Sortir de l’individualisme moderne - Jérôme Baschet (2016)

/yEPT29eMdoA

  • Notes anthropologiques (III)

    Georges Lapierre

    http://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-III

    La magie prend racine dans une vision du monde qui s’obstine à ne pas disparaître malgré l’avancée conquérante et dictatoriale de la pensée scientifique. L’art de la magie, ou encore la science magique, existe toujours, la magie a ses adeptes et ses professionnels ; elle est rejetée par les hommes des sciences dites positives, et elle est mal comprise par les anthropologues. « La magie est depuis longtemps objet de spéculation », elle l’est toujours. Comme la science, elle repose sur le déterminisme qui lie l’effet à la cause, mais alors que la science, qui s’impose impérieusement de nos jours, se développe dans un monde qui se veut objectif, la science magique, elle, n’a de sens que dans un monde perçu comme entièrement subjectif. Alors que la science consiste à agir sur une réalité objective, c’est-à-dire sur une réalité non spirituelle, posée comme extérieure au sujet, comme extérieure à l’homme pensant, en l’occurrence, au savant, à l’être humain (que nous définissons encore comme être animé par la pensée), la science magique ne cherche pas à agir sur l’objet. Pour elle, l’objet n’existe pas, la réalité objective n’existe pas, n’existe qu’une réalité spirituelle ou subjective. (...)

    #magie #anthropologie #chamanisme #maladie #guérison