• Ils ne comprennent... que la mort !
    Si vous regardez les 5 premières minutes de La Douce empoisonneuse, vous penserez, comme moi, que ça ne peut être que du second degré, qu’une pirouette scénaristique va arriver et faire basculer les choses, puisqu’il n’est pas possible de diffuser à la télévision française un film ouvertement raciste, mais aussi discriminatoire envers les gros, les chômeurs, les écologistes, les artistes, les jeunes en général... Mais non, j’ai visionné le film jusqu’à la fin, et la pirouette n’arrive jamais ! Ils ont réussi le tour de force de réaliser et diffuser un film dont pas une seule séquence ne justifie pas le racisme et la haine envers tout ce qui n’est pas blanc, riche et vieux. Un exemple dans le tas d’ordures : lorsque le neveux de l’héroïne (un chômeur) présente son ami -noir- à sa tante en disant « Zacharie, un ami étudiant » celle-ci le dévisage et répond, sceptique : « Il a pas la tête d’un étudiant ! » Ici on pense que la suite va détromper Line Renaud, et que son racisme va être dénoncé : pas du tout. Par la suite, il est montré que, effectivement, le jeune noir s’était inscrit à la fac uniquement pour toucher une bourse, et que ce qu’il aime par dessus tout, c’est ne rien faire de ses journées et taper sur sa copine. La vieille dame va ensuite tuer successivement les trois jeunes gens qui lui veulent tellement de mal (d’abord l’homme noir, puis l’homme obèse, enfin son neveu le chômeur), tout ça sur une bande-originale guillerette. La morale de cette tuerie ? Elle apparaît dans la bouche de l’héroïne à la fin du film : « L’amour ne se décrète pas Charlie. On essaie, on fait des efforts, et puis un jour il faut se rendre à l’évidence : ça ne marche pas. Et ce jour-là on fait tout ce qu’on peut pour se débarrasser de celui qu’on n’est pas parvenu à aimer. » Vous pensiez qu’il n’y avait rien eu de pire à la télé depuis La Journée de la jupe ? Regardez La Douce empoisonneuse : maintenant il ne suffit plus de menacer les « inadaptés » avec une arme, il faut passer à l’action et prendre exemple sur la vieille dame aux yeux bleus, s’en débarrasser une bonne fois pour toute, les exterminer. Ça fait du bien, c’est rigolo, et puis crotte, on n’a qu’une vie après tout !
    Ce téléfilm a été diffusé vendredi soir sur... Arte !!!!
    Il est encore visionnaire dans son intégralité sur Arte + 7 http://www.arte.tv/guide/fr/050720-000/la-douce-empoisonneuse
    #Ladouceempoisonneuse #racisme #Arte #lahonte


    • Écrite par Chloé Fraisse, sœur de Rémi Fraisse, mort le 26 octobre 2014, suite au lancer d’une grenade offensive par un gendarme. Amal Bentounsi, sœur de Amine Bentounsi mort d’une balle dans le dos le 21 avril 2012, et Farid El Yamni, frère de Wissam El Yamni, mort le 1er janvier 2012 de suite de violences portées par 25 policiers, sont co-auteurs de Permis de tuer (éd. Syllepse, 2014). Raymond Gurême, 89 ans, rescapé des camps de la mort, qui a porté plainte pour violences policières survenus à son domicile en septembre 2014.

      #impunité_policière