touti

permaculture web

  • Géladas d’Éthiopie, les singes herbivores menacés d’extinction | National Geographic
    https://www.nationalgeographic.fr/animaux/geladas-dethiopie-les-singes-herbivores-menaces-dextinction

    Sur les hauts plateaux d’Éthiopie vivent les #géladas, ultimes représentants des Theropithecus. Il y a des millions d’années, le genre s’étendait de l’Afrique du Sud à l’Inde et à l’Espagne. Mais leur nombre n’a cessé de reculer avec l’apparition de l’espèce humaine, qui a probablement chassé ces primates, et la concurrence des babouins, plus résistants aux modifications du climat. Il n’y a plus que dans les prairies de très haute altitude que le gélada trouve suffisamment d’herbe pour s’alimenter. Problème : la démographie galopante d’Éthiopie – deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, avec près de 100 millions d’habitants – entraîne l’accroissement des espaces dédiés à l’agriculture et à l’élevage. En conséquence, les sols s’érodent très rapidement, appauvrissant les pâturages où pousse la précieuse herbe qui constitue 90 % de la nourriture du gélada.

    #extinction #it_has_begun


  • Drone footage reveals hundreds of abandoned Turkish chateaux at Burj Al Babas
    https://www.dezeen.com/2019/01/18/drone-abandoned-turkish-chateau-burj-al-babas

    Approximately halfway between Turkey’s largest city Istanbul and its capital Ankara, the Burj Al Babas development will contain 732 identical mini chateaux when, or if, it completes.

    Au premier regard j’ai cru à des maquettes, mais non !

    #architecture #lotissement

    • Vraiment ? Pas un fake ? Y’a d’autres sources ? Google maps ?
      Parce qu’ un château, c’est bien quand t’es seul. La non seulement tu te tapes des voisins mais en plus, t’as la même baraque que les autres, autant vivre à la Courneuve.
      Une Ferrari c’est bien si le parking du supermarché n’en est pas rempli. Sinon ça devient du mauvais goût, comme là.

    • non pas du tout fake

      #Talia_Saray_Villa

      gg:Maps
      https://www.google.fr/maps/place/Burj+Al+Babas+Villa/@40.4450213,31.1973133,1129m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x14cd368170cadda5:0x1c3af436b3407cb!8m2!3d40.462581!

      gg:Images

      présenté comme un "projet hôtelier", je crois (mais ce n’est pas très clair) que les pavillons sont destinés à des investisseurs, non pour une gestion directe des locations.

      Talia Saray Project » Burj Global Group
      http://burjglobalgroup.com/property/talia-saray-project

      DESCRIPTION
      Burj Global Real Estate Group Launches Talia Saray Project (Talia Sarai) for Royal Villas (1/5/2017)

      The resort is located in Modorno district of the Polo Turkish state Which is one of the most attractive natural areas for tourists and it is two hours from Istanbul and an hour and  a half from the capital Ankara, an hour from Sabanga, a lively area of ??nature and sulfuric water (therapeutic)  at 860 meters above sea level, where fresh air and 25 degrees Summer degree.

      The area is characterized by a tourist atmosphere in the summer and winter, where tourists go for recreation and  relax with therapeutic water. The Talia Saray project is the company’s sixth project in this region.

      The resort is equipped with all hotel services / large commercial mall / 8 natural and industrial lakes  / restaurants and cafés throughout the resort / indoor and open swimming pools for women and men for privacy / Hotel / children daycare / Mosques / Hospital / Cinema / Spa Jacuzzi & Sauna / Horseback Riding /
      Thermal Water Swimming Pool / Heliport / Aqua Park / Golf Land / Soccer courts, Basketball, Tennis /  Artificial river / Golf cars for mobility within the project / Trips to Istanbul / Maintenance /  Guarding and security 24 hours a week /

      The project consists of 350 villas designed in classic style. The interior of the villa is 300 square meters. Divided into two floors. The ground floor consists of three open living rooms (can be two bedrooms), a dining room,  a kitchen with a bathroom and rooms, a Jacuzzi and steam room with thermal water, with a terrace that can be  turned into a diwaniya and a back terrace overlooking the villa’s back garden. The first floor consists of three bedrooms (one of them master room) and two bathrooms with a large terrace  and a balcony overlooking the lakes in the resort, villas also feature modern furnishings and  full luxurious decor in keeping with the villa’s exterior design.

      The villa garden is organized in an engineering style, decorated with flowers and enjoys full privacy.  A private outdoor swimming pool can also be set up for the villa.
      The land area of each villa ranges from 320 meters to 669 square meters registered under the title deed,  and most of the sites are characterized by the presence of pleas for the right of use of owners villas.

      Delivery date 2019
      Payment methods cash or installments up to Three-year

    • Faillite en novembre 2018, donc…
      –> #ghost_town !


      Partially completed chateau-like houses in the project
      Source: Sarot Group/Burj Al Babas/Facebook

      Customers from Qatar, Bahrain, Kuwait, United Arab Emirates and Saudi Arabia snapped up 350 of the villas, according to Hurriyet, at a going rate of $370,000 to $530,000. They specifically asked for the chateau-like design, according to the project’s consulting architect, Naci Yoruk.

      Sarot Group Chairman Mehmet Emin Yerdelen blamed his predicament on deadbeat clients.

      We couldn’t get about 7.5 million dollars receivables for the villas we have sold to Gulf countries,Hurriyet quoted Yerdelen as saying. “We applied for bankruptcy protection but the court ruled for bankruptcy. We will appeal the ruling.

      The group finished building 587 villas before it applied for bankruptcy protection.

      Although the court ordered the group to stop construction immediately, Yerdelen is still hopeful.

      Investisseurs défaillants du Golfe…

    • article non daté, mais très certainement du 5/12/2018 vu le numéro de la page…
      (et modifié après puisqu’il reprend une annonce du 16/09/2019

      Bonne nouvelle, le groupe serait plutôt sous redressement judiciaire et a été autorisé à poursuivre la commercialisation des pavillons et châteaux…

      http://i.hurimg.com/i/hdn/75/650x650/5bfbcf4567b0a820a05ea3fd

      http://i.hurimg.com/i/hdn/75/650x650/5bfbcf4867b0a820a05ea3ff

      A lawsuit had been filed against the developers of the Burj Al Babas housing project on grounds that the company destroyed trees and dumped excavated soil on forestland in the district of Mudurnu in the northwestern province of Bolu.

      With the criminal case continuing in the Mudurnu court and the company also appealing the court-declared bankruptcy in Istanbul, the firm’s chairman Mehmet Emin Yerdelen told Demirören News Agency on Jan. 16 that the sale of the villas resumed because the Bankruptcy Directorate allowed it.

      Our companies are currently operating in normal conditions under judicial control. Our sales and construction works continue as part of our resumed commercial activities,” he said.
      […]
      But the court now decided on bankruptcy. That was a wrong decision. The total value of the project is about $200 million. We will object to this decision. We still have 250 villas completed and ready to go on sale. Selling only 100 of them would be enough to pay off the debts and complete the project,” Mehmet Emin Yerdelen, the chair of the Sarot Group, told daily Hürriyet.


  • Notre-Dame-des-Landes, la reconquête ... d’un État normatif et productif sur une zad qui, tant qu’elle luttait, a été une zone libre.

    C’est compliqué de regarder ce documentaire de Thibault Férié qui accompagne trois habitant-e-s, ex zadistes, dans le processus de normalisation qui leur est imposé pour, en même temps, selon d’où on regarde, qu’iels puissent rester chez elleux, qu’iels rentrent dans le cadre de la loi, ou qu’iels abandonnent l’utopie d’une zone hors normes capitalistes.
    Peut-être inventerons-nous un jour le mot de capitaler : capituler devant le rouleau compresseur d’une binarité sordide « la guerre ou le profit », parce les circonstances, euphémisme qui englobe tant de non dits et non vus ici, ont fait qu’aucun autre choix ne semblait possible.

    En vrai, je n’ai pas envie de condamner. Quand tu t’es autant battu pour une zone, que tu es passé-e du statut de squatteur-ice à l’habitus d’occupant-e, que tu te manges une double guerre dans la gueule (beaucoup trop édulcorée ici), que voisins et soutiens disparaissent (parfois à cause de tes choix) pour que ne restent que les plus mâlins, il est assez logique, sans doute, qu’en fin tu te retrouves à endosser la carapace souriante de l’habitant-e qui sait si bien accueillir une préfète rêvant des dorures de la retraite « bien méritée » (et médaillée : https://seenthis.net/messages/752355)

    Mais quand même... je sais pas si beaucoup de gens, devant ce document, se rendent compte de l’abyssale chute entre la minute 55 et la minute 56. Et je doute que ce soit possible. De toute façon, je crois qu’aucun documentaire ne peut donner la compréhension de la diversité qui a été massacrée pour compenser l’abandon du projet d’aéroport il y a un an... De la multiplicité des responsabilités... Et de l’ignominie qui consiste à venir parler de vente de miel de Notre-Dame-des-Landes qui aura un succès fou !
    La vente de fiel...

    Combien sont tombé-e-s à Notre-Dame-des-Landes ? Combien d’histoires racontées pour combien de vérités masquées ? Combien de fausses promesses ? Combien d’amitiés trahies ? Et combien d’éthiques reniées au nom d’une injonction à la camaraderie ? Combien de couteau dans le dos et de poings dans la gueule ? Combien de blessé-e-s de l’orgueil et de mutilé-e-s à vie ? Combien d’aménagements et de déménagements ? Combien d’exclusions, de démissions et de dépressions ?
    Combien de cabanes-vies détruites ?
    Combien de silences et de silenciations ?
    Combien, surtout, de bonnes intentions devenues chair à canons de laideur ?
    Tout ça à cause de la peur, de la terreur imposées par un État mauvais joueur.

    Franchement, je ne sais toujours pas quelle solution était possible à part faire le choix volontaire d’un sacrifice. Et je ne sais toujours pas quoi penser de ce qu’il « valait mieux » sacrifier, tant ce choix ne peut qu’être intime, ni comment panser les inéluctables blessures. Et du coup, pour tou-te-s, le deuil est très long et beaucoup de plaies sont encore à vif...

    Pour le doc, d’une heure et quelques minutes, c’est par là : https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/emissions/qui-sommes-nous-1/documentaire-notre-dame-landes-reconquete-inedit-160298
    lien direct : https://www.france.tv/documentaires/societe/859935-notre-dame-des-landes-la-reconquete.html

    Le documentaire revient sur l’histoire de la « reconquête » des terres de Notre-Dame-des-Landes, une réserve foncière rendue disponible par l’abandon du projet d’aéroport, après des années de lutte. Thibault Férié décrit cette aventure humaine et politique qui met aux prises les zadistes, les agriculteurs traditionnels et l’État, porteurs de projets différents quant à l’avenir de ces terres. Des dissensions qui demeurent, bien après la décision du gouvernement d’abandonner la création de l’aéroport, et interrogent sur la légitimité des uns et des autres dans la mise en place de ces projets.

    Si, comme à moi, ça te laisse un goût de gâchis trop dur à digérer, et si tu ne l’as pas déjà vu, je te conseille le magnifique contre-point-de-vue de La Piraterie à Roulettes, autour la zone sacrifiée à l’Est :
    "Nous, Zadistes Radicaux" : https://youtu.be/k_x6_usci70


    (ou https://seenthis.net/messages/663794 si les nouvelles normes de youtube le font disparaitre)
    Et si tu veux pré-savoir, il se pourrait que de cette zone sacrifiée poussent, bientôt, des graines d’une insolente résilience, où un certain Gilles Clément sème enseignement à tous vents... mais ceci est une autre histoire ;)

    #zad #NDDL : #VINCI dégage : #résilience & #sabordage !

    • Magique : La Piraterie a Roulette vient justement d’écrire un mot de ressenti sur ce qu’il reste de la zad (Est) et des zadistes qui y vivaient : https://www.facebook.com/PiraterieaRoulettes/posts/2043150375771476

      19janvier 2019 - Que reste il de l’EST de la ZAD NDDL ?

      La zone Est, vous savez la ou on vivaient paisiblement, sans eau courante et électricité, avec des poêles a bois, des bougies, des jardins permacoles et PLEIN d’instruments de musiques.

      Depuis que je suis partie, je ne suis revenu que 3 fois en coup de vent ici, sur ces lieux ou j’ai vécu tant de moments si beau, si tragique, si intense..
      Je n’ai pas l’énergie d’y rester plus longtemps. Trop de mélancolie m’envahie a chaque fois…

      Et pourtant il en reste des Zadistes ! Je parles des Zadistes de l’Est, celleux qui n’ont jamais voulu négocier avec l’états, celleux qui disaient dès le début que toute forme de négo serait foireuse. Celleux qui était si peu nombreux et si peu écouté, celleux qui avait pourtant raison.
      Ils et elles, ont sans doute souffert plus que tous.
      Je ne sais pas comment ils/elles font pour surmonter tous ça :
      –toutes la zad qui se divise en 2
      –la pression mentale intérieurs avant expulsion : réunion infinissable, milices armé, personnes tabassé par X.
      –la pression mentale de l’états, avec les hélicoptères, les drones, les journalistes, les indiques, les barrages routiers..
      –les départs de tout leurs amis qui ne tiennent pas
      –les mensonges médiatiques, provoquant des tonnes de légendes débiles sur la zad et ses habitant(e)s
      –les expu : (ultra)violences policière, les lacrymos, les gens blessé qui pissent le sang, les centaines de gens qui viennent aider mais qui ne connaissent pas les lieux et a qui il faut tout expliquer, la promiscuité et le stress intense jours et nuit.
      –les destructions des cabanes, une par une, a coup de bulle d’oser, puis ils & elles les reconstruisent, puis redestruction X fois, de suite..

      Et maintenant que reste des Zadistes de L’Est et de leurs magie ?
      Quelques personnes, si belles, si fortes, si abimées, traumatisés, et pourtant si pure. Incorruptible pour toujours. Ils/elles sont toujours la.. reconstruisant une ou deux cabanes par ci par la .. sans trop d’espoir.. et a demis mots, ils t’avoueront qu’aujourd’hui ils vivent dans le passé, dans les relans des plus beaux moment de leurs vie, qui se sont passé ici il y a quelque mois/années.

      Peut être qui si vous passez a la cabanes sur l’eau un soir, le temps d’un morceaux de flute ou d’harmonica et de guitare, vous oublierez avec eux que tout ça c’est du passé, vous resentirer fébrilement cette « esprit de la zad de l’est »
      Peut être qu’en traversant le lac au crépuscule, en observant le claire de lune, vous oublierez que que la page c’est déjà brutalement tourné.
      Peut être qu’en s’éloignant doucement sur l’eau, d’une cabane d’argile flottante, vous penserez « quand l’ame agit, c’est la magie » tout en écoutant le bruit de la pagaie qui plonge dans l’eau paisible.

      Et en reprenant votre route vous ressentirez ce pincement au coeur en pensant a vos amis qui on temps souffert ces dernier mois, vous ressentirez comme un élan d’espoir presque de la motivation a venir tout reconstruire, et puis très vite, non. Trop dure. trop dure de revenir la, ou on a vécu 3 ans dans une utopie totale et éphemere. Trop dure quand on connaissait la zad d’avant. Trop dure pour moi.. Pas envie de vivre dans le passer… Mais pourquoi ne pas allez dans d’autres Zads ? Dans d’autre lieux alternatifs et/ou militants ?

      Et puis arrivez a Babylone, vous essayé d’écrire un texte pour expliquer ce qui se passe. Mais au final vous ne comprenez pas vous meme. Vous essayez d’exprimer un ressenti très étranges, un ressenti de schizophrène .. au final très peu de gens comprendrons, mais c’est pas grave, il fallait juste l’écrire, il fallait juste l’exprimer.

      Le documentaire sur la ZAD Est avant les expulsions
      clique ici : https://youtu.be/k_x6_usci70


      TOUTES les cabanes de cette vidéo on été DÉTRUITES
      Seule la bellich est encore la (dans un sale état) et la cabane sur l’eau, reconstruite & habitée.

    • Et tant que je parle de la magie de l’Est, alors que j’avais prévu une soirée du 31 décembre seule pour bien goûter mon dégoût de 2018, un lutin de l’Est, anarchitecte merveilleux, a poussé la porte de ma retraite et on a passé la soirée à parler. Et malgré toute notre tristesse, c’était bon de partager... Merci infiniment à lui de m’avoir évité de sombrer un peu plus La photo de sa dernière cabane, à La Grée, sera le phare de la série #Sombra
      https://www.flickr.com/photos/valkphotos/42613042091

      Flickr

    • Autre détail chargé de symbole pour moi : c’est la même Amalia du documentaire qu’on voit sur cette photo : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/24882689137

      Flickr

      Beaucoup y ont vu le symbole de la victoire, ce qu’elle est, factuellement, en train de vivre et de personnifier.
      Mais au moment même de prendre cette photo, j’ai eut une vision, limpide : celle de la descente de la croix de Notre-Dame-des-Luttes. Celle de la fin de la vie et du début du mythe.
      Il est d’autant plus troublant que ce soit elle qui parle des histoires qu’on raconte...

      // edit : et en fait, @vanderling c’est pas à la levée de fond que je fais référence quand je parle de résilience car celle-ci s’accompagne souvent d’une invisibilisation de ce qu’a entrainé le nettoyage de la #D281 par le mouvement et le massacre de la diversité par les manigances directes ou indirectes de l’État, ainsi qu’on le voit résumé en 2 tweets ici : https://twitter.com/NONago_NDDL/status/1086610984670818304

    • Je rajoute aussi l’analyse du documentaire par Sid :

      « LA RECONQUETE » ou plus objectivement « LA CHUTE »

      un documentaire non documenté qui n’a que la prétention de suivre les signataires, celles et ceux qui ont fait le pari irresponsable de faire rentrer l’état dans leur vie.

      On y voit des gens qui avalent des couleuvres et reculent pas à pas sur l’imaginaire qui les a amené à venir sur la ZAD.
      C’est la lâcheté face aux pressions du pouvoir institutionnel qui y est montré, face à la peur de tout perdre, face aux arrangements de boutiquiers. Inutile de chercher à voir ce que vous ne verrez pas, des parallèles édifiant entre des gens blessés, des cabanes détruites, des gens qui luttent de leurs corps et des gens qui signent..

      Nous n’aurons pas la fin, mais nous l’imaginons.
      Pour les quelques uns ou unes qui sortiront leur épingle du jeux, ce sera normes sanitaires abusives, factures, puçage, taxes.
      Ce sera une vie qui s’écrira sur le capital sympathie d’année de lutte dont beaucoup savent que ce qu’il en reste, même en aventure « collective », sera loin des espoirs passés, loin de marcher sur la tête des rois, loin de représenter celles et ceux qui en première ligne ont rendu ce territoire insaisissable, mystérieux et formidablement bancal !

      Ils seront nombreux les discours pour nettoyer cette trahison sous un verni prétendument radical. A l’image du fond de dotation pour le rachat des terres que l’on nous présente poétiquement comme un outil du capitalisme transformé en outil du commun, ou encore les cagettes déter qui alimentent ponctuellement piquet de grève et squat de migrants, mais surtout cette aventure collective qui n’est en fait qu’une gentrification d’espace pour des intérêt affinitaire. Malheureusement il n’y aura pas assez de verni pour embellir vos choix.
      Nous ne doutons pas que ce soit de bonne volonté que la plupart de celles et ceux qui restent croient en ce qu’ils font, en leurs choix... mais l’enfer est pavé de bonnes intentions

      Dans un lapsus presque visionnaire A. dit en ces termes :
      « il y a les histoires que l’on raconte à la préfecture, et celle que l’on se raconte ».
      Dommage, car malheureusement il y a des gens qui croient en vos histoires, et on ne bâtit pas l’espoir sur des mensonges.

      Troubadour, il vient de finir par déménager lui aussi, avec sa compagne et leurs enfants natifs de la zad, devant l’impossibilité de rester vivre sur place en ayant une parole critique. On peut retrouver sa plume musicale par là : https://www.youtube.com/watch?v=IvnS0quhvdc&list=PL2HkwbjYho_WesMrRwFiMXJMu8ruL4QiQ

    • Le documentaire « La reconquête » m’a quand même intéressé malgré qu’il ne parle que de quelques zadistes.
      J’ai pas mis les pieds là-bas depuis bien longtemps et quand j’y suis allé c’était bien avant que la guerre éclate. Je me souviens d’avoir débarqué à l’improviste dans la ZAD, un jour comme ça, pour voir. C’était bien avant les grosses offensives de la bleuzaille sur la zone.
      En voyant quelques indices au bord de la route, je me suis engagé dans un chemin agricole pour tomber à l’entrée d’un bois (je ne sais plus lequel) Je laisse ma caisse au bord d’un champs et je continue à pieds. Je tombe sur un petit groupe de zadiste entrain de ripailler autour d’un copieux plat de fruits de mer et quelques bouteilles de muscadet. Assez surpris de me voir et après quelques questions ils me propose de partager leur festin et je fais le tour du propriétaire avec un des gars qui est dans le documentaire. « Jojo » le gars avec un chapeau de paille qui est avec la préfète lors de la visite chez Amalia et son copain. Il m’explique la lutte, la construction de sa cabane qui a été détruite ensuite … Ensuite j’y suis retourné 3 ou 4 fois pour quelques fêtes uniquement, jamais pour me fritter avec les flics.
      Un article de Nicolas de la Casinière pour Reporterre.net
      Les Zadistes veulent acheter les terres de Notre-Dame-des-Landes.
      https://reporterre.net/Les-zadistes-veulent-acheter-les-terres-de-Notre-Dame-des-Landes

      La levée de fonds pour la propriété collective est surement plein de bonnes intentions mais je ne comprends pas trop l’intérêt d’être propriétaire de son squat ?
      @val_k
      #propriété_privée


  • Freud, Einstein : attention génies !
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/270913/freud-einstein-attention-genies


    Photo des 4 sœurs de Freud dont 3 finirent gazés dans les camps, la 4eme la plus jeune Adolphine mourra de faim.

    Einstein a bien abandonné, et par deux fois, le fragile Eduard, son fils cadet. Sigmund Freud, en dépit de leurs demandes, n’a pas ajouté les noms de ses quatre sœurs à la liste de ceux qui pouvaient fuir l’Autriche avec lui, où figuraient pourtant les employées de maison ou le chien. Toutes sont mortes en déportation.

    Au sujet d’Eisenstein le fait qu’il ai abandonné sa première fille et maltraité Minerva, ne sont pas évoqué, le destin d’un fils étant toujours plus interessant que celui d’une fille et d’une femme.

    L’article présente ces livres comme étant à charge, mais on est encore loin du compte.
    #grand_homme


  • La fin des jurés d’assises : l’erreur historique de la garde des Sceaux | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/francois-xavier-berger/blog/100318/la-fin-des-jures-dassises-l-erreur-historique-de-la-garde-des-sceaux

    « Sous réserve de l’exigence de motivation de la décision, la loi ne demande pas compte à chacun des juges et jurés composant la cour d’assises des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve ; elle leur prescrit de s’interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite, sur leur raison, les preuves rapportées contre l’accusé, et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : " Avez-vous une intime conviction ? " » "

    Voilà ce qu’est la cour d’assises. Celle qui juge les accusés de crimes qu’ils soient majeurs ou mineurs.

    2. Un exécutif qui n’entend pas la détresse de l’autorité judiciaire

    Mais cette institution remarquable et unique a un coût. Il faut en effet indemniser les jurés, les témoins et les experts. Il faut également désigner des magistrats qui vont présider les assises. Et depuis plusieurs années aucun moyen sérieux ne leur a été donné. A titre d’exemple il n’y a que trois ou quatre présidents d’assises sur le ressort de la cour d’appel de Montpellier. Ils ont la charge de préparer toutes les audiences d’assises en première instance et en appel. Or il faudrait qu’ils soient une dizaine pour « évacuer les dossier ». Cette expression est celle qui est employée en France dans le jargon judiciaire. Elle permet à elle seule de comprendre comment la justice considère sa propre charge. Celle de juger.

    Ce manque de moyen entraîne des fixations de dossiers d’instruction terminés à 12, 18 voire 24 mois.

    Il s’ensuit une incompréhension des victimes et des accusés. Certains parviennent même, alors qu’ils sont en détention provisoire, à obtenir leur libération. Celle-ci est alors considérée comme scandaleuse par les victimes.

    A plusieurs reprises les juges ont tiré la sonnette d’alarme.


  • Il manque 80 millions de femmes en Chine et en Inde, estime Human Rights Watch
    https://www.liberation.fr/planete/2019/01/19/il-manque-80-millions-de-femmes-en-chine-et-en-inde-estime-human-rights-w

    #viol #misogynie #hommerie

    A eux seuls, les deux pays les plus peuplés du monde comptent ainsi un trop-plein d’hommes, avec pour corollaire une « pénurie de femmes mariées », explique Heather Barr. Derrière ces termes un peu barbares se cache une amère réalité, celle des atroces méthodes auxquelles recourent certains hommes pour parvenir à conclure un mariage (forcé) et assurer leur descendance. Dans les Etats en conflit du Kachin et du Shan, au nord de la Birmanie, par exemple, des trafiquants attirent parfois les jeunes femmes en leur faisant miroiter une vie fantasmée en Chine, où elles seront finalement rachetées entre 3 000 et 13 000 dollars (selon l’âge et l’apparence) par des familles en quête d’une épouse pour leur fils.

    « Une fois achetées, ces femmes et filles sont généralement enfermées dans une pièce et violées de manière répétée, afin de les mettre enceinte rapidement pour qu’elles puissent donner un bébé à la famille. Après avoir accouché, certaines sont autorisées à repartir, mais contraintes de laisser leurs enfants derrière elles », dénonce Heather Barr, qui s’appuie sur les investigations d’Human Rights Watch. Si l’avortement sélectif est en principe interdit en Inde et en Chine, il est difficilement détectable et encore fréquemment pratiqué, empêchant la résorption du déséquilibre hommes-femmes. Ces deux pays, « et d’autres touchés, doivent agir de toute urgence pour atténuer les effets du déclin du nombre de femmes, et examiner attentivement les conséquences de cette pénurie, y compris en relation avec la traite et les violences à l’égard des femmes », écrit-elle.


  • En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial
    http://www.slate.fr/story/172398/inde-soeurs-pere-malade-habillees-hommes-business-familial

    Dans un village de l’État de l’Uttar Pradesh, au nord de l’Inde, Jyoti, 18 ans, et sa sœur, Neha, 16 ans, ont prétendu être des garçons pendant quatre ans pour maintenir l’activité de barbier de leur père. En 2014, ce dernier est tombé malade au point de ne plus pouvoir travailler. Les deux jeunes femmes ont alors décidé de prendre les choses en main : elles ont coupé leurs cheveux, changé de style vestimentaire et enfilé chacune un bracelet en acier, signe de masculinité en Inde.

    « Nous avons rencontré beaucoup de problèmes lorsque nous avons commencé à travailler en 2014, a déclaré la cadette au Guardian. D’autres habitants du village se sont moqués de nous, mais nous les avons ignorés et nous nous sommes concentrées sur le travail, car nous n’avions pas d’autre choix. »

    Au sein de leur communauté rurale très religieuse et conservatrice, les deux jeunes femmes n’avaient d’autre option que de se travestir : les clients étaient sceptiques que des femmes touchent leurs cheveux et leurs barbes. Neha confie même que certains se comportaient mal avec elles. « Nous avons donc décidé de changer nos tenues, afin que personne ne puisse nous identifier. »

    À LIRE AUSSI En Inde, des femmes achetées pour quelques centaines d’euros
    Hommage du gouvernement

    Jyoti et Neha gagnaient 400 roupies [environ cinq euros] par mois, suffisamment pour payer le traitement médical de leur père et subvenir aux besoins de leur famille. Au fil des années, les sœurs ont pu dévoiler, petit à petit, leurs véritables identités à une partie de leur clientèle. Aujourd’hui, elles déclarent avoir suffisamment confiance en elles pour n’avoir peur de personne. L’aînée a d’ailleurs recommencé à se laisser pousser les cheveux.

    « Cela me fait beaucoup de peine lorsque je les trouve au travail, mais je suis très fier de mes filles. Elles ont sorti la famille d’une crise », a déclaré Dhruv Narayan, leur père. Le vieil homme n’est pas le seul à être impressionné : le gouvernement indien a également rendu hommage aux jeunes femmes. Abhishek Pandey, un officier, applaudit leur bravoure : « Les sœurs sont une inspiration pour la société et leur histoire doit être racontée à tout le monde. »

    #discrimination #femmes #sexisme #transgenrisme


    • #Cour_criminelle

      • Dispositif expérimental voté à l’Assemblée le 24/11/2018
      L’Assemblée vote l’expérimentation d’un tribunal criminel départemental
      https://www.europe1.fr/politique/lassemblee-vote-lexperimentation-dun-tribunal-criminel-departemental-3806963

      Cette instance qui va être expérimenté de 2019 à 2022, vise notamment à désengorger les cours d’assises. Elle pourra juger des crimes punis de 15 à 20 ans de réclusion.

      L’Assemblée nationale a voté dans la nuit de vendredi à samedi l’expérimentation voulue par le gouvernement d’un tribunal criminel départemental, ou cour criminelle, des élus de droite comme de gauche s’inquiétant d’une justice qui ne serait plus « rendue par le peuple ».

      • Projet de loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice n° 1548, art. 42
      N° 1548 annexe 0 - Rapport, en nouvelle lecture, sur le projet de loi, modifié par l’Assemblée nationale, de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice (n°1503).
      http://www.assemblee-nationale.fr/15/ta-commission/r1548-a0.asp

      Sous-section 2
      Dispositions relatives au jugement des crimes

      Article 42
      […]
      II. – Par dérogation à l’article 181 et aux chapitres Ier à V du titre Ier du livre II du code de procédure pénale, les personnes majeures accusées d’un crime puni de quinze ans ou de vingt ans de réclusion criminelle, lorsqu’il n’est pas commis en état de récidive légale, sont jugées en premier ressort par la cour criminelle. Cette cour est également compétente pour le jugement des délits connexes.

      La cour criminelle, qui siège au même lieu que la cour d’assises, est composée d’un président et de quatre assesseurs, choisis par le premier président de la cour d’appel parmi, pour le président, les présidents de chambres et les conseillers du ressort de la cour d’appel et, pour les assesseurs, les conseillers et les juges de ce ressort. Deux des assesseurs peuvent être des magistrats exerçant à titre temporaire ou des magistrats honoraires exerçant les fonctions juridictionnelles mentionnées à l’article 41-25 de l’ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature.

      Les personnes contre lesquelles il existe à l’issue de l’information des charges suffisantes d’avoir commis, hors récidive, un crime mentionné au premier alinéa du présent II sont, selon les modalités prévues à l’article 181 du code de procédure pénale, mises en accusation par le juge d’instruction devant la cour criminelle. Le délai d’un an prévu au huitième alinéa du même article 181 est alors réduit à six mois, et il ne peut être procédé qu’à une seule prolongation en application du neuvième alinéa dudit article 181.

      Sur proposition du ministère public, l’audiencement de la cour criminelle est fixé par son président ou, à la demande du procureur général, par le premier président de la cour d’appel.

      La cour criminelle applique les dispositions du titre Ier du livre II du code de procédure pénale sous les réserves suivantes :

      1° Il n’est pas tenu compte des dispositions qui font mention du jury ou des jurés ;

      2° Les attributions confiées à la cour d’assises sont exercées par la cour criminelle, et celles confiées au président de la cour d’assises sont exercées par le président de la cour criminelle ;

      3° La section 2 du chapitre III du même titre Ier, l’article 282, la section 1 du chapitre V du titre Ier du livre II, les deuxième et dernier alinéas de l’article 293 et les articles 295 à 305 du même code ne sont pas applicables ;

      4° Pour l’application des articles 359, 360 et 362 dudit code, les décisions sont prises à la majorité ;

      5° Les deux derniers alinéas de l’article 347 du même code ne sont pas applicables et la cour criminelle délibère en étant en possession de l’entier dossier de la procédure.

      Si la cour criminelle estime, au cours ou à l’issue des débats, que les faits dont elle est saisie constituent un crime puni de trente ans de réclusion criminelle ou de la réclusion criminelle à perpétuité, elle renvoie l’affaire devant la cour d’assises. Si l’accusé comparaissait détenu, il demeure placé en détention provisoire jusqu’à sa comparution devant la cour d’assises ; dans le cas contraire, la cour criminelle peut, après avoir entendu le ministère public et les parties ou leurs avocats, décerner, par la même décision, mandat de dépôt ou mandat d’arrêt contre l’accusé.

      L’appel des décisions de la cour criminelle est examiné par la cour d’assises dans les conditions prévues au titre Ier du livre II du même code pour l’appel des arrêts rendus par les cours d’assises en premier ressort.

      Pour l’application des dispositions relatives à l’aide juridictionnelle, la cour criminelle est assimilée à la cour d’assises.

      • débat à l’Assemblée, 3ème séance du jeudi 17 janvier
      OdJ projet de loi 1548
      http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2018-2019/20190123.asp#P1588524

      à l’issue de cette discussion l’article 42 est adopté, amendé de quelques éléments, la plupart de détail, dont un qui lie l’application de la période d’expérimentation de 2 ans à la date de l’arrêté et non plus à une date fixe (ce qui est plus prudent vu la vitesse d’élaboration des décrets…)
      (le texte ci-dessus est le texte adopté)
      l’ensemble des amendements déposés (ils sont en page 34, pas de lien direct)
      http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/reforme_justice_programmation_2018-2022


  • Comparutions des gilets jaunes : communiqué adopté à l’unanimité des membres du conseil de l’Ordre de Paris | Avocats de Paris
    http://www.avocats.paris/actualites-evenements/comparutions-des-gilets-jaunes-communique-adopte-lunanimite-des-membres-d
    /sites/grand-public/themes/grandpublic/favicon/open-graph.png

    Lundi, de nombreux manifestants du mouvement des gilets jaunes ont été jugés en comparution immédiate.

    Contre tout principe de droit et de dignité, ils ont comparu devant leurs juges dans des cages de verre.

    #justice


  • GILETS JAUNES : UN POLICIER MET EN CAUSE LE GOUVERNEMENT

    Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour « déloyauté », il dénonce la gestion du maintien de l’ordre par le gouvernement dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, l’instrumentalisation des forces de l’ordre par le pouvoir, et les conditions de travail difficiles dans un contexte de hausse des cas de suicides chez les policiers. Virginie Cresci. | Le Média

    https://youtu.be/S5CZkNZq7VE


  • #métaliste sur la #résistance de #passagers (mais aussi de #pilotes) aux #renvois_forcés.

    –-------------------------

    1. Résistance des #passagers :

    RESF | Mercredi 7 septembre : l’horreur des expulsions sur le vol AF386 Paris-Bamako !
    https://asile.ch/2016/09/08/resf-mercredi-7-septembre-lhorreur-expulsions-vol-af386-paris-bamako
    https://seenthis.net/messages/522816

    Brussels Airport : des passagers interpellés pour s’être opposés à une expulsion
    https://seenthis.net/messages/341165

    [COMUNICADO] Resistencia y represión en vuelo de deportación comercial de #Iberia
    https://seenthis.net/messages/353583

    « Je ne m’assieds pas » : elle bloque le décollage pour empêcher l’expulsion d’un migrant
    https://seenthis.net/messages/710600

    Stansted 15 : Amnesty to observe trial amid concerns for anti-deportation activists
    https://seenthis.net/messages/725458

    Caroline, poursuivie en correctionnelle pour s’être indignée des conditions d’expulsion d’un étranger sur un vol Air France :
    https://seenthis.net/messages/741112

    –-------------------------

    2. Résistance des #pilotes et #chauffeurs de car

    I piloti disobbediscono ai rimpatri forzati :
    https://seenthis.net/messages/517764
    https://seenthis.net/messages/762819
    #pilotes

    Récit : un chauffeur de car refuse de reconduire des migrants en Italie
    https://seenthis.net/messages/522657
    #bus #autocar

    –-------------------

    3. Autres liens autour du sujet

    How to stop a deportation :
    https://seenthis.net/messages/360422

    #avion #réfugiés #asile #migrations #expulsions

    ping @isskein @reka


  • Hachemi détenue : Téhéran porte plainte
    https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/16/585965/Thran-porte-plainte-clarrestation-de-M-Hachemi

    Apparemment, il n’y a guère qu’un site iranien pour s’intéresser (en français) à l’arrestation de cette journaliste iranienne aux USA. 4 jours après les faits, RSF par exemple ne dit pas un mot sur cette affaire...

    Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné l’arrestation « illégale » et le traitement « inhumain » infligé à la présentatrice de la chaîne de télévision iranienne Press TV par des agents fédéraux aux États-Unis.

    Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, a condamné cette arrestation mercredi dans une interview accordée au journal de l’IRIB, quelques heures après l’annonce de l’arrestation de Marzieh Hachemi en Amérique.

    La police américaine a arrêté Mme Hachemi, journaliste et présentatrice de la chaîne d’information iranienne Press TV en anglais, sans fournir de motif spécifique.

    La journaliste d’origine américaine qui voyageait aux États-Unis pour rendre visite à son frère malade et à d’autres membres de sa famille, a été arrêtée dimanche 13 janvier à l’aéroport international de Saint-Louis Lambert avant d’être transférée par le FBI dans un centre de détention à Washington.

    Qassemi a déclaré que le traitement infligé à la journaliste d’origine américaine de la chaîne iranienne constitue "une violation flagrante des droits de l’homme et montre que le gouvernement américain ne respecte aucun des principes qu’il utilise lui-même pour s’en prendre aux pays qui s’opposent à lui ».

    « L’arrestation brutale de la journaliste et le comportement humiliant infligé par les agents du gouvernement américain à cette musulmane pratiquante sont un exemple évident du comportement adopté par un régime d’apartheid contre ses citoyens qui ne sont pas de « la race blanche » », a déclaré le diplomate iranien.

    Il a ajouté que la République islamique demandait que ses droits fondamentaux soient octroyés à Mme Hachemi et qu’elle soit libérée "immédiatement et sans condition".

    Réagissant à l’arrestation de Mme Hachemi, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif l’a qualifiée d’une action politique inacceptable qui viole la liberté d’expression demandant aux Américains de « mettre immédiatement fin à ce jeu politique ».

    #iran #usa #répression #arbitraire

    • Hier, 17/01/2018, Radio-Canada :

      Une journaliste d’un média iranien arrêtée aux États-Unis | ICI.Radio-Canada.ca
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1147309/journaliste-iranienne-arretee--etats-unis-marzieh-hachemi

      Marzieh Hachemi, née aux États-Unis sous le nom de Melanie Franklin avant sa conversion à l’islam et son mariage avec un Iranien, a été arrêtée dimanche à l’aéroport de Saint-Louis (Missouri), selon des proches et amis de la journaliste cités par la télévision.

      M. Zarif a souligné que depuis son mariage avec un Iranien, Mme Hachemi est considérée comme une citoyenne iranienne. Or c’est « notre devoir de défendre nos citoyens », a-t-il ajouté.

      « Les Américains doivent immédiatement cesser ce jeu politique », a déclaré M. Zarif, demandant sa libération.

      « Comme vous le savez, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les États-Unis peuvent arrêter quiconque et le détenir sans accusation pendant des semaines. Nous estimons qu’une action en justice ne serait pas efficace pour obtenir sa libération », a dit Payman Jabali, directeur de Press TV, à des journalistes à Téhéran.

      " Nous demandons aux États-Unis de préciser les charges qui pèsent contre elle. C’est un scandale pour cette soi-disant démocratie américaine. "
      Payman Jabali, directeur de Press TV

      M. Jabali a estimé que la journaliste pourrait avoir été visée pour des documentaires qu’elle a faits sur les activités américaines au Proche-Orient, sur l’islamophobie et d’autres sujets.

      Selon lui, elle a voyagé aux États-Unis pour rendre visite à « son frère malade et d’autres membres de sa famille ».

      Il a ajouté que tout ce qu’on lui avait donné à manger était du porc, interdit par l’islam.

      Le fils de la journaliste, Reza Hachemi, a été également interpellé aux États-Unis, mais a ensuite été libéré en attendant son procès, a ajouté le directeur de Press TV sans préciser l’âge du fils, s’il était avec sa mère au moment de l’arrestation ou les charges qui pèsent contre lui.

      Auparavant, Press TV a indiqué sur son site internet que les autorités américaines avaient « refusé jusqu’à présent de fournir le moindre motif à son arrestation ».


  • Changer le monde (3/4) : Se relier aux animaux
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/changer-le-monde-34-se-relier-aux-animaux-delevage

    Deux histoires mignonnes, celle de navigateur est drôle

    Il est donc possible de produire du lait #sans_abattage

    Jean-Yves Ruelloux est éleveur d’un petit troupeau de chèvres près de Priziac dans le Morbihan. Il a inventé une façon de produire du lait sans souffrance ni mort animale.

    Guirec Soudée, vingt-cinq ans, est parti en voilier autour du monde avec une co-équipière un peu particulière : une poule pondeuse qui est devenue sa confidente. Elle s’appelle Monique, c’est une poule rousse et elle lui a même sauvé la vie.

    #animaux

    • Un élevage sans jamais tuer les chèvres donc, avec une technique de lactation permanente sans les forcer à mettre bas (comme les nourrices des bourgeois…). Et même quand elles ne font plus de lait, il ne les tue pas, il les garde jusqu’à ce qu’elles meurent de vieillesse chez lui. Il n’a presque pas de frais de vétérinaire (puisqu’une bonne partie venant de problème de lactation ou pour les mises bas), et ne demande pas d’aide de la PAC.

      http://rf.proxycast.org/1526786950239887360/10078-18.01.2019-ITEMA_21955065-2.mp3

      #audi #radio #France_Culture #Les_pieds_sur_terre #élevage #fromage #lait

    • Après, il faudrait voir la proportion de RSA dans son revenu... Mais c’est très intéressant. J’ai aussi rencontré un éleveur qui tente de partager le lait avec les chevreaux, de sevrer sans séparer. Je ne sais pas à quel point il s’éloigne de l’idée de vivre de son travail, à quel point ça ressemble aux super expériences de permaculture qui ne produisent même pas assez pour nourrir en légumes et patates les bénévoles ou de maraîchage vegan qui se tape des contraintes et souhaite simplement prouver que c’est possible, de faire mieux que la bio.

      Sur ce sujet, Xavier Noulhianne dit qu’il ne se mettra pas « la rate au court-bouillon » pour faire de beaux reportages stéréotypés dans la presse alter et faire semblant que le monde ne lui impose pas une économie qui est irrespectueuse des humains comme des bêtes. Lire cette presse là, quand tu habites une métropole, que tu viens de saloper ton boulot comme on te dit, que tu ne te révoltes pas, pour rêvasser devant un truc qui serait peut-être possible si et si... Du rôle social des utopies. C’est ce que ça m’évoque mais je me demande aussi si XN n’est pas une flemmasse ;-) ou un désespéré et ça me fait plaisir de voir que des gens continuent à chercher.


  • https://www.revue-ballast.fr/raphael-kempf-action-politique

    En 1789, une bande de casseurs a pris la Bastille pour obtenir un mois plus tard une Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

    [...]

    À tous points de vue, il n’est pas tolérable d’interpeller 100 personnes à la fois et de les priver de leur liberté. Malheureusement, depuis plusieurs années, cette pratique est mise en œuvre — notamment dans les manifestations, qui se terminent parfois avec plusieurs centaines de personnes en garde à vue. On utilise la garde à vue comme un moyen de punir des personnes alors que la police n’a rien à leur reprocher.

    [...]

    La thématique de l’anti-répression, de comment s’organiser pour se défendre, existe déjà au niveau des tribunaux et du pénal, mais il faudrait porter le regard plus loin : revendiquer l’abrogation de lois et l’exigence d’amnistie. L’abrogation de l’article 222-214-2, qui prévoit depuis 2010 le délit de groupement en vue de violences ou dégradations, devrait être portée par un programme politique.

    [...]

    Ce qu’il faut défendre, c’est le mot d’ordre porté par le comité Adama : « Vérité et justice ». Et si vérité et justice doivent passer par une condamnation, dont acte. Mais la condamnation ne doit pas être notre perspective politique.

    #justice #préfetJudiciaire #procureur #police #criminalisation #sarkozy #vaillant


  • Films pornos : l’embarrassant héritage du prince saoudien - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/films-pornos-l-embarrassant-heritage-du-prince-saoudien_2057202.html

    Voyez avec quelle élégance on est venu, un an après la mort de leur père, leur dire : ’votre père commandait des films pornos, merci de payer ses dettes’ !" Pour sa cliente, cette affaire est une véritable atteinte à la dignité et une tache sur la mémoire du paternel. « C’est facile de jeter l’opprobre sur une famille royale saoudienne, vue comme garante d’un islam wahhabite. »

    Comme dit Angry Arab où j’ai trouvé l’info, on ne peut pas dire qu’il y ait eu une énorme couverture médiatique... #arabie_saoudite


  • L’accord secret entre l’État et les sociétés d’autoroutes | L’Oeil Du 20 Heures | Francetv Info
    https://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2017/09/11/laccord-secret-entre-letat-et-les-societes-dautoroutes.html

    Et surtout, écrit noir sur blanc, pour compenser le gel des tarifs en 2015 des « hausses de tarifs additionnelles (...) chaque année de 2019 à 2023 ». Un rattrapage étalé sur quatre ans. Et au final, les automobilistes devraient même payer plus cher qu’initialement prévu. C’est l’Arafer, une autorité indépendante de contrôle, qui l’a calculé dans ce rapport. Selon elle, le surcoût est de 500 millions d’euros à la charge des automobilistes. Un chiffre que les sociétés d’autoroutes contestent.


  • Indignés par les conditions d’expulsion de sans-papiers, des passagers d’Air France devant la justice - Bondy Blog
    https://www.bondyblog.fr/reportages/bobigny-des-passagers-juges-pour-avoir-proteste-contre-lexpulsion-de-sans-

    Les procès s’enchaînent. Celui de Caroline est directement suivi par le procès de Jean-Luc* et Armand* qui s’avancent à leur tour à la barre. Ils ne se connaissaient pas avant d’embarquer dans le même avion Air France à destination de Dakar, le 31 décembre 2017. Pour leur avocat, Maître Teffo, ces affaires sont liées, il décrit un « mécanisme » : « La personne reconduite à la frontière apparaît, un tissu dans la bouche, un casque sur la tête, les pieds et mains liés, elle est bâillonnée, hurle et se débat, les gens vont réagir et l’administration va choisir des personnes au hasard dans le but de frapper les esprits, et de leur dire : vous ne pouvez plus vous indigner dans ce pays. ».

    Les similitudes entre les deux affaires sont effectivement déroutantes. Tous les trois ont été expulsés de leur vol à cause de leurs protestations. A bord du Paris-Erevan, Caroline interroge les policiers sur l’homme, bâillonné et casqué, qui se débat dans l’avion, un policier affirme qu’il a violé une mineure. Cette affirmation sera par la suite contredite par le dossier de l’homme en question, auquel Me Marcus a eu accès. Comme Caroline l’imaginait dès lors, il est reconduit en Arménie pour sa « situation irrégulière » mais n’a jamais été condamné.

    De la même façon, dans le vol Paris-Dakar, l’homme, maintenu de force sur son siège, est présenté comme « un dangereux criminel » aux passagers, qui ont pour consigne de rester silencieux. La consigne n’a visiblement pas été respectée. Un témoin, qui s’avère être la compagne de Jean-Luc, est appelée à la barre : « Les gens n’ont pas trouvé ça normal, tous les passagers de la cabine se sont levés. » Jean-Luc s’indigne, la tension monte. Sa compagne affirme avoir ensuite été violemment giflée par une policière. Elle perd connaissance et ne peut pas assister à la suite de la scène.

    Ému, Armand se lance face à la juge dans un récit poignant : « Il y avait un homme derrière moi, en chemise molletonnée à carreaux avec un casque, il se débattait, il criait et quand, parfois, il ne faisait plus aucun bruit, il fallait deux neurones pour comprendre qu’il était en train d’être étouffé ! ». En colère, il s’indigne contre un « traitement inhumain », se plaint d’Air France et refuse de prendre cet avion. La même policière de l’escorte lui rétorque : « Eh bien pourquoi vous n’avez pas pris la compagnie de votre pays ? ». C’est la voix chargée d’émotions qu’Armand reprend son récit. « Ça fait mal, affirme-t-il. Est-ce qu’elle savait ce qu’était mon pays ? » Me Teffo, son avocat, souligne devant le tribunal que le dossier comporte également un rapport d’Air France dans lequel une cheffe de cabine dit avoir l’habitude de ce type de vols et conseille aux hôtesses de « ne pas se laisser impressionner par des Sénégalais qui ont la manie de parler fort. »


  • Gravement blessés, des manifestants appellent à un « acte XII » pour l’interdiction des grenades et flashballs
    https://www.bastamag.net/Gravements-blesses-des-manifestants-appellent-a-un-acte-XII-pour-l-interdi

    Ils ont perdu une main ou un pied à cause d’une grenade. D’autres ont perdu un œil, suite à un tir de LBD40. Ils garderont un handicap, des cicatrices ou des gênes à vie pour avoir simplement manifesté, en France. Ils se disent « mutilés pour l’exemple » et témoignent dans une vidéo commune. Antoine, Robin, Axelle, Antonio, Thomas... appellent à un Acte XII le 2 février pour demander l’interdiction des grenades et flashballs : « On doit réapprendre à vivre avec nos handicaps, avec tout ce que nos (...)

    #Témoignages

    / #Luttes_sociales, #Justice, #Atteintes_aux_libertés, A la une



  • Plus j’y pense et plus je me dis qu’il a en fait clairement déclaré : « Les gens dans la merde, on va les enfoncer encore plus. »

    Franchement, quel type de vision du monde et de l’humanité tu portes en toi pour arriver à revendiquer une idée aussi dégueulasse ?

    #guerre_aux_pauvres

    « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »

    Emmanuel Macron, mardi 15 janvier 2019, Gasny (Eure).

    • Guillaume Duval
      ‏ @gduval_altereco
      https://twitter.com/gduval_altereco/status/1085419676467904513

      1 Le pire c’est qu’Emmanuel Macron est probablement sincère dans sa détestation des pauvres
      Il développe en effet de façon quasi obsessionnelle un discours très benthamien : si les pauvres sont pauvres et le restent c’est parce qu’ils ne font pas assez d’effort pour s’en sortir notamment parce que les systèmes sociaux leur permettent de vivre sans faire ces efforts.
      Je ne crois pas que ce soit juste un discours tactique pour plaire à des classes populaires ou moyennes qui aiment souvent s’en prendre + pauvres qu’eux avec le sentiment d’avoir du mal à s’en sortir et qu’on leur pique pourtant trop de fric pour faire vivre des paresseux.
      Il est en réalité profondément sincère parce qu’il est persuadé - ou plutôt il a besoin de se persuader en permanence pour pouvoir se regarder dans une glace - que si lui-même a réussi si vite et est arrivé tout en haut de la hiérarchie de la société française...
      ce n’est pas du tout parce qu’il est un fils d’un professeur de médecine élevé dans une école privée des beaux quartiers d’Amiens qui a épousé l’héritière d’une des + grandes fortunes de la région mais bien parce qu’il est plus intelligent et travailleur que la moyenne.
      Et que si les autres étaient capables de faire autant d’efforts que lui pour bien apprendre leurs leçons à l’école et travailler 12 heures par jour ensuite, ils pourraient eux aussi devenir riches et prospères à défaut de devenir président de la République (faut pas déconner).
      Dans des sociétés où tous considèrent que les humains naissent libres et égaux en droit, il est insupportable pour les élites qui refusent de changer la donne sociale, d’admettre une autre explication au maintien de pauvreté que la paresse et l’absence de volonté de s’en sortir

    • Agiter l’épouvantail du pauvre qui ne travaille pas assez est une figure rodée. C’est la même rengaine que « travailler plus pour gagner plus » de Sarkozy ou le « Il va vous falloir serrer la ceinture » de Giscard, on connait bien. On connait tellement bien, que la #formule_magique s’est usée, ça ne prend plus.

      Aujourd’hui il y a cette dichotomie flagrante de ceux qui ont tout et les autres qui crèvent de ne pas joindre les deux bouts tout en étant insultés continuellement.

      Macron fait la démonstration qu’il est incapable de changer de recette, il n’a aucune créativité, il annone bêtement ces prédécesseurs en pantin répétiteur devenu dangereux.

      Si il ne se rend pas compte qu’il tricote la corde pour se pendre, ceux qui avalaient sans broncher ont cessé de se suicider pour faire la révolution, il ne sait rien de la détermination que donne le malheur.



  • Marsault, à la barre, en petit garçon tombé du Ring - Lignes de crêtes
    https://www.lignes-de-cretes.org/marsault-a-la-barre-en-petit-garcon-tombe-du-ring

    De dos, ils ressemblent à trois potes d’enfance qui ont fait une grosse connerie.
    Machinalement Marsault arrive et met d’emblée ses mains serrées derrière son dos, puis se force à laisser tomber les bras le long de son corps. Des trois prévenus, il est celui qui a réussi, qui fait l’admiration de ses deux amis, alors il se tient droit devant les juges. Il ne bouge pas, sauf quand sont énoncées les insultes et les menaces que son appel à lynchage a générées en août 2016 contre Megane Kamel. Là, il oscille d’un pied sur l’autre, systématiquement. Sinon, il reste immobile, BREUM tatoué à l’arrière de la tête, mais de face, on ne voit pas, on voit juste un grand mec, avec des petites lunettes.

    Qui sont ces hommes ? Le savent-ils eux-même ?

    Tous trois ont reconnu les faits.
    Marsault n’hésite pas à un évoquer un “lynchage”. Personne ne lui a demandé, il le dit de lui-même. Oui, il a initié un lynchage, mais initié seulement. Et puis il a hésité avant.

    Tout s’est passé très simplement. Marsault faisait des “dessins à l’humour graveleux”, c’est “son gagne-pain”. Un gagne-pain juteux, 80 000 euros en 2016. A ce moment-là, il est content, il a trouvé un éditeur, Ring. Bref tout va bien, sauf qu’existe “une partie de la population qui n’aime ni ses convictions, ni ses dessins”. Et dont certaines osent le dire et agir.

    C’est tout l’intérêt de ce procès, finalement. Détailler un processus étape par étape. Celui qui conduit de la frustration à la violence de masse. Marsault raconte ça avec une facilité déconcertante devant un tribunal. Comment un mec qui se sent frustré s’estime légitime à détruire la vie d’une femme. Lui avait 200 000 fans, c’est toute la différence.

    Une différence que ses “amis” ont très bien compris. Marsault n’a pas pris sa décision tout à fait seul. Sous un pseudonyme, il crache sa rage sur le mur Facebook d’un autre écrivain de Ring. Et c’est comme cela que se fait jour l’idée de lancer “la meute de hyènes” (sic) contre une seule femme.

    Seulement Marsault hésite. Pas pour le mal qu’il va faire, mais parce qu’il a un peu peur que cela se retourne contre lui et qu’on l’accuse de “lynchage”. Quelques heures avant le lancement de l’offensive, dans le petit monde des mâles alpha de Ring, tout le monde est donc parfaitement conscient de ce qui est en jeu. Une punition collective de très grande ampleur contre la femme qui symbolise à ce moment précis toutes celles qui osent l’ouvrir. Une punition collective publiquement infligée qui fera une leçon à toutes les autres. Bref que Marsault soit le fouet symbolique de Ring.

    Marsault n’hésitera pas très longtemps avant d’endosser ce rôle d’exécutant brillant de la ligne éditoriale de sa maison d’édition. Ce n’est pas très étonnant : a-t-il été recruté pour autre chose que cela ? Lui dont l’œuvre est avant tout la mise en scène répétitive et épurée d’un bonhomme énorme qui tabasse, tabasse et tabasse encore tout ce qui se met sur son chemin ?

    Il a ce talent-là, Marsault, résumer en croquis lapidaires d’une extrême brutalité ce qu’Obertone traduit en essais de dizaines de pages où il se met dans la tête du tueur raciste de masse Breivik. Ce que d’autres auteurs écrivent en centaines de pages de romans ayant pour héros des pervers divers d’une violence extrême et d’autres encore avec ce qu’ils appellent des “enquêtes” et qui ne sont que l’étalage d’une fascination morbide pour les actes de tueurs en série.

    Marsault et ses fans sont à la fois le fantasme et le passage à l’acte des penseurs de Ring. Les mecs normaux qui deviennent des miliciens à la violence sans limite. Par-delà le bien et le mal, la Force contre celles qui ne sont jamais que des inférieures sans humanité, contre lesquelles il convient de ne pas éprouver la moindre once d’empathie.

    Mais ce 7 décembre, dans la petite salle du tribunal, remplie de femmes qui n’ont nul besoin d’empathie et sont là pour soutenir le combat de celle qui a finalement résisté à l’entreprise de destruction totale, le fantasme a fait long feu. Reste un mec normal et ses deux acolytes.

    Après le procès, on a nous a demandé à quoi ressemblait Marsault, en vrai.
    A un mec plutôt modeste et presque sympathique, en fait. A ton petit frère qui a fait une grosse connerie. A ton pote qui a -encore- pété un câble et tapé sa meuf parce qu’il avait bu alors que d’habitude, vraiment, il est gentil. A ton autre pote dont jamais tu n’aurais imaginé que… Au petit gars bien talentueux qui s’en est sorti alors qu’il avait plein de problèmes dans la vie mais qui se laisse toujours rattraper par des crises de furie.

    Au mec qui ne se rend tellement pas compte, juste avant l’audience, de ce qu’il fait réellement en venant saluer d’un bonjour très souriant, une camarade contre laquelle il a, de nouveau, lancé sa meute deux mois avant. Avant de venir s’asseoir à côté d’elle, et “n’en fais pas toute une histoire, je te signale qu’il n’y a pas de place ailleurs.” Et qui parlera d’elle à la barre, en avouant contrit qu’il l’a encore fait, harceler une femme “mais pas de la même manière” et puis “c’était un CONFRERE”. Au mec qui te tient la porte quand tu sors fumer une clope après deux heures d’énoncé par les juges de sa violence sordide, parce que tu vois, il n’est pas si méchant, et même il est galant.

    Marsault ressemble à ce mec dépassé qu’on a envie de protéger, même en ayant été harcelées. Parce que nous sommes des femmes à qui la société a appris qu’on devait comprendre, pardonner et materner ces grands enfants un peu violents que sont les hommes, ces pauvres petits garçons qui tapent sans avoir conscience de leur force.

    Tout ce long après-midi, nous avons pu mesurer toute la difficulté du féminisme. Marsault est, objectivement, un dessinateur adulé par des dizaines de milliers de fans prêts à se mobiliser dès qu’il désigne une cible à harceler. Marsault est, objectivement, le fer de lance de Ring, une des maisons d’édition de l’extrême-droite la plus acceptée et la plus banalisée. Marsault, est, objectivement, un homme puissant.

    Mais Marsault, est aussi subjectivement, dans une société où la femme idéale se doit de rester à sa place, celle de l’empathie et de la compréhension et de la protection de l’homme fort contre lui-même, ce mec normal qui a dérapé. A qui, peut-être, quand même, on pourrait essayer de pardonner, encore une fois, puisqu’il a dit honnêtement qu’il assumait, qu’il regrettait, même, d’avoir fait ce que son propre père avait fait.

    Marsault était aussi, ce 7 décembre, l’homme contre qui on renonce à porter plainte, tellement et tellement de fois, parce qu’il a ce regard contrit du gars qui ne recommencera plus, promis.

    Peut-être qu’il ne recommencera plus. Parce que Megane Kamel a osé mettre un coup d’arrêt à sa toute puissance. Et seulement pour ça. Pour que les hommes ne tapent plus, il faut démonter le Ring.


  • NON, MERCI ! – Nous, les hommes, ne tenons pas du tout à nous voir reconnu un statut d’agresseur sexuel. | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/01/16/non-merci-nous-les-hommes-ne-tenons-pas-du-tout-a-nous-voir-reconnu-un-statut-dagresseur-sexuel/#more-37105

    Mesdames et Messieurs les membres du Conseil constitutionnel, vous allez examiner une Question prioritaire de constitutionnalité visant à abroger la pénalisation des clients-prostitueurs prévue par la loi du 13 avril 2016, c’est-à-dire à rendre de nouveau légal l’achat d’actes sexuels.

    Nous, les hommes, sommes l’immense majorité des clients de la prostitution. Avant la loi « visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées », nous jouissions librement et sans complexes du droit, contre paiement, de disposer sexuellement de personnes dites prostituées. C’est ce même droit que certains voudraient aujourd’hui graver dans le marbre constitutionnel au nom de curieux principes : est-ce à dire que nos éventuelles difficultés sociales ou relationnelles, nos fantasmes, nos pulsions prétendument irrépressibles, ou notre simple statut d’homme nous autoriseraient à louer un être humain, le plus souvent une femme, sans aucune considération pour elle et pour son propre désir ?

    Ce privilège archaïque nous permettant de contraindre une personne à un acte sexuel contre de l’argent, nous n’en voulons pas !

    Nous n’avons rien à gagner à cet acte qui fait de nous des agresseurs ne pouvant jouir qu’en dominant l’autre. Acheter un corps, très majoritairement celui de femmes en situation de précarité ou de détresse, souvent trompées par des proxénètes ou des trafiquants, nous enferme dans un rôle de prédateur.

    Un principe de précaution élémentaire nous impose de ne pas ajouter cette violence à toutes celles qu’elles ont, le plus souvent, déjà subies : machisme, maltraitances, agressions sexuelles…

    Pénaliser depuis 2016 des clients-prostitueurs a été un puissant symbole adressé à tous les hommes. Cela nous a obligés à réfléchir à notre rapport avec les femmes, à notre sexualité.

    Voulons-nous continuer à contraindre et à violenter des femmes ? À ignorer la situation sociale, économique, culturelle qui les condamne à la prostitution, et donc les inégalités dont elles sont victimes, en France et dans le monde ?

    A l’heure où, dans le monde entier, elles sont enfin des millions à dénoncer le harcèlement sexiste et sexuel qu’elles subissent, n’y a-t-il pas d’autre urgence que celle d’inscrire dans nos principes fondamentaux un « droit de harceler » tristement négocié avec un billet ?

    Nous ne voulons plus de ce système patriarcal, inégalitaire et porteur de toutes les violences : verbales, physiques, sexuelles, psychologiques.

    En nous interdisant d’acheter le corps d’autrui, le législateur a posé comme principe que les femmes ne sont pas prédestinées à servir d’exutoires ou d’objets de défoulement aux hommes,lesquels ne sont pas davantage prédestinés à se comporter en prédateurs sexuels. C’est plutôt ce principe-là que nous voulons voir confirmé par la loi.

    Nous affirmons que les femmes sont nos égales en tous points, et qu’il ne peut y avoir d’égalité tant que des hommes pourront, en payant des femmes, leur enlever le droit de dire non, droit si chèrement acquis et aujourd’hui si unanimement célébré.

    Nous affirmons que la liberté sexuelle n’est pas à sens unique : elle ne peut se construire que dans une relation égalitaire, sur la base d’un désir réciproque. Nous voulons vivre dans une société où les infinies possibilités de la sexualité humaine s’expérimentent entre personnes libres et désirantes.

    Mesdames et Messieurs les membres du Conseil constitutionnel, ne sanctuarisez pas le statut d’agresseur sexuel ! En cette période de grands changements dans la société, offrez-nous la possibilité de changer avec elle, affirmez le principe d’égalité femmes-hommes !

    Cordialement,

    Les responsables de Zéromacho

    Il y a sûrement dans votre entourage des hommes prêts à dire publiquement NON à la prostitution et OUI à l’égalité femmes-hommes. Prière de leur proposer de signer le manifeste sur le site zeromacho.org ! L’union fait la force !


  • Des enfants emprisonnés à vie | Métro

    http://journalmetro.com/opinions/trajectoires/2048810/des-enfants-emprisonnes-a-vie

    Bravo à Andréane pour l’article.

    Cyntoia Brown avait 16 ans lorsque, en 2004, sans domicile ni argent, elle a été forcée à la prostitution par un proxénète surnommé Kut-Throat. Le soir du 5 août 2004, craignant pour sa vie, elle tire sur Johnny Allen, un homme de 43 ans à qui elle avait été vendue. Deux ans plus tard, sa sentence tombe : coupable de meurtre au premier degré et de vol. Elle devra purger une peine à vie, avec libération conditionnelle possible après 51 ans.

    La réalisation d’un documentaire sur Brown par PBS (2011), l’intérêt de certains législateurs et la médiatisation du cas ont permis une modification de la loi du Tennessee afin d’éviter qu’une personne de moins de 18 ans puisse être reconnue coupable de prostitution. Et pourtant, malgré ce changement législatif, la Cour suprême de l’État a jugé, en décembre 2018, que Brown devait servir 51 ans de prison avant d’être éligible à une libération conditionnelle.