Comment la NSA a espionné un militant pro-démocratie pour le compte de la Nouvelle-Zélande

/comment-la-nsa-a-espionne-un-militant-p

  • Comment la NSA a espionné un militant pro-démocratie pour le compte de la Nouvelle-Zélande
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/08/16/comment-la-nsa-a-espionne-un-militant-pro-democratie-pour-le-compte-de-la-no

    L’existence de Prism, le programme de surveillance de la NSA, a été révélée en 2013 par Edward Snowden. Mais jusqu’ici, aucune information n’avait filtré sur l’identité des personnes ciblées par ce programme. Lundi 15 août, le site spécialisé The Intercept et Television New Zealand ont révélé, pour la première fois, le nom d’un homme visé, pendant plusieurs mois, par l’espionnage de la National Security Agency (NSA) américaine, en se basant sur des documents dévoilés par Edward Snowden.

    Il s’agit du Néo-Zélandais Tony Fullman, soupçonné un temps par les autorités de son pays de fomenter une révolution aux Fidji, dont il est originaire. Ces deux médias se basent sur plus de 190 pages de communications privées, interceptées par l’agence américaine entre mai et août 2012. Ce militant pro-démocratie, né aux Fidji avant de s’expatrier en Nouvelle-Zélande à 21 ans, où il a été naturalisé, s’opposait au régime militaire qui régnait sur son pays natal. Prenant part à des réunions de militants pro-démocratie, ami d’enfance d’un Fidjien soupçonné de comploter contre le pouvoir, il a attiré l’attention des services de renseignement néo-zélandais en 2012.
    […]
    Bien que les soupçons se soient révélés infondés, Tony Fullman continue, dit-il, à subir les conséquences de cette affaire : il doit systématiquement passer par des contrôles de sécurité plus poussés dans les aéroports, et affirme que les perquisitions de 2012 continuent à peser sur sa réputation, ce qui a compliqué sa recherche d’emploi.