Supergéante

Retoquée profesionnelle.

  • Open source isn’t the community you think it is | ITworld
    https://www.itworld.com/article/3268001/open-source-tools/open-source-isnt-the-community-you-think-it-is.html

    Name your favorite open source project, and the odds are good—very good—that a small handful of contributors account for the vast majority of significant development thereof. The odds are just as good that most of those contributors work for just one or a few vendors. Such is open source today, and such has been open source for the past 20 years.

    So, does that mean open source is really just commercial software by another name?
    [ Community: Who really contributes to open source. | Celebration: 20 years of open source: Its world-changing history. | Contrarian: 20 years on, open source hasn’t changed the world as promised. ]

    No, it does not. But it means the popular stereotype of a broad community coming together to create software is a myth. The reality of open source is different than the myth, but still a good, positive alternative to commercial software.
    Why only a few vendor-paid developers do almost all the work

    Thirteen years ago, I dug into academic research that showed how Mozilla’s Firefox browser and the Apache HTTP Server were both developed by a small cadre of core contributors. While the population of contributors broadened with things like bug fixes, the central development work for these and virtually all other projects was done by a talented group of core committers.

    Today, an analysis from Redmonk’s Fintan Ryan on projects housed under the Cloud Native Computing Foundation shows nothing has changed. Kubernetes is the most famous CNCF tenant, with Google and Red Hat contributing the lion’s share of code, but the other, lesser-known CNCF projects follow this same pattern. Indeed, perhaps the only real surprise in this fact of concentrated contributions is that the pattern has remained constant for so long.

    Look at any CNCF project, Ryan has shown, and you’ll see that virtually all of its contributions come from fewer than ten people. In fact, if you drill down deeper, you see that most work is done by just two people on any given project.

    As Ryan has written:

    It is fair to say that for almost all of the projects in the CNCF, specific vendors account for most of the development work being done.

    This is not to say that this is a bad thing—it is not; it is just a statement of reality. While the broad community around the projects may be large, the number of significant core contributors is relatively small, and the number of truly independent contributors is smaller still. This pattern is common across many open source projects.

    Not just “many” open source projects—all of them. I can’t think of a significant counterexample. For big, diverse projects like Linux, if you peel away the overall wrapping and count contributors for the subprojects, you see the same phenomenon: A few developers, nearly all of them employed by vendors, generate a huge percentage of core contributions.

    But if you step back, you realize it could only be thus. After all, anysoftware project degrades in efficiency the more bodies you throw at it (as Fred Brooks’s seminal book The Mythical Man Month anticipated).

    As for why most of these developers would be funded by vendors, that’s easy to explain, too: Developers have rent to pay, too, and they can only afford to heavily contribute if they are paid to do so. Companies, pursuing their corporate self-interest, employ developers to work on projects that help their business.

    Smart vendors understand how to use this to their advantage. Red Hat, for example, devoted part of its most recent earnings call to tout its Kubernetes contributions (second only to Google). As CEO Jim Whitehurst argued, those contributions let Red Hat both influence Kubernetes’s roadmap as well as better support its customers. Contributions, in short, give it a competitive advantage in selling Kubernetes.
    What “community” really means for open source

    So, is “community,” that mythical beast that powers all open source, just a chimera?

    The easy answer is “no.” That’s also the hard answer. Open source has always functioned this way.

    The interesting thing is just how strongly the central “rules” of open source engagement have persisted, even as open source has become standard operating procedure for a huge swath of software development, whether done by vendors or enterprises building software to suit their internal needs.

    While it may seem that such an open source contribution model that depends on just a few core contributors for so much of the code wouldn’t be sustainable, the opposite is true. Each vendor can take particular interest in just a few projects, committing code to those, while “free riding” on other projects for which it derives less strategic value. In this way, open source persists, even if it’s not nearly as “open” as proponents sometimes suggest.

    Is open source then any different from a proprietary product? After all, both can be categorized by contributions by very few, or even just one, vendor.

    Yes, open source is different. Indeed, the difference is profound. In a proprietary product, all the engagement is dictated by one vendor. In an open source project, especially as licensed under a permissive license like Apache 2.0, there’s always the option for a new developer or vendor to barge in and upset that balance. Kubernetes is a great example: Google started as the sole contributor but Red Hat (and others) quickly followed.

    No, this doesn’t help the casual corporate contributor that wants influence without making a sacrifice of code, but it does indicate that it’s possible to have an impact on an open source project in ways that proprietary products don’t afford.

    In short, there’s little to fear and much to celebrate in how open source works. Indeed, it is precisely this self-interested seeking of individual corporate (or personal) benefit that should keep open source flowering for decades to come.

    As should be evident 20 years into open source’s rise, the model works at both the community level and at the vendor level. Will it work for another 20? Yes.

    This story, “Open source isn’t the community you think it is” was originally published by InfoWorld.

    #Logiciels_libres #Communs #Communautés

    • @rastapopoulos Je viens de lire tes remarques sur l’excellent livre Roads and Bridges (j’avais envie de le traduire, mais je vois que Framablog l’a déjà fait... c’est bien l’open traduction ;-)

      Si on compare ce que tu dis que logiciel libre et des contraintes de financement, avec ce qui se passe également dans le monde associatif, où la course aux projets et subventions permettant de payer les permanents est devenue une nécessité, on voit bien qu’il y a un élément commun à creuser sur l’activité autonome des multitudes. Pour construire du ou des communs, il faut trouver des partenariats (communs-public ou communs-privé)... sinon, le projet risque d’être très beau, mais la réalisation pêcher par manque de solidité, de rayonnement,... (mon coeur saigne quand j’y pense ;-)

      Cela souligne d’autant plus la nécessité d’une élaboration théorique forte pour trouver des voies à l’émancipation, quel que soit le domaine. Les vieilles recettes (comme les vielles fractures des mondes militants) doivent être interrogées... et depuis trente ans, c’est cela que provoque le numérique.



  • Artistes à l’eau, histoire d’embarcations pirates
    https://www.makery.info/2018/03/06/artistes-a-leau-histoire-dembarcations-pirates


    Pour anticiper « Trans//Border », hommage à l’activiste et navigatrice Nathalie Magnan à Marseille, plongée avec Rob La Frenais dans des projets aquatiques de makers, artistes et militants.

    #javaispavu @fil #femmage à @volt #transborder #navigation


  • Alors comme ça, on veut quitter Facebook ?
    http://www.makery.info/2018/03/27/alors-comme-ca-on-veut-quitter-facebook

    L’affaire Cambridge Analytica fait vaciller le réseau social. Quelle stratégie adopter après ces révélations : supprimer son compte, exiger ses datas, passer au libre ? On savait qu’il y avait du rififi chez Facebook. Mais alors là, c’est le pompon. Depuis que The Guardian, The Observer et le New York Times ont révélé les pratiques plus que douteuses de l’entreprise Cambridge Analytica, la tentation de supprimer Facebook semble être plus grande que jamais dans la communauté aux 2,13 milliards d’amis. (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #thisisyourdigitallife #élections #manipulation #électeurs #comportement #données #publicité #BigData #marketing #prédictif (...)

    ##publicité ##profiling


  • « Il existe un bon réfugié comme il existe un bon élève ou un bon soldat »
    Alors que les agents de la Cour nationale du droit d’asile sont en grève contre le projet de loi Asile et Immigration, le sociologue Smaïn Laacher revient, dans un livre, sur ses 14 ans d’expérience en tant que juge au sein de l’institution.
    https://www.vice.com/fr/article/8xk8q4/il-existe-un-bon-refugie-comme-il-existe-un-bon-eleve-ou-un-bon-soldat


    #asile #migrations


  • It’s time to rebuild the web - O’Reilly Media
    https://www.oreilly.com/ideas/its-time-to-rebuild-the-web

    The web was never supposed to be a few walled gardens of concentrated content owned by Facebook, YouTube, Twitter, and a few other major publishers. It was supposed to be a cacophony of different sites and voices. And it would be easy to rebuild this cacophony—indeed, it never really died. There are plenty of individual sites out there still, and they provide some (should I say most?) of the really valuable content on the web. The problem with the megasites is that they select and present “relevant” content to us. Much as we may complain about Facebook, selecting relevant content from an ocean of random sites is an important service. It’s easy for me to imagine relatives and friends building their own sites for baby pictures, announcements, and general talk. That’s what we did in the 90s. But would we go to the trouble of reading those all those sites? Probably not. I didn’t in the 90s, and neither did you.

    Yes, there would still be plenty of sites for every conspiracy theory and propaganda project around; but in a world where you choose what you see rather than letting a third party decide for you, these sites would have trouble gaining momentum.

    I don’t want to underestimate the difficulty of this project, or overestimate its chances of success. We’d certainly have to get used to sites that aren’t as glossy or complex as the ones we have now. We might have to revisit some of the most hideous bits of the first-generation web, including those awful GeoCities pages. We would probably need to avoid fancy, dynamic websites; and, before you think this will be easy, remember that one of the first extensions to the static web was CGI Perl. We would be taking the risk that we’d re-invent the same mistakes that brought us to our current mess. Simplicity is a discipline, and not an easy one. However, by losing tons of bloat, we’d end up with a web that is much faster and more responsive than what we have now. And maybe we’d learn to prize that speed and that responsiveness.

    #HTML #Web #Design

    • Je pense qu’il se trompe totalement de sujet. Le problème n’est pas la difficulté technique, mais l’économie de l’attention.

      Avant que « tout le monde » se mette à publier sur Facebook, il y avait les « blogs », y compris centralisés, tels que Blogspot. Aujourd’hui il y a Medium (et d’autres). Si on veut publier en dehors de Facebook, techniquement, c’est simple, c’est puissant et c’est beaucoup plus joli.

      Et en dehors de ça, il y a toujours la possibilité de se mettre à plusieurs pour faire un site ensemble, ce qui est une aventure particulièrement enrichissante, et techniquement pas usante (si vraiment on veut s’exprimer dans ce cadre, hé ben on trouve le ou la geek du groupe qui te configure le truc et voilà).

      Les gens « publient » sur Facebook parce qu’on a développé un fantasme de l’audience et de l’attention. Les gens postent leurs vidéos où ils prétendent commenter sérieusement l’actualité au milieu des vidéos de chats sur Youtube plutôt que sur n’importe quel autre plateforme parce qu’on leur promet que l’audience est là, pas parce que ce serait plus difficile sur Vimeo par exemple. On veut s’exprimer sans bosser (hop, je balance mon indignation à deux balles sur n’importe quel sujet) sur des plateformes qui promettent une grosse audience, voire une audience captive. Et les militants vont aussi sur Facebook pour exactement les mêmes raisons : parce qu’on leur dit qu’ils y feront de l’audience. Genre à ce train, il faudra aussi penser à aller « militer » sur Musically…

      Et je suspecte que beaucoup de « militants » vont sur Facebook ou Twitter parce que ce sont des plateformes fliquées où l’on peut facilement s’exprimer à sens unique, sans gros risque de contradiction, parce que les « réponses » sont perdues dans un marigot de conneries crasses, avec une interface bien conçue pour que personne ne les lise.

      Tant qu’on ne s’interroge pas sur la réalité et la qualité de l’attention dont on croit bénéficier sur Facebook, on n’ira nulle part. On peut bien vouloir décentraliser, revenir à un beau bazar de Web, mais tant que la logique qu’on oppose à cela est systématiquement « oui mais “les gens” sont sur Facebook », c’est mort. Tant qu’on ne se demandera pas quel est le niveau d’attention réel de ce qui est compté comme une « vue », ou même un « like » sur Facebook ou Twitter, c’est peine perdue.

      Si on regarde la photo, à une époque Flickr est presque mort de sa médiocrité, malgré son audience, et les photographes avec une (petite) prétention à la qualité sont partis ailleurs (500px par exemple). Idem pour les vidéos : si tu as une prétention artistique, tu fuis Youtube et tu vas sur Viméo. Pourquoi la question ne se pose-t-elle pas (ou pas encore) pour les gens qui cherchent une qualité de lecture, d’attention et d’échange avant d’aller sur Facebook (ou même Twitter) ?

    • Puisque je suis lancé…

      – La question du personal branding (« marketing personnel »), que je pense fondamentale dans les nouveaux supports de publication. Facebook semble être idéal pour cela, en ce qu’il a dès le début promu l’« identité réelle », mais aussi la confusion volontaire entre vie publique et vie privée (alors que, pour ma génération, aller balancer des propos politiquement engagés au même endroit où l’on échange des photos de ses gamins avec ses beaux-parents et où l’on garde le contact avec ses anciens élèves et ses relations du boulot, c’était une idée totalement crétine).

      Le changement de support de publication s’est aussi accompagné de ce changement de comportement (on se souviendra des vieux de la vieille bataillant pour tenter de pouvoir rester sous pseudo sur Facebook). Dans le bazar des années 90, nous avions tous des pseudos et nous tenions au pseudonymat (théorisé par certains – on a un texte sur uZine à ce sujet – comme la seule façon d’écrire de manière réellement libre). Dans les années 2000, chacun son blog, mais avec la mise en place d’un vedettariat. Désormais c’est terminé. Écrire sous pseudo est largement suspect et irresponsable et fake-news et tout ça…

      – La disparition des liens hypertexte. Je mets ça dans les années 2000, où les gens se sont mis à ne plus faire de liens entre blogs. On cite des gros médias sérieux, on les commente, on y répond, mais on ne rebondit pas « entre blogueurs » aussi facilement qu’on le faisait dans les années 90. Une sorte de dramatisation du lien hypertexte, accentué par la paranoïa anti-confusionisme et anti-complotisme chez les blogueurs engagés à gauche. Oh là là, mon image-personnelle-super-brandée va s’effondrer si je fais un lien vers un autre site qui, un jour, pourrait faire un lien vers quelqu’un de pas bien ou, pire, qui pourrait dire un truc qui ne me conviendrait pas !

      À partir du milieu des années 2000, quand on avait encore un site indépendant/militant, la seule source de visites à peu près régulière a été le Portail des copains. Pour un site militant, avoir un billet référencé ou pas sur le Portail, ça revenait à être lu par quelques centaines ou milliers de visiteurs eux-mêmes militants, ou pas lu du tout. Je suppose qu’au bout d’un moment, hé ben les gens vont à la soupe sur Facebook, parce que « c’est là que sont les gens » et que l’écosystème de l’hypertexte est déjà perverti depuis un bon moment ; même si ça me semble largement illusoire d’être lu sérieusement entre deux considérations sur les photos de vacances des cousins, et si c’est politiquement mortifère.

    • Et du coup, deux aspects qui pourraient redonner goût aux gens engagés à retourner au bazar…

      – À force de paranoïa anti-fake news, la visibilité des médias « non marchands », « indépendants », « alternatifs » sur Facebook va de plus en plus dépendre de leur adhésion à une vision du monde validée par les grands médias, au travers des contrats de traque aux fake-news que ces grands réseaux ont signé avec les Decodex et Décodeurs… L’effort énorme de chasse aux propos hétérodoxes sur les réseaux est en train de faire un massacre de ce côté, avec des changements volontaires des algorithmes de classement. (Le fait qu’une partie de cette paranoïa anti-fake-news ait été largement menée par la gauche aux États-Unis et ici est, je dois dire, assez croquignolesque.) Constater, par exemple, qu’on n’a déjà qu’une très faible visibilité pour les médias alternatifs sur un machin comme Google News.

      – Le principe même de réseaux qui vendent de la publicité et qui, dans le même temps, sont des outils de marketing personnel, amène au rétrécissement de l’expression non-sponsorisée sur ces réseaux (Facebook annonçant par exemple restreindre la visibilité naturelle des « pages » dans les flux personnels, mais pas une réduction de la quantité de publicité dans ces mêmes flux…). En dehors des quelques indignations préformatées qui continueront à « buzzer », parce qu’il faut bien continuer à faire croire que ces réseaux servent à s’exprimer, il devient de plus en plus évident que, pour récupérer de la visibilité dans les flux des usagers, il faudra payer. Je suspecte qu’il existe déjà des gens qui achètent de la visibilité sur Facebook pour avoir plus de « like » sur leurs photos de mariage, et je pense que dans quelques années, ce sera une pratique aussi banale que de, justement, payer un photographe pour avoir de belles photos de mariage… alors cette faramineuse audience qu’on te promet sur Facebook, ça risque d’être un peu compliqué. (Sinon, il te reste l’option d’aller relancer le niveau de buzz – et donc le revenu afférent – en allant, arme à la main, foutre le dawa chez Youtube.)

      Du coup, ce double mouvement de chasse aux expressions hétérodoxes (« chasse », en revanche, très tolérante pour les foutaises mainstream fascisantes) et d’obligation de passer à la caisse pour récupérer de la visibilité, ça pourrait être l’occasion d’une renaissance d’un Web un peu plus éclaté et joyeusement foutraque (#ou_pas).

    • Merci pour cette analyse @arno. J’étoile pour tes commentaires.

      Comme cela y fait écho, j’ajouterai ici (quoique sa conclusion ne me semble pas du tout prendre en compte l’étendue de l’emprise et la difficulté à s’en défaire individuellement et collectivement) une réflexion d’Olivier Ertzscheid, qui proposait récemment une histoire de « 30 ans de web en 10 mots-clés » :
      https://seenthis.net/messages/671173

      1. PUBLICATION. Tout commence en Mars 1989. La matrice originale du web. Un média de la publication. Du rendu public. D’un rendu réellement public qui présuppose que chacun puisse disposer d’une page et d’une adresse. La promesse originelle. Cette utopie concrète que fut le web, qui paradoxalement commença de s’étioler alors que venait d’être publié l’un des textes les plus féconds de son imaginaire partagé.

      2. ATTENTION. Des années 1994 à 2000. L’arrivée de l’économie. D’un business model. Celui de l’économie de l’attention. Amazon est lancé en 1994. Adwords sera lancé en Octobre 2000.

      3. INTENTIONS. A partir de 2003. La base de donnée des intentions comme l’appelle John Battelle depuis 2003. Un an avant le lancement de Facebook. Comme un animal préparant sa mue prochaine. Et comme le dit en 2008 le responsable de la recherche chez Yahoo ! « We don’t need taxonomy of knowledge. We need taxonomy of desire. A marketplace of intent. » (Source)

      4. RÉVÉLATION / 5. MIGRATION / 6. RÉTENTION. Le tournant 2006-2007. La suite c’est ce double mouvement de révélation et de rétention. En 2006, la révélation c’est Wikileaks. La migration c’est celle du « Cloud ». Amazon Web Service sera lancé en 2007. Nos données, toutes nos données, publiques, privées, celles relevant de l’explicite et du déclaratif, mais également celles permettant de caractériser la nature de notre attention et la logique de nos intentions, toutes nos données sont captées et retenues, détenues dans ces énormes centres de (r&d)étention que sont les Data Centers. Rétention. Les grandes plateformes sont déjà passées à la phase suivante.

      7. PRÉDICTION. Circa 2010-2012. La prédiction est l’autre face de l’intention. Connaître la seconde c’est s’assurer de la fiabilité de la première. De cette corrélation nourrie de nos données va naître une chaîne de causalité inédite à cette échelle, à l’échelle de l’humanité connectée. Prévisible comme elle l’est depuis la nuit des temps, mais avec pour la première fois un déterminisme causal de la chaîne de prédictibilité des comportements dont les éléments tiennent presqu’entièrement dans le giron de quelques jardins fermés. « La sociologie est un sport de combat ». Nous le savions. Ce que nous ignorions c’est que combinée aux mathématiques statistiques et à l’algorithmie elle allait devenir une arme de destruction matheuse. « Predpol », emblématique algorithme de « police prédictive » convoquant l’imaginaire de Minority Report est lancé en 2011.

      8. ÉMOTIONS. Une autre base de donnée en construction. Nouvelle tour de Babel des annonceurs. En 2012 paraît « Opinion Mining et Sentiment Analysis » de Dominique Boullier et Audrey Lohard qui annonce la couleur de ce qui est déjà en train de devenir une véritable industrie. En 2017, dans « Le web affectif : une économie des émotions », Camille Alloing et Julien Pierre font un premier état des lieux. L’industrie se porte bien. Nous, peut-être un peu moins.

      9. ADDICTION. 2016 et après. Car puissante est la voix du côté obscur. Et que bien sûr la fabrique du consentement ne peut faire l’économie d’une fabrique de l’addiction. Fabrique par ailleurs parfaitement documentée par des repentis de plus en plus nombreux. Et comme on dit dans le grand banditisme, s’il y a des repentis, c’est bien qu’il y avait une mafia. Les révélations de Tristan Harris mais aussi celles du livre « Chaos Monkeys » ouvrent une brèche qui n’est toujours pas refermée aujourd’hui.

      10. DÉTENTION. Le passage d’un web libre, ouvert et décentralisé à des navigations carcérales dans les plateformes silos. Depuis 2010 le fondateur du web n’a de cesse de dénoncer et d’alerter sur le danger de ce qu’il nomme des « Walled Gardens ». En 2010 j’écrivais : « Choisir le web que nous voulons : l’exploration ou la prison ». Il semble que par défaut ce choix ait été fait. Et que nous n’en finissions plus d’explorer nos prisons.

      Se remettre à publier.

      Se défaire de cette chaîne. Remonter le cours. Comment ? Simplement. Se remettre à publier. Mais à publier ailleurs. Ailleurs que dans le giron des plateformes. Simplement sur une adresse que l’on aurait achetée chez un indépendant (par exemple Gandi). A publier sur autre chose que sur nos simples intentions. A réagir sur autre chose que sur nos simples émotions. Se remettre à publier donc. Le web restera un média de la publication. Gafa ou pas Gafa, plateformes hyper-centralisées ou architecture décentralisée, rien ne tient sans cette logique première de la publication. Se remettre à publier. Alors on se remettra à lire.

    • @arno Pas nécessairement pour te relancer, encore que, depuis ce matin je bois un peu tes paroles comme du petit lait, mais je remarque ceci. Ce que tu exprimes ici avec une clarté dont je suis jaloux et qu’il m’arrive donc aussi de défendre de façon pus obscure, est de manière tellement fréquente, en fait, disqualifié d’un revers de main qui entend ringardiser de tels propos. Je suis souvent frappé que ces tentatives visant à faire fi de tels avertissement aux accents de Cassandre comme on me dit si souvent émanent naturellement de personnes qui n’ont pas le centième du quart du tiers de nos compétences techniques (surtout des tiennes plutôt que des miennes, dont je ne doute pas qu’elles datent un peu), et ce sont les mêmes personnes axquelles il ne me viendrait pas à l’esprit de reprocher cette plus faible aptitude technique, qui vont ensuite dévouvrir que vraiment ce que font les plateformes de leurs réseaux asociaux avec leurs données personnelles, c’est quand même pas très bien. Naturellement, des ringards cassandriens comme toi et moi (surtout moi) tentons de saisir l’opportunité de telles réalisations tardives pour leur dire que peut-être ce serait le bon moment pour changer de lunettes, mais alors tombe, tel une masse sur une mouche, l’argument qu’ils et elles ne peuvent pas partir de la sorte de ces plateformes et qu’ils et elles vont perdre tous leurs amis et suiveuses. Et tout ce petit monde retourne dans le grand bain dans la pleine connaissance qu’il grouille de requins et sans doute se rassure en pensant que cela concernera un ou une autres et que statistiquement, dans la masse, il est peu probable que le requin viennent les croquer elles et eux, quand le vrai danger n’est pas tellement les requins mais les amibes, parfaitement invisibles et autrement plus contagieux, et, in fine, léthaux.

      Je n’insiste pas sur le fait que leur faible niveau de prophylaxie numérique éclabousse quotidiennement leurs proches, qui elles, et eux, si cela se trouve, prennent, au contraire, certains précautions.

      Enfin, dans ce grand dessein de reconstruire Internet, je remarque que très rarement la question de la convservation de ressources certaines anciennes est évoquée or il me semble que c’est une question importante. Combien de fois cela me ravit quand à la faveur de la recherche d’un renseignement précis, il m’arrive de tomber sur des sites aux esthétiques du millénaire précédent, tout en Times et les liens en bleu souligné. Et dans cette masse profuse sur laquelle se sont aglutinés des sédiments plus récents, il y a des pépites dont je me demande combien de temps encore les navigateurs contemporains pourront encore les interpréter justement sans les interpréter et les dénaturer.

    • On a encore les codes d’uZine si jamais :)

      Perso je veux juste réagir sur un point de l’article de départ : geocities c’était pas hideux (ou pas seulement), c’était inventif et festif. Avec un revival chez https://neocities.org qui a une approche très sympa (notamment un backend #ipfs pour la pérennité)


  • Attention à l’attention
    http://www.internetactu.net/2018/04/04/attention-a-lattention

    Pour éclairer les questions de conception attentionnelles, autour du programme Retro-Design de l’Attention lancé par la Fing, il nous a semblé essentiel de recevoir un éclairage provenant des neurosciences et de la #psychologie comportementale. C’est pourquoi nous nous sommes associés à Chiasma (FB, blog, @chiasmaparis) une association qui organise des (...)

    #Articles #Usages #attentionbydesign #cognition #design #économie_de_l'attention #neuroscience


  • L’app de rencontres gay Grindr est entièrement rachetée par le chinois Kunlun
    http://www.numerama.com/business/261103-lapp-de-rencontres-gay-grindr-est-entierement-rachetee-par-le-chino

    La plus populaire des applications pour rencontre entre hommes vient d’être entièrement rachetée par le sulfureux géant du jeu vidéo chinois Kunlun. L’entreprise de Beijing est souvent accusée de collusion avec le pouvoir communiste. Fondée en 2009 à Los Angeles, l’entreprise derrière Grindr, première application de rencontres gay au monde, est aujourd’hui intégralement chinoise. Avec plus de deux millions d’utilisateurs au quatre coin du monde, l’application est le plus important réseau social pour (...)

    #Grindr #surveillance #LGBT #Kunlun


  • Grindr Is Letting Other Companies See User HIV Status And Location Data
    https://www.buzzfeed.com/azeenghorayshi/grindr-hiv-status-privacy

    SINTEF’s analysis also showed that Grindr was sharing its users’ precise GPS position, “tribe” (meaning what gay subculture they identify with), sexuality, relationship status, ethnicity, and phone ID to other third-party advertising companies. And this information, unlike the HIV data, was sometimes shared via “plain text,” which can be easily hacked.

    “It allows anybody who is running the network or who can monitor the network — such as a hacker or a criminal with a little bit of tech knowledge, or your ISP or your government — to see what your location is,” Cooper Quintin, senior staff technologist and security researcher at the Electronic Frontier Foundation, told BuzzFeed News.

    “When you combine this with an app like Grindr that is primarily aimed at people who may be at risk — especially depending on the country they live in or depending on how homophobic the local populace is — this is an especially bad practice that can put their user safety at risk,” Quintin added.

    But just because users are comfortable sharing personal information in their profile or chats doesn’t mean they want it being shared more broadly.

    “Some people’s jobs may be in jeopardy if the wrong people find out about their status — or maybe they have difficult family situations,” said Chris Taylor of Seattle, who uses Grindr but no longer displays his HIV positive status on his profile. It’s “disconcerting,” he said, that Grindr is sharing this information with other companies. “It can put people in danger, and it feels like an invasion of privacy.”

    The disclosure of HIV status also raises questions about the app’s privacy policy, which states: “You may also have the option to provide information concerning health characteristics, such as your HIV status or Last Tested Date. Remember that if you choose to include information in your profile, and make your profile public, that information will also become public.”

    But the average person may not know or understand what they’ve agreed to in the fine print. Some experts argue that Grindr should be more specific in its user agreements about how it’s using their data.

    #Grindr #Vie_privée #CGU


  • Joplin - an open source note taking and to-do application with synchronisation capabilities
    https://joplin.cozic.net

    Joplin is a free, open source note taking and to-do application, which can handle a large number of notes organised into notebooks. The notes are searchable, can be copied, tagged and modified either from the applications directly or from your own text editor. The notes are in #Markdown format.

    #notes #écrire #open_source #outils


  • Une émission à suivre Totenradio
    Lysergie post-mortem
    http://www.radiopanik.org/emissions/toten-radio/toten-radio-3
    Une heure de sons aléatoirement captés dans l’outremonde qui sous-tend notre réalité, et rediffusés tels quels à l’antenne.


    Une émission proposée et rendue possible grâce au soutien du Groupe de Recherche sur les Manifestations Para-réelles de Cureghem et sa remarquable machine, le Funeracousmorium.
    #création_sonore #musique #drone #experimentation #curiosité #radiopanik #cureghem




    • Plus de détails sur NextINpact

      https://www.nextinpact.com/news/106345-think-2018-comment-ibm-voit-avenir-informatique-dans-cinq-ans.htm

      Première prédiction : les « ancres cryptographiques ». Il s’agit « d’empreintes numériques inviolables que les chercheurs d’IBM sont en train d’élaborer pour les intégrer dans des produits ou des parties de produits et les lier à la blockchain ». Elles permettent ainsi de s’assurer de l’authenticité et de la provenance d’un produit et peuvent prendre de nombreuses formes afin de s’adapter à toutes les situations, explique la société.

      Une des pistes étudiées par les chercheurs est de l’encre magnétique comestible servant à « marquer » une pilule contre le paludisme par exemple. Lorsqu’elle arrive jusqu’au malade, « par le simple scan d’un smartphone, un médecin ou un patient peut immédiatement vérifier que son médicament est sûr et authentique ».

      [...]

      « Certaines ancres cryptographiques feront plus qu’authentifier des biens physiques » ajoutent les chercheurs. Ils présentent ainsi « le plus petit ordinateur au monde [...] Il est plus petit qu’un grain de sel et coûtera moins de dix centimes à fabriquer ».

      Il sera notamment capable de « surveiller, analyser, agir et même communiquer des données ». Sa puissance de calcul n’est pas précisée, mais il ne faudra évidemment pas s’attendre à des miracles. Selon IBM, elle devrait être au niveau d’une machine des années 90. Ce micro-ordinateur est conçu sur un substrat de silicium de 1 mm² seulement, comprenant pas moins d’un million de transistors, dont plusieurs centaines de milliers rien que pour le processeur.

      Le tout est accompagné de mémoire SRAM (Static Random Access Memory) en quantité non précisée, de diodes pour émettre des signaux lumineux, d’un photo-détecteur et de cellules photovoltaïques. Grâce à ces dernières, un tel ordinateur pourrait fonctionner de manière totalement autonome.



  • Cambridge Analytica suspend son patron après un reportage en caméra cachée
    https://www.numerama.com/politique/337340-cambridge-analytica-suspend-son-patron-apres-un-reportage-en-camera

    Un reportage en caméra cachée conduit pour le compte d’une chaîne de télévision britannique a été désastreux pour l’image de marque de Cambridge Analytica. On y voit en effet son patron évoquer des coups tordus et assumer sa proximité avec l’équipe de campagne de Donald Trump. Il a été suspendu. C’est un reportage en caméra cachée qui devrait avoir de lourdes répercussions dans l’affaire Cambridge Analytica. Diffusé par la chaîne britannique Channel 4, il montre en effet Alexander Nix, le patron de cette firme (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #élections #manipulation #électeurs #BigData (...)

    ##prédictif


  • Weinstein Co : la faillite de l’entreprise libère ses employés de leurs accords de confidentialités
    https://www.ecranlarge.com/films/news/1016210-weinstein-co-la-faillite-de-l-entreprise-libere-ses-employes-de-

    « Aujourd’hui, l’entreprise fait également un pas important vers la justice pour les victimes bâillonnées par Harvey Weinstein. Depuis Octobre, il a été rapporté qu’Harvey Weinstein a utilisé des accords de confidentialités comme des armes secrètes pour réduire ses accusateurs/accusatrices au silence.

    Ces “accords” sont désormais caducs, avec effet immédiat. L’entreprise lève toute clause de confidentialité dans la mesure où elles ont empêché ceux et celles qui ont soufferts ou ont été témoins d’un quelconque mauvais comportement sexuel de la part d’Harvey Weinstein de raconter leurs histoires. Personne ne devrait avoir peur de parler, ou être intimé, poussé à se taire. L’entreprise remercie les personnes braves qui se sont déjà faites connaître. Vos voix ont inspiré un vent de changement à travers le pays et le monde. »


  • Cambridge Analytica, l’incarnation de la triche électorale rendue possible par Facebook
    http://www.slate.fr/story/159250/cambridge-analytica-facebook-scandale-triche

    Pendant la campagne électorale de 2016, la campagne de Donald Trump aurait fait main basse sur les données de cinquante millions d’utilisateurs. Vendredi 16 mars, Facebook a fait cette annonce non négligeable : le réseau social a suspendu le compte de Cambridge Analytica (société d’analyse des données politiques ayant collaboré avec la campagne de Donald Trump pendant les élections de 2016) après avoir découvert que cette dernière n’avait pas supprimé des données personnelles d’utilisateurs obtenues de (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #thisisyourdigitallife #élections #manipulation #électeurs #BigData (...)

    ##prédictif



  • Antarctique : la fonte d’un glacier grand comme la France inquiète les scientifiques

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/03/21/01008-20180321ARTFIG00308-antarctique-la-fonte-d-un-glacier-grand-comme-la-

    Le glacier Totten, le plus grand de l’Antarctique oriental, est en train de fondre à un rythme plus élevé qu’évalué jusqu’alors par les chercheurs. Sa disparition totale pourrait entraîner une hausse de trois mètres du niveau des mers.

    Pour étudier sa structure, les chercheurs ont provoqué artificiellement des ondes sismiques. « Dans certains endroits où l’on pensait que la calotte reposait sur la terre, nous avons décelé l’océan au-dessous, ce qui indique que le glacier est de fait en train de flotter », explique le professeur à la Central Washington University Paul Winberry. Des études récentes ont déjà montré que le glacier était érodé par en dessous en raison de l’existence de canaux apportant de l’eau de mer chaude. Au fil du temps, la proportion du glacier flottant sur l’eau ne cesse d’augmenter, accélérant ainsi la vitesse de la désintégration.

    D’après la Nasa, l’Antarctique a perdu près de 125 gigatonnes de glace par an entre 2002 et 2016. « Depuis les années 1990, le niveau global de la mer a augmenté d’une vingtaine de centimètres et d’ici la fin du siècle, il devrait s’accroître de presque un mètre. Mais tout ceci est très incertain, c’est pourquoi il est important d’étudier les glaciers comme le Totten », observe Ben Galton-Fenzi. Autre conséquence probable : une dessalinisation des mers du globe en raison de la fonte des glaces du continent blanc, qui concentre 62% des réserves d’eau douce de la planète. Cela entraînerait l’extinction de nombreuses espèces marines.


  • Consentement à 15 ans : le risque d’une sexualité des jeunes « encore plus taboue et cachée », Gaëlle Dupont, LE MONDE | 21.03.2018
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/03/21/le-risque-d-une-sexualite-des-jeunes-encore-plus-taboue-et-cachee_5274215_32

    Pour le Planning familial, le renforcement de l’âge du consentement témoigne d’une « méconnaissance » des pratiques des jeunes.

    La prise de position détonne. Alors que le gouvernement s’apprête à renforcer l’interdit qui pèse sur les relations sexuelles entre majeurs et mineurs de moins de 15 ans, dans l’objectif de mieux protéger les victimes, le Planning familial interroge : serait-ce une « fausse bonne idée » ? « Il faut trouver un équilibre entre la nécessité de protéger les mineurs et leur liberté d’avoir des rapports sexuels », affirme Véronique Séhier, coprésidente du Planning.

    L’inquiétude remonte du terrain. L’association, qui se bat pour que les jeunes de tous âges aient accès à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse, même sans l’aval de leurs parents, est en contact avec de nombreux adolescents dans ses centres et anime des séances d’éducation à la sexualité. Or, le renforcement de l’âge du consentement à 15 ans, voulu le président de République Emmanuel Macron et la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, « témoigne d’une méconnaissance de la sexualité des jeunes », affirme Marion Athiel, militante au Planning de Lyon.

    Lire aussi : Marlène Schiappa présente son projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes

    Si le fait que des enfants âgés de 12 ans et moins sont trop jeunes pour consentir à un acte sexuel semble faire l’unanimité, ce n’est pas le cas pour les adolescents âgés de 13 et 14 ans. Certes, les relations sexuelles précoces sont peu nombreuses : l’âge moyen lors du premier rapport est de 17 ans. « Ce n’est pas la majorité, précise Mme Athiel. Mais ça arrive ! » La bénévole cite le cas d’une jeune fille de 13 ans venue chercher un contraceptif dans un centre du Planning. « Nous avons fait un deuxième entretien avec elle, pour vérifier que c’était consenti, poursuit Mme Athiel. Elle avait choisi d’avoir ce rapport et ça s’est très bien passé ! »

    Dans le cas cité, le petit ami avait 15 ans. Or, entre mineurs, rien n’est proscrit si les deux protagonistes sont d’accord. Mais il arrive que le partenaire ait 17 ou 18 ans. S’il a dépassé la majorité, les parents pourraient, avec la nouvelle loi, être incités à engager des poursuites pour viol. « Nous voyons des parents opposés à ce que leurs enfants aient des relations sexuelles, relève Véronique Séhier. La sexualité est taboue dans certaines familles. »

    « Ordre moral »

    Le nouveau texte pourrait également remettre en question certaines pratiques des accueillants du Planning. « Si nous nous trouvons face à une situation comme celle-là, allons devoir prévenir les parents ? Faire un signalement au procureur ? », interroge Marion Athiel.

    Aujourd’hui, la loi punit déjà de cinq ans de prison l’atteinte sexuelle, c’est-à-dire toute relation sexuelle, y compris consentie, entre un majeur et un mineur de moins de 15 ans – une peine que le projet de loi du gouvernement entend faire passer à dix ans en cas de pénétration. Mais le Planning effectue des signalements à la justice seulement quand une situation de violence est détectée. « Quand une très jeune arrive chez nous, nous avons toujours cela en tête, explique Danielle Gaudry, gynécologue au Planning de Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Qui est le partenaire ? La relation est-elle consentie ? Y a-t-il violence, pression, emprise ? »

    Le couperet des 15 ans est jugé en outre inadéquat. « Pourquoi protéger davantage à 14 ans et 8 mois qu’à 15 ans et 3 mois ?, interroge Véronique Séhier. Au même âge, il peut y avoir des niveaux de développement psychologique, affectif et physique très variables ! » « L’interdit, c’est d’avoir des rapports sexuels non consentis, quel que soit l’âge », renchérit Danielle Gaudry. Or, la notion de consentement est mal connue par certains jeunes. Près de la moitié des auteurs de viols sur mineurs de moins de 15 ans condamnés en 2016 étaient eux-mêmes mineurs.

    Le projet de loi témoigne-t-il d’une volonté de revenir à un « ordre moral », comme le redoute Véronique Séhier ? « Même si c’est compliqué à accepter pour certains parents et la société, les jeunes ont une sexualité, affirme Marion Athiel. Le risque, c’est qu’elle soit encore plus taboue et cachée. »

    #consentement #loi #mineurs

    • « Pourquoi protéger davantage à 14 ans et 8 mois qu’à 15 ans et 3 mois ?

      Meme question pour le droit de vote ou de passer le permis de conduir. Je connait plein de gens qui a 99ans n’ont toujours pas la maturité pour voter ni conduir. Pourtant la loi leur donne le permis de tuer de maniere parfaitement arbitraire en raison d’un age qui ne traduit aucunement leur maturité.
      Entre 15 ans et 18ans Ca laisse de la marge. Un.e mineur.e de 17ans qui coucherait avec une personne de moins de 15ans consentante n’a rien à craindre. Envoyer le message aux hommes (Ca ce sont les hommes et les garcons qui commettent 96-98% des viols et agressions sexuelles dont les victimes sont à 92-94% des filles êt des femmes.) de s’intéresser a des femmes plus âgées qu’eux (êt consentante bien évidement), c’est un très bon message.


  • Pharmacies. Des conseils à prendre avec des pincettes

    http://www.letelegramme.fr/france/pharmacies-des-conseils-a-prendre-avec-des-pincettes-22-03-2018-1189562

    Venir pour un simple rhume et repartir avec un conseil dangereux pour la santé : un pharmacien sur quatre recommande des doses nocives de paracétamol, dénonce l’association de consommateurs UFC-Que choisir, qui a testé plus de 700 officines.

    Menée en novembre, l’enquête a consisté à envoyer des membres de l’association dans 772 pharmacies de 16 agglomérations françaises, pour acheter deux médicaments contre le rhume : Doliprane (1.000 mg) et Actifed Rhume jour et nuit. Il est déconseillé d’associer les deux puisqu’ils contiennent le même principe actif, du paracétamol.

    Dans 86 % des cas, le dispensateur a bien mis en garde sur les dangers d’une association de ces deux produits », d’après l’association. Mais sur le dosage à ne pas dépasser, à savoir trois grammes de paracétamol par jour, le conseil est moins clair. Cette boîte d’Actifed fait prendre, au fil de la journée (« matin », « midi », « soir » et « coucher »), quatre comprimés de 500 mg de paracétamol chacun, soit 2 g quotidiens, ce qui laisse peu de place pour y ajouter les comprimés de Doliprane les plus concentrés. « 54 % des pharmacies ont conseillé une dose supérieure » à ces trois grammes, a constaté l’UFC-Que choisir.

    « Pire, dans une officine sur quatre (24 %), le dispensateur a conseillé un traitement aboutissant à des prises supérieures à quatre grammes par jour, soit des doses dangereuses pour la santé », a-t-elle déploré. Ces 24 % comprennent les pharmacies qui ont conseillé des doses nocives ainsi que celles qui n’ont rien dit à l’enquêteur.

    • Quand c’est pas des médicaments incompatibles avec d’autres traitements en cours ou carrément inutiles, notamment pour les rhumes, ou les 3/4 des médicaments vendus servent moinsqu’une bonne tisane de thym avec des effets secondaires dangereux.


  • Bernard Benhamou : « La surveillance de masse est devenue le modèle économique de l’Internet »
    http://www.lepoint.fr/technologie/bernard-benhamou-la-surveillance-de-masse-est-devenue-le-modele-economique-d

    Après l’affaire Facebook-Cambridge Analytica, le spécialiste appelle à une nouvelle génération de technologies de protection de la vie privée. Bernard Benhamou est secrétaire général de l’Institut de la souveraineté numérique, un institut privé qui a vocation à réfléchir aux enjeux européens de souveraineté numérique et, plus largement, aux questions de régulations et de relations internationales dans ce domaine. Le Point.fr : Pourquoi le fait que l’entreprise Cambridge Analytica ait utilisé les données (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #élections #thisisyourdigitallife #manipulation #électeurs #marketing #BigData #prédictif #profiling #biométrie #génétique #Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD) (...)

    ##Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_ ##GAFAM


  • Trans//border, Nathalie Magnan forever

    À propos des rencontres hommage (femmage) à @volt

    Du 16 au 18 mars, le Mucem consacrait trois journées aux « enseignements de Nathalie Magnan », cinéaste et activiste des médias, des cultures LGBT et queer, du cyberféminisme et du postcolonialisme, décédée l’an dernier.
    http://www.makery.info/2018/03/20/transborder-nathalie-magnan-forever

    Où il a été question de #seenthis, de #technologies de #migration de #navigation de #feminisme d’#ecosexe de #genre de #frontieres de #privacy

    http://www.sosmediterranee.fr