• Éric Vuillard : « (…) comme si l’#histoire avait pu juger la #littérature tandis que la littérature, elle, n’aurait disposé d’aucun savoir. Sa position [celle de Paxton] impliquait fatalement que la littérature était une sorte d’activité ornementale, sur laquelle un historien pouvait poser un jugement historique, mais ne pouvait rien apprendre. »

    L’écrivain est en quelque sorte prisonnier de son monde social, et plus la société se fragmente, plus la société devient hiérarchique, inflexible, plus il est difficile de savoir ce qui se passe dans d’autres classes sociales que la sienne, d’où le recours au passé, aux archives, qui permettent de trouver des documents, des informations, et notamment sur les classes dominantes qui savent parfaitement dissimuler leur manière de vivre et leurs intérêts.

    Il me semble que c’est l’un des mérites de la littérature, au moment où nous sommes à la fois privés de ce savoir, coupés d’une partie du monde, et en même temps plongés dans une vie sociale très inégalitaire, d’essayer de raconter « en même temps » les coolies vietnamiens et les banquiers, « en même temps » le travail forcé et les dividendes, raconter à la fois Saccard et Coupeau, L’Argent et L’Assommoir, essayer de les juxtaposer. Cela fabrique une sorte de savoir, très particulier. C’est une chose que de lire L’Assommoir d’un côté, de voir le destin terrible de Gervaise, puis de lire, plus tard, la vie de Saccard, et de voir la haute finance à l’œuvre. C’en est une autre de les voir « en même temps », d’un chapitre à l’autre, se frôler.

    Cela fabrique un savoir par contraste qui peut nous être salutaire. D’où le fait de mettre les coolies et la banque dans le même livre. Ces deux mondes sociaux ne sont pas étrangers l’un à l’autre : ce dont parle la banque, ce sont les dividendes issus des plantations dans lesquelles travaillent les coolies. Il faut donc une forme de montage. C’est l’intérêt de la littérature et du cinéma : essayer de mettre en rapport des choses. Et ce rapport révèle des significations qu’on ne peut plus refouler. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/160122/eric-vuillard-la-narration-politique-c-est-de-la-mauvaise-litterature

  • Des logiciels libres très répandus sur Internet volontairement sabotés par leur créateur
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/01/10/des-logiciels-libres-tres-repandus-sur-internet-volontairement-sabotes-par-l

    Le créateur de ces deux librairies semble les avoir intentionnellement corrompues. Dans un fichier annexe, il fait référence (...) à une théorie du complot (...)

    Problème récurrent des projets open source

    L’an dernier, l’homme s’était également plaint de ne pas être rétribué pour son travail sur de nombreux projets open source, pourtant utilisés par bon nombre de très grandes entreprises. Le problème est récurrent : les logiciels modernes utilisent pour la plupart des briques logicielles librement accessibles et modifiables, créées par des développeurs indépendants, qui sont souvent les seuls à assurer leurs mises à jour et leur suivi, de façon bénévole.

    L’ordre des informations... L’ordre des informations... La mention « théorie du complot »... Le pauvre gars est rhabillé pour l’hiver.

    Pour trouver des informations sur l’identité du gars et sur ses motivations, ce n’est pas forcément évident.

    Ce fil donne quelques informations :

    AlexMog sur Twitter
    https://twitter.com/AlexMog_FR/status/1479959824603533316

    A première vue, le compte de Mark (le maintainer des deux librairies) a été suspendu par Gitlab https://twitter.com/marak/status/1479200803948830724 et le dépot npm de faker.js a été remise à une ancienne version.
    C’est très grave concernant le respect de la Licence des librairies qui lui appartiennent.

    J’ai envie de dire que tout cela laisse à penser qu’il ne fait pas bon être indépendant, contributeur opensource, et soucieux de rétribution de la part de ceux qui exploitent son logiciel dans une offre commerciale.

    Ca évoque aussi les précédents relatifs à MongoDB et ElasticSearch, le second s’étant fait forké par un conglomérat à base des usuals suspects du genre Oracle ou AWS...

  • Un développeur sabote sa librairie pour porter une revendication pour le logiciel libre

    https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-apres-les-critiques-sur-la-securite-des-librairies-un-devel

    Le monde de l’open source est en ébullition après la découverte de la faille Log4shell trouvée dans la librairie Apache Log4j dédiée à la journalisation des applications Java.

    Le développeur des librairies Colors et Fakers les a délibérement saboté en intégrant un module de drapeau US et une revendication

    En novembre 2020, il avait indiqué « ne plus vouloir soutenir les entreprises du Fortune 500 avec mon travail « gratuit » et que les entreprises devaient penser à forker le projet ou rémunérer le développeur avec un salaire annuel à 6 chiffres ».

  • « Je n’attends plus rien de cette élection », entretien avec Jacques Rancière, 16 Janvier 2022 (titre bidon, mal extrait)

    Les thèses d’extrême droite ont contaminé l’ensemble de la classe politique, estime le philosophe. Et la logique du barrage ne parviendrait qu’à les renforcer. Dans « les Trente Inglorieuses », il analyse les causes de cette dérive.

    Après la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique, beaucoup crurent au triomphe solide des démocraties. Philosophe influent en France et aux Etats-Unis, Jacques Rancière, lui, a très tôt perçu les failles et les dangers de ce nouvel ordre du monde. Esprit original, ancien élève d’Althusser et militant de la Gauche prolétarienne, il travaille sur l’articulation de l’art, de la politique et la pensée de l’émancipation. Défenseur de « ceux qui ne sont rien », il publie cette semaine « les Trente Inglorieuses », recueil des interventions qu’il a consacrées à la vie politique de 1991 à 2021. De la guerre du Golfe à l’actuelle pandémie, en passant par les « gilets jaunes », il y dissèque nos pulsions inégalitaires et s’élève contre le discrédit jeté sur les luttes sociales et les mouvements d’émancipation.

    L’OBS. Vous semble-t-il encore permis d’espérer que ce scrutin connaisse une issue positive, d’une manière ou d’une autre ?

    Jacques Rancière. Je ne vois pas comment il le pourrait. Tout d’abord, l’élection d’un président de la République n’est pas une institution démocratique ; elle a été inventée par les monarchistes en 1848 pour contrecarrer la puissance populaire. De Gaulle l’a rétablie en 1962, pour républicaniser le concept royaliste : un seul individu concentrant la puissance publique censé servir de guide à toute la communauté. Ce simulacre de démocratie a fini par devenir une arme contre tout mouvement réellement émancipateur. Regardez comment, en 2017, l’énergie de Nuit Debout a été balayée par le bulldozer de la machine électorale. Deux mille vingt-deux s’annonce comme un nouvel épisode de la comédie déjà jouée en 2002 et 2017, où la gauche vertueuse appelait à voter pour le candidat de la droite « raisonnable », pour faire barrage à l’extrême droite raciste. Je me suis d’emblée opposé à cette prétendue logique du moins pire et j’ai montré qu’elle conduit, en réalité, à renforcer l’extrême droite. Cette dernière pèse aujourd’hui beaucoup plus qu’il y a vingt ans, et l’emprise de ses idées ne cesse de s’étendre sur cette droite dite républicaine, qui ne s’en distingue plus guère, et sur une gauche socialiste qui ne se différencie non plus guère de la droite.

    Pourquoi se rassembler autour d’un candidat, au nom du « front républicain », ne fait-il, selon vous, qu’encourager les idées contraires à l’idéal de la République ?

    J’ai publié, il y a vingt-cinq ans, « Sept règles pour aider à la diffusion des idées racistes en France » https://blogs.mediapart.fr/guillemin-rodary/blog/190421/sept-regles-pour-aider-la-diffusion-des-idees-racistes-en-france. J’y montrais déjà comment les dénonciations indignées contre l’extrême droite ne font que renforcer celle-ci en popularisant ses idées et en leur conférant l’irrésistible parfum du scandale et la palme du martyre. Je constate que rien n’a changé. De fait, les thèses racistes et xénophobes sont à peu près les seules à être débattues au cours de cette campagne. Et le prétendu idéal républicain que brandissent les tenants du front du même nom est devenu, en lui-même, identitaire et intolérant, comme on le voit avec l’instrumentalisation forcenée de la laïcité détournée de son sens historique pour devenir un moyen de stigmatisation d’une partie de la population. Il s’agit d’une véritable spirale de radicalisation. J’avais déclaré dans vos pages, lors de la présidentielle de 2017, qu’en 2022, on nous appellerait à voter pour la bonne républicaine Marine Le Pen contre sa nièce extrémiste Marion Maréchal. N’y sommes-nous pas aujourd’hui à peu près, mais avec Eric Zemmour ? Je n’attends rien de l’élection qui vient, si ce n’est la confirmation de cette mécanique délétère qui confère le rôle de rempart contre l’extrême droite à une classe politicienne de plus en plus gagnée par ses concepts.

    Pourquoi voyez-vous en Emmanuel Macron la figure par excellence du pompier pyromane ?

    N’ayant lui-même aucun arrière-fond idéologique, n’appartenant à aucune des familles politiques traditionnelles, Emmanuel Macron n’est qu’un arriviste arrivé. Par conséquent, il est quelqu’un qui peut manipuler les idées à sa guise, un personnage en quelque sorte absolument blanc. Il peut se présenter solennellement comme un rempart de la République, tout en déléguant à son ministre de l’Education le soin de faire de la lutte contre l’islamo-gauchisme la plus grande urgence de notre université ou à celui de l’Intérieur de tonitruer contre les flux de l’immigration. Il représente une sorte de condensé de la circulation et du traitement des idées dans une classe politicienne où la distance entre droite et extrême droite s’amenuise à la même vitesse que celle entre la gauche et la droite.

    Pas encore candidat officiellement, Emmanuel Macron n’a pour l’instant annoncé qu’une « indispensable » réforme des retraites dans son futur programme. Pourquoi selon vous ?

    Briser ce système par répartition, fondé sur la solidarité, pour le remplacer par des assurances privées individuelles est l’un des objectifs majeurs du capitalisme absolutisé. Il combine une visée pratique : réduire la dépense publique – même s’il est bien difficile de dire quelles sommes seraient réellement économisées – et un objectif hautement symbolique. Notre système de retraite témoigne d’une époque où existait une organisation solidaire de la vie, qui donnait aux gens ordinaires la capacité de gérer le rapport entre-temps de travail et temps personnel. La destruction de toutes les formes de solidarité sociale et, en même temps, celle des structures, des lieux de délibération auxquelles participaient les représentants des travailleurs répond à un enjeu fondamental dans une logique capitaliste qui, sous couvert de lutter contre « l’Etat-providence », instaure un face-à-face direct entre l’Etat et des individus entièrement isolés.

    Quel parti, quel projet vous semblent-ils aujourd’hui à même de formuler une alternative à ce projet capitaliste, qui selon vous unit l’essentiel du spectre politique actuel ?

    L’idée d’une telle alternative a longtemps été liée à la tradition marxiste. Même si les Etats dits socialistes ou communistes trahissaient toutes leurs promesses d’émancipation, la vision marxiste de l’histoire restait vivante. Elle était soutenue par l’existence d’une puissante classe ouvrière, qui était à la fois un groupe social, une force combattante et une forme de préfiguration d’un monde à venir. La gauche partageait encore largement cette vision de l’histoire où le capitalisme produisait la classe destinée à le détruire. Or, c’est le contraire qui s’est produit : le capitalisme a détruit la classe ouvrière. La disparition du parc industriel dans les pays riches, avec les fermetures d’usines et les délocalisations, n’a pas seulement représenté une manière de rendre le travail moins coûteux et la marchandise moins chère. Il a également permis de balayer la classe ouvrière comme telle, avec son potentiel de lutte et ses formes de solidarité, et de la remplacer par un vivier de travailleurs dispersés et précarisés, seuls et dépourvus face au capital financier. Les importants mouvements populaires d’auto-affirmation démocratique, qui ont eu lieu, comme les mouvements des places, les « indignés » de Madrid, Occupy Wall Street, Nuit Debout ou les « gilets jaunes », ne peuvent plus prendre appui sur cette force sociale déterminée ni sur une vision historique porteuse d’espoir.

    L’écologie ne peut-elle représenter ce nouvel horizon, le rassemblement autour de biens et d’objectifs communs ?

    Plutôt que d’ouvrir un nouvel horizon d’espérance, l’écologie nous place devant la catastrophe imminente. Au There is no alternative de la nécessité capitaliste que nous martèlent nos gouvernements, elle oppose une autre logique de la nécessité et de l’urgence : la course de vitesse pour sauver la planète. On nous dit qu’il n’y a qu’une seule chose à faire. Mais toute la question est : qui va la faire ? La plupart des discours écologistes veulent se situer au-delà des vieux clivages politiques en énonçant les conditions de survie de la planète, mais ils court-circuitent ainsi la question du sujet politique : quelles forces combattantes, quelles formes de lutte peuvent faire de l’écologie la cause de tous et non celles d’experts s’en remettant au bon vouloir des maîtres du monde ?

    Pourtant, ceux qui luttent pour le climat dénoncent aussi les inégalités, les plus riches provoquant l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre. Les causes écologistes et sociales ne se rejoignent-elles pas ?

    On peut dire que le capitalisme est responsable de la catastrophe écologique comme il l’est de l’exploitation économique et de l’inégalité sociale. Mais donner une cause commune à tous les maux ne produit par soi-même aucun bien. Et le fait de dénoncer jusqu’à plus soif les inégalités ne fait pas avancer d’un pouce cette cause. Seul le développement de mouvements réellement égalitaires peut changer les choses. On peut toujours sommer les dirigeants du G20 de sauver l’Amazonie, seuls les peuples qui l’habitent combattent réellement pour la défendre. Ils luttent pour la sauvegarder, mais aussi pour montrer au monde qu’ils sont parfaitement capables de comprendre ce qu’est le réchauffement climatique ou la biodiversité. L’égalité ne progresse que lorsque ceux qu’on juge incapables de s’occuper des affaires du monde s’emparent d’elles. En revanche, la démonstration continuelle des injustices finit par faire partie intégrante de l’ordre inégalitaire.

    Comment sortir de cette logique paralysante ?

    Je ne vois pas d’autre voie que l’extension de ces mouvements démocratiques autonomes. L’internationale capitaliste est d’une efficacité extraordinaire, serons-nous capables de constituer une « internationale des mouvements égalitaires » pour lui répondre ? Sur le fond, rien ne sépare plus réellement les grandes puissances d’aujourd’hui, Etats-Unis, Chine, Russie ou Europe, dans leur conception du monde, hormis la défense de leurs propres intérêts, la lutte pour leur puissance. Mais partout, il reste des gens qui s’opposent et se rebellent, que ce soient les manifestants de Santiago, de Hongkong, les paysans sans terre du Brésil ou les agriculteurs opposés au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et de nouvelles formes de résistance s’inventent. Pensons, par exemple, à la manière dont #MeToo a créé un mode de lutte efficace contre des formes de violence qui restaient enfouies dans le domaine de la vie privée.

    Mais pourquoi un mouvement comme celui des « gilets jaunes », par exemple, n’a-t-il pas fait tache d’huile ?

    Les « gilets jaunes » nous ont montré comment des gens, censés avoir peur de bouger et n’être préoccupés que par leurs petites affaires, peuvent se mettre à faire exactement le contraire. Ils se sont rassemblés et ont inventé des formes de mobilisation inattendues, témoignant que la capacité de penser et d’agir en égaux subsiste bel et bien en chacun de nous, quand bien même le système semble nous condamner à l’isolement. Lorsque l’on est porté par la perspective d’un monde plus vivable, on peut renoncer à ce qu’on possède et même se mettre en danger. Le potentiel d’extension était très fort au début de ce mouvement : à Paris, dans la rue à côté de chez moi, les collégiens ont commencé à dresser de petites barricades, certes symboliques. Le gouvernement l’a brutalement réprimé et, plus généralement, a fait en sorte qu’il soit maintenant dangereux de manifester dans la rue. Mais, à mes yeux, ce qui explique le ralentissement du mouvement, c’est moins cette répression et la peur qu’elle peut inspirer, que l’impossibilité de croire en un monde où l’on vive autrement.

    Mais n’est-ce pas aussi que nous jouissons à la fois d’un confort nouveau et de plus grandes libertés de mœurs, dans la société actuelle ?

    Ces libertés, là où elles existent, ne sont pas le résultat de ce développement synchrone qu’on appelait jadis progrès, où la production des techniques, des biens de consommation et des libertés personnelles semblaient avancer d’un même pas. Elles ont été conquises par des combats contre des forces répressives. En 1968, la société n’était pas moins hiérarchisée qu’aujourd’hui, mais, à l’époque, les gens se sentaient égaux et agissaient en conséquence. La hausse du niveau de vie ou les avancées technologiques n’ont pas empêché que se perpétuent la culture du viol et toutes les formes de domination subies par les femmes, mais c’est bien le développement de luttes collectives où celles-ci ont manifesté une puissance d’égalité en acte qui ont fait bouger les lignes.

    Sommes-nous en panne d’horizon ?

    Je ne crois pas à la puissance inspiratrice d’un modèle. Nous en avons eu en pagaille et cela a fini en désastre. L’avenir ne s’écrit pas en appliquant des programmes, il est le résultat de dynamiques présentes. Au Chili, la mobilisation populaire est partie d’une augmentation du prix des transports pour aboutir à la liquidation de la constitution héritée de Pinochet, en passant par l’émergence d’un fort mouvement féministe et par la lutte pour les droits du peuple mapuche. A travers le monde, des mouvements existent et peuvent nous faire réfléchir, nous inspirer, plutôt que de nous perdre dans la quête des bonnes recettes.

    https://www.nouvelobs.com/idees/20220116.OBS53286/jacques-ranciere-je-n-attends-plus-rien-de-cette-election.html

    #présidentielle #élections #extrême_droite #démocratie #retraites #solidarité_sociale #État #vies_séparées #classe_ouvrière #précarisation #écologie #sujet_politique #espérance #formes_de_lutte
    #experts #mouvements_égalitaires #gilets_jaunes #Jacques_Rancière

  • Manifeste conspirationnniste, pub : Vaccins, « Great Reset »... Julien Coupat et le Seuil légitiment le complotisme d’extrême gauche - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/vaccins-great-reset-quand-julien-coupat-et-le-seuil-legitiment-le-complotis

    Une couverture noire, un titre choc, un éditeur prestigieux, une quatrième de couverture dont la grandiloquence prête à sourire ("Nous vaincrons parce que nous sommes plus profonds"), mais des auteurs masqués. Défendant une vision complotiste qui se veut de gauche, le Manifeste conspirationniste doit paraître le 21 janvier aux éditions du Seuil. 

    « Nous sommes conspirationnistes, comme tous les gens sensés désormais. Depuis deux ans que l’on nous balade et que nous nous renseignons, nous avons tout le recul nécessaire pour départager ’le vrai du faux’. Les ridicules autoattestations que l’on a prétendu nous faire remplir avaient bel et bien pour but de nous faire consentir à notre propre enfermement et de faire de nous nos propres geôliers. Leurs concepteurs s’en félicitent à présent. La mise en scène d’une meurtrière pandémie mondiale, ’pire que la grippe espagnole de 1918’, était bien une mise en scène » peut-on lire en préambule. Quelques lignes après : « L’acharnement furieux à balayer tout traitement qui n’impliquerait pas d’expérimenter des biotechnologies sur des populations entières, réduites à l’état de cobaye, avait quelque chose de suspect. Une campagne de vaccination organisée par le cabinet McKinsey et un ’pass sanitaire’ plus loin, la brutalisation du débat public prend tout son sens. C’est sans doute la première épidémie mortelle dont il faut convaincre les gens qu’elle existe. » Les 5,5 millions officiellement morts du Covid (selon l’Organisation mondiale de la santé, le bilan pourrait être deux ou trois fois plus élevé) ? Une manipulation statistique destinée à accélérer l’agenda néolibéral, si l’on croit cet ouvrage. 

    Le texte recycle des éléments qui font fureur dans la complosphère. En 2019, le Centre Johns Hopkins, financé par la Fondation Bill et Melinda Gates ou le Forum économique de Davos, a organisé l’Event 201, un exercice de simulation d’une pandémie de coronavirus. Ce serait là une des « preuves » que l’élite avait bien planifié cette crise sanitaire. Selon les auteurs, le timing de la pandémie ne devrait d’ailleurs rien au hasard. Au vu des mouvements sociaux de 2019 à Hongkong, au Liban, en Catalogne, en Chili ou en Colombie, les « puissances organisées » ayant « intérêt au maintien de l’ordre mondial » auraient voulu « siffler la fin de la récréation ». Et pour littéralement confiner les populations, rien de mieux donc que de créer la frayeur à travers un coronavirus. 

    "Les vaccins dominants sont plus néfastes que le virus"

    Sans surprise, la prouesse scientifique des vaccins à ARN ne trouve pas plus grâce aux yeux des auteurs du Manifeste conspirationniste : « La campagne mondiale de vaccination générale ne correspond à aucune rationalité médicale. Les ’vaccins’ dominants sont plus néfastes que le virus pour la plupart des gens, et n’immunisent pas contre la maladie en tant que telle. Ils favorisent même l’éclosion de variants plus virulents. Bref : ils ne satisfont que la passion d’expérimenter de nouveaux joujoux à l’échelle du globe, et la rapacité de ceux qui les vendent » assurent-ils. Rappelons tout de même que c’est la circulation du virus qui favorise l’émergence de nouveaux variants. Les vaccins, même s’ils sont bien moins efficaces contre Omicron, limitent les contaminations et donc les chances de se répliquer du virus. Leur protection contre les formes sévères de Covid reste, elle, conséquente. 
    Le livre reproche notamment à la France d’avoir masqué les effets des vaccins sur les troubles menstruels. Or, selon une récente étude publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology, juste après avoir reçu un vaccin contre le Covid-19, le cycle menstruel est rallongé de moins d’une journée en moyenne, un effet non-grave et qui apparaît comme temporaire.

    #paywall ou #datawal express au choix... si vous avez accès aux élucubrations anti-gauchistes du journal...

    "Le conspirationnisme procède de l’anxiété de l’individu impuissant confronté à l’appareil gigantesque de la société technologique et un cours historique inintelligible. Il ne sert donc à rien de balayer le conspirationnisme comme faux, grotesque ou blâmable ; il faut s’adresser à l’anxiété d’où il sourd en produisant de l’intelligibilité historique et indiquer la voie d’une sortie de l’impuissance.
    On peut bien s’épuiser à tenter d’expliquer aux « pauvres en esprit » pourquoi ils se trompent, pourquoi les choses sont compliquées, pourquoi il est immoral de penser ceci ou cela, bref : à les évangéliser encore et toujours. Les médias peuvent bien éructer d’anathèmes. C’est le plus généralement sans effet, et parfois contre-productif.

    La vérité est qu’il y a dans le conspirationnisme une recherche éperdue de vérité, un refus de continuer à vivre en esclave travaillant et consommant aveuglément, un désir de trouver un plan commun en sécession avec l’ordre existant, un sentiment inné des machinations à l’œuvre, une sensibilité au sort que cette société réserve à l’enfance, au caractère proprement diabolique du pouvoir et de l’accumulation de richesse, mais surtout un réveil politique qu’il serait suicidaire de laisser à l’extrême-droite."

    http://www.fr.fnac.ch/a16372086/Anonyme-Manifeste-conspirationniste

    on peut s’attendre à des choses... diverses depuis ce recyclage esthétisant du _"cospirare vuol dire respirare insieme", de 1977 (Radio Alice, Bologne)

    #conspirationniste mais... #covido-négationnistes

    • quoi qu’il en soit je crois qu’il faut davantage prendre au sérieux les quelques lignes de l’auteur relayées par la fnac que tel ou tel journal du pays des lumières éteintes qui trouve à justifier une énième dénonciation des gauchistes (qui n’existent plus).

      Sans en appeler encore aux mânes de Thomas Muntzer (qui croirait aujourd’hui faire advenir le paradis sur terre ?), je suggère de (re)lire l’historien Nicolas Guilhot sur ces modalités de refus théories du complot et impasses du debunking
      https://seenthis.net/messages/941895

      plutôt que de dire "négationniste"quoi qu’en ait l’inventeur mort de ce terme si bienvenu pour caractériser son objet il me semble que dénègateurs serait plus approprié.

      intention. il ne s’agit pas non plus semble-t-il de s’enrôler comme tant d’autres voix dans le ou les complotismes (les théories du complot) mais d’en proposer une signification afin d’armer une conspiration contre ce monde.

      (je fulminerais plus tard, à la lecture)

      #conspirationnisme #livre

    • l’apocalypse dévoilée par l’Express, suite et fin

      Le constat n’a rien de surprenant. En 1913, il avait déjà été montré que la vaccination contre la typhoïde était associée à des irrégularités du cycle menstruel.

      Au-delà du Covid, le livre défend la thèse qu’être lucide sur l’état du monde ne peut que mener au conspirationnisme. Les conspirationnistes sont ceux qui cherchent des vérités cachées. Les autres ? Des « somnambules », des « endormis », des « esclaves » assoupis par les « fact-checkers » journalistes, forcément complices du pouvoir. « Dans un monde de paranoïaque, ce sont les paranoïaques qui ont raison », assure [profond, ndc] ce manifeste. On apprend ainsi que le réchauffement climatique aurait été sciemment voulu par l’élite néolibérale ("rien de tel que les catastrophes pour créer de la rareté, donc de nouveaux marchés et de nouveaux sujets économiques"). Que tous les objets de notre environnement, de la pissotière au smartphone, sont planifiés à nos dépens par des designers malveillants ("sous chaque détail de notre environnement se cachent des desseins informulés"). Qu’il faut se méfier du CNRS car il aurait été impulsé par la maléfique Fondation Rockefeller. Ou même que l’immunité serait une notion biologique idéologiquement nocive. « Avec ses systèmes de détection en éveil, ses menaces d’invasions, ses corps étrangers à refouler et ses déplacements de commandos d’anticorps, elle exhale à plein nez le militarisme étatique de son époque de naissance [NDLR : le XIXe siècle]. »

      De La fabrique au Seuil

      « Ce livre est anonyme car il n’appartient à personne ; il appartient au mouvement de dissociation sociale en cours » peut-on lire au début. Le ton aussi insurrectionnel que lyrique, l’usage des italiques pour souligner un propos se voulant important, les illustrations situationnistes appartiennent pourtant à quelqu’un. Selon nos informations, ce Manifeste est ainsi l’oeuvre de Julien Coupat et de son Comité invisible. Auteur de L’Insurrection qui vient en 2007, ce groupe s’est retrouvé au coeur de l’actualité en 2008 avec l’affaire de Tarnac. Julien Coupat avait été arrêté par la police antiterroriste et mis en examen pour sabotage d’une voie de TGV. Libéré en 2009, il avait bénéficié d’une importante mobilisation, notamment de la part des milieux intellectuels de gauche, qui ont dénoncé une enquête policière orientée et bâclée. En 2018, il sera finalement relaxé par le tribunal correctionnel de Paris. La même année, lors d’une manifestation des gilets jaunes, Coupat a été interpellé et placé en garde à vue. On apprend dans ce livre que les auteurs ont participé à la manifestation sauvage contre le couvre- feu du 17 octobre 2020. « Nous étions ce soir-là quelques centaines, pour braver la nouvelle mesure de vexation, à déambuler de la place du Châtelet jusqu’à la gare de l’Est. En refaisant au passage la façade d’un petit commissariat. »

      Influent dans la gauche radicale, le Comité invisible a longtemps été édité par La Fabrique. Une maison fondée par Eric Hazan, marqué « à gauche de la gauche », qui a l’habitude des auteurs sulfureux (Houria Bouteldja, Norman Finkelstein...). Le passage chez un éditeur généraliste, le Seuil, propriété du groupe Média-Participations, peut surprendre, d’autant plus avec un contenu aussi ouvertement conspirationniste. Patron du Seuil engagé très à gauche, Hugues Jallon avait signé une tribune en faveur d’Eric Hazan au moment de l’affaire de Tarnac. Du côté de l’éditeur, on assure n’avoir pas hésité avant de publier ce texte présenté comme « littéralement très puissant » et proposant un « horizon d’émancipation ».

      Ce Manifeste conspirationniste n’a rien d’un point de vue solitaire au sein de la gauche radicale intellectuelle. En février 2020, le philosophe italien Giorgio Agamben, mentor de Coupat, avait par exemple publié une tribune sur le Covid qualifié de « simple grippe », dans laquelle on pouvait lire : « Il semblerait que, le terrorisme étant épuisé comme cause de mesures d’exception, l’invention d’une épidémie puisse offrir le prétexte idéal pour les étendre au-delà de toutes les limites. » Des propos dénoncés par Conspiracy Watch comme relevant d’un « complotisme sophistiqué ».

      Similitudes avec Philippe de Villiers

      Assisterait-on à une convergence des conspirationnismes d’extrême droite et d’extrême gauche ? Il est frappant de comparer ce Manifeste conspirationnisme avec les best-sellers de Philippe de Villiers, pourtant à l’opposé absolu sur l’échiquier politique. Comme dans Le jour d’après, on retrouve ici la théorie du Great Reset et une obsession pour Klaus Schwab, patron du Forum économique de Davos. Diffusée à partir de l’été 2020 sur Internet, avant d’être popularisée par le documentaire à succès Hold-up, cette théorie assure que le Great Reset, ou grande réinitialisation, serait un plan des élites pour instaurer un « nouvel ordre mondial » grâce à la pandémie. Au départ, il y a ce concept lancé par le Forum de Davos en juin 2020 appelant de ses voeux un « capitalisme responsable ». Un mois plus tard, Klaus Schwab en fait un essai, cosigné avec le prospectiviste Thierry Malleret ( Covid-19 : La Grande Réinitialisation, Forum Publishing). « Quel ridicule se sont donné les médias à faire passer pour une ’théorie de la conspiration’ ce qui figure en toutes lettres dans des livres qu’ils n’ont pas pris la peine de parcourir, eux ! », assure le Comité invisible. Nous pouvons les rassurer : L’Express a soigneusement lu La Grande Réinitialisation. Diagnostiquant l’échec du néolibéralisme, le livre plaide pour un capitalisme plus respectueux de l’environnement et pour l’avènement d’un monde plus inclusif, moins inégalitaire. Voeux pieux ? Bons sentiments ? Concept marketing un peu creux ? Sans doute. Mais voir dans le très scolaire essai de Schwab et Malleret un projet diabolique ne peut que faire sourire.

      Ce ne sont pas les seuls points communs entre Julien Coupat et Philippe de Villiers. Les deux dissertent sur la « biopolitique » qui viserait à imposer un projet transhumaniste. Les deux font de Jean Monnet, des Rockefeller ou de John Foster Dulles (secrétaire d’Etat américain sous Eisenhower) des figures diaboliques. En revanche, la différence de style est notable : emphatique et truffé de références intellectuelles chez le révolutionnaire, gouailleur et riche en anecdotes aussi amusantes qu’imaginaires chez le vicomte vendéen.

      Du côté du Seuil, on défend le livre en expliquant que le conspirationnisme représente un « réveil politique qu’il serait suicidaire de laisser à l’extrême droite ». Dans la course à la récupération politique des thèses complotistes, il est pourtant loin d’être certain que ce soit l’extrême gauche qui l’emporte. Paru en avril 2021, Le jour d’après de Philippe de Villiers a dépassé les 100 000 exemplaires vendus.

    • À ce point, il serait saugrenu de se demander s’ils conspirent, les 1 % qui détiennent 48 % de la richesse mondiale, qui fréquentent partout le même type d’écoles, de lieux et de gens, qui lisent les mêmes journaux, succombent aux mêmes modes, baignent dans les mêmes discours et dans le même sentiment de leur supériorité héréditaire.
      Évidemment qu’ils respirent le même air.
      Évidemment qu’ils conspirent.
      Ils n’ont même pas besoin de comploter pour cela.

      #plume (et du coup, il y a quand même de quoi alléger)

    • J’en parlais hier ici même, nous voilà donc bien revenu au socialisme des imbéciles (qui désignait l’antisémitisme rance de l’extrême gauche début XXème), bien sûr sous une forme différente. Tout cela a fini par accoucher du fascisme, en d’autres temps... évidemment.

    • Non, le nietzschéisme humanitaire des talk show de Stiegler, la gentillesse d’un hippie qui ne s’arrête pas au "chacun son trip" du gourou Fouché, restent malgré des intersections réelles et potentielles, distinctes de ce #messianisme apocalyptique. Le pari politique veut s’appuyer sur une dynamique présente où toute autorité se trouve fondamentalement récusée depuis l’expérience et la compréhension qui en découle (ce qui a pour avers la quasi déification d’individus sacrés par delà tout logique représentants et incarnation du vrai). Le spectre de la retombée antisémite de l’anticapitalisme hante la gauche, et d’autres. Pas de ça ici (c’est à vérifier par une lecture de l’ensemble).

      Avec cette modestie mégalomane artisane d’un dire par dessus le bruit, on est loin de ces postures minables.

      Ainsi, les quelques lignes citées dans mon seen précédent sont-ils la reprise d’une vérité constitutive découverte depuis la pratique par l’autonomie des années 70 en Italie ("conspirer c’est respirer ensemble"), appliquée ici aux militants de l’économie. Nonobstant des désaccords profonds quant au style politique de divers énoncés intenables (et dangereux), j’y vois une manière bien plus claire de dire la mondialisation du capitalisme mur que ce que les petits complotismes de gauche ont pu raconter à ce sujet ces dernières années. (voir les passages sur la Société du Mont-Pèlerin par exemple).
      Et ce bien que par certains aspects, le texte rappelle cette logique du dévoilement par l’exemple de la mystification du Sanguinetti-Censor Véridique rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie , dont on se souviendra qu’il faisait des BR un jouet aux mains des services secrets italiens. Jusqu’où faut-il croire à son intox ?

      Un choix de citations qui jalonnent (ah ah ah) ce texte pour inciter à aller y voir

      Le pouvoir est un rapport de forces complexes
      http://palimpsestes.fr/textes_philo/foucault/pouvoir.html

      « La différence entre une pensée vraie et un mensonge consiste dans le fait que le mensonge requiert logiquement un penseur et non la pensée vraie. Il n’y a besoin de personne pour concevoir la pensée vraie. […] Les seules pensées auxquelles un penseur est absolument nécessaire sont les mensonges. » (Wilfred R. Bion, L’Attention et l’Interprétation, 1970)

      « Une opinion largement répandue veut que la terreur fasciste n’ait été dans l’histoire moderne qu’un épisode éphémère, à présent heureusement derrière nous. Je ne peux partager cette opinion. Je crois que la terreur est profondément enracinée dans les tendances mêmes de la civilisation moderne, et plus spécialement dans la structure de l’économie moderne. […] Le système moderne de terreur revient essentiellement à l’atomisation de l’individu. Nous tremblons devant les tortures infligées aux corps des hommes ; mais nous ne devrions pas être moins horrifiés par la menace sur l’esprit des hommes. La terreur accomplit son travail de déshumanisation par l’intégration totale de la population en collectivités ; elle vise à priver les hommes des moyens psychologiques de communication directe entre eux malgré le – ou plutôt à cause du – formidable appareil de communications auquel ils sont exposés. L’individu en situation de terreur n’est jamais seul et toujours seul. Il s’engourdit et s’endurcit non seulement vis-à-vis de son voisin, mais vis-à-vis de lui-même ; la peur lui dérobe son pouvoir de réaction émotionnelle et mentale spontanée. Penser devient un crime stupide ; cela met en danger sa vie. La conséquence inévitable est que la stupidité se répand comme une maladie contagieuse parmi la population terrorisée. Les êtres humains vivent alors dans un état de stupeur – dans un coma moral. » (Leo Löwenthal, « L’atomisation de l’homme par la terreur », 1946)

      « gouverner, c’est mettre vos sujets hors d’état de vous nuire et même d’y penser » (Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live)

      Un point de vue d’historien récemment relié ici, qui remonte plutôt au communisme qu’a son avatar socialiste : D’un chaman à l’autre : théories du complot et impasses du debunking https://seenthis.net/messages/941895

      Chez Muntzer et dans la Guerre des paysans, une croyance en dieu se libérant de l’église, la Réforme, avait été tordue : c’est sur terre que le paradis pouvait être instauré, par les croyants.

      Ici, on veut partir de l’expérience commune, par delà les chiffres décrivant la pandémie, ce que la sensibilité retient le mieux c’est la dureté des traitements (un phénomène courant avec des cancers passant inaperçus jusqu’à ce que ce soient les traitements qui rendent malades). Les dégueulasseries d’Agamben sur "la gripette" ne lui appartiennent pas, pas plus qu’elles n’appartiennent à Peronne, Macron (c’est une mauvaise grippette de l’économie, qui n’en mourra pas et en sortira renforcée), Raoult ou Fouché.

      Je préfèrerais que ce qui compte dans les esprit soit une affirmation fausse (le paradis sur terre, or on sait que nulle harmonie ne viendra nous sauver) plutôt que la dénégation actuellement de rigueur (bien au-delà des "radicaux dont il est question là https://ravageeditions.noblogs.org/post/2020/05/01/denegations-maria-desmers on peut y inclure les salauds de la déclaration de Great Barrington)

      Il s’agit toujours d’opérer un partage dans le partage, de cliver ce qui tient lieu de commun (destin, situation, croyance). Le coup de dé tenté ici pour un renversement (il y a un siècle il s’agissait de "transformer la guerre impérialiste en guerre civile") me parait plus que glissant. Il persiste à se penser en majesté, contrairement à l’attention et au soin qui conditionne l’existence de néoténiques de longue durée voués à l’interdépendance https://seenthis.net/messages/944319

      Oui, le plaisir d’échapper aux tendances victimaires qui nous tiennent, nous, les perdants, se paye certainement trop cher, on le sait des avoir vu d’exécrables exemples : https://lundi.am/La-guerre-veritable

      C’est au point que Lundi matin semble peut-être ne plus s’en tenir à un pluralisme pour la montre et a voulu répondre par avance à la sortie de La conspiration qui vient :
      https://lundi.am/Sur-la-catastrophe-en-cours-et-comment-en-sortir

      Parce que le pouvoir n’a jamais été aussi technocratique, livide et inhumain, certains tendent une oreille bienveillante aux premiers charlatans venus leur chanter « le #vivant ». Mais l’engrenage est vicieux et une fois qu’on a adhéré à une supercherie du simple fait qu’elle prétende s’opposer au gouvernement, on a plus d’autre choix que de s’y enferrer et d’y croire.

      Dans et contre la #biopolitique. Nous n’en avons pas fini avec l’errance, et les confrontations. Mais, après deux ans, la sidération s’atténue. Et c’est ce que je veux retenir depuis l’an neuf qui a vu la publication enfin d’un point de vue militant (-Pour une santé communautaire-, PLI) qui dise la centralité d’un point de vue (et non pas de "la" science !!) qui parte de la "réduction des risques" contre la société du risque et sa gestion (Ewald, Medef, et alii), et tout ce que "les gauches" et chacun.e de nous lui offre et lui laisse comme terrain.

      Pour revenir sur cet l’opuscule, malgré la disqualification qu’entraîne la théorie de la grippette, je ne crois pas possible de rejeter le texte avant lecture.
      Divers rejetons de l’appelisme ( http://1libertaire.free.fr/Appel01.html ) - plus qu’un courant, une empreinte dominante depuis la lutte contre le CPE parmi bien des révoltés en recherche - en diront quelque chose. Et c’est aussi sans eux qu’il y a à collectivement passer en revue les tours de passe passe et les impasses d’un texte qui ne table pas exclusivement sur son aptitude à séduire.

      Après tout, ce qu’en disait la promo de l’éditeur adressée aux libraires en début d’année, et dépubliée depuis, n’est pas rien. :

      Le conspirationnisme procède de l’anxiété de l’individu impuissant confronté à l’appareil gigantesque de la société technologique et un cours historique inintelligible. Il ne sert donc à rien de balayer le conspirationnisme comme faux, grotesque ou blâmable ; il faut s’adresser à l’anxiété d’où il sourd en produisant de l’intelligibilité historique et indiquer la voie d’une sortie de l’impuissance.

      #singularité #histoire

    • Merci pour tous ces liens et réflexions @colporteur .
      Loin de moi l’idée de dire que Coupat ou Stiegler sont des antisémites. L’histoire se répète rarement (et même jamais) à l’identique. Ce qui me frappe ce sont ces schémas de pensée, absolument pauvres. Ils ont beau être bien tournés, bien écrits, bien parlés (sûrement mieux que ce dont je suis capable de produire), ces discours sont d’une simplicité confondante. C’est ce simplisme qui a conduit des anti-pass/anti-vax de gauche comme de droite (extrême) à défiler main dans la main. Le fascisme est venu en partie de syndicalistes révolutionnaires il y a plus d’un siècle. On ne se dit jamais ou rarement fasciste comme ça, du jour au lendemain, on le devient sans crier gare, au fil du temps, par glissement continuel sur des pentes dangereuses.
      Bon, je n’ai pas lu l’ouvrage en question donc je ne pourrai en dire plus, peut-être que c’est éloigné de ce que je peux présupposer.

    • Bon, au moins n’est tu pas lassé par ce qui pourrait apparaître comme des leçons vu la quantité de mots et de références que charrient des élucubrations où je tourne en rond à me demander ce que c’est et comment ça marche. Ça évite un malentendu puisque je ne sais que penser de ce machin, entre rejet viscéral, curiosité, et un certain effroi.

      Sinon, je ne trouve pas que Stiegler écrive :-). Et son cas est surtout différent du fait qu’elle ne dit pas, elle « il faut conspirer contre ce monde » mais se contente de dénoncer un complot (idée à la racine de laquelle, par « chez nous », on retrouve toujours un antisémitisme : le Juif c’est une fonction dans le monde des Gentils, un embrayeur).

      Ce « Manifeste » m’intéresse de proclamer que rien ne se réglera sans conflit depuis la trame même des existences (respirer ensemble), que la conspiration n’est pas l’apanage des dominants. Si j’ai des réserve sur l’abolition des classes qui y est bien prématurément à l’oeuvre, sous couvert d’appel au sensible et aux formes de vie, c’est ce retournement que je trouve juste. Et puis ce texte se disqualifie de s’appuyer, sous prétexte qu’il règne, sur le mensonge.

      Dérive du style post situ, le faux y devient un moment du vrai. C’est étrange. Mais si ça, ça rappelle effectivement les négationnistes d’ultra-gauche (la fausse question de l’existence des chambres à gaz pour mettre à nu l’autolégitimation de démocraties qui nous relieraient religieusement dans la conviction que « les camps de concentration sont l’enfer d’un monde dont le paradis est le supermarché. ») ? j’essaie comme je l’ai dit d’attendre d’avoir lu et échange sur cette lecture, de ne pas céder trop vite à la colère.

    • Et si conspirer était une bonne idée ? Raphael Kempf
      https://reporterre.net/Et-si-conspirer-etait-une-bonne-idee

      (...) parce qu’on étouffe que cela fait un grand bien de lire le Manifeste conspirationniste.

      Le Manifeste estime clairement que la gravité de la pandémie a été exagérée, mais surtout qu’elle a été « une divine surprise », permettant de mettre en œuvre des stratégies de contrôle préparées de longue date, afin de mettre un terme à des révoltes de plus en plus massives.

      La thèse reste cependant inaboutie, dans la mesure où elle n’indique ni ne suggère clairement ce qu’il aurait fallu faire devant la pandémie. Certes, « le Covid est une maladie de civilisation, comme le cancer. Au vu du caractère bénin de l’affection chez la plupart des sujets, il faut bien admettre que, s’il y a une ‘cause’ à celle-ci, c’est bien moins le virus lui-même que l’état pathologique normal propre à ce monde ». La focalisation exclusive sur le vaccin et les mesures policières qui l’accompagnent, au détriment de toute politique de santé publique sur les maladies - dites comorbidités - qui accroissent la vulnérabilité au virus, confirme la validité de ce point de vue. Il aurait cependant été utile d’être plus explicite, le refus des injonctions ne pouvant suffire à convaincre.

      « Pendant des millénaires, avant que la biologie ne vienne tout embrouiller, ce que l’on appelle à présent “le #vivant ” était plutôt l’animé — ce qui est doté d’une âme. En latin, en grec, en hébreu et dans tant d’autres langues, la notion d’âme — anima, psyché, rouakh — renvoie au souffle, au vent, à la respiration. Ce qui est vivant est donc ce qui est traversé, traversé d’un souffle. Vivre, ce n’est pas être un centre organique autogène, ni même une volonté de puissance ou une forme d’organisation — c’est participer de ce qui nous entoure. C’est être en état de participation cosmique. »

    • La focalisation exclusive sur le vaccin et les mesures policières qui l’accompagnent, au détriment de toute politique de santé publique sur les maladies - dites comorbidités - qui accroissent la vulnérabilité au virus, confirme la validité de ce point de vue.

      J’en peux plus d’entendre cet argument moisi depuis le tout début de la part de la gauche/des écolos/anti-industriels. J’en peux plus parce que c’est parfaitement vrai MAIS que c’est dans le même temps pourtant évident que rationnellement ça n’a aucun sens pour sauver concrètement les gens LÀ MAINTENANT.

      Se battre contre le sucre, l’obésité, le diabète, les produits cancérigènes, etc, c’est parfaitement nécessaire et obligatoire, mais ce sont des combats sur des années, pour que par génération ces maladies syndémiques du monde capitaliste et industriel se réduisent petit à petit.

      À aucun putain de moment il n’y a d’actions de santé publique possibles qui va D’UN COUP faire disparaître l’obésité, le diabète, etc, et faire que les gens qui ont le covid AUJOURD’HUI n’auront magiquement presque plus de cas graves réa/mort.

      Donc les anti-indus bas du front et comités invisibles brillent surtout par leurs mesures invisibles pour sauver des vies NOW. Et quand on dit sauver des vies, c’est pas juste une image, c’est pas du putain de luxe de riches de vivre un peu mieux, etc, on parle de millions de gens dans le monde qui sont morts à cause de ça en moins de deux ans et encore plus qui vont finir avec des séquelles permanents de covids longs (rappel aux anti-indus français : tout le monde n’a pas la chance d’avoir encore la sécu et des hopitaux publics qui marchent encore et qui ont pu sauver beaucoup de gens, alors même que le but réel doit être de NE PAS arriver à l’hopital du tout !).

      Depuis le début on le dit tout en critiquant le gouvernement pour sa gestion autoritaire : qu’est-ce que NOUS on aurait mis en place pour se protéger les un⋅es les autres ? Pour se protéger réellement MAINTENANT, pas pour réduire les cancers dans 50 ans !

      Ces philosophes discutent la fin des temps, etc, mais sont même pas capable de faire la distinction entre des actions qui s’appliquent en mois, et des actions qui s’appliquent en décennies.

    • l’invocation de La Solidarité comme valeur absolue sert seulement interdire de poser les questions vitales : « avec qui ? sur quelle base ? contre qui dans quelles relations ? »
      Nous interdire de nous les poser, c’est nous interdire de nous défendre contre ce qui nous affaiblit. Contre ce qui nous tue. C’est vouloir nous rendre malades. Et nous livrer à nos bourreaux. Cela advient même physiologiquement chez toutes ces victimes de « #Covid_long » qui n’ont en réalité jamais contracté la maladie. En vertu de l’effet nocébo, ils sont littéralement malades de solidarité ». p. 273

  • Les chemins de désir | ARTE Radio (j’écoute enfin cette autofiction radio de Claire Richard, c’est chouette, merci @osezkarl de m’avoir rappelé son existence) https://www.arteradio.com/serie/les_chemins_de_desir

    Dans ce podcast de fiction, une femme explore les chemins du désir féminin, ses contre-allées déroutantes, ses ruelles cachées, ses zones de liberté. Comment l’imaginaire érotique se construit parfois loin de la vie amoureuse réelle. Dans une langue superbe, à la fois moderne et réfléchie, l’auteure retrace une vie de fantasmes et de plaisirs solitaires : de la découverte d’une BD de charme dans le grenier de sa grand-mère aux vidéos X disponibles aujourd’hui. A chaque épisode correspond une avancée technologique : le film de Canal+, l’Internet, le hentai... Cette histoire singulière est aussi celle d’une génération, et ces chemins dévoilés peuvent être empruntés par tous. Une production ARTE Radio. « Les chemins de désir » est publié aux éditions du Seuil.

  • Alors, on te voit plus aux soirées ? Pour une santé communautaire. - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/alors-on-te-voit-plus-aux-soirees-15592

    Parce que la forme pandémie n’est pas simplement naturelle, mais fortement impactée par l’organisation sociale, je m’oppose à toute méthode qui consisterait à « laisser faire la nature », à « faire confiance à son corps » et « booster son immunité naturelle ». Pire encore, l’idée qu’« il faut bien mourir de quelque chose ». L’immunité naturelle et collective, pour autant qu’elle soit atteignable (ce qui n’est pas certain), a un coût humain. Et, ce coût humain est d’abord payé par les plus fragiles (que ce soit une fragilité naturelle ou créée par le monde dans lequel on vit), ce qui n’est rien d’autre qu’un nouvel eugénisme dégueulasse.
    Je dois t’avouer que j’ai été effaré de la porosité de nos milieux aux discours niant la dangerosité du virus et aux scientifiques "alternatifs" (pour ne pas dire escrocs). Pourtant, tu sais à quel point je suis sensible à un certain nombre d’arguments techno-critiques ou anti-industriels… Mais, dans le champ étroit du médical et de la lutte contre le virus (traitements, vaccins, moyens de prévention), qui d’autre que les experts ? Questionner ces experts, c’est par exemple les interpeller sur les mystérieux « covid longs », construire des groupes patient-e-s/médecins, plutôt que leur opposer des chiffres manipulés ou des scientifiques alternatifs (eux aussi en blouse blanche et poursuivant également un business personnel très lucratif…). Quant à nous, quelques séances d’éducation populaire sur la thématique de l’immunité nous seraient sans doute fortement bénéfiques !!

    enfin des textes comme ça bordel.

    (aaaaaah une #piqûre)

    • Ces mesures sont le premier pas indispensable vers la constitution d’un arsenal sanitaire large et pérenne, grâce auquel la France sera à même de faire face à d’éventuelles autres pandémies, sans payer le prix humain de SARS-CoV-2. La responsabilité du politique est de sortir des clivages simplistes et de l’attente de la disparition miraculeuse de la crise.

      Notre société a besoin d’en finir avec la litanie des demi-mesures et des annonces paternalistes, égrenées sans aucune visibilité ni logique au fil des vagues épidémiques. Renouer avec la joie de vivre et redonner du sens à notre existence commune implique d’apporter une réponse rationnelle et solidaire aux crises qui nous frappent.

      Après bientôt deux ans de pandémie et à l’approche d’échéances électorales importantes, il est difficile de croire qu’un programme politique qui ne s’élèverait pas à la hauteur de ces constats en incluant des propositions sanitaires et scientifiques solides puisse avoir quoi que ce soit à dire sur l’avenir de notre société.

      Parmi les plus de 1 200 signataires : Samuel Alizon Chercheuse en biologie de l’évolution, CNRS, Thomas Becking Postdoctorant CNRS en biologie, écologie, évolution à l’université de Poitiers, Sylvie Citerne Technicienne de laboratoire de recherche, Inrae, Jacques Haiech Professeur honoraire de biotechnologie, université de Strasbourg, Pascal Maillard Universitaire en littérature française, université de Strasbourg, Perola Milman Chercheuse en physique, CNRS, Pierre-Yves Modicom Universitaire en linguistique, université Bordeaux-Montaigne, Laure Saint-Raymond Professeure de mathématiques, Institut des Hautes études scientifiques, Johanna Siméant-Germanos Professeure, science politique, Ecole normale supérieure de Paris, Anne-Soisig Steunou Chercheuse en microbiologie, I2BC, CNRS…

      La liste complète : https://rogueesr.fr/en_finir_et_prevenir soutenue également par le Mouvement international d’universitaires et de chercheurs qui porte les mêmes revendications.

    • il est logique qu’avec tous ces acteurs qui se sont confortés et cramés à dire nawak (des plateaux télé à l’académie de médecine, en passant par le gouvernement), d’autres apparaissent. Enfin ! 50 000 agents de santé (et pas doctolib), ça aurait changé la donne dans tous les domaines, vaccination comprise. On le sait. Et le Vietnam et le Kerala l’ont à nouveau démontré dès le printemps 2020. (marrant de voir que le recours à l’emploi précaire a mieux marché là bas qu’ici, pour ce qui est des besoins de la population).

      combien de temps faut-il pour sortir du bois ? faire un appel ? dire quelque chose collectivement (puisse le Mélanchon être contraint de suivre (malgré le vaccin), comme les signataires y invitent ; Pécresse à déjà joué à « je distribue des masques », tout ce qui peut accroitre la concurrence entre politiques sur ces questions sera bienvenu.

      #vaccination_universelle #tester-tracer_isoler #FFP2 #agents_de_santé ou #arpenteurs_de_santé #aération #filtres_Hepa #UV-C #réduction_des_risques

  • Les médias sous la domination de Google et Facebook (Mediapart, 5 janvier 2022) https://www.mediapart.fr/journal/economie/050122/les-medias-sous-la-domination-de-google-et-facebook

    L’exemple le plus révélateur est celui du Monde, qui est le premier quotidien, avec La Voix du Nord, à intégrer sur son site lemonde.fr cette nouvelle fonctionnalité baptisée « Suscribe with Google » (SWG). Décryptage du Journal du Net dans un article consacré « au pacte faustien » conclu entre la plateforme et le quotidien : « L’outil permet à un utilisateur qui dispose d’un compte Google de s’abonner au média partenaire par ce biais. C’est-à-dire sans friction car SWG renseigne automatiquement ses informations de connexion, qu’il s’agisse de ses nom et prénom ou de ses coordonnées bancaires, si celles-ci sont déjà associées à son compte Google. Des informations qu’il transmet ensuite au média partenaire. »

    https://www.journaldunet.com/media/publishers/1499021-suscribe-with-google-le-nouveau-pacte-faustien-des-medias

    Ce système SWG n’est pas une véritable nouveauté. Il s’apparente aux modalités de paiement conçues pour ceux qui disposent d’un compte Paypal ou qui s’abonnent au travers d’un compte Apple. Mais, dans le cas du Monde, ce système SWG est quelques mois après son lancement amendé. Google décide de faire un geste complémentaire, en prenant à sa charge 50 % du prix des abonnements pendant un an au Monde - et pas à la plupart des autres journaux disposant du même système. La plateforme américaine, dont l’immense fortune est fonction de sa position dominante sur le marché publicitaire, met la main dans tous les cas de figure sur des données hautement précieuses : une partie de la base abonnés du Monde. Les nouveaux abonnés au journal ne le savent donc pas forcément, mais s’ils ont profité d’une souscription à prix réduit, c’est au terme d’un vieux et pernicieux précepte : si c’est gratuit, c’est que c’est vous la marchandise !

    De l’intérêt grandissant de se démarquer de ces stratégies de captation. Difficile de lutter contre le sentiment que la partie est déjà perdue. cc @booz

  • À propos de « Mémo sur la nouvelle classe écologique » de Bruno Latour et Nikolaj Schultz : « classes géosociales » ou « prolétariat du vivant » ? https://www.liberation.fr/idees-et-debats/bruno-latour-des-lendemains-ecologiques-qui-chantent-20220105BOQARQAWJFB4

    (…) nous devons apprendre à avoir de la considération pour le territoire où l’on vit, mais aussi pour le territoire dont on vit, c’est-à-dire tous les lieux d’où proviennent les ressources nécessaires à nos existences. Plus facile à dire qu’à faire ? Avec la pandémie, nous avons mesuré notre pouvoir d’action : « Dans le monde entier, des milliers de gens ont développé des pratiques de subsistance durable à petite échelle, comme l’agriculture domestique, pour assurer leur subsistance au-delà de notre système de production », explique Nikolaj Schultz, coauteur de Bruno Latour et spécialiste des classes géosociales.

    Mais Latour nous appelle plutôt à penser avant d’agir. À ses yeux, nous devrions prendre le temps de dire ce que nous sommes (ou non) prêts à sacrifier de nos vies actuelles pour entrer dans le monde d’après. En pleine pandémie, il invitait dans AOC à rédiger des cahiers de doléances à la manière de 1789, pour faire advenir une « classe géosociale » capable de défendre les intérêts du vivant. Façon de faire entrer sérieusement l’écologie dans l’arène politique : « Longtemps, l’écologie s’est pris les pieds dans l’idée qu’elle constituait un projet de consensus au-delà des divisions sociales. Or, l’écologie ne met pas fin aux conflits, elle les intensifie », affirme Nikolaj Schultz.

    La révolution écologique ne se fera pas avec le prolétariat du siècle passé. « L’écologie doit accepter de donner un sens nouveau au terme de classe », écrivent Latour et son doctorant dans le Mémo sur la nouvelle classe écologique. Ils proposent donc de revoir le concept de fond en comble. « Il s’agit de décrire les classes non pas en fonction de leur position “économique” dans le système de production, mais en fonction de leur accès, de leurs liens, et de leurs relations avec les conditions d’existence terrestres », explique Nikolaj Schultz.

    Il ne s’agit pas de renier l’importance des luttes menées par les classes prolétariennes, mais de pointer les limites d’un modèle d’émancipation focalisé sur la production, et donc sur la « destruction des conditions d’habitabilité de la planète ». « Marx n’a parlé que de la reproduction des humains, et pas des non-humains, or, celle-ci est paradoxalement cruciale, aujourd’hui, pour la reproduction et la survie humaine », poursuit Nikolaj Schultz.

    L’eurodéputée écologiste (Europe Ecologie-Les Verts) Marie Toussaint y voit un approfondissement des idées latouriennes : « Dans Où atterrir ? Latour opposait uniquement les “terrestres” et les “destructeurs”, passant sous silence les enjeux de la répartition et de la distribution des ressources. C’est l’objet de la plupart des luttes pour la justice environnementale. En parlant de classe géosociale, il se rapproche d’une compréhension de cet enjeu. »

    La construction des classes géosociales annonce donc une vaste refondation : « Il faut un temps très long pour faire s’aligner […] les manières, les valeurs, les cultures avec la logique des intérêts ; ensuite, repérer les amis et les ennemis ; puis, développer la fameuse “conscience de classe” ; et, enfin, inventer une offre politique », dit Latour avec Schultz. Pour le philosophe Paul Guillibert [@pguilli] auteur de l’essai Terre et Capital (Amsterdam) qui s’efforce de concilier marxisme et pensées environnementales, « ce concept permet de dire que les classes sont toujours liées à une manière d’habiter la Terre. C’est une manière de lier l’héritage du socialisme et l’avenir de l’écologie ».

    Pour un penseur qui a mis en évidence l’importance de la controverse dans les sciences, les points de débat théoriques sont nombreux et assumés. (…)

    Les réactions les plus dures viennent de penseurs marxistes. Dans un post de blog assassin sur le site du Monde diplomatique, le philosophe Frédéric Lordon l’attaque sur son incapacité à s’en prendre frontalement au capitalisme. Affirmant que « le latourisme politique est un mystère », il l’invite à « envisager de proférer une réponse enfin sérieuse à la question de savoir, non pas “où”, mais sur quoi atterrir – et pour bien l’écraser : sur le capitalisme ». Il est vrai que le mot apparaît peu dans ses textes…

    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant
    https://blog.mondediplo.net/maintenant-il-va-falloir-le-dire

    Plus tranquille, Paul Guillibert considère que Bruno Latour comble progressivement « un impensé des rapports économiques et des rapports d’exploitation », mais sans assez de considération pour le corpus marxiste. « Il oublie de voir ce qu’il y a d’écologique dans les classes existantes », dit le philosophe. « Le capitalisme, c’est déjà une écologie. D’ailleurs, la bourgeoisie est peut-être la première classe écologique de l’histoire, puisqu’elle a eu très tôt conscience de sa capacité à transformer la nature pour accumuler du profit, par exemple avec le système des plantations coloniales », explique-t-il.

    Le Mémo… composé avec Nikolaj Schultz veut répondre à cette objection : « Si nous avions voulu faire table rase, nous n’aurions pas parlé de classe, dit Schultz. La nouvelle situation écologique est fondamentalement une réminiscence de ce qui s’est produit à l’époque de Marx, parce que la question de la subsistance des sociétés est revenue. » Mais pour Paul Guillibert, il est possible d’aller plus loin : « Parler de prolétariat des vivants plutôt que de classes géosociales est sans doute une façon d’être plus latourien que Latour. » Chiche ?

  • Azote : la crise environnementale dont vous n’avez pas encore entendu parler - UP’ Magazine
    http://urlr.me/dpv59

    La création des engrais de synthèse au début du XXe siècle a marqué un tournant dans l’histoire de l’humanité, permettant une augmentation des rendements agricoles et provoquant un boom démographique. Mais l’utilisation excessive d’azote et de phosphore provenant de ces engrais est à l’origine d’une crise environnementale, avec la prolifération des algues et l’augmentation de la fréquence et de l’ampleur des « zones mortes » océaniques. Sur les neuf « limites planétaires » que les scientifiques affirment que nous ne devons pas franchir pour maintenir la vie humaine, la limite associée aux déchets d’azote et de phosphore a été largement dépassée, mettant en péril le système de fonctionnement de la Terre. Les responsables politiques mondiaux commencent lentement à reconnaître l’ampleur du problème, alors que le changement climatique menace de l’aggraver. En l’absence de réformes majeures des pratiques agroalimentaires, les scientifiques cherchent à convaincre le monde de réagir.

    #engrais #agriculture #algue #crise_environnementale #anoxie_océanique #ordovicien #permien #anthropocène

  • Bruno Latour : « L’écologie, c’est la nouvelle lutte des classes »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/12/10/bruno-latour-l-ecologie-c-est-la-nouvelle-lutte-des-classes_6105547_3232.htm

    Mais l’écologie est, bien souvent, davantage une préoccupation de bobos que de « prolos ». Comment faire en sorte que les classes populaires rejoignent la classe écologique ?

    Cette opposition bobo-prolo est bien avantageuse pour la droite, qui se drape dans la défense de la classe ouvrière contre l’hégémonie prétendue des écolos ! Le fond de vérité de cette petite astuce c’est que, en effet, les intérêts de classe sont encore moulés selon les anciens sillons de la tradition productiviste. Du coup, il est assez facile d’utiliser l’ancienne lutte des classes pour la tourner contre les nouvelles. Cela dit, rien ne change plus rapidement que la définition des intérêts de classe.

    Dans tous les cas que nous étudions Nikolaj Schultz et moi, nous sommes frappés de voir à quelle vitesse les alliances s’inversent. A condition que les deux camps acceptent de définir précisément leurs attachements et donc leur territoire de vie, un écolo urbain voit dans son voisin chasseur un allié, un éleveur qui a comme ennemi les végétariens se trouve vite des ennemis communs, un ingénieur astucieux se trouve à l’aise avec un projet de transition dans sa ville et ainsi de suite.

    D’ailleurs les « classes populaires » sont aussi difficiles à définir que les fameux « bobos ». Ce qui manque, et j’en suis cruellement conscient, c’est la confrontation des intérêts, pour refondre les alliances. Mais pour cela, il faut inventer des dispositifs qui permettent enfin aux acteurs de définir leur territoire. C’est un énorme chantier, d’accord, mais il évolue vite, et on ne peut pas le réduire au cliché. De toute façon, c’est plutôt l’écologie qui rejoint les classes dites « populaires » : après tout, il s’agit bien de savoir, au fond, quel peuple nous voulons être sur quel genre de Terre. Voilà le niveau auquel il faut placer la question. N’oublions pas que le mot assez affreux « écologie » est là pour le mot « terrestre ».

    Alors, c’est quoi, précisément, la condition terrestre ? Et qu’est-ce qu’une politique terrestre ?

    Il me semble que c’est la reprise de toutes les questions classiques du politique, à ceci près que l’horizon d’attente est complètement différent puisque c’est le maintien de l’habitabilité qui est premier, la production qui est seconde. Du coup, le voile de la définition économique des relations se lève, et les choix sur les valeurs – pas sur les coûts ! – passent au premier plan. Et surtout, la politique étrangère est bien différente puisque les intérêts ne coïncident pas avec les limites des Etats nationaux.

    Ce qui était « externalisé », comme disent les économistes, est « internalisé ». Par exemple, votre voiture électrique parisienne et le lithium extrait au Chili se trouvent en conflit. Toutes les notions comme celles d’international ou d’universel se trouvent rejouées. Et, en plus, les échelles diffèrent selon les sujets de conflit. Le climat n’a pas besoin des mêmes institutions que le lithium ou les marées vertes. Toute la politique se rouvre, c’est ça la clé. Regardez l’ampleur des inventions institutionnelles pour tenter de tenir la température du globe dans certaines limites. C’est prodigieux.

    Si de nouvelles alliances avec des « libéraux », ou même des « réactionnaires », se créent autour des questions d’habitabilité de la planète, pour quelles raisons la nouvelle classe écologique serait-elle, selon vous, nécessairement de gauche, et même de « gauche au carré » ? Prenons un exemple, une rivière polluée peut être défendue aussi bien par un châtelain, uniquement soucieux de préserver son patrimoine, que par des familles paupérisées qui en ont besoin pour se nourrir et s’abreuver ; le combat pour la défense d’un territoire peut se faire au nom de « la nature qui se défend » – comme le disent les zadistes – aussi bien qu’au nom d’une « terre [qui] ne ment pas » – comme le soutiennent les pétainistes et les zemmouriens…

    Eh bien justement, c’est cette répartition nouvelle des intérêts et des indignations à laquelle on assiste. Votre exemple montre bien qu’on passe d’une lutte de classes bien définie à une lutte de classements, où les incertitudes sur qui est allié et qui est adversaire redeviennent mobiles. C’est ce qui se passe. La reterritorialisation est brutale et elle oblige à un discernement nouveau. Territoire est le terme critique qui oblige à tout repenser : appartenir à un territoire, oui, c’est une question très ancienne dans sa version disons réactionnaire, et très nouvelle dans sa version écologiste ou émancipatrice.

    Quel peuple, sur quelle Terre ? Pourquoi c’est « de gauche », et même de gauche au carré, mais parce que l’ennemi fondamental est toujours le même, c’est la résistance universelle des sociétés contre l’« économisation » des relations entre les êtres humains ou non. Là, il y a une parfaite continuité. Gauche et droite se sont définies autour des questions de production. Il y a bien aussi une gauche et une droite sur les questions d’habitabilité. Mais les membres ne sont pas forcément les mêmes. Et les enjeux non plus. N’oublions pas que ceux qui parlent de retour à la nation, au sol, aux cultes des morts, etc. sont le plus souvent, en économie, des ultralibéraux acharnés.

    On reproche parfois à l’anthropologie de la nature et à la nouvelle pensée du vivant d’être soit obscurantiste – ou anti-Lumières –, soit pas assez anticapitaliste. Comprenez-vous ces critiques ?

    Oui je les comprends, ce que ces gens critiquent avec raison, c’est que ce déluge de propos sur la nature manque de ressort politique, et c’est souvent vrai. Mais c’est mal visé, ce qui nous intéresse, c’est de poser la question de ce qu’est une vie bonne. Nous n’avons pas besoin qu’on vienne nous dire que nous sommes interconnectés avec les autres vivants, nous le savons bien ! Il n’y a que ceux qui se sont crus modernes qui ont cru le contraire. La question politique, c’est de discerner quelle composition de vivants est vivable, encore une fois au sens propre, et laquelle est invivable. Je ne vois pas en quoi être anticapitaliste qualifie mieux pour aborder ces questions que l’analyse méticuleuse des entremêlements avec des vivants bien spécifiques.

    Une réponse à « Pleurnicher le vivant » dont on trouvera la version intégrale ici : https://justpaste.it/latour-10122021

    https://blog.mondediplo.net/pleurnicher-le-vivant

  • A Declaration of the Interdependence of Cyberspace
    https://www.interdependence.online/declaration

    Je lis ceci sur la mailing list « Biens communs », pas eu le temps d’aller y voir de plus près encore :

    Bonjour,

    La Déclaration pour l’indépendance du cyberespace publiée en 1996 par John Perry Barlow en réaction au Telecommunications Act des USA qui se proposait de censurer le cyber espace, a fait l’objet d’une révision très intéressante.

    Cette version ouvre des nouvelles perspectives tant sur le fond que la forme et l’esprit. Sur le fond, elle passe d’une déclaration d’indépendance vis à vis des États à une déclaration d’interdépendance et interpelle les plateformes qui accaparent le web. Sur la forme, la rédaction s’appuie sur une vision du monde orientée vers le pluriverse, une éthique d’interdépendance, et une pratique ouverte, interopérable et engagée dans les communs. Le texte a été rédigé en collaboration avec l’aide d’Arweave3, un outil blockchain qui permet de garder la trâce des contributions et contributeurs et contributrices et de déployer des forks, des versions alternatives.

    Merci aux fins connaisseurs du sujet présents dans ce forum de compléter/corriger !

    Frédéric Sultan

  • Cadeau : Jean-Luc Mélenchon vs Raphaël Enthoven dans « L’Express » (05/12/2021) https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/laicite-zemmour-vaccin-jean-luc-melenchon-raphael-enthoven-la-grande-confro

    R.E. (…) L’universalisme pour moi n’est pas non plus seulement une idée, un principe, un homme idéal qui devrait recouvrir toutes les singularités. J’entends le procès en ethnocentrisme que l’on peut faire à l’universel en faisant valoir que c’est une idée géographiquement datée, inscrite dans une culture bien particulière. Mais par définition, l’idée d’universel transcende son origine, et reste pour moi un horizon absolument indépassable. De notre temps et de tous les temps.

    On peut maintes fois faire à l’universel, aux circonstances de son apparition, le procès de tous ceux qui en sont exclus au moment-même où l’idée apparaît. De là l’intérêt de la créolisation et l’importance de la distinguer du métissage. Le métissage, à mes yeux, c’est un hollandisme. Une eau tiède. Une synthèse de couleurs. La créolisation a le mérite d’être intense et de maintenir les singularités, singularité sémantique, singularité poétique, qui augmente les mots en les incarnant. De ce point de vue, la créolisation est considérable une valeur ajoutée ! C’est la façon que l’on a trouvée, dans le débat contemporain, d’échapper à l’alternative entre d’un côté l’universel abstrait...

    J-L.M. ... et de l’autre le différentialisme. Je suis d’accord.

    R.E. Mais les tenants du différentialisme aujourd’hui, ce sont les Indigènes de la République ! Le savent-ils ? Ils reprennent à leur façon la formule de Joseph de Maistre dans Les Soirées de Saint-Pétersbourg : « Il n’y a point d’homme dans le monde. J’ai vu dans ma vie des Français, des Italiens, des Russes... Mais quant à l’homme je déclare ne l’avoir rencontré de ma vie ; s’il existe c’est bien à mon insu. » Or, l’argument de Joseph de Maistre fonde l’esprit contre-révolutionnaire. J’ai tendance à penser, peut-être plus que vous, que l’Histoire bégaye un peu. Et je trouve même qu’elle a une étrange façon de repasser les plats. En l’occurrence, l’héritage contre-révolutionnaire a été préempté, peut-être à son insu, par l’indigénisme tel qu’on le connaît aujourd’hui.

    J-L.M. Attention, moi je ne suis pas indigéniste pour un rond. Je tiens à le dire.

    R.E. Je ne vous fais pas de procès d’intention, à vous. Mais la porosité de votre mouvement, la France Insoumise, à l’indigénisme m’a heurté et me paraît dangereuse. La façon déplorable, par exemple, dont l’excellent Henri Peña-Ruiz a été reçu aux universités d’été de la France Insoumise me parait en contradiction frontale avec tout ce que vous dites être. Et même avec Adrien Quatennens qui l’avait invité et que je sais sur vos lignes républicaines. J’étais sidéré ! Comme j’étais sidéré quand vous avez défendu la non-mixité ! C’est en ces instants-là que je n’arrive plus à vous suivre. Et qu’on sort du désaccord fécond pour entrer dans l’inimitié. Quand vous vous exprimez avec altitude, quand vous parlez d’universel, on peut être en désaccord mais on est en bonne intelligence. En revanche, quand on rentre dans le dur (peut-être est-ce l’effet du militantisme ?) Je vous perds complètement.

    J-L.M. Je n’ai jamais été partisan de la non-mixité. Mais il y a toujours eu des réunions non-mixtes. Le Grand Orient de France, organisation républicaine s’il en est, a pendant un siècle et demi pratiqué des réunions non mixtes. J’étais franc-maçon à l’époque - je ne le suis plus -, c’était vraiment un aveuglement. Le mouvement féministe a initié des réunions non-mixtes, parce que c’était le moyen de rendre possible la parole en-dehors des rapports de domination. Encore aujourd’hui, vous avez des groupes de parole fermés, où ne viennent par exemple que les alcooliques. On peut être éberlué par ce principe, mais si on réfléchit un peu, on comprend. Je ne suis donc pas pour la non-mixité, mais je suis pour que cette non-mixité puisse exister dans certains cas, afin d’évoquer des sujets propres aux intéressés.

    R.E. Je laisse de côté le cas du Grand Orient, qui a aboli cet étrange usage. Et j’en viens aux trois autres. Il faut faire une distinction entre groupes de parole pour alcooliques, pour féministes et pour ceux que j’appelle des racialistes. L’alcoolisme est une pathologie, contrairement à la couleur de la peau. Et la sobriété n’est pas une menace pour l’alcoolique, mais un but à atteindre. Quant au féminisme, que des réunions non-mixtes apparaissent à l’époque où le patriarcat est tout-puissant, et où il y avait un sens à se considérer comme systématiquement oppressée en qualité de femme, cela me paraît compréhensible.

    En revanche, la non-mixité pour les personnes dites « racisées » me semble une idée funeste et délétère. Pour trois raisons essentielles. 1) Nul n’est coupable d’être blanc. Nul n’est innocent d’être « racisé ». On n’est pas présumé oppresseur. 2) Le sentiment qu’on s’exprime mieux « entre semblables » ne dure pas le temps d’une réunion, mais s’étend bien au-delà. De sorte que la non-mixité, faisant de son expérience une norme, répand ses métastases au-delà d’elle-même. 3) La non-mixité elle-même se présente comme un dispositif temporaire, soluble dans la disparition du racisme. Autrement dit : le jour où il n’y aura plus cette violence atroce qu’est le racisme, le besoin de se réunir entre identiques ne se fera plus sentir... c’est merveilleux. Mais ce n’est pas demain la veille. Subordonner sa propre disparition à la disparition du racisme en personne, c’est s’assurer un long avenir. La non-mixité est une arnaque. Une fin en soi qui se présente comme un moyen. Une pure pathologie qui se prend pour un remède.

    J-L.M. Vous parlez de « racisme présumé ». Non ! Il y a un racisme présent dans toute la société.

    R.E. Je ne nie pas l’existence du racisme. Je souligne simplement que le postulat selon lequel la couleur de la peau conduirait immanquablement au racisme subi ou exercé me paraît spécieux.

    J-L.M. Admettez que la perception du racisme est une souffrance. Quand on me traitait de « bougnoule », ça ne me faisait pas du bien. Cette offense vous renvoie à quelque chose sur quoi vous n’avez aucune prise, jusqu’à vous culpabiliser. Personnellement, je ne me rends pas compte si quelqu’un a telle ou telle couleur de peau. Pendant longtemps, cela ne m’était même pas venu à l’esprit que tel copain était noir. J’ai commis l’erreur inverse, c’est-à-dire celle de sous-estimer le mal que cela pouvait faire que d’être regardé comme un noir ou un juif, avant d’être regardé comme un être humain. J’ai eu une prise de conscience tardive, et c’est comme ça que j’ai fini par admettre que des personnes se réunissent pour parler de ces sujets, car il y a quelque chose d’intime dans la perception que l’on a du regard des autres, et du rejet dont on fait l’objet. De la même façon que des femmes peuvent vouloir parler des difficultés et des stigmatisations sexistes qu’elles ressentent, je peux comprendre que des personnes veuillent se réunir pour parler des stigmatisations subies en raison de la couleur de leur peau. Mais je vais rassurer Monsieur Enthoven : je ne cautionnerais pas de telles réunions dans le but de faire naître une conscience spécifique liée à une couleur de peau.

    Dans une vidéo avec des militants décoloniaux, Houria Bouteldja, fondatrice des Indigènes de la République, vient de vous qualifier de « butin de guerre »...

    J-L.M. Je ne suis le butin de personne. Et d’ailleurs, un butin, à ce que je sache, ce n’est pas consentant.

    R.E. Je suis ravi que cette formule d’Houria Bouteldja vous énerve.

    J-L.M. Elle ne m’énerve pas, elle me fait rigoler. Il y a enfin quelqu’un qui pense que je puisse être son butin. C’est un événement ! Ça prouve bien que je ne suis pas si féroce que ce que l’on dit (rires). Je ne peux pas prendre ça au sérieux. La personne qui me fera dire des choses contraires à mes convictions républicaines n’est pas née.

    Mais faites quand même attention, Monsieur Enthoven, quand vous parlez de « métastases » ! Est-ce pour dire que les gens qui subissent le racisme en sont elles-mêmes les coupables ? Il faut bien comprendre que les personnes « racisées » ne sont pas satisfaites de l’être, elles luttent justement contre cela. Ce mot sert simplement à indiquer que quelqu’un est réduit à un stéréotype dans le regard de l’autre.

    R.E. Le péril ne me semble pas tant être la racisation que l’assignation. En vertu d’une couleur qui vous est assignée, on considère par exemple que vous devriez avoir telle opinion. Or il y a des tas de gens qui ne pensent pas comme « un noir » ou comme « un blanc » devrait, en cette qualité, le faire. Je suis suffisamment sartrien pour savoir que des individus sont chosifiés, installés dans des fonctions et des identités par le regard d’autrui. De celui qu’on déteste par principe à celui qu’on encense par définition, il y a quelque chose de mortifère dans le désir que l’autre corresponde, pour le pire ou le meilleur, à l’idée qu’on s’en fait.

    J-L.M. Je suis d’accord. Tout comme il n’est pas vrai que parce que vous êtes riche, vous seriez un salaud. Être riche n’oblige pas à avoir comme morale « profite et tais-toi ». Moi-même d’ailleurs, je ne suis pas pauvre. Cette manière de penser est odieuse. Je n’ai jamais supporté d’avoir été regardé par les uns comme un colon, et les autres comme un « bougnoule ».

    R.E. Mais faire si grand cas de la perception de chacun, à travers des questions comme « vous sentez-vous racisé ? », ou bien « vous sentez-vous blessé ? », cela finit par déboucher sur des choses folles, et sur le sentiment exorbitant qu’une offense subie est un crime commis. Or, un monde où l’offense prend force de loi est un enfer où je refuse de vivre.

    J-L.M. Vous n’êtes pas contrôlé dix fois par jour ! Si vous êtes noir et que vous venez à la Gare du Nord, vous n’y échapperez pas.

    R.E. Certes. Mais on a nos problèmes « nous aussi ». Voyez-vous, je ne peux pas prendre position sur quelque sujet que ce soit sans qu’à la troisième remarque, on me parle d’Israël. Systématiquement. Que je parle des poupées Barbie ou de Mélenchon, on me répondra « oui, mais Israël ? ». Pourquoi moi ? Et pourquoi Israël ? Ce que je veux dire, c’est que personne, et surtout pas un juif, n’est étranger à l’entreprise d’assignation.

    Jean-Luc Mélenchon, défendez-vous aussi le concept d’intersectionnalité ?

    J-L.M. L’intersectionnalité n’est pas une ligne politique ! Il s’agit d’un outil sociologique étudiant les effets de la superposition de différents phénomènes sociaux, notamment de discrimination. Il n’y a rien de plus banal que cela. Seuls des ignorants, comme la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, peuvent vouloir s’en prendre à cela, en voyant des « islamo-gauchistes » partout dans l’université. 

    De la même façon, certains affirment qu’on voudrait aujourd’hui tout « déconstruire ». Mais c’est aussi vieux que Derrida et ce que les Américains appelaient les « french studies » ! Où est le problème à vouloir essayer de déconstruire une réalité pour en comprendre les composantes et voir comment elles s’agencent ensemble ? C’est une discipline scientifique, cela n’a jamais été un programme politique ! 

    Idem pour la supposée « théorie du genre ». Cela n’existe pas. Il y a juste des études sur le genre. Car oui, comprendre la relativité des genres qui sont des constructions culturelles est indispensable. Pourtant en dépit de l’altérité entre les hommes et les femmes, ce que nous avons de semblable est plus fort. Ces concepts sont simplement des intermèdes pour la pensée. Comment, en France, avons-nous pu devenir assez bêtes pour aller combattre la pensée intersectionnelle ou la déconstruction ? 

    R.E. L’intersectionnalité avait une raison d’être dans les années 1970, c’est une évidence. Il fallait aux femmes noires lutter sur le double front du patriarcat noir et du racisme blanc. Dans les faits, l’intersectionnalité est née à ce moment-là, et elle avait sa vertu. Mais l’intersectionnalité est aujourd’hui le prête-nom d’une minoration du féminisme au profit d’un antiracisme à mon avis devenu fou. C’est en cela que Houria Bouteldja est intéressante. Ces recommandations (ne pas porter plainte pour viol si l’agresseur est noir comme sa victime) ou bien ces considérations stratégiques ("Mélenchon, c’est un butin de guerre") délivrent le fin mot de l’intersectionnalité et ses intentions cachées. Houria Bouteldja, c’est le point d’aboutissement de la logique intersectionnelle. Pour le dire simplement, on commence par inventer un féminisme qui s’oppose à la pénalisation du harcèlement de rue au nom de l’antiracisme, et on finit par inviter les victimes de viol à étouffer au nom de l’intérêt supérieur de la lutte. 

    Et que pensez-vous des débats autour de la « cancel culture » ?

    J.L-M. Alors là, on bat des records ! J’ai d’ailleurs pris beaucoup de temps à comprendre de quoi il s’agissait (rires). La « cancel culture » en France, cela a commencé en 1789 : on a foutu par terre la Bastille ! Cela n’a vraiment rien de nouveau. 

    R.E. Au fil de l’histoire, on a bien sûr rebaptisé des lieux. La place Saint-Germain-des-Prés est par exemple devenue la place Sartre-Beauvoir. Soit. Qu’une société évolue, intègre de nouveaux mots, change de hochets, ce n’est pas de la cancel culture. La « cancel culture », c’est le projet orwellien de faire au passé le procès des valeurs du présent. Dans 1984, Orwell élabore le concept de « mutabilité du passé ». Le ministère de la Vérité s’occupe de la mémoire, et fait qu’un jour, les individus pensent qu’Eurasia et Océania sont des amis héréditaires, et le lendemain que ce sont des ennemis de toujours. La « cancel culture » se trouve dans cette réécriture de l’histoire. 

    J.L-M. Vous êtes en train de décrire la propagande des États-Unis ! Un jour, les Turcs sont nos alliés, le lendemain nos ennemis, le surlendemain à nouveau nos amis. Et la presse de suivre.

  • Deux champions d’une liberté de la presse menacée reçoivent le Nobel de la paix
    https://www.lefigaro.fr/medias/deux-champions-d-une-liberte-de-la-presse-menacee-recoivent-le-nobel-de-la-

    Selon les données compilées jusqu’au 1er décembre par RSF, au moins 1.636 journalistes ont été tués à travers le monde depuis 20 ans, dont 46 depuis le début de l’année. « Informer ne doit plus tuer », a insisté le secrétaire général de l’association, Christophe Deloire, en présentant ce rapport cette semaine. Jamais le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde n’a été aussi élevé, a par ailleurs dénoncé jeudi le Comité de protection des journalistes (CPJ) : 293 reporters sont aujourd’hui derrière les barreaux, selon l’association.

    Au moins en Occident, on a la délicatesse de ne pas les tuer. On les enferme. Et on les isole. Et on attend.

    Pas une seule mention de Julian Assange dans ce texte.

  • Édouard Baer : « En dix ans, on en est déjà à l’Iphone 15 mais il faudrait aller plus vite ? C’est quoi le but ? »
    https://www.lefigaro.fr/vox/culture/edouard-baer-le-theatre-c-est-l-exact-contraire-du-numerique-20211022

    (…) Vous craignez le règne des écrans ?

    Non, je les pratique comme tout le monde et une large partie de mon métier consiste à utiliser ce média. Mais ce qui est dingue, c’est quand le gouvernement nous annonce comme un progrès : « Nous allons accélérer la numérisation. » Parce que c’est trop lent, la numérisation ? En dix ans, on en est déjà à l’Iphone 15 mais il faudrait aller plus vite ? C’est quoi le but ? Qu’il n’y ait plus d’interface humaine dans la plupart de nos actions quotidiennes, commerciales, dans nos aides, nos conseils ? Que plus personne ne se parle en « présentiel », cette sale expression ? C’est pas mal quand même l’autre en vrai ; avec nos défauts, embarrassés de nos corps, le charme de nos contradictions. Pouvoir se dire « oui » ou « non » les yeux dans les yeux, à portée de mains, c’est quand même autre chose… Le théâtre, c’est le contraire de tout ça, de tout ce monde logique, statistique, rationnel. C’est organique, c’est vraiment ici, ensemble et maintenant, c’est pour cela qu’il y a une plus grande intensité. Et puis on est aidés… Il y a très peu d’endroits aujourd’hui où l’on demande comme rituel de ne pas allumer son portable !

    (…) Vous n’êtes pas absolument remis de cette période confinée ?

    C’est énorme un an et demi dans la vie d’une nation comme d’un individu. Ça a dû avoir des côtés bénéfiques notamment pour les gens qui travaillent au bureau. Les immeubles de bureaux ressemblent souvent à des endroits conçus spécialement pour le malheur de ceux qui sont dedans et pour la tristesse de ceux qui passent devant. Juste un hommage à la puissance de l’entreprise… Je comprends qu’on préfère travailler chez soi, dans son salon, même avec ses enfants qui viennent nous mordre les mollets ou sur son balcon quand on a la chance d’en avoir un. J’étais laminé parce que je n’ai rien compris à la fermeture de l’espace public. Les théâtres, les cinémas, c’était intelligible mais quand on a interdit les plages, les forêts, les chemins de montagne, là je ne comprenais plus rien. En tant que Parisien, je comprenais vaguement qu’on m’enferme, la densité urbaine, mais qu’on interdise aux gens du coin d’aller marcher sur un causse désert en Lozère, ça me sidérait.

    Ce fut aussi le triomphe de Netflix ?

    Oui, je crois. Des séries surtout, comme si dans une vie soudain sans agenda, on avait besoin de rendez-vous… Le cinéma, c’est difficile… Autant le spectacle vivant a l’air de bien repartir, un besoin physique, autant l’évolution du cinéma est plus compliquée… et cela date d’avant la pandémie. Le cinéma, bien entendu, ne va pas disparaître mais il y a une sorte de scission qui a l’air de s’opérer entre de très gros films, souvent américains, et un cinéma proche de l’art contemporain, qui commence à être financé en partie par des mécènes venus du monde du luxe ou de la mode. Il faut se battre pour que continue un cinéma qui donne parmi les films français ou européens les plus importants, la fameuse voie moyenne…

    Voie moyenne ?

    Pas dans le sens moyennement réussi bien sûr ! Mais un type de financement, de sens du public sans renoncer à l’indépendance d’esprit, de création. Un système de production qui a permis les films de De Broca, de Sautet… Aujourd’hui Podalydès, Salvadori, Emmanuelle Bercot… Je ne voudrais pas qu’il n’y ait plus rien entre Marvel et une pratique du cinéma qui exclurait le plus grand nombre comme le fait souvent l’art contemporain. Je ne veux pas généraliser, je n’ai d’ailleurs pas la culture suffisante, mais il me semble qu’à la Fiac, par exemple, le plus souvent, il n’y a pas ou peu d’émotions, il faut avoir les codes culturels pour comprendre, pour ressentir surtout. Devant une œuvre si on n’a pas l’explication de l’auteur, le concept, le champ de références, on n’est pas frappés, sauf parfois par le gigantisme et par le culot, par le « geste ». On peut être bouleversé par ces œuvres si on est armés pour, mais comme art populaire, c’est plus délicat… Et puis un peu de gaieté parfois, ce n’est pas si mal non ?

  • “Le rapport Brazza”, un docu-fiction qui redonne voix aux Africains exploités par la France coloniale (idem, 5x25mn, argh)
    https://www.telerama.fr/radio/le-rapport-brazza-un-docu-fiction-qui-redonne-voix-aux-africains-exploites-

    Glissé sous le tapis en 1905, ce rapport dénonçait les violences exercées en Afrique par les forces coloniales françaises. Un podcast en cinq épisodes restitue avec force la réalité atroce décrite par ce témoignage exhumé soixante ans plus tard.

    Only sur Spotify : https://open.spotify.com/show/2xIcZ9DFy4GqrnXWcFKQ8L?si=b2eb37c2a4114e1c

  • Plus de 150 points de deal à Marseille : l’emprise du trafic dans les cités (paraît que c’est super bien mais les journées ne font que 24h) https://audio.audiomeans.fr/file/gmtTGCZUFR/a559c154-bdf6-4f4a-9db3-6272940811a9.mp3

    Dans cet épisode, Romain Capdepon, journaliste police/justice à La Provence, revient sur les mécanismes de développement d’un réseau de trafiquants de drogue dans les cités

    Tous les épisodes ici : https://podcasts.audiomeans.fr/massilia-shit-system-2ca81dd66e21

  • Libérés de prison sur le papier, déportés le lendemain : l’histoire cachée [des juifs de 1939 à 1945]
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/12/01/liberes-de-prison-sur-le-papier-deportes-le-lendemain-l-histoire-cachee-des-


    Ernest Fruchter, FONDS DES RENSEIGNEMENTS GENERAUX AUX ARCHIVES DE LA PREFECTURE DE POLICE

    « Il ne faut pas s’arrêter aux documents judiciaires qui parlent de “libération” », explique Johanna Lehr. Cette chercheuse de 42 ans vient de passer trois ans à retracer le parcours des juifs emprisonnés à la Santé, à Fresnes, aux Tourelles, à la Petite Roquette et dans quelques autres centres de détention parisiens durant la seconde guerre mondiale. Elle a plongé dans la petite fraction des archives qui n’a pas été détruite dans les années 1950-1960, dépouillé les registres d’écrou et des documents policiers et judiciaires auxquels personne n’avait touché depuis la guerre. « Aux Archives de Paris, j’étais la première à les demander, raconte-t-elle. Les magasiniers, un peu surpris, ont coupé au cutter la vieille cordelette jaunie qui fermait les dossiers d’appel. J’ai ouvert prudemment les chemises en carton imprégnées de poussière, ouvert à mon tour quelques scellés, et j’ai tout lu. »

    Rouage discret et méconnu

    De ce voyage exceptionnel quatre-vingts ans en arrière, Johanna Lehr ressort avec une conviction : les registres officiels donnent une image erronée du rôle de l’administration, de la police et de la justice françaises dans la persécution des juifs. Le cas d’Ernest Fruchter n’est pas isolé. Environ 4 000 juifs emprisonnés comme lui à Paris ont été libérés de façon fictive, pour mieux être placés dans des camps d’internement, selon l’évaluation avancée par Johanna Lehr dans l’article des Annales qu’elle vient de consacrer au sort des contrevenants au statut des juifs. Nombre d’entre eux ont ensuite été déportés, à l’image de Fruchter, Abraham Sukermann ou encore Pinkus Mangel. « Pour eux, mettre un pied en prison, pour quelque raison que ce soit, même minime, revenait à être pris dans un engrenage effroyable, résume-t-elle. C’était le début de la mise à mort. »

    Au cœur de cet engrenage de la persécution, un rouage discret et méconnu : la « consignation provisoire ». L’expression feutrée cache une réalité brutale. Cette mesure administrative avait été créée en novembre 1939 dans le cadre de la répression contre les communistes, avant de s’étendre aux mendiants et aux étrangers, puis à bien d’autres. Elle permettait d’enfermer avant leur jugement des hommes et des femmes, juifs ou non, arrêtés pour diverses infractions et jugés dangereux. Ils étaient transférés au dépôt, qui servait de centre de « tri » et faisait office de prison, et y attendaient leur libération, leur incarcération décidée par un juge français, ou leur internement en camp prononcé par les autorités françaises ou allemandes. Au total, quelque 40 000 personnes ont ainsi été « consignées » provisoirement durant l’Occupation. Elles étaient juives pour près d’un tiers, d’après Johanna Lehr.

    De façon plus inattendue, la mesure a aussi touché des détenus sortant de prison, à l’instar d’Ernest Fruchter. Loin d’être libérés comme ils auraient dû l’être, ceux-ci étaient immédiatement dirigés vers le dépôt, et, de là, vers des camps d’internement, celui de Drancy essentiellement. La déportation constituait l’étape suivante. Johanna Lehr estime qu’environ 45 % des détenus ainsi consignés à la suite de poursuites pour infraction à la loi sur le statut des juifs ont été déportés. Et les autres ? « Certains payaient les policiers corrompus pour ne pas être envoyés à Drancy, d’autres ont pu rester au camp jusqu’à sa libération, et une poignée a pu s’évader », explique-t-elle.

    Cette procédure a laissé peu de traces. Dans le registre de la prison des Tourelles, une simple mention à la plume « C. Etranger » en face du nom d’Ernest Fruchter, à la colonne « motif de sortie », signifie qu’il est « consigné » comme étranger, et ne quitte donc pas la prison libre. Dans le livre d’écrou de la Santé, le même ordre se lit de façon sibylline dans le mot « Préfecture » inscrit à côté de la date de libération du détenu. Il s’agit pourtant d’un mécanisme tout à fait hors norme. Une peine après la peine. Une seconde sanction, administrative, à l’impact souvent plus dramatique que la première, ordonnée par les juges.

    Accélérateur de déportation

    Les motifs de l’emprisonnement initial se révèlent parfois minces, et les condamnations limitées. Adolf Rosen se retrouve ainsi à la Santé pour revente prohibée d’œufs à 5,50 francs l’unité. Chaim Samborski pour avoir, avec sa femme, proposé du chocolat « à un prix supérieur au prix autorisé » dans le train Compiègne-Paris. Abraham Lobel pour écouler du tissu sur le marché de Saint-Fargeau-Ponthierry, en Seine-et-Marne. « Ces maigres transactions sont automatiquement assimilées par les juges à de la vente ou du courtage, interdits en tant que tels aux juifs, et entraînent la condamnation de leurs auteurs », précise Johanna Lehr.

    De même, c’est pour avoir « soustrait frauduleusement deux rouleaux de cuir » que quatre immigrés de Belleville, dont un cordonnier, un ouvrier coupeur de chaussures et un maroquinier, sont placés en détention provisoire à la Santé, le 12 juillet 1942. Compte tenu du casier judiciaire vierge de chacun et des « renseignements favorables » pris sur leur compte, le tribunal correctionnel de la Seine ne les condamne finalement qu’à six mois de prison avec sursis. Aucune peine ferme n’ayant été prononcée, ils doivent être libérés « sur-le-champ », conclut le jugement, le 17 octobre. Une liberté purement virtuelle. « Consignés provisoires », ils sont, dès la levée d’écrou, conduits au dépôt, puis au camp de Drancy et déportés par le convoi 42, qui part le 6 novembre. Destination : Auschwitz. Aucun n’en reviendra. Pas plus qu’Adolf Rosen, Chaim Samborski ou Abraham Lobel.

    En réalité, les revendeurs d’œufs, de chocolat et de tissu, les voleurs de rouleaux de cuir et les autres ne sont pas « consignés » pour ce qu’ils ont fait, mais pour ce qu’ils sont : des juifs. Du moins ce qu’ils sont censés être, puisque, à leur arrivée en prison, plusieurs d’entre eux s’affirment catholiques, sans religion ou encore protestants, comme le montre la ligne « religion déclarée » dans les registres d’écrou de la Santé. Une façon pour certains de justifier pourquoi ils ne se sont pas fait recenser comme juifs, alors que la loi les y oblige depuis le 2 juin 1941. « Ma mère m’a induit en erreur en me laissant croire qu’elle était orthodoxe, en me cachant qu’elle avait été mariée à la synagogue et que sa propre mère était juive, ainsi que les père et mère de son mari, mon père. Si elle ne m’avait pas trompé, j’aurais fait ma déclaration d’israélite », tente, par exemple, Isaac Chemoul, un démonstrateur de cravates qui fait partie des « consignés ».

    La consignation postcarcérale apparaît ainsi comme un outil à la fois discret et puissant de la répression antisémite menée par la police et la justice françaises sous la pression de l’occupant. Un accélérateur de la déportation, nombre de « consignés », notamment français, ayant été mis dans les tout premiers convois vers Auschwitz.

    « Nouvelles lumières »

    « Ce travail marque une avancée, relève Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et filles de déportés juifs de France et inlassable défenseur de la mémoire. On connaît mal le système des arrestations individuelles, notamment parce que les rapports de police et les dossiers judiciaires de première instance ont, hélas, été détruits après-guerre. En plongeant dans les prisons, en s’intéressant à cette consignation provisoire, qui n’avait pas été étudiée jusqu’alors, Johanna Lehr apporte de nouvelles lumières sur le sort des juifs de France. »

    Qui en est responsable ? Qui a décidé quoi ? Difficile de trancher, en l’absence de justifications officielles. La chercheuse suggère néanmoins un scénario : celui d’une procédure utilisée par les autorités françaises pour satisfaire les Allemands tout en conservant l’illusion de la souveraineté nationale.

    Au fil de la guerre, la pression hitlérienne est de plus en plus marquée, nourrie par la volonté d’éradiquer les juifs d’Europe. Les autorités allemandes jugent trop peu sévères les peines prononcées en première instance pour « infraction au statut des juifs ». Elles réclament une répression toujours plus forte, davantage d’hommes et de femmes à déporter. Soumis à ces demandes, le commissaire aux questions juives, Xavier Vallat, promet d’abord que le parquet fera systématiquement appel des peines considérées comme trop clémentes, ou, lorsque le délai d’appel est passé, que les prévenus feront l’objet d’un internement administratif. « Mon travail à partir des archives laisse penser qu’il n’a probablement pas mis en œuvre ce qu’il a promis aux Allemands, avance Johanna Lehr. Se heurtant à l’indépendance des juges, il a sans doute choisi de ne pas s’engager dans le suivi fastidieux des condamnations, mais d’appliquer plus simplement à tous les détenus poursuivis pour infraction au statut des juifs une mesure homogène : l’internement administratif via la “consignation provisoire”. »

    « Tout cela s’inscrit dans une stratégie générale, ajoute l’historien Laurent Joly, directeur de recherche au CNRS et auteur de L’Etat contre les juifs (Flammarion, 2020). A Paris, les Allemands ont renoncé à mener de grandes rafles visant les juifs français. Ils ont donc ciblé les apatrides, les étrangers, et misé sur des arrestations individuelles pour ce qui concerne les Français. Il s’agissait d’être efficaces tout en restant discrets. Et pour cela, d’utiliser au maximum les services français et les procédures existantes. » Notamment la consignation provisoire. La mesure est d’abord employée de façon individuelle, en visant spécifiquement les juifs étrangers, puis elle devient un outil général, notamment à partir d’octobre 1942, lorsque les autorités allemandes exigent la remise de tous les juifs sortant de prison dans le département de la Seine.

    Carte d’identité « lavée »

    Durant l’été 1943, le camp de Drancy, où se retrouvent les « consignés », bascule sous tutelle exclusivement allemande, et l’Etat français perd tout droit de regard sur les internés juifs de Paris. Le 9 novembre 1943, le préfet de police, Amédée Bussière, renouvelle ses instructions, sous la dictée de la Gestapo : « Tous les juifs ou les juives, français ou étrangers, seront, à l’expiration de leur peine, conduits à Drancy ; il en sera de même pour les juifs remis en liberté à la suite d’un non-lieu ou en liberté provisoire au cours de l’instruction. » La machine à exterminer fonctionne alors à plein.

    Les magistrats savaient-ils qu’en « libérant », sur le papier, ces personnes emprisonnées, ils les condamnaient en réalité parfois à mort ? Les policiers avaient-ils conscience de leur contribution à la stratégie d’extermination ? Là encore, il paraît impossible de répondre de façon générale et univoque. Mais certains cas laissent peu de doute. Notamment celui de Joseph Inspektor, un juif parisien de 42 ans, arrêté en avril 1944, peu avant la fin de la guerre. Cet électricien d’origine russe, naturalisé français, est en règle avec les lois antijuives. La carte d’identité qu’il tend aux quatre inspecteurs éveille toutefois leurs soupçons. Conduit à la préfecture, Inspektor avoue : il a « lavé » sa carte, de manière à effacer la mention « juif ». Père de deux enfants, l’homme tente alors de négocier sa liberté avec les policiers. Sans succès. En affirmant faire du trafic de cartes et de tickets d’alimentation, ce qui est faux, il réussit simplement à charger suffisamment son dossier pour être envoyé en prison plutôt que dans un camp d’internement, antichambre de la déportation.

    Il se retrouve donc à la Santé, un lieu où, paradoxalement, il est plus en sécurité qu’ailleurs. Pour lui, l’objectif consiste à y rester le plus longtemps possible, jusqu’à la Libération, que chacun devine alors proche. La mutinerie survenue dans la prison le 14 juillet 1944 change la donne. Les portes et les serrures de nombreuses cellules sont brisées, et les autorités ne peuvent plus garder autant de prisonniers qu’avant. Comme d’autres, Joseph Inspektor est alors placé par le juge d’instruction Raymond Charles sur la liste des personnes à libérer, pour faire de la place. Son avocate, Me Rochette, se rend immédiatement dans le bureau du juge « pour lui représenter les graves conséquences » auxquelles cette décision expose son client, expliquera-t-elle plus tard : « consigné provisoire » en tant qu’« israélite », Inspektor doit nécessairement passer par le dépôt de la Préfecture de police et risque fort d’être envoyé à Drancy, puis dans un camp de concentration. L’avocate presse le juge de revenir sur sa décision. Il refuse, en s’appuyant sur une circulaire du parquet, qui incite les magistrats à prononcer le plus possible de mises en liberté afin de décongestionner la prison.

    C’est ainsi que, malgré les suppliques de son avocate, Joseph Inspektor est simultanément « libéré » de prison et remis aux policiers français. Au dépôt, cellule 42, il sait qu’il va être dirigé vers un camp, mais il garde espoir. « Il paraît que, dans le camp, le régime est bien plus doux qu’avant, et j’espère pouvoir écrire de temps à autre », note-t-il le 28 juillet 1944 dans une dernière lettre. « Moi, je suis très calme, sans m’énerver, complète-il. Pendant quatre ans, j’ai profité de la liberté. Maintenant, je suis enfermé et je me confie à la grâce de Dieu. Il y en a qui disent que, dans le camp, nous serons mieux qu’à la Santé. » Il ne passe que trois jours à Drancy. Le 31 juillet 1944, il fait partie de l’ultime convoi qui quitte la banlieue parisienne pour Auschwitz.

    « Aucune intervention allemande dans l’ensemble de ce processus, relève Johanna Lehr. Il aurait été tout à fait possible pour les autorités françaises de protéger ce juif français, en ne l’arrêtant pas en pleine rue, en ne l’inculpant pas pour des infractions à des lois antijuives françaises, en ne le libérant pas de prison à quelques jours de la Libération, puis en ne l’envoyant pas à Drancy. Ce ne fut jamais le choix opéré par les acteurs français. » La chercheuse marque un silence puis glisse une dernière remarque : « Lors de l’épuration, personne n’a eu à répondre de ses actes dans cette affaire. »

    Serge Klarsfeld le confirme : « La très grande majorité des juifs arrêtés en France l’a été par la police française, sur les ordres du gouvernement français. » Le reste, l’idée que Pétain aurait protégé les juifs, « c’est de l’histoire-fiction ».

  • Les représentants syndicaux sont discriminés dans l’entreprise
    https://www.inegalites.fr/Les-representants-syndicaux-sont-discrimines-dans-l-entreprise

    Les délégués syndicaux reçoivent un salaire inférieur de 4 % aux non syndiqués, à niveau égal de diplôme, d’âge et d’ancienneté. En particulier parce qu’ils obtiennent moins souvent une promotion. Ces données témoignent d’une discrimination par certains employeurs. Une analyse d’Anne Brunner.

  • Carers of the World vs COVID-19 Criminals
    https://covid19criminals.exposed

    () Right now, the World Trade Organization is considering a proposal that would help end the pandemic. This would temporarily waive patent protections on vaccine recipes. () But the European Union, the United Kingdom, Switzerland,Norway, and Singapore are blocking it, endangering millions of lives around the world. () This is a clear violation of our right to health — of nurses, caregivers, and patients. So we are now taking them to court. () We demand an urgent investigation into the obstruction of the waiver by these Covid-19 criminals. Source: Relevé sur le Net...

    • pétition lancée par des organisations syndicales représentant plus de 250 000 soignant·es dans 28 pays

  • As Americans cut the cord, Europeans sign up for more pay-TV | The Economist (11/09/2021)
    https://www.economist.com/business/2021/09/11/as-americans-cut-the-cord-europeans-sign-up-for-more-pay-tv

    Why has American media’s mega-trend missed Europe? One reason is price. America’s cable industry may look competitive: the largest player, Comcast, has only a quarter of the market. But it is highly regionalised, so most homes have few options, says Richard Broughton of Ampere. The result is an average monthly cable bill of nearly $100. British homes pay less than half as much. Tax loopholes have made pay-tv an even better deal in parts of Europe. Take-up in France rocketed from 30% to 90% between 2004 and 2014, after the government imposed a lower rate of vat on television services than on telecoms, unintentionally giving phone firms an incentive to throw in a cheap tv package and pay the lower rate of tax. The loophole has been closed, but subscriptions remain high.

    A second factor is content. American cable tv is running out of shows as studios move their best ones to their own streaming platforms. In Europe, where some streamers have yet to launch, pay-tv firms retain the rights to many of the most popular titles. Britons seeking the third season of WarnerMedia’s “Succession”, for instance, must go to Sky, a Comcast-owned satellite firm, since Warner’s hbo Max has yet to stream outside the Americas.

    The last reason Europe still favours cable is that American streamers have forged partnerships with European pay-tv firms rather than competing with them. In the race for subscribers, the quickest way for streamers to bulk up in Europe has been to join forces with satellite and cable incumbents. They are the ones with access to consumers and the ability to handle local marketing and ad sales. In Spain, Vodafone offers bundled subscriptions to Netflix, Disney+ and others. Next year Viacomcbs’s Paramount+ will launch in six European countries on Sky’s platform.

    Will cord-cutting eventually cross the Atlantic? As long as Hollywood studios continue to license their programming to local players, consumers will have every reason to stick with pay-tv. For the studios themselves those deals are lucrative, points out Mr Broughton: “Doing a Disney and cancelling all those contracts, then replacing them with your direct-to-consumer service, leaves you with a bit of a gap in your financials.”

    In the long run, though, studios would rather bring viewers onto their own platforms, as in America. In that scenario, pay-tv firms may be left with little to offer but sport, alongside streaming bundles of the sort offered by France’s Orange or Britain’s Virgin Media. Warner plans a gradual European roll-out of hbo Max over the next few years. By the time the fourth season of “Succession” is out, audiences may be watching it online.

    #svod #streaming #télévision #audiovisuel

  • Je cherchais des documents concernant la pollution des armées, la responsabilité majeure du complexe militaro-industriel dans le réchauffement climatique et je tombe sur cette chronique de mars dernier avec des liens utiles dedans : « Verts kaki, mais verts quand même ? » https://www.franceculture.fr/emissions/la-transition/armees-la-grande-mise-au-vert

    Vous avez encore des doutes sur la réalité du changement climatique ? L’armée, elle, s’y prépare de plus en plus. Et surveille de près son bilan carbone. C’est la transition de ce matin.

    On peut d’ores et déjà en déduire qu’il s’agit d’un sujet sérieux. Oui car si l’armée s’y intéresse de près, ce n’est pas parce que les écologistes ont fait un putsch au sein des états-majors : c’est parce que cette question, parfois prise à la légère par les politiques et les médias, est considérée comme essentielle par les militaires.

    J’avais eu l’occasion de consacrer une précédente chronique à un panorama des problématiques posées par la crise climatique aux armées. Ce matin, voyons comment celles-ci tentent d’atténuer leur impact sur le climat. Car aussi contre-intuitif que cela puisse paraitre, surtout si vous avez une fibre antimilitariste, les militaires se préoccupent de leur bilan environnemental. C’est ainsi, par exemple, que le Pentagone aux Etats-Unis s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone pour ses infrastructures en 2050.

    Un tel objectif n’a rien de cosmétique dans la mesure où les armées sont considérées comme les premières émettrices institutionnelles de gaz à effet de serre, comme le relève un rapport publié ce matin par l’Observatoire Défense et Climat de l’IRIS, en partenariat avec le ministère des Armées. D’où un certain nombre d’initiatives pour verdir les équipements. On y apprend par exemple que la marine américaine travaille sur ‘’l’extraction de CO2 et d’hydrogène de l’eau de mer’’ en vue de fabriquer un carburant liquide pour ses navires. Autre exemple : lors du dernier défilé aérien du 14 juillet à Paris, les 2/3 des avions volaient avec des biocarburants.

    Vous vous en doutez : si les militaires s’engagent dans cette démarche d’atténuation de leur empreinte écologique, ce n’est pas uniquement parce qu’ils sont tombés sous le charme de Greta Thunberg et Nicolas Hulot. C’est avant tout une question de pragmatisme : il s’agit pour les armées de réduire leur dépendance énergétique, d’être capables de s’approvisionner de manière autonome en cas de coup dur, de ne pas dépendre des réseaux commerciaux.

    L’armée américaine a ainsi tiré les leçons de la catastrophe de Fukushima il y a 10 ans : suite à l’arrêt de la centrale, une des bases de l’US Air Force au Japon s’était retrouvée privée d’électricité pendant 90 jours. Depuis, chaque base est censée être autonome pendant deux semaines minimum, et ce grâce aux énergies renouvelables. D’autres ont suivi : pour réduire leur dépendance énergétique, les armées canadienne, britannique, indienne, danoise…investissent qui dans des parcs d’éoliennes, qui dans des champs de panneaux solaires.

    Un rapport d’information publié fin janvier par l’Assemblée nationale, sur le thème ‘’Dérèglement climatique et conflits’’, insiste lui aussi sur la nécessité de développer les énergies renouvelables afin de rendre l’armée française plus autonome, notamment lors des opérations extérieures, les OPEX. Plus autonome, c’est-à-dire moins dépendante des approvisionnements en eau et en pétrole généralement acheminés par convois, et qui peuvent donc être attaqués : plus autonome, donc moins vulnérable.

    Est-ce à dire que les objectifs militaires convergent toujours avec les objectifs climatiques ? Ce serait oublier un peu vite l’impact des conflits armés sur l’environnement, mais aussi l’utilisation de celui-ci comme moyen de combat. Manipuler les processus naturels pour modifier le climat : cela a fait partie des projets de l’armée américaine à la fin des années 40. L’idée était d’ensemencer les nuages avec des produits chimiques et de s’en servir ensuite comme arme de guerre, comme on peut le lire sur le site du GRIP (groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité).

    En décembre 1976, les Nations Unies ont tenté d’y mettre fin en adoptant la très méconnue convention ENMOD, sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires. Contrairement aux Etats-Unis, à la Russie ou encore à l’Allemagne, la France ne fait pas partie des signataires.

    Il me semblait avoir vu passer des choses chez Mediapart ou Reporterre ou Basta ou autres à ce sujet récemment, mais j’ai pas retrouvé.

  • Frédéric Lordon : « Quant à moi, je ne pense donc pas faire partie des personnes à convaincre en priorité de l’anti-dualisme — mais je dois compter avec les effets d’une visibilité distordue où mes interventions politiques font systématiquement oublier mes travaux philosophiques. »
    https://www.revue-ballast.fr/frederic-lordon-la-multitude-mobilisee-en-masse-est-lunique-solution

    (…) Donc oui, le spi­no­zisme aide à pen­ser phi­lo­so­phi­que­ment l’écologie. Et oui, l’attrition de nos sen­si­bi­li­tés me pré­oc­cupe autant qu’un latou­rien qui piste les loutres. Maintenant la ques­tion poli­tique, c’est : qu’est-ce qu’on fait avec tout ça ? Le déli­cieux Pierre Charbonnier cite Philippe Descola pour rap­pe­ler qu’on ne peut pas « être révo­lu­tion­naire poli­ti­que­ment et conser­va­teur onto­lo­gi­que­ment ». Il va pour­tant fal­loir y arri­ver car, dans l’urgence extrême de l’écocide, mettre la révo­lu­tion poli­tique sous condi­tion de la révo­lu­tion onto­lo­gique est la cer­ti­tude de finir grillés, noyés, suf­fo­qués, pan­dé­miés et tout ce que vous vou­lez. La révo­lu­tion onto­lo­gique (désas­treuse) qui a fait émer­ger la méta­phy­sique du sujet et du libre-arbitre, puis l’a conver­tie en un ima­gi­naire com­mun, a pris des siècles. Celle qui l’annulera pour (re)faire les droits de l’égalité onto­lo­gique et de l’interdépendance géné­rale en pren­dra à peu près autant. Or nous n’avons pas des siècles. Donc on va lais­ser les uni­ver­si­taires (je m’y inclus) pré­pa­rer la révo­lu­tion onto­lo­gique, mais on ne va pas non plus se la racon­ter en tech­ni­co­lor sur les pou­voirs de la phi­lo­so­phie pre­mière, et on va plu­tôt tâcher de trou­ver et rapi­dos de quoi lais­ser une chance à l’humanité de conti­nuer à habi­ter cette pla­nète. Or cette chance pas­se­ra par la posi­tion d’un cer­tain nombre d’actes, à com­men­cer par des actes de nomi­na­tion, et en fait de dési­gna­tion.

    cc @pguilli

    • Au reste, je n’aurais nul besoin de me prévaloir de Spinoza pour justifier d’être sensible au sensible — on peut parfaitement l’être sans lui. Il se trouve que je le suis et qu’en plus je suis spinoziste. Simplement je n’éprouve pas le besoin de raconter mes petites aventures sensibles.

      cette manière égotique de disqualifier la question, le ton sarcastique (appris dans L’idéologie allemande) qui mime l’autodérision, c’est une diversion. dépolitiser l’enjeu, c’est le côté droitier de Lordon

      « Le ravage de la Terre et le résultat d’une économie politique qui a su capitaliser sur l’atrophie de la socialité envers les non-humains et les altérités en général. » Nous ne sommes pas seuls - Politiques des soulèvements terrestres, Léna Balaud, Antoine Chopot, p.82

    • Toujours aussi juste ! Lordon.

      Tout ce que je viens de dire atteste que je prends acte — mais de quoi ? en quels termes ? C’est ça toute la question. Oui, je prends acte qu’une révolution a eu lieu. Non je ne prends pas acte que le mot adéquat pour la nommer soit « Anthropocène ». « Anthropocène » nous dit que la cause de l’écocide c’est « l’homme » — pardon : « l’Homme ». Ah bon ? On se croirait revenu avant les Thèses sur Feuerbach : « l’Homme » — cette chose qui n’existe nulle part sinon dans la tête des philosophes idéalistes. Non, ce qui a foutu en l’air le climat et détruit la planète, ça n’est pas « l’Homme », ce sont les hommes capitalistes. Andreas Malm a fait litière de cet absurde « Anthropocène » dont le nom même n’est qu’un évitement : un de ces stratagèmes gélatineux typiques de l’idéalisme moraliste, qui fait toujours tout pour ignorer les forces matérielles et les forces sociales, les hégémonies et les conflits, les rapports sociaux et les rapports de force, et qui finalement nous laisse quoi comme possibilité ? Réformer l’Homme ? On sait déjà comment ça se finit : par le tri des déchets et l’apologie des « petits gestes » qui « permettront de tout changer ». Or voilà : les petits gestes pour tout changer sont précisément des béquilles pour tout reconduire, donc pour ne rien changer. Ou alors on va créer le parlement de la Loire, du bois de Saint-Cucufa ou du Gave de Pau ? Le capital tremble sur ses bases. Je pourrais dire que tout ce texte un peu énervé du blog du Diplo auquel vous faites référence a été sous la gouverne d’une image unique : l’hilarité des hommes du Medef. Je pense qu’ils ne doivent pas en croire leurs yeux ni leurs oreilles. Une « gauche radicale » pareille, c’est totalement inespéré, même dans leurs rêves les plus fous. En ces matières je pense qu’on peut se fier à des critères très rustiques mais très sûrs : quand quelque chose contrarie le capital, il ne rit pas du tout, il fait donner ses médias (j’entends : ses médias, convenablement agencés par lui, donnent d’eux-mêmes), et la requalification des contrariants en fous dangereux (désormais on dit « radicalisés », une expression très commode qui sert à plein de choses) ne se fait pas attendre.

      Reprenons : je prends acte qu’une révolution a eu lieu. Elle n’est pas celle de l’« Anthropocène », mais celle du Capitalocène, c’est-à-dire l’œuvre du capitalisme et des capitalistes. Je prends acte surtout de ce qu’une autre révolution doit impérativement suivre, celle-ci si nous ne voulons pas terminer calcinés — en réalité nous terminerons plutôt à nous entretuer pour les dernières flaques d’eau. Quand j’y repense, je trouve la phrase de Latour hallucinante : arrêtez de poursuivre la révolution, elle a déjà eu lieu ! Oui, seulement ça a été la révolution des capitalistes, ce qui me semblerait un puissant mobile non pas pour lâcher l’idée de révolution mais pour la poursuivre derechef, d’autant plus vigoureusement, et dans la direction exactement opposée.