• A 23-Year-Old Coder Kept QAnon and the Far Right Online When No One Else Would - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/features/2021-04-14/qanon-daily-stormer-far-right-have-been-kept-online-by-nick-lim-s-vanwate

    Trop facile l’argument de la liberté d’expression pour favoriser les néo-nazis.

    Two and a half months before extremists invaded the U.S. Capitol, the far-right wing of the internet suffered a brief collapse. All at once, in the final weeks of the country’s presidential campaign, a handful of prominent sites catering to White supremacists and adherents of the QAnon conspiracy movement stopped functioning. To many of the forums’ most devoted participants, the outage seemed to prove the American political struggle was approaching its apocalyptic endgame. “Dems are making a concerted move across all platforms,” read one characteristic tweet. “The burning of the land foreshadows a massive imperial strike back in the next few days.”

    In fact, there’d been no conspiracy to take down the sites; they’d crashed because of a technical glitch with VanwaTech, a tiny company in Vancouver, Wash., that they rely on for various kinds of network infrastructure. They went back online with a simple server reset about an hour later, after the proprietor, 23-year-old Nick Lim, woke up from a nap at his mom’s condo.

    Lim founded VanwaTech in late 2019. He hosts some websites directly and provides others with technical services including protection against certain cyberattacks; his annual revenue, he says, is in the hundreds of thousands of dollars. Although small, the operation serves clients including the Daily Stormer, one of America’s most notorious online destinations for overt neo-Nazis, and 8kun, the message board at the center of the QAnon movement, whose adherents were heavily involved in the violence at the Capitol on Jan. 6.

    Lim exists in a singularly odd corner of the business world. He says he’s not an extremist, just an entrepreneur with a maximalist view of free speech. “There needs to be a me, right?” he says, while eating pho at a Vietnamese restaurant near his headquarters. “Once you get to the point where you look at whether content is safe or unsafe, as soon as you do that, you’ve opened a can of worms.” At best, his apolitical framing comes across as naive; at worst, as preposterous gaslighting. In interviews with Bloomberg Businessweek early in 2020, Lim said he didn’t really know what QAnon was and had no opinion about Donald Trump.

    #Extrême_droite #Premier_amendement #Liberté_expression #Fachosphère

    • Je sais bien, mais en même temps, l’article pourrait (devrait ?) se résumer à ceci :

      “There’s already a good recipe that was used for ISIS. Why don’t you use it on the far right?”

      It’s tougher to keep a site such as the Daily Stormer offline as long as somebody like Lim is willing to support it. U.S. laws governing domestic extremism are less expansive than those focused on international terrorism, partly to protect the rights of U.S. citizens with unpopular political views.

      Le type fait dans la cradingue, c’est indéniable, mais apparemment pas dans l’illégal. Ce sont les États-Unis, où il y a désormais une communication publique massive (notamment suite à la catastrophe Trump, QAnon, White supremacist…) pour avoir une maîtrise collective de l’expression publique (« on » décide que certaines expressions n’ont pas leur place dans la sphère publique, et notamment sur le Web), mais dans le même temps on refuse complètement d’y donner une forme juridique (because Premier amendement).

      Donc on mène de grandes campagnes d’indignation collective, et on fait pression sur les plateformes pour faire supprimer certains contenus (il y a d’ailleurs deux activistes qui le disent tout à fait explicitement dans l’article), tout en se rendant bien compte que ces expressions ne sont par ailleurs pas illégales (le gars de l’article ne dit absolument pas qu’il maintiendrait des contenus illégaux aux États-Unis, jihadistes ou pédophiles par exemple). Et qu’en même temps on semble prendre bien soin à ne pas ouvrir ce débat pour que les limites de l’expression publique soient mieux encadrées par des tribunaux, plutôt que laissées à la discrétion des plateformes (qui en profitent pour virer plein d’autres choses discrètement par ailleurs).

    • Oui, ça je suis bien d’accord. Mais les motivations du gars, est-ce qu’on ne s’en fout pas un peu ? Des fachos qui hébergent des fachos, on s’en cogne un peu de leurs alibis, la question elle est vite répondue.

      Ce qui me chagrine, c’est qu’on a un article extrêmement long, qui aborde la question de l’illégalité (ou plutôt de l’absence d’illégalité) dans une unique phrase, et qui au contraire se focalise sur les mouvements de pression organisés pour que les grandes plateformes dégagent certains contenus, plutôt que d’avoir une régulation encadrée par la loi. Et qui, dès le début, titre sur la notion de « When No One Else Would ».

      Et je trouve ça extrêmement inquiétant : parce qu’on trouvera toujours un facho pour héberger des fachos, surtout tant que le fait d’héberger des sites fachos n’est pas illégal.

      Ce qui me semble la pente dangereuse de ce genre de considération, c’est qu’on considère fondamentalement dangereux et illégitime qu’on puisse s’héberger (et s’exprimer) en dehors des grandes plateformes. C’est le sens du titre et des activistes de l’article : s’il suffit de faire pression sur les grandes plateformes pour se débarrasser des fachos, nickel ; mais s’il est encore possible de trouver un hébergeur qui le fera « When No One Else Would », on atteint les limites de cette forme de « régulation » de l’expression publique.

      Alors même que si ces formes d’expression étaient interdites par la loi, comme Daesh et la pédophilie, ce ne serait pas du tout la même question – puisque l’hébergeur facho ne revendique à aucun moment de contrevenir à la loi et d’héberger des contenus illégaux.

      La conclusion inévitable de cette façon de voir, c’est qu’il ne faudrait pas laisser aux gens la possibilité de s’exprimer ou accéder à des contenus en dehors des grandes plateformes. Parce que, à nouveau, tant que c’est légal, en l’état actuel des interwebz et tant qu’il n’y a aura pas une interdiction légale de le faire, on trouvera toujours des fachos pour héberger des fachos.

      (Accessoirement, ça aurait tendance à me renvoyer à une autre préoccupation pénible que j’ai depuis quasiment 20 ans : le volontarisme des fachos à se déployer et s’organiser sur les interwebz, à réellement « faire du réseau », et au contraire une immense passivité/méfiance des progressistes qui pour une large part ont décidé que monter une page Facebook c’était bien suffisant, et qui se retrouvent à poil une fois qu’ils se font éjecter des grands réseaux sociaux. Et ensuite on va chouiner contre les méchants GAFA.)

  • Confiance dans la justice : non le #viol n’est pas un crime moins grave que les autres ! - Actu-Juridique
    https://www.actu-juridique.fr/droit-penal/confiance-dans-la-justice-non-le-viol-nest-pas-un-crime-moins-grave-q

    Pour redonner confiance en cette justice tant décriée par l’opinion publique, il a décidé (entre autres mesures) de créer une nouvelle juridiction : la cour criminelle. Une sorte de salade mixte de tribunal correctionnel (qui juge les délits) et de cour d’assises (qui juge les crimes). Cette cour sera composée de cinq magistrats. Et uniquement de cinq magistrats. Adieu jury populaire, tirage au sort, boules en bois et récusation de jurés, si chers à la France depuis la Révolution Française.

    Cette cour criminelle jugera les crimes punis de 15 à 20 ans de prison comme le viol, si le projet de loi présenté mercredi dernier est adopté par les parlementaires.

    Entendons-nous bien : en France, les infractions les plus graves, celles que l’on appelle « crimes », sont jugées par une juridiction un peu particulière, la cour d’assises, qui est composée de trois magistrats, mais aussi et surtout de français comme vous et moi, tirés au sort pour juger ce que l’humanité tient pour le plus grand mal : les violeurs, les assassins, les terroristes, notamment. On estime que chaque année, 40.000 français rendent cette justice aux côtés des magistrats, en condamnant des accusés aux plus lourdes peines de prison prévues par le code pénal : 15 ans, 20 ans, 30 ans voire la perpétuité. Cette justice-là est ainsi non pas rendue « au nom du peuple français », mais par le peuple français lui-même à qui l’on confie l’immense pouvoir de condamner ou d’acquitter.

    Le code pénal ne fait pas de différence entre les crimes, si ce n’est au stade de l’importance de la peine de prison encourue. Tous les crimes sont graves : ce sont les actes les plus terribles qu’un homme puisse commettre. Ces actes méritent donc une justice d’exception. Une justice hors du commun rendue par les français.
    Le viol, cette mort intérieure

    Mais ça, c’était avant que le Garde des Sceaux vienne préciser que sa réforme était justifiée parce qu’il existe des « crimes plus graves », ceux punis par plus de 20 ans de prison.

    Dont le viol ne fait pas partie.

    Le viol serait donc « moins grave » que les autres crimes. L’acte de pénétration, par violence, contrainte, menace ou surprise, prévu par l’article 222-23 du code pénal, serait « moins grave » que le trafic de stupéfiants en bande organisée, ou l’empoisonnement, ou la séquestration d’un mineur de 15 ans. Et ne devrait donc plus être jugé par les français eux-mêmes.

    L’histoire de la criminalisation du viol ne remonte pas au Moyen âge. Elle est si récente, que nombre d’entre nous en ont été les témoins. Celle qui l’incarna, Gisèle Halimi, immense avocate, ne nous a quittés que l’année dernière, après avoir lutté durant toute sa vie pour que les viols, dont les victimes sont majoritairement des femmes, soient considérés comme ce qu’ils sont : une mort intérieure. Une ignominie intime. Un saccage de vie. La victoire fut remportée en 1975, au procès d’Aix en Provence. C’est là que Maître Gisèle Halimi s’est battue et a obtenu que cet acte de pénétration forcée soit traité de la même façon qu’un meurtre et soit jugé par une cour d’assises, composée de français tirés au sort. Cette affaire judiciaire retentissante a donné naissance à la loi du 23 décembre 1980 qui a modifié la définition du viol.

    Serions-nous alors en train de faire un bond en arrière de 40 ans ?

  • Qui sont les incesteurs ?

    https://www.youtube.com/watch?v=VU_Fp_OE-do

    Les couilles sur la table

    En France, 5 à 10% des enfants sont victimes d’inceste. Et dans 96% des cas, les incesteurs sont des hommes. Le véritable interdit de l’inceste, dans notre société, ce n’est pas de le commettre : ça arrive partout, tout le temps, dans tous les milieux. Ce qui est interdit, c’est d’en parler.

    L’inceste est banal et courant. Mais chaque cas d’inceste médiatisé est traité comme s’il s’agissait d’un fait isolé. Or, comme le démontre l’anthropologue Dorothée Dussy, l’inceste est en réalité un structurant de l’ordre social, le premier apprentissage de la domination.

    Directrice de recherche au CNRS, Dorothée Dussy a enquêté durant des années sur le phénomène de l’inceste, comme bénévole dans des associations de victimes, puis en s’entretenant avec des dizaines d’incesteurs condamnés par la justice. Elle en a tiré un livre exceptionnel, dans lequel elle analyse de façon totalement nouvelle l’inceste et ses liens avec le patriarcat : Le berceau des dominations. Introuvable pendant des années, il vient enfin d’être réédité, aux éditions Pocket.

    Au micro de Victoire Tuaillon, Dorothée Dussy raconte comment s’est déroulé son enquête et ce qu’elle y a appris : comment expliquer le fait que l’écrasante majorité des personnes qui commettent un inceste soient des hommes ? L’inceste n’est-il qu’une question de désir sexuel pour les enfants ? Quels sont les mythes que l’on associe couramment à l’inceste ? Pourquoi lorsque les faits sont révélés, les familles préfèrent toujours exclure les incesté·es que les incesteurs ? Comment sortir du système de silence dans lequel tout le monde est empêtré ?

    CHIFFRES, ÉTUDES, CITATIONS & RÉFÉRENCES CITÉ·ES DANS L’ÉPISODE
    Retrouvez toutes les études et références citées dans l’épisode sur https://www.binge.audio/podcast/les-c...​

    CRÉDITS
    Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Cet entretien a été enregistré à Marseille. Réalisation et mixage : Julie Tépé. Générique : Théo Boulenger. Chargée de production : Camille Regache. Chargée d’édition : Naomi Titti. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

    Il y est pas mal question des frères incesteurs ce qui est tres rare.
    @touti @tintin

  • Dans tous les commissariats de France, on utilise la reconnaissance faciale | StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1617723420-tous-commissariats-france-utilise-reconnaissance-faciale-pol

    Près de 400.000 fois par an, la police utilise la reconnaissance faciale via un fichier qui recense 19 millions de personnes. Le système est à la frontière de la légalité et provoque son lot d’inquiétudes. StreetPress fait le point.

  • Chauvin used deliberate and excessive pain technique on George Floyd, police expert says | George Floyd | The Guardian
    http://www.theguardian.com/us-news/2021/apr/07/derek-chauvin-trial-george-floyd-death-police-expert

    https://youtu.be/fgUtytVwJsM

    An expert police witness has told the Derek Chauvin murder trial in Minneapolis that the accused former officer used a technique designed to deliberately inflict pain and subjected George Floyd to it for an extended period.

  • The protesters who gather every day to demand justice for George Floyd | George Floyd | The Guardian
    http://www.theguardian.com/us-news/2021/apr/08/derek-chauvin-trial-minneapolis-george-floyd-protesters
    https://i.guim.co.uk/img/media/535a76f6aaf235f2b1c2a76a0110bb1a47e22f5b/0_117_3500_2100/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    A small but determined group rise early to take their spot outside the Minneapolis courthouse – and they stay all day

  • Macron to close elite school that hothouses French leaders | Emmanuel Macron | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/apr/08/macron-close-france-elite-finishing-school-ena-elite-presidents
    https://i.guim.co.uk/img/media/724f5466fa5e7f1da801d00e0bc26d69501ff9ad/0_166_3522_2113/master/3522.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Emmanuel Macron is expected to officially announce on Thursday the closure of the École Nationale d’Administration, the elite French finishing school for the country’s leaders where he studied.

    Known as ENA, the grande école has been the hothouse for France’s top civil service and a pathway to power in the public and private sectors. Four French presidents, including Macron, have passed through its doors as have dozens of ministers and business leaders.

  • Thread by lfaliaj on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1380068166966071296.html

    Je me suis toujours refusé à employer des mots forts concernant ce que diffuse cette association et notamment sa direction mais là c’est dramatique : cette brochure est dangereuse

    #murielle_salmona #faux_souvenirs_induits #mémoire_traumatique cc @mad_meg

    • je sais pas pour vous mais ça fait un moment que j’ai un souci avec M.salmona. Ici ça explique bien pourquoi. C’est important d’être au jus, même si elle a fait des choses super bien et importantes.

    • Je suis cretainement biaisée et je veux bien qu’il y ai des pbl avec cette notion d’amnésie traumatique, mais je trouve pas convainquant le discours de ce mec, à part affirmé que Salmona n’est pas une vrai scientifique contrairement à lui, je voie pas trop ou il veux en venir. La brochure qu’il incrimine ne dit pas qu’on peu se passé d’une aide médicale, et si les symptômes peuvent ressemblé à beaucoup d’autres maladie ca ne prouve rien.

      Le fait aussi qu’il utilise les incohérences des souvenirs pour les rejetés ;

      Comment sait-on qu’il s’agissait de faux souvenirs ? Car certains concernaient des personnes décédées avant la naissance des victimes,
      d’autres des personnes dont la présence géographique était impossible au moment des faits, des faits improbables (e.g., sectes et rites sataniques, enlèvement par des aliens, j’en passe)

      Ici je trouve les exemples très mal choisis, car il arrive en effet que le souvenir traumatique soit altéré, par exemple au lieu que l’agresseur soit ton père (idée insupportable pour la victime) elle imagine que c’est un enlèvement d’aliens ou son arrière grand père mort au moment des faits. Le fait qu’il y ai des incohérences ne prouve absolument rien.

      Enfin il prétend que Salmona à l’oreille du gouv, ca me semble faux d’affirmé cela, Schiappa s’en est pris publiquement plusieurs fois à l’asso et à Salmona et le résultat de tout ce soit disant changement des mentalitées, c’est que le viol est correctionnalisé automatiquement depuis hier. Ce gouv se tamponne des victimes de viols comme de sa première chemise, la seul chose qui interesse ce gouv c’est le fric.

    • c’est moi qui dit qu’elle a l’oreille des gens au pouvoir, et c’est peut-être pas une bonne formule du tout. C’est juste qu’elle est très invitée sur les plateaux télé il me semble, qu’elle prend beaucoup de place médiatiquement...

      Ce qui fait problème pour moi, c’est 1.sa façon de surdramatiser des choses déjà bien assez dramatique comme ça 2.ce qui a pour effet de « nous » enfermer dans le dark 3.le tout en défendant une sorte de pureté de la victime (voir la campagne où elle (et d’autres) publiaient des photos d’eux et d’elles enfant, avec pour légende : « moi à 12 ans, est-ce que j’ai une tête à consentir ? »).

      Encore une fois, elle a fait des choses très très bien, et il ne s’agit pas d’essayer de la dézinguer.

      Mais perso, je suis tombé sur son site, il y a quelque années, et c’est peut-être très bien de mettre à la disposition de tout le monde un certain savoir, mais il y a des trucs qu’on ne peut pas prendre à bras le corps seul.e. Moi ça m’a vraiment enfoncé de lire ses trucs, je sais pas comment dire, c’est ce truc de #iatrogénie, comme de lire une notice d’effet secondaire de médocs, et de commencer à psychoter... Encore une fois, je crois pas qu’il s’agisse de foutre en l’air son travail sur l’amnésie traumatique, mais peut-être de nuancer un peu...

      Après il y a d’autres gens qui disent des choses assez graves (ce truc de sectes là) et c’est tellement énorme que je suis un peu dépassé, j’avoue...

    • J’ai un ressenti assez opposé au tien car le contenu trouvé sur le site m’a fait plutot beaucoup de bien, même si sur le moment c’etait pas facil. Le truc c’est que Salmona s’exprime en réaction de la culture du viol

      1.

      sa façon de surdramatiser des choses

      est mes yeux le minumum qu’on puisse faire en réaction au discours habituel à base de "ce n’est qu’un troussage de domestique" ou "tu va pas faire tant d’histoire pour un coup de bite"...

      2.

      ce qui a pour effet de « nous » enfermer dans le dark

      - mais c’est le dark je voie pas trop en quoi nommer enfin les choses à peu près comme il se doit (cad sortir du point de vue masculin sur les viols qui trouve ca si fun et bandant), serait un enferment.

      3.

      le tout en défendant une sorte de pureté de la victime (voir la campagne où elle (et d’autres) publiaient des photos d’eux et d’elles enfant, avec pour légende : « moi à 12 ans, est-ce que j’ai une tête à consentir ? »).

      On parle de viols, cad le crime qui est celui dans lequel on fait le procès des victimes, le crime le moins punis, le crime qui a été correctionnalisé hier comme si de rien n’était. Un crime ou meme pour des gosses de 4-5 ans les tribuneaux se demande si t’etait pas trop allumeuse et convoquent des experts pour ca. La campagne « moi à 12 ans, est-ce que j’ai une tête à consentir ? » je la comprend comme une réponse aux mecs comme Costa-Gavras qui te disent qu’elle en paressait 25 alors qu’elle en a 12 quand leur potes réals se font chopper à sodomiser des gosses.

      Salmona ca fait plus de 10 ans que je la voie se démené comme une acharnée et enfin on l’entend un peu dans les grands médias. Je dit pas qu’elle se trompe jamais ou que je suis toujours d’accord avec elle mais là les reproches que tu lui fait ne me semblent pas fondé. Elle réagit en réaction à des propos et ca serait bien de pas extraire ses propos de leur contexte.

    • Merci pour le lien, je suis perdu avec twiter. J’avais raté cette video qui sert de levier à la démonstration de la psy de twiter que tu signal.

      Il y a d’un coté une confusion entre Salmona la militante et Salmona la thérapeuthe. Lorsqu’elle fait cette video elle est pas en consultation, elle joue sur l’emotionnel pour impacté les gens, gens qui s’en tapent royalement qu’il y ai 6,7millions de victimes d’inceste tant qu’une people ne sort pas un livre de témoignage. J’aime pas non plus qu’elle l’appelle Muriel dans le tread, le prénom est une dévalorisation des femmes souvent utilisé ainsi que le reproche d’être émotionnelle.

      Pour l’histoire de sa collègue agresseuse qu’elle soutiens, si c’est vrai c’est triste et banal, en cas de conflit de loyeauté c’est tjrs difficil de rester correcte et Salmona autant qu’un·e autre. De là à parler de secte ca me semble fort et je découvre les signalements à l’ordre... l’ordre est habitué à couvrir les violeurs et punir les medecins qui font des signalements du coup je voie pas ca d’un bon oeil et encore moins un argument qui montrerai la dangerosité de Salmona. Je fait probablement parti de la secte et j’ai un gros biais en faveur de Salmona mais là je voie rien de concret dans les reproches qui sont fait.

    • Au delà de la dévalorisation que les femmes seraient trop émotionnelles, moi je vois ça comme la critique (à mon sens parfaitement justifiée il me semble) d’une femme professionnelle à une autre femme professionnelle : les deux sont psys, ont des patients, et quand on est pro et qu’on parle de ses sujets, on se doit justement d’avoir un contrôle émotionnel, c’est pas normal d’après elle d’être psy spécialisée des violences traumatiques graves et être à ce point débordée émotionnellement quand on parle de ce sujet.

      Sur l’aspect sérieux/scientifique, les deux (le premier lien et la femme sur twitter) disent aussi que par le passé oui il y a aussi plein de travail sérieux ("il est important de reconnaître que ce travail était énorme" / « Ca a donné des outils de compréhension aux victimes mais aussi à leurs proches. Ce sujet est beaucoup plus discuté médiatiquement. Ca on ne peut pas lui enlever. »), mais que par glissement petit à petit, désormais Salmona ne cite quasiment plus aucune source (il s’agit pas juste des prises de paroles à l’oral ça ok, mais des documents), et que la production de contenus récents n’a plus l’air basé sur les connaissances cliniques validées par les paires. Moi je n’y connais rien dans ce domaine donc je peux pas trop juger ce point mais que d’autres professionnels du même domaine (psy, victimologie, traumatisme) fassent ces remarques, c’est légitime, ça fait partie du nécessaire débat scientifique.

      Après elle (la femme du deuxième lien) parle de fait (très) graves, et du fait qu’il y a une plainte en cours de traitement envers Salmona, avec tout un dossier de preuves. Donc à voir la suite, on peut trop rien dire pour le moment puisque la plainte est en cours… Mais du coup ya bien des victimes (plusieurs apparemment) dans cette affaire, qu’il faut écouter aussi.

    • Pour le reproche d’être trop émotionnel, quand on la voie en publique c’est pas une psy en consultation mais une militante et une survivante de l’inceste qui s’exprime. Je trouve un peu déplacé de lui reproché son émotivité, ca peu être aussi bien une technique oratoire mise au point après 20 ans expérience des médias, qu’une difficulté à prendre la parole en publique.

      Pour les sources, sur le site https://www.memoiretraumatique.org les infos sont sourcés mais je suis pas plus apte que toi @rastapopoulos pour jugé la qualité de ces sources.

      Enfin pour (la femme du deuxième lien) j’ai pas compris de quel lien il est question. Si tu pouvait me le faire suivre ca m’arrangerait. Je ne sais rien de cette histoire mis à part que l’ordre en est saisi.

  • Ce mercredi, l’armée va tester sa force de dissuasion nucléaire en Auvergne
    https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/ce-mercredi-l-armee-va-tester-sa-force-de-dissuasion-nucleaire-en-auvergn

    Ça me fait un peu chier, parce que l’Auvergne c’est pas très très loin d’ici. Avec un coup de vent dans la mauvaise direction, j’ai peur qu’on se prenne les retombées radioactives.

    (En plus, je comprends pas l’intérêt de s’entraîner à bombarder l’Auvergne. Si les Chinois nous envahissent, à moins de tomber sur des qui adorent le Bleu, je vois pas ce qu’ils iraient faire là-bas.)

  • Yuen Biao doing laundry
    https://www.youtube.com/watch?v=fg4IORYEfl4

    From Dreadnaught (1981), Li Li-li and Yuen Biao doing laundry - the family way!

    Dreadnaught (film) - Wikipedia
    https://en.wikipedia.org/wiki/Dreadnaught_(film)

    In a scene early on in the film, Mousy is washing the laundry with his bossy sister. After complaining about the repetitiveness of laundry work, his sister scolds him and demands he wash the clothes in the “family way.” This leads to a scene with Mousy flipping the clothes around with his hands and wringing them out with powerful squeezing from this index finger and middle finger. These abilities turn out to be related to kung-fu methods, as Mousy eventually uses the same laundry method to defeat White Tiger.

  • Santé Pudique France - 06.04.21 :


    – réa : ça continue à monter
    – dc : ça se re-applatit (malgré le pic post week-end)

    https://coviiid.free.fr

    Lavielle prévoyait une forte baisse des hospi et une future baisse des morts, après une fin de bosse locale ; l’inflexion sur les hospi aurait eu lieu début de 4eme semaine de mars, et fin de la 2eme semaine de mars pour les dc.

    http://shiny.webpopix.org/covidix/app3

    • les pics du retour de Pâques :

      le 38, a pris 22 morts
      le 06, ont ramassé un peu dimanche et lundi genre 8+13 morts
      le 13, c’était plutôt 8+15
      le 69, seulement 16

      le Norch et Paris on pris un peu aussi, mais pas plus que ces derniers temps

      petite couronne en revanche a pris quasi 50 morts
      au total, IDF prend un poil plus de 100 morts, pour 19% de la pop

      ça fait 100 / 13 millions
      mais quand même environ 50% de la mortalité quotidienne habituelle

  • Le beau cadavre - Crêpe Georgette via @mona
    http://www.crepegeorgette.com/2021/04/05/beau-cadavre

    Comme je le disais, la dignité des femmes est profondément associée à leur physique. On louera la femme âgée percluse d’arthrose, qui se fait encore son brushing, on louera la mourante qui a la coquetterie de cacher sa pompe à morphine derrière un foulard. Jusqu’à la fin, on ne nous laisse pas la paix, de crever vieilles et moches, dans notre merde et tout serait ok pour autant.

  • Le beau cadavre - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2021/04/05/beau-cadavre

    Quand ma mère est morte, j‘ai longtemps regardé son cadavre. J’avais déjà fait de même avec celui de mon père ; je sais qu’un cadavre est un cadavre, dans la quasi-minute, il a l’air de ce qu’il est. C’est moche dans le sens où c’est l’inconnu ; c’est faux à mon avis de prétendre qu’il reste quoi que ce soit de la personne qu’on a connue dans ce truc-là. Je disais dans mon texte précédent regretter qu’on ne pratique pas la toilette mortuaire chez les athées ; j’aurais voulu le faire pour m’approprier cette chair-là devant moi qui est tellement, tellement impressionnant.
    Hier je rigolais toute seule en me demandant si le fait d’avoir été belle avant de mourir avait fait d’elle un beau cadavre.

    • Hier je rigolais toute seule en me demandant si le fait d’avoir été belle avant de mourir avait fait d’elle un beau cadavre.

      Comme je le disais, la dignité des femmes est profondément associée à leur physique. On louera la femme âgée percluse d’arthrose, qui se fait encore son brushing, on louera la mourante qui a la coquetterie de cacher sa pompe à morphine derrière un foulard. Jusqu’à la fin, on ne nous laisse pas la paix, de crever vieilles et moches, dans notre merde et tout serait ok pour autant.

  • Journaliste menacée en Bretagne : appel à la grève et rassemblement à venir – Libération
    https://www.liberation.fr/economie/medias/journaliste-menacee-en-bretagne-appel-a-la-greve-et-rassemblement-a-venir

    Morgan Large, journaliste spécialiste de l’industrie agro-alimentaire, qui travaille pour la Radio Kreiz Breizh (RKB), a retrouvé sa voiture avec les boulons des roues arrière dévissés. Une manifestation sera organisée mardi à Rostrenen, dans les Côtes-d’Armor.

    Une autre journaliste, qui devait réaliser une interview de Morgan Large, « a été insultée, bousculée et suivie jusqu’à chez elle par un agriculteur » cette semaine à Glomel (Côtes-d’Armor), expliquent dans un communiqué les journalistes du réseau de radios associatives en langue bretonne Radio Kreiz Breizh (RKB). « C’est toute la profession qui est attaquée, ainsi que la liberté d’informer […] Il est inacceptable que des journalistes soient prises pour cible et que notre travail soit entravé », écrivent-ils, en appelant à la grève mardi 6 avril et à un rassemblement à midi à Rostrenen (Côtes-d’Armor) en soutien aux deux journalistes et pour la liberté d’informer

    https://seenthis.net/messages/898618
    https://seenthis.net/messages/856444

    Déjà pendant le tournage du docu « Bretagne : une terre sacrifiée », Morgan Large avait fait l’objet d’intimidations. Alors qu’elle consultait un panneau de chantier, les propriétaires du futur poulailler industriel lui avaient fait comprendre qu’elle dérangeait.

    https://twitter.com/Kelaouinbzh/status/1378109969455837184

  • Günther Anders : La violence, oui ou non
    https://lundi.am/Gunther-Anders-La-violence-oui-ou-non

    Le pouvoir repose toujours sur l’exercice de la violence, puisqu’utilisée par les pouvoirs reconnus. Elle n’est pas seulement autorisée mais aussi « moralement légitimée ». Günther Anders affirme ne viser à rien d’autre qu’à l’état de non-violence, à l’état de ce que Kant appelait la « paix perpétuelle » : « La violence ne doit jamais être une fin pour nous. Mais que la violence – lorsqu’on a besoin d’elle pour imposer la non-violence et qu’elle est indispensable – doive être notre méthode, ce n’est sûrement pas contestable. »
    Il considère que la démocratie, c’est-à-dire le droit d’exprimer sa propre opinion, est devenue impossible parce que, au sens strict, on ne peut plus exprimer quelque chose qui ne nous est pas propre, depuis qu’il y a des « médias de masse » et que « la population du monde s’assoit comme fascinée devant les télévisions ».
    Enfin, il considère que « “espoir“ n’est qu’un autre mot pour dire “lâcheté“ ».

  • Quatre nouveaux milliardaires français entrent au classement Forbes
    https://www.lefigaro.fr/flash-eco/quatre-nouveaux-milliardaires-francais-entrent-au-classement-forbes-2021040

    Stéphane Bancel, le PDG de la société Moderna, qui a développé un vaccin anti-Covid, fait une entrée directement à la 23e place du classement Forbes avec une fortune estimée à 3,5 milliards d’euros.

    Les bots de LaRem vont encore devoir sortir les rames sur touiteur, sur le thème « ouin ouin les Français n’aiment pas les riches… »

  • Le restaurant clandestin de Chalençon est au goût des éditorialistes
    https://www.telerama.fr/ecrans/le-restaurant-clandestin-de-chalencon-est-au-gout-des-editorialistes-685569

    « Patrick, ça vous paraît totalement extravagant d’imaginer des ministres participer à ce genre d’événement », confirme Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5. « Extravagant, je ne sais pas, nuance Patrick Cohen. Simplement, les principaux ministres disposent dans leurs ministères d’une salle à manger, de cuisiniers, de maîtres d’hôtel, de grandes tables où ils peuvent recevoir qui ils veulent, ça fait partie des privilèges sous (sic) les palais de la République. » Pourquoi aller dans un restaurant clandestin hors de prix alors qu’ils en ont un à domicile et à l’œil ? « Donc l’idée d’aller prendre des risques dans un endroit privé me paraît particulièrement improbable. » À l’issue d’une enquête approfondie, Patrick Cohen peut donc affirmer qu’aucun membre du gouvernement n’a festoyé au palais Vivienne. « Le ministre qui ferait ça serait le dernier des crétins. » Puisqu’il est impossible que nous soyons gouvernés par des crétins, il est inimaginable que des ministres dînent dans un restaurant clandestin.

  • How independent radio has thrived in the pandemic | DJMag.com
    https://djmag.com/longreads/how-independent-radio-has-thrived-pandemic

    During a year decimated by lockdowns and venue closures, our need for sonic connection has sparked the resurgence of independent radio across the UK. Here, Ed Gillett look at the challenges grassroots stations have faced during the pandemic, finds out how they’ve thrived despite those pressures, and explores why radio’s become an increasingly vital source of community and comfort for its listeners

  • À #Montpellier : « quelque 17 gendarmes et policiers municipaux » pour vérifier que les gens portent leur masque à la plage… L’#Absurdistan autoritaire, ça a si bien marché jusque là, autant continuer.

    Montpellier : 405 € d’amende pour avoir bu du rosé entre amis sur la plage du Grand-Travers - midilibre.fr
    https://www.midilibre.fr/2021/04/05/montpellier-405-damende-pour-avoir-bu-du-rose-entre-amis-sur-la-plage-du-g

    Sur leurs serviettes, pourtant, la grande majorité des bronzeurs n’avaient pas le masque. Et pourtant, même seul, même loin des autres personnes, il est obligatoire de le porter. Aux côtés du secrétaire général de la préfecture de l’Hérault, Thierry Laurent, quelque 17 gendarmes et policiers municipaux étaient ainsi mobilisés pour mener le contrôle.

    Disposées en ligne, les forces de l’ordre ont pour cela longé cette plage du Grand-Travers et se sont arrêtées pour avertir les personnes de porter leurs masques. « Elles peuvent l’enlever lorsqu’elles mangent ou qu’elles boivent. Cependant, une fois terminé, elles doivent remettre leurs masques. Nous ne les verbalisons pas aujourd’hui à ce sujet, sauf si les personnes refusent d’obtempérer. Mais c’est assez rare », indiquait le commandant en charge de l’opération.

    Aucune personne interrogée n’était cependant au courant de cette règle. Bien qu’ayant toutes remis leurs masques, elles n’étaient pas en accord avec cette mesure. « On n’a rien contre le contrôle mais c’est abusé cette histoire de port du masque, déploraient Mika et Rosalie, un couple de Lunellois venus à la plage avec leurs deux filles. Pour se déplacer, nous comprenons qu’il faille le masque. Mais lorsque l’on est sur notre serviette, je ne vois pas l’utilité. »

  • Santé Publique France, 04/04/2021 :
    • décès covid à l’hôpital : 185 (cvh : 322)
    • hospitalisations covid : 29 356 (+470)

    décès, exactement le même nombre qu’hier, ce qui en fait une valeur exceptionnellement élevée pour un dimanche, mais les coefficients journaliers risquent d’être un peu perturbés par la présence d’un lundi férié, difficile de se prononcer, donc
    les hospitalisations ont repris leur hausse régulière (depuis le 20 mars, il n’y a eu qu’une seule journée où le nombre de patients hospitalisés a baissé (faiblement))
    admissions en réanimation, après la pointe d’hier, la valeur d’aujourd’hui replace dans la ligne de la tendance croissante de la moyenne mobile

    incidence dans les métropoles, Nice est toujours la seule ville en baisse sur la semaine, sur le court terme également, Paris, toujours en tête, reste stable, comme Rouen et Lille ; Marseille continue à avoir la progression la plus forte, avec Saint-Étienne qui se rapproche du groupe la précédant

    on notera que les indicateurs de suivi de l’épidémie (TO, TI, etc.) n’ont pas été publiés hier, il y a donc ce soir deux nouvelles observations pour chacune de ses séries)
    les taux d’occupation progressent toujours à l’exception de l’île-de-France où il marque le pas depuis 2 jours
    en Île-de-France, il n’y a plus de département en croissance, ils sont soit en plateau (94 et 75, avec, peut-être pour Paris un petit redémarrage) soit en légère diminution

  • « Avoir un comportement à changer, c’est un luxe de la classe moyenne blanche ». https://www.liberation.fr/idees-et-debats/opinions/dans-nos-comportements-bah-ouais-20210331_7SMCRSHWYVGPLKU7HFEZ5PDJAY

    « L’épidémie dépendra de nos comportements » : voilà un constat raisonnable et banal. On le retrouve en version autoritaire ou bienveillante chez Boris Johnson, le préfet Lallement et mille autres experts et commentateurs. Il y a pourtant quelque chose qui cloche dans ce cliché, quelque chose de bête et de tragique, auquel il faudrait pouvoir répondre sans passer par un autre poncif, celui des fins limiers de la critique du néolibéralisme : « Vous, les politiciens, individualisez les responsabilités pour échapper aux vôtres. » Alors que nous avons enfin en France un message de santé publique potable (« dehors en citoyen, chez moi avec les miens »), la question mérite mieux : d’où vient cette évidence, selon laquelle la lutte contre une épidémie passe par les « comportements individuels » ? Et qu’est-ce que cette « brique » de bon sens, comme aurait dit Roland Barthes, nous empêche de comprendre ?

    La vision comportementale de la santé publique naît au début du XXe siècle, quand la Fondation Rockfeller invente aux Etats-Unis une forme d’évangélisme sanitaire, avec conférences itinérantes et visites à domicile, pour éduquer les pauvres, changer leurs comportements et vaincre les épidémies. Le modèle est exporté dans le monde entier. En France (pays arriéré en santé publique comme chacun sait), c’est la Rockfeller qui orchestre les débuts de la lutte contre la tuberculose en 1918, faisant de « l’éducation sanitaire » une affaire de slogans moralisateurs (« C’est un malin… il dort la fenêtre ouverte ») conçus par des professeurs de médecine bedonnants et paternalistes – Simone Veil modernisera tout cela dans les années 70 en important au ministère de la Santé les méthodes du marketing pour professionnaliser la conception et l’évaluation des campagnes.

    Le choc du sida, à partir des années 80, marque à la fois l’apogée et l’échec de ce modèle. L’idée que les comportements sexuels sont l’explication de l’épidémie et une cible prioritaire pour la contrôler semblent aller de soi. Une fois les attitudes des populations bien décrites, des campagnes d’éducation permettront d’informer les individus et de les débarrasser de leurs croyances erronées ; ils adopteront alors les bons comportements et adieu le virus. La baisse relative de la prévalence chez les gays dans les années 90 et l’adoption massive du préservatif confirment les attendus du modèle, tout comme, en négatif, l’explosion de l’épidémie en Afrique, que les experts perçoivent comme une terre de superstitions à éduquer de toute urgence (je vous épargne le florilège du racisme savant de l’époque).

    L’édifice théorico-politique se fissure pourtant dans les années 2000 : comment expliquer, non seulement que l’Afrique soit si touchée par l’épidémie (ce que le cliché sur l’insouciance sexuelle des Africains explique sans peine), mais surtout qu’elle le soit de manière si hétérogène ? En 2004, la première enquête épidémiologique à essayer d’y répondre sérieusement compare, à partir d’un échantillon aléatoire de 8 000 personnes, quatre villes du continent touchées très différemment par le VIH. Les conclusions font tomber tous les comportementalistes de leur chaise : la différence entre les villes très touchées (plus de 20 % de prévalence) et les autres ne s’expliquent ni par un moindre port du préservatif, ni par un plus grand nombre de partenaires sexuels, ni par aucun autre indicateur lié au « comportement sexuel », mais par des facteurs biologiques (co-infection avec l’herpès et circoncision masculine) et sociaux (liés notamment aux inégalités de genre). Ce qui ne veut pas dire que le préservatif ne sert à rien, mais plutôt que les comportements individuels n’ont qu’un effet marginal sur l’épidémie, et que cet effet est écrasé par des variables liées à l’environnement social et politique. L’étude marque ainsi un tournant vers une compréhension « écologique » de l’épidémie et de la prévention.

    Il a été démontré depuis que l’épidémie de VIH chez les Africains-Américains aux Etats-Unis ou les migrants en France n’est pas liée à un déficit d’éducation ou à une indéracinable indiscipline, mais à la structure même des réseaux socio-sexuels, façonnés par la précarité, la ségrégation raciale et la criminalisation des populations. Avoir un comportement à changer, c’est un luxe de la classe moyenne blanche. La leçon est en fait très banale : depuis le XIXe siècle, la santé publique doit sa réussite aux égouts, aux normes d’aération, à la médecine de travail, aux congés maladie, à l’échange de seringues, au Subutex, aux antirétroviraux, beaucoup plus qu’au catéchisme comportementaliste. Il serait bon de s’en souvenir en temps de Covid-19 : les contraintes structurelles (travail, logement), les cofacteurs biologiques et les mutations du virus écrasent, dans toutes les études, l’effet du respect des gestes barrières. C’est là le tragique : l’épidémie ne dépend pas de nos comportements, ou si peu.

    #comportement #nudge

    • Discuté/critiqué par Pr. Logos
      https://twitter.com/Pr_Logos/status/1378258027409768451

      Un article à lire, fort intéressant, qui serait convaincant s’il n’avait cette brillance et cette manière d’affirmer qui suscitent la méfiance, surtout quand la conclusion est fausse : « l’épidémie ne dépend pas de nos comportements ou si peu ».

      C’est l’archétype de l’article malin par un auteur malin, qui met en valeur des choses finalement simples et bien connues, mais peu vulgarisées, mais finit par dire des sottises aussi énormes que ce qu’il prétend corriger.

      L’article a ceci d’irritant qu’il ne se fonde sur aucun travail de terrain : le type ne se confronte manifestement pas à la question concrète, technicisée, de la sécurisation sanitaire et de l’endiguement épidémique.
      Il lui manque ceci : la responsabilité que confère le faire.

      L’article construit un épouvantail initial : le comportementalisme ne serait que le visage de l’individualisme moralisateur… Puis, dans une dialectique de copie khâgno-BCPST, on dévoile ce secret de polichinelle : il existe des facteurs environnementaux.

      Synthèse : et si le comportement était un fait social et environnemental ?

      Il en va du lecteur des Inrocks comme de celui de Libé : quinqua, il ou elle aime se sentir jeune et connaître Aya Nakamura, plutôt que de voir citer Hegel ou les tenants de l’#interactionnisme_social .

      On serait quelque part entre les deux ?

  • Violences sexuelles dans le sport français : 445 personnes mises en cause
    https://www.lemonde.fr/sport/article/2021/04/02/violences-sexuelles-dans-le-sport-445-personnes-mises-en-cause_6075404_3242.

    Des agents publics, des professeurs d’EPS et des éducateurs professionnels ou bénévoles ont été suspendus. Quarante-huit fédérations sont concernées et 25 signalements émanent de structures de haut niveau.

  • Les hôpitaux débordés, Macron défend son laissez-faire face au coronavirus - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2021/03/29/macr-m29.html
    https://www.wsws.org/asset/f8935fa9-e509-4646-95eb-cc84d7dae8fa?rendition=image1280
    Vous vous souvenez de Philippe annonçant fièrement que nous avions sauvé 116 vies en roulant à 80km/h pendant 6 mois dans les territoires ruraux  ?

    Dans un article intitulé « J’assume totalement », Macron a affiché un mépris flagrant pour les vies des Français : « Pour les jours qui viennent, nous allons regarder l’efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s’imposent. Mais à cette heure rien n’est décidé ».

    Or, ce prétendu « freinage » est une débâcle, le nombre de cas journaliers de COVID-19 étant passé en un mois de 25.000 à plus de 40.000. Déjà 95.000 personnes sont mortes de COVID-19 en France, et seuls les 3,8 pour cent des Français sont pleinement vaccinés. Macron compte faire toutefois subir sans broncher à la population un nouveau pic pandémique, longtemps prédit par les scientifiques, dû à la généralisation du variant anglais.

    Macron a insisté que malgré l’hécatombe annoncée, il refuse toute fermeture, même temporaire, des écoles et des industries non-essentielles : « Nous faisons tout pour renforcer les protocoles sanitaires afin de pouvoir maintenir les écoles ouvertes ». Alors que des morts à une échelle horrifiante se profilent, Macron a martelé que la fermeture des écoles, point central de toute politique véridique de confinement visant à stopper le virus, « doit demeurer un dernier recours. »

    Or c’était au plus tard en septembre 2020 qu’il aurait fallu mettre en place le « dernier recours », car déjà la résurgence du virus suite à la levée prématurée du confinement de mars 2020 se confirmait. A présent, l’urgence extrême est annoncée, avec le danger d’un effondrement du système médical français, mais Macron refuse un confinement pour casser l’emballement de la contagion.