Piétonnisation des voies sur berges à Paris : un nouveau rapport d’étape confirme la hausse du trafic et des temps de parcours - Localtis.info

?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActual

  • La #piétonnisation des berges de #Seine à #Paris a augmenté le temps de #transport, selon un premier bilan - Localtis.info - Caisse des Dépôts
    http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250271534048&cid=1250271527515&nl=1

    Le comité d’experts indépendants installé le 12 septembre par Valérie Pécresse, la présidente Les Républicains de la région Ile-de-France, pour évaluer les impacts de la piétonnisation des voies sur berge rive droite à Paris, vient de remettre son premier « rapport d’étape » de trente pages.

    [...] Le rapport, mis en ligne jeudi 13 octobre sur le site de l’IAU (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme) d’Ile-de-France expose d’abord les premiers résultats entre la situation initiale avant fermeture et celle après fermeture. Il affirme qu’en septembre 2016, en un an, « les temps de parcours des automobilistes sur les quais hauts rive droite ont augmenté de +135% » (neuf minutes de plus) et de 60% le matin (3 minutes et demie de plus). Ils sont stables ou d’un maximum de 2 minutes et demie sur les Grands Boulevards, le boulevard Saint-Germain et porte de Saint-Cloud. Les temps de parcours en #bus ont, eux, augmenté de 0 à 15% sur cinq lignes étudiées (de 0 à plus 8 minutes selon les lignes, certaines étant perturbées par des travaux, reconnaît l’étude).

    [...] Concernant la pollution de l’air, le rapport indique qu’"une #pollution_de_l'air importante" a touché Paris en septembre mais « à ce stade, il n’a pas été établi de lien de causalité » avec la fermeture des voies.Il note en outre des données « incohérentes » sur le #bruit fournies par la ville de Paris dans son étude d’impact publiée le 25 septembre, et lui reproche de n’avoir pas « partagé avec le comité sa méthodologie d’analyse ou de calcul ».

    L’étude : https://www.iau-idf.fr/fileadmin/DataStorage/SavoirFaire/NosTravaux/Amenagement/voiesberges/Rapport_IAU_Comite_Berges_-_10_octobre_2016.pdf

    • Deuxième rapport du Comité régional de suivi et d’évaluation des impacts de la piétonisation des voies sur berge rive droite à Paris : http://www.iau-idf.fr/fileadmin/DataStorage/SavoirFaire/NosTravaux/Amenagement/voiesberges/2e_rapport_Voies_sur_Berges_nov_2016.pdf

      http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250271802354&cid=1250271799495&nl=1

      Valérie Pécresse a indiqué jeudi sur Europe 1 que les données récupérées montrent que « les hausses de temps de transport liées aux voies sur berge sont beaucoup plus importantes que ce que la mairie de Paris nous donne et surtout, et ça c’est très important, que cette fermeture des voies sur berges a impacté la banlieue ». Elle « impacte des populations auxquelles personne n’a pensé », a-t-elle insisté, en demandant au préfet de Paris, qui a également mis en place un comité de suivi, d’être « impartial. Il doit dire les vraies conséquences de ces voies sur berges, aujourd’hui c’est une mesure qui a été prise avec une brutalité inouïe », selon l’élue francilienne.
      La mairie de Paris a dénoncé une « désinformation » : « Nous demandons à Valérie Pécresse de cesser sa campagne personnelle de désinformation sur les berges de la Seine rive droite. Ce n’est pas parce que les faits lui donnent tort qu’elle est autorisée à les travestir. » Ce « rapport, dont la méthodologie n’est pas précisée, se fonde pour partie sur des données déjà publiées par la ville de Paris et par la préfecture de Police début octobre - mais qui s’avèrent ici reprises de façon partielle - et pour l’autre partie sur des données dont l’origine n’est pas précisée et dont la véracité n’est donc pas prouvée », ajoute un communiqué.
      La piétonnisation de ces voies, en vigueur de fait depuis mi-juillet, suscite les passions depuis des mois. La droite et la banlieue surtout crient à la « thrombose » annoncée, Paris avance des effets « concentrés et temporaires ». Pas moins de quatre comités et autres observatoires ont placé la mesure sous haute surveillance, la ville, la préfecture de police, la région et la métropole du Grand Paris.