Toute l’actualité sur Le Monde.fr.

/societe

  • « On a frôlé la catastrophe sanitaire » : les services pédiatriques d’Ile-de-France au bord de la rupture, François Béguin
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/les-services-pediatriques-sous-pression-en-ile-de-france_6022560_3224.html

    Par manque de lits de réanimation, 22 enfants ont dû être transférés hors de la région francilienne cet automne.

    Personnels infirmiers manquants, lits de réanimation ou d’hospitalisation fermés… Cette année, l’épidémie hivernale de bronchiolite met à rude épreuve les services pédiatriques des hôpitaux un peu partout en France. Si des difficultés sont signalées à Bordeaux ou à Marseille, c’est en Ile-de-France qu’elles sont le plus visibles. Entre le 17 octobre et le 2 décembre, vingt-deux enfants – pour la plupart des nourrissons âgés de moins d’un an – ont dû être transférés hors de la région, à Rouen, Amiens, Caen ou Reims, faute de lits de réanimation pédiatrique disponibles.

    Ce nombre est exceptionnel : l’hiver dernier, il n’y avait eu que trois transferts. Les années précédentes, entre zéro et quatre. « On a frôlé la catastrophe sanitaire, si l’épidémie avait été plus intense, il y aurait certainement eu des morts », estime un chef de service sous le couvert de l’anonymat.
    A l’origine de cette situation, une pénurie d’infirmiers qui empêche la direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) de pourvoir une quarantaine de postes et la contraint à ne pas rouvrir au début de l’hiver une partie des lits dits « de soins critiques » destinés aux enfants et traditionnellement fermés l’été. Le 4 décembre, au plus fort de la crise, « il manquait 22 lits de ce type par rapport à ce qui devrait être ouvert en hiver », explique Noëlla Lodé, la représentante des cinq services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) pédiatriques en Ile-de-France.

    Quinze lits ont été rouverts depuis, annonce jeudi 12 décembre, François Crémieux, le directeur général adjoint de l’AP-HP, qui assure que le groupe hospitalier « a mobilisé tous les moyens possibles en termes de ressources humaines » pour parvenir à pourvoir les postes infirmiers manquants, des postes « hyperspécialisés, nécessitant des temps de formation de deux à trois mois ».

    « Des difficultés à trouver une place »
    Au-delà de la gêne pour les familles des nourrissons concernés, cette crise a mis sous pression tous les services pédiatriques de la région. « Certains soirs, quand on prenait la garde, on savait qu’il n’y avait plus de lit de réa pour toute l’Ile-de-France, raconte Simon Escoda, le chef des services d’urgences pédiatriques de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis. Sachant cette grande pénurie, on a gardé sur site des enfants qui avaient des marqueurs de sévérité significatifs qu’on aurait largement transférés dans d’autres situations. C’est un glissement de tâche contraint et forcé. Quant aux dix-huit transferts pour insuffisance respiratoire que nous avons dû faire, nous avons quasiment à chaque fois eu des difficultés à trouver une place. »
    Conséquence : « beaucoup d’énergie » consacrée à la recherche d’une place et à la surveillance du nourrisson, au détriment des autres tâches, entraînant « un retard des soins courants ». En novembre, la durée moyenne d’attente des consultations le soir aux urgences pédiatriques de Delafontaine était ainsi d’environ cinq heures, soit plus que l’hiver précédent. « Cette mise en tension permanente entraîne le système au bord de la rupture », déplore Laurent Dupic, réanimateur pédiatrique à l’hôpital Necker, qui évoque le « stress permanent » des soignants à qui il est demandé de « faire entrer et sortir très rapidement » les bébés hospitalisés, pour libérer des lits.

    Au-delà des services de « soins critiques » de l’AP-HP, plusieurs chefs de service de pédiatrie racontent souffrir d’un fort turn-over de leurs équipes soignantes, ainsi que des arrêts maladie non remplacés. « Les infirmières s’auto-remplacent, s’épuisent et finissent par craquer », raconte Simon Escoda, à Saint-Denis. « Les services sont exsangues, les gens ne veulent plus travailler dans ces conditions-là et s’en vont », résume Vincent Gajdos, chef de service à l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart (Hauts-de-Seine).

    « Il va il y avoir une catastrophe »
    Dans un témoignage saisissant relayé par le Collectif interhôpitaux, le chef de service de pédiatrie d’un établissement francilien décrit la difficulté de gérer l’épidémie avec une équipe composée d’un tiers de jeunes infirmières, dont certaines tout juste sorties d’école. « Je vous laisse deviner [leur] réaction face à un bébé de 3 ou 4 kg qui suffoque brutalement à cause de sa bronchiolite et qu’il faut intuber rapidement et brancher à un respirateur en attendant l’arrivée du SAMU pédiatrique qui est bloqué avec le transfert d’un autre patient ailleurs », écrit-il, estimant ne plus travailler « dans des conditions de sécurité, ni pour les patients, ni pour les soignants, ni pour nous autres, médecins ».
    Plusieurs chefs de service interrogés disent leur crainte d’un accident. « Si on reste comme ça, il va il y avoir une catastrophe, un enfant qui va mourir dans le camion d’un SMUR, dans un centre hospitalier ou pire, en salle d’attente. C’est la hantise de tout le monde », raconte l’un d’eux.
    Alertée sur cette situation de crise, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, a diligenté le 4 décembre une mission « flash » de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) afin qu’elle fasse rapidement des « préconisations de court et de moyen terme pour résorber les tensions et optimiser la couverture des besoins » en lien avec le pic épidémique hivernal en Ile-de-France.

    Une décision mal reçue par une partie des chefs de service de l’hôpital Necker qui ont envoyé une lettre à la ministre – dont des extraits ont été publiés par Libération – pour faire valoir leur « profonde incompréhension » face au déclenchement d’une telle procédure alors que, selon eux, l’actuelle épidémie ne fait que révéler « les insuffisances d’une structuration hospitalière à bout de souffle ».
    La crise pourrait désormais prendre une tournure plus politique. Lors d’une réunion surprise, vendredi 6 décembre, avec les seuls chefs de service de l’hôpital Necker – l’établissement où elle exerçait auparavant – Mme Buzyn aurait directement mis en cause, selon les témoignages de plusieurs participants, la mauvaise anticipation de l’épidémie par la direction de l’AP-HP. Une mise en cause qui donnera un relief particulier aux conclusions des inspecteurs de l’IGAS, attendues d’ici au 19 janvier.

    #hôpital #soin #enfance #barbares

    • La maternité du CHU de Nantes saturée, Yan Gauchard
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/12/la-maternite-du-chu-de-nantes-saturee_6022624_3224.html

      Saturé, le service de maternité a transféré cette année plus de 100 femmes sur le point d’accoucher vers d’autres établissements, parfois en urgence.

      Le diagnostic ne souffre aucune contestation : la maternité du CHU de Nantes (Loire-Atlantique) est saturée. Configuré pour assurer 3 800 accouchements, le service pourrait, pour la première fois de son existence, frôler les 4 500 naissances à l’issue de l’exercice 2019, selon Sylvie Moisan, du syndicat FO.
      A la fin du mois de septembre, on dénombrait plus de cent parturientes transférées, parfois en urgence, vers d’autres établissements, publics comme privés. « Il y a des risques avérés pour les mamans, leurs bébés, et le personnel », dénonce Mme Moisan.

      Conditions de sécurité
      Interpellée le 26 septembre par les syndicats, Laurence Halna, directrice des soins au sein du pôle « femme, enfant, adolescent » du CHU, a livré ce constat accablant : « Notre objectif, c’est d’accoucher les femmes dans des conditions maximales de sécurité. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. »
      Dans un do­cument interne que Le Monde a consulté, Luc-Olivier Machon, directeur des ressources humaines, confirme la situation de « surchauffe » et partage le constat que le service n’est « plus dimensionné par rapport à l’activité enregistrée ».
      « A la question : est-ce que l’on peut continuer comme cela indéfiniment, la réponse est clairement : non », précise M. Machon.

      « On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour. »
      Dans ce même document, Marie, sage-femme, fait part de la « détresse » du personnel, et parle « d’équipes en souffrance ».« On a des professionnelles épuisées, qui dépassent largement les quatorze heures par jour », relève Roland ­Jaguenet, de la CGT (majoritaire).

      « Dans le vestiaire, dit Marie, on se prépare à aller en garde comme pour aller au front. » La dégradation des conditions de travail, observe la sage-femme, a commencé il y a deux ans. « Depuis 2017, chaque mois est un nouveau record. Là, on arrive au maximum de notre capacité. On a eu un été difficile, on s’est retrouvé face à une vague qu’on n’a pas pu contenir. »
      Une cellule de crise a été activée pour tenter de réguler les flux de patientes. Et la direction a expérimenté l’ouverture d’une unité éphémère de dix lits en secteur pédiatrique durant l’été. « C’était du bricolage, fustige M. Jaguenet. L’accueil des proches a été limité de façon drastique, et les agents ont couru dans tous les sens. »

      « Parfois, on se fait peur »
      Arrivée aux urgences du CHU « après avoir perdu les eaux », Marie Robinet, 23 ans, a été orientée, « après deux heures d’attente dans les couloirs », vers une clinique :
      « Je pensais que j’allais être invitée à monter dans une ambulance, prise en charge par du personnel habilité. Mais non : les agents ont désigné ma mère et mon petit ami, et ont dit : “Vous avez un véhicule, vous pouvez vous y rendre par vous-mêmes.” Vous n’allez pas accoucher dans la demi-heure qui suit… »
      La jeune femme décrit « une situation hyperstressante », et juge les conditions de son transfert « irresponsables », interrogeant : « Que serait-il arrivé si cela s’était mal passé ? »
      « Parfois, on se fait peur, énonce Marie, sage-femme. On apprend que la femme a accouché juste à son arrivée… C’est dur aussi en termes relationnels : il faut négocier avec les gens, les familles, les maternités. »
      La direction a créé, à la rentrée, douze postes pérennes, ainsi qu’un poste d’assistante sociale pour traiter la problématique des patientes en grande précarité. L’établissement, analyse M. Machon, est victime de son succès du fait de la qualité des soins dispensés, et de son haut niveau de prise en charge.
      Futur CHU
      Pour sortir de la crise, la direction prévoit de mettre en place, à compter du premier semestre 2020, un dispositif de formalisation des inscriptions, permettant, au besoin, d’aiguiller les patientes vers une maternité publique coopérant au sein du groupement hospitalier de territoire (Ancenis, Châteaubriant, Saint-Nazaire), ou des cliniques.
      « À partir du moment où l’on voit poindre de réels soucis de sécurité ou que l’on recourt à des transferts tardifs dans des conditions plutôt désastreuses pour la parturiente, il apparaît préférable d’anticiper l’afflux des patientes », justifie un cadre.
      La CGT doute du calibrage du futur CHU qui doit surgir de terre à l’horizon 2026, sur l’île de Nantes, au terme de 953 millions d’euros de travaux. Et ce, même si deux salles de naissance supplémentaires sont prévues dans la maternité. Les agents redoutent que les sorties précoces (moins de soixante-douze heures d’hospitalisation) se multiplient. « Sincèrement, je ne vois pas comment on peut en faire davantage », avertit une sage-femme.

      #maternité

  • Le Monde - Seize « individus proches de la mouvance "black bloc" » arrêtés à Bordeaux avant une manifestation de « gilets jaunes »

    #Dix hommes et six femmes, âgés de 19 à 45 ans ont été placés en #garde_à_vue. Selon les autorités, ils « n’allaient visiblement pas manifester de façon pacifique », ce samedi 7 décembre.

    « Le choix de #Bordeaux, devenue au fil des actes une des villes hors Paris où la mobilisation des « gilets jaunes » était la plus forte, ne le surprend pas. « Il y a des points d’ancrage dans certaines villes, dont Bordeaux, avec des personnes qui essaient seules ou avec du renfort, de peser sur une ville et de faire déraper une manifestation en s’en prenant aux forces de l’ordre. »

    Les seize hommes et femmes interpellés ont, durant leur garde à vue, « reconnu qu’ils s’étaient retrouvés en vue de la manifestation de l’après-midi, dévoile la procureure de la République de Bordeaux, Frédérique Porterie. Aucun ne revendique cependant la propriété des objets retrouvés en perquisition. » Un gros travail de police technique et scientifique s’annonce.

    « Cinq d’entre eux sont connus de la justice », précise le parquet de Bordeaux, pour participation à un attroupement avec arme et dissimulation de visage, pour violences avec arme ou encore pour des infractions à la législation sur les stupéfiants. D’autres ont été vus et remarqués à l’occasion de manifestations de « gilets jaunes » ou du dernier G7, à Biarritz. Tous ont été déférés lundi au parquet de Bordeaux. Une information judiciaire pour « dégradation et association de malfaiteurs en vue de commettre des dégradations et des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » a été ouverte.

    Des réquisitions de placement en détention provisoires ont été prises à l’encontre de l’ensemble des seize mis en cause. Seuls trois d’entre eux, cependant, en ont finalement fait l’objet. Les autres ont été placés sous contrôle judiciaire.« 

  • Le Monde.fr
    Réforme des #retraites : les #syndicats de #policiers appellent à à un « black-out complet » dès le 11 décembre

    Pour protester contre une réforme qui pourrait remettre en cause leur statut, les syndicats menacent de ne plus assurer, au moins partiellement, leurs missions de maintien de l’ordre.

    « Le Monde - Réforme des retraites : les syndicats de policiers appellent à à un « black-out complet » dès le 11 décembre

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/10/la-tension-sociale-monte-au-sein-de-la-police_6022326_3224.html
    | 10.12.2019 à 11:30

    « Par ailleurs, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), un agent a vu sa porte recouverte d’inscriptions, parmi lesquelles « Un flic suicidé à moitié pardonné ». Dans la foulée, les organisations ont alerté sur une série de prises à partie d’agents sur la voie publique ou sur le chemin de leur domicile, à Saint-Dizier (Haute-Marne) ou à Choisy-Le Roy (Val-de-Marne). Ces accrochages ne semblent cependant pas forcément liés à leur statut de policier. Des enquêtes ont été chaque fois ouvertes pour déterminer les circonstances exactes des faits.

    « Il y a un peu une course à l’échalote entre les différents syndicats pour savoir qui aura la main sur la contestation, du coup ils en font beaucoup dans la surenchère », estime un haut gradé, qui souligne l’entrée en vigueur de la loi sur la fonction publique en 2020. La suppression envisagée des commissions administratives paritaires, qui décident des mutations et des avancements, pourrait priver les organisations d’un de leurs principaux leviers d’action et faire baisser la participation aux prochaines élections professionnelles. De quoi resserrer les rangs syndicaux ?

    Ces derniers jours, les vues se sont rapprochées entre Unité SGP Police-FO et ses deux concurrents, Alliance police nationale et UNSA-Police, qui avaient fait cause commune dès le départ. Un front uni qui ne fait pas les affaires de la Place Beauvau, à l’orée d’un hiver mouvementé.« 

  • L’ordre des médecins sévèrement critiqué par la Cour des comptes


    Dans un audit publié lundi, la Cour des comptes a condamné le fonctionnement de l’ordre des médecins, dénonçant sa gestion « dispendieuse » et de « graves lacunes » dans l’exercice de ses missions.

    Une gestion « dispendieuse » marquée par des « faiblesses, voire des dérives, préoccupantes », de « graves lacunes » dans l’exercice de certaines missions, de « sérieux dysfonctionnements » de la justice disciplinaire…

    La Cour des comptes a publié, lundi 9 décembre, un audit particulièrement sévère du fonctionnement de l’ordre des médecins, un organisme privé chargé d’une mission de service public, auquel 290 000 médecins sont tenus de s’enregistrer et de cotiser. Sitôt le rapport publié, l’ordre a annoncé en contester « des pans entiers », regrettant notamment que « de nombreuses actions correctives menées depuis presque deux ans » n’aient pas été prises en compte.
    Villa avec piscine sur les hauteurs de Marseille

    Premier axe de critique : les finances. A raison de 335 euros versés annuellement par chaque médecin en activité, l’ordre des médecins disposerait de « ressources abondantes, supérieures à ses besoins », avec près de 152 millions d’euros de réserve fin 2017. Combinée à de « grandes faiblesses managériales, organisationnelles et comptables », cette situation a favorisé des « pratiques contestables », estime la Cour.

    Le conseil régional de l’ordre de Provence-Alpes-Côte d’Azur (trois salariées) a par exemple acheté en 2012 sur les hauteurs de Marseille une villa « avec vue dégagée » de 318 mètres carrés, avec jardin et piscine, pour 1,7 million d’euros et 1,1 million de travaux. Le coût total des travaux du nouveau siège national de l’ordre, dans le 17e arrondissement de la capitale, n’a, pour sa part, « pas été maîtrisé ».

    La Cour des comptes relève en outre une politique salariale « particulièrement avantageuse » pour les salariés du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), avec des salaires « élevés » et des primes « généreuses ». Les seize membres du bureau de ce conseil se sont partagé plus d’un million d’euros d’indemnités en 2017, le président touchant 9 177 euros brut d’indemnité forfaitaire chaque mois.

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/09/l-ordre-des-medecins-severement-critique-par-la-cour-des-comptes_6022207_322
    –---

    Ici les noms de ces dispendieux médecins, presque tous des hommes alors que la profession est majoritairement féminisé.
    https://www.conseil-national.medecin.fr/lordre-medecins/conseil-national-lordre/lorganisation-conseil-national

    Membre désigné par le Garde des Sceaux - M. Marcel POCHARD.
    Membre désigné par l’Académie nationale de médecine - Pr Jean-Pierre OLIE.

    Depuis juin 2019, le Conseil national est renouvelé par moitié tous les trois ans sur le mode paritaire hommes-femmes. Il en est de même pour les conseils départementaux et régionaux.
    Le Bureau
    Le bureau du Conseil national a été élu le 26 juin 2019 suite au renouvellement par moitié des conseillers nationaux du 20 juin 2019. Le Dr Patrick Bouet, président sortant, a été renouvelé pour un troisième mandat.

    Président : Dr Patrick BOUET

    Secrétaire général : Dr François ARNAULT

    Trésorier : Dr Walter VORHAUER

    Vice-présidents :

    Dr Marie-Pierre GLAVIANO-CECCALDI
    Dr Jean-Marcel MOURGUES
    Dr Gilles MUNIER
    Pr Serge UZAN

    Présidents de section :

    Section Ethique et déontologie : Dr Anne-Marie TRARIEUX
    Section Exercice professionnel : Dr François SIMON
    Section Formation et compétences médicales : Pr Robert NICODÈME
    Section Santé publique : Dr Bruno BOYER

    Délégué général aux relations internes : Dr Jacques MORALI
    Délégué général aux affaires européennes et internationales : Dr Jean-François RAULT
    Délégué général aux données de santé et au numérique : Pr Stéphane OUSTRIC

    Secrétaires généraux adjoints :

    Pr Bernard GUERRIER
    Dr Gérard ICHTERTZ
    Dr Pierre MAURICE

    Le Conseiller d’Etat assiste le Bureau avec voix délibérative (article L. 4132-4 du code de la santé publique).

    • Pour rappel l’an dernier c’etait pareil avec à l’époque une dénonciation de la violophilie du conseil. Cette année on s’en fout des violences sexuelles.

      Abus sexuels, comptabilité « insincère »… L’Ordre des médecins étrillé dans un rapport de la Cour des comptes

      Le Canard enchaîné, qui paraîtra mercredi 27 février, dévoile un rapport provisoire de la Cour des comptes qui esquinte l’Ordre des médecins, accusé de ne pas sanctionner des abus sexuels et de comptabilité « insincère ».

      https://www.ouest-france.fr/politique/institutions/cour-des-comptes/abus-sexuels-comptabilite-insincere-l-ordre-des-medecins-etrille-dans-u

      En fait non il y a toujours un grave problème de violophilie dans le conseil, c’est juste le journal le monde qui s’en fiche

      La Cour des comptes étrille la gestion des plaintes sexuelles par l’Ordre des médecins
      Dans un rapport publié ce lundi, la Cour des comptes dénonce la complaisance de l’Ordre à l’égard de praticiens soupçonnés d’agressions sexuelles et critique aussi le manque de rigueur financière. L’Ordre conteste en bloc.

      http://www.leparisien.fr/economie/la-cour-des-comptes-etrille-la-gestion-des-plaintes-sexuelles-par-l-ordre

      La Cour cite par exemple les procès de deux gynécologues de la région parisienne, d’un généraliste de la région Nord et de plusieurs psychiatres de la Sarthe. Pour l’un des gynécologues, condamné à huit ans de prison en 2014 pour le viol ou l’agression sexuelle de six patientes, la Cour rapporte qu’en 2012 l’Ordre a été condamné à indemniser une victime pour avoir couvert les agissements du médecin pendant plusieurs années. Après l’analyse d’une cinquantaine de décisions rendues par l’Ordre entre 2016 et 2017, elle relève des « irrégularités de procédure. Les plus fréquentes concernent des plaintes traitées comme de simples doléances ».

      43 % des plaintes rejetées. Entre 2014 et 2017, 150 plaintes concernant des atteintes sexuelles ont été enregistrées dans les chambres disciplinaires des ordres départementaux. 43 % ont fait l’objet d’un rejet. L’une d’elles parce que la plaignante n’avait pas acquitté le droit de timbre… Seules 12 % des plaintes ont en fait abouti à des radiations fermes. L’une d’elles, prononcée en 2016, concerne un médecin condamné par un tribunal correctionnel à six mois d’interdiction d’exercer en 2000, et qui avait récidivé en 2015… Le reste des plaintes s’est soldé par des blâmes ou des interdictions-suspensions toujours assorties de sursis.

      Un Ordre peu représentatif. Age, sexe… Quand elle a scanné l’ensemble des 3 311 conseillers ordinaux, le décalage avec la réalité a sauté aux yeux de la Cour : moins d’un tiers sont des femmes alors qu’elles représentent 46 % des médecins. Et si l’on remonte la hiérarchie, au sein du conseil national, elles ne représentent que 9 % des conseillers. Idem pour l’âge moyen : 68 ans au conseil national, contre 51 pour les médecins actifs. Enfin, malgré un généreux défraiement des conseillers ordinaux sollicités, la Cour a été surprise de son constat : « Le taux d’absentéisme aux scrutins ordinaux est de 75 % et le cumul des mandats fréquents ». Ceci explique peut-être cela.

  • @davduf #violences_policieres #maintient_de_l’ordre #doctrine
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/07/8-decembre-2018-recit-d-une-journee-incandescente-ou-la-doctrine-du-maintien
    “Je ne suis pas tombé, j’ai tenu mon #oeil dans ma main, mon pote m’a dit “tu n’as plus d’œil”. Je l’ai jeté par terre. Après, une dame nous a ouvert le sas de son immeuble pour qu’on se réfugie, on était deux ou trois, mais j’étais l’un des plus gravement atteints, on m’a laissé passer un barrage parce que je pissais le sang, ils ont vu la gravité”
    #harcor #grr #mais_putain !

    • « Allez-y franchement, n’hésitez pas à percuter. Ça fera réfléchir les suivants » : le jour où la doctrine du maintien de l’ordre a basculé
      Par Yann Bouchez , Samuel Laurent et Nicolas Chapuis
      Publié le 07 décembre 2019 à 11h51, mis à jour hier à 06h51

      RÉCIT
      Après le saccage de l’Arc de triomphe, les autorités modifient leur stratégie face aux « gilets jaunes » : arrestations sur des motifs flous, dispersions et tirs de LBD. Le 8 décembre 2018, 126 personnes sont blessées à Paris. « Le Monde » a reconstitué la journée.

      La pluie glaçante qui s’abat sur Paris a des relents acides de gaz lacrymogène. Elle chasse les dernières silhouettes qui s’attardaient encore place de la République. Quelques flammèches s’élèvent çà et là des carcasses fumantes qui parsèment les rues, vestiges d’une journée incandescente. Il est 23 h 30, ce samedi 8 décembre 2018, et le sol jonché de douilles, cartouches et autres éclats de grenades, témoigne de la violence des affrontements entre les forces de l’ordre et les « gilets jaunes », qui ont secoué toute la journée la capitale.

      Sur son compte Twitter, Emmanuel Macron publie un message de félicitations adressé aux policiers et gendarmes mobilisés : « Merci pour le courage et l’exceptionnel professionnalisme dont vous avez fait preuve. » Le chef de l’Etat respire : la Préfecture de police a remporté la « bataille » de la rue face aux manifestants. Les autorités, qui avaient vécu le saccage de l’Arc de triomphe la semaine précédente comme une humiliation, voulaient reprendre la main. C’est désormais chose faite.

      Lire aussi :
      « Gilets jaunes » : le 1er décembre, le jour où tout a basculé avec la « prise » de l’Arc de triomphe
      Mais à quel prix ? Plus d’un millier de personnes ont été interpellées à Paris sur des motifs flous, souvent avant même de prendre part au rassemblement prévu sur les Champs-Elysées. L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris dénombre 126 blessés. Douze personnes ont été touchées à la tête par un tir de lanceur de balles de défense, le fameux LBD 40. Parmi elles, quatre ont perdu un œil. Côté forces de sécurité, on dénombre 17 blessés dans la capitale.

      Si le 1er décembre et ses dégradations symboliques restent dans toutes les mémoires, le 8 décembre constitue un véritable tournant qui a fixé dans la durée de nouveaux standards. Les évolutions tactiques mises en place lors de l’acte IV des « gilets jaunes » par la police et la gendarmerie ainsi que l’arsenal législatif répressif utilisé servent désormais de référence aux opérations de maintien de l’ordre. A l’aide de témoignages de manifestants, de policiers, ainsi que de nombreux documents inédits, Le Monde a reconstitué cette journée hors norme dans la capitale à plus d’un titre.

      Vendredi 7 décembre : « Une opération exceptionnelle »
      « Si vous vous demandez pourquoi vous êtes entrés dans la police, c’est pour un jour comme celui-ci ! », clame un haut gradé. A la salle de commandement de la Préfecture de police, sur l’île de la Cité à Paris, le dernier briefing a des allures de veillée d’armes, vendredi 7 décembre. Le matin même, six personnes liées à l’ultradroite et soupçonnées d’avoir participé à des dégradations sur l’Arc de triomphe ont été perquisitionnées. La pression est forte sur les épaules de Michel Delpuech. Le préfet de police sait que son siège est en jeu après le fiasco du 1er décembre.

      Les réunions se sont succédé toute la semaine. Une fois n’est pas coutume, les ministères de l’intérieur et de la justice ont travaillé main dans la main pour définir le cadre légal dans lequel opéreront les forces de l’ordre. L’objectif ? Des vagues d’interpellations massives menées en amont de la manifestation, qui s’appuient sur une série de réquisitions délivrées par les procureurs, aux contours inhabituellement larges. Ces documents, que Le Monde s’est procurés, constituent la pierre angulaire du dispositif.

      Le parquet de Paris évoque ainsi le 6 décembre, une « opération exceptionnelle » en raison de la manifestation des « gilets jaunes ». Exceptionnels, les contrôles le sont par leur durée et leur ampleur. Là où de telles réquisitions sont en général localisées dans le temps et l’espace, elles portent cette fois-ci sur une grande partie de la région parisienne, sur les principaux axes routiers et même sur les départements limitrophes de l’Ile-de-France. Les autorisations, émises à partir du jeudi 6 décembre, se chevauchent pour étendre la durée des contrôles sur plusieurs jours, jusqu’aux dernières heures du samedi 8 décembre.

      Du côté policier, on cherche à innover en rendant les troupes plus mobiles. La stratégie très statique du 1er décembre avait fait l’objet de toutes les critiques. La direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), qui gère l’ensemble des commissariats de Paris et de la petite couronne, propose de réquisitionner les motos pour déplacer plus rapidement les effectifs et procéder à des interpellations. C’est la création des détachements d’action rapide (DAR), qui deviendront bientôt les brigades de répression de l’action violente motorisées (BRAV-M). Ces unités, qui rappellent à certains les fameux voltigeurs interdits après la mort de Malik Oussekine, en 1986, se sont peu à peu imposées comme des pièces centrales des dispositifs de maintien de l’ordre.

      Samedi 8 décembre, 6 heures : « On nous a fait mettre les mains sur la tête »
      Cet acte IV, Marie B. ne voulait le manquer à aucun prix, après avoir participé trois semaines plus tôt au mouvement sur le rond-point de l’aéroport de Dole. Dès le vendredi soir, un peu après 23 heures, cette jeune femme blonde énergique de 32 ans, alors intérimaire dans l’industrie, a rejoint une cinquantaine de « gilets jaunes » du Jura pour parcourir en bus les sept heures de trajet jusqu’à Paris. Onze euros l’aller-retour, le budget transport est modeste, à l’image des revenus des manifestants.

      Une arrestation de « gilets jaunes », à Paris le 8 décembre 2018. LAURENCE GEAI POUR « LE MONDE »
      Comme nombre de « gilets jaunes » déjà présents le 1er décembre à Paris, ils ont pris des casques et des lunettes pour se protéger des gaz lacrymo ou d’éventuels tirs de LBD. Ils n’auront pas l’occasion de se servir de ces équipements de fortune. Arrivés près de la gare de Lyon vers 6 heures du matin, ils sont interpellés par des policiers, à la descente du bus. Sans un mot d’explication. « On nous a fait mettre les mains sur la tête dos à eux, face à la vitrine d’un magasin, raconte Marie B. Ils nous ont pris en photo un par un, sur le trottoir, et ont pris nos pièces d’identité. »

      Après de longues minutes d’attente, les quelque 50 passagers du car sont répartis entre plusieurs commissariats. « J’ai été placée en cellule de dégrisement avec cinq filles », raconte Marie, qui se souvient de « la puanteur, la crasse sur les murs » et de « l’humiliation en permanence ». Privés de leurs gilets jaunes et de leur matériel, les manifestants sont libérés dans la soirée, avec souvent un simple rappel à la loi. « Il est minuit, personne n’a dormi depuis plus de vingt-quatre heures. Au retour, pas un mot dans le bus pendant sept heures. Et chacun retourne à sa petite vie de contestataire frustré. »

      9 h 30 : « Si on gaze, c’est pour que vous partiez »
      Les « gilets jaunes » sont des lève-tôt. Confrontées à des tensions dès l’aube, le 1er décembre, les forces de l’ordre se sont positionnées aux premières heures de la journée autour des Champs-Elysées. « Dès 9 h 30, ça gazait de partout, ça piquait sur la place de l’Etoile », se souvient Maximilien Deroubaix. Ce paysagiste de 31 ans est venu en train depuis Mantes-la-Jolie (Yvelines). « On s’était donné rendez-vous gare Saint-Lazare. De la gare aux Champs-Elysées, on a eu une dizaine de contrôles. » Très vite, son masque de protection lui est confisqué par les forces de l’ordre. « Ils nous ont dit mot pour mot : “Si on gaze, c’est pour que vous partiez.” » Il se fera interpeller quelques heures plus tard.

      Sur les Champs-Elysées, le 8 décembre 2018.
      Sur les Champs-Elysées, le 8 décembre 2018. ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
      Les comptes rendus policiers auxquels Le Monde a eu accès permettent de mesurer l’ampleur des interpellations opérées : au total, 1 082 personnes dont 974 placées en garde à vue. Un record dans l’histoire moderne de la police. Les motifs sont multiples : « port d’armes », de « brise-glace », d’une « lampe shocker » (lampe torche puissante), « détention de stupéfiants », « port de masque », « outrage »… « Le principe est simple, on ramasse tout ce qui est vindicatif et tout ce qui porte des équipements de protection, si vous êtes habillé comme un footballeur américain, c’est que vous voulez en découdre », explique un policier.

      A 10 h 35, la police embarque ainsi 78 personnes au métro Quai de la Rapée, proche de la place de la Bastille. Motif : ils sont « issus d’un groupe à risque » dont « certains porteurs de masque ». Une source policière assure que plusieurs membres de l’ultradroite avaient été identifiés dans le groupe. Le cadre juridique est toujours le même : « participation à un groupement en vue de commettre des dégradations et des violences ». Un délit créé sous Nicolas Sarkozy, peu utilisé jusque-là, qui permet de condamner quelqu’un sans même que l’acte ait été commis.

      12 heures : « C’est une taule, c’est pas beau à voir là-dedans »
      Il est aux alentours de midi lorsque la situation se tend soudainement sur le haut de l’avenue des Champs-Elysées. Après la « défaite » symbolique du 1er décembre, pas question de perdre le match retour pour les forces de l’ordre. Sur des vidéos tournées par Pedro Da Fonseca, un journaliste reporter d’images présent sur place, et consultées par Le Monde, on voit des sections de CRS et des groupes de policiers en civil copieusement insultés par les manifestants. Des pavés volent dans leur direction. Les fonctionnaires courent sous les projectiles, certain d’entre eux tirent à l’aveugle. C’est dans cette zone qu’Axelle Marquise, une manifestante de 28 ans venue du Var qui filme la scène, reçoit une cartouche de LBD en plein visage. Elle témoignera de sa double fracture à la mâchoire auprès du site Reporterre : c’était sa première manifestation.

      Au même moment, Thomas Belmonte, étudiant nîmois venu pour la première fois à Paris, est lui aussi victime d’un tir de LBD au visage, pour un total de 25 points de suture. Alors qu’il s’effondre, il assure en avoir reçu un second au thorax. Les tirs se multiplient, de même que les victimes, qui n’ont pas toutes un gilet jaune. A 12 h 15, un journaliste, Paul Conge, est touché par des éclats de grenades désencerclantes. A 12 h 20, un autre photoreporter, Yann Foreix, reçoit un tir de LBD en pleine nuque, heureusement arrêté par son casque.

      Les arrestations se poursuivent à un rythme effréné. Le commissariat de la rue de l’Evangile, dans le 18e arrondissement, où sont emmenées les personnes interpellées, est rapidement saturé. Mais la Préfecture a vu grand pour l’occasion. Le « dépôt », l’ancienne prison située sous le palais de justice sur l’île de la Cité, a été décrassé. Depuis le déménagement du tribunal dans le 17e arrondissement de Paris, les cellules, dans un état lamentable, ne sont quasi plus utilisées que pour les étrangers en situation irrégulière qui passent devant la cour d’appel. « C’est une taule, c’est pas beau à voir là-dedans », souffle un policier. Ce sera le principal centre de traitement judiciaire – baptisé « CTJ Horloge », en référence à la tour du même nom qui domine la Conciergerie.

      13 heures : « Allez-y franchement, n’hésitez pas à percuter »
      Une heure plus tard, la situation n’est pas apaisée, bien au contraire. Le commandement, installé à la Préfecture, dispatche ses unités avec une obsession, éviter que les manifestants érigent des barricades sur le haut de l’avenue des Champs-Elysées. La gendarmerie a ressorti pour l’occasion ses blindés, très efficaces quand il s’agit de déblayer des barrières en feu. « Honnêtement, on n’était même pas sûrs qu’ils étaient en état de rouler », s’amuse un haut gradé.

      Article réservé à nos abonnés Lire aussi
      Maintien de l’ordre en manifestations : la France à l’écart des initiatives européennes pour une « désescalade »
      A la radio, les ordres fusent dans tous les sens. A 13 h 04, « Lutèce », l’indicatif du commandement, demande à « Vulcain 9 », une unité de CRS présente sur les Champs, d’empêcher « l’installation d’obstacles de chaussée ». A 13 h 06, « Lutèce » encourage les CRS, qui progressent sur l’avenue : « Oui, vous pouvez y aller franchement, allez-y franchement, n’hésitez pas à percuter ceux qui sont à votre contact, à proximité… Ça fera réfléchir les suivants. »

      Lors de l’acte IV des « gilets jaunes » à Paris, le 8 décembre 2018.
      Lors de l’acte IV des « gilets jaunes » à Paris, le 8 décembre 2018. LAURENCE GEAI POUR « LE MONDE »
      Autour de 13 h 30, les manifestants parviennent à bloquer l’avenue de Friedland, qui mène à l’Arc de triomphe, avec du mobilier urbain. Le photographe Nicolas Descottes, qui travaille pour Libération, reçoit alors un tir de LBD au visage. « J’avais déjà suivi des manifestations contre la loi travail, cette fois je sentais que ce serait violent, j’ai donc pris un casque avec un sticker presse », raconte-t-il au Monde. Avec d’autres reporters, il s’accroupit derrière un muret. La dernière photo de son appareil montre un groupe de policiers en civil, casqués, dont un, accroupi, semble pointer son arme sur lui. « C’est évident qu’il m’a visé », assure-t-il. Il est touché quelques centimètres sous l’œil, à la joue et à la pommette, dont l’os explose.

      Article réservé à nos abonnés Lire aussi
      « Je ne l’excuse pas, mais je comprends le craquage » : les policiers face à leur propre violence
      Accompagné d’un autre photographe, il se « réfugie derrière un barrage de gendarmes mobiles », qui le prennent en charge et le confient aux pompiers. Admis en urgence à la clinique Ambroise-Paré à Neuilly, puis à la Pitié-Salpêtrière, il subit une opération de plusieurs heures. Nicolas Descottes s’en sort avec soixante jours d’interruption temporaire de travail (ITT) et des broches en titane dans le visage.

      13 h 45 : « J’ai tenu mon œil dans ma main, je l’ai jeté par terre »
      A la même heure, sur l’avenue, la situation reste confuse. Sur plusieurs vidéos consultées par Le Monde, on voit des grappes de manifestants reculer lentement face aux policiers qui descendent depuis l’Arc de triomphe. Un groupe de policiers en civil, qui ne semblent pourtant pas menacés sur les images, tirent plusieurs fois au LBD et touchent au bras Marie-Hélène Drouet, une septuagénaire. Elle s’écroule. « On s’apprêtait à partir, on a même souhaité bon courage au peloton de CRS, assure-t-elle au Monde. Depuis, mon sentiment vis-à-vis de la police a changé, ils ont “tiré dans le tas” et peu importe que j’aie eu 70 ans. Je ne suis plus retournée manifester depuis, on ne sait pas de quoi ils sont capables. » Un canon à eau est déployé sur l’avenue. A 13 h 45, c’est à nouveau un photographe, Boris Kharlamoff, qui est touché au torse.

      Quinze minutes plus tard, Alexandre Frey, intermittent du spectacle en gilet jaune, originaire de la région parisienne, reçoit un tir de LBD à la tête. « Je ne suis pas tombé, j’ai tenu mon œil dans ma main, mon pote m’a dit “tu n’as plus d’œil”. Je l’ai jeté par terre. Après, une dame nous a ouvert le sas de son immeuble pour qu’on se réfugie, on était deux ou trois, mais j’étais l’un des plus gravement atteints, on m’a laissé passer un barrage parce que je pissais le sang, ils ont vu la gravité », raconte ce jeune père de famille. Finalement transporté à l’hôpital par les pompiers, il assure qu’« aucun policier ne [l’a] aidé ».

      Article réservé à nos abonnés Lire aussi
      « Gilets jaunes » : les violences policières, le tabou du gouvernement
      Quelques minutes après, une autre manifestante, Fiorina Lignier, 20 ans, est éborgnée à son tour, cette fois par une grenade lacrymogène. Un troisième manifestant, Patrice Philippe, chauffeur routier originaire des Pyrénées-Atlantiques, perdra lui aussi un œil à la suite d’un tir de LBD, dans l’après-midi, toujours sur les Champs-Elysées. Interrogé par Le Monde sur ces blessures graves, un haut fonctionnaire de la Préfecture ne biaise pas : « On savait qu’il y avait du dégât. »

      15 h 30 : « Les LBD, ça n’arrive pas qu’aux autres »
      Avocat de plusieurs « gilets jaunes » et cofondateur du collectif Robes noires et gilets jaunes qui verra le jour par la suite, Philippe de Veulle est venu en curieux assister à la manifestation, en milieu d’après-midi. « C’est vrai que c’était violent, les manifestants envoyaient des trucs, les flics envoyaient des gaz. » Soudain, « il y a dispersion, les gens courent, on suppose qu’il y a une charge. Je sens un coup dans le dos, ça ressemble à un coup de paintball en dix fois plus puissant. C’est la même sensation qu’une balle, mais qui ne pénètre pas. » Le lendemain, l’avocat se réveille avec des douleurs dans tout le corps. « Je me suis dit ce jour-là : “Bon sang, les LBD, ça n’arrive pas qu’aux autres.” J’étais sidéré par cette violence. Si vous recevez un LBD dans le dos, c’est qu’on peut imaginer qu’ils utilisaient ça pour disperser les gens. Pour faire peur. »

      Lire aussi
      Hausse de plus de 200 % de l’usage de LBD et grenades de désencerclement par la police en 2018
      Au même moment, à quelques centaines de mètres de là, Maximilien Deroubaix tente de quitter la zone des Champs-Elysées. « Les CRS ont chargé, je me suis retrouvé à terre parce que j’ai glissé sur un pavé », mouillé par les lanceurs d’eau. Il est interpellé, « brutalement », selon lui, et se retrouve en garde à vue. Les cellules sont faites pour deux. « On était six, sept dedans, explique-t-il. Il faisait tellement chaud et personne ne voulait ouvrir la porte, du coup on devait sans cesse demander d’aller aux toilettes pour faire entrer un peu d’air. »

      Au « CTJ Horloge », c’est la course contre-la-montre pour « boîter » – placer en garde à vue – les personnes interpellées, qui arrivent par camions entiers. Certains n’ont rien à faire là. Un artisan qui allait faire des réparations chez une vieille dame a été embarqué, à cause de ses outils. L’homme est rapidement relâché. D’autres arrivent dans un état douteux. « On en a vu qui avaient pris la BRI [brigade de recherche et d’intervention, l’antigang] sur la tête, lâche un officier. C’était l’enfer du Vietnam, les officiers de police judiciaire faisaient des concours pour enregistrer les mecs le plus vite possible. Le record : quatre minutes pour une garde à vue. » La quantité se fait au détriment de la qualité. « On a saturé les services avec un millier de gardes à vue et on a raté des vrais dossiers. Il y a eu énormément de classements sans suite parce qu’on ne pouvait pas suivre », regrette ce même officier.

      Un policier ajuste son tir de LBD, à Paris le 8 décembre 2018.
      Un policier ajuste son tir de LBD, à Paris le 8 décembre 2018. ALAIN JOCARD / AFP
      Maximilien Deroubaix fait partie de ceux dont le dossier n’a pas tenu longtemps devant la justice. Il a été relaxé en comparution immédiate le lundi suivant. Il en conserve un souvenir amer : « Moi, depuis ça, les flics, j’ai vraiment du mal à les voir. J’ai un peu de haine. »

      20 h 30 : « Je regarde mes mains pleines de sang »
      En fin d’après-midi, la tension redescend sur les Champs-Elysées. L’épicentre de la contestation se déplace vers la place de la République, où les « gilets jaunes » ont tenté de se joindre à la marche pour le climat, organisée ce même samedi. Des groupes de jeunes issus de la banlieue parisienne convergent vers l’esplanade, qui s’embrase peu à peu. « On constate un changement de physionomie dans les interpellations au fur et à mesure de l’après-midi, témoigne un commissaire de police. Les “gilets jaunes” sont remplacés par des mecs des cités, qui sont là pour piller des magasins et profiter de la “fête”. »

      Barricades, feux de poubelles… Certains veulent rejouer à la tombée de la nuit la même scène que sur les Champs-Elysées. Jusqu’au cocasse : un reporter du Monde sur place aperçoit une bande de jeunes manifestants s’escrimant, sous la bruine qui détrempe tout, à mettre le feu à un canapé apporté au milieu d’une avenue. Sans succès.

      Les forces de l’ordre se positionnent sur les artères entourant la place et forment une nasse. A 20 h 30, Antoine Coste, un graphiste de 26 ans que Le Monde avait rencontré en janvier 2019, est frappé au visage par un objet. Habitant du Marais, il était venu en observateur. Il assure que c’est un projectile de LBD qui l’a atteint. « Je regarde mes mains, pleines de sang, j’essaye de comprendre ce qu’il se passe. J’inspecte mon arcade, je me demande si elle est ouverte, ce qui expliquerait pourquoi je ne vois plus, pourquoi je ne sens plus mon côté gauche. Des gens autour de moi crient “il a été touché”. » La cornée est sectionnée et le plancher orbital fracturé. Antoine Coste vient de perdre l’usage de son œil gauche. C’est le quatrième éborgné de la journée à Paris.

      23 heures : « Un point d’arrêt a été mis à l’escalade de la violence »
      Sur les Champs-Elysées, le calme est revenu. Christophe Castaner entame une tournée des effectifs, durement éprouvés. Au total, 39 policiers et gendarmes ont été blessés contre 28 le 1er décembre. Lors de son point presse, quelques minutes plus tôt, le ministre de l’intérieur a eu cette formule : « Un point d’arrêt a été mis à l’escalade de la violence. » Le bilan matériel n’est pourtant guère brillant. « La réalité, c’est que, le 8 décembre, il y a eu autant de dégâts, voire plus, que la semaine d’avant : il y a eu des vitrines défoncées, des voitures brûlées, ça a été moins symbolique que l’Arc de triomphe, mais beaucoup plus éclaté dans Paris », témoigne un haut fonctionnaire.

      Michel Delpuech, Christophe Castaner et Laurent Nunez s’adressent aux policiers mobilisés le 8 décembre 2018 près des Champs-Elysées.
      Michel Delpuech, Christophe Castaner et Laurent Nunez s’adressent aux policiers mobilisés le 8 décembre 2018 près des Champs-Elysées. ALAIN JOCARD / AFP
      Devant les CRS réunis près de l’Arc de triomphe sous la pluie, Christophe Castaner évoque également des « incidents graves », mais assure qu’« il y a eu beaucoup moins de blessés, beaucoup moins de violence » que la semaine passée. Les chiffres fournis par le ministère de l’intérieur disent néanmoins le contraire : 264 personnes ont été blessées à travers la France contre 201 la semaine précédente. Plus d’un an après le début de la mobilisation des « gilets jaunes », le 8 décembre reste la journée qui aura marqué les manifestants le plus durement dans leur chair.

      Le 8 décembre 2018 en chiffres
      Dans un bilan publié le 9 décembre 2018, le ministère de l’intérieur donne les principaux chiffres de cette journée hors du commun.

      120 000 policiers, gendarmes et pompiers ont été mobilisés le 8 décembre 2018, soit quasiment autant que le nombre de manifestants (125 000, dont 10 000 à Paris).

      1 723 interpellations ont été réalisées sur le territoire.

      1 220 personnes ont été placées en garde à vue.

      264 personnes ont été blessées, dont 39 parmi les forces de l’ordre.

      246 entreprises, selon la chambre de commerce de Paris, ont fait l’objet d’actes de vandalisme dans la capitale, contre 237 une semaine plus tôt.

  • Les pouvoirs publics débordés par le nombre de jeunes mères sans abri
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/02/les-pouvoirs-publics-debordes-par-le-nombre-de-jeunes-meres-sans-abri_602128

    Les associations de lutte contre la précarité alertent sur l’importance du phénomène cet hiver. « Nous estimons à 146 le nombre de bébés nés dans la rue cette année, alors qu’ils n’étaient que 100 en 2018 et 49 en 2017. La progression est fulgurante », témoigne Gilles Petit-Gats, directeur de la Coordination de l’accueil des familles demandeuses d’asile, gérée par le Centre d’action sociale protestant.

    « Depuis quelques semaines, on a de plus en plus de mamans qui dorment dehors avec leurs bébés, des assistantes sociales nous demandent des nacelles pour que les bébés puissent dormir dans la rue », raconte Samra Seddik, sage-femme et présidente d’Un petit bagage d’amour, une association d’aide aux femmes enceintes dans la grande précarité.

    #naître #accouchement

  • « Gilet jaune » blessé à l’œil samedi à Paris : un juge d’instruction va mener l’enquête
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/22/gilet-jaune-blesse-a-l-il-samedi-a-paris-un-juge-d-instruction-va-mener-l-en

    Me Alimi avait annoncé, mardi, le dépôt d’une plainte pour obtenir plutôt la désignation d’un juge d’instruction. Sa plainte vise nommément le préfet Didier Lallement, l’accusant de complicité pour avoir autorisé l’usage de lanceurs de grenade 56 mm.

    Sur Twitter il rajoute :

    Effectivement, à toutes les victimes #violencespolicieres, il est désormais fortement recommandé de refuser toutes auditions de victimes par #IGPN et #IGGN, hors contrôle d’un juge d’instruction jusqu’à leur remplacement par organe impartial et indépendant

  • Trois tonnes de cocaïne saisies dans un sous-marin au large de l’Espagne
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/27/espagne-un-sous-marin-saisi-contenait-100-millions-d-euros-de-cocaine_602077


    Le sous-marin ayant servi à transporter de la cocaïne à Aldan, au nord de l’Espagne, le 27 novembre.
    LALO R. VILLAR / AFP

    L’interception de ce « narco sous-marin », qui contenait de la cocaïne pour une valeur de 100 millions d’euros, est inédite en Europe.

    Un « narco sous-marin » au ventre bien rempli. A l’intérieur, les enquêteurs ont découvert trois tonnes de cocaïne d’une valeur de 100 millions d’euros. Une interception inédite en Europe, ont souligné les autorités espagnoles mercredi 27 novembre.

    Le semi-submersible d’une longueur de 20 mètres, aurait pu passer inaperçu sous la surface des eaux de l’Atlantique. Il a, finalement, été arraisonné samedi au large des côtes de la région de la Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne. Deux personnes ont été arrêtées. Aidés par des plongeurs, les policiers ont mis trois jours à le renflouer puis à l’acheminer vers le port d’Aldan, près de Vigo. A son bord, les enquêteurs ont compté 152 paquets de drogue.


    La plupart de ces sous-marins ne peuvent pas complètement plonger, mais certains peuvent s’immerger jusqu’à 30 mètres de profondeur.
    LALO R. VILLAR / AFP

  • Amnésie traumatique VS faux souvenirs

    En voyant des gendarmes garés devant chez elle, Marie s’inquiète : qu’est-ce qu’elle a pu faire pour mériter une telle visite ? Elle s’étonne quand les enquêteurs lui annoncent qu’elle aurait été victime de pédophilie. Elle s’entend leur demander : « J’ai été attouchée ? » « Non, madame, violée. » Le mot la frappe de plein fouet. « Je n’arrivais pas à me l’attribuer. C’est comme le cancer, ça n’arrive qu’aux autres. » Marie, 33 ans, mère de famille et vendeuse, a beau chercher : sa mémoire est vide. Et vient le plus dur : « Comment j’ai pu oublier ça ? »

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/27/affaire-du-chirurgien-pedophile-le-vertige-des-victimes_6020728_3224.html


    Souvenirs refoulés ou fausse mémoire ? L’amnésie traumatique dans les jurisprudences américaine et israélienne
    https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-la-justice-2016-4-page-649.htm

  • « Gilets jaunes » : un an après les brutalités commises par la police dans un Burger King, les ambivalences de l’IGPN
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/26/gilets-jaunes-le-piege-du-burger-king-le-1er-decembre-2018_6020509_3224.html


    Boivin Samuel/ABACA

    Le dossier, dont Le Monde a pris connaissance, témoigne de la façon ambivalente dont ont été menées les premières investigations de la police des polices.

    D’un côté, les enquêteurs ont établi avec une grande précision la violence des faits, dont le déroulé fait apparaître un emploi de la force par les CRS qualifié à plusieurs reprises d’« injustifié ». Les coups y sont détaillés pour chaque manifestant, notamment grâce à la vidéosurveillance du restaurant, un document jusque-là inédit. La grande pression à laquelle ont été soumises les forces de l’ordre ce jour-là est également parfaitement documentée, à l’aide de rapports confidentiels dont Le Monde dévoile le contenu.

    De l’autre, les agents de l’IGPN ont échoué pour le moment à identifier la quasi-totalité des CRS impliqués, ainsi qu’une bonne partie des victimes. L’impossibilité de désigner les auteurs des violences semble davantage due au manque d’empressement des enquêteurs qu’à la confusion des événements : un an après les faits, sur les 14 fonctionnaires qui ont pénétré dans le fast-food, seul le capitaine a été interrogé. La justice dispose pourtant de la liste nominative des 13 autres polic[…]

    #paywall

    #ambivalence ? vraiment ?
    On peut dire beaucoup plus nettement que l’IGPN n’enquête que très, très mollement sur les cas flagrants de non respect de bla, bla, bla,…

    Enfin, l’IGPN est chargée de veiller au respect, par les fonctionnaires de police, des lois et des règlements et du code de déontologie de la police nationale. Dans ce cadre, elle effectue les enquêtes qui lui sont confiées par les autorités administratives et judiciaires qui seules peuvent la saisir.

  • La Ville de Paris va proposer à l’achat des appartements à moitié prix
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/24/la-ville-de-paris-va-proposer-a-l-achat-des-appartements-a-moitie-prix_60203

    Ces logements qui auront « trois à quatre pièces » seront réservés à des familles aux revenus modestes – pour l’instant, plafonnés à 4 500 euros net mensuels pour un couple avec un enfant et 5 000 euros net pour un couple avec deux enfants –, sélectionnées par une commission sur la base de critères multiples, dont le fait d’avoir « un lien avec Paris », en y vivant ou en y travaillant, et « sortir d’un logement social ».

    • Avec l’effondrement de société qui s’en vient, le calcul m’apparaît plus financier - façon liquidation avant cessation/sécession - que social ^^ sinon il serait proposé plutôt de la location !

  • Un couple de « gilets jaunes » jugé pour un vol de fourchettes au Fouquet’s
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/16/un-couple-de-gilets-jaunes-en-proces-pour-un-vol-de-fourchettes-au-fouquet-s


    Géolocalisation « pour trois fourchettes »

    « On la repère, on la voit faire ses courses au marché, acheter ses poireaux, on la suit un peu partout en temps réel, raille Me Alimi. Ces dispositifs sont habituellement utilisés en matière de crime organisé. Là, on l’a utilisé pour trois fourchettes, et sans autorisations expresse du procureur de la République. »

    #gilets_jaunes #justice_de_classe

  • Hôpitaux : silence, on coule !
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/11/13/hopitaux-silence-on-coule_6019000_3232.html

    Selon la Fédération hospitalière de France, qui met en cause « le #sous_financement_organisé de l’#hôpital », cette incapacité à répondre aux besoins de personnel concerne 97 % des établissements de soins publics.

    #France #sabotage #criminel

    Quel dommage ! Quel gâchis !

  • Au procès du Mediator, les « négligences » de l’ANSM à la barre
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/12/au-proces-du-mediator-les-negligences-de-l-ansm-a-la-barre_6018817_3224.html

    « Il a été établi que l’ANSM n’avait pas, à compter des premières alertes de 1995 et jusqu’en 2009, accompli les diligences normales compte tenu de la nature de sa mission, de ses compétences, du pouvoir et des moyens dont elle disposait », peut-on lire dans l’ordonnance qui renvoie l’agence devant le tribunal, aux côtés du laboratoire.
    Face à face

    Servier et ANSM ont beau se trouver côte à côte sur les bancs des prévenus, ils sont en réalité face à face. Les avocats du laboratoire et ceux de l’agence ne cessent de se contrecarrer depuis l’ouverture des débats, chacun s’évertuant à souligner la responsabilité de l’autre dans l’affaire.

    Une distinction est d’ores et déjà établie : contrairement au laboratoire, l’agence doit répondre d’une faute non intentionnelle. Alors que Servier est jugé pour « tromperie », « escroquerie », « trafic d’influence » et « homicides involontaires par violations manifestement délibérées », l’ANSM l’est uniquement pour « homicides involontaires par négligence », ce que l’on pourra considérer comme déjà bien assez infamant pour une autorité censée, précisément, faire en sorte que les citoyens prenant des médicaments n’en meurent pas.

    Il sera par exemple intéressant de comprendre les bizarreries autour du renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du Mediator. En 1995, alors que Servier demande à pouvoir vendre son médicament avec l’indication « adjuvant du régime du diabète », l’ANSM émet un avis défavorable, et écrit : « Cette indication n’est pas justifiée. En conséquence, aucune mention des propriétés pharmacologiques en relation avec cette indication ne peut être acceptée. »

    Deux ans plus tard, en août 1997, une employée de l’ANSM, Arielle North, écrit au groupe Servier qu’il peut « maintenir les mentions concernant l’indication thérapeutique du diabète » sur l’étiquette du Mediator, qui continuera donc à être vendu pour une indication fallacieuse. Arielle North viendra témoigner le 14 novembre.

    L’agence va devoir s’expliquer sur sa passivité, voire sa bienveillance, vis-à-vis de Servier. Sa « réponse insuffisante aux comportements fautifs » du groupe pharmaceutique, écrivent les juges d’instruction, « peut s’expliquer, en partie, par le vaste réseau d’influence tissé par les laboratoires Servier sur de nombreux responsables, agents et experts des autorités de santé », une influence qui « n’a pu que pervertir la nature et l’efficience du contrôle confié aux autorités ». Ce volet, celui des conflits d’intérêts entre le laboratoire et l’administration publique, constituera, au printemps 2020, le dernier chapitre du procès du Mediator.

    #Médiator #Conflits_intérêt #ANSM #Régulation #Indépendance _scientifique

  • #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/metoo-dans-le-cinema-l-actrice-adele-haenel-brise-un-nouveau-tabou?onglet=

    3 novembre 2019 Par Marine Turchi

    L’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Son récit est conforté par de nombreux documents et témoignages. Mediapart retrace son long cheminement, de la « prise de parole impossible » au « silence devenu insupportable ». Le cinéaste conteste « catégoriquement » les faits.

    #viol #harcèlement_sexuel #meetoo

  • « Combien avez-vous été rémunéré par #Servier ? » : au procès du #Mediator, le défilé des consultants du laboratoire
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/02/combien-avez-vous-ete-remunere-par-servier-au-proces-du-mediator-le-defile-d

    Toute la semaine, il a été question de « néoglucogenèse » et des « récepteurs 5-HT2B », des « ramifications cylindraxiles » et de l’« accolement des vésicules à la membrane des boutons synaptiques des neurones », des « enzymes monoamines oxydases », de la « valve tricuspide » qu’il ne faut évidemment pas confondre avec les valves « aortique et mitrale », ou encore du « captage de glucose » dont il est – mais faut-il le préciser ? – « fantaisiste de penser qu’il est contrôlé par la pyruvate kinase ».

    La formidable complexité des débats qui caractérise le procès du Mediator a atteint un pic au cours de la bataille d’#experts qui occupe pour quelques jours encore la 31e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

    A tel point que Me Charles Joseph-Oudin, avocat de plusieurs centaines de parties civiles, a fini par se demander tout haut si elle n’était pas savamment orchestrée par la défense, dans « une stratégie du trouble » destinée à instiller l’idée « que les choses sont beaucoup plus complexes que ce que le bon sens nous a jusqu’ici permis de comprendre ».

    Stéphane Horel sur Twitter :
    "#Mediator
    Me Charles Joseph-Oudin à Jean-Pol Tassin, (ex #Inserm et #Collège_de_France) :
    – "Pouvez-vous préciser le montant des honoraires que vous avez perçu de la part de Servier ?
    – TTC ?
    – Comme vous voulez.
    – Depuis 2011, de l’ordre de 300 000 euros." /
    Twitter
    https://twitter.com/stephanehorel/status/1190930652658569216

    #conflit_d'intérêt #criminel #corruption #institutions

  • Hausse des blessures aux yeux par LBD depuis les « gilets jaunes », selon une étude menée auprès des CHU de France
    + suivi de témoignages de « gilets jaunes » éborgnés

    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/hausse-des-blessures-aux-yeux-par-lbd-depuis-les-gilets-jaunes-selon-une-et

    Le nombre de blessures oculaires suspectées d’avoir été causées par les lanceurs de balle de défense (LBD) est en forte hausse depuis la crise des « gilets jaunes », relève une étude menée auprès des CHU de France et publiée dans la revue médicale britannique The Lancet. Les auteurs de l’étude « blessures oculaires causées par des armes non-létales en France » ont fait parvenir une « enquête rétrospective » à tous les CHU de France, où sont traités les patients les plus gravement atteints, pour recenser les cas suspectés de blessures oculaires par LBD, sur la période allant de février 2016 à août 2019.

    /.../

    Vingt-cinq patients présentent des blessures ouvertes au globe oculaire et 18 d’autres traumatismes, notamment à la rétine (10 cas). Il y a 25 cas de fractures orbitales, 12 de fractures de la face et deux de dommages au cerveau. Trente des 43 patients ont dû être opérés, à une ou plusieurs reprises. Parmi eux, neuf ont dû être énucléés. Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », une polémique a éclaté sur les méthodes d’intervention et les violences attribuées aux forces de l’ordre. Depuis le 17 novembre 2018, 2500 manifestants et 1800 membres des forces de l’ordre ont été blessés, selon le ministère de l’Intérieur.

    + Le recensement des blessures aux yeux par LBD en forte hausse avec les « gilets jaunes »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/01/le-recensement-des-blessures-aux-yeux-par-lbd-en-forte-hausse-avec-les-gilet

    L’étude a été signalée sur twitter par #Martin_Hirsch, l’homme qui ne cille jamais,
    que ce soit pour ficher les gilets jaunes ( https://seenthis.net/messages/780206 )
    ou pour accréditer une infox de Castaner ( https://seenthis.net/messages/778352 )

    Le premier bilan publié dans une revue scientifique ⁦@TheLancet
    ⁩ des blessures oculaires par l’ensemble des CHU ⁦@APHP
    Ocular injuries caused by less-lethal weapons in France - The Lancet
    https://twitter.com/MartinHirsch/status/1190279265230700544

    L’étude complète est donc à retrouver par ici : https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(19)31807-0/fulltext

    A compléter par la lecture de « La morphine parfois n’agit même plus » : les vies à l’arrêt des « gilets jaunes » éborgnés [témoignages]
    https://www.charentelibre.fr/2019/10/31/la-morphine-parfois-n-agit-meme-plus-les-vies-a-l-arret-des-gilets-jau

    Réinterrogés en octobre, dix des 24 « éborgnés » blessés lors des manifestations de « gilets jaunes » – selon le décompte du journaliste indépendant @davduf David Dufresne – racontent des vies à l’arrêt, parfois pires qu’au printemps, quand l’AFP avait recueilli leurs témoignages. La grande majorité a perdu un oeil en décembre et en janvier lors des manifestations émaillées de violents affrontements. Depuis le 17 novembre 2018, 2.500 manifestants et 1.800 membres des forces de l’ordre ont été blessés, selon le ministère de l’Intérieur.

    Concernant David Bredenstein, j’avais fais une note particulière sur le moment où il avait été mutilé, à côté du Fouquet’s : https://seenthis.net/messages/767705#message767780

    ++ "Gilets jaunes" blessés par LBD : "Devant l’évidence scientifique, le gouvernement devrait dire : on arrête"
    https://www.franceinter.fr/societe/gilets-jaunes-blesses-par-lbd-devant-l-evidence-scientifique-le-gouverne

    #maintien_de_l'ordre #gilets_jaunes #violences_policieres

  • Quand les cabinets médicaux discriminent les patients les plus précaires
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/29/quand-les-cabinets-medicaux-discriminent-les-patients-les-plus-precaires_601

    Des médecins spécialistes qui refusent un rendez-vous au motif que le patient est bénéficiaire d’une aide à la complémentaire santé : le phénomène …