Recréer l’environnement sonore du fœtus

/231e5ef3-ae44-4cf0-8b9f-f09bf0234b1d%7C

  • Après la playlist pour #foetus (https://seenthis.net/messages/447514), « Une capsule pour recréer l’environnement sonore du fœtus »
    http://plus.lapresse.ca/screens/231e5ef3-ae44-4cf0-8b9f-f09bf0234b1d%7C_0.html

    « On a réalisé rapidement qu’il n’y a pas beaucoup de notions scientifiques sur ce que le fœtus entend in utero », explique Éric Jauniaux. Pour en savoir plus, les chercheurs ont inséré un #hydrophone dans l’#utérus d’une brebis et écouté ce qui s’y passait. « Ça m’a rappelé les cassettes de chants de baleines et de dauphins que j’écoutais quand j’étais enfant ! », raconte le professeur Jauniaux.

    De concert avec des ingénieurs, le groupe a ensuite construit une capsule, baptisée « Sonic Womb Orrb », visant à recréer l’environnement sonore in utero. Les #sons, diffusés « autour et à travers le corps des auditeurs », recréent les trois sources sonores qui parviennent au fœtus. D’abord, les sons de l’estomac et les battements de cœur de la mère, transmis par le liquide amniotique. Ensuite, les sons externes, filtrés par la paroi abdominale de la mère. Puis, le son de la voix de maman, qui parvient au fœtus à la fois par la colonne vertébrale de la mère et via l’extérieur. La capsule, financée par la firme d’investissement W Investments, a couté 25 000 $US.

    (...) La capsule a été présentée lors d’une conférence scientifique et environ 120 personnes l’ont essayée. « Je me sentais dans un autre monde », a commenté l’une de ces personnes, Hafida, sur le blogue de Sonic Womb. Une autre utilisatrice est ressortie en larmes. « C’est une connexion avec l’environnement plus fidèle que le monde extérieur », a commenté une autre personne. Les adjectifs « choquant », « intéressant », « méditatif », « psychédélique », « curieux » et « merveilleux » ont aussi été utilisés par ceux qui ont fait l’expérience de ce retour sonore in utero.

    Outre l’idée de faire réfléchir et d’émouvoir, le chercheur Éric Jauniaux aimerait utiliser ces recherches pour aider les bébés prématurés à grandir dans un environnement qui soit le plus près possible des conditions de l’utérus. « De plus en plus de données pédiatriques montrent que la voix de la mère et le son physiologique de l’environnement modulent le développement cérébral du fœtus. Or, certains bébés prématurés sont privés de cet environnement pour des périodes qui peuvent aller jusqu’à deux ou trois mois », explique le spécialiste. Il soupçonne que l’arrivée des nouveau-nés prématurés dans les unités de soins intensifs très bruyantes cause du stress aux #bébés.