Syrie : mais pourquoi veulent-ils éliminer Bachar AL-ASSAD, alors qu’il faudrait le soutenir ?

/syrie-mais-pourquoi-veulent-ils-elimine

  • En Syrie, la fête est finie pour les charlatans
    http://arretsurinfo.ch/en-syrie-la-fete-est-finie-pour-les-charlatans

    Avec la prochaine libération d’Alep, le rêve des charlatans de la révolution syrienne vire au cauchemar, il prend des allures d’enfer dantesque. Après des années de proclamations ronflantes sur la « victoire imminente » des insurgés, cette aventure qui n’avait de révolution que le nom tourne au désastre. Elle s’effondre de toutes parts, disparaissant sous ses propres décombres. Après les rodomontades, voici la débandade ! Hagards, hirsutes, les desperados du takfir, exhumant de leur trou leurs carcasses fatiguées, finiront par se rendre les uns après les autres. Alep devait être la « capitale de la révolution syrienne ». Erreur. Elle est le cimetière d’une contre-révolution sponsorisée par Riyad. Abandonnant le terrain face à l’armée nationale, les mercenaires wahhabites, désormais, ont le choix entre la mort ou la reddition.

    Par Bruno Guigue — 07 décembre 2016

    http://arretsurinfo.ch/syrie-mais-pourquoi-veulent-ils-eliminer-bachar-al-assad-alors-quil-fau

    #désinformation

    « Chute d’Alep » pour les médias ou « Libération » ?

    • Il en résulta une farce sanglante, désormais ensevelie sous les gravats de cette ville martyrisée par une guerre impitoyable que provoqua l’appétit de domination impérialiste allié au fanatisme sponsorisé de desperados crétinisés jusqu’au dernier centimètre cube de leur cerveau. Le pire n’est jamais sûr, dit-on, mais on eut droit à tout ce qu’il était possible de faire, y compris l’inimaginable ! Des dirigeants occidentaux qui prétendent combattre les terroristes tout en leur procurant des armes au nom des droits de l’homme. Des puissances étrangères qui infligent un embargo sur les médicaments à des populations civiles coupables de ne pas combattre leur gouvernement. Des familles royales sanguinaires et débauchées qui donnent des leçons de démocratie tout en sponsorisant la terreur. Des intellectuels français qui exigent comme un impératif moral le bombardement d’un pays qui ne nous a rien fait. C’est un triste privilège, mais il faut reconnaître que le drame syrien a généré un impressionnant florilège de saloperies.

      Je plussoies sur l’ensemble.
      Ces monarchies nous corrompent au point de ramener nos sociétés à une féodalité identique à la leur... Le capitalisme n’est pas seul en cause dans toutes ces horreurs.

    • Ils sont où les twittos yémenites qui nous montrent leurs villes bombardées par les démocrates saoudiens avec une phrase du genre « this may be my very last video, but it is important for me to show you what is happening here » ? Et les twittos de Mosoul ? Ah non, on me dit dans le poste que les journalistes ne peuvent pas aller là où les combats sont les plus violents et que donc on n’aura pas d’images de ces endroits là, mais comme c’est les gentils qui sont à l’attaque, là, c’est normal qu’on montre pas des immeubles détruits.

      Vive la Guerre demandée à corps et à cris par les vrais progressistes (pas les faux qui sont sur SeenThis) qui s’émeuvent quand on leur montre dans leur vrai Twitter qui ne ment pas les vraies atrocités des destructions faites par les vrais méchants. Parce que les vraies destructions des vrais méchants, elles ne parviennent pas à couper l’Internet des vrais gentils qui nous montrent peut être leur dernière vidéo de leur vraie vie.

    • Non rien n’est simple :

      Une rhétorique religieuse qui transcende les clivages

      Qui sont les rebelles syriens ? par Bachir El-Khoury (Aperçu)

      Après quatre ans de guerre, la bataille d’Alep reste cruciale pour l’avenir de la Syrie. Assiégés depuis septembre par les forces progouvernementales dans la partie est de la ville, les insurgés appartiennent essentiellement à des mouvements islamistes. Mais leurs milices n’ont pas le monopole de la radicalisation, de l’intégration de combattants étrangers ou du discours religieux.

      La multitude et la diversité des acteurs armés qui participent à la bataille d’Alep, et dont beaucoup viennent de l’étranger, expliquent la durée et l’extension du conflit syrien. Pour rendre compte de la situation, il importe d’éviter les simplifications dans la terminologie employée au sujet des combattants. Identifier tant les troupes « rebelles » que les forces qui soutiennent l’armée régulière suppose aussi de comprendre leurs idéologies et leurs projets politiques. Les informations recueillies auprès de chercheurs et de personnes présentes sur le terrain peuvent cependant diverger, en particulier quant au nombre de combattants. Il convient donc de les prendre avec précaution.

      S’agissant de l’opposition armée au régime de M. Bachar Al-Assad, on discerne trois types de groupes : ceux qui combattent de façon autonome, ceux qui fusionnent entre eux et ceux qui coordonnent leurs assauts à travers une « chambre d’opérations » (ghourfat al’âmaliyyat). À Alep-Est, où vivraient encore environ 250 000 personnes, ainsi que dans les bastions rebelles proches, deux « chambres d’opérations » principales rassemblent au total entre 10 000 et 20 000 hommes. La première, baptisée Jaïch Al-Fatah (Armée de la conquête), représente près d’un tiers des soldats rebelles. Elle est notamment composée du Front Fatah Al-Cham, l’ex-Front Al-Nosra (la branche syrienne d’Al-Qaida), et de ses alliés.

      Plus modérée, la coalition Fatah Halab (Conquête d’Alep) rassemble plusieurs factions proches des Frères musulmans ou affiliées à l’Armée syrienne libre (ASL). Cette coalition représenterait environ la moitié des effectifs qui combattent le régime et ses alliés dans la région, selon Fabrice Balanche, maître de conférences à l’université Lyon-II. Les 15 à 20 % restants correspondent à une dizaine de petits groupes indépendants sans idéologie clairement affichée, qui gravitent autour de ces deux pôles majeurs (voir la carte ci-dessous).

      Dans l’ouest de la ville et ses environs, qui comptent près de 1,2 million d’habitants, les (...)

      https://www.monde-diplomatique.fr/2016/12/EL_KHOURY/56922
      Suite de cet excellent article en page 9 du Diplo...

    • Et sur la #désinformation concernant la guerre en Syrie... et pour mettre encore un peu plus d’huile sur le feu...

      [Vidéo] ONU : Une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias principaux sur la Syrie

      Les médias occidentaux se basent-ils toujours sur des sources crédibles dans leurs reportages sur la Syrie ? La réponse de cette journaliste canadienne a laissé sans voix son interlocuteur.

      http://arretsurinfo.ch/video-onu-une-journaliste-demonte-en-deux-minutes-la-rhetorique-des-med
      #Eva_Bartlett
      #casques_blancs #white_helmets #Syrian_Observatory_For_Human_Rights

    • Cette vidéo de Eva Bartlett donc :
      https://www.youtube.com/watch?v=0DZSPy5KkWg

      (je ne sais pas s’il y a d’autres copies de cette vidéo que chez RT, parce que du coup, quand on montre des interviews qui peuvent être intéressantes, ici une journaliste interrogées à l’ONU, le fait que la vidéo soit montée ou hébergée par RT suffit à ce que plein de gens ne la regardent pas, ou au moins balaye d’un revers de main sans répondre sur le contenu…)

    • Oui, c’est consternant, au sujet de RT : La propagande, c’est forcément les autres.

      Une vidéo de Nicole Ferroni est pas mal partagée au sujet de la Syrie, vidéo hébergée par un média étatique indépendant et équilibré. Elle semble faire l’unanimité du type « parle à mes tripes, ma tête est malade »... En plus, il se peut qu’elle y dise des choses tout à fait justes... Mais zut.