• Tomates sans eau ni pesticide : cette méthode fascine les biologistes - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/04/tomates-sans-eau-ni-pesticide-cette-methode-fascine-les-biologistes

    « La plupart des plantes qu’on appelle aujourd’hui “mauvaises herbes” étaient des plantes que l’on mangeait au Moyen-Age, comme l’amarante ou le chiendent... Je me suis toujours dit que si elles sont si résistantes aujourd’hui c’est justement parce que personne ne s’en est occupé depuis des générations et des générations.

    Tout le monde essaye de cultiver les légumes en les protégeant le plus possible, moi au contraire j’essaye de les encourager à se défendre eux-mêmes. J’ai commencé à planter des tomates sur ce terrain plein de cailloux il y a une vingtaine d’années, à l’époque il n’y avait pas une goutte d’eau.

    Tout le monde pense que si on fait ça toutes les plantes meurent mais ce n’est pas vrai. En fait, presque tous les plants survivent. Par contre on obtient de toutes petites tomates, ridicules. Il faut récolter les graines du fruit et les semer l’année suivante. Là on commence à voir de vraies tomates, on peut en avoir 1 ou 2 kilos par plant.

    Et si on attend encore un an ou deux, alors là c’est formidable. Au début on m’a pris pour un fou mais au bout d’un moment, les voisins ont vu que j’avais plus de tomates qu’eux, et jamais de mildiou, en plus, alors les gens ont commencé à parler et des chercheurs sont venus me voir. »

    #maraichage #semence

    • C’est quand la recherche, l’ingénierie, se mettent à être séparées des sujets sur lesquels portent les inventions. Lorsqu’il y a des groupes (des castes ?) de scientifiques et d’ingénieurs, qui cherchent et inventent des choses extérieurement aux activités et gens auxquelles serviront ces inventions.

      Pendant une trèèèèès longue période de notre histoire, la majorité des inventions fut le fruit des gens qui les utilisaient (pas toutes, évidemment, il y a des exceptions notables, mais la majorité oui). De nos jours, ce rapport est totalement inversé.

    • #épigénétique #semences

      « Son principe de base, c’est de mettre la plante dans les conditions dans lesquelles on a envie qu’elle pousse. On l’a oublié, mais ça a longtemps fait partie du bon sens paysan.

      Aujourd’hui, on appelle cela l’hérédité des caractères acquis, en clair il y a une transmission du stress et des caractères positifs des plantes sur plusieurs générations.

      Il faut comprendre que l’ADN est un support d’information très plastique, il n’y a pas que la mutation génétique qui entraîne les changements, il y a aussi l’adaptation, avec par exemple des gènes qui sont éteints mais qui peuvent se réveiller.

      La plante fait ses graines après avoir vécu son cycle, donc elle conserve certains aspects acquis. Pascal Poot exploite ça extrêmement bien, ses plantes ne sont pas très différentes des autres au niveau génétique mais elles ont une capacité d’adaptation impressionnante ».

    • « Le travail de #sélection des #semences montre qu’on peut pousser le végétal vers des conditions impressionnantes. Mais l’#agriculture moderne a perdu ça de vue, elle ne repose pas du tout sur la capacité d’adaptation.

      Or dans un contexte de changement rapide du #climat et de l’#environnement c’est quelque chose dont le monde agricole va avoir besoin. Il va falloir préserver non seulement les semences mais aussi les savoir-faire des agriculteurs, les deux vont ensemble. »

    • Ça fait cinq ans je crois, que je sélectionne mes semences de tomates (justement) avec l’idée que d’année en années elles devraient s’adapter aux conditions du jardin. L’année dernière, elles ont été malades bien plus tard qu’ailleurs. Et encore, parce que je les avais laissé pousser en buissons touffus, ce qui a maintenu une certaine humidité sur les feuilles. J’avais refilé des plants à un ami qui lui a retiré les feuilles au fur et à mesure pour les aérer, ils n’ont pas du tout été touché par le mildiou.

    • Le journaliste parle de Germinance et de graines del Pais puis met un lien des semences pour la tomate Gregory Altaï sur Rustica, je rêve !

      Une partie de ces graines sont vendues dans l’illégalité, parce qu’elles ne sont pas inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés végétales du GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Cela énerve beaucoup Pascal Poot, jusque là très calme :

      « L’une de mes meilleures variétés, c’est la Gregori Altaï. Mais elle n’est pas inscrite au catalogue, peut-être parce qu’elle n’est pas assez régulière pour eux. Beaucoup de variétés sont comme ça. A l’automne dernier, le semencier Graines del Païs a eu un contrôle de la répression des fraudes qui a établi près de 90 infractions dans leur catalogue.

      Le principe c’est qu’on ne nous autorise à vendre que les graines qui donnent des fruits qui sont tous pareils et qui donnent les mêmes résultats à chaque endroit. Pour moi, c’est le contraire du vivant, qui repose sur l’adaptation permanente. Cela revient à produire des clones mais on veut en plus que ces clones soient des zombies. »



  • 10 phrases positives à dire aux enfants (Post de blog)
    http://anti-deprime.com/2015/02/19/10-phrases-positives-a-dire-aux-enfants

    1) Je t’apprécie.
    2) Tu apprends rapidement.
    3) Merci.
    4) Que dirais-tu si on s’entendait à propos de… ?
    5) Dis-m’en d’avantage.
    6) Lisons ensemble.
    7) Nous faisons tous des erreurs.
    8) Je te demande pardon ou je suis désolé.
    9) Qu’en penses-tu ?
    10) Oui.

    #éducation #relations_parents_enfants #famille #communication


  • Montée préoccupante de la puberté précoce (LeMonde.fr)
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/02/23/montee-preoccupante-de-la-puberte-precoce_4581829_1650684.html

    Un nombre croissant de petites filles présente des caractères sexuels secondaires prématurés. Les perturbateurs endocriniens font figure de suspects.

    #enfants #puberté_précoce #endocrinologie

    • Les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques omniprésentes – dans les pesticides, les plastiques, les cosmétiques, etc. – font figure de principaux suspects. « Nous avons été impressionnés par le fait que les cas de puberté précoce étaient bien plus fréquents chez les enfants immigrés venant d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, explique Jean-Pierre Bourguignon, professeur au CHU de Liège et spécialiste des liens entre puberté et perturbation endocrinienne. Et il s’est avéré que l’une des raisons à cela est que certaines de ces régions sont infestées par le paludisme et que le DDT, utilisé pour lutter contre les moustiques vecteurs de la maladie, a des propriétés œstrogéniques et favorise les mécanismes qui déclenchent la puberté. »

      « Parmi vingt prématures thélarches que nous venons d’étudier, onze petites filles ont des parents dont la profession était en lien avec des perturbateurs endocriniens », explique de son côté le professeur Sultan. Leur activité œstrogénique était quatre à cinq fois supérieure à celle des petites filles « normales ». L’un des cas les plus frappants a été publié en 2012 par l’endocrinologue montpelliérain dans Gynecological Endocrinology : celui de cette petite fille âgée de 4 mois, issue d’une famille d’agriculteurs, présentant des signes de puberté (menstruation, développement des glandes mammaires et de l’utérus). Des traces de pesticides avaient été retrouvées chez le père, la mère et la petite fille.

      #pesticides #plastiques #œstrogenes #perturbateurs_endocriniens
      qui se trouvent également dans les boites de conserves !


  • Planète sans visa
    http://fabrice-nicolino.com/index.php

    Le 2 février, le président de la République reçoit #Beulin, qui annonce froidement une forte houle pendant le salon de l’#Agriculture. La France Agricole en ligne ajoute : « Le couple agriculture-environnement, “sujet emblématique” du secteur agricole, a également été abordé par le responsable syndical. Il a rapporté au chef de l’Etat l’exaspération du terrain sur de nombreux sujets tels que la simplification administrative ou encore la difficulté pour les éleveurs d’obtenir des autorisations pour les installations classées ».

    Eh bien, la réponse n’a pas traîné. Dès hier, le gouvernement annonçait l’assouplissement des conditions d’ouverture des élevages industriels de volaille : jusqu’à 40 000 bêtes, seul l’enregistrement sera nécessaire. En outre, les contrôles environnementaux se trouveront allégés, et la durée de recours juridique contre les élevages industriels sera réduite. Rien que des cadeaux à l’agriculture industrielle. Le pire, que même Sarkozy n’avait osé.

    #pollution #FNSEA


  • Loi Macron : le gouvernement passe en force sans vote de l’Assemblée
    http://www.wsws.org/fr/articles/2015/fev2015/fran-f19.shtml

    La loi Macron représente une attaque majeure de la classe ouvrière. Ce texte qui comporte plus de 200 articles rend plus difficile aux travailleurs d’engager des poursuites en cas de licenciement abusif, il permet aux employeurs d’exiger des heures de travail accrues le dimanche sans paiement d’heures supplémentaires, il prévoit une refonte générale de diverses prestations juridiques et médicales ainsi que de nombreuses privatisations d’entreprises publiques.

    Le projet de loi avait entraîné l’année dernière de nombreuses manifestations de salariés contre le travail du dimanche sans paiement d’heures supplémentaires dans les services, ainsi que des professions libérales et médicales qui dénoncent la libéralisation de leurs professions.


  • La quasi totalité des réserves d’#eau françaises contaminées par les #pesticides | Jean-Sébastien Herpin
    https://jsherpin.wordpress.com/2013/07/25/la-quasi-totalite-des-reserves-deau-francaises-contaminees-par-l

    « Notre système agricole est confronté à un double défi : il faut d’une part produire de l’#alimentation pour nourrir la population, et d’autre part il faut le faire dans un contexte où les facteurs de production (eau, sol, énergie fossile…) sont et seront de plus en plus rares.

    « Depuis les années 60 l’#agriculture a augmenté sa #productivité, mais le modèle qui a été utilisé repose sur une forte consommation d’eau, de produits phytosanitaires (néfastes pour la #santé et le bon état des écosystèmes) et d’engrais de synthèse produits à partir d’énergie fossile. La Politique Agricole Commune a largement contribué à l’adoption de ce modèle de production.

    « Aujourd’hui, ce modèle n’est clairement plus adapté : les ressources fossiles s’épuisent, les ressources en eau qui sont déjà largement surexploitées risquent de diminuer du fait du changement climatique. Les consommateurs qui achètent les produits et les citoyens qui paient pour la PAC veulent une agriculture qui préserve leur santé et leur #environnement et non l’inverse. C’est malheureusement très loin d’être le cas.
    « Ainsi, Le Commissariat Général au Développement Durable évalue le coût complet du traitement annuel des excédents en nitrates et pesticides d’agriculture et d’élevage dissous dans l’eau entre 54 et 91 milliards d’euros par an ! Soit cinq fois plus que le solde positif de notre balance agroalimentaire ! »

    • Mon ex-mari est paysan. Il résumait l’équation ainsi : mourir de faim ou mourir de soif ? C’est l’âne de qui déjà qui meurt entre un seau d’eau et un tas de foin ? J’ai divorcé.

    • Pour le reste, je vois que la politique coutumière suit son chemin. François Hollande, Manuel Valls, Stéphane Le Foll ont, ainsi que je vous l’ai écrit plus d’une fois, dealé avec l’un des plus grands ennemis de la nature de notre pays, Xavier Beulin. Beulin, céréalier industriel de la Beauce, est à la fois le président de la FNSEA, abusivement présenté comme un syndicat paysan, et P-DG de la multinationale de l’agro-industrie Sofiprotéol, dont le chiffre d’affaires dépasse les 7 milliards d’euros par an.

      De multiples exemples attestent de cet accord discret, dans lequel je vois une profonde connivence. À l’approche du Salon de l’Agriculture, qui ouvre ce samedi en présence de François Hollande, notons ensemble quelques points. Le 2 février, le président de la République reçoit Beulin, qui annonce froidement une forte houle pendant le salon de l’Agriculture. La France Agricole en ligne ajoute : « Le couple agriculture-environnement, “sujet emblématique” du secteur agricole, a également été abordé par le responsable syndical. Il a rapporté au chef de l’Etat l’exaspération du terrain sur de nombreux sujets tels que la simplification administrative ou encore la difficulté pour les éleveurs d’obtenir des autorisations pour les installations classées ».

      Eh bien, la réponse n’a pas traîné. Dès hier, le gouvernement annonçait l’assouplissement des conditions d’ouverture des élevages industriels de volaille : jusqu’à 40 000 bêtes, seul l’enregistrement sera nécessaire. En outre, les contrôles environnementaux se trouveront allégés, et la durée de recours juridique contre les élevages industriels sera réduite. Rien que des cadeaux à l’agriculture industrielle. Le pire, que même Sarkozy n’avait osé.

      http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1872


  • Un rapport de l’ONU pour repenser les liens entre droit d’auteur et droits de l’Homme
    http://scinfolex.com/2015/02/21/un-rapport-de-lonu-pour-repenser-les-liens-entre-droit-dauteur-et-droits-

    Cette semaine, Farida Shaheed, sociologue pakistanaise et rapporteure spéciale à l’ONU pour les droits culturels, a remis un rapport au Conseil des Droits de l’Homme de l’organisation, intitulé « Politiques en matière de droit d’auteur et de droit à la science et à la culture ». Ce texte (disponible en français) est particulièrement intéressant par la manière… Source : :: S.I.Lex ::


  • Le Monde et l’art...

    A Bruxelles, antique rime avec éclectique
    http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/01/28/a-bruxelles-antique-rime-avec-eclectique_4564874_1655012.html

    Des dames pop
    Dans le registre grivois, on ne manquera pas non plus de saluer un autre vieil #obsédé, le Californien Mel Ramos, bientôt octogénaire, dont les pin-up sont présentes dans deux stands, celui de Marcel Strouk et...

    #misogynie_normale #femme_objet #Le_Monde


  • Les rythmes scolaires font bondir la facture transports des départements (Acteurs publics)
    http://www.acteurspublics.com/2015/02/19/les-rythmes-scolaires-font-bondir-la-facture-transports-des-departem

    La réforme des rythmes scolaires a engendré pour les conseils généraux un surcoût d’environ 157 euros par élève en 2014, soit environ 80 millions d’euros, lié au transport des enfants, selon une étude publiée par le Groupement des autorités responsables de transport (Gart).

    #éducation #périscolaire #transport_scolaire #réforme_rythmes_scolaires #collectivités_locales


  • Petite #autopromo, parce que des fois ça fait du bien...

    Volubilis
    http://volublog.blogspot.fr

    Avez-vous remarqué que dans les articles de presse, les noms de Coulibaly et Kouachi ne sont jamais précédés de « #Monsieur » ?

    Je parie que ça ne vous choque pas.

    Vous pourriez parier que moi non plus, et vous auriez raison.

    Par contre, l’inverse me dérange vraiment lorsque je croise dans cette coûteuse serpillière qu’est Le Monde le mot « Monsieur » avant le nom « Obiang », comme s’il s’agissait d’un homme d’état comme les autres, auquel on doit le respect, comme aux autres. C’est pareil quand je croise ce mot devant « Poutine », notez.

    Vous connaissez #Obiang, ou plus précisément #Teodoro_Obiang_Nguema_Mbasogo ? Il s’agit d’un connard notoire auquel j’ai bien du mal à donner la moindre politesse.

    Je dirais même plus : quand je vois ce que certains font avec la #politesse, ça me donne envie de dire des #gros_mots (logiquement, vous en trouverez un certain nombre dans ce post).

    « Monsieur » Obiang est président de la République de #Guinée_Équatoriale, ancienne colonie britannique puis espagnole qui n’a connu que deux "présidents" depuis son indépendance en 1968, le connard sus-cité et avant lui son oncle. Déjà là, on se dit bon. « République », de res publica, la « chose publique » en latin. Le truc qui appartient au peuple quoi, et qu’on à tendance à associer aux démocraties, états de droits et autre secteurs du "monde libre". On n’y croit pas une seconde quand on connaît l’histoire du pays (il y a un message subliminal sarcastique dans cette phrase) (comme il est très subliminal, un indice : personne ne connaît l’histoire de la Guinée) .

    Petit topo.

    • Ça n’a rien à voir sans doute, et c’est peut-être une question de tradition ou de culture, mais en Norvège, dans les journaux comme dans les documents administratifs, les gens sont toujours appelés par leur nom sans jamais que le nom ne soit précédé du moindre monsieur ou madame, ou même du prénom. Depuis très longtemps ici, on considère que « Monsieur » ou « Madame » est une forme tout à fait désuète. On ne s’en sert que pour se moquer de ses interlocuteurs :) ou « faire vieux jeux » en imitant les manières de parler des années 1950.

      A l’époque où j’étais au Diplo, ça m’a toujours fait marrer de voir les correcteurs être contraint d’appliquer la règle du Monsieur/Madame même là où ça faisait franchement ridicule. Le Diplo était sans doute le seul journal au monde à mentionner l’existence d’un certain M. William Clinton, ce qui était parfaitement idiot même si c’était très fidèle à son acte de naissance... :)

    • Je trouve que ça a bien à voir ! C’est vrai que quand je croise ce M, quel que soit le nom qui se trouve après, je passe toujours au moins deux secondes à me demander si c’est l’initial d’un prénom...

      On a supprimé le « mademoiselle »... on pourrait supprimer le Monsieur ! Et le madame du coup.


  • Au Liban, les bonnes se rebellent
    http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2015/02/17/au-liban-les-bonnes-se-rebellent_4574367_4497186.html

    Exploitées, sous-payées, parfois violentées, les #employées_de_maison ont créé leur syndicat. Le ministre du travail l’estime non conforme à la loi libanaise.

    C’est une première dans le monde arabe  : les bonnes à tout faire du #Liban se sont syndiquées. Corvéables à merci pour un #salaire de misère, parfois #battues, voire #violées et poussées au suicide, les employées de maison, d’origine asiatique ou africaine, ont décidé de dire «  assez  ». Dimanche 25 janvier, dans une salle de mariage de la banlieue de Beyrouth, 200 d’entre elles, issues des communautés sri-lankaise, philippine, bangladeshie ou encore sénégalaise, ont participé au congrès fondateur de leur organisation.

    Dans une ambiance fiévreuse, où la fierté de redresser la tête se mêlait à la crainte d’être sanctionnée par les autorités, les toutes petites mains de la société libanaise ont élu leurs représentantes. «  Leur principale revendication, c’est d’obtenir une réforme de la loi du travail, dont elles sont scandaleusement exclues, explique Castro Abdallah, secrétaire générale de la Fédération nationale des #syndicats des ouvriers et des employés au Liban (Fenasol), qui parraine l’initiative. Leur #travail doit être mieux encadré, avec des horaires et un salaire décents. Nous autres Libanais, aimerions-nous que nos enfants, qui partent souvent travailler à l’étranger, soient traités comme ces femmes  ? (...)

    La jeune femme trime depuis sept ans au Liban comme #nounou, #femme_de_ménage et #cuisinière à plus que plein temps. Avec un beau sourire las, elle évoque la chambre à peine plus grande qu’un placard dans laquelle elle dort, les caprices de ses #patrons, qui peuvent la réveiller à 3 heures du matin «  parce qu’ils découvrent, de retour de soirée, que le chien a uriné sur le tapis du salon  », et tous ses dimanches passés à nettoyer la maison de la grand-mère. «  Pendant mes trois premières années ici, je n’ai pas eu un seul jour de #congé  », soupire Sujana. Le tout pour 135 dollars (119 euros) par mois, quinze de moins que le montant promis à la signature du contrat, à Katmandou.
    Les 250 000 domestiques du Liban n’ont pas le droit de changer d’emploi à leur guise. C’est le système de la #kafala (tutelle), en vigueur également dans les monarchies du golfe Arabo-Persique, qui interdit aux immigrés de chercher un meilleur emploi sans l’agrément de leur kafil (tuteur) qui, la plupart du temps, est aussi leur patron. Dans les situations d’abus ou de violence, beaucoup choisissent donc de prendre la fuite et, dans le pire des cas, de mettre fin à leurs jours.

    En 2008, l’organisation Human Rights Watch avait comptabilisé un #suicide par semaine, la « technique » la plus fréquente consistant à enjamber le balcon. «  Bien sûr, la police n’enquête jamais sérieusement sur ces affaires, souligne Bernadette Daou, de l’ONG Kafa, qui lutte contre les #violences_faites_aux_femmes. Elle se contente de la version des familles qui, la plupart du temps, affirment que leurs employées étaient “dérangées”. Il n’y a jamais eu de condamnation.  »
    Sans surprise, le ministre du travail, Sejean Azzi, du parti de la droite chrétienne #Kataëb, a rejeté la création du syndicat, contraire selon lui à la loi libanaise. Mais la Fenasol et les associations de défense des #immigrés entendent continuer la bataille. «  Nous sommes unies, dit Sujana Rana. Nous ne changerons sûrement pas la loi tout de suite, mais peut-être au moins pourrons-nous changer les mentalités.  » Un pari qui, dans son cas, a fonctionné. Depuis qu’elle s’est engagée dans Nari, il y a deux ans, ses patrons ont accepté de lui rendre son dimanche. «  Ma madame est fière de moi, dit-elle avec un air espiègle. Elle montre nos brochures à ses amies. Et elle me laisse même partir à des conférences à l’étranger  ! »

    #travailleuses_migrantes #domestiques #contrôle_de_la_mobilité_sur_le_marché_de_l'emploi

    Un papier destiné à flatter la bonne conscience des employeurs et employeuses de domestiques ici, avec happy end : le respect de Madame est possible, etc. , mais pas seulement...


  • Le dernier blog » Blog Archive » L’automate supprimé par défaut de productivité, par @jean_no
    http://hyperbate.fr/dernier/?p=32788%2F

    Vous aviez peur que les robots vous piquent votre boulot ?
    Désormais, c’est l’automate peut avoir peu de vous, puisque vous faites son travail à un prix imbattable : pour rien, et à vos frais.

    • Soufflée... Ce que c’est que le progrès quand même. Nous ne sommes que des ânes pour cette forme de pensée : corvéable, dos large, passifs.

    • L’#automate supprimé par défaut de #productivité

      J’ai découvert par une brève du Canard enchaîné d’il y a quinze jours que l’automate de #vente de billets grandes lignes de ma gare avait été supprimé. Selon le service presse de la #SNCF, contacté par le journal satirique, « Un audit de #rationalisation des coûts de distribution a été réalisé et a déterminé que l’automate, avec ses coûts de maintenance, n’était plus rentable ». La ville est pourtant peuplée de vingt cinq mille habitants. Je n’ai pu constater l’escamotage par moi-même que ce matin, car chaque fois que je suis passé devant la #gare ces jours derniers, elle était « momentanément fermée » : il y a désormais peu de personnel, la moindre absence temporaire implique une fermeture du hall de la gare.

      Le vide laissé par l’automate « grandes lignes » a été rempli par un présentoir de distribution de prospectus annonçant les travaux prévus sur la ligne.

      C’est une nouvelle étape dans la transformation de ce #lieu qui, peu à peu, se #vide de ses êtres humains, et même à présent, de ses êtres inhumains.

      #vente_en_ligne #transports #travail_partout_salaire_nulle_part


  • L’avènement de #Syriza du point de vue de l’#anarchisme

    Des Nouvelles Du Front » Syriza ne peut pas sauver la Grèce : Pourquoi il ne peut pas y avoir de sortie électorale à la crise
    http://dndf.org/?p=14040

    Les conséquences de la victoire de Syriza vont avoir des répercussions dans le monde entier, en particulier sur ceux qui participent aux mouvements sociaux que Syriza entend représenter. Partout en Europe, des partis prenant exemple sur Syriza montent en puissance. Le laboratoire grec est suivi de près par les institutions financières internationales, mais aussi par des millions de gens qui en ont assez de se trouver du côté des perdants du capitalisme — ainsi que par des groupes nationalistes et fascistes qui espèrent exploiter la colère de ces derniers. Il nous faut comprendre pourquoi ces partis recueillent autant de soutien, quel rôle structurel ils jouent dans le maintien du capitalisme et de l’État et comment leur ascension, puis leur chute inévitable, vont transformer le contexte de la résistance. Les anarchistes devront tout particulièrement se préparer aux luttes intenses consécutives à cette évolution du terrain, faute de quoi nous allons nous retrouver isolés et acculés dans une impasse.


  • Fifty Shades of Abuse | Le cinéma est politique
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/forums/topic/fifty-shades-of-abuse/#post-28945

    Mais enlevons le sexe de l’équation pour quelques minutes. Parce qu’en regardant ce film, j’ai été complètement terrassée parce que j’ai vu. Et par ce que des millions de femmes ont accepté comme étant une relation à laquelle aspirer.
    Christian rencontre Ana. Il est immédiatement obsédé par elle. Il trouve l’endroit où elle travaille, et s’y pointe sans prévenir. Il localise son téléphone une nuit et la confronte dans la rue. Il s’introduit même dans sa maison et l’effraie en rentrant dans sa chambre, alors qu’elle est seule.
    Quand ils commencent à sortir ensemble, il se met immédiatement dans une position de contrôle total. Il joue avec ses émotions et la désoriente, par exemple en l’embrassant tendrement, puis en la repoussant. Il refuse de partager son lit avec elle après qu’ils aient couché ensemble. Après à peine quelques jours, elle est déjà en larmes à cause de la manière dont il la traite. Elle se retrouve à regarder d’un œil envieux les couples qui ont l’air heureux et qui se montrent affectionnés l’un envers l’autre.
    Il lui achète un ordinateur pour qu’il puisse la contacter quand il veut. Il vend sa voiture et lui en achète une autre, qu’il a choisie, tout ça sans le lui demander. Il lui dit qu’elle n’a pas le droit de parler à qui que ce soit de ce qui se passe entre eux deux sous peine de voir leur relation s’arrêter. Il l’isole clairement de ses amis et de sa famille.
    Il choisit les vêtements qu’elle porte, le médecin qu’elle voit, le contraceptif qu’elle prend, la nourriture qu’elle mange. Elle n’a pas le droit de trop boire. Il lui dit que c’est son travail de lui plaire, et que si elle ne le rend pas heureux selon ses critères exacts, leur histoire est terminée.
    Quand il découvre qu’elle a prévu un voyage chez sa mère, dans un autre état, il est furieux. Il la jette par-dessus son épaule et hurle “TU ES A MOI. RIEN QU’A MOI. TU COMPRENDS ?”

    A ce moment-là, Christian contrôle complètement Ana. Il décide des moments où ils se voient, de l’affection qu’ils se montrent, à qui Ana parle et avec qui elle passe du temps. Ses amis et sa famille peuvent dire qu’elle est malheureuse.
    Mais par-dessus tout, Ana est désorientée. Quand elle veut communiquer avec Christian, elle ne sait pas si elle va le trouver réceptif, ou froid comme de la glace. Il est inconstant, et dans son désespoir de retrouver les quelques moments où il est gentil avec elle, cette inconstance garde Ana sous le contrôle. Elle a l’air de penser que si elle reste, si elle continue d’essayer, elle trouvera comment le rendre heureux, et il arrêtera de la traiter aussi mal.
    Ana est clairement au cœur d’une relation émotionnellement abusive.
    Maintenant, prenez tout ça, et rajoutez du sexe BDSM. Ensuite, prenez toutes les conditions que Christian a imposées à Ana, le contexte de leur “contrat officiel BDSM” qu’il lui a fait signer.
    C’est comme ça que ce film rend la violence domestique acceptable. C’est de la violence émotionnelle, déguisée en “contrat de sexe coquin”. C’est de la #violence_domestique, déguisée en fantasme sexy.

    #fifty_shades

    • J’avais commencé ce bouquin il y a peu de temps. J’ai tenu la moitié du premier tome avant de le rendre à sa propriétaire. Si on passe sur l’absence de qualité d’écriture, les scènes de cul aussi pitoyables qu’une blague salace à propos d’une banane, il reste un « petit guide de l’emprise » et une apologie de la violence psychique.
      J’avais l’impression de réentendre les discours des femmes victimes de violences avec qui j’ai travaillé qui se terminaient hélas trop souvent par « mais il m’aime... ».
      Bon, je pourrais écrire 3 pages sur pourquoi ce livre m’a autant énervé, mais je vais m’arrêter là... :)

      #culture_du_viol
      #a_gerber

    • Je viens de finir le premier tome. Au début — mièvre, mal écrit, agaçant — j’avais envie de le jeter. Puis j’ai trouvé intéressante cette description, du point de vue féminin, de la progression d’une relation pour le moins ambigüe, description assez précise sur les questionnements intérieurs, les atermoiements et l’emprise qui s’installe. Si l’héroïne est certes (sexuellement ET amoureusement) inexpérimentée, elle n’est pas une oie blanche et oppose de saines questions et réactions.

      Effectivement non, il ne s’agit pas d’un roman SM ni même érotique. Ce livre est un portrait, celui d’un « maniaque du contrôle » qualifié comme tel, tout puissant, possessif, harceleur, qui souffle le chaud et le froid, bref manipulateur. L’auteure le dit elle-même : « Cette histoire de domination-soumission n’est qu’une diversion par rapport à son problème fondamental » avant de faire rompre son héroïne.

      Je ne sais pas comment le film retranscrit le livre, mais je n’ai aucune envie de le voir, après les retours vaguement séduits qui m’en ont été faits.

    • Je viens d’aller voir la bande-annonce (méga bof, bourrée de gadgets masculins : chemise, cravate, voiture, avion… filmés comme dans les spots publicitaires) et j’ai hurlé d’horreur en y lisant la mention « pour la Saint Valentin », intercalée à 2 reprises. Comment peut-on penser un seul instant offrir telle histoire pour la Saint Valentin ? Mais au secours !

      #50shades #vomir

    • Je n’ai ni vu le film ni lu le livre mais, abstraction faite de la qualité de la chose et du marketing autour de tout ça (le problème fondamental est peut-être dans ces 2 éléments ?), est-ce que l’une des œuvres fait réellement l’apologie de ce mode de relations ? Si c’est le cas alors oui ça me semble tout à fait condamnable. Si ce n’est pas le cas, je ne vois pas où est le problème de raconter l’histoire d’un maniaque et de sa victime, heureusement que la littérature et le cinéma ne se cantonnent pas à raconter des histoires d’égalité et d’amour parfait.

    • Personellement il est hors de question que je lise ce livre. Je ne peut donc pas répondre a ta question @alexcorp. Par contre le battage médiatique, la manière dont la sortie du film est associé à la saint Valentin, les différentes critiques qui font l’impasse sur les maltraitance et ne gardent qu l’aspect érotique et l’apologie du BDSM ou des considérations misogynes sur le « mom porn » indique qu’il y a un problème grave autour de ce livre-film. Comme il y en avait deja un avec Twilight dont est derivé 50shade of Gray et qui était deja une apologie de la violence conjugale, et des comportements d’un homme pervers-narcissique. La press fait comme si c’était une romance mievre mal écrite et le marketing montre que le personnage de Gray est un model puisque on propose des vetements d’hommes et autres accessoires pour que les hommes s’inspire de lui pour faire craquer les femmes qui ont ete si nombreuses a fantasmer. Le livre n’est pas non plus considèrer comme un drame psychologique « le portrait d’un PN » mais comme un livre érotique pour femmes « vous allez adorer vous faire traiter comme une merde » comme c’est deja le cas pour Twilight qui ciblait les adolescentes pour leur apprendre à aimer les hommes dominateurs et sadiques qui ne font pas exprès c’est dans leurs nature et c’est eux qui souffre le plus les pauvres choux...

      Le résultat c’est Ca
      http://sous-les-jupes-des-filles.tumblr.com/image/111211502999

    • La différence, je crois que dans le jeu, l’un des partenaires (la femme...) est « d’accord » pour être abusée, parce que c’est complètement normal d’être abusé pour une femme... Du coup, quand tu te rends compte que c’est la même chose, l’abus et le jeu, que ça relève de la même iniquité, t’es vraiment comme une conne, tu ne peux pas te plaindre d’un choix que tu as fait... Idem pour les tâches domestiques : ce n’est pas parce qu’un couple se « met d’accord » sur leur organisation que c’est équitable.
      Je ne sais pas si ça répond à la question. Le blog « une heure de peine » avait fait un excellent post là-dessus, je peux peut-être le retrouver.

    • Purain, j’ai fini par trouver : http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2014/04/la-strategie-du-mauvais-eleve.html

      « L’argument de Kauffmann est donc le suivant : ce sont dans les interactions au sein du couple que se reproduisent les inégalités domestiques, au travers des arrangements apparemment libres, mais en fait inégaux, entre les conjoints. Un résultat très proche avait déjà été mis à jour aux Etats-Unis dans l’ouvrage The Second Shift (1989) de Arlie Hochschild : au travers de l’étude approfondie de plusieurs couples, l’auteure mettait en avant, de la même façon, les stratégies mises en œuvre par les hommes et les femmes pour négocier, rarement de façon très égale, les tâches domestiques. »

      Bon, ça parle des tâches domestiques, mais j’ai l’impression que ça procède du même embistrouillage... Et finalement, c’est un argument machiste qui revient souvent : « les femmes sont les premières à participer au machisme ! »

    • ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fît

      Beau principe à première vue mais malheureusement bien compliqué : si quelqu’un te demande de lui faire quelque chose que tu n’aimerais pas qu’on te fasse, faut-il le faire ? Et si tu attends de quelqu’un qu’il te fasse ce que lui ou elle n’aimerait pas qu’on lui fasse, que fais tu ? Bref, on en revient à la morale et à la subjectivité de chacun.


  • L’Homme qui plantait des arbres - YouTube

    Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l’âme de cet homme, sans moyen technique, on comprenait que les hommes pouvaient être aussi efficaces que Dieu dans d’autres domaines que la destruction.

    http://youtu.be/7Rn6trL3-54

    L’Homme qui plantait des arbres est une nouvelle de langue française écrite en 1953 par l’écrivain français Jean Giono, ici animée par Frederic Back en 1987.


  • #JeSuisMisogyne - «L’anti-sexisme» chez Charlie Hebdo
    http://lmsi.net/JeSuisMisogyne

    « Une femme, chez Reiser, ça n’ouvre pas la bouche ou bien c’est parce qu’elle suce. Chez Cabu, la femme qui parle c’est toujours une cruche, une blonde bêtasse avec des tétons apparents : qu’on comprenne, la femme c’est une paire de seins et ça devrait fermer sa gueule – C’est comme ça que Wolinski "les aime". À poil. Il y a une échelle de baisabilité bien sûr, mais au fond elles sont toutes plus ou moins baisables : les jeunes, les vieilles, les coincées, les grosses, les moches. Alors ils les dessinent à poil toujours, à quatre pattes, c’est même à ça qu’on les reconnait, les femmes et c’est ça qui est marrant.

    Et gare à celles qui ne voudraient pas, qui se cacheraient derrière un voile : ça les irrite les mecs de Charlie – surtout Charb et Tignous – qu’on se refuse comme ça, ça les met en (...)

    #feminisme

    • Et, donc, si je comprends bien, quand une sorte de choses ne plaît pas dans quelqu’un, tout est à jeter.
      Et, donc, si je comprends bien, puisque une sorte de choses ne nous plaît pas, ils peuvent crever pour avoir voulu l’exprimer ?
      Et, donc, si je comprends bien, tous les autres qui sont morts ou menacés par des gens pour qui, justement, toute expression est mauvaise, l’ont bien mérité ?
      Et, donc, si je comprends bien, comme elles ne vont pas aimer ce que j’écris, je peux crever ?
      Et, donc si je comprends bien, la réponse est toujours la violence, la mort de ceux qui ne sont pas d’accord avec soi, ou vice-versa ?
      Et, donc, si j’ai bien compris, on va tous crever.
      Je croyais que ce raisonnement était celui des hommes, de leur testostérone et de concours de la plus longue.
      C’est avec plaisir que je vois que les femmes peuvent aussi jouer à avoir le plus long (clito) et raisonner pareil.
      Félicitations, l’égalité (de violence et de connerie) s’avance à grands pas.
      #egalite #connerie #attentats #JeSuisCharlie

    • Et, donc, si je comprends bien, puisque une sorte de choses ne nous plaît pas, ils peuvent crever pour avoir voulu l’exprimer ?

      Non.

      Et, donc, si je comprends bien, tous les autres qui sont morts ou menacés par des gens pour qui, justement, toute expression est mauvaise, l’ont bien mérité ?

      Non plus.

      Et, donc, si je comprends bien, comme elles ne vont pas aimer ce que j’écris, je peux crever ?

      Encore non.

      Et, donc si je comprends bien, la réponse est toujours la violence, la mort de ceux qui ne sont pas d’accord avec soi, ou vice-versa ?

      Eeeeeeet non.

      En fait peut-être que le problème avec Charlie c’est juste qu’il ne savait pas lire ?

    • Et, donc, tu ne comprend pas bien @Perline
      Et, donc, on peu se souvenir que Charlie c’etait misogyne (et raciste mais ca a été beaucoup dit contrairement au contenu sexiste) tout en trouvant que ca ne mérite pas la mort.
      Et, donc, le texte que tu commente ne dit nulle part que ces dessinateurs méritaient ce qui leur est arrivé.
      Et, donc, les autres victimes qui ne sont pas Charlie n’ont rien à voire dans l’affaire des caricatures et ne sons pas concerné par ce que dit l’article que tu commente.
      Et, donc, tu fait des amalgames.
      Et, donc, je ne comprend pas ou tu vois une quelconque tentative de compétition dans ce texte qui rappel simplement quelques faits.
      Et, donc, tes histoires sur l’égalité dans la connerie c’est n’importe quoi. Et, donc, les femmes sont aussi connes que les hommes (même si c’est pas le cas ici) car elles sont des Hommes. Comme toutes les personnes elles peuvent être attiré par l’esprit de compétition indépendamment de la forme de leur sexes.
      Et, donc, si tu crois les femmes meilleurs que les hommes, tu est sexiste.
      Et, donc tu peu laisser les clitos et les cons tranquilles.
      Et, donc, la violence ici c’est toi qui nous l’impose avec ton message agressif.
      Bonne journée

    • J’adore l’argument de retour d’agressivité sans répondre vraiment.
      Je ne fais aucun amalgame, je n’ai pas lu sur l’article quelque chose du genre « on défend Charlie parce que ce qui a été fait est inacceptable et même misogynes ils avaient le droit de s’exprimer ».
      Si elles l’avaient pensé, elles l’auraient écrit.
      Je lis le contraire.
      C’est le problème avec les gens qui ne pensent pas plus loin que le premier cerveau reptilien. Et en plus ils accusent les autres de leurs défauts.
      Sans argumentaire ils accusent l’autre de ce qu’ils sont.
      Des agressifs.
      Et je ne t’impose rien, fais comme ceux qui ne veulent pas entendre les arguments et échanger mais affirmer : censure moi et ne me lis plus.
      Tu n’auras donc plus ces gênantes argumentations qui pourraient te faire réfléchir autrement.
      Ou pas. Mais au moins travailler tes défenses.

    • censure moi et ne me lis plus

      C’est vrai ? On peut te censurer ? Quelqu’un peut m’indiquer où c’est le bouton pour supprimer le compte de @perline de seenthis, supprimer ses posts avec et l’empêcher de revenir ?

      Ou alors je saisis pas bien le sens du mot censure ? #confusion

    • Ca serait bien d’avoir un guide pour savoir ce qu’on a le droit de dire sur les nouveaux saints martyres de la religion laïque. Parce que avec cette nouvelle liberté d’expression à fermer ma gueule, je suis toute perdue.
      Donc il faut que je précise que toutes les morts depuis l’origine de la mort sur terre ne méritaient pas de mourir. Je le dit au cas ou, vu que si on précise pas ca pourrait être mal interprété.
      Donc eux chez Charlie, ils avaient le droit d’être machistes mais moi j’ai pas le droit de dire qu’ils l’étaient... C’est sublime !
      Je suis effectivement toute à fait sans défense face à un tel raisonnement.
      Bonne fin de journée.

    • @sombre Hermano Tu te fiches de moi ? Tu vas me faire un cours de féminisme ? On aura tout vu !
      Cela dit, personne n’a encore répondu à ce que je disais. Chacun y va de sa petite remarque mais, comme souvent, tout le monde est d’accord, et d’une seule voix, mais sans jamais lire les autres opinions ni arguments.
      Ce qui est plus facile que de réfléchir, c’est vrai.
      Autant seen this est excellent pour aller à des articles qu’on aurait raté sinon, autant les échanges sont ceux de la belle époque LCR, où aucun échange n’existe, et où dès qu’on n’est pas d’accord avec un certain esprit que j’appellerai de gauchiste, donc sectaire, c’est tout sauf des échanges et des arguments.
      Je jette l’éponge, ça ne sert à rien.
      BYE

    • Tu te fiches de moi ? Tu vas me faire un cours de féminisme ? On aura tout vu !

      #facepalm
      Mais non, je te disais juste de lire un autre article.

      Charlie était misogyne et qu’ils aient été assassinés n’en fait pas des icônes intouchables. Cette critique est nécessaire.

      Voilà. Bye bye @perline ...

    • Je comprends mieux maintenant...
      http://www.humanite.fr/lhommage-fraternel-et-emouvant-des-communistes-562403

      "Je veux seulement ce soir me souvenir de l’appétit avec lequel, jeune communiste, je me précipitais sur le dessin quotidien de Wolinski en Une de l’Humanité dans les années 70-80. Lui, l’ami indéfectible de Cuba, pour lequel -dessin impérissable- « rien n’est trop beau pour la classe ouvrière »."
      http://www.humanite.fr/sites/default/files/files/documents/discours_pierre_laurent.pdf

      En vrai, Pierre Laurent n’a pas prononcé "dessin impérissable" (écouter à partir de 4’55)



    • Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec). Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée.


  • Yourtes et RT 2012
    http://yourtes.net/RT2012.html

    Une règlementation complexe...

    Sur le site officiel de cette norme, vous pourrez trouver les textes de référence principaux de la #RT2012 :
    3 décrets en Conseil d’Etat
    4 arrêtés « exigences »
    3 arrêtés « méthodes » et leurs annexes
    1 arrêté pour les attestations de prise en compte de la règlementation
    2 notes ministérielles
     représentant 1.664 pages compilées ! Et ce ne sont que les textes principaux... Bonne lecture !

    Un document du #Ministère_de_l'Ecologie, de l’Energie ... et de pleins d’autres choses... daté de Juillet 2010 donnait les principes de base de la norme parmi lesquelles en page 7 : « Une plus grande liberté dans la conception des bâtiments », « Une réglementation plus simple et plus lisible ». Comme quoi les ministères ne réussissent pas toujours à respecter les objectifs qu’ils se donnent eux-mêmes !!

    Le plan d’urgence du #bâtiment annoncé par notre président en mars 2013 mentionnait les impératifs de simplifications administratives. Voici ici un exemple grandeur nature de l’ampleur et de la nécessité de cette tâche !

    Au-delà du nombre de pages, la compréhension de cette norme est impossible à qui n’est pas thermicien et n’a pas investi plusieurs milliers d’euros et des semaines de formation dans un logiciel de calcul agréé par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. Le recours à un cabinet d’études thermiques est obligatoire. Et même pour un cabinet d’études spécialisé, la mise en place de cette norme est loin d’être simple... Cela engendre un surcoût important de 600 à 2.000 € uniquement pour l’étude thermique et les attestations obligatoires à fournir. Les yourtes étant des habitats modestes, elles se situent heureusement dans la bas de cette fourchette mais ce n’est malheureusement pas le seul surcoût imposé par cette norme.

    Ces logiciels travaillent à partir de ce qu’ils connaissent, et notamment à partir des certifications du #CSTB. Cela signifie que si vous voulez que les performances thermiques de l’isolant issu de la filière local ou de vos menuiseries faites avec soin sur mesure dans votre atelier soient reconnus par le logiciel à leurs justes valeurs, il vous faudra financer une étude par le CSTB, ou au moins une étude par un ingénieur thermicien pour chacune des menuiseries. A défaut, les performances prises en compte par ce logiciel seront bien en-deçà de la réalité. Les industriels ont bien sûr tous les moyens nécessaires à la certification de leurs procédés de fabrication, ce qui est très loin d’être le cas des filières courtes comme des petits artisans...
    Cette nouvelle réglementation favorise donc énormément les industriels au détriment de tous les autres : les auto-constructeurs, les artisans et petites entreprises, les filières locales de fabrication de matériaux, et tous ceux qui souhaitent construire différemment que les standards actuels.


  • Fin de la prime d’aide à la rénovation de 1 350 euros : de l’exceptionnel à l’éphémère, il n’y a qu’un pas - Energie
    http://www.lemoniteur.fr/137-energie/article/actualite/26830777-fin-de-la-prime-d-aide-a-la-renovation-de-1-350-euros-de-l-excep

    La prime exceptionnelle d’aide à la rénovation énergétique des logements privés de 1 350 euros n’aura vécu en fait qu’un peu plus d’un an. Un décret du 24 décembre 2014 publié au JORF du 27 décembre 2014 avance d’un an la date d’échéance du dispositif.

    Annoncée par François Hollande en mars 2013 dans le cadre du Plan de rénovation énergétique de l’habitat (PREH) et mise en oeuvre en septembre 2013, la prime d’aide à la rénovation énergétique des logements privés de 1 350 euros s’arrêtera fin décembre 2014 et non pas le 31 décembre 2015 comme cela était stipulé dans le décret du 17 septembre 2013.

    #françois_hollande #prime_énergétique #PHRE #L'écologie_selon_Hollande #effet_d'annonce


  • Pourquoi une pomme des années 1950 équivaut à 100 pommes d’aujourd’hui - Terra eco
    http://www.terraeco.net/Pourquoi-une-pomme-d-aujourd-hui,58246.html

    Vitamine A : une orange hier = 21 oranges aujourd’hui

    Précieuse pour notre vue et nos défenses immunitaires, la vitamine A est en chute libre dans 17 des 25 fruits et légumes scrutés par des chercheurs canadiens dans une étude synthétisée pour CTV News. Le déclin est total pour la pomme de terre et l’oignon qui, aujourd’hui, n’en contiennent plus le moindre gramme. Il y a un demi-siècle, une seule orange couvrait la quasi-totalité de nos besoins quotidiens – les fameux AJR (apports journaliers recommandés) – en vitamine A. Aujourd’hui, il faudrait en manger 21 pour ingurgiter la même quantité de la précieuse vitamine. De même, une pêche des années 1950 équivaut à 26 pêches aujourd’hui.

    Cette carence en vitamine A est le support de la campagne des OGMistes pour le « golden rice »... organiser la pénurie et trouver un techno-fix qui rapporte, c’est l’évolution de la production agricole depuis un siècle.

    #alimentation


  • « Au tribunal, il y a la salle de Charlie et la salle d’en face »
    http://blogs.rue89.nouvelobs.com/derriere-le-barreau/2015/01/22/au-tribunal-il-y-la-salle-de-charlie-et-la-salle-den-face-234

    Dans la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, celle de la presse et de sa liberté, la justice est grande, les débats sont d’un niveau élevé. On n’y prend pas le thé mais on pourrait. C’est entre soi, costume cravate des deux côtés, prévenu comme plaignant. On se bat pour son honneur et on dépense davantage en frais d’avocat que ce qu’on risque de peine d’amende.

    Le tribunal consacre des heures entières à savoir si une phrase a injurié ou bien si elle a diffamé. On a des mois pour préparer son dossier, on foisonne d’idées, on fait citer des témoins, on brille. A Paris, la justice qui tranche les limites de ce qu’on peut dire est créative et prend son temps. Quand on regarde cette justice-là, on peut en être fier, au moins jusqu’à ce qu’on se demande au détriment de qui elle est rendue dans ces conditions là ? Peut-être au détriment de ceux qui comparaissent dans la chambre d’à côté, là où se tient la justice des limites de ce qu’on peut faire ?

    Quand on plaide pour ceux qui sont jugés en comparutions immédiates, dont l’affaire est survolée à défaut d’être examinée en vingt minutes plaidoiries comprises, on a envie d’aller chercher un juge de la salle d’à côté, à la 17e, pour lui dire que c’est ici aussi qu’on a besoin de lui, pour passer des heures sur les hommes et pas seulement sur leurs idées, et pour inventer d’autres sanctions que la case prison.

    Ici, pas de cravate mais pas de lacets non plus, personne ne confond le plaignant avec le prévenu. Après deux jours de garde à vue, il pue. Ici, on risque jusqu’à dix ans de prison avec un avocat gratuit mais on n’a que trente minutes pour préparer son dossier. Le juge n’est pas là pour débattre, sa réponse est binaire : prison ou pas. Côté prévenu, on a rarement lu un journal et – y-a-t-il un lien de causalité ? – on a commis un acte grave. Quand une mère veut témoigner, le tribunal refuse poliment, à croire que les témoins sont plus utiles pour ceux qui prennent des stylos que pour ceux qui prennent des couteaux.

    Ici, la justice expéditive ne s’intéresse ni aux faits, ni aux hommes. Et quand les gens sont condamnés à deux ans d’enfermement sans avoir pu s’exprimer, soit parce que le temps ne leur a pas été accordé, soit parce qu’ils ne savaient pas le faire, on se dit qu’on s’est trompé d’endroit, que l’atteinte à l’honneur c’est dans cette salle-là.

    – Hervé Delattre (les noms ont été changés), 30 ans, violences volontaires avec usage ou menace d’une arme : 2 ans d’emprisonnement ferme, mandat de dépôt à l’audience ;

    ­­– Yves Issol, 40 ans, transport, offre et cession de stupéfiants : 18 mois d’emprisonnement dont 4 mois assortis du sursis, mandat de dépôt à l’audience ;

    – Olivier Rame, 36 ans, outrage et rébellion, 4 mois d’emprisonnement ferme ;

    – Lilian Sissoko, 20 ans, vol à l’étalage, 8 mois d’emprisonnement ferme, mandat de dépôt à l’audience.

    Au bout du compte, on est beaucoup moins fier de savoir que dans la chambre d’à côté, ils ont débattu pendant cinq heures sur le droit de s’exprimer.

    « #justice » #liberté_d'expression #comparutions_immédiates


  • On y est presque...

    ’Climate change is real and not a hoax,’ Senate overwhelmingly decides - LA Times
    http://www.latimes.com/nation/politics/politicsnow/la-pn-senate-climate-hoax-20150121-story.html

    “Climate is changing,” said Inhofe, chairman of the Environment and Public Works Committee. “The hoax is that there are some people who are so arrogant to think they are so powerful they can change climate. Man can’t change climate.”

    #climat
    #climatosceptiques


  • Je hais les indifférents, par Antonio Gramsci. | Dormira jamais
    http://dormirajamais.org/gramsci

    L’indifférence œuvre puissamment dans l’histoire. Elle œuvre passivement, mais elle œuvre. Elle est la fatalité ; elle est ce sur quoi on ne peut pas compter ; elle est ce qui bouleverse les programmes, ce qui renverse les plans les mieux établis ; elle est la matière brute, rebelle à l’intelligence qu’elle étouffe. Ce qui se produit, le mal qui s’abat sur tous, le possible bien qu’un acte héroïque (de valeur universelle) peut faire naître, n’est pas tant dû à l’initiative de quelques uns qui œuvrent, qu’à l’indifférence, l’absentéisme de beaucoup. Ce qui se produit, ne se produit pas tant parce que quelques uns veulent que cela se produise, mais parce que la masse des hommes abdique devant sa volonté, laisse faire, laisse s’accumuler les nœuds que seule l’épée pourra trancher, laisse promulguer des lois que seule la révolte fera abroger, laisse accéder au pouvoir des hommes que seule une mutinerie pourra renverser.