SPIP

SPIP un jour, SPIP toujours ... Une part de manuel, une part de totomatique sur ce compte de short-blogging.

  • Mozilla lance Fluent 1.0 pour révolutionner la localisation des logiciels
    https://blog.mozilla.org/press-fr/2019/04/17/mozilla-lance-fluent-1-0-pour-revolutionner-la-localisation-des-logici

    Mozilla propose en open source un système évolué de traduction (« localisation ») des chaînes de langue d’un logiciel/d’une appli web :

    Fluent permet de s’adapter à la grammaire et au style d’autres langues, indépendamment de la langue source. Cela permet aux développeurs d’écrire du code agnostique du langage et aux localisateurs de réaliser des traductions naturelles plus rapidement et plus facilement.

    Système basé sur des fichiers au format FTL :

    FTL is a localization file format used for describing translation resources. FTL stands for Fluent Translation List.
    FTL is designed to be simple to read, but at the same time allows to represent complex concepts from natural languages like gender, plurals, conjugations, and others.

    Quelques ressources pour Fluent :
    – la page du projet Fluent : https://projectfluent.org
    – le guide de l’utilisateur de Fluent : https://projectfluent.org/fluent/guide
    – un exemple d’implémentation pour javascript : https://github.com/projectfluent/fluent.js

    Il ne semble (malheureusement) pas (encore ?) exister d’implémentation PHP...

    En parallèle pour simplifier le boulot des traducteurs.trices Mozilla propose un outil WYSIWYG de gestion des traductions : Pontoon
    – présentation de Pontoon : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Mozilla/Localization/Localiser_avec_Pontoon
    – un bac à sable pour prendre en main/tester Pontoon : https://pontoon.mozilla.org/fr/tutorial/playground/?string=189479
    – intégrer Pontoon à un projet : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Mozilla/Implementer_Pontoon_sur_un_projet_Mozilla
    – la doc officielle (en anglais) : https://mozilla-pontoon.readthedocs.io/en/latest

    #traduction #localisation #fluent #pontoon #mozilla #open_source #SPIP


  • Tiens, je retrouve un vieux mail que j’avais envoyé à Lazuly et Lefayot, le 24 février 2002. À l’époque, occupé au développement de SPIP, j’avais commencé à bidouiller un outil pour – j’imaginais – ne pas rester dans les structures de base de données de SPIP. Ça s’appelait « SADE » (Système Automatisé de Développement et d’Édition), apparemment il y avait un vague bout de code sur Rezo. Si je me souviens bien, il s’agissait tout de même de livrer une structure « à la SPIP » dans un système qui permettrait de faire n’importe quoi. Oh. Évidemment c’était prétentieux et imbitable, et c’est mort né.

    ==========

    Salut Yann et Jean-Charles,

    Quelques infos sur SADE (Système Automatisé de Développement et d’Édition)... Comme j’ai réussi à endormir JC en lui présentant le système, je vous envois cette première explication.

    La version en développement est visible à l’adresse : http://rezo.net/~arno/sade

    c’est évidemment très loin d’être complet, ni fonctionnel... Ni même optimisé, ça te pond de la requête mySQL par packs de douze.

    L’idée générale :
    – d’un côté, essayer de conserver, pour le rédacteur et les responsables (l’équivalent des admins de SPIP), la facilité d’utilisation de SPIP. Une fois le truc installé, on doit obtenir l’évidence et la cohérence de l’interface SPIP ;
    – de l’autre, avoir une souplesse la plus grande possible pour la structure du site. C’est-à-dire que celui qui installe et gère le site devrait pouvoir réaliser quasiment n’importe quel type de site de contenu. C’est la différence fondamentale avec SPIP.

    Principe des objets et des éléments
    –-------

    Lorsqu’on définit son site, on n’a pas une structure imposée (comme SPIP et autres nukeries), il faut dire ce qu’il y aura dans son site. La base de ce système est celui d’objets constitués d’éléments. Dans l’interface actuelle, c’est dans "Structure et droits". (À terme, je prévois une interface d’upload de structures "toutes faites".)

    Il faut créer un objet. Un "objet" est une notion éditoriale, et non technique. Par exemple, l’objet "Rubriques", "Articles" (façon SPIP), ou bien "Film", "Personne"...

    Une fois un objet créé, il faut définir de quoi il se compose, c’est-à-dire donner les éléments constitutifs. Par exemple, pour l’objet "Articles", les éléments :
    – surtitre
    – titre
    – soustitre
    – date
    – chapeau
    – logo
    – texte
    – ps
    – grand_logo

    Chaque élément est d’un type particulier, ce qui permettra de fabriquer l’interface graphique pour les gérer. "Une ligne" pour un texte d’une ligne (surtitre, titre...), "un paragraphe" (pour le chapeau), "texte long" (pour le texte), "logo" pour un logo (c’est-à-dire avec gestion du survol), "url", "email", etc.

    Avec la liste des éléments, on trouve :
    – une flèche verte, qui permet de modifier l’ordre des éléments (le surtitre doit être avant le titre, donc si on l’a créé après, on peut le faire remonter dans l’ordre) ;
    – une petite étoile jaune, qui permet de définir quel est l’élément principal de l’objet. Généralement, on l’attribue au "Titre" de l’objet. Unique utilité : dans la navigation de l’interface privée, c’est cet élément principal qui sera utilisé pour la navigation ("lire l’article ’Mon premier article’")

    Le second truc très important des objets, ce sont les liens de dépendance. C’est plutôt logique : une rubrique dépend d’une autre rubrique, un article dépend d’une rubrique, etc. Avec l’option qu’un lien peut être obligatoire, et/ou unique (par exemple, façon SPIP, une rubrique dépend d’une unique rubrique, mais ce lien n’est pas obligatoire, car certaines rubriques peuvent être des "entrées" dans le site ; en revanche, un article dépent obligatoirement d’une unique rubrique...). La particularité, c’est qu’il s’agit d’un lien de dépendance, et non d’un lien direct dans les deux sens : c’est bien un article qui dépend d’une rubrique, et non le contraire ; c’est ce qui permettra, dans l’espace privé, de faire une interface logique (on pourra créer un article depuis une rubrique, mais non l’inverse ; l’inverse, ce sera qu’on peut sélectionner une rubrique depuis un article).

    Toujours dans ces liens, il est possible de faire un lien d’un objet à un autre, en fonction d’un troisième objet. Utilisation rare. Par exemple : je fais image movie database : je fais un objet "Films", un objet "Personnes", et un objet "Métiers du cinéma". Je fabrique, dans "Films", le lien suivant : Film dépend de Personnes en fonction de Métiers. Ainsi je peux indiquer dans tel film que "Jess Franco" est "réalisateur" du film, qu’il est "acteur" du même film...

    Gestion des droits
    –-------

    De plus, il devrait y avoir une gestion des droits très précise. Dans "Gérer les droits et les statuts", on peut créer :
    – des statuts des participants (admin, responsable, rédacteur...),
    – des statuts des documents (en cours de rédaction, proposé, publié, refusé...). Et à cet endroit, on définit les concordances par défaut de ces deux types de statuts. Par exemple, un "rédacteur" peut créer, modifier ses propres articles, mais pas quand ils sont publiés, etc.

    Ensuite, pour chaque objet précis, on peut modifier et affiner ces droits. Par exemple, les "rédacteurs" ne peuvent pas du tout toucher aux "rubriques".

    *******

    Une fois cette structure définie, on peut passer à "Naviguer et rédiger", qui est l’interface de rédaction similaire à celle de SPIP, mais cette fois-ci identique pour chaque objet, en fonction des éléments configurés précédemment. Pour l’instant, la version actuelle permet de créer des "documents", mais pas de lier.

    –> Par "document", j’entends un nouvel élément sur le modèle d’un objet. Par exemple, un nouvel article du type de l’objet "Articles".

    Gros manque pour l’instant, ça ne gère pas les liens entre les documents…

    ******

    Enfin, pour la partie publique, même système de squelettes, avec boucles et pseudo-tags, comme SPIP. Sans doute un poil plus élaboré...

    Ah oui : je prévois également un générateur automatique de squelettes par défaut, histoire de pouvoir commencer son site sans douleur...

    ***************
    ***************

    Enfin, la plus grosse différence de SADE avec SPIP et autres nukeries, c’est que la base de données n’a pas du tout la même structure que la structure éditoriale. Il n’existe pas une nouvelle table pour chaque objet (pas de "spip_articles" pour gérer les ARTICLES...) ni de nouvelle colonne de table pour chaque élément (pas d’entrée "surtitre" dans un "spip_articles").

    Il y a :

    – sade_objets où l’on stocke "ARTICLES", "RUBRIQUES"..., c’est-à-dire la définition générale des objets ;
    – sade_elements où l’on stocke tous les éléments des objets ; évidemment, chaque "élément" dépend d’un id_objet de sade_objets, pour savoir qu’il s’agit du TITRE lié à ARTICLES, ou du TITRE lié à RUBRIQUES ;
    – sade_liens_objets où l’on stocke les liens de dépendance entre les objets.

    Ces trois tables gèrent donc la structure du site. Quand j’ajoute un objet "FILMS", je ne créé donc pas une nouvelle table "sade_films", je me contente d’ajouter une ligne "FILMS" dans sade_objets, puis de définir ses éléments et ses liens dans les deux autres tables.

    Les tables : sade_statut_doc, sade_statut_redac, sade_lien_statut_defaut, sade_lien_statut_objet... définissent la gestion des droits.

    Le stockage de l’information éditoriale, elle, se fait dans les tables :

    – sade_documents table qui ne contient pas beaucoup d’informations, presque uniquement un id_document associé à un id_objet (j’ai créé un nouveau document associé à l’objet ARTICLES) ;

    – sade_contenus c’est là qu’est réellement stockée l’information éditoriale (dans un champ "long text"). Il y a un id_contenu différent pour chaque élément du document. Donc c’est lié à un id_document et à un id_element (ceci est le contenu du titre du document) ; histoire d’optimiser les requêtes, je stocke l’élément déduit : id_objet.

    – sade_liens c’est l’équivalent du précédent, mais pour la gestion des liens de dépendance. Là, évidemment, je ne stocke plus des id_objet (parent, enfant...) comme dans sade_liens_objets, mais directement des id_document (le document-article tant dépend du document-rubrique tant).

    L’avantage de cette méthode, c’est :

    – que la structure de la base est invariable. On se contente d’ajouter des lignes, et non de créer des tables et des colonnes pour chaque type d’objet ;
    – que certaines opérations seront très simples à implémenter (genre l’indexation du moteur de recherche sera vachement souple et puissance) ;

    – qu’on ne dépend absolument plus des noms de objets et des éléments (si mon "ARTICLES" se transforme en "ITEMS", on s’en fout, on travaille sur les id_objet).

    Evidemment, sur le fait qu’on peut construire sa propre structure de site, les avantages sont énormes :
    – personne ne demandera à ce qu’on lui ajoute tel "champ" dans les articles et autres,
    – la critique "on ne peut pas ajouter ses propres modules" sera largement invalidée par le fait que la plupart des modules deviennent totalement inutiles (il suffit de faire la structure de site qui va bien) ;
    – absolument tout se développe de manière unique. Il n’y a plus à prévoir des machins exotiques pour les rubriques, d’autres pour les brèves, se demander s’il faut un logo pour les types de mots-clés... c’est le webmestre qui définit sa structure, point.

    Inconvénients :
    – pour l’instant, ça te pond de la requête mySQL au kilomètre ; j’ai déjà beaucoup d’idées pour optimiser à mort, m’enfin rien ne presse ;
    – une fois optimisées, les requêtes vont avoir une tronche terrible ;
    – découlant des deux remarques précédentes : est-ce que ça tiendra lacharge ?
    – comme tous les objets sont gérés de manière identique, il va falloir trouver toutes les méthodes permettant de retrouver une interface graphique claire et évidente comme SPIP ; ça, c’est pas gagné, mais je crois qu’il y a moyen de plutôt bien s’en sortir, même si on n’arrivera jamais à ce niveau d’intégration ;
    – puisque c’est très souple, on va se bouffer des tonnes de sites mal branlés ! C’est l’un des gros avantages de SPIP : comme c’est figé, les sites sont forcément bien structurés, avec une navigation forcément logique. A partir du moment où l’on peut réaliser n’importe quoi, on va avoir des sites totalement imbitables (et comme toujours : c’est la faute au programme :-))

    ******

    Bon, c’est juste un tout début, hein. Faut beaucoup d’imagination pour l’instant :-))

    ARNO*


  • Quels CMS pour créer son site vitrine (et se passer de WordPress) - ZDNet
    https://www.zdnet.fr/actualites/quels-cms-pour-creer-son-site-vitrine-et-se-passer-de-wordpress-39883697.htm

    oO un article de zdnet qui cause de SPIP et même pas en mal, vous y croyez ?

    SPIP, pour privilégier le contenu

    Vous souhaitez un service extrêmement simple avec relativement peu de maintenance ? Penchez-vous sur SPIP. Utilisé à l’origine pour la publication de journaux en ligne (c’est toujours le cas pour le Monde diplomatique ou Reporterre), il convient parfaitement à la création d’un blog pour faire connaître votre activité ou l’actualité de votre secteur. A noter que la partie Webmestres du site SPIP est particulièrement bien faite si vous avez besoin d’aide pour construire votre site.

    #spip_blog


  • Hello #SPIP : j’aimerais bien avoir la possibilité, dans les forums publics de SPIP, de joindre plusieurs documents à un message. Or, de ce que je vois, on ne peut poster qu’un seul document avec un message.

    Est-ce qu’il y a un plugin quelque part qui permet de joindre plusieurs documents et/ou images lorsqu’on poste un message ?


  • Le non-recours à la Couverture maladie universelle Complémentaire - ODENORE_Non-recours_CMUC_2016.pdf
    https://www.cmu.fr/fichier-utilisateur/fichiers/ODENORE_Non-recours_CMUC_2016.pdf

    De nombreuses études attestent de la persistance du phénomène de non-recours à une complémentaire santé et de ses incidences sur l’#accès_aux_soins. Pour autant elles n’éclairent pas spécifiquement les raisons du non-recours à la CMU-C en particulier. Elles ne permettent pas de savoir si les personnes sans complémentaire santé seraient éligibles à la CMU-C, ni a fortiori d’expliquer pourquoi les personnes sans complémentaire santé et éligibles à la CMU-C ne recourent pas à ce dispositif.

    J’ai quelques pistes : humiliations à répétition, rendez-vous multiples inutiles, dossier sous la pile, 5 mois pour traiter un dossier, pas du tout au courant du statut d’auteur et lorsqu’on est propriétaire de son logement les revenus annuels sont gonflés de 1410€
    Je ne vois là qu’une volonté politique et administrative de mener une #guerre_aux_pauvres pour empêcher les personnes d’accéder à leurs droits.

    • Tiens la semaine dernière j’ai revu l’excellente conf gesticulée de Leila (qui est à Marseille maintenant) sur la CAF et le non recours au RSA, que j’avais vu à ses tous débuts ici. C’est sensiblement les mêmes raisons pour la CMU.

      Dossier compliqué, mauvaise information des conseillers, les gens qui connaissent pas, ceux qui connaissent qui pensent que c’est pas pour eux, ceux qui savent que ça peut être pour eux mais qui refusent parce qu’ils pensent ne pas en avoir besoin (le mécanisme qui fait que plein de pauvres se pensent classe moyenne), etc etc. Je m’étais promis de prendre des notes cette fois, et j’ai encore laché par fatigue (j’avais pas assez dormi la veille et je somnolais). C’est dommage parce que ya vraiment plein d’infos dans sa conf.

    • @rastapopoulos, certes, très souvent les personnes ne réclament jamais leurs droits parce qu’elles ont bien intégré qu’elles sont des #riens et être un rien c’est disparaitre de la société même si tous les jours elles versent 20% de leurs dépenses à l’Etat. Et on les tient pour responsables de ne pas avoir demandé leurs droits.
      Ici, je voudrais insister sur les barrages qui sont renforcés depuis peu par les administrations d’aides sociales diverses (CAF, Chômage, Sécu, RSA, CMU etc) pour empêcher l’accès aux droits et infantiliser un peu plus le demandeur pour le faire renoncer.
      Pour te montrer à quel point tout est organisé en vue d’alimenter les mutuelles privées : Avec l’annonce de refus de la CMU la sécu envoie l’imitation d’un chèque au nom de l’assuré et des personnes à sa charge sur lequel il est marqué en majuscules « ne pas découper, ceci n’est pas un chèque bancaire » (ce n’est pas un gag) mais c’est une aide financière à donner à la mutuelle qui va en fait coûter au bénéficiaire près de 3 fois cette somme. Cela ressemble aux dépliants publicitaires et c’est parfaitement mensonger et scandaleux de pousser ainsi à la consommation avec de faux points bonus dans le dédale des assureurs de santé.
      Franchement, pour obtenir ses droits aujourd’hui, il faut avoir zéro sous et être dans les rails du salariat, car ces administrations d’aides sociales refusent de reconnaitre d’autres régimes comme celui des indépendants et auteurs (comme je le soulignais) ce qui s’apparente à une violence discriminatoire.
      Mais il faut aussi beaucoup de courage, énormément de temps, pouvoir se déplacer plusieurs fois, être procédurier et tout photocopier et noter, il faut parler et écrire le français, savoir argumenter et entrer dans une spirale défensive qui est contraire à la demande initiale. Car il faut des compétences que beaucoup de précaires n’ont pas, ou plus, parce que le manque de confiance ou la dépression qui accompagne souvent leur #précarité les rend encore plus vulnérables et dans l’incapacité de se battre face à ses monstruosités.
      C’est la mise en place de ce système #inhumain et #pourri qui fait la part belle aux #assureurs que je dénonce.

      Et si il y a un juriste dans la salle, je suis preneuse, je pense que les griefs réunis sont suffisants pour attaquer en justice.

      #santé #capitalisme

    • justement un des principaux points de la conf de Leila c’est que le non recours pourrait déjà dans une immeeeense partie des cas être totalement évité car ce n’est PAS aux gens de réclamer leurs droits : l’État et/ou les services délégués (CAF etc) a déjà la possibilité de connaitre la situation de la majorité des gens, y compris pas la situation de 2 ans avant mais celle de l’année en cours. Et donc ces droits devraient être automatiques, comme l’était la prime pour l’emploi avant (transformée en prime d’activité qu’il faut demander comme le RSA tous les 3 mois en actualisant sa situation).

      Et dans tous les cas, les différents sites (internet et physiques) ne donnent pas des informations faciles et même parfois n’ont pas les infos tout court.

      Après la conf je réfléchissais avec une syndiquée CGT de la CAF d’ici, si yorait pas moyen de monter un site communautaire autour de ça pour agréger les forces. Je veux dire, l’idée n’était pas de monter un site qui va tout résoudre (solutionnisme, ya plein de gens qui vont pas trouver l’info par internet), mais vraiment une communauté, avec des infos et outils en ligne mais pas que. Car actuellement il y a des assocs ou syndicats mais uniquement plein de petits projets locaux qui aident les gens pour le RSA, la CMU etc, et chacun y va de son flyer, de son petit livret de documentation. Mais ça pourrait être bien un site national qui agrège et présente ergonomiquement et lisiblement tous les trucs utiles ET qui propose des PDF à imprimer aussi pour les assocs locales, ET qui permet aux divers groupes locaux de mettre à jour le contenu suivant les lois qui changent et de se coordonner. Bref, pas un site mais une communauté nationale contre le non-recours.

      L’idée aussi est que les syndicats et autres doivent continuer de changer les choses en interne, de faire pression pour changer les lois, mais dans le même temps : construire un truc parallèle qui aide vraiment les gens tant que les canaux officiels ne les aident pas.

      Bref on a gardé contact, au départ c’était autour de la CAF (28 prestations existantes !) mais au final on s’est dit que ça devrait aussi regrouper la Sécu, et peut-être pôle emploi…
      À garder en tête, franchement ça serait un sacré truc à faire (mais c’est un boulot humain énorme !).

    • C’est pas les idées qui manquent, c’est le temps l’énergie et l’argent et vouloir regarder ce qu’il se passe vraiment politiquement aujourd’hui.
      Je suis fatiguée du militantisme de l’information en mode yaka fokon quand la guerre économique s’abat pour précariser la population.
      Même en me penchant sur mon cas personnel qui est finalement un cas que je connais assez bien ;-) je suis bien incapable de trouver quels sont les algorithmes utilisés, les logiques ou les méthodes pour faire les calculs qui cracheront à ta gueule quelques sous de survie. Et quand j’arrive à comprendre à peu près (on dirait du windows où il faut deviner le code) les cartes sont de nouveau mélangées, de nouvelles règles inscrites que même les fonctionnaires ignorent. On peut te demander une fiche sur l’honneur qui te retarde de 3 mois pour affirmer que tes enfants ne touchent pas de bourse alors que même si c’est le cas, cela n’est pas comptabilisé en ressources dans leur saloperie de décompte, ajoute les rendez-vous à reprendre, la queue à refaire etc.
      Alors oui, pourquoi pas hein, faire un site où il faudra changer tous les paradigmes constamment pour aider réellement, car dans le cas contraire ça foutra plus les gens dans la merde.

    • Pour info (découvert par hasard) :

      Le renouvellement de la CMU-C devient automatique pour les bénéficiaires du RSA | ameli.fr | Assuré
      https://www.ameli.fr/assure/actualites/le-renouvellement-de-la-cmu-c-devient-automatique-pour-les-beneficiaires-du-rs

      Le renouvellement de la CMU-C devient automatique pour les bénéficiaires du RSA
      04 avril 2019

      Le renouvellement de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) pour les allocataires du revenu de solidarité active (RSA) est devenu automatique le 1er avril 2019. Cette mesure a pour but d’améliorer l’accès aux droits et de simplifier les démarches des assurés.

      Désormais, les allocataires du RSA sont dispensés d’effectuer une nouvelle demande de CMU-C chaque année. Il faut toujours faire la première demande de CMU-C. Mais, une fois le droit attribué, la CMU-C est désormais prolongée d’un an, sans démarche spécifique de la part de l’assuré. Cette prolongation automatique a lieu tous les ans tant que l’assuré continue de percevoir le RSA.

      Chaque année, les allocataires du RSA recevront, environ 2 mois avant l’échéance de leur droit, un courrier les informant de leur situation. Ils seront invités à mettre à jour leur carte Vitale et leur nouvelle attestation de droit leur sera communiquée.

      Cette mesure de simplification concerne aujourd’hui environ 670 000 foyers.

    • Sinon, + 1 avec @rastapopoulos pour un "Gisti" des droits et du non-recours, au moins pour leur site web (https://www.gisti.org - et merci @spip ! @fil est crédité alors le merci est aussi pour toi) mais je pense également à toute leur super documentation, mais ne pas oublier que ça s’appuie sur beaucoup d’expérience, de travail de terrain/juridique et bénévole.
      + 1 avec @touti pour les changements perpétuels et inaccessibles pour les pauvres, suivant les évolutions intempestives des non-droits des sans-pap’ (Ceseda).

      En songeant à une plateforme, qui ici pour regrouper dans un fil "méta" tous les sites/blogs/forums (je pense notamment à celui consacré à Pôle emploi de « Recours radiation », http://www.recours-radiation.fr, malheureusement en pause pour une durée indéterminée depuis novembre 2018) voire les articles, billets et autres threads ?

      (d’ailleurs, @intempestive, ça va ? elle va ? Je sais bien qu’il y a une vie en dehors de seenthis, et peut-être des livres à écrire, mais bon, on a le droit de s’inquiéter un peu.)

    • J’envoie toujours un mot aux services, et notamment aux groupes politiques dans le cas de collectivités, pour leur signaler les pièces inutiles qui sont demandées. Inutiles car redondantes ou sans intérêt au vu des critères d’attribution. On avait parlé avec @tetue de cette manie de trop demander. Ceci dit, dans beaucoup de cas le non recours est une subvention que font les plus fragiles à la collectivité qui leur marche sur la gueule. Et elle est trop bien budgétisée pour que ça change.

    • Évidemment pour les changements perpétuels, mais c’est bien pour ça que je précisais plusieurs fois que le but n’est pas de monter « un site d’information » mais bien une communauté, une fédération d’associations/syndicats.

      Ce boulot il est en partie déjà fait, ce temps il est déjà passé : il y a « plein » de gens syndiqués en interne, il reste quelques gens qui pensaient vraiment faire ce métier pour aider les autres, qui connaissent pas 100% mais quand même une bonne partie des évolutions, et il y a aussi déjà des assocs locales qui font ce boulot (Leila montrait un livret d’aide fait par « Les CAF’teurs » à Montreuil) de terrain, d’aider les gens là où ils sont. Qui produisent des livrets donc, qui font des permanences pour remplir les formulaires avec les gens et faire les lettres de relance. Tout ça existe déjà.

      Mais justement ya pas d’entraide et chaque petite assoc locale ou syndicat fait ce boulot d’aide dans son coin sans mutualiser à l’échelle nationale alors que ce ne sont justement que des droits nationaux pour le coup. Et c’est justement pas à chacun⋅e de connaitre son cas personnel et de deviner les algorithmes, ya des gens en internes qui connaissent les calculs et c’est à eux de les rendre public et de les mettre à jour, de l’opendata par le bas quoi.

      Comme je l’ai déjà dit plus haut, évidemment qu’il faut des changements politiques, et évidemment qu’il faut continuer de se battre, de faire pression pour que les lois changent, d’en haut. Mais le fait est que ça ne marche pas des masses ces derniers temps. Et donc dans le même temps, d’en bas il faut arriver à faire ce boulot de service public, ne pas attendre à l’infini des institutions, mais faire ce travail d’aide qui n’est plus fait (ou plutôt : coordonner à l’échelle nationale ce boulot d’aide qui est déjà fait).


  • Fun bug avec SPIP : dans un pavé de navigation sur un site en développement, je me rends compte que les liens sur les titres des articles mènent vers des adresses toutes identiques :

    spip.php?page=artice&id_artice=0

    Tiens, qu’est-ce que c’est que cet id_article qui reste à zéro ?

    Et tout ça parce que mon raccourci était :

    <a href="#URL_ARTICE">

    Sans le « L » de « ARTICLE »…


  • Integration d’un systeme d’icone lightweight (sprite SVG) et accessible (texte alternatif aria possible) base sur https://danklammer.com/bytesize-icons
    #ICON{search,icon-lg,Rechercher}

    Le jeu d’icone est personalisable, il suffit
    define('_ICON_SPRITE_SVG_FILE', 'chemin vers le sprite svg');
    et de definir sa fonction filtre_icone_ancre_from_name($name){} pour faire correspondre les ancres dans le sprite avec les petits noms d’icone (quitte a renommer/etendre)

    + une feuille de style icons.css qu’il peut etre utile de personaliser si on change le jeu d’icone

    (BootStrap ayant change puis abandonne la famille d’icones fournie par defaut, on trace donc notre route)

    https://zone.spip.net/trac/spip-zone/changeset/114892

    #spip #zcore topito :)



  • SPIP : Mise à jour CRITIQUE de sécurité
    https://www.domainepublic.net/SPIP-Mise-a-jour-CRITIQUE-de-securite.html

    Une faille CRITIQUE a été découverte récemment sous SPIP, permettant l’exécution de code arbitraire par les visiteurs identifiés. Elle touche les versions SPIP 3.1 ( inférieure à la 3.1.10) et les versions SPIP 3.2 ( inférieure à la 3.2.4) , et impacte tous les sites utilisant ces versions. Les versions SPIP 3.0 et antérieures ne sont pas concernées par ce problème. Il est impératif de mettre à jour votre site SPIP dès que possible. L’équipe remercie Guillaume Fahrner pour l’identification et le (...)

    #Logiciels_Libres



  • Avec Diala on vient de réaliser le nouveau site de l’Ihédate (Institut des hautes études d’aménagement des territoires) :
    https://ihedate.org

    #shameless_autopromo donc, sous #SPIP évidemment.

    Le site est essentiellement consitué de #longforms pour les entrées principales, permettant de présenter les informations institutionnelles comme des pages longues, rythmées par de grandes images qui se fondent dans le texte, et avec des maquettes multiples (1 colonne, 1 colonne large, 2 colonnes, 3 ou 4…). Rythmer par la présence d’images de différents formats (prévisualisation de vidéos, visages dans des cercles, petits logos vectoriels animés…). Par exemple :
    https://ihedate.org
    https://ihedate.org/l-ihedate
    https://ihedate.org/le-cycle-annuel

    On a créé une petite collection de « raccourcis » (des modèles SPIP) pour gérer certaines informations, dans ces longues pages, de manière semi-automatique : l’affichage de l’agenda, des liens vers des articles et des rubriques, des petits raccourcis « auteur » avec leur trombine, le dernier article de telle rubrique avec un visuel ou un PDF, un « témoignage » d’un ancien…

    Il y a par ailleurs plusieurs pages ave des développements spécifiques, comme par exemple l’« annuaire des auditeurs » qui, outre un moteur de recherche, affiche les régions françaises avec, directement tiré de la base de données, le nombre d’anciens pour chaque région :
    https://ihedate.org/l-annuaire-des-auditeurs

    Et évidemment, des « articles » très classiques au sens de SPIP (un article sur une page…), mais avec une maquette de texte un peu « moderne » (une seule colonne, « gros » texte, grandes images qui « sortent » de la colonne de texte, responsive…) :
    https://ihedate.org/la-fin-de-la-paix-territoriale

    La principale originalité du site est de gérer des publications publiques et à accès réservé, alors qu’auparavant c’était réalisé sur deux sites séparés (il existait le site public officiel, et un site dédié aux annonces protégées par mot de passe). De fait, il y a pas mal de subtilités pour gérer ça. Techniquement c’est amusant : ici on affiche par exemple les liens quand on n’est pas identifié, mais les liens ouvrent le formulaire d’identification. Au niveau du workflow, ça a demandé un peu de réflexion pour que ce soit facile à gérer et qu’on évite les erreurs « humaines » dans la gestion des documents publics/privés.

    Une partie centrale, c’est la publication des programmes des « cycles annuels » :
    https://ihedate.org/cycle-2019-geographies-de-l-argent
    Il y a là toute une gestion de ce qui est public et ce qui est privé (les visiteurs identifiés ont accès au détail de chaque session, avec éventuellement l’accès aux vidéos de chaque conférence). C’est l’aspect le plus complexe dans la réalisation de ce site.

    Plus simple à gérer, mais avec des petites spécificités : la « médiathèque » présente les documents et les vidéos en accès libre
    https://ihedate.org/les-documents-en-acces-libre

    Travail un peu original sur les « pages des auteurs », où il faut gérer les accès publics et privés :
    https://ihedate.org/marchandise-jacques-francois

    Non visible par le grand public, on a développé toute une gestion des promotions et des « auditeurs » :
    https://ihedate.org/toutes-les-promotions
    Chaque personne (ainsi que les administrateurs évidemment) peut modifier ses informations personnelles et décider de partager chaque information avec les autres auditeurs ou non (formulaires spécifiques donc pour gérer adresses et téléphones perso et professionnels).

    Par ailleurs on a conçu un « espace collaboratif », sous forme de forums structurés (par cycles annuels et par thèmes) pour permettre les échanges d’information (tout à est privé). Les forums eux, sont des forums SPIP. L’originalité est de déterminer le forum principal de chaque personne (en fonction de son année de participation à un cycle), et de permettre la participation ou non à chaque thème (on peut voir tous les « thèmes », mais on ne peut participer qu’en « s’abonnant » à ce thème, auquel cas on verra dans son propre espace personnel les derniers messages qui s’y rattachent.

    Un aspect technique intéressant, c’est qu’on a récupéré le contenu des deux sites précédents (public et privé), ainsi que leurs bases d’auteurs, de « visiteurs identifiés », de documents, de mots-clés, etc., et qu’il a fallu fusionner ces différentes sources. Ça a été assez coton à faire, avec différentes « moulinettes » pour tenter de recoller des sources hétérogènes. Mais du coup, on a tout récupéré, et ça fait énormément d’informations qu’il n’y a pas eu besoin de ressaisir.

    Pour le détail : les vidéos sont intégrées dans les articles, depuis des années, directement en iframe en HTML, et évidemment ce n’est pas nativement responsive. Du coup j’ai développé des petits outils PHP pour transformer ces codes dans les articles en codes responsive. Et aussi pour « extraire » la vignette de la vidéo pourtant intégrée directement en HTML dans l’article, pour fabriquer les vignettes de navigation de ces articles (voir la médiathèque).


  • #Sursaut_citoyen

    Nous sommes des citoyen.ne.s. Français.e.s ou non. Bénévoles ou salarié.e.s. Grands-parents ou étudiant.e.s. Toutes et tous engagé.e.s auprès des migrant.e.s et réfugié.e.s arrivé.e.s en France, dans des associations*, des collectifs citoyens*, des collectifs de voisins*, formels ou informels, ou parfois même individuellement.

    Venant d’horizons variés, nous avons choisi de nous réunir car nous avons été confronté.e.s à ce double constat :

    Les frontières se ferment, piétinant de plus en plus les idéaux de solidarité ; des personnes qui fuient la guerre ou la misère se retrouvent affamées, laissées pour compte, abandonnées dans nos rues : à Paris, Nantes, Dijon et dans bien d’autres villes encore.
    Malgré un discours politique de fermeture et de sécurité, largement repris par les médias, qui lie chaque jour un peu plus délinquance et migrants, terrorisme et migrants, chômage et migrants, la solidarité citoyenne s’organise. Des Hauts-de-France à la vallée de la Roya, des centaines d’initiatives citoyennes ont émergé de manière spontanée.

    À nous tous, associations de solidarité avec les migrant.e.s et initiatives citoyennes, une alliance s’imposait donc pour combattre ensemble, des discours et des politiques migratoires inacceptables et honteux. Réuni.e.s régulièrement depuis le mois de novembre 2016, nous avons décidé de construire une cartographie pour recenser ces initiatives et atteindre un triple objectif :

    mieux connecter les militants entre eux, se faire connaître les uns et des autres ;
    être un outil d’information au service des personnes ayant des besoins de formation, d’accompagnement juridique, de soins médicaux, etc. ;
    rendre visible cette solidarité et montrer que nous sommes la preuve qu’une autre France existe, accueillante et mobilisée aux côtés des migrant.e.s…

    Appeler à un sursaut citoyen, c’est grossir les rangs de ces initiatives partout en France qui ne se voient pas, ne se connaissent pas et sont pourtant une vraie source de réenchantement. C’est faire en sorte qu’elles deviennent l’affaire et l’histoire de chacune et de chacun. C’est oser clamer haut et fort qu’accueillir des migrants ne pose aucun problème, sauf aux tenants d’une politique et d’une administration de plus en plus xénophobes. C’est montrer que nous, citoyens, avons une autre idée de la France, que nous voulons solidaire, accueillante, ouverte.

    Compliquer la vie de quelques milliers de personnes qui ont déjà des parcours de vie douloureux est une erreur que nous œuvrons à corriger.
    Nous sommes des millions, nos actes et ce qu’ils posent comme vision de la France, doivent être pleinement pris en considération par les futur.e.s élu.e.s de la République, président.e et parlementaires !


    https://sursaut-citoyen.org
    #France #migrations #asile #réfugiés #solidarité #initiatives_citoyennes #cartographie #visualisation



  • Guide to Web Authentication
    https://webauthn.guide

    The Web Authentication API (also known as WebAuthn) is a specification written by the W3C and FIDO, with the participation of Google, Mozilla, Microsoft, Yubico, and others. The API allows servers to register and authenticate users using public key cryptography instead of a password.

    Système d’authentification basé sur une clé publique/privée et non plus sur un mot de passe (enfin !). Reste quand même le problème du stockage de la clé privée et son transfert entre les différents terminaux d’un utilisateur...
    Prévu pour permettre la fédération d’identité côté utilisateur, c’est potentiellement le futur pour l’authentification web (?) Reste à savoir si les grandes plate-forme et les utilisateurs vont s’en emparer ou si ça ne sera qu’une tentative de plus (comme le moribond OpenID par ex)...

    Voir aussi :
    – la doc de l’API sur MDN (en anglais) : https://developer.mozilla.org/en-US/docs/Web/API/Web_Authentication_API
    – une démo jouable (POC) avec code source et débogueur : https://webauthn.org
    – une implémentation javascript + node.js : https://github.com/fido-alliance/webauthn-demo avec un explication détaillée : https://slides.com/fidoalliance/jan-2018-fido-seminar-webauthn-tutorial#/25

    – la recommandation du W3C : https://www.w3.org/TR/webauthn
    – la compatibilité des navigateurs : https://www.caniuse.com/#feat=webauthn

    #WebAuthn #authentification #API #openid #SPIP #web_dev #auth


  • Guzzle, PHP HTTP client — Guzzle Documentation
    http://docs.guzzlephp.org/en/stable

    Guzzle is a PHP HTTP client that makes it easy to send HTTP requests and trivial to integrate with web services.
    – Simple interface for building query strings, POST requests, streaming large uploads, streaming large downloads, using HTTP cookies, uploading JSON data, etc...
    – Can send both synchronous and asynchronous requests using the same interface.
    – Abstracts away the underlying HTTP transport, allowing you to write environment and transport agnostic code; i.e., no hard dependency on cURL, PHP streams, sockets, or non-blocking event loops.

    (en relation avec le ticket https://core.spip.net/issues/3973 de SPIP)

    #guzzle #PHP #HTTP #API #curl #SPIP


  • Le Web indé en deuil
    https://nota-bene.org/Le-Web-inde-en-deuil

    On y croyait, au Web libertaire, à l’espace de démocratie, au non-marchand. Pierre Lazuly n’était pas pour rien dans cette dynamique, lui qui prenait le temps d’écrire, de penser, de partager. Je ne connais pas son vrai nom, ni son adresse. Si vous me lisez, embrassez ses proches et surtout, dites-leur qu’il est une inspiration. Il n’a pas écrit sur les Chroniques depuis 2005 et j’ai continué, tous les ans, à en parler depuis. Le Web francophone, le Web indépendant, nous sommes en deuil, mais la plupart des gens ne le sauront sans doute même pas. C’est triste mais c’est comme ça. Merci, Monsieur Pierre Lazuly. Je t’embrasse respectueusement.




  • JavaScript Markdown Editor - SimpleMDE
    https://simplemde.com

    Un éditeur Markdown en javascript qui propose une vue « quasi » WYSIWYG tout en gardant le code des raccourcis syntaxiques visible. Le concept mi-chèvre mi-choux semble pertinent pour les débutants comme pour les « power-users »
    Le dépôt Github : https://github.com/sparksuite/simplemde-markdown-editor

    #éditeur #WYSIWYG #javascript #markdown #SPIP


  • Nutty squirrel challenges massive bald eagle when it landed in a nearby tree | Daily Mail Online
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-6819115/Nutty-squirrel-challenges-massive-bald-eagle-landed-nearby-tree.html

    This is the David and Goliath moment a brave squirrel made the seemingly nuts move of challenging a bald eagle. 

    The raging rodent was trying to defend its babies nestled in a dray within the branches of a tree in Lincoln, Maine.

    Despite usually being on the menu for her opponent, the squirrel’s mothering instinct took over any sense of danger as she repeatedly harassed and goaded the iconic eagle predator.

    #écureuil



  • A Detailed Comparison Between WordPress And October CMS
    https://www.smashingmagazine.com/2019/03/wordpress-october-cms

    This article compares WordPress and October CMS by exposing the important concerns that need to be kept in mind when looking for a suitable CMS for your projects.

    Comparaison de deux CMS, avec quelques points qui pourraient être intéressants pour #SPIP.

    Installation

    Installing October CMS is also very smooth: The Wizard installation itself takes even less than five minutes, and if you install it through the Console installation, it is even faster.

    Console installation can be performed using the native system or with Composer to manage dependencies.

    https://octobercms.com/docs/console/commands#console-install

    Plugins

    October CMS a un site répertoire de plugins assez sympa dont on pourrait s’inspirer pour refondre plugins.spip.net :

    https://octobercms.com/plugins

    Both WordPress and October CMS offer a sophisticated plugin manager which allows to search for plugins, install new plugins, and update currently-installed plugins to their latest version — all from within the backend.

    October CMS uses Composer as the package manager of choice, enabling plugins to download and install their dependencies when being installed, thus delivering a painless experience.

    @james il semblerait que composer ne soit pas incompatible avec la possibilité d’installer et mettre à jour des plugins depuis l’espace privé :)



  • Changer la couleur des icônes Escal avec Inkscape

    Depuis la version 4.2.62, les icônes et logos du squelette Escal pour SPIP sont toutes au format vectoriel svg et plus comme, auparavant soit en gif, soit en jpg, voire en png. Si on ne se sent pas les capacités d’en créer ou trouver d’autres, on peut changer facilement leurs couleurs avec Inkscape pour les mettre dans la tonalité du site.

    https://contrib.spip.net/Changer-la-couleur-des-icones-Escal-avec-Inkscape

    #spip_blog