• Pat Peka sur Twitter : « Heureusement que cela est dit par une syndicaliste, sinon on serait taxé de complotiste #Lallement #GiletsJaunes #GGRMC #hdpros #LCI #CNews #BFMTV #BlackBlocs #ViolencesPolicieres #FDO Poulin2012 @tropical_boy @J_Rodrigues_Off @davduf @Qofficiel @SudRadio @C_Barbier @jmaphatie https://t.co/lHj0JWlBat » / Twitter
    https://twitter.com/Pekapat/status/1196487146196144128

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1196486994861469701/pu/vid/478x270/IWBPbK_g8qvIMaQJ.mp4?tag=10

  • ’Endless trip to hell’: Israel jails hundreds of Palestinian boys a year. These are their testimonies - Israel News - Haaretz.com

    They’re seized in the dead of night, blindfolded and cuffed, abused and manipulated to confess to crimes they didn’t commit. Every year Israel arrests almost 1,000 Palestinian youngsters, some of them not yet 13
    By Netta Ahituv Mar 16, 2019

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-israel-jails-hundreds-of-palestinian-boys-a-year-1.702197

    It was a gloomy, typically chilly late-February afternoon in the West Bank village of Beit Ummar, between Bethlehem and Hebron. The weather didn’t deter the children of the Abu-Ayyash family from playing and frolicking outside. One of them, in a Spiderman costume, acted the part by jumping lithely from place to place. Suddenly they noticed a group of Israeli soldiers trudging along the dirt trail across the way. Instantly their expressions turned from joy to dread, and they rushed into the house. It’s not the first time they reacted like that, says their father. In fact, it’s become a pattern ever since 10-year-old Omar was arrested by troops this past December.

    The 10-year-old is one of many hundreds of Palestinian children whom Israel arrests every year: The estimates range between 800 and 1,000. Some are under the age of 15; some are even preteens. A mapping of the locales where these detentions take place reveals a certain pattern: The closer a Palestinian village is to a settlement, the more likely it is that the minors residing there will find themselves in Israeli custody. For example, in the town of Azzun, west of the Karnei Shomron settlement, there’s hardly a household that hasn’t experienced an arrest. Residents say that in the past five years, more than 150 pupils from the town’s only high school have been arrested.

    At any given moment, there are about 270 Palestinian teens in Israeli prisons. The most widespread reason for their arrest – throwing stones – does not tell the full story. Conversations with many of the youths, as well as with lawyers and human rights activists, including those from the B’Tselem human-rights organization, reveal a certain pattern, even as they leave many questions open: For example, why does the occupation require that arrests be violent and why is it necessary to threaten young people.

    A number of Israelis, whose sensibilities are offended by the arrests of Palestinian children, have decided to mobilize and fight the phenomenon. Within the framework of an organization called Parents Against Child Detention, its approximately 100 members are active in the social networks and hold public events “in order to heighten awareness about the scale of the phenomenon and the violation of the rights of Palestinian minors, and in order to create a pressure group that will work for its cessation,” as they explain. Their target audience is other parents, whom they hope will respond with empathy to the stories of these children.
    Haaretz Weekly, Episode 19Haaretz

    In general, there seems to be no lack of criticism of the phenomenon. In addition to B’Tselem, which monitors the subject on a regular basis, there’s been a protest from overseas, too. In 2013, UNICEF, the United Nations agency for children, assailed “the ill treatment of children who come in contact with the military detention system, [which] appears to be widespread, systematic and institutionalized.” A report a year earlier from British legal experts concluded that the conditions the Palestinian children are subjected to amount to torture, and just five months ago the Parliamentary Assembly of the Council of Europe deplored Israel’s policy of arresting underage children, declaring, “An end must be put to all forms of physical or psychological abuse of children during arrest, transit and waiting periods, and during interrogations.”

  • The Story Behind the Iran Cables
    https://theintercept.com/2019/11/18/iran-cables

    The source said they wanted to “let the world know what Iran is doing in my country Iraq.” They sent The Intercept 700 pages of secret intelligence reports from Iran’s Ministry of Intelligence and Security, or MOIS, but never revealed their own identity. This kind of leak is unprecedented for Iran, a country with a highly secretive government and spy agencies that guard their confidential information zealously. In the months after we received the intelligence reports, which are written in a (...)

    #hacking #Islam #lutte

  • Secret US Intelligence Files Provide History’s Verdict on Argentina’s Dirty War.
    https://www.thenation.com/article/argentina-dirty-wars

    This past spring, nearly 42 years after Hidalgo Solá’s disappearance, the Trump administration declassified some 47,000 pages of secret US intelligence files on the “Dirty War” that Argentina’s military government waged against its own people. More than 7,000 CIA, FBI, Pentagon, and National Security Council (NSC) records—now posted on a specially created US government website at the Office of the Director of National Intelligence—shed considerable light on the state of terror that existed in Argentina from 1976 to 1983, when the military held power. The detailed documents provide extensive new evidence on the infrastructure of repression, Argentina’s role in the international terrorism campaign known as Operation Condor, and most important, the fate of hundreds of desaparecidos who were kidnapped, tortured, and murdered—among them Hidalgo Solá.

    “Suspicion will fall on military hardliners who were upset last year when Hidalgo Solá received at his embassy a labor leader ousted after the March 24, 1976 coup,” states one secret intelligence assessment filed just eight days after the ambassador disappeared. FBI sources believed he had been eliminated because the military suspected him of providing passports to exiled opponents of the regime in Venezuela, according to another report. “Hidalgo Solá was kidnapped and assassinated by a special group which has worked for the State Intelligence Secretariat (SIDE),” asserts a secret CIA intelligence cable, which identified the agents responsible and provided an address for the secret torture center where he was allegedly held.

    Recently declassified documents constitute a gruesome and sadistic catalog of state terrorism.

  • The Xinjiang Papers. Absolutely no mercy.
    https://www.nytimes.com/interactive/2019/11/16/world/asia/china-xinjiang-documents.html

    Even as the government presented its efforts in Xinjiang to the public as benevolent and unexceptional, it discussed and organized a ruthless and extraordinary campaign in these internal communications. Senior party leaders are recorded ordering drastic and urgent action against extremist violence, including the mass detentions, and discussing the consequences with cool detachment.

    Children saw their parents taken away, students wondered who would pay their tuition and crops could not be planted or harvested for lack of manpower, the reports noted. Yet officials were directed to tell people who complained to be grateful for the Communist Party’s help and stay quiet.

    The leaked papers offer a striking picture of how the hidden machinery of the Chinese state carried out the country’s most far-reaching internment campaign since the Mao era. The key disclosures in the documents include:

  • Notre-Dame-de-Paris : Dieu y était déjà mort.
    https://larotative.info/notre-dame-de-paris-dieu-y-etait-3249.html

    À 11h10, le matin du 9 avril 1950, quatre jeunes gens — dont l’un déguisé de la tête aux pieds en moine dominicain — entraient dans Notre-Dame de Paris. La grand-messe de Pâques battait son plein, dix mille personnes venues du monde entier se pressaient dans la cathédrale.
    Michel Mourre, vingt-deux ans — profita d’une pause après le credo pour monter en chaire.
    ...
    Allez dans le désert tragique et exaltant d’une terre où Dieu est mort
    et brassez à nouveau cette terre de vos mains nues,
    de vos mains d’orgueil,
    de vos mains sans prière.
    Aujourd’hui, jour de Pâques en l’Année sainte,
    Ici, dans l’insigne Basilique de Notre-Dame de France,
    nous clamons la mort du Christ-Dieu pour qu’enfin vive l’Homme.

    les gardes suisses se ruèrent vers les conspirateurs et tentèrent de les tuer.

    Cinq ans plus tard, d’autres membres du même groupe proposaient un Projet d’embellissements rationnels de la ville de Paris. Voilà bien quelques suggestions pour l’avenir de Notre-Dame et de ses cendres :

    • Nina Hagen - Auf m Friedhof (1978)
      https://www.youtube.com/watch?v=mz91Z2aRJfs

      Der Teufel kommt, er hilft uns aus, und sagt uns:
      Gott ist tot
      The Lord ist fort

      paroles

      [strophe 1]
      Kleiner Vampi!
      Auf unser’m Friedhof liegen wir zwei in der Stille
      In der Stille
      Da gibt’s kein [Fromms?] und keine Pille, in der Stille

      [strophe 2]
      Und wir beißen
      In weiße Hälse bis sie bluten, bis sie bluten
      Und wir saufen
      Die Kandidaten über’n Haufen, über’n Haufen

      [Bridge]
      Blut Blut Blut
      Blut tut gut
      Tod Tod Tod
      Tod tut Not

      „Ich will nicht sterben“

      Peace Peace Peace
      Peace im Verließ

      „Jesus? ... Hier ist Nina!“

      [strophe 3]
      Kleiner Vampi!
      Auf unser’m Friedhof sind wir happy, sind wir happy
      Mein Gerippe
      Ist ja so sexy wenn ich strippe, mein Gerippe

      Der Teufel kommt, er hilft uns aus, und sagt uns:
      „Gott ist tot
      The Lord ist fort
      Gott ist tot
      The Lord ist fort

      Gott ist tot
      The Lord ist fort
      Gott ist tot
      The Lord ist fort“

      Jawoll

      [Outro]
      Gott ist tot!

      #lol

  • Leur #cité va craquer

    Si vous allez à #Air_Bel, on vous racontera l’#eau_contaminée, l’#habitat plus qu’indigne, les bailleurs sociaux qui camouflent les problèmes et la mairie qui s’en fout. 6 900 habitants, 1 200 #logements_sociaux, une #pauvreté structurelle mais une furieuse envie de prendre les choses en main. Reportage dans les quartiers Est de #Marseille.


    http://cqfd-journal.org/Leur-cite-va-craquer
    #France

  • The Iran Cables

    The message of these documents is the U.S. invasion of Iraq was a historic mistake, a strategic blunder of massive proportions. We invaded and Iran won the war.

    https://theintercept.com/series/iran-cables
    https://www.youtube.com/watch?v=mHACqBL_A1U

    In an unprecedented leak from one of the world’s most secretive regimes, an anonymous source provided 700 pages of Iranian intelligence reports to The Intercept, saying they wanted to “let the world know what Iran is doing in my country Iraq.”

  • War crimes scandal: Army ‘covered up torture and child murder’ in the Middle East | News | The Sunday Times
    https://www.thetimes.co.uk/article/army-covered-up-torture-and-child-murder-bfdc5rsmw

    Military detectives unearthed disturbing allegations that senior commanders had tried to hide war crimes by British troops in Afghanistan and Iraq, a year-long investigation by The Sunday Times and the BBC Panorama programme has established.

    Evidence had been found of murders by an SAS soldier and deaths in custody, beatings, torture and degrading sexual abuse of detainees by members of the Black Watch. The military detectives also discovered allegations of the falsification of documents serious enough to merit prosecutions of senior officers.

    #crimes #guerre #irak #afghanistan #grande_bretagne #royaume_uni

  • Mapping criminals and their support system. A challenge: you cannot point out alledged criminals before they are convicted (which seldom happens)

    Mafia in Deutschland
    https://correctiv.org/recherchen/mafia/netzwerk

    Entdecken Sie mit uns das Netzwerk der Mafia in Deutschland.

    Rot gezeichnet sind die bekannten Mitglieder der Mafia.
    Grau gezeichnet sind ihre Verbindungsleute und bekannten Geschäftspartner.

    Unternehmen, die in Händen der Mafia sind, tragen ein Symbol: Restaurants, Bars, Baubetriebe und Werkstätten. Wir kennen die vollständigen Namen und Adressen – dürfen sie aber aufgrund des in Deutschland geltenden Presserechtes nicht nennen. Die Konzentrationen der wichtigsten Clane haben wir farblich hervorgehoben.

    Über uns
    Recherchen für die Gesellschaft

    CORRECTIV ist das erste gemeinnützige Recherchezentrum im deutschsprachigen Raum. Wir machen Journalismus für die Gesellschaft und mit der Gesellschaft.

  • Do Androids Dream Of Electronic Beats? How <em>Blade Runner</em> impacted electronic music
    https://www.factmag.com/2017/10/04/blade-runner-documentary
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=oItdeX63B7U

    As important as the film’s plot, however, was its mood – an intense, opulent paranoia that pervades every corner of the dark, neon-lit Los Angeles seen onscreen. Vangelis’ music was key to this atmosphere of beauty and dread.

    Since its inception, science fiction cinema had experimented with electronic instruments to help build the impression of eerie alien planets and futuristic vistas. 1951’s The Day The Earth Stood Still saw composer Bernard Hermann use theramin to give an otherworldly feel to its tale of a visitor from outer space. 1956’s Forbidden Planet meanwhile, was the first ever film set entirely in space, and used a score entirely made up of electronic sounds. By 1981, composer Wendy Carlos was using electronic synths to add a futuristic edge to Stanley Kubrick’s controversial classic, A Clockwork Orange.

  • J’accuse Roman Polanski (et les réactions face à l’affaire) | Slate.fr
    https://www.slate.fr/story/184194/roman-polanski-j-accuse-affaire-agression-sexuelles-culture-viol

    Ah oui, mais les gens, ils ne savent pas ça, ils ne sont pas au courant de ces détails. Bah non. Pour une raison toute simple : ça ne les intéresse pas. Ils ne veulent pas les connaître, ces détails. La vérité, c’est qu’ils veulent pouvoir aller voir un bon film tranquillou. Alors franchement, les violences sexuelles versus un bon film… Bah, c’est le bon film qui l’emporte. Et ça, ça veut dire qu’ils s’en foutent des viols perpétrés à l’encontre des jeunes filles.

    Dans le fond, je suis convaincue qu’ils s’en foutent même de la présomption d’innocence. Elle ne leur sert que de parapluie. Ils ont envie de voir ce très bon film qui a des très bonnes critiques. Pourquoi donc ils se priveraient de deux heures et douze minutes de plaisir cinématographique ? Tout le reste, ça ne les concerne pas.

    Il faut se regarder en face deux secondes et admettre la vérité : on s’en fout des viols. Enfin… ça devient très grave –à condition qu’il s’agisse d’un réalisateur moyen. En matière de pédocriminalité, on n’a pas le droit à la médiocrité. Faut pas déconner, ça se mérite le droit de violer. Mais un grand réalisateur, bah il a le droit. C’est tout. Le plaisir qu’on va tirer à regarder un film se situe bien au-dessus de nos soi-disant valeurs absolues selon lesquelles le viol, notamment sur mineure, c’est très mal.

  • Immolation d’un étudiant : la stratégie du choc. Et les sinistres connards qui en sont responsables.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2019/11/choc-universite-immolation.html
    https://seenthis.net/messages/810911#message810999

    Plus rien ne semble collectivement possible si nous sommes collectivement incapables d’autre chose que de temporaires indignations quand un étudiant s’immole par le feu pour dénoncer la précarité étudiante alors qu’un gouvernement d’immondes connards a baissé les APL, a accru la sélection et la misère étudiante, et ne semble capable que de s’indigner qu’un portail du Ministère ait été maltraité.

    C’est cela la stratégie du choc. Coup après coup. Fabriquer l’aliénation, le renoncement, la résignation. Mais cette bande d’immenses et d’immondes connards (et connasses) ont gagné. Il n’y aura rien après l’immolation par le feu d’un étudiant de 22 ans en France au 21ème siècle. Rien. Une vague mesurette. Un vague discours. De vagues promesses. Et peut-être même pas. Peut-être même rien de tout cela. Et tout continuera. La précarité étudiante continuera d’augmenter. Les universités continueront de se délabrer. On se pignolera entre dominés pour voir qui a la plus grosse capacité de concurrencer les autres. « C’est moi qui ai le plus gros Idex », « c’est moi qui suis une université d’excellence ». Et devant les grilles du CROUS, devant les grilles de l’université, devant nos amphis, devant nous, juste devant nous tous, un étudiant s’immolera par le feu. Et nous aurons perdu car nous aurons construit ce monde sur notre résignation commode, sur nos ambitions imbéciles et sur nos renoncements collectifs. Nous n’avons plus aucune excuse. Plus aucune. Même plus celle d’en permanence nous en chercher.

    • Clément Viktorovitch pointe l’indécence à refuser de voir la motivation politique de cette immolation.
      https://www.youtube.com/watch?v=d_h9Ya70W3Y

      article de France Info qui rappelle quelques chiffres et quelques réalités sur le précarité, la pauvreté et la détresse étudiante : https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/precarite-etudiante-de-quoi-parle-t-on_3699589.html

      1 étudiant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. En France. Au 21ème siècle. Dans « l’économie de la connaissance » et dans toutes nos universités « d’excellence ».
      1 étudiant sur 2 n’a pas assez d’argent pour couvrir ses besoins. En France. Au 21ème siècle. Dans « l’économie de la connaissance » et dans toutes nos universités « d’excellence ».
      1 étudiant sur 2 travaille et dans 13% des cas cette activité (mal) rémunérée est « concurrente des études ». En France. Au 21ème siècle. Dans « l’économie de la connaissance » et dans toutes nos universités « d’excellence ».
      Plus d’1 étudiant sur 10 renonce à voir un médecin pour des raisons financières. En France. Au 21ème siècle. Dans « l’économie de la connaissance » et dans toutes nos universités « d’excellence ».

  • Winter is Coming: Castle Black, the Syrian Withdrawal, and the Battle of the Bases | Warscapes
    http://www.warscapes.com/blog/winter-coming-castle-black-syrian-withdrawal-and-battle-bases

    They called it Castle Black, an obvious homage to the famed frozen citadel from the HBO series Game of Thrones. In the fantasy world of GoT, it’s the stronghold of the Night’s Watch, the French Foreign Legion-esque guardians of the northern border of the Seven Kingdoms.

    This Castle Black, however, was all too real and occupied by U.S. Special Operations forces, America’s most elite troops. In its location, at least, it was nearly as remote as its namesake, even if in far warmer climes — not on the northern fringe of Westeros but at the far edge of eastern Syria.

    Today, the real Castle Black and most of the archipelago of U.S. outposts only recently arrayed across the Syrian frontier are emptying out, sit abandoned, or are occupied by Russian and Syrian troops. At least one — located at the Lafarge Cement Factory — lies in partial ruins after two U.S. Air Force F-15 jets conducted an airstrike on it. The purpose, according to Colonel Myles Caggins, a spokesman for Combined Joint Task Force-Operation Inherent Resolve (CJTF-OIR), the U.S.-led military coalition fighting ISIS, was to “destroy an ammunition cache, and reduce the facility’s military usefulness."

    “Only yesterday they were here and now we are here,” a Russian journalist announced after taking selfies at the abandoned base at Manbij where U.S. forces had served since 2015 alongside allied Syrian Democratic Forces (SDF), a coalition of mainly Kurdish and Arab fighters. “It appears as though the U.S. servicemen fled in their armored vehicles,” said another reporter with RT’s Arabic service, as she walked in front of American tents and equipment at the hastily abandoned outpost. Photographs show that when U.S. troops bugged out, they also left behind other standard stuff from American bases abroad: “crude dick drawings,” a football, fridges stocked with Coca-Cola, an open package of animal crackers, a can of Pringles, and a paperback copy of The Girl With The Dragon Tattoo.

  • Le #Bangladesh veut-il noyer ses #réfugiés_rohingyas ?

    Confronté à la présence sur son territoire d’un million de réfugiés musulmans chassés de Birmanie par les crimes massifs de l’armée et des milices bouddhistes, Dacca envisage d’en transférer 100 000 sur une île prison, dans le golfe du Bengale, menacée d’inondation par la mousson. Ce projet vient relancer les interrogations sur le rôle controversé de l’Organisation des Nations unies en #Birmanie.
    Dans les semaines qui viennent, le gouvernement du Bangladesh pourrait transférer plusieurs milliers de réfugiés rohingyas, chassés de Birmanie entre 2012 et 2017, dans une #île du #golfe_du_Bengale menacée de submersion et tenue pour « inhabitable » par les ONG locales. Préparé depuis des mois par le ministère de la gestion des catastrophes et des secours et par la Commission d’aide et de rapatriement des réfugiés, ce #transfert, qui devrait dans un premier temps concerner 350 familles – soit près de 1 500 personnes – puis s’étendre à 7 000 personnes, devrait par la suite être imposé à près de 100 000 réfugiés.

    Selon les agences des Nations unies – Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) et Organisation internationale pour les migrations (OIM) –, plus de 950 000 s’entassent aujourd’hui au Bangladesh dans plusieurs camps de la région de #Cox’s_Bazar, près de la frontière birmane. Près de 710 000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie, ostracisée par le gouvernement de #Naypidaw, sont arrivés depuis août 2017, victimes du #nettoyage_ethnique déclenché par l’armée avec l’appui des milices villageoises bouddhistes.

    Les #baraquements sur #pilotis déjà construits par le gouvernement bangladais sur l’#île de #Bhasan_Char, à une heure de bateau de la terre ferme la plus proche, dans le #delta_du_Meghna, sont destinés à héberger plus de 92 000 personnes. En principe, les réfugiés désignés pour ce premier transfert doivent être volontaires.

    C’est en tout cas ce que les autorités du Bangladesh ont indiqué aux agences des Nations unies en charge des réfugiés rohingyas. Mais l’ONG régionale Fortify Rights, qui a interrogé, dans trois camps de réfugiés différents, quatorze personnes dont les noms figurent sur la liste des premiers transférables, a constaté qu’en réalité, aucune d’entre elles n’avait été consultée.

    « Dans notre camp, a déclaré aux enquêteurs de Fortify Rights l’un des délégués non élus des réfugiés chargé des relations avec l’administration locale, aucune famille n’accepte d’être transférée dans cette île. Les gens ont peur d’aller vivre là-bas. Ils disent que c’est une île flottante. » « Île qui flotte », c’est d’ailleurs ce que signifie Bhasan Char dans la langue locale.

    Les réfractaires n’ont pas tort. Apparue seulement depuis une vingtaine d’années, cette île, constituée d’alluvions du #Meghna, qui réunit les eaux du Gange et du Brahmapoutre, émerge à peine des eaux. Partiellement couverte de forêt, elle est restée inhabitée depuis son apparition en raison de sa vulnérabilité à la mousson et aux cyclones, fréquents dans cette région de la mi-avril à début novembre. Cyclones d’autant plus redoutés et destructeurs que l’altitude moyenne du Bangladesh ne dépasse pas 12 mètres. Selon les travaux des hydrologues locaux, la moitié du pays serait d’ailleurs submergée si le niveau des eaux montait seulement d’un mètre.

    « Ce projet est inhumain, a confié aux journalistes du Bangla Tribune, un officier de la marine du Bangladesh stationné dans l’île, dont l’accès est interdit par l’armée. Même la marée haute submerge aujourd’hui une partie de l’île. En novembre1970, le cyclone Bhola n’a fait aucun survivant sur l’île voisine de Nijhum Dwip. Et Bhasan Char est encore plus bas sur l’eau que Nijhum Dwip. » « Un grand nombre de questions demeurent sans réponses, observait, après une visite sur place en janvier dernier, la psychologue coréenne Yanghee Lee, rapporteure spéciale de l’ONU pour la situation des droits de l’homme en Birmanie. Mais la question principale demeure de savoir si cette île est véritablement habitable. »

    « Chaque année, pendant la mousson, ont confié aux enquêteurs de Human Rights Watch les habitants de l’île voisine de Hatiya, une partie de Bhasan Char est érodée par l’eau. Nous n’osons même pas y mettre les pieds. Comment des milliers de Rohingyas pourraient-ils y vivre ? » Par ailleurs, la navigation dans les parages de l’île est jugée si dangereuse, par temps incertain, que les pêcheurs du delta hésitent à s’y aventurer. Les reporters d’un journal local ont dû attendre six jours avant que la météo devienne favorable et qu’un volontaire accepte de les embarquer.

    À toutes ces objections des ONG, d’une partie de la presse locale et de plusieurs agences des Nations unies, le gouvernement bangladais répond que rien n’a été négligé. Une digue, haute de près de trois mètres et longue de 13 km, a été érigée autour de l’enclave de 6,7 km² affectée à l’hébergement des Rohingyas. Chacune des 120 unités de logement du complexe comprend douze bâtiments sur pilotis, une mare et un abri en béton destiné à héberger 23 familles en cas de cyclone et à recevoir les réserves de produits alimentaires. Conçus, selon les architectes, pour résister à des vents de 260 km/h, les abris pourront aussi être utilisés comme salles de classe, centres communautaires et dispensaires.

    Construit en parpaings, chaque bâtiment d’habitation contient, sous un toit de tôle métallique, seize chambres de 3,5 m sur 4 m, huit W.-C., deux douches et deux cuisines collectives. Destinées à héberger des familles de quatre personnes, les chambres s’ouvrent sur une coursive par une porte et une fenêtre à barreaux. Un réseau de collecte de l’eau de pluie, des panneaux solaires et des générateurs de biogaz sont également prévus. Des postes de police assureront la sécurité et 120 caméras de surveillance seront installées par la marine.

    Compte tenu des conditions de navigation très difficiles dans l’estuaire de la Meghna et du statut militarisé de l’île, la liberté de mouvement des réfugiés comme leur aptitude à assurer leur subsistance seront réduites à néant. « Bhasan Char sera l’équivalent d’une prison », estimait en mars dernier Brad Adams, directeur pour l’Asie de Human Rights Watch.
    Aung San Suu Kyi n’a pas soulevé un sourcil

    Aucun hôpital n’est prévu sur l’île. En cas d’urgence, les malades ou les blessés devront être transférés vers l’hôpital de l’île de Hatiya, à une heure de bateau lorsque le temps le permet. Faute de production locale, la quasi-totalité de l’alimentation devra être acheminée depuis le continent. La densité de population de ce complexe dont les blocs, disposés sur un plan orthogonal, sont séparés par d’étroites allées rectilignes, dépassera, lorsqu’il sera totalement occupé, 65 000 habitants au kilomètre carré, soit six fois celle du cœur de New York.

    On le voit, ce « paradis pour les Rohingyas », selon le principal architecte du projet, Ahmed Mukta, qui partage son activité entre Dacca et Londres, tient davantage du cauchemar concentrationnaire submersible que du tremplin vers une nouvelle vie pour les réfugiés birmans du Bangladesh. Ce n’est pourtant pas faute de temps et de réflexion sur la nature et la gestion du complexe. L’idée de transférer les réfugiés birmans sur Bhasan Char circulait depuis 2015 parmi les responsables birmans. À ce moment, leur nombre ne dépassait pas 250 000.

    Alimentés depuis 1990 par un chapelet de flambées de haine anti-musulmanes que le pouvoir birman tolérait quand il ne les allumait pas lui-même, plusieurs camps s’étaient créés dans la région de Cox’s Bazar pour accueillir les réfugiés chassés par la terreur ou contraints à l’exil par leur statut spécial. Musulmans dans un pays en écrasante majorité bouddhiste, les Rohingyas se sentent depuis toujours, selon l’ONU, « privés de leurs droits politiques, marginalisés économiquement et discriminés au motif de leur origine ethnique ».

    Le projet s’était apparemment endormi au fond d’un tiroir lorsqu’en août 2017, après la véritable campagne de nettoyage ethnique déclenchée par Tatmadaw (l’armée birmane) et ses milices, près de 740 000 Rohingyas ont fui précipitamment l’État de Rakhine, (autrefois appelé Arakan) où ils vivaient pour se réfugier de l’autre côté de la frontière, au Bangladesh, auprès de leurs frères, exilés parfois depuis plus de vingt-cinq ans. En quelques jours, le nombre de Rohingyas dans le district de Cox’s Bazar a atteint un million de personnes et le camp de réfugiés de Kutupalong est devenu le plus peuplé de la planète.

    Nourrie par divers trafics, par le prosélytisme des émissaires islamistes, par la présence de gangs criminels et par l’activisme des agents de l’Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA) à la recherche de recrues pour combattre l’armée birmane, une insécurité, rapidement jugée incontrôlable par les autorités locales, s’est installée dans la région. Insécurité qui a contribué à aggraver les tensions entre les réfugiés et la population locale qui reproche aux Rohingyas de voler les petits boulots – employés de restaurant, livreurs, conducteurs de pousse-pousse – en soudoyant les policiers et en acceptant des salaires inférieurs, alors qu’ils ne sont officiellement pas autorisés à travailler.

    Cette situation est d’autant plus inacceptable pour le gouvernement de Dacca que Cox’s Bazar et sa plage de 120 km constituent l’une des rares attractions touristiques du pays.

    Pour mettre un terme à ce chaos, le gouvernement de Dacca a d’abord compté sur une campagne de retours volontaires et ordonnés des Rohingyas en Birmanie. Il y a un an, 2 200 d’entre eux avaient ainsi été placés sur une liste de rapatriement. Tentative vaine : faute d’obtenir des garanties de sécurité et de liberté du gouvernement birman, aucun réfugié n’a accepté de rentrer. Le même refus a été opposé aux autorités en août dernier lorsqu’une deuxième liste de 3 500 réfugiés a été proposée. Selon les chiffres fournis par le gouvernement birman lui-même, 31 réfugiés seulement sont rentrés du Bangladesh entre mai 2018 et mai 2019.

    Les conditions, le plus souvent atroces, dans lesquelles les Rohingyas ont été contraints de fuir en août 2017 et ce qu’ils soupçonnent de ce qui les attendrait au retour expliquent largement ces refus. Selon le rapport de la Mission d’établissement des faits de l’ONU remis au Conseil des droits de l’homme le 8 août 2019 [on peut le lire ici], les Rohingyas ont été victimes, un an plus tôt, de multiples « crimes de droit international, y compris des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre ».

    Selon ce document, « la responsabilité de l’État [birman – ndlr] est engagée au regard de l’interdiction des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité, ainsi que d’autres violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire ».

    Le rapport précise que « la mission a établi une liste confidentielle de personnes soupçonnées d’avoir participé à des crimes de droit international, y compris des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre, dans les États de Rakhine, kachin et shan depuis 2011. Cette liste […] contient plus d’une centaine de noms, parmi lesquels ceux de membres et de commandants de la Tatmadaw, de la police, de la police des frontières et des autres forces de sécurité, y compris de fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, ainsi que les noms de représentants des autorités civiles, au niveau des districts, des États et du pays, de personnes privées et de membres de groupes armés non étatiques. […] La liste mentionne aussi un grand nombre d’entités avec lesquelles les auteurs présumés de violations étaient liés, notamment certaines unités des forces de sécurité, des groupes armés non étatiques et des entreprises ».

    On comprend dans ces conditions que, rien n’ayant changé depuis cet été sanglant en Birmanie où Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, n’a pas levé un sourcil devant ces crimes, les Rohingyas préfèrent l’incertain chaos de leur statut de réfugiés à la certitude d’un retour à la terreur. Et refusent le rapatriement. Ce qui a conduit, début 2018, la première ministre bangladaise Sheikh Hasina à sortir de son tiroir le projet de transfert, en sommeil depuis 2015, pour le mettre en œuvre « en priorité ».

    Près de 300 millions de dollars ont été investis par Dacca dans ce projet, destiné dans un premier temps à réduire la population des camps où la situation est la plus tendue. Selon le représentant du gouvernement à Cox’s Bazar, Kamal Hossain, les opérations de transfert pourraient commencer « fin novembre ou début décembre ».

    Au cours d’une récente réunion à Dacca entre des représentants du ministère des affaires étrangères du Bangladesh et des responsables des Nations unies, les officiels bangladais auraient « conseillé » à leurs interlocuteurs d’inclure Bhasan Char dans le plan de financement de l’ONU pour 2020, sans quoi le gouvernement de Dacca pourrait ne pas approuver ce plan. Les responsables des Nations unies à Dacca ont refusé de confirmer ou démentir, mais plusieurs d’entre eux, s’exprimant officieusement, ont indiqué qu’ils étaient soumis « à une forte pression pour endosser le projet de Bhasan Char ».

    Interrogé sur la possibilité d’organiser le transfert des réfugiés sans l’aval des Nations unies, le ministre bangladais des affaires étrangères Abul Kalam Abdul Momen a répondu : « Oui, c’est possible, nous pouvons le faire. » La première ministre, de son côté, a été plus prudente. En octobre, elle se contentait de répéter que son administration ne prendrait sa décision qu’après avoir consulté les Nations unies et les autres partenaires internationaux du Bangladesh.

    L’un de ces partenaires, dont l’aide en matière d’assistance humanitaire est précieuse pour Dacca, vient de donner son avis. Lors d’une intervention fin octobre à la Chambre des représentants, Alice G. Wells, secrétaire adjointe du bureau de l’Asie du Sud et du Centre au Département d’État, a demandé au gouvernement du Bangladesh d’ajourner tout transfert de réfugiés vers Bhasan Char jusqu’à ce qu’un groupe d’experts indépendants détermine si c’est un lieu approprié. Washington ayant versé depuis août 2017 669 millions de dollars d’aide à Dacca, on peut imaginer que cette suggestion sera entendue.
    Les « défaillances systémiques » de l’ONU

    Les Nations unies sont pour l’instant discrètes sur ce dossier. On sait seulement qu’une délégation doit se rendre sur l’île les jours prochains. Il est vrai que face à ce qui s’est passé ces dernières années en Birmanie, et surtout face à la question des Rohingyas, la position de l’ONU n’a pas toujours été claire et son action a longtemps manqué de lucidité et d’efficacité. C’est le moins qu’on puisse dire.

    Certes l’actuel secrétaire général, António Guterres, a réagi rapidement et vigoureusement au sanglant nettoyage ethnique qui venait de commencer en Birmanie en adressant dès le 2 septembre 2017 une lettre au Conseil de sécurité dans laquelle il demandait un « effort concerté » pour empêcher l’escalade de la crise dans l’État de Rakhine, d’où 400 000 Rohingyas avaient déjà fui pour échapper aux atrocités.

    Mais il n’a pu obtenir de réaction rapide et efficace du Conseil. Il a fallu discuter deux semaines pour obtenir une réunion et 38 jours de plus pour obtenir une déclaration officielle de pure forme. Quant à obtenir l’envoi sur place d’une équipe d’observateurs de l’ONU en mesure de constater et dénoncer l’usage de la violence, il en était moins question que jamais : la Birmanie s’y opposait et son allié et protecteur chinois, membre du Conseil et détenteur du droit de veto, soutenait la position du gouvernement birman. Et personne, pour des raisons diverses, ne voulait s’en prendre à Pékin sur ce terrain.

    En l’occurrence, l’indifférence des États membres, peu mobilisés par le massacre de Rohingyas, venait s’ajouter aux divisions et différences de vues qui caractérisaient la bureaucratie de l’ONU dans cette affaire. Divergences qui expliquaient largement l’indifférence et la passivité de l’organisation depuis la campagne anti-Rohingyas de 2012 jusqu’au nettoyage ethnique sanglant de 2017.

    Incarnation de cette indifférence et de cette passivité, c’est-à-dire de la priorité que le système des Nations unies en Birmanie accordait aux considérations politiques et économiques sur la sécurité et les besoins humanitaires des Rohingyas, Renata Lok-Dessallien, la représentante de l’ONU en Birmanie depuis 2014, a quitté ses fonctions en octobre 2017, discrètement appelée par New York à d’autres fonctions, en dépit des réticences du gouvernement birman. Mais il était clair, à l’intérieur de l’organisation, qu’elle n’était pas la seule responsable de cette dérive désastreuse.

    Dans un rapport de 36 pages, commandé début 2018 par le secrétaire général et remis en mai dernier, l’économiste et diplomate guatémaltèque Gert Rosenthal, chargé de réaliser un diagnostic de l’action de l’ONU en Birmanie entre 2010 et 2018, constate qu’en effet, l’organisation n’a pas été à son meilleur pendant les années qui ont précédé le nettoyage ethnique d’août 2017 au cours duquel 7 000 Rohingyas au moins ont été tués, plus de 700 000 contraints à l’exil, des centaines de milliers d’autres chassés de leurs villages incendiés et enfermés dans des camps, le tout dans un climat de violence et de haine extrême [le rapport – en anglais – peut être lu ici].

    Selon Gert Rosenthal, qui constate des « défaillances systémiques » au sein de l’ONU, nombre d’agents des Nations unies ont été influencés ou déroutés par l’attitude de Aung San Suu Kyi, icône du combat pour la démocratie devenue, après les élections de 2015, l’alliée, l’otage et la caution des militaires et du clergé bouddhiste. C’est-à-dire la complice, par son silence, des crimes commis en 2017. Mais l’auteur du rapport pointe surtout la difficulté, pour les agences de l’ONU sur place, à choisir entre deux stratégies.

    L’une est la « diplomatie tranquille » qui vise à préserver dans la durée la présence et l’action, même limitée, de l’organisation au prix d’une certaine discrétion sur les obligations humanitaires et les droits de l’homme. L’autre est le « plaidoyer sans concession » qui entend faire respecter les obligations internationales par le pays hôte et implique éventuellement l’usage de mesures « intrusives », telles que des sanctions ou la menace de fermer l’accès du pays aux marchés internationaux, aux investissements et au tourisme.

    À première vue, entre ces deux options, le secrétaire général de l’ONU a fait son choix. Après une visite à Cox’s Bazar, en juillet 2018, il affirmait qu’à ses yeux, « les Rohingyas ont toujours été l’un des peuples, sinon le peuple le plus discriminé du monde, sans la moindre reconnaissance de ses droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à la citoyenneté dans son propre pays, le Myanmar [la Birmanie] ».

    Il reste à vérifier aujourd’hui si, face à la menace brandie par Dacca de transférer jusqu’à 100 000 réfugiés rohingyas sur une île concentrationnaire et submersible, les Nations unies, c’est-à-dire le système onusien, mais aussi les États membres, choisiront le « plaidoyer sans concession » ou la « diplomatie tranquille ».

    https://www.mediapart.fr/journal/international/131119/le-bangladesh-veut-il-noyer-ses-refugies-rohingyas?onglet=full

    #réfugiés #asile #migrations #rohingyas #Bangladesh #camps_de_réfugiés

    ping @reka

  • Insecurity in Southwestern Burkina Faso in the Context of an Expanding Insurgency.
    https://www.acleddata.com/2019/01/17/insecurity-in-southwestern-burkina-faso-in-the-context-of-an-expanding-in

    In the aftermath of several high-profile attacks in the capital city of Ouagadougou between 2016 and 2018, events in the landlocked West African country of Burkina Faso have gained more attention (ACLED, 2018). Particularly of note has been an encroaching insurgency in the country’s north, (CTC, 2018), largely driven by the domestic militant group Ansaroul Islam in tandem with or as part of Jama’ah Nusrat al-Islam wal-Muslimin (JNIM) and Islamic State in the Greater Sahara (ISGS). Since late 2016 until present, violence in the north has displaced 54,000 people (ECHO, 2019), destabilized the local economy, and forced the closure of nearly 800 schools (OCHA, 2018). In 2018, ACLED recorded nearly 200 suspected militant attacks in Burkina Faso (see map below).

    When observing the spread of militancy in Western Sahel, three phases of an expansion southward can be clearly distinguished. The first in early 2015 with the spread of the insurgency from northern to central Mali, driven by Katiba Macina. In late 2016, a second phase began in northern Burkina Faso and western Niger, respectively, assumed by Ansaroul Islam and ISGS. And currently the third phase: set in motion in February 2018 with the implantation of militants in the Est Region of Burkina and nearby areas including Torodi in neighboring Niger where elements of all groups converge, reflecting JNIM’s endeavour to deepen cooperation and unify militants. The expansion southward may as well be an effort seeking to overstretch French counter-terrorism forces in the region and to complicate the operationalization of the G5 Sahel Force, in which Burkina Faso is a participant. This spread is particularly relevant to Burkina Faso, occuring at a pace that the government has serious difficulties coping with. New fronts are opening up before authorities, defence, and security forces are able to adequately address previous ones.

  • Le violentomètre : un outil pour aider à mesurer la violence dans le couple.
    https://seinesaintdenis.fr/Le-violentometre-un-outil-pour-aider-a-mesurer-la-violence-dans-le-c

    Le violentomètre est un outil d’auto-évaluation, avec 23 questions rapides à se poser, qui permettent de repérer les comportements violents et de mesurer si la relation de couple est saine ou au contraire, si elle est violente.

    Créé en Amérique latine, le violentomètre a été repris et adapté en 2018 par l’Observatoire des violences envers les femmes du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, en partenariat avec l’Observatoire parisien de lutte contre les violences faites aux femmes et l’association En Avant Toute(s).

  • Violence et prostitution en Seine-Saint-Denis : des mineurs touchés dès le plus jeune âge.
    Une étude inédite menée par l’Observatoire des violences faites aux femmes révèle le profil des mineures prostituées en Seine-Saint-Denis.
    https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/violence-et-prostitution-en-seine-saint-denis-des-mineurs-touches-des-le-plus-je

    Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite
    https://seinesaintdenis.fr/Prostitution-des-mineur-e-s-le-Departement-de-Seine-Saint-Denis-publ

    Alors qu’entre 6 000 et 10 000 mineur.e.s seraient prostituées aujourd’hui en France - en majorité des filles entre 13 et 16 ans - l’étude dirigée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis entend mieux connaître afin de mieux protéger les victimes. Elle se focalise ainsi sur les parcours de vie des mineur.e.s en situation de prostitution ou en risque de l’être, pour relever des facteurs de risques prostitutionnels afin d’apporter ces informations aux professionnel.le.s de l’enfance et de l’adolescence, dans une perspective de prévention de l’entrée dans la prostitution des mineur.e.s. Même si le terrain d’étude est celui-ci de la Seine-Saint-Denis, cette étude apporte ainsi des résultats parfaitement pertinents pour le traitement de cette problématique au niveau national.

    Un passé marqué par la violence pour la plupart des mineur.e.s prostitué.e.s

    Principal enseignement de l’étude, la place des violences subies par le passé est majeure dans le parcours vers la prostitution des mineur.e.s. La moitié des mineur.e.s en risque d’être prostitué.e.s a déjà souffert de violences sexistes, physiques, psychologiques ou sexuelles par le passé. Un chiffre qui s’élève à 89% pour les mineur.e.s en situation de prostitution.

    La nécessité de mieux déceler et prendre en charge les facteurs de risques prostitutionnels

    Elément marquant, dans 72% des cas étudiés, les faits de violences dénoncés aux autorités compétentes n’ont pas fait l’objet de suites judiciaires.

    synthèse des études : https://seinesaintdenis.fr/IMG/pdf/synthese_etudes_sur_la_prostitution_des_mineures_en_ssd-2.pdf*

    https://seinesaintdenis.fr/IMG/pdf/cp_prostitution_des_mineur.e.s_le_departement_de_seine-saint-denis_p

  • Borders Don’t “Secure” Anything But Global Inequality
    https://truthout.org/articles/borders-dont-secure-anything-but-global-inequality

    In this interview with Truthout, journalist Todd Miller explains why the United States is invested in the militarization and hardening of borders beyond its own territory. Miller is the author of Empire of Borders: The Expansion of the U.S. Border Around the World.

    Anton Woronczuk: Your latest book provides significant material for rethinking just what a border is. Can you describe how writing Empire of Borders has changed your understanding of this peculiar human invention?

    Todd Miller: One core understanding that I came away with was that the border has to be considered less as a place where an individual country demarcates and defends its sovereignty and more as a part of a fortifying global border regime. And to understand what this regime is and does, it needs to be expressed in its dramatic totality: More than 70 border walls, countless billions of dollars of surveillance technologies, hundreds of thousands of armed agents and more than 2,000 detention centers that incarcerate people for the crime of moving away from untenable situations, often from the Global South to the Global North.

  • Comment fabrique-t-on l’#immigration irrégulière en France ?
    https://theconversation.com/comment-fabrique-t-on-limmigration-irreguliere-en-france-124525

    Après un Master de droit en France, Geneviève travaille pour financer son diplôme de doctorat (BAC+8). Mais les étudiants, s’ils sont étrangers, n’ont pas le droit de travailler plus de 60 % de la durée légale de travail. S’ils dépassent ce seuil, ils risquent le non-renouvellement, voire le retrait, de leur carte de séjour et deviennent des sans-papiers.

    Geneviève a travaillé quelques heures de plus (65 %) et la préfecture lui a adressé une obligation de quitter le territoire (OQTF) et même une interdiction de revenir en France (IRTF). La préfecture a ainsi grossi les rangs de l’immigration irrégulière dont on déplore le taux d’expulsion trop bas.

    Ce cas n’est pas isolé. La France n’est pas seulement la championne européenne des obligations à quitter le territoire. La productivité de son administration est, elle aussi, impressionnante : une OQTF sur cinq (22 %) délivrées dans toute l’Union européenne est le fruit du travail d’un fonctionnaire français.