• Comme on vient de me poser deux fois la question dans la semaine : quelle est votre politique, du point de vue des usages, quand un client vous demande si on peut installer un « player » de fichiers PDF dans une page Web ?

    Perso je déconseille absolument, je pense que rien ne remplace l’affichage par défaut du fichier PDF lui-même dans chaque système. Du coup je n’ai jamais eu besoin d’installer un plugin dans SPIP ou quoi ou qu’est-ce pour gérer des affichages de PDF.

    Mais p’têt que j’ai tort et que vous avez des meilleures idées sur le sujet.

  • Editoria — Building a Book in a Browser
    https://www.pagedmedia.org/editoria-building-a-book-in-a-browser

    Paginated outputs remain important to scholarly communications, and are still critical for books like monographs. Even in today’s increasingly digital discovery landscape, many readers of long-form content continue to prefer print, and the ability to cite page numbers continues to be critical to creating good old-fashioned tools like a book index. But producing paginated books from HTML source files that could also be used for generating other types of digital files has always been a challenge, as Nellie McKesson notes in her recent blog post on Hederis.

    So, a couple of years ago, the University of California Press and the California Digital Library partnered with Coko to begin an ambitious project to develop a workflow application that would allow books to be built in a browser using entirely open source technologies. Editoria is not the first open source, browser-based book production system that has ever been attempted, but it’s (at least to our knowledge) the first that has attempted to replicate the rigorous production editing process and workflow, which includes styling, copyediting, author review, and proofreading, in a browser-based application.

    We borrowed the idea of single-source publishing using HTML source from predecessor applications like Adam Hyde’s Booktype, O’Reilly’s Atlas, and Hugh McGuire’s Pressbooks, all of which use some form of PDF rendering engine (often proprietary) to output beautiful, paginated books in addition to EPUBs and other HTML or XML-based files. Then, we’ve tried to stand on the shoulders of those applications by building in a greater degree of workflow support. It’s an ambitious project, and supporting paginated outputs from a single HTML-based source file, has been a non-trivial aspect of the system’s development.

    https://editoria.pub
    https://coko.foundation

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing

  • Les lieux où l’on s’est le plus contaminé au Covid-19 cet été : les soirées entre amis, les bars pendant l’Euro de foot et les transports en commun

    Une enquête « cas témoins » de l’Institut Pasteur, menée entre le 23 mai et le 13 août, recense les principaux lieux et circonstances de contamination par le variant Delta.


    Les moyens de transport ont été associés à un sur-risque de contamination, de + 30 % notamment pour les trains. PHILIPPE LOPEZ / AFP

    Les soirées entre amis et les bars chez les moins de 40 ans ; la présence d’un enfant au domicile pour les plus de 40 ans ; mais aussi l’avion, le train, la voiture partagée avec des proches et le métro : tels sont les principaux lieux et circonstances de contamination par le variant Delta du #SARS-CoV-2 identifiés en France, entre le 23 mai et le 13 août. Des constats qui ne sont pas tous transposables à la situation hivernale, en particulier pour les restaurants, qui, durant cette période, étaient surtout fréquentés en extérieur.

    Pour reconstituer les scènes de ce « crime infectieux », les enquêteurs ont utilisé un protocole rôdé : celui de l’étude ComCor, menée par l’Institut Pasteur avec la Caisse nationale de l’assurance-maladie (CNAM), Santé publique France et l’institut Ipsos. Le 26 novembre, le quatrième volet de cette étude est publié dans la revue The Lancet Regional Health Europe.

    Il s’agit d’une étude « cas témoins » conduite à l’échelle nationale. Entre le 23 mai et le 13 août, donc, les auteurs ont comparé 12 634 adultes infectés par le SARS-CoV-2 (« cas ») à 5 560 adultes non infectés (« témoins »), recrutés au sein d’un panel représentatif national. « Cas » et « témoins » étaient comparés durant les mêmes semaines d’exposition, les auteurs veillant à ce que l’âge et le sexe soient équivalents dans chaque duo comparé, tout comme la région et la densité de population du lieu d’habitation.

    Les participants devaient remplir un questionnaire en ligne. Ensuite, une analyse statistique sophistiquée (dite de « régression logistique multivariée ») déterminait dans quelle mesure l’infection aiguë au SARS-CoV-2 était associée à des activités récentes les exposant au coronavirus, à des antécédents d’infection ainsi qu’au statut vaccinal.

    « La période étudiée correspond à celle de la réouverture progressive des lieux publics, ainsi qu’à l’apparition du variant Delta sur le territoire métropolitain », explique l’Institut Pasteur. Parmi les 12 634 personnes testées positives, 8 644 (68 %), de fait, ont été diagnostiquées infectées par ce variant.

    L’Euro de football a joué un rôle clé

    Cette étude a d’abord permis d’identifier un des ressorts de la dynamique éclair de l’épidémie actuelle. Parmi les participants, 651 ont eu un contact unique avec le sujet qui les a infectés avec le variant Delta. L’analyse de ces personnes révèle que la durée d’incubation de ce variant est de 4,3 jours seulement : plus courte, donc, que les cinq jours d’incubation des variants précédents, mesurés chez les 8 442 individus ayant eu un contact unique avec la personne qui les a infectées.

    « Avec une durée d’incubation plus courte, la chaîne de transmission du virus est plus rapide. Il faut donc réagir plus vite pour la casser. Quand il faut contacter les cas contacts et les isoler, on est pris de court », explique Mircea Sofonea, épidémiologiste à l’université de Montpellier, qui n’a pas participé à cette enquête. Une étude chinoise allait déjà dans ce sens, ajoute-t-il, mais « c’est bien de disposer de cette donnée pour la France. »

    Autre apport de cette enquête : elle a permis d’évaluer la protection conférée par une infection antérieure. Quand une personne a été infectée depuis moins de six mois, son risque de réinfection diminue de 95 % ; si elle a été infectée depuis plus de six mois, elle n’est plus protégée qu’à 74 %.

    Les lieux de transmission, maintenant. Chez les moins de 40 ans, la fréquentation des bars en intérieur et les soirées privées ont respectivement multiplié le risque de contamination par 1,9 et 3,4, entre le 9 juin et le 9 juillet. Il était plus élevé pour les hommes que pour les femmes. Cette période correspond à l’Euro de football, « ce qui laisse supposer que les réunions de supporteurs à l’occasion des matchs ont pu jouer un rôle dans la propagation du virus », note l’Institut Pasteur. Anecdotique ? Pas vraiment, quand on sait que cet événement sportif a joué un rôle clé au Royaume-Uni dans le démarrage de la vague liée au variant Delta. Après leur réouverture, le 9 juillet, les discothèques ont aussi été des lieux de transmission. [ça alors !]

    Aucun sur-risque mesuré dans les lieux culturels

    Sans surprise [et bien que Le Monde ne l’ai jamais évoqué] , de nombreux moyens de transport ont été associés à un sur-risque : le métro (+ 20 %), le train (+ 30 %), le taxi (+ 50 %), la voiture partagée avec des proches et des amis (+ 30 %, mais pas le covoiturage réservé sur plateformes), ainsi que l’avion (+ 70 %). Pour autant, « c’est la première fois qu’un tel risque est mis en évidence » en France, note Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique et responsable du laboratoire d’épidémiologie des maladies émergentes de l’Institut Pasteur, qui a coordonné cette étude ComCor.

    En revanche, aucun sur-risque n’a été mesuré dans les lieux culturels, les commerces, sauf ceux de proximité pour lesquels une augmentation de 30 % est observée. Pas sûr cependant que cette absence de risque soit transposable à la situation actuelle, la fréquentation des musées ou des cinémas, par exemple, ayant passablement réaugmenté depuis cet été, même si elle n’atteint pas les niveaux de fréquentation pré-pandémique.

    Pas de risque accru non plus pour les restaurants, durant cette période estivale, mais beaucoup opéraient en terrasse. Pas plus que dans les lieux de culte ni lors d’activités sportives, sauf celles en intérieur (+ 20 %). Les rassemblements familiaux de l’été n’ont pas favorisé les infections, sauf les mariages et les enterrements, qui ont accru de 70 % la probabilité d’être contaminé.

    « En pleine reprise épidémique, avec des chiffres qui partent en vrille, alors qu’on sait que l’essentiel de la transmission se fait par les aérosols en milieu clos, il faut insister sur l’importance du port du masque et de l’aération, tout en évitant les rassemblements inutiles. Cela, même quand on est vacciné », martèle Arnaud Fontanet.

    Les écoles au centre de toutes les attentions

    Quid du rôle des enfants ? Aucun sur-risque n’a été identifié durant cette période pour les moins de 40 ans. Etait-ce parce que les plus jeunes avaient été confiés, en ces mois d’été, à leurs grands-parents ? L’étude n’offre pas de réponse. Mais pour les plus de 40 ans, la présence d’un ou de plusieurs enfants dans l’entourage a été associée à un sur-risque d’infection qui est de + 20 % pour les lycéens, de + 30 % pour les collégiens, de + 40 % pour les enfants en école élémentaire, de + 60 % pour les enfants en maternelle et de + 90 % pour les enfants en crèche.

    « Cette étude confirme que les enfants ne sont pas une impasse pour la circulation du virus », souligne Mircea Sofonea. « Cela fait des mois que les scientifiques espèrent disposer de ce type d’étude sur les circonstances de contamination en vie réelle, en France, avec des données réactualisées face à l’émergence du variant Delta », ajoute l’épidémiologiste. Même si l’étude comporte des limites méthodologiques, inhérentes à toute enquête déclarative et à toute étude « cas témoins », elle livre des données « importantes pour la surveillance de l’épidémie, pour sa modélisation et pour l’aide à la décision en santé publique », précise Mircea Sofonea.

    Le cas des écoles est au centre de toutes les attentions. Avec l’hiver qui vient, le risque de transmission à l’école – et la menace des jours d’école manqués qu’il fait peser – concentre les inquiétudes. « En Australie et au Royaume-Uni, 5 % des enfants de 6 à 11 ans étaient contaminés en octobre. Soit un enfant sur vingt : si l’on transpose cette situation à la France, cela signifie que toutes les classes devraient en permanence être fermées, selon le protocole jusqu’ici en vigueur », conclut Arnaud Fontanet.

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/11/26/covid-19-soirees-privees-bars-et-transports-sont-les-lieux-ou-l-on-s-est-le-

    #transports #école

    • Que sait-on vraiment des surrisques de contamination dans les clubs et boîtes de nuit ?

      Depuis le début de la pandémie, les espaces festifs ont connu seize mois de fermeture. Mais sur quoi s’appuient ces décisions ? « Le Monde » a eu accès aux premiers enseignements d’une nouvelle étude très attendue.

      Une des « limites » de l’étude [ComCor] , reconnue par les auteurs eux-mêmes, est qu’elle a été réalisée « alors que des mesures sanitaires et sociales mises en place (…) ont probablement influencé l’exposition de certaines activités et lieux ». Pour le collectif Club Cultures, c’est particulièrement le cas pour les clubs, car pendant la période choisie « la très grande majorité des établissements étaient fermés, le taux de vaccination très faible et (…) la méthode ne permettaient pas de mesurer l’impact seul des clubs sur les contaminations ».

      « Si on ne se base que sur les connaissances scientifiques, alors tous les bars sont à risque »

      « Il n’est pas faux de dire que les boîtes de nuit, mais aussi les bars dansants, sont des lieux plus à risque et propices pour qu’une personne en contamine beaucoup d’autres », dit la professeure Constance Delaugerre, du service de virologie de l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Les trois freins utilisés pour ralentir les contaminations – le port du masque, une bonne distance et une ventilation adéquate – ne peuvent être garantis. « Mais je comprends que les professionnels du secteur se sentent stigmatisés par cette fermeture. Si on ne se base que sur les connaissances scientifiques, alors tous les bars sont à risque », ajoute-t-elle.

      Mme Delaugerre renvoie à une autre étude, à laquelle elle a participé, dont l’objectif était plus précis : évaluer la transmission du virus entre personnes vaccinées lors d’une soirée clubbing dans un contexte « normal » : sans masque, sans distance physique, sans jauge mais dans un espace correctement ventilé.

      L’étude ITOC (Indoor Clubbing Transmission of Covid-19), réalisée dans le cadre de la soirée « Reviens la nuit » par l’ANRS-Maladies infectieuses émergentes, a eu lieu le 17 octobre à La Machine du Moulin-Rouge de Paris. Contrairement à l’étude ComCor, qui s’appuie sur des questionnaires remplis par des personnes déjà infectées, elle est dite « interventionnelle », travaillant sur une population qui sait qu’elle participe à une soirée dans un but scientifique. Les deux tiers des participants y ont assisté et un tiers faisant partie du « groupe contrôle » n’y a pas été. Parmi les premiers, qui justifiaient tous d’un schéma complet de vaccination depuis au moins sept jours, certains étaient diagnostiqués positifs au Covid-19, bien que ces résultats n’ont été connus qu’après la soirée. Sept jours plus tard, tous les participants ont été testés à nouveau.

      Les résultats détaillés feront bientôt l’objet d’une publication scientifique, mais les premiers enseignements, dont Le Monde a pu prendre connaissance, montrent qu’il n’y a eu ni cluster, ni aucun élément prouvant une surcontamination des participants pendant cette soirée-test.

      « Les premiers résultats autour de la transmission Covid recueillis au moment de l’étude seraient plutôt rassurants », résume Jérémy Zeggagh, médecin au service de maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Louis. Il souligne cependant qu’« on ne peut absolument pas conclure que les résultats seraient les mêmes avec un taux d’incidence plus important », comme c’est le cas en cette fin d’année. Autrement dit, l’expérience était valable en octobre, quand le virus circulait peu en France et moins maintenant, avec un variant Omicron plus transmissible, qui tend à échapper à la protection vaccinale et qui touche surtout les 20-29 ans, celles et ceux qui ont plus tendance à clubber. A cela il faut ajouter que le nombre de participants était inférieur aux 4 400 espérés pour que les conclusions soient encore plus robustes.

      Chacune de ces études a ses limites, mais elles ont le mérite d’exister pour tenter d’informer et de guider les autorités dans leurs prises de décision, surtout quand elles concernent la fermeture ou non de lieux culturels. Constance Delaugerre a pu constater qu’elles ont bien une influence, elle qui a participé à une étude « en situation réelle », cette fois-ci sur les concerts. Le 29 mai, plus de 4 451 personnes assistaient à celui d’Indochine à l’AccorHotels Arena à Paris en respectant les gestes barrières (masque, usage de gel hydroalcoolique). Les résultats ont été concluants, énumère-t-elle :
      « Il y a eu un taux d’incidence équivalent de contamination entre le groupe qui a assisté au concert et celui qui n’y a pas été [le groupe de contrôle, de 2 227 personnes]. De plus, ce taux correspondait à celui pour la même tranche d’âge en Ile-de-France à la même période. Autrement dit, il n’était pas plus risqué d’assister à ce concert que de fréquenter d’autres lieux. »

      Cette étude, menée par l’AP-HP, l’Inserm et l’université de Paris, a été prise en compte par les pouvoirs publics, ce qui explique qu’en cette fin d’année les salles de concerts, que l’on pourrait croire aussi à risque que les clubs, sont toujours autorisées. Mme Delaugerre pense que la création d’un véritable protocole sanitaire pour les lieux culturels passera par d’autres études de ce genre qui pourraient, par exemple, s’intéresser à « l’effet de la ventilation, avec des capteurs de CO2 ». Pour que, dans un contexte épidémique qui semble ne plus en finir, les futures décisions soient davantage guidées par les données scientifiques que par des idées préconçues.

      https://www.lemonde.fr/musiques/article/2021/12/26/que-sait-on-vraiment-des-surrisques-de-contamination-dans-les-clubs-et-boite

  • Les oubliés de l’Espagne

    En octobre 2019, le cercueil du général Franco quittait le mausolée où il était enterré depuis 1975.

    Une construction à la gloire du national catholicisme qui abrite près de 30 000 cadavres de la guerre civile. Le film se propose d’explorer les lignes de fractures qui traversent toujours la société espagnole dans le prisme de son exhumation.

    https://pages.rts.ch/docs/doc/11923852-les-oublies-de-l-espagne.html
    #film #film_documentaire #documentaire
    #Espagne #Valle_de_los_Caídos #Valle_de_los_Caidos #Francisco_Franco #Franco #dictature #histoire #mausolée #mémoire #guerre_d'Espagne #monument #José_Antonio_Primo_de_Rivera #falange #Eglise #national-catholicisme #réconciliation #disparus #Calatayud #disparitions #amnésie_générale #silence #peur #Juan_Carlo_I #réconciliation_nationale #amnestie #fosses_communes #loi_de_mémoire_historique #association_Arico #exhumation #transition_démocratique #enseignement #statues #justice #dépouilles #sépulture_digne #oubli #droit

    • For an academic reference and #counter memory, see also

      1. Iturriaga N. At the Foot of the Grave: Challenging Collective Memories of Violence in Post-Franco Spain. Socius. January 2019. doi:10.1177/2378023119832135

      “Understanding the development and meaning of collective memory is a central interest for sociologists. One aspect of this literature focuses on the processes that social movement actors use to introduce long-silenced counter-memories of violence to supplant the “official” memory. To examine this, I draw on 15 months of ethnographic observations with the Spanish Association for the Recovery of Historical Memory (ARMH) and 200 informal and 30 formal interviews with locals and activists. This paper demonstrates that ARMH activists, during forensic classes given at mass grave exhumations, use multiple tactics (depoliticized science framing, action-oriented objects, and embodiment) to deliver a counter-memory of the Spanish Civil War and Franco regime and make moral and transitional justice claims. This research shows how victims’ remains and the personal objects found in the graves also provoke the desired meaning that emotionally connects those listening to the classes to the victims and the ARMH’s counter-memory.”

    • Les derniers jours de Franco
      https://tv-programme.com/les-derniers-jours-de-franco_documentaire

      Retour sur la dictature espagnole du général Franco, qui a imposé son pouvoir autoritaire sur le pays du 1er octobre 1936 au 20 novembre 1975. Le 20 novembre 1975, le dictateur Francisco Franco s’éteint à 82 ans. Avec lui, c’est la plus longue dictature du XXe siècle qui disparaît. Le général a régné plus de quarante ans sur l’Espagne. Son médecin personnel décrit les coulisses saisissantes de l’agonie du Caudillo. Ses opposants évoquent la poigne de fer qui tenait le pays. Depuis la guerre civile de 1936, avec ses centaines de milliers de morts, jusqu’aux années 1970, prospères mais répressives, Franco a écrasé tous ses ennemis. Aujourd’hui encore, son fantôme hante l’Espagne. La crise catalane a réveillé de vieux antagonismes, Barcelone accusant le pouvoir de Madrid de sympathies franquistes. Carles Puigdemont, ex-président de Catalogne témoigne depuis son exil forcé.

      J’ai vu ce doc hier soir et son gendre (cardiologue véreux) qui a vendu les clichés, à prix d’or, de l’agonie du généralissime à Paris-match. Une vrai famille de pourris.
      https://seenthis.net/messages/816931
      https://seenthis.net/messages/748134

  • Vaccination Is Making America Forget a Basic Pandemic Rule - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/health/archive/2021/06/individualism-still-spoiling-pandemic-response/619133

    Unvaccinated people are not randomly distributed. They tend to cluster together, socially and geographically, enabling the emergence of localized COVID-19 outbreaks. Partly, these clusters exist because vaccine skepticism grows within cultural and political divides, and spreads through social networks. But they also exist because decades of systemic racism have pushed communities of color into poor neighborhoods and low-paying jobs, making it harder for them to access health care in general, and now vaccines in particular.

    As Eleanor Murray, an epidemiologist at Boston University, said on Twitter, “Don’t tell me it’s “safe”; tell me what level of death or disability you are implicitly choosing to accept.” (...) How much additive burden is a country willing to foist upon people who already carry their disproportionate share? What is America’s goal—to end the pandemic, or to suppress it to a level where it mostly plagues communities that privileged individuals can ignore?

  • Ça y est, notre pitre facho malfaisant a officiellement sévit : Règles de féminisation | Ministère de l’Education Nationale de la Jeunesse et des Sports
    https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo18/MENB2114203C.htm

    Dans le cadre de l’enseignement, la conformité aux règles grammaticales et syntaxiques est de rigueur. Deux conséquences en découlent.

    En premier lieu, il convient de proscrire le recours à l’écriture dite « inclusive », qui utilise notamment le point médian pour faire apparaître simultanément les formes féminines et masculines d’un mot employé au masculin lorsque celui-ci est utilisé dans un sens générique. L’adoption de certaines règles relevant de l’écriture inclusive modifie en effet le respect des règles d’accords usuels attendues dans le cadre des programmes d’enseignement. En outre, cette écriture, qui se traduit par la fragmentation des mots et des accords, constitue un obstacle à la lecture et à la compréhension de l’écrit. L’impossibilité de transcrire à l’oral les textes recourant à ce type de graphie gêne la lecture à voix haute comme la prononciation, et par conséquent les apprentissages, notamment des plus jeunes. Enfin, contrairement à ce que pourrait suggérer l’adjectif « inclusive », une telle écriture constitue un obstacle pour l’accès à la langue d’enfants confrontés à certains handicaps ou troubles des apprentissages.

  • Le blog associé à la chaîne #Youtube Histony

    https://venividisensivvs.wordpress.com

    #Histoire #vulgarisation #gauche

    C’est peut-être ce que vous vous serez dit en arrivant sur ces pages. Il faut dire que l’Histoire séduit et passionne. Que ce soit dans les médias de masse : à la télévision derrière les sourires figés de Stéphane Bern ou en librairie sous la plume pour le moins maladroite de Lorant Deutsch, mais aussi sur Internet avec de plus en plus de chroniques vidéo, souvent de très bonne qualité. À vrai dire, l’Histoire, c’est vaste. Que ce soit dans le temps ou dans l’espace, il y en a, des sujets à exploiter, des faits à rapporter. D’autant que deux personnes se pencheront rarement sur les mêmes faits de la même manière. À vrai dire, multiplier les sources et les points de vue est le travail de base de l’historien, un travail qui est également le fondement de la pratique citoyenne. À l’heure où les médias dominants sont regroupés aux mains de quelques groupes et tiennent des discours souvent interchangeables, quand ils ne copient pas tout simplement l’AFP, multiplier les sources est donc une nécessité.

    Ce sera un petit peu le mot d’ordre de ce blog, mais aussi de la chronique vidéo qui lui est associée. Jamais, cependant, nous ne porterons une parole d’évangile et notre devoir sera accompli si vous, spectateur ou lecteur, décidez, à la fin d’un de nos articles ou d’une de nos vidéos, d’aller vérifier et approfondir les choses par vous-mêmes.

    Notre principal objectif sera de racler la couche de vernis qui, bien souvent, recouvre le passé. Oh, n’attendez pas de complots et de mystères ici. Les « falsifications » et « détournements » de l’Histoire impliquent rarement illuminatis et gens cagoulés se concertant dans une cave sombre. Non : nous essaierons de comprendre comment les faits nous parviennent, par qui, et pourquoi. Notre but sera de voir ce qu’ils nous apprennent de nous, comment ils ont, peu à peu, forgé notre pensée et notre culture.

    Mais il nous arrivera d’évoquer bien d’autres choses : la représentation de l’Histoire dans la culture populaire, par exemple ; mais aussi, peut-être, l’étude un peu plus approfondie de certains domaines peu connus et pourtant très importants. L’Histoire est un formidable terrain de réflexion et de compréhension, et il est toujours plaisant de la partager, alors n’hésitez pas à vous exprimer à son sujet !

  • Covid-19 : pouvait-on éviter tant de morts ? | Sylvestre Huet
    https://www.lemonde.fr/blog/huet/2021/04/30/covid-19-pouvait-on-eviter-tant-de-morts

    Pouvait-on éviter une part significative des 100.000 morts – à la mi-avril 2021 – de la Covid-19 en France ? Oui. Cette réponse nette est glaçante. Et pourtant, elle ne fait aucun doute. Il suffit, pour l’établir, de comparer la situation française (voire européenne) avec trois des pays les plus à risque, lorsque la Covid-19 a émergé : la Chine, le Vietnam, la Corée. L’écart est abyssal. Source : Sciences²

    • ça je l’ai vu avec désespoir et dernièrement au fin fond des Corbières (3 habitants au km2) où il y a un paquet de crétins pour te dire qu’il n’y a pas eu tant de morts que ça (tu en vois par ici ? non hé ben voila) et que Raoult et la nivakine nous sauverons (de quoi si ça n’existe pas ?). Si tu leur dis qu’ils se font complices des assassins au gouvernement et que leur ignorance est doublée d’égoïsme qui participe à tuer des vieux et des handicapés, ben tu n’as plus trop de choix, tu te casses ou tu restes chez toi à lire seenthis, parce qu’il ne te reste plus d’interlocuteurice à peu près raisonnable pour ne pas devenir dingue à affronter cette folie collective où les gens se vantent d’aller beugler NHK sans masques à Limoux.

      Encore aujourd’hui, des millions de Français font confiance à celui qui avait prédit « moins de morts que par accident de trottinettes », « ce sera l’infection respiratoire la plus facile à traiter avec la chloroquine », « la deuxième vague c’est une fantaisie », « l’épidémie va s’arrêter avec l’été » et autres raoulteries. Mais qui est allé faire le beau devant les caméras de télévision au côté de la star marseillaise de BFM ? Le Président Emmanuel Macron. Difficile de faire plus efficace si l’on veut miner la confiance envers le Conseil scientifique que l’on a mis en place. Or, en légitimant et en favorisant des comportements à risque, ces fausses nouvelles ont augmenté le nombre de morts.

    • Ce que j’ai vu, c’est une saturation d’infos contradictoires sur le corona qui à force de se télescoper font que chacun·e y va de son interprétation personnelle, tout comme les gesticulateurs qui s’expriment sur BFM.
      Cependant tout en reconnaissant ne plus se tenir du tout informé de rien parce que « ça fatigue à force » (comme de réfléchir, ça fatigue le cerveau, hein, autant sombrer dans le délire égoïste)

      N’empêche que sur 100 habitants perdus dans la petite montagne, y’en a quand même 5 qui ont choppé le virus et s’en sont sortis (pour l’instant), dans l’ensemble les Corbières ont plus été touchées que Toulouse … qui n’a pas eu de grosse incidence

    • sachant que ça évite d’augmenter le CSS produit avec des lignes de préfixes (fichier plus léger bien sûr contrebalancé par le JS ajouté sauf que point suivant :), tout en marchant aussi pour les CSS que tu ne controles pas (plugins de ton CMS etc), et il ne se lance et ne travaille que sur les navs qui en ont besoin uniquement (les autres récents n’ont pas besoin de préfixes dans la CSS, et le JS ne fait rien pour eux)

      c’est possiblement bien de ne même pas les générer dans gulp du coup

  • #Covid-19 : « Il n’est pas possible d’attendre 2022 pour qu’Emmanuel Macron et le gouvernement rendent des comptes », Barbara Serrano
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/29/covid-19-il-n-est-pas-possible-d-attendre-2022-pour-qu-emmanuel-macron-et-le

    Jugeant que leurs décisions ont permis à l’épidémie de s’intensifier, la sociologue Barbara Serrano appelle, dans une tribune au « Monde », les responsables politiques à justifier publiquement leurs choix par des données objectivables.

    Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

    Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

    Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

    Dispositions aberrantes

    Dès lors, plus d’autre choix pour l’exécutif que de se diriger à reculons vers un durcissement des mesures en vigueur. Jean Castex, le premier ministre, a présenté chaque jour passé sans avoir pris des mesures contraignantes comme une victoire, le gouvernement aurait ainsi préservé la population de mesures d’exception. Mais à quel prix, humain et matériel ? Avec quels résultats sur la dynamique de l’épidémie ? Surtout lorsque les nouvelles dispositions sont soit cosmétiques (fermeture des magasins non essentiels, par exemple), soit aberrantes (reprise des activités sportives en salle pour les établissements scolaires).

    Au rythme actuel, sans mesures fortes de distanciation sociale, la vaccination ne suffira pas à faire reculer l’épidémie assez vite. Tout cela entraîne d’ores et déjà le sacrifice de milliers de vies supplémentaires, alors que la France déplore déjà plus de 90 000 morts.

    En s’émancipant du conseil scientifique et en refusant de tenir compte des alertes lancées par les épidémiologistes, le président a fait un choix qui n’a été ni justifié par des données sérieuses, ni fondé sur la comparaison éclairée des différentes options posées sur la table. Et, bien sûr, sans débat sur la place publique. Sa décision a été prise et maintenue, y compris, semble-t-il, contre l’avis de certains ministres, sans être expliquée aux Français. Cette situation ne peut plus durer. Il n’est pas possible d’attendre 2022 pour que le président de la République comme le gouvernement rendent des comptes sur leur gestion de cette crise majeure.

    Ne nous méprenons pas, cet appel n’est en rien un désir de vengeance, ni une invocation de la « carence fautive » et, plus généralement, de la responsabilité pénale des gouvernants. Alors que nous entrons dans la deuxième année de cette pandémie, il s’agit simplement de rappeler un principe fondamental de l’exercice du pouvoir dans les démocraties évoluées : les gouvernants doivent rendre compte de leurs décisions devant la représentation nationale et les citoyens. Des citoyens à qui ils sont « redevables ».

    Long déni de Jean-Michel Blanquer

    Rendre des comptes signifie justifier ses choix et ses changements de cap par des données objectivables. Le gouvernement doit expliciter ce que furent et ce que sont désormais les objectifs à atteindre (empêcher la saturation des services de réanimation ? Préserver l’économie du pays et maintenir les écoles à tout prix ? Sauver un maximum de vies ?), énoncer les moyens mis en œuvre pour atteindre ces objectifs, donner au public les éléments d’information pour comprendre les choix opérés, comme les options qui ont été écartées…

    La place de l’expertise, de la science, la question de la transparence des données sont ici fondamentales. Comment justifier que le ministère de la santé garde sous le boisseau, parfois jusqu’à un mois après les avoir reçus, les avis du conseil scientifique censés être rendus publics « sans délai » ? Comment légitimer l’absence de transparence sur l’état sanitaire des écoles et des classes (nombre de tests antigéniques pratiqués, nombre d’enfants positifs) ?

    Comment expliquer ce long déni du ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, concernant les contaminations dans ses établissements, à rebours de toutes les études épidémiologiques internationales, faisant de la France le seul pays où les enfants n’étaient pas contaminants ?

    Rendre des comptes est aux fondements de la responsabilité des gouvernants. Et c’est peut-être Olivier Beaud et un certain Jean-Michel Blanquer, à l’époque professeur de droit public à Lille, qui en parlent le mieux dans leur introduction au livre collectif La Responsabilité des gouvernants (Descartes et Cie, 1999) : « La responsabilité est le passif qui vient équilibrer l’actif de tout pouvoir. Le terme même de “responsabilité”, dans sa polysémie, indique que le phénomène du pouvoir a toujours une double dimension, proportionnelle l’une à l’autre : le droit d’agir, le devoir de rendre compte. »

    Barbara Serrano est sociologue et conseil en stratégie de concertation, maîtresse de conférences associée à Paris-Saclay, cofondatrice du collectif #Du_côté_de_la_science, ex-commissaire de la Commission nationale du débat public.

    #débat_public #santé_publique #modélisations #confinement

  • « La question du mode de scrutin et plus particulièrement de la #proportionnelle est récemment réapparue dans le débat public. Mais quels seraient ses avantages et ses inconvénients ? Comment les Français perçoivent-ils cette initiative ? Et, finalement, dans quelle mesure cette réforme bouleverserait-elle le paysage politique et institutionnel français ? »

    https://jean-jaures.org/nos-productions/proportionnelles-les-gagnants-et-les-perdants

    #politique #france #mode-de-scrutin

    • Il y a moyen de vivre avec ce système :-D

      Sinon, analyser cette question avec l’éternel retour sur le passé ("Quels auraient été les rapports de force à l’Assemblée 2017 avec la proportionnelle de 1987...") n’a aucun sens. D’une part, les listes et élections se préparent du côté des partis en tenant compte du mode de scrutin et spécifiquement dans le cas du majoritaire à 2 tours en analysant par sondages la probabilité et les moyens d’obtenir une majorité au 2eme tour et d’autre part les électeurs se comportent en tenant compte du mode de scrutin et spécifiquement de l’ambiance entre 2 tours dans le cas du scrutin majoritaire à 2 tours...

    • Tout à fait, l’offre électorale et les tactiques individuels de vote sont fonction du mode de scrutin. Toutefois faute d’autres références dans un passé récent ça reste un modèle approximatif (comme tous les modèles) pouvant aider à mesure l’impact.

    • La réflexion sur le mode de scrutin ne peut être distinguée de celle sur l’équilibre des institutions. Le parlementarisme « rationnalisé » de la Ve peut être mieux adapté à la proportionnelle que les institutions de la IVe qui auraient pu bien fonctionner avec le scrutin majoritaire.

      La proportionnelle dans la Ve pourrait s’accompagner d’une suppression du poste de premier ministre pour assumer un régime de type présidentiel.

      Il y avait aussi la piste explorée par Bastien François et Montebourg autrefois avec l’élection directe du Sénat à la proportionnelle accompagné d’une codécision entre les deux assemblées sur les lois.

      Gageons en toute hypothèse que le référendum pourrait devenir un recours pour le président plus fréquent pour faire passer de grandes réformes en cas de blocage parlementaire sous réserve de poursuivre la tradition gaulliste d’ignorer la lettre de la constitution en la matière.

  • Si tu te souviens de l’époque d’avant le Covid, tu sais que, chaque année, le ministre de l’Intérieur se faisait un devoir de venir commenter le chiffre des morts dans des accidents de la route. Si ça baissait, c’était grâce à lui et l’action volontariste du gouvernement, et si ça augmentait, c’était la faute au relâchement des Français et on va être obligé de sévir.

    Et cette cérémonie rituelle, tous les ans, figure-toi que c’était parce que ça baissait ou ça montait d’environ… 100 à 200 morts sur une année complète.

    Ce qui est merveilleux avec l’époque actuelle, c’est que le Covid tue 2 fois 200 morts chaque jour, et le Premier ministre passe à la télé pour se féliciter que c’est vachement bien, et annoncer que son gouvernement a courageusement choisi de « se laisser une chance » de ne rien faire pour que ça diminue.

    Bilan définitif de l’accidentalité routière 2018 / Communiqués / Actualités - Ministère de l’Intérieur
    https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Bilan-definitif-de-l-accidentalite-routiere-2018

    En 2018, 3 248 personnes ont perdu la vie dans un accident de la route en France métropolitaine. Avec 200 décès de moins, la mortalité routière est en baisse (- 5,8%) par rapport à 2017, après deux années d’augmentation, en 2014 (+3,5%) et en 2015 (+ 2,3%), une stabilisation en 2016 et 2017.

  • Encore une fois : Non ! La feuille de coca n’est pas la cocaïne ! | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/olga-l-gonzalez/blog/030221/encore-une-fois-non-la-feuille-de-coca-n-est-pas-la-cocaine

    Si les policiers se sont acharnés contre elle, c’est fort possiblement en raison de sa nationalité. Tous les Colombiens –et j’en suis– ont des anecdotes sur les remarques dont ils sont l’objet dans les aéroports du monde entier. Cette fois-ci, les agents de la police ont pu trouver une marchandise qui n’est suspecte à leurs yeux qu’en raison d’une législation impérialiste et complètement désuète. En France, en effet, les feuilles de coca et les préparations à base de coca sont considérées comme des stupéfiants. Assimiler la feuille coca à la cocaïne, c’est comme confondre une grappe de raisin avec une bouteille d’alcool.

  • « Les classes dominantes ont financé les options politiques xénophobes, climato-négationnistes et sexistes qui ont conduit aux votes dits populistes » - QG - Le média libre
    https://qg.media/2021/02/01/les-classes-dominantes-ont-finance-les-options-politiques-xenophobes-climato-n

    Et si le Brexit, l’élection de Trump ou de Jair Bolsonaro marquaient l’avènement d’une nouvelle forme du capitalisme qui serait le « libertarianisme autoritaire » ? C’est la thèse passionnante défendue par les sociologues Marlène Benquet et Théo Bourgeron dans leur ouvrage La Finance autoritaire : vers la fin du néolibéralisme (éditions Raisons d’Agir), qui vient de paraître en librairie. Dans ce grand entretien accordé à Jonathan Baudoin pour QG, ils reviennent sur le financement du vote en faveur du Brexit au Royaume-Uni, mais aussi sur les puissances financières qui ont poussé le vote xénophobe et climato-négationniste aux Etats-Unis ou au Brésil, illustrant une profonde divergence d’intérêts au sein même de la classe dominante. Les auteurs ont essayé de rendre visible les intérêts économiques puissants qui existent derrière des événements historiques que beaucoup se contentent d’expliquer usuellement par le ressentiment des classes populaires.

  • Centralisée et autoritaire, la gestion de la crise sanitaire attise la défiance
    https://reporterre.net/Centralisee-et-autoritaire-la-gestion-de-la-crise-sanitaire-attise-la-de

    De conseils de défense impénétrables en allocutions télévisées, la gestion verticale de la crise sanitaire par l’État attise la défiance tandis que la banalisation de l’état d’urgence sanitaire tend à affaiblir le pouvoir des députés. Pourtant, des exemples de gestion de crise démocratique et transparente existent.

    #crise-sanitaire #secret_défense #conseil_de_défense

  • Coronavirus : Emmanuel Macron agacé par l’idée d’un reconfinement
    https://www.rtl.fr/actu/politique/les-infos-de-5h-coronavirus-emmanuel-macron-agace-par-l-idee-d-un-reconfinement-

    D’après les informations de RTL, la pression des scientifiques l’agace au plus haut point. En résumé, plus les blouses blanches répètent à Emmanuel Macron qu’il faut reconfiner, moins le président de la République a envie de le faire. 

    « Il est agacé par les spécialistes qui n’ont que ça à proposer », raconte un proche. Le chef de l’État en aurait assez de les voir défiler sur les plateaux de télévision, mettre la pression sur l’exécutif. Leurs propos sont scientifiques mais sa décision est aussi politique, économique et social. « Il connaît le vrai prix d’un confinement et ce prix est exorbitant », traduit un intime. Alors pour l’instant, à ses yeux, il est urgent d’attendre.

    Quand on était horrifiés de voir Trump touiter des conneries à propos de Fauci, parce qu’il ne supportait pas que son immunologue en chef tienne un discours basé sur des données scientifiques…

  • « Les bonnes pratiques Opquast ne sont pas que des bonnes pratiques. Ce sont des règles.

    Vous pouvez les respecter ou pas, mais vous devez les connaître. Chaque mot est discuté. Chaque élément est argumenté. C’est du solide, et sauf erreur de notre part il n’y a pas d’équivalent mondial à cette liste de règles (vérifiables, transversales, utiles, universelles, durables). »

    https://www.opquast.com/la-fin-des-bonnes-pratiques-opquast

    #opquast #UX

  • Éco-conception web - Comment coder un site écologique 🌱 – Alex so yes

    https://alexsoyes.com/eco-conception-web

    Devenir un développeur green avec l’éco-conception web

    ⭐ Temps de lecture : 54 min.

    L’éco-conception web, c’est un ensemble de bonnes pratiques orientées Green IT pour les développeurs voulant créer des sites écologiques.

    [...]

    Alors si coder un site internet éco-responsable te fait envie, voici le résultat de semaines de recherches sur le Green IT.

    Construire un site internet écologique
    Un site web green n’est pas un site rapide
    Les agences web qui plantent des arbres
    L’éco-conception web pour les développeurs
    Les outils pour vérifier l’empreinte carbone de son site
    Le code côté frontend
    Le code côté backend
    Web design + écologie = des sites moches ?
    Les hébergements verts
    La configuration du serveur web
    Référencement / SEO
    Conclusion

    #web #énergie #conception

    • manque plus que l’inclusivité et ce sera le top :)
      Nan, parce qu’il faut rappeler (j’en profite) qu’existent aussi les développeuses, codeuses, programmeuses tout ça tout ça, et même des utilisatrices. Et que l’écologie n’existera que parce que considérée dans sa dimension politique, et qu’ici le politique c’est le vivre ensemble … voila voila

      #informatique_inclusive
      #plook