnique rejoint un mouvement qui a débuté aux États-Unis en 2011 quand l’université de Stanford a ouvert son premier cours en ligne sur l’intelligence artificielle.

    Auparavant, la Khan Academy mettait bien des cours en ligne mais ne se prenait pas pour une grande université pour autant. A la suite de Stanford, ce sont toutes les grandes universités américaines qui ont rejoint un mouvement qui a littéralement frappé le monde de l’enseignement de stupeur. Mais comment les universités américaines peuvent-elles mettre – gratuitement - en ligne des contenus qu’elles font normalement payer cher, très cher, à des étudiants triés sur le volet ? « La création de MOOC est réservée à de grands établissements qui inventent ainsi de nouveaux business models : l’enseignement est gratuit à l’entrée mais payant à la sortie, lorsqu’il faut délivrer un diplôme ou un certificat à ceux qui ont suivi gratuitement les cours en ligne », répond Jean-François Fiorina, le directeur adjoint du groupe Grenoble École de management.

    #MOOC
    #enseignement_supérieur


  • Enrico Donaggio, Il comunismo come verità e seduzione (2009).

    http://www.alfabeta2.it/2011/06/09/il-comunismo-come-verita-e-seduzione

    Comunista è, almeno sino a oggi, chi è disposto a farsi carico dei misteri dolorosi e gioiosi della passione politica qui lucidamente scandita: dare senso e giustizia a una violenza necessaria, trasformandola da catastrofe in redenzione e licenza di uccidere; tener testa, senza disperare, al disgusto opaco per una realtà che sconforta; non salvarsi da soli, in nome di una felice e incolume eccezionalità, ma educarsi reciprocamente, in una pedagogia emancipativa che, secondo la notevole intuizione di Ranciére, non conosce asimmetrie di competenza.

    Difficile immaginare moltitudini di individui che oggi, pur con infinite ragioni e interessi per farlo, si sottoporrebbero in buona fede a un esame tanto severo, nella speranza di rivoluzionare se stessi e il mondo. Una cosa però è chiara: il futuro dell’ipotesi comunista dipende, in larghissima misura, anche da uno scontro tra promesse di felicità concorrenti.

    Da un lato c’è la felicità delle api di Mandeville, tre secoli dopo: il comunismo in un uomo solo. Ogni consumatore, isolato nella lotta per il benessere, adempie in forma atomizzata e mercificata il sogno di realizzare in toto il potenziale di espressività del genere umano. Esonerato, tra l’altro, dall’obbligo di raggiungere inarrivabili vette di eccellenza nelle poliedriche manifestazioni di sé. In questo sgravio dalle responsabilità nei riguardi del resto del mondo, unito a un’indulgenza assolutoria verso la propria imperfezione morale, si cela la fonte di fascino e profitto di questo tipo di eudaimonia.

    Dall’altra una felicità comunista tutta da inventare. Una prospettiva oggi colonizzata dall’immaginario capitalistico, con una perversione che la disinnesca evocandola di continuo. Stretta in una morsa tra un’utopia esigente ed elitaria – il comunismo dei santi, evocato da Fortini – e l’utopia del benessere osceno. Al tratto virtuoso del pensiero dell’emancipazione – privare la vita del suo destino di umiliazione, additando una dimensione di ulteriorità nobilitante – occorrerebbe insomma aggiungere un elemento non tanto edificante, quanto entusiasmante. E, soprattutto, una politica e delle istituzioni che sorreggano e incoraggino un desiderio così oneroso da perseguire da soli.

    #communisme
    #Enrico_Donaggio

    • Pour celles et ceux qui lisent la langue du Bel Paese, ou peuvent corriger par eux-mêmes les bizarreries de Google Trad, une très belle tentative de redéfinition du communisme, comme partie intégrante d’un projet d’émancipation. Non pas la position d’un Absolu mystique à la Badiou/Zizek, mais l’horizon des tentatives destinées à arracher à la culture du néocapitalisme ce qu’il a fait, avec notre consentement, de notre aspiration naturelle au bonheur et à la communauté.

    • NB : L’auteur de ce texte, Enrico Donaggio, fera un cycle de conférences (en français et/ou avec un appui de traduction) à l’Université de Nanterre en mars prochain.


  • Le siècle de Hobsbawm , par Enzo Traverso (2009)

    http://www.revuedeslivres.fr/le-siecle-de-hobsbawm-par-enzo-traverso-2

    Le « long XIXe siècle » peint par Hobsbawm est le théâtre d’une transformation du monde dont l’Europe, grâce à l’essor de l’impérialisme, a été le centre et le moteur à la fois. Tous les courants politiques s’identifient à sa mission civilisatrice, incarnée par une race et une culture « supérieures ». L’idée de progrès – un progrès moral et matériel illustré par les conquêtes de la science, l’augmentation incessante de la production et l’essor des chemins de fer qui relient toutes les grandes métropoles du continent, ainsi que les deux côtes américaines – devient une croyance inébranlable, non plus inscrite dans les potentialités de la raison, mais portée par les forces objectives et irrésistibles de la société. Les pages les plus puissantes de L’Âge des extrêmes sont celles du premier chapitre, où Hobsbawm décrit l’ouverture du XXe siècle dans un climat apocalyptique qui renverse littéralement toutes les certitudes d’une ère antérieure de paix et de prospérité. Le nouveau siècle commence comme une « ère de la catastrophe » (1914-1945) encadrée par deux guerres totales destructrices et meurtrières : trois décennies pendant lesquelles l’Europe assiste à l’effondrement de son économie et de ses institutions politiques. Défié par la révolution bolchevique, le capitalisme semble avoir fait son temps, tandis que les institutions libérales apparaissent comme les vestiges d’un âge révolu lorsqu’elles se décomposent, parfois sans offrir la moindre résistance, face à l’essor des fascismes et des dictatures militaires en Italie, Allemagne, Autriche, Portugal, Espagne et dans plusieurs pays d’Europe centrale. Le progrès s’est révélé illusoire et l’Europe a cessé d’être le centre du monde. La Société des Nations, son nouveau gérant, est immobile et impuissante. Face à ces trois décennies cataclysmiques, celles d’après-guerre – « l’âge d’or » (1945-1973) et « la débâcle » (1973-1991) – semblent deux moments distincts d’une seule et même époque qui coïncide avec l’histoire de la guerre froide. L’« âge d’or » est celui des Trente Glorieuses, avec la diffusion du fordisme, l’élargissement de la consommation de masse et l’avènement d’une prospérité généralisée apparemment inépuisable. La « débâcle » (landslide) commence avec la crise du pétrole de 1973 qui met fin au boom économique et se prolonge par une longue onde récessive. À l’Est, elle s’annonce par la guerre d’Afghanistan (1978) qui amorce la crise du système soviétique et l’accompagne jusqu’à sa décomposition. La « débâcle » fait suite à la décolonisation – entre l’indépendance de l’Inde (1947) et la guerre du Vietnam (1960-1975) – pendant laquelle l’essor des mouvements de libération nationale et des révolutions anti-impérialistes se mêle au conflit entre les grandes puissances.

    Eurocentrisme

    La périodisation proposée par Hobsbawm fait la force de sa tétralogie et, en même temps, en indique les limites. Le tome consacré aux « révolutions bourgeoises » évoque à peine les guerres de libération dans l’Amérique latine des années 1820, tandis que les suivants décrivent la guerre civile américaine, mais ne s’attardent que superficiellement sur la révolte des Taiping, le plus vaste mouvement social du XIXe siècle, qui a profondément secoué la Chine entre 1851 et 1864. C’est précisément le dernier volume qui, en restituant le profil d’un siècle mondialisé, montre le caractère problématique de l’eurocentrisme, ou tout au moins de l’occidentalo-centrisme, qui inspire l’oeuvre dans son ensemble. Les découpages historiques choisis par Hobsbawm ne sont pas généralisables. Est-il légitime de considérer 1789 ou 1914 comme des grands tournants pour l’histoire de l’Afrique ? Le congrès de Berlin (1884) et les années de la décolonisation (1960) seraient à coup sûr des clivages plus pertinents. Vues d’Asie, les grandes ruptures du XXe siècle – l’indépendance de l’Inde (1947), la Révolution chinoise (1949), la guerre de Corée (1950-1953), la guerre du Vietnam (1960-1975) – ne coïncident pas forcément avec celles de l’histoire européenne. La Révolution chinoise de 1949 a transformé en profondeur les structures sociales et les conditions de vie d’une portion d’humanité bien plus vaste que l’Europe, mais les décennies comprises entre 1945 et 1973 – marquées par la guerre civile, le « Grand bond en avant » et la Révolution culturelle – n’ont pas été un « âge d’or » pour les habitants de cet immense pays. Pendant cette période, les Vietnamiens et les Cambodgiens ont subi des bombardements plus étendus que ceux qui ont dévasté l’Europe pendant la seconde guerre mondiale, les Coréens ont connu les affres d’une guerre civile et de deux dictatures militaires, tandis que les Indonésiens ont subi un coup d’État anticommuniste aux dimensions littéralement exterminatrices (500 000 victimes). Seul le Japon vécut une époque de liberté et de prospérité comparable à l’« âge d’or » du monde occidental. L’Amérique latine, quant à elle, a certes subi l’impact de 1789 – Toussaint Louverture et Simon Bolivar en ont été les fils dans le continent – mais elle est restée en dehors des guerres mondiales du XXe siècle. Elle a connu deux grandes révolutions – la mexicaine (1910-1917) et la cubaine (1959) – et son ère de la catastrophe se situe plutôt entre le début des années 1970 et la fin des années 1980, lorsque le continent est dominé par des dictatures militaires sanglantes, non plus populistes et desarrollistas(développementiste), mais néolibérales et terriblement répressives.

    Bien qu’il récuse toute attitude condescendante et ethnocentrique à l’égard des pays « retardataires et pauvres », Hobsbawm postule leur subalternité comme un truisme qui évoque par moments la thèse classique d’Engels (d’origine hégélienne) sur les « peuples sans histoire 11 ». À ses yeux, ces pays ont connu une dynamique « dérivée, non originale ». Leur histoire se réduirait essentiellement aux tentatives de leurs élites « pour imiter le modèle dont l’Occident fut le pionnier », c’est-à-dire le développement industriel et technico-scientifique, « dans une variante capitaliste ou socialiste » (p. 266). Avec un argument similaire, Hobsbawm semble justifier le culte de la personnalité instauré par Staline en URSS, en le considérant bien adapté à une population paysanne dont la mentalité correspondait à celle des plèbes occidentales du XIe siècle (p. 504). Ces passages relativisent considérablement la portée des révolutions coloniales qu’il décrit comme des ruptures éphémères et limitées. Au fond, L’Âge des extrêmes ne perçoit pas dans la révolte des peuples colonisés et leur transformation en sujet politique sur la scène mondiale un aspect central de l’histoire du XXe siècle.

    Ce constat renvoie à l’écart souligné plus haut entre deux Hobsbawm : d’une part l’historien social qui s’intéresse à ceux « d’en bas » en restituant leur voix et, de l’autre, l’auteur des grandes synthèses historiques où les classes subalternes redeviennent une masse anonyme. L’auteur de L’Âge des extrêmes est pourtant le même qui a écrit Les Primitifs de la révolte(1959) et Bandits (1969), pour lequel l’acquisition d’une conscience politique chez les paysans du monde colonial « a fait de notre siècle le plus révolutionnaire de l’histoire12 ». Les représentants des subaltern studies, notamment Ranajit Guha, ont reproché à leur collègue britannique de considérer les luttes paysannes comme essentiellement « prépolitiques » à cause de leur caractère « improvisé, archaïque et spontané », et d’être incapable d’en saisir la dimension profondément politique, quoiqu’irréductible aux codes idéologiques du monde occidental13. Cette critique vaut certes davantage pour sa tétralogie que pour ses études d’histoire sociale. Selon Edward Said, cette représentation des sociétés non occidentales comme lieux d’une histoire « dérivée, non originale », est un « point aveugle » (blindspot) tout à fait surprenant chez un chercheur qui s’est distingué pour avoir critiqué l’eurocentrisme de l’historiographie traditionnelle et étudié les « traditions inventées14 ».

    Dans une réponse à ses critiques, Hobsbawm a reconnu l’approche eurocentrique de son livre, tout en affirmant que sa tentative de « représenter un siècle compliqué » n’est pas incompatible avec d’autres interprétations et d’autres découpages historiques15. Les exemples ne manquent pas. En 1994, Giovanni Arrighi publiait The Long Twentieth Century, un ouvrage qui, s’inspirant à la fois de Marx et Braudel, propose une nouvelle périodisation de l’histoire du capitalisme. Il repère quatre siècles « longs » s’étalant sur six cents ans et correspondant à différents « cycles systémiques d’accumulation », bien que susceptibles de se superposer les uns aux autres : un siècle génois (1340-1630), un siècle hollandais (1560-1780), un siècle britannique (1740-1930) et, enfin, un siècle américain (1870-1990). Amorcé au lendemain de la guerre civile, ce dernier connaît son essor avec l’industrialisation du Nouveau Monde et s’essouffle autour des années 1980, lorsque le fordisme est remplacé par une économie globalisée et financiarisée. Selon Arrighi, nous sommes entrés aujourd’hui dans un XXIe siècle « chinois », c’est-à-dire dans un nouveau cycle systémique d’accumulation dont le centre de gravité se situe tendanciellement en Extrême-Orient.

    Michael Hardt et Toni Negri, quant à eux, théorisent l’avènement de l’« Empire » : un nouveau système de pouvoir sans centre territorial, qualitativement différent des anciens impérialismes fondés sur l’expansionnisme des États au-delà de leurs frontières. Alors que l’impérialisme classique s’enracinait dans un capitalisme fordiste (la production industrielle) et prônait des formes de domination de type disciplinaire (la prison, le camp, l’usine), l’Empire développe des réseaux de communication auxquels correspond une « société de contrôle », c’est-à-dire une forme de « biopouvoir », au sens foucaldien, parfaitement compatible avec l’idéologie des droits de l’Homme et les formes extérieures de la démocratie représentative. Reste à savoir si cet « Empire » est une tendance ou un système déjà consolidé qui aurait fait des États nationaux des pièces de musée. Plusieurs auteurs semblent en douter et le débat est loin d’être tranché16. Dans son dernier ouvrage, L’Empire, la démocratie, le terrorisme, Hobsbawm revient sur l’histoire des empires pour conclure que leur âge est définitivement révolu. Les États-Unis disposent d’une force militaire écrasante, mais ne sont pas en mesure d’imposer leur domination sur le reste de la planète. Ils ne représentent pas le noyau d’un nouvel ordre mondial comparable à la Pax Britannica du XIXe siècle, et nous sommes entrés dans « une forme profondément instable de désordre global aussi bien à l’échelle international qu’à l’intérieur des États 17 ».

    Adoptant une perspective contemporaine, le XXe siècle pourrait aussi apparaître comme un « siècle-monde ». L’historien italien Marcello Flores en date le début en 1900, année qui marque symboliquement une triple mutation. À Vienne, Freud publie L’Interprétation des rêves, ouvrage inaugural de la psychanalyse : à l’aube du capitalisme fordiste, le monde bourgeois opère un repli vers son intériorité analogue à l’« ascèse intramondaine » que, selon Weber, la Réforme protestante avait mise au service du capitalisme naissant. En Afrique du Sud, la guerre des Boers engendre les premières formes de camps de concentration, avec barbelés et baraques pour l’internement des civils. Ce dispositif d’organisation et de gestion de la violence va projeter son ombre sur tout le XXe siècle. En Chine, finalement, la révolte des Boxers est matée par la première intervention internationale des grandes puissances coalisées (Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie, Autriche-Hongrie, Russie, États-Unis et Japon). Bien d’autres expéditions (punitives, « humanitaires », « pacificatrices », etc.) suivront. Selon Flores, le XXe siècle est l’âge de l’occidentalisme, qui voit l’extension à l’échelle planétaire du système de valeurs, des codes culturels et des modèles de vie occidentaux. De ce point de vue, le XXe siècle n’est pas mort, même s’il est confronté aujourd’hui à de nouveaux défis.

    Dans un passage saisissant de L’Âge des extrêmes, Hobsbawm écrit que, pour 80 % de l’humanité, le Moyen Âge s’arrêta subitement dans les années 1950 (p. 380). Depuis ce tournant, nous vivons dans un monde où le développement des moyens de communication a éliminé les distances, l’agriculture n’est plus la source principale des richesses et la majorité de la population est désormais urbanisée. Cela constitue une véritable révolution, écrit-il, qui a soudainement clôturé dix mille ans d’histoire : le cycle ouvert avec l’avènement de l’agriculture sédentaire18. Si l’on traduit cette remarque en termes historiographiques, cela signifie que, en choisissant l’histoire de la consommation au lieu de l’histoire politique comme ligne de partage fondamentale, le XXe siècle pourrait prendre une coloration bien différente. Entre 1910 et 1950, les conditions de vie des Européens demeurèrent substantiellement inchangées. La grande majorité d’entre eux vivait dans des habitations qui ne disposaient pas de salle de bain et dépensait la plupart de ses revenus pour se nourrir. En 1970, en revanche, il était devenu normal de vivre dans un appartement doté de chauffage central, du téléphone, d’un frigo, d’une machine à laver et d’une télévision, sans oublier une voiture dans le garage (ce qui constituait le lot commun des ouvriers des usines Ford de Detroit dès les années 193019). Bref, d’autres découpages historiques sont possibles. Cela ne remet pas en cause la perspective choisie par Hobsbawm, mais indique que sa périodisation n’a rien de normatif.

    #Hobsbawm
    #histoire
    #19e_siècle
    #20e_siècle

    • Oui, avec Hobsbawm, nous ne sommes plus dans un monde où « le capitalisme » se serait installé et imposé une fois pour toutes. Il n’a jamais cessé d’évoluer et de se métamorphoser, au gré (à la fois cause et conséquence) des rapports de force les + divers et des conjonctures politiques. Cela rend très compliquée, peut-être insoluble, la question classique des « phases » du capitalisme (combien y en a-t-il ? ; où commencent-elles et où s’arrêtent-elles ?). Tout devient instable, multidimensionnel, et Traverso montre très très bien qu’on ne peut plus les distinguer de la question des lignes d’évolution historiques du 20e siècle en général.


  • Postneoliberalism – A beginning debate

    http://www.dhf.uu.se/pdffiler/DD2009_51_postneoliberalism/Development_Dialogue_51_small.pdf

    The argument in this article is set against the following background.
    There was a fi
    rst phase of neoliberalism – starting in Chile 1973 and
    gaining power in the 1980s – which consisted mainly of the destruc-
    tion of the post-war (Fordist and peripheral-Fordist) institutional set-
    tings and (asymmetric) social compromises, and a second phase in
    the 1990s, after the fall of the Berlin wall, when neoliberal politics
    was largely uncontested, institutionalised in many spheres of the so-
    cial and constitutionalised (in national legal systems as well as inter-
    nationally, for example, in the WTO).
    For some years a third phase has
    been underway, consisting of attempts to deal with the contradictions and crises
    of neoliberalism itself.
    Neoliberal politics has produced highly unstable
    relations which can no longer be controlled: the most obvious ex-
    amples are the fi
    nancial crisis and the social crisis of integration, but
    there is also a deepening of the environmental crisis. These strategies
    can be called postneoliberal and they aim to deal with the several cri-
    ses of functioning and to avoid a crisis of legitimation of neoliberal
    and especially of capitalist societal relations – or to deal with such a
    crisis if it occurs.

    #neolibéralisme
    #post-néolibéralisme


  • Film History: Columnists and Historians Assess Spielberg’s “Lincoln” by Kelly Candaele

    http://lareviewofbooks.org/article.php?id=1251&fulltext=1

    In his blog, Brooklyn College Professor Corey Robin quotes from the 1992 book Slaves No More (by Ira Berlin et.al.), making it clear that despite Lincoln’s great accomplishment, historians overturned long ago a Lincoln-centered view of emancipation. The destruction of slavery was:

    [A] process by which slavery collapsed under the pressure of federal arms and the slaves’ determination to place their own liberty on the wartime agenda. In documenting the transformation of a war for the Union into a war against slavery, it shifts the focus from the halls of power in Washington and Richmond to the plantations, farms, and battlefields of the South and demonstrates how slaves accomplished their own liberation and shaped the destiny of a nation.

    The relegating of African Americans to secondary roles, even in films where black civil rights is the central topic (2011’s The Help is a recent example) is unfortunately the rule rather than the exception. But on the positive side, Lincoln has accomplished something that historian and literary critic Irving Howe suggested is very rare for American artists: the ability to portray politics as “a distinctive mode of social existence with manners and values of its own.”

    The history of slavery, its origins, extirpation, and consequences, becomes more fascinating and illuminating once the context is expanded. Robin Blackburn’s new book The American Crucible — Slavery, Emancipation and Human Rights argues that the success of anti-slavery movements involved some combination of class struggle, war, and a re-casting of the state’s relationship to the claims of property — New York Congressman Fernando Wood, for instance, spoke against the 13th Amendment as a “tyrannical destruction of individual property.” Wood was pointing to the broader underpinnings of both the Constitution and state law.

    For Blackburn, who writes in a Marxist vein, dominant economic interests, both North and South, needed a “different type of state.” In the South, slaves, who were legally property, could run away, while northern manufacturing demanded state regulation of finance, funding for internal transportation and communications infrastructure, and tariff protection. These Unionist and Confederate “rival nationalisms” were both expansionist, the Union looking to overtake the continent and the Confederacy eyeing new slave territory in the West, the South and in Cuba. The clash, according to Blackburn, “was thus one of rival empires, as well as competing nationalisms.”

    Foner also places the state in the center of Civil War and Reconstruction history, focusing on how shifting political dynamics shaped the economic and social relations that followed the abolition of slavery. Slavery was a mode of racial domination but also a system of labor that a “distinctive ruling class” was fighting to retain. The “labor question,” and what role the state would play in re-constituting a disciplined and docile labor force after the Civil War became central to the battle between former master and former slave.

    It was Radical Republican Thaddeus Stevens (portrayed by Tommy Lee Jones in Lincoln), Foner points out, who recognized the “hollow victory” that liberation would bring unless accompanied by the “destruction of the land-based political power” of the agrarian ruling classes. In Nothing but Freedom — Emancipation and Its Legacy, Foner reveals some striking similarities between post-emancipation southern politics and similar developments in the Caribbean and Africa. Struggles over immigration, labor laws, taxation, fiscal policy and the definition of property rights “reveal how much of post-emancipation politics was defined by the ‘labor problem.’ In the southern United States, sharecropping became the common solution to an economic struggle whereby resilient planters and large landowners where eventually (after Radical Reconstruction) able to deny blacks access to productive land, capital, and political power.

    If this seems a bit far afield from the central focus of Lincoln, it shows how difficult — how impossible — it is to present complex historical “moments” through film. History is not a series of “moments” but is, as the recently deceased historian E.J. Hobsbawn reminded us, something that surrounds us. “We swim in the past as fish do in water, and cannot escape from it,” Hobsbawm wrote in On History. The historian’s role — from Hobsbawn’s (and Marx’s) point of view — is the examination of how societies transform themselves and how social structures factor in that process.

    Getting history wrong, as Ernest Renan noted over a century ago, is an essential element in the formation of a nation. Historians will continue to inform us about whether Spielberg and Kushner got Lincoln wrong in the service of polishing a national myth. Perhaps it is an unfair criticism to direct at a two and-a-half-hour movie on one of our most important political figures, but this story of emancipation is woefully incomplete. How could it be otherwise?

    Tragedy very often accompanies politics practiced a high level. Has any American President avoided making decisions about the life and death of others? Lincoln was a man able to control his vanity by casting a cold eye upon both the virtues and the corruptions of human beings. He was able to reject cynicism, that reliable psychological shield for feelings of political impotence, and this the movie demonstrates clearly.

    The film succeeds in portraying Lincoln as a political man in Weber’s sense, a man of ambition who was willing to be held responsible for the results of his decisions.

    #lincoln
    #histoire


  • Is This Really the End of Neoliberalism? (2009)
    by DAVID HARVEY

    http://www.counterpunch.org/2009/03/13/is-this-really-the-end-of-neoliberalism

    Does this crisis signal the end of neo-liberalism? My answer is that it depends what you mean by neo-liberalism. My interpretation is that it’s a class project, masked by a lot of neo-liberal rhetoric about individual freedom, liberty, personal responsibility, privatisation and the free market. These were means, however, towards the restoration and consolidation of class power, and that neo-liberal project has been fairly successful.

    One of the basic principles that was set up in the 1970s was that state power should protect financial institutions at all costs. This is the principle that was worked out in New York City crisis in the mid-1970s, and was first defined internationally when Mexico threatened to go bankrupt in 1982. This would have destroyed the New York investment banks, so the US Treasury and the IMF combined to bail Mexico out. But in so doing they mandated austerity for the Mexican population. In other words they protected the banks and destroyed the people, and this has been the standard practice in the IMF ever since. The current bailout is the same old story, one more time, except bigger.

    What happened in the US was that 8 men gave us a 3 page document which pointed a gun at everybody and said ‘give us $700 billion or else’. This to me was like a financial coup, against the government and the population of the US. Which means you’re not going to come out of this crisis with a crisis of the capitalist class; you’re going to come out of this with a far greater consolidation of the capitalist class than there has been in the past. We’re going to end up with four or five major banking institutions in the United States and nothing else. Many on Wall Street are thriving right now. Lazard’s, because it specialises in mergers and acquisitions, is making megabucks. Some people are going to be burned, but overall it’s a massive consolidation of financial power. There’s a great line from Andrew Mellon (US banker, Secretary of the Treasury 1921-32), who said that in a crisis, assets return to their rightful owners. A financial crisis is a way of rationalising what is irrational – for example the immense crash in Asia in 1997-8 resulted in a new model of capitalist development. Disruptions lead to a reconfiguration, a new form of class power. It could go wrong, politically. The bank bailout has been fought over in the US Senate and elsewhere, so the political class may not easily go along – they can put up roadblocks but so far they have caved in and not nationalised the banks.

    But this can lead to a deeper political struggle: there is a strong sense of questioning why are we empowering all the people who got us into this mess. Questions are being asked about Obama’s choice of economic advisers – for example Larry Summers who was Secretary of the Treasury at the key moment when a lot of things started to go really wrong, at the end of the Clinton administration. Why would you now bring in so many of the characters who are pro-Wall Street, pro-finance capital, who did the bidding of finance capital back then? Which is not to say that they aren’t going to redesign the financial architecture because I think they know it’s got to be redesigned, but who are they going to redesign it for? People are really discontented about Obama’s economic team, even in the mainstream press.

    A new state financial architecture is required. I don’t think that all existing institutions like the Bank of International Settlements and even the IMF should be abolished; I think we will need them but they have to be revolutionarily transformed. The big question is who will control them and what their architecture will be. We will need people, experts with some sort of understanding of how those institutions do work and can work. And this is very dangerous because, as we can see right now, when the state looks to see who can understand what is going on in Wall Street, they think only insiders can.

    #néolibéralisme
    #Harvey


  • Frédéric Lordon, La régulation bancaire au pistolet à bouchon

    http://blog.mondediplo.net/2013-02-18-La-regulation-bancaire-au-pistolet-a-bouchon

    Mais au fond de quoi s’agit-il ? Trois fois rien : la race des seigneurs de la finance globalisée a perdu aux alentours de 2 000 milliards de dollars dans l’une des crises les plus retentissantes de l’histoire du capitalisme ; les banques françaises, pas feignantes, ont tenu à figurer dignement et à prendre toute leur part du bouillon. Car, pour toutes ses fanfaronnades, le système bancaire français aurait purement et simplement disparu sans les concours massifs de la Banque centrale européenne (BCE) et les aides d’Etat apportées par véhicules ad hoc interposés [4]. Sans doute les montants mobilisés en France sont-ils moindres qu’aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni — il a fallu tout de même que ces véhicules lèvent 97 milliards d’euros [5] pour nos chères banques. Les banquiers se croient dégagés de tout arriéré au motif qu’ils ont remboursé les aides d’Etat. On leur rappellera donc d’abord que les contribuables français et belges plongent — pour l’heure — de 12 milliards pour le compte de Dexia. On leur rappellera surtout que le remboursement en question ne les exonère de rien du tout, et notamment pas de l’effondrement de croissance qu’ils ont laissé derrière eux, où nous sommes encore pour un moment, avec les dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires qui vont avec.
    Il était question d’historiens à l’instant, gageons qu’un de leurs motifs d’ébahissement tiendra à l’extravagante indulgence dont le groupe social de la finance aura pu jouir relativement à l’ampleur de son pouvoir de destruction avéré. Car cinq ans après le désastre : rien ! — et la « loi de séparation et de régulation bancaire » est à peine mieux que rien. L’idée de départ était pourtant simple : les marchés sont intrinsèquement instables, les activités de marché sont donc intrinsèquement déstabilisantes. Pas seulement pour elles-mêmes mais pour l’économie tout entière quand l’accident franchit des seuils critiques. Par conséquent, de deux choses l’une : ou bien l’on en prend son parti et l’on s’habitue par avance à devoir régulièrement repasser par des épisodes semblables, avec récession et mobilisation du corps social tout entier pour sauver la finance ; ou bien on choisit d’y mettre un terme, c’est-à-dire de cantonner la nuisance au cordon sanitaire. Dans un mélange de candeur et de parfaite sûreté de soi, Frédéric Oudéa, le patron de la Société générale, en effet « pas gêné » (au sens de Karine Berger), a cependant fini par lâcher le morceau en avouant que la loi de « séparation » n’allait le séparer que de 1,5 % du total de ses activités…
    Pour avoir, donc, quelque chose qui ne soit pas rien, il aurait fallu au texte de loi, en dépit de toutes ses dénégations, ne pas se laisser complètement intoxiquer par les jérémiades de l’industrie financière qui jure que chacune de ses opérations, même des plus scabreuses, est une « contribution au financement de l’économie ». Mais les esprits socialistes ont été dévastés par l’idée que le financement par le marché est d’une incontestable modernité — « et donc » toutes les activités connexes qui vont avec : couverture, fourniture de liquidité, financement du shadow banking system etc. Reste 1,5 %.

    #régulation_financière