Bégard. Une centaine de salariés du Bon Sauveur en grève

/begard-une-centaine-de-salaries-du-bon-

  • Bégard. Une centaine de salariés du Bon Sauveur en grève
    http://www.ouest-france.fr/bretagne/begard-22140/begard-une-centaine-de-salaries-du-bon-sauveur-en-greve-4841133

    Journée d’action départementale, mais nombreuses revendications locales à Bégard : les salariés du pôle de #santé mentale dénoncent la précarisation et une situation « qui se dégrade jour après jour ».

    À l’appel de deux syndicats, Sud Santé sociaux et la CGT, une centaine de salariés de la Fondation Bon Sauveur de bégard se sont mis en #grève, mardi, dans le cadre d’une journée d’action dans les Côtes-d’Armor.

    Parmi leurs revendications, des motifs de colère spécifiques à l’hôpital bégarrois : « notre quotidien et l’accompagnement des patients à la Fondation Bon Sauveur se dégradent jour après jour. Salaires bloqués depuis 2009, baisse des effectifs, l’#austérité nous tue à petit feu et le patient trinque », clament à l’unisson Francis Urvoy, délégué Sud, Julien Le Coz et Virginie Motreff, délégués CGT. Et d’insister : « nous, ce que l’on veut ce sont des moyens supplémentaires ».

    Pour les représentants de la CGT, la situation se dégrade depuis 2006. « L’hôpital fonctionne comme une entreprise, tout doit être rentable. Après il y a des éléments de langage, on va parler de mutualisation, on va parler de redéploiement, et concrètement on arrive à la suppression de lits… Sur la Fondation Bon Sauveur c’est catastrophique : on cherche des lits pour installer les gens… Ici on fait plus de la quantité que de la qualité ! »

    Du côté de Sud, le délégué met en avant le non-remplacement de personnel pour maladie, formation, départ en retraite et dénonce la mise en place de Médicoop : « l’équivalent d’une mise en place de CDD, pour moi on ne va plus embaucher mais on va vers des emplois précaires… On ne connaît pas notre avenir, même si le directeur met en place des choses qui sont très bien dans le projet d’établissement. »

    Loin de soigner l’hôpital (cf #psychotérapie_institutionnelle) et le « système de santé », on travaille à le rendre pathogène, pour les patients, comme pour les salariés (cf. vague de suicides dans les hostos).