touti

permaculture web


  • La loi « anti-casseurs » prépare la criminalisation des manifestants
    https://reporterre.net/La-loi-anti-casseurs-prepare-la-criminalisation-des-manifestants

    La disposition la plus polémique est celle prévue par l’article 2 de la proposition de loi. Elle prévoit que l’exécutif (préfet, représentant de l’État) pourrait, par arrêté, prononcer des interdictions de manifester. Deux conditions sont nécessaires pour viser une personne. La première est qu’« il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ». La deuxième est au choix : soit cette personne a déjà été condamnée pour des infractions lors de manifestations, soit elle « appartient à un groupe ou entre en relation de manière régulière » avec des gens « incitant, facilitant ou participant » à de telles infractions. Source : (...)


  • Le gouvernement encourage le débat mais supprime les enquêtes publiques environnementales
    https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/video-le-gouvernement-encourage-le-debat-mais-supprime-les-enquetes-pub

    Avant de remplacer la procédure par une consultation en ligne, le gouvernement avait interrogé les citoyens… sur internet justement. Résultat : 3 avis en faveur de la suppression de l’enquête publique, 2768 contre. Cette procédure consultative n’a pas empêché le décret d’être promulgué.

    C’est là un avant-goût amer des enquêtes publiques 2.0, selon France Nature Environnement. “On est à des années-lumières des garanties qu’offre une procédure d’enquête publique,” estime Florence Denier-Pasquier, secrétaire nationale de l’association. “Ca n’a rien à voir : on nous fait croire que c’est la même chose mais c’est un faux-semblant !”

    Les députés de la majorité l’assurent, il ne s’agit que d’une expérimentation, dont les leçons seront tirées dans 3 ans. Si l’essai est jugé concluant, l’enquête publique pourrait alors être supprimée partout en France, pour tous les projets touchant à l’environnement.


    • #Calle_13 (avec Totó la Momposina, Susana Baca et Maria Rita) - Latinoamérica (2010), déjà là :
      https://seenthis.net/messages/613166

      Soy
      Soy lo que dejaron
      Soy toda la sobra de lo que se robaron
      Un pueblo escondido en la cima
      Mi piel es de cuero por eso aguanta cualquier clima
      Soy una fábrica de humo
      Mano de obra campesina para tu consumo
      Frente de frío en el medio del verano
      El amor en los tiempos del cólera, mi hermano
      El sol que nace y el día que muere con los mejores
      atardeceres
      Soy el desarrollo en carne viva
      Un discurso político sin saliva
      Las caras más bonitas que he conocido
      Soy la fotografía de un desaparecido
      La sangre dentro de tus venas
      Soy un pedazo de tierra que vale la pena
      Una canasta con frijoles
      Soy Maradona contra Inglaterra anotándote dos goles
      Soy lo que sostiene mi bandera
      La espina dorsal del planeta es mi cordillera
      Soy lo que me enseñó mi padre
      El que no quiere a su patria no quiere a su madre
      Soy América Latina
      Un pueblo sin piernas, pero que camina
      Tú no puedes comprar al viento

      Tú no puedes comprar al sol
      Tú no puedes comprar la lluvia
      Tú no puedes comprar el calor
      Tú no puedes comprar las nubes
      Tú no puedes comprar los colores
      Tú no puedes comprar mi alegría
      Tú no puedes comprar mis dolores

      Tú no puedes comprar al viento

      Tú no puedes comprar al sol
      Tú no puedes comprar la lluvia
      Tú no puedes comprar el calor
      Tú no puedes comprar las nubes
      Tú no puedes comprar los colores
      Tú no puedes comprar mi alegría

      Tú no puedes comprar mis dolores
      Tengo los lagos, tengo los ríos

      Tengo mis dientes pa’ cuando me sonrío
      La nieve que maquilla mis montañas
      Tengo el sol que me seca y la lluvia que me baña
      Un desierto embriagado con peyote, un trago de pulque
      Para cantar con los coyotes, todo lo que necesito
      Tengo a mis pulmones respirando azul clarito
      La altura que sofoca
      Soy las muelas de mi boca mascando coca
      El otoño con sus hojas desmalladas
      Los versos escritos bajo la noche estrellada
      Una viña repleta de uvas
      Un cañaveral bajo el sol en Cuba
      Soy el mar Caribe que vigila las casitas
      Haciendo rituales de agua bendita
      El viento que peina mi cabello
      Soy todos los santos que cuelgan de mi cuello

      El jugo de mi lucha no es artificial
      Porque el abono de mi tierra es natural
      Tú no puedes comprar el viento

      Tú no puedes comprar el sol
      Tú no puedes comprar la lluvia
      Tú no puedes comprar el calor
      Tú no puedes comprar las nubes

      Tú no puedes comprar los colores
      Tú no puedes comprar mi alegría
      Tú no puedes comprar mis dolores
      Não se pode comprar o vento

      Não se pode comprar o sol
      Não se pode comprar a chuva
      Não se pode comprar o calor

      Não se pode comprar as nuvens
      Não se pode comprar as cores
      Não se pode comprar minha alegria
      Não se pode comprar minhas dores
      No puedes comprar el sol

      No puedes comprar la lluvia
      No puedes comprar mi vida

      Mi tierra no se vende
      Trabajo en bruto pero con orgullo
      Aquí se comparte, lo mío es tuyo
      Este pueblo no se ahoga con marullos
      Y si se derrumba yo lo reconstruyo
      Tampoco pestañeo cuando te miro
      Para que te acuerdes de mi apellido
      La operación cóndor invadiendo mi nido
      ¡Perdono pero nunca olvido!
      Aquí se respira lucha
      Yo canto porque se escucha
      Aquí estamos de pie
      ¡Que viva Latinoamérica!
      No puedes comprar mi vida

      #Musique #Musique_et_politique #Amérique_Latine


  • #Marsault, dessinateur d’#extrême_droite condamné pour #harcèlement

    Ce 18 janvier le dessinateur d’extrême-droite Marsault a été condamné à une amende de 5000 euros (et 5000 autres mais en sursis) ainsi qu’à 2000 euros d’indemnisation pour avoir appelé au harcèlement en ligne de #Megane_Kamel, militante féministe et antifasciste .

    Cette décision de justice est un des aboutissements d’un combat inégal : d’un côté il y avait un homme de pouvoir, capable de mobiliser en quelques heures des milliers de harceleurs , eux-mêmes prêts à déployer insultes, intimidations, menaces, intrusions dans la vie privée d’une militante. Un homme de pouvoir, soutenu par Ring, maison d’édition florissante, comptant parmi ses auteurs des leaders culturels de l’extrême-droite comme Laurent Obertone. Un homme de pouvoir qui a lancé sa traque à un moment où il bénéficiait d’un lectorat bien plus vaste que son camp politique, qui était reçu dans de nombreux salons littéraires et de nombreuses librairies et défendu très largement, même dans certaines parties de la gauche , au nom de la « liberté d’expression ».

    En 2016, protester contre la violence des dessins de Marsault, outil de propagande raciste et sexiste, quelle que soit leur qualité artistique – ce dont nous n’avons que faire -, c’était un peu crier dans le désert .

    Trois ans plus tard, le combat de Megane a donné beaucoup de courage à d’autres dont nous sommes. Combat politique, combat psychologique, combat judiciaire.

    C’est un donneur d’ordres qui est condamné aujourd’hui. Et c’est une jurisprudence importante : bien au-delà du cas de Marsault. En effet, il n’est pas le seul à pouvoir mettre en branle des centaines ou des milliers d’individus en quelques heures contre des militantEs, des personnes connues ou anonymes, pas le seul à l’extrême-droite à utiliser ce type de persécutions pour faire taire les voix discordantes. Pas le seul à lancer la horde avant de se retrancher derrière le « moi je n’ai rien fait personnellement », quand la piétaille hargneuse menace, insulte et intimide.

    Cette décision est donc aussi un avertissement pour les leaders d’opinion des réseaux sociaux, les animateurs de sites fascistes importants ou les sites d’extrême-droite à grande audience qui se livrent aux appels au harcèlement.

    Ce 18 janvier, une autre audience avait lieu : Marsault , soutenu par Ring avait décidé d’assigner en justice pour diffamation Yan Lindingre. Stratégie habituelle de l’extrême-droite , le retournement victimaire est utilisé dès lors que les proies osent faire face aux chasseurs. Virilisme facile et délirant du côté pile, larmes de crocodile du côté face.

    Dans les deux cas, une seule obsession : faire taire celles et ceux qui appellent un chat, un chat, et les militants d’extrême-droite par leur nom.

    Merci et solidarité à Megane Kamel qui a démonté la première pièce du Ring, on continue..

    https://www.lignes-de-cretes.org/marsault-dessinateur-dextreme-droite-condamne-pour-harcelement
    #justice #condamnation

    • Mise à jour du 3 février 2019

      Ce 2 février, le harceleur d’extrême-droite, Marsault qu’une décision de justice a reconnu comme tel a récidivé dans l’injure contre celle qui l’a fait condamner. Dans un long post amer, sans dessin, il excite de nouveau ses troupes contre Megane Kamel et ses « comparses ». Manifestement, c’est surtout le fait d’avoir à sortir son portefeuille qui le rend ivre de rage. La posture de l’artiste blessé dans son œuvre a cédé la place au visage plus trivial du commerçant qui fait son beurre à la haine et doit déduire de ses juteux bénéfices, le prix de sa lâcheté. La défaite a manifestement contrarié les autres prétendus poids lourds du Ring, Papacito et Laurent Obertone qui ont repris la diatribe de Marsault.

      Rien d’étonnant, à l’extrême-droite, l’appât du gain est monnaie courante, Dieudonné, autre « artiste » près de ses sous se lamente de la même manière dans les mêmes circonstances. Marsault lui, pousse le ridicule et l’indécence jusqu’à se présenter comme le harcelé et à jalouser la cagnotte de solidarité que notre collectif avait lancée pour Megane Kamel.

      Malheureusement, le ridicule, lorsqu’il émane de l’extrême-droite peut tuer. Suite à sa diatbribe, Megane Kamel a d’ores et déjà reçu de nouvelles insultes en message privé. A titre d’exemple non isolé attestant des fantasmes du public de Marsault sur son mur, 230 personnes ont liké le commentaire d’un courageux qui regrette que Megane Kamel ne se soit pas encore suicidée. Sur le mur de ses comparses Obertone et Papacito les injures racistes comme « chamelle » accompagnent les incitations au suicide. Ring là aussi ne choisit pas ses victimes au hasard, Laurent Obertone avait également ciblé une camarade arabe de notre collectif : https://www.lignes-de-cretes.org/marsault-obertone-ring-et-ses-auteurs-le-coup-de-poing-dextreme-dr

      Cela reflète banalement l’objectif final de toutes les violences psychologiques faites aux femmes, plus ou moins assumé par tous les hommes qui n’osent pas (encore) en venir à la violence physique. Le harcèlement psychologique leur semble être plus susceptible d’impunité, mais l’intention est la même. Raison pour laquelle nous nous battons pour qu’il ne soit plus relativisé car il peut produire les mêmes dégâts.

      Nous allons continuer. Nous espérons ne pas le faire seulEs, appelons l’ensemble des individus, collectifs et organisations féministes et antifascistes à se réapproprier et à diffuser la victoire judiciaire et politique de Megane Kamel, et proposerons d’autres initiatives à toutes celles et ceux qui veulent démonter le Ring de la violence bestiale qui se cache derrière la maison d’édition.

      Notre dossier de presse sur Ring est ici : https://www.lignes-de-cretes.org/marsault-obertone-ring-et-ses-auteurs-le-coup-de-poing-dextreme-dr

      Quelques commentaires postés hier sur les murs publics de Marsault, Papacito et Laurent Obertone.

      #harcèlement


  • Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/172545/gilets-jaunes-meres-celibataires-conditions-vie-isolement

    Fin novembre, sur les ronds-points investis par les « gilets jaunes », figuraient beaucoup de femmes élevant seules des enfants, un phénomène très contemporain et en expansion. La France compte aujourd’hui deux millions de familles monoparentales (dans quatre cas sur cinq, c’est une femme qui est chef de famille) et celles-ci représentent 23% des familles contre 9% en 1975.

    Indirectement, donc, cette mobilisation a fourni un visage à ces profils bien cernés par les statistiques, mais mal connus. Le sujet des mères célibataires est monté en épingle dans les médias depuis une vingtaine d’années, notamment dans les fictions télévisées, sous la bannière de l’émancipation féminine, avec l’image flatteuse de la femme cadre qui se bat et qui gagne sur tous les fronts.

    Or, dans la « vraie » réalité, c’est plutôt une femme isolée subissant de difficiles conditions de vie, autant matérielles que psychologiques. De ce point de vue, elle incarne bien les catégories modestes se démenant dans le quotidien pour tenir la tête hors de l’eau, qui ont, dans un premier temps, posé les pierres de la protestation –par la suite le mouvement s’est masculinisé au fil de sa radicalisation.

    Dans un roman rédigé au scalpel sociologique, Tenir jusqu’à l’aube, Carole Fives décrit cette situation avec pour trame dramatique le vol de liberté culpabilisé que son héroïne opère la nuit en déambulant dans Lyon, après avoir endormi son fils de deux ans –après avoir lu une histoire, tenu la main, câliné, installé le stroboscope de la veilleuse lapin, un patient rituel qui, théoriquement, garantit un premier sommeil profond. « La porte d’entrée qu’elle referme derrière elle. Dans le hall, l’éclairage automatique se déclenche. Il y a encore tant de monde dehors. Un grand vent frais. Marcher, juste, marcher. À peine le tour du pâté de maison. »

    Cette mère célibataire est étranglée par les problèmes économiques. Le loyer du petit appartement est devenu trop cher pour elle depuis que le père de l’enfant est parti sans laisser d’adresse, et toute possibilité de déménagement tiendrait du miracle, car elle-même n’offre pas de garanties financières suffisantes.

    Graphiste en statut d’autoentrepreneur, elle travaille chez elle alors qu’elle s’occupe intégralement de l’enfant, n’ayant pas obtenu de place en crèche ; « d’autres femmes, bien plus prévoyantes, s’y étaient prises des mois avant l’arrivée de l’enfant, dès sa conception ! Elle, elle débarquait d’on ne sait où, et surtout : elle n’était pas salariée ».

    Ce roman témoigne de la quadrature du cercle à laquelle est confronté le parent isolé : difficulté de logement dû à un rétrécissement des revenus quand prend fin ce que l’Insee nomme sans sentimentalité la redistribution privée –la mise en commun des ressources au sein d’un couple– ; difficulté de l’emploi, quand disparaît la flexibilité d’organisation pour assurer la parentalité que permet (théoriquement) le couple moderne ; tracas administratifs –même si le système socio-fiscal français essaie de compenser la perte de revenus par diverses allocations.

    En 2017, les femmes seules avec une ou plusieurs personnes à charge représentent 35% des bénéficiaires du RSA.

    L’Observatoire des inégalités dépeint la condition sociale la plus courante de ces mères isolées : « Le niveau de vie médian mensuel des familles monoparentales (1.184 euros en 2014 pour un équivalent adulte) est inférieur de 30% à celui des couples avec enfants (1.712 euros, toujours pour un équivalent adulte). Ces familles représentent près d’un quart de la population pauvre. »

    Précarité de l’emploi, temps partiel subi, appartenance aux catégories socioprofessionnelles les moins favorisées, les femmes seules avec enfants cumulent les handicaps. Près du tiers d’entre elles occupent des emplois qualifiés mais aux revenus modestes, avec une surreprésentation du personnel hospitalier (aides-soignantes, infirmières, agentes hospitalières) et des soins à la personne à domicile. Elles sont en général moins diplômées que la moyenne : 26% d’entre elles ont un niveau d’étude supérieur au bac, contre 40% pour les mères en couple, 30% d’entre elles n’ont au mieux que le niveau du brevet, contre 20% pour les mères en couple. Autre donnée : en 2017, les femmes seules avec une ou plusieurs personnes à charge (pour la plupart un ou plusieurs enfants) représentent 35% des bénéficiaires du RSA.

    À LIRE AUSSI « Tenir jusqu’à l’aube », l’enfer domestique d’une mère célibataire
    Désert social

    « Vous ne pouvez pas savoir ce que l’on vit », ont répété sur des chaînes d’information plusieurs mères en solo. La solitude, c’est l’aspect le plus indicible du quotidien du parent célibataire, ce qu’aucun chiffre n’arrive à capter et dont seul un écrivain peut rendre compte. La charge mentale qu’implique le soin d’un enfant, sans relais d’une autre personne ou d’une institution, est finement dépeinte dans le roman de Carole Fives : l’héroïne s’est installée dans une ville qu’elle ne connaît pas pour suivre le père de l’enfant et son propre père, sa seule parenté au demeurant, habite loin et ne l’aide qu’à l’occasion.

    L’inclination commune vis-à-vis de ces mères isolées n’est pas la mansuétude ou la solidarité, mais plutôt l’idée que ce « c’est la faute à pas de chance », ou « qu’elle l’a bien cherché » et que sa progéniture va subir un déficit d’éducation. Une famille de son immeuble, ainsi, espace ses invitations, pour éviter que ses enfants ne fréquentent son petit garçon.

    Dans ce désert social, internet devient alors son meilleur ami pour conseiller et aider à régler les innombrables interrogations qui surviennent : suivre et accompagner le développement de l’enfant, maladies infantiles, astuces pour acheter moins cher ou accéder gratuitement à certains services, ou renégocier les contrats d’eau et électricité, etc.

    Apporter à l’enfant les éléments du bien-être selon les préceptes de la pédiatrie moderne (outre la protection affective et la complicité, les activités d’éveil, une nourriture saine, de l’exercice, des promenades et la fréquentation des jardins publics qui permet les contacts avec d’autres bambins) absorbe toutes ses journées et elle ne connaît de répit que quand il dort. Siestes et nuits sont mises alors à profit pour satisfaire les quelques contrats de graphiste qu’elle arrive à décrocher.

    Le budget est calculé à l’euro près, elle doit à de nombreuses reprises discuter de ses découverts avec sa conseillère bancaire (celle-ci, elle-même divorcée, entend surtout lui donner des conseils pour « faire payer » son ex-compagnon et lui indique comment monter un dossier avec un avocat), inutile de songer un seul instant à prendre une heure de baby-sitter pour s’accorder un loisir. Elle imagine alors ce que serait une vie dite « normale » : « Travailler, se préparer une retraite à peu près digne, dormir sept heures d’affilée, retrouver une vie sociale, faire du sport, aller au cinéma, lire et bien sûr, rêver… » Un modèle conforme à celui étalé dans tous les magazines.

    À LIRE AUSSI Il est absurde d’opposer « gilets jaunes » et #NousToutes
    Statut temporaire

    Dans ce contexte monacal, mère et fils sont accrochés l’un à l’autre par un lien fusionnel et par touches, on les voit progresser ensemble vers un mieux-être et une certaine maîtrise de la situation, le récit se déroulant sans misérabilisme, ponctué de touches d’ironie.

    Elle finit par décrocher une place en crèche, mais très loin de chez elle, ce qui engendre près d’une heure de trajet, elle peaufine son site internet, rappelle d’anciens clients, obtient un contrat d’une ancienne collègue « qui vient de lancer sa boîte », récupère sa vie et, cahin-caha, « redevient quelqu’un ». L’enfant grandit, « de plus en plus beau, de plus en plus rayonnant. C’est un mystère, cette beauté au milieu de tant de dureté… »

    En moyenne, 10% des enfants de moins de 18 ans de parents séparés ne revoient jamais leur père.

    Le point aveugle du récit, et finalement le plus poignant, c’est la recherche du père. L’enfant le réclame, la mère entame des démarches après d’un avocat pour le retrouver : « Elle, ce qu’elle voulait, plutôt que de l’argent, c’était que le père voie son fils. Comment amener un père à reprendre contact avec son fils ? »

    En moyenne, 10% des enfants de moins de 18 ans de parents séparés ne revoient jamais leur père : la proportions de pères « désengagés » est la plus forte chez les hommes de faible niveau de diplôme ou de revenus. La plupart du temps, cette relation se maintient avec plus ou moins de fréquence : en cas de séparation, 17% des pères ont la charge de l’enfant, 25% le voient une fois par semaine, 18% une fois par mois, d’après une statistique Insee datant de 2005.

    La situation de mère célibataire n’est pas un statut à vie, contrairement à ce que laisserait croire le discours larmoyant qui l’entoure. Ce statut est plutôt provisoire, l’ancienneté moyenne des familles monoparentales est d’un peu plus de cinq ans et le plus souvent, le parent isolé cherche et trouve un nouveau compagnon ou une nouvelle compagne. Dans ce nomadisme amoureux, une fois encore, internet s’impose comme « l’ami qui vous veut du bien ».

    Plus largement, cette solitude faussement colmatée par les artifices électroniques, c’est aussi ce qu’ont tenté d’enrayer des mères célibataires venues participer aux mobilisations des ronds-points.

    • L’article ne parle pas des brimades sociales continuelles et des injonctions morales à rentrer dans le rang faites aux femmes cheffes de famille monoparentale qui doivent encaisser les coups sans broncher.
      La société française s’organise très bien pour les humilier car de fait, elles se présentent seules donc sans personne pour être témoin des coups portés. Je ne compte plus le nombre de fois où on m’a dit de prendre un mec, un peu comme on m’aurait dit de prendre un chien de garde.
      Au village, les femmes se méfiaient que je leur pique leur mari et les hommes avaient des remarques déplacées parce que j’étais « libre ». Quand tu rentres seule ton bois pour l’hiver, les hommes passent mais ne vont pas t’aider, ils rigolent que tu en chies et te disent que ça réchauffe. A force, tu ne comptes plus sur personne, tu comprends rapidement le regard de la directrice du collège, au mieux plein de commisération poisseuse qui ne te propose aucune aide mais te demande si la petite voit toujours son père.

      #solitude #famille_monoparentale

    • J’ai pas lu le texte je l’avais copié pour le lire plus tard. Je suis désolé de voire comme on te fait payé ta liberté et ton indépendance aussi chèrement. C’est une chance de pas avoir de père, une chance d’avoir une mère libre et de pas subir l’oppression masculine à domicile. Pour ton histoire de bois, ca va pas te consolé, mais je me dit que vu le niveau des gars du coin, va savoir ce qu’ils exigeraient comme leur due si ils avaient levé le petit doigt pour toi.



  • #Déchets_toxiques de #Stocamine : de Rugy ferme contre l’avis des élus locaux

    42.000 tonnes de déchets industriels hautement toxiques resteront définitivement enfouis à Stocamine, en #Alsace, malgré le risque de #pollution de la plus grande #nappe_phréatique d’Europe. C’est ce qu’a unilatéralement décidé #François_de_Rugy, au mépris de l’opposition locale et malgré un rapport prouvant la faisabilité du déstockage.


    https://reporterre.net/Dechets-toxiques-de-Stocamine-de-Rugy-ferme-contre-l-avis-des-elus-locau
    #nucléaire #déchets_nucléaires #risques #stockage



  • Après de nouveaux propos anti-PMA, Agnès Thill risque l’exclusion du groupe LRM à l’Assemblée
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/22/apres-ses-propos-anti-pma-agnes-thill-risque-l-exclusion-du-groupe-lrm-a-l-a

    Récemment, lors d’un débat avec des maires, dans l’Eure, le chef de l’Etat avait souhaité que ce soit « un sujet sur lequel la France ne se déchire pas ».

    Bel exemple de psychologie inversée et d’instrumentalisation du sexisme..
    Foutriquet 2 veux que la France se déchire contre les libertés des femmes sinon il aurait pondu une lettre de cachet comme il fait habituellement quant il s’agit d’appauvrir les pauvres et d’enrichir les riches. Il y a largement plus de misogynes en France que de femmes qui demandent la PMA. Pour un Foutriquet le calcule est rapide. Du coup il lâche une de ses trollesse pour montrer son soutiens auprès des adeptes du pédoviol par curés et de la violence masculine dans les foyer pour tous.

    Les personnes concernées par la PMA ne sont pas homosexuelles, ce sont les femmes, qu’elles soient homosexuelles, hétérosexuelles, bisexuelles, ou asexuelles.

    « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » (Albert Camus)

    #sexisme #lesbophobie #PMA #GPA #troll #catholicisme #femmes #toxicophobie #misogynie #invisibilisation


  • Depuis le 1er janvier, neuf femmes ont été tuées par leur compagnon ou leur ex
    https://www.bastamag.net/Depuis-le-1er-janvier-neuf-femmes-ont-ete-tuees-par-leur-compagnon-ou-leur

    Le 16 janvier dernier, Séverine, 46 ans a été tuée par son compagnon qui l’a étranglée avant de se suicider. Victime de violences conjugales depuis longtemps, elle était en clinique de repos depuis plusieurs semaines et venait d’obtenir un nouveau logement. C’est en allant récupérer ses affaires au domicile familial que son mari l’a assassinée. Il est souvent reproché aux femmes battues de ne pas partir mais c’est souvent au moment où elles quittent leur conjoint violent qu’elles sont tuées. Selon des (...)

    En bref

    / #Féminisme, #Inégalités, #Justice, #Droits_fondamentaux


  • Le projet de loi justice, une bombe antidémocratique
    https://www.liberation.fr/debats/2019/01/21/le-projet-de-loi-justice-une-bombe-antidemocratique_1704396

    Le 15 janvier, les avocats, rejoints par l’ensemble des professionnels du domaine, ont de nouveau manifesté contre le projet de loi réformant la justice adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Loin d’être un combat corporatiste, cette manifestation, comme tant d’autres, permet de faire entendre des voix qui n’ont pas été écoutées dans le cadre d‘une réforme qui vient une fois de plus ébranler notre pacte social.

    Ce droit de manifester, garanti dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, subit pourtant depuis de nombreuses années des attaques régulières des pouvoirs publics. En rétablissant une loi anticasseurs datant de 1970, le gouvernement actuel contribue à une longue liste d’atteintes que l’on considère, à juste titre, comme l’une des garanties fondamentales des libertés publiques. Ainsi,

    – la loi du 2 mars 2010 renforçant la lutte contre les violences de groupe permet aujourd’hui les interventions préventives et les placements en garde à vue des manifestants à l’occasion des différents actes qui rythment nos samedis depuis dix semaines ;

    – La loi renseignement du 24 juillet 2015 étend la collecte des données non seulement aux affaires de terrorisme et de criminalité organisée, mais également aux « violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique », donc potentiellement à de simples manifestations ;

    – La loi relative à la sécurité publique du 28 février 2017 renforce les pouvoirs des forces de l’ordre notamment en aggravant les sanctions pour les faits de rébellion ou de refus d’obtempérer.

    Ces réformes permettent de confondre militants, manifestants, casseurs, criminels, terroristes, et d’utiliser les moyens d’enquête et d’investigation les plus intrusifs : c’est par ces atteintes aux libertés individuelles que les pouvoirs publics répriment aujourd’hui le mouvement social.
    L’état d’urgence dans la loi ordinaire

    Il en est de même des lois de juin 2016 et d’octobre 2017 qui intègrent les principales dispositions de l’état d’urgence dans la loi ordinaire, qui donnent lieu à des assignations à résidence, des perquisitions sous l’autorité administrative et non plus judiciaire, ce y compris pour des militants sans aucun lien avec le terrorisme pour peu que le ministre de l’Intérieur estime qu’il « existe des raisons sérieuses de penser que le comportement d’un individu constitue une menace d’une particulière gravité pour la sécurité et l’ordre public ».

    A lire aussi : Manifestations : les libertés passent par la casse fichier

    Autrement dit : ces réformes sont autant de manières de rendre inopérants les garde-fous imposés à l’exercice d’un pouvoir qui depuis dix semaines semble plus enclin à répondre de manière guerrière plutôt que politique aux revendications du peuple. Peut-on en effet encore dire que les récents blessés à l’occasion de l’usage d’armes par les forces de l’ordre ont eu droit à une réponse proportionnée, principe de base de notre justice, à leur présence sur les lieux ?

    Alors que les luttes sociales et politiques convergent, il est urgent que l’opinion publique mesure ce que cette énième réforme de la justice a d’attentatoire aux libertés publiques, et en quoi elle nous concerne tous, justiciables, avocats mais surtout citoyens, car nous sommes tous susceptibles un jour de répondre de nos actes devant des juges :

    – Les écoutes téléphoniques et les mesures de géolocalisation seront désormais possibles pour la plupart des délits ;

    – Ces mesures pourront désormais être prises sous la seule autorisation du procureur de la République en cas d’urgence ;

    – Les techniques spéciales d’enquêtes pour la plupart des délits seront généralisées et étendues, alors qu’elles étaient jusque-là réservées aux menaces terroristes ou à la criminalité organisée ;

    – Le gardé à vue ne sera présenté que de manière facultative au procureur de la République lors de la prolongation de la garde à vue ;

    – La notification des droits du gardé à vue se fera sous forme d’enregistrement sonore et non plus par écrit, rendant la vérification des formalités essentielles de privation de liberté difficiles ;

    – Une Cour criminelle départementale sera créée pour juger principalement des viols, ce qui tend à considérer le viol comme un crime de seconde zone, en contradiction avec la prétendue sensibilisation du gouvernement sur les atteintes faites aux femmes ;

    – Il pourra être imposé aux victimes de déposer leur plainte de manière électronique, les privant ainsi de l’accueil humain, accroissant les possibilités de détresse et de solitude.

    Ces principales mesures qui concernent le domaine pénal ne sont pas les seules à être critiquées par les professionnels de la justice et du droit, puisque le gouvernement s’est également attaché à modifier les conditions d’accès à la procédure civile, la rendant :

    – plus coûteuse : recours obligatoire à des mesures préalables de médiations payantes pour les « petits litiges » ;

    – plus lointaine : la fusion des tribunaux d’instance et des tribunaux de grande instance ;

    – moins humaine : les décisions pour les injonctions de payer seront rendues par des algorithmes.

    Le gouvernement actuel, qui prétend tenir sa légitimité d’une défense de la démocratie, participe à déconstruire l’un de ses piliers historiques. A l’heure où les citoyens veulent agir, redevenir maîtres de leur destin, lutter contre les injustices sociales et s’emparer d’une démocratie qui, par un paradoxe fou, ne leur appartient plus, ils doivent prendre la mesure de ces nouvelles régressions des droits et des libertés pour défendre l’un des biens les plus précieux de notre démocratie : la justice !

    #justice #injustice #culture_du_viol #domination_masculine

    • Malgré un article qui dénonce la direction fasciste que prend la justice, je supporte difficilement le saupoudrage de nous et de notre. On parle du réel des libertés mais le journaliste nous enferme avec lui dans un nous qui n’existe pas et ressemble à un nationalisme de mauvais aloi.


  • Du glyphosate et des substances chimiques dangereuses dans les couches jetables pour bébés
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/22/du-glyphosate-et-des-substances-chimiques-dangereuses-dans-les-couches-jetab

    Dans un rapport inédit publié mercredi 23 janvier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) alerte sur « la présence de différentes substances chimiques dangereuses dans les couches jetables qui peuvent notamment migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés ».

    La liste est aussi longue qu’inquiétante. L’Anses a identifié une soixantaine de substances chimiques, dont du glyphosate, le fameux herbicide de Monsanto. Mais aussi des pesticides interdits depuis plus de quinze ans, comme le lindane, le quintozène ou l’hexachlorobenzène. Mais aussi de nombreuses substances parfumantes, comme l’alcool benzylique ou le butylphényl. Des polychlorobiphényles (PCB), des dioxines, des composés organiques volatiles (naphtalène, styrène, toluène, dichlorobenzènes, etc.) ou encore des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), que l’on retrouve habituellement dans la fumée de cigarette ou des moteurs diesel.

    #paywall

    • Des « dépassements des seuils sanitaires » (calculés notamment sur la base des valeurs toxiques de référence) ont été mis en évidence pour plusieurs substances, dans des conditions d’usage dit « réalistes », soit un total d’environ 4 000 couches utilisées pour un enfant entre 0 et 3 ans. Il s’agit de substances parfumantes (butylphényl methylpropional ou Lilial®, hydroxyisohexyl 3-cyclohexène carboxaldéhyde ou Lyral®), de nombreux HAP, comme le benzo(a)pyrène, des dioxines, furanes et PCB-DL.

      Des résultats qui font conclure aux experts de l’Anses qu’« il n’est pas possible d’exclure un risque sanitaire lié au port des couches à usage unique ». Aussi, l’Agence recommande d’éliminer ou de réduire au maximum la présence de ces substances dans les couches jetables. Elle préconise également de renforcer leur contrôle sur le marché et appelle à un cadre réglementaire plus restrictif pour ces produits.


  • ChooseFrance à Versailles : Macron déroule le tapis rouge aux as de l’évasion fiscale

    En plein mouvement social exigeant plus de justice fiscale et sociale, Emmanuel Macron déroule le tapis rouge à Versailles pour 150 patrons de grandes entreprises, dont bon nombre sont impliquées dans des scandales d’évasion fiscale, suppriment des emplois ou ont des pratiques nocives pour le climat et la planète : #ChooseFrance ou comment tout sacrifier au nom du Business as usual ?

    https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/210119/choosefrance-versailles-macron-deroule-le-tapis-rouge-aux-de-levasio

    #ChooseFrance #davos #macron #multinationales #Versailles



  • ENFANTS VIOLENTÉS : « circulez y’a rien à voir » | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/01/21/enfants-violentes-circulez-ya-rien-a-voir

    On oublie de dire que pendant des années, les filles de Jacqueline Sauvage ont été violées par leur père. Quand on parle de victimes de violences, on évoque toujours la mère, on n’évoque pas les enfants. Et on ne parle pas en particulier des enfants qui ne sont pas protégés par leur mère quand elle est victime de violences, parce qu’elle n’est pas en situation de les protéger. Il y a une campagne autour de la nouvelle loi de Marlène Schiappa mais cette loi ne protège absolument pas les enfants – c’est une particularité française que de ne pas regarder les violences faites aux enfants.

    FS :Vous citez dans votre livre le cas d’une petite fille, Fanny, orpheline parce que son père a tué sa mère, mais impossible à adopter parce que son père assassin conserve néanmoins ses droits paternels sur elle. Qu’est ce qui justifie la conservation incompréhensible de ces droits paternels dans de telles situations ?

    FL : Le problème, c’est que la loi française est faite comme ça – on ne peut pas être déchu de ses droits parentaux sans qu’il y ait un jugement. Dans ce cas précis, c’était un meurtrier en cavale, donc il n’y a pas eu de jugement. Mais ce qui est très dommage, c’est qu’on ne se préoccupe pas de faciliter l’adoption de cette petite fille, et de ces enfants qui sont complètement abandonnés par leurs parents, dont les parents ne s’occupent plus du tout, et qui pourraient être adoptables. Normalement, une commission de révision des statuts devrait être se réunir régulièrement pour analyser la situation réelle de l’enfant, pour dire : « voilà, cet enfant pourrait être adoptable » – car ce n’est pas parce que les parents envoient une carte postale tous les ans que cela suffit à en faire des parents capables de prendre en charge l’éducation de leur enfant. On est dans un pays où la famille biologique, la famille de sang, est tellement privilégiée par rapport à toute autre relation qu’on considère que c’est moins grave d’avoir une famille malfaisante que pas de famille du tout. Et en conséquence, on laisse les enfants dans la dépendance d’une famille qui est au mieux absente, au pire malfaisante.

    FS : Vous évoquez dans votre livre comment l’affaire d’Outreau a modifié la façon dont est reçue la parole des enfants. Pouvez-vous nous en parler ?

    FL : A l’issue de l’affaire d’Outreau, et après que tout un groupe ait été condamné, puis finalement innocenté, la vraie question, c’est que les enfants d’Outreau ont été abandonnés pendant des années, on leur a dit en gros : « circulez, il n’y a rien à voir ». On a considéré que la parole de ces enfants qui avait été entendue et reprise dans des circonstances extrêmement pénibles pour eux, n’était pas digne d’être entendue. Lors du procès d’Angers, que nous comparons avec le procès d’Outreau, et où il y a eu une soixante d’accusés pédophiles, tout s’est passé de façon – on ne peut pas dire sereine – mais conforme au droit parce que le témoignage des enfants avait été recueilli dans des centres prévus à cet effet, enregistré, et qu’on ne leur a pas demandé cinquante fois de répéter la même chose. A Outreau, les enfants qui ont témoigné, ils étaient dans le box des condamnés ! Donc on voit bien qu’il y a eu une inversion absolue des priorités et des valeurs, et c’est ça qu’on a essayé de démontrer : très souvent, on fait de l’enfant victime un enfant coupable.

    FS : J’avais aussi remarqué, au moment de l’affaire d’Outreau, qu’il y avait dans les médias une campagne pour décrédibiliser la parole des enfants, pour souligner que, par définition, elle n’était pas fiable, que les enfants mentaient souvent. Ca évoquait un peu le concept freudien de l’enfant « pervers polymorphe »…


  • Tic Tac Tic Tac : je lance enfin le processus de mon départ complet de la gestion des pages #Facebook « Zone à Défendre de Notre Dame des Landes » et « Soutien à la ZAD du Testet » !
    Comme je l’ai fait les années précédentes pour les pages « Culture en Lutte autour de Nantes » et le « Collectif Bonpiedbonoeil », et pour certaines raisons assez proches : l’équilibre précaire entre la charge mentale et le burn out...

    Dimanche, je me retirerai des admins de ces pages, des conversations et groupes qui y sont liés. Et je remettrai certains flux rss automatisés sur les compte twitter qui y sont liés.
    D’ici là, j’aimerai que celleux qui sont interressé-e-s par l’expérience que j’ai accumulé depuis 2012, mais aussi par celle de secrétaire de l’ombre de mouvements sociaux que j’assume depuis la lutte des intermittent-e-s en 2003, me posent des questions afin de m’aider à faire de la transmission de savoirs : écrire un texte ou faire un enregistrement qui aborderait pas mal d’aspects, en essayant de pas être trop décousue.

    Je ne répondrai donc pas directement aux questions, ou succinctement, ou par mail, histoire de garder de l’énergie et ne pas trop me disperser.
    En tout cas je ne souhaite pas offrir à facebook ou quelque autre réseau construit sur la notion de profit personnel la primeur de ces réflexions.
    Une fois que ce sera fait, je publierai ça en priorité sur des réseaux libres.

    Il y a de forte probabilité pour que, par la suite, je supprime mon dernier compte personnel de facebook, que j’avais conservé pour cette charge de transmission, et donc aussi les pages ValK., Karacole et la plus récente KolavalK qui n’arrive pas à vivre sous le poids du reste.
    Ça voudra dire ne plus avoir certaines infos pour l’agenda militant local demosphere que j’anime, mais aussi me couper de certains contacts amicaux que je n’ai que là, bref, faire ce choix c’est très compliqué...

    Donc pour les questions que vous pensez importantes d’aborder dans un témoignage, les suggestions, les articles liés que vous avez déjà vu là dessus, etc, n’hésitez pas à commenter, ou suggérer par mail à karacole chez riseup 😉
    Tic Tac tic Tac ...
    Et merci !
    💚


  • Chaque année des saisonniers crèvent dans leurs camions

    2010 :
    http://www.chamonix.net/francais/actualite/2010-12-22.htm

    On recense une quarantaine de saisonniers vivant dans leur camion. Ils sont installés au parking du Grépon, à côté du tremplin de saut et sont cette année peut-être un peu plus visible que les autres années.

    Le maire de Chamonix s’est expliqué lundi soir en conseil municipal sur le choix de la commune, de gérer ces travailleurs plutôt que de les laisser s’installer n’importe où sur la commune.

    Mais pour l’an prochain, un autre terrain d’accueil est à l’étude.

    2013

    Le 3 janvier, un salarié des remontées mécaniques et sa compagne ont péri dans l’incendie 
du camion qui leur servait de domicile. 
Au début de la saison, les autorités locales 
avaient contraint 
les jeunes routards 
comme eux 
à s’installer sur 
un sentier forestier, 
sans eau, ni électricité, 
afin de ne pas gâcher le paysage.

    2016

    Deux saisonniers âgés de 20 et 30 ans ont été retrouvés morts à l’intérieur de leur camion ce mercredi en Haute-Savoie par des collègues venus leur rendre visite. Le couple pourrait avoir été intoxiqué au monoxyde de carbone.

    #saisonniers #exploitation_humaine #travail #mort #accidents_du_travail #honte #logement #guerre_aux_pauvres


  • Le terrible bilan de deux mois de violences policières
    19 janvier 2019 / Émilie Massemin (Reporterre)
    https://reporterre.net/Le-terrible-bilan-de-deux-mois-de-violences-policieres

    Depuis le début de la mobilisation Gilets jaunes, plusieurs recensements font état d’au moins 97 blessés graves par les armes de la police, dont quatre ont eu la main arrachée et au moins quatorze ont perdu un oeil. La faute aux lanceurs de balle de défense, aux grenades GLI-F4 et à une doctrine de maintien de l’ordre ultraviolente.

    #maintien_de_l'ordre #violencespolicières



  • Prostitution : le Conseil constitutionnel se penche sur la pénalisation des clients - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/prostitution-le-conseil-constitutionnel-se-penche-sur-la-penalisation-des

    Les Sages examinent ce mardi un recours contre les dispositions de la loi de 2016 sanctionnant « l’achat d’actes sexuels ». L’interdiction est-elle conforme aux droits fondamentaux ?

    Il y a seulement 30% de femmes au sénat. On va bientôt connaitre le pourcentage de putiers.


    • LE GRAND BLABLA !

      A peine commencé, le grand débat est déjà terminé. Chantal Jouanao a jeté l’éponge, devant le refus de l’Elysée de garantir un débat indépendant suivi d’effets, et aussi, un peu, devant la pression populaire sur son salaire à la tête de la Commission Nationale du Débat Public.

      De séminaire gouvernemental en éléments de langage ineptes, du style « Le grand débat ne doit pas devenir le grand déballage », la majorité a décidé de foncer toujours plus vite dans le mur du refus de l’écoute et du rejet du dialogue.

      La lettre aux Français d’un Président hors-jeu et hors-sol a fixé les termes d’un débat impossible où les lignes rouges de l’ISF et de la politique de privatisation libérale de l’Etat ne peuvent être franchies. Pire ! La lettre d’Emmanuel Macron propose des thèmes chers à l’extrême droite sur l’accueil des réfugiés, l’immigration ou l’identité, qui ne sont en rien portés par les revendications des gilets jaunes.

      Nous assistons donc, un peu goguenards et complètement désabusés à la promotion d’un coup de communication politique bancal, organisé par le gouvernement, pour le gouvernement, pour les derniers soutiens du gouvernement, donc un débat totalement inutile.

      Ce grand débat n’a qu’un objectif : remettre en scène le Président, qui fera un tour des régions, en présence des caméras et des militants triés sur le volet, pour montrer qu’il a compris le message des gilets jaunes, et qu’il est proche de son peuple désormais.

      Ce même Président qui a décidé d’annuler les voeux aux corps intermédiaires, jugés « trop chronophages et inutiles », ce Président qui résume un mouvement profond de contestation sociale à une foule haineuse. Ce même Président qui écrit une bien trop longue lettre aux Français, comme s’ils voulaient éviter d’avoir à mal jouer son rôle, une fois encore, devant les caméras officielles de l’Elysée.

      Le grand débat national s’avère en réalité une petite opération de communication sur le dos des maires, dont certains ont déjà refuser de se prêter au jeu, jugé sans doute trop chronophage et inutile, lui aussi.

      Le débat est impossible, tout comme cette cocasse et triste « guerre des cagnottes » qui n’a pas pu avoir lieu à cause de la censure d’une plateforme de dons en ligne qui a interprété ses conditions d’utilisations pour complaire aux injonctions du gouvernement.

      Il faut comprendre la cagnotte de soutien à l’ancien boxeur Christophe Dettinger, comme l’expression de défiance des invisibles, prêts à toutes les solidarités contre une oligarchie embastillée.

      Dettinger est devenue une icône, en miroir à Benalla, autre icône, qui se moque de la justice.

      C’est la comparution immédiate pour l’un et l’immunité et le faste des voyages avec passeports diplomatiques pour l’autre, dans une danse macabre sur les restes piétinés de la République.

      La volonté d’apaisement de l’exécutif n’existe pas.

      C’est un barrage autoritaire qui blesse les corps et empêche la parole qui se dresse face à une demande de plus de démocratie et de plus de justice. Une violente lutte de pouvoir où « ceux qui réussissent » empêchent « ceux qui ne sont rien » de construire leurs solidarités effectives.

      La Ve République n’est certainement pas l’incarnation suprême de l’idéal républicain.

      Pierre Mendès France jugeait que « La République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l’encontre de l’inégalité, de l’oppression, de la misère, de la routine, des préjugés, éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir.”

      Il ne peut y avoir d’ordre républicain sans justice.

      Les thèmes du grand débat sont gravés sur le fronton de nos mairies : Liberté, Egalité, Fraternité.

      Tout le reste, c’est du vol.

      https://www.lemondemoderne.media/le-grand-blabla

    • Le municipalisme n’est pas une panacée !

      ... En effet ce que dit René Revol prouve à quel point Emmanuel Macron s’est trompé lorsqu’il a décidé de s’adresser au peuple par le truchement de sa représentation municipale.

      Par ailleurs, comment peut-on convaincre tout un chacun qu’il s’agit d’un « grand débat » alors qu’il n’est en réalité qu’un one-man-show guidé et animé par le Président répondant aux questions des membres d’une assemblée.

      Et ces questionneurs étant des édiles, on peut admettre qu’ils sont les porte-paroles de leurs administrés, mais ils ne sont que des interlocuteurs univoques puisque les points abordés ne sont suivis d’aucune solution et tout au moins, d’aucune réflexion contradictoire...

      C’est ainsi que la démocratie dite participative trouve ses limites démocratiques dans le grand tohu bohu d’une jactance qui est un leurre, un grand bluff, de la poudre aux yeux pour l’opinion publique !

      D’ailleurs « les gilets jaunes » ne s’y sont pas trompés et restent mobilisés pour faire comprendre à l’Elysée que sa grande opération de communication est inutile, intempestive et d’ores et déjà frappée d’obsolescence.

      Seule une série de référenda d’initiative citoyenne dont les questions seraient rédigées par la « France d’en bas » pourraient calmer la colère populaire et produire les réponses salutaires qu’exige le pourrissement de notre société.

      Les municipalités ne peuvent être que des courroies de transmission.

      Des vecteurs de la démocratie.

      https://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/200119/le-municipalisme-nest-pas-une-panacee

    • ... Cest à dire avec cette arme de dissuasion massive du mensonge des classes dominantes qui est désormais leur réponse à la colère populaire sans oublier l’utilisation éhontée de la force publique, casquée et bottée, avec matraques et flash-balls.

      En effet est-ce vraiment un débat public cette organisation des jactances du Président devant des assemblées de Maires alibis d’un « échange démocratique » puisqu’ils sont priés de bien vouloir formuler des questions cadrées dans la fameuse « lettre aux Français » qui n’est autre qu’un catalogue de l’écume des problèmes de la nation ?

      Est-ce en réalité animer la vie républicaine que d’en détourner le sens et d’en falsifier les valeurs ? Remplacer la libre discussion par un discours de campagne électorale ?

      Par le détournement sémantique du discours public sous l’apparence du bon sens, on maîtrise des salles a priori sceptiques voire hostiles et on donne aux medias (qui n’attendent que cela) l’impression de l’émergence d’un consensus...

      Un Barnum-circus de la démocratie représentative avec des notables, des naïfs et des gogos !

      Car la perfidie et le cynisme du pouvoir régalien sont sans limites : en 1871, l’ignoble Adolphe Thiers matait le petit peuple des insurgés parisiens avec ses canons et ses mercenaires, en 2019, le muscadin Emmanuel Macron a pris la décision de casser la « révolte des ronds points » avec les mots d’un charlatanisme bon enfant et agréé par « les honnêtes gens ».

      Ainsi, il n’y a de république que conservatrice et une démocratie ne peut être qu’une autocratie dirigée par un leader éclairé...!

      Imbu de sa personne, de sa supériorité intellectuelle et de sa facilité de parole, le leader dispose et impose ; il enfume et abuse. Une ritournelle qui a un doux parfum vichyssois :

      « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal »..."La terre, elle, ne ment pas "...etc

      Serait-il l’héritier d’un certain Maréchal...?

      NB/ le département de l’Hérault n’est pas dupe de l’enfumage présidentiel puisque seulement 19 Maires (sur 342) ont répondu présent à l’invitation du meeting macronien de Souillac !

      https://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/180119/perfidie-semantique

      « Une république à bout de souffle, confisquée par une caste bourgeoise empêtrée dans l’expertise technocratique et la religion du libéralisme, auto-satisfaite et arrogante, sûre d’elle et dominatrice grâce à sa maîtrise de la communication publique.

      Mais cette indécente démonstration de monopolisation du discours officiel avec le one-man-show normand est en réalité un chant du cygne.

      Oui, le ciel est noir. Mais le fond de l’air est jaune ! »

    • Macron face aux maires : la présidente Delga exprime « son malaise à Souillac, transformée en ville morte »
      https://www.midilibre.fr/2019/01/19/macron-face-aux-maires-la-presidente-delga-exprime-son-malaise-a-souillac-


      La présidente de la Région Occitanie Carole Delga avait fait le déplacement à Souillac dans le Lot.
      PHOTO ARCHIVES NASSIRA BELMEKKI

      La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, avait fait le déplacement ce vendredi 18 janvier dans le Lot, lors du deuxième acte du grand débat national avec les élus à Souillac.

      Comme le relate La Dépêche, ce qui l’a d’abord surpris, c’est l’aspect ville morte de Souillac. En effet, la président de Région explique : « Quand je suis arrivée vers midi, il n’y avait personne, sinon des représentants des forces de l’ordre. Pas un passant dans les rues, la plupart des commerces fermés. J’ai été très mal à l’aise. Comment, en effet, reprendre contact avec les citoyens, en particulier en milieu rural, si on aseptise les lieux ou l’on se rend ? Il y a comme une contradiction. Du coup, comme je ne pouvais pas concevoir d’aller dans une salle avec le président de la République sans échanger avec les habitants, je suis allé à leur rencontre. J’ai discuté avec des gilets jaunes et quelques rares personnes présentes. Ils ont été supers gentils. Une dame m’a même attribuée la fonction de maire de la région Occitanie » déclare Carole Delga, jointe par téléphone. « Cela manquait d’interactivité »

      En revanche, la présidente de la Région Occitanie n’est pas restée à Souillac pour écouter les réponses d’Emmanuel Macron. Toujours selon La Dépêche, Carole Delga n’a pas apprécié le format de ce débat. «  C’était très bien que les maires puissent exprimer leurs doléances ou revendications, mais cela manquait un peu d’interactivité. J’ai trouvé que ce débat nous enfermait. J’aurais préféré quelque chose de plus ouvert  » dit-elle.


  • Les différentes versions de la « découverte » du clitoris par Helen O’Connell (1998-2005)
    http://journals.openedition.org/gss/4403

    Participant en 2003 en tant que consultante scientifique à un documentaire – « Le clitoris, ce cher inconnu » (Dominici et al., 2003) –, elle y est également interviewée. Dans ce contexte, O’Connell évoque le manuel anatomique de référence utilisé lors de sa formation universitaire au milieu et à la fin des années 1980 pour en critiquer le manque de description du clitoris : « il a sans doute exercé une grande influence, m’incitant à travailler en priorité dans ce domaine, car de fait on ne trouvait pas la moindre description du clitoris lui-même, alors qu’il comportait tout un chapitre sur le mécanisme de l’érection, avec des informations sur l’anatomie neurologique et l’alimentation vasculaire du pénis, sans jamais mentionner le clitoris. J’ai pensé… mmm… ce n’est pas vraiment normal »3 (Dominici et al., 2003, 10e min.). Ce sentiment d’anormalité se renouvelle lorsque O’Connell, par la suite stagiaire, constate une attention particulière dans le geste chirurgical afin de préserver la fonction sexuelle chez les hommes. En revanche, la préservation de la fonction sexuelle des femmes dans le même type d’intervention semble, quant à elle, fortuite. Le résultat hasardeux de l’opération semble logique et O’Connell précise à ce propos dans une autre interview donnée deux ans plus tard à la presse australienne « qu’aucun manuel disponible ne décrivait les nerfs ou apports sanguins du clitoris »4 (Fawcett, 2005). Ainsi O’Connell définit-elle le clitoris comme le lieu de l’orgasme féminin, ce qui fonde son objectif de faire avancer la recherche, qu’elle qualifie de « balbutiante », sur l’anatomie et la physiologie sexuelles féminines (O’Connell, 2004, 129).

    O’Connell établit dans ses articles de restitution, par une forme d’épistémologie critique, un mode de construction différencié des connaissances sur l’anatomie féminine et masculine. À l’instar de la critique féministe des sciences dont elle cite des travaux, O’Connell identifie et dénonce un mode de production de savoirs sur les corps fondé sur la comparaison entre le corps des femmes et celui des hommes – plaçant le masculin comme modèle de référence et produisant du même coup une description inexacte de l’anatomie génitale féminine. Quant à la diffusion de connaissances incomplètes et, par conséquent, de représentations visuelles inexactes, l’article de #2005 invoque une responsabilité des anatomistes, qui auraient « aggravé la représentation pauvre du clitoris en le montrant seulement sur un plan » (O’Connell et al., 2005a, 2062). Ce propos fait référence à la manière de montrer les appareils génitaux féminin et masculin sur un plan de coupe sagittal, une figuration classique dans les planches anatomiques de cette zone. Selon O’Connell, ce type de coupe favorise la présentation d’une structure essentiellement linéaire comme le pénis, mais guère celle multiplanaire du complexe clitoridien. Ainsi l’urologue identifie-t-elle des facteurs historiques, sociaux et scientifiques « responsables de la représentation pauvre de l’anatomie clitoridienne, même dans la littérature actuelle » (O’Connell et al., 2005a, 2062).

    #clitoris #féminisme #connaissance #plaisir #sexisme_médical #historisation



  • L’étonnante définition du viol d’enfant en France - La Presse+
    http://plus.lapresse.ca/screens/5d813b5a-82f7-4441-80ff-d8eec5f60260__7C___0.html

    Ce qui pose problème est la définition du « viol », un terme banni du droit canadien depuis plus de 30 ans. Pour qu’il y ait viol en droit français, il doit y avoir pénétration (de n’importe quel type) et, surtout, il faut prouver « la contrainte, la menace, la violence et la surprise ».

    Ce que ça signifie, en pratique, c’est que dans un procès pour viol, une preuve doit être faite quant au consentement, quel que soit l’âge de la victime. La Cour de cassation française (en quelque sorte la Cour suprême du pays) a même écrit que la contrainte ne sera présumée que pour les enfants « en très bas âge ». Autrement, le procureur devra démontrer qu’un enfant de 8 ou 9 ans n’a pas consenti, qu’il a été « contraint » à une relation sexuelle, pour que ce soit un viol.

    Les associations féministes réclament que la loi soit changée et le gouvernement actuel propose de fixer le seuil de non-consentement quelque part entre 13 et 15 ans, en créant une présomption « irréfragable » (impossible à renverser) dans le Code pénal.

    *

    C’est pour des raisons similaires que le Canada a abandonné la notion de « viol », qui supposait une preuve supplémentaire et qui rendait les condamnations plus difficiles. On a regroupé toute une série de crimes sous un seul vocable : agression sexuelle. Et selon la gravité des gestes, la peine sera plus ou moins lourde.