/occitanie

  • Covid-19. CHU de #Montpellier : le niveau 3 du plan blanc va être déclenché
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/covid-19-chu-de-montpellier-le-niveau-3-du-plan-blanc-va-etre-declenche_3701216

    Ils révèlent que, « Les équipes non médicales ont été consolidées avec près de 155 recrutements externes réalisés depuis cet été et par le recours aux agences d’intérim. Les recrutements externes se poursuivent à ce jour, mais les viviers de candidats disposant de compétences adaptées et immédiatement disponibles se raréfient. Un dispositif exceptionnel de rémunération en heures supplémentaires majorées à 50% pour les agents se portant volontaires pour venir travailler pendant leur période de congés a été mis en place pour la période du 12 octobre au 13 novembre (…) Ces actions, exceptionnelles, ne sont malheureusement pas suffisantes aujourd’hui et appellent de nouvelles mesures au regard des perspectives épidémiques à court terme de notre territoire. Par conséquent, et pour répondre aux nécessités exceptionnelles de service, nous avons pris la décision de suspendre la scolarité des étudiants en formation au sein des instituts de formation d’IADE, d’IBODE et de Cadres de santé à compter du lundi 26 octobre, pour une durée de deux mois, pour permettre aux étudiants de venir renforcer les équipes hospitalières en fonction de leurs compétences ».

  • Visite ministérielle à Toulouse : rues nettoyées, voitures à la fourrière... « Aujourd’hui, c’est Disneyland aux Izards » - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/2020/10/09/visite-ministerielle-a-toulouse-rues-nettoyees-voitures-a-la-fourriere-auj

    Le chef du gouvernement Jean Castex, Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur), Eric Dupond- Moretti (ministre de la Justice) et Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Éducation) se sont rendus ce vendredi matin dans le quartier des Izards à Toulouse. Les rues ont été dégagées, les voitures des habitants ont été déplacées à la fourrière. Les habitants se sont réveillés en colère.

    La veille, ce n’était pas le même quartier. Dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 octobre, le quartier des Izards s’est transformé. Pour l’arrivée du Premier ministre Jean Castex et de trois ministres de son gouvernement à Toulouse, toutes les voitures des habitants ont été enlevées par la fourrière. "Aucun panneau nous indiquant que l’on ne pouvait pas garer nos voitures n’a été mis en place", raconte Fadila, une habitante.

    Installée depuis plus de 30 ans dans le quartier, cette mère de famille est « triste et énervée ». « Je n’ai pas pu aller travailler. Je m’occupe des personnes âgées. Je devais aller faire des courses pour une mamie. Elle n’a plus rien à manger », poursuit-elle en pleurs.

    #salopards
    #macroneurs
    #les_saigneurs

  • #Montpellier : 5G bad, casino good…

    Montpellier : un classement en "station de tourisme" pour accueillir des casinos ? | Métropolitain
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-un-classement-en-station-de-tourisme-pour-accueillir-des-casinos_36

    Quant à l’implantation de casinos, Michaël Delafosse n’a pas laissé planer de doute : « Je vais être très clair. Il n’est pas exclu que ce type d’activité se développe sur la Métropole. Cela fera l’objet de discussions le moment venu ».

    Montpellier / 5G : Michaël Delafosse dit « non » aux antennes-relais sur les bâtiments publics | Métropolitain
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-5g-michael-delafosse-dit-non-aux-antennes-relais-sur-les-batiments-

    Et s’il n’est pas rentré dans les détails du débat qui entourent la 5G, Michaël Delafosse argumente pour l’heure sur « les pollutions que sont les antennes relais » et demande aux opérateurs de revoir leurs copies : « Si c’est pour polluer davantage la ville, c’est non. Sur les bâtiments qui sont les nôtres, il y a déjà des antennes, on ne va pas en rajouter de plus ».

  • Covid-19 : 42 classes fermées dans l’Académie de Montpellier
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/covid-19-42-classes-fermees-dans-l-academie-de-montpellier_36367155.html

    Ainsi, 42 classes sur 20 857 de l’Académie ont dû être fermées : une dans l’Aude, trois dans le Gard, 32 dans l’Hérault et six dans les Pyrénées-Orientales. La Lozère est elle épargnée.

    (Et à nouveau, comme les 4 classes de l’école de mes petits ne sont jamais apparues nulle part, je crains que ces chiffres soient sous-estimés.)

    • J’ai passé pas mal de temps à scroller les RS pour trouver des élèves qui parlent de la pandémie  : ils racontent à peu près tous la même chose. Des camarades qui disparaissent en classe, pas d’explication, des cas positifs révélés entre potes de classes et qui ne font l’objet d’aucune communication de la direction, même pas envers les profs, surtout pas des parents.
      Trouvé des profs qui racontent aussi la même chose  : cas contacts non prévenus, ordre de la direction de ne pas faire de vague, ARS aux abonnés absents.

    • Oui, j’ai vu passer ce genre de choses aussi. Ça me semble indiquer que vraiment rien n’a été mis en place pour assurer une quelconque continuité pendant les deux semaines où il faudrait fermer une classe en cas de Covid+ : ni côté enseignement, ni trop compensation pour les parents bloqués avec leurs gosses (quand on a eu nos jumeaux sur les bras, au niveau compensation, la position officielle était encore « on y réfléchit »…).

  • Au sujet de la plainte anti-masque à #Montpellier :
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-quelles-sont-les-consequences-du-passage-en-alerte-renforcee_363224

    Port du masque obligatoire c’est légal. Le Tribunal administratif de Montpellier a jugé ce mardi la légalité de deux arrêtés du Préfet de l’Hérault concernant le port obligatoire du masque dans 47 communes de l’Hérault. Ce dernier était venu plaider lui-même le fondement légal de cette mesure. Les juges ont estimé que les arrêtés, fixant cette obligation dans certaines communes et non dans d’autres, ne portaient pas atteinte au principe d’égalité. Les arrêtés sont confirmés, les requérants iront saisir le Conseil d’Etat…

  • Accès aux Master : un étudiant en grève de la faim

    En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son #droit_à_la_poursuite_d’études, #Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

    Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
    Cette année, de nombreux étudiants refusés en #Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une #obligation_légale.

    Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).


    https://academia.hypotheses.org/25857
    #grève_de_la_faim #études #France #accès_aux_études

    • #Montpellier : un étudiant en droit entame une grève de la faim

      Un étudiant en droit privé qui se voit refuser un Master a entamé une grève de la faim, ce vendredi, à Montpellier.

      Depuis ce vendredi matin, un étudiant en droit privé a entamé une grève de la faim devant le Rectorat de Montpellier, dans l’Ecusson, révèle le Syndicat de combat universitaire de Montpellier, le Scum.
      Refusé en Master

      « Titulaire d’une licence de Droit Privé à la faculté de droit de Montpellier, Mehdi a été de façon incompréhensible refusé en Master droit des affaires dans cette même faculté. Il est désespéré, car, il risque d’être jeté à la rue de sa cité universitaire, faute d’inscription acceptée », assure le Scum, qui dénonce que, « Ni le Crous, ni l’Université, ni le Rectorat n’ont répondu à ses sollicitations et recours ». Un rendez-vous demandé au rectorat n’a pas eu de suite, toujours selon le Scum.

      Démenti du Rectorat

      Une version démentie : « L’étudiant évoqué a saisi les services académiques dans le cadre du dispositif « trouver mon master », dans l’objectif d’identifier une solution de poursuite d’études au sein d’un diplôme national de master. Les services du Rectorat de la région académique ont été alertés sur sa situation et les difficultés qu’il rencontre. Ils sont en lien avec lui et le tiennent très régulièrement informé de l’état d’avancement de la procédure. Ils sont également en lien avec le Crous, qu’ils ont informé de sa situation et de la procédure en cours », assure ce vendredi soir à Métropolitain, le cabinet de la Rectrice de Montpellier.

      « Les services académiques mesurent pleinement les enjeux de poursuites d’étude et s’attèlent, dans le cadre des démarches engagées et qui se poursuivent, à proposer à cet étudiant des réponses adaptées à sa situation » – Le cabinet de la Rectrice de Montpellier.

      « Au travers de cette démarche, cet étudiant bénéficie d’un accompagnement par les services rectoraux qui ont formulé des propositions de poursuites d’études en Master auprès de différentes universités, dont les retours sont attendus. Les services académiques mesurent pleinement les enjeux de poursuites d’étude et s’attèlent, dans le cadre des démarches engagées et qui se poursuivent, à proposer à cet étudiant des réponses adaptées à sa situation », ajoute le Rectorat.
      L’étudiant témoigne

      Mehdi a cessé de s’alimenter et de s’hydrater depuis ce vendredi matin. Ce soir, il précise qu’il poursuit son action : « Pour des raisons médicales, en accord avec mon médecin, et, vu la gravité d’une telle grève et surtout de mon état de santé, je serais alité dès ce soir et surveillé toute la nuit, je ne dormirais donc pas devant le Rectorat. Je suis en contact avec le Rectorat depuis jeudi seulement. L’Université de Montpellier a répondu à mes recours, mais, pas celle de Toulouse ».

      À suivre.

      https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-un-etudiant-en-droit-entame-une-greve-de-la-faim-et-de-la-soif_3622

  • Un hiver froid dans l’Hérault ? Des cigognes ont fait une halte à Montpellier et alentour
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/un-hiver-froid-dans-l-herault-des-cigognes-ont-fait-une-halte-a-montpellier-et-

    Les cigognes sont de retour dans l’Hérault, comme chaque année à pareille époque. Chaque été, en effet, des cigognes qui migrent en Afrique pour y passer l’hiver se posent à Montpellier et alentour, faisant l’admiration des petits et des grands. C’est toujours un spectacle magnifique

    Elles préfèrent faire des haltes en hauteur, comme à Castelnau-le-Lez, où elles sont perchées sur le haut des pylônes d’éclairage du stade municipal Fournier. Mardi, des groupes de cigognes ont été localisés sur les éclairages du stade de la Mosson, à #Montpellier.

    Le week-end dernier, une cinquantaine de cigognes blanches a élu domicile dans un champ, aux portes de Mireval, entre Montpellier et Sète, pour le plus grand bonheur d’une famille riveraine, qui n’a pas manqué de les photographier.

  • Coronavirus : 4 personnes admises en réanimation au CHU de #Montpellier
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/coronavirus-4-personnes-admises-en-reanimation-au-chu-de-montpellier_35635334.h

    La situation sanitaire se dégrade dans l’Hérault. Après le placement du département en niveau élevé de vulnérabilité par la Direction Générale de la Santé, le CHU de Montpellier vient de confirmer la prise en charge de 4 personnes dans son service de réanimation pour des cas de Covid-19 avérés.

    Douze personnes sont également hospitalisées au service des maladies infectieuses, dont certaines dans un état grave, nous précise une source contactée au CHU. Ces dernières pourraient être transférées en réanimation, ce qui impliquerait alors une réorganisation du service de réanimation Covid du CHU, qui jusqu’à présent comptait un box de 4 places, et qui pourrait ouvrir, dans les prochains jours, un autre box pour accueillir les patients Covid en détresse respiratoire, toujours selon cette même source.

  • Montpellier : et le Premier ministre passa au CHU... | Métropolitain
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-et-le-premier-ministre-passa-au-chu_35467916.html

    Couvrir la visite en province d’un ministre peut-elle encore représenter un intérêt pour un journaliste ? Beaucoup se sont posés la question mardi en attendant la déclaration de Jean Castex. Arrivé avec une heure de retard au CHU de Montpellier après deux conseils de sécurité nationale, l’un portant sur le drame survenu au Niger et l’autre sur l’épidémie, le Premier ministre, accompagné de l’habituel aréopage d’élus locaux, a visité l’unité covid-19, le service des urgences et rencontré les partenaires en charge de la lutte contre le virus. Aux deux seuls photographes autorisés à suivre la séquence de l’intérieur et réaliser l’album photos pour l’ensemble de la presse. S’il était évident que tous les journalistes n’allaient pas déambuler dans les couloirs de l’hôpital, aucun rédacteur n’était par contre convié à assister aux échanges, avec le personnel par exemple.

    Devant arriver à 13h30, pour une déclaration prévue peu après 15h, l’ensemble des journalistes accrédités, une fois les sacs passés à la vérification du chien des démineurs, étaient invités à patienter au frais dans une pièce à l’écart avant l’arrivée du Premier ministre. Une fois sa visite terminée vers 16h, direction le hall du CHU pour écouter la déclaration. Simplement écouter car les questions n’étaient pas au programme. Sur place, un espace réduit, parfait pour illustrer l’importance de respecter les gestes barrières, imposait aux journalistes devant capter l’instant de s’entasser.

    Tout ce barnum bloquant une partie du hall, le service d’ordre du Premier ministre indiquait le sens de circulation. Ainsi, à l’attroupement des personnels soignants venus entendre le chef du gouvernement s’ajoutait des visiteurs curieux. Il était ainsi amusant, compte tenu de l’ensemble des mesures pour sécuriser la présence des journalistes, de constater à leur côté celle d’un gilet jaune bien connu ici. Tout ça pour ça.

    Une fois l’arrière-plan, constitué de médecins et d’infirmiers, installé par l’entourage du Premier ministre, Jean Castex pouvait enfin arriver. S’excusant pour le retard, le chef du gouvernement prononça un discours d’une vingtaine de minutes. Merci, au revoir, pas de question, direction La Grande-Motte…

  • J’ai pensé qu’il était bon que tu le sachiasses : Le maire de Montpellier Michaël Delafosse appelle la gauche à un nouvel Epinay
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/le-maire-de-montpellier-michael-delafosse-appelle-la-gauche-a-un-nouvel-epinay_

    Désormais aux responsabilités, avec la légitimité que cela confère, Michaël Delafosse appelle les forces de gauche à se montrer à la hauteur des enjeux climatiques et sociaux avec en ligne de mire la Présidentielle. « Il est temps d’un nouvel Épinay, d’un nouveau rassemblement » lance le maire socialiste de Montpellier.

  • Montpellier : des traces de Covid-19 de plus en plus importantes dans les eaux usées | Métropolitain
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-des-traces-de-covid-19-de-plus-en-plus-importantes-dans-les-eaux-us

    C’est l’une des pistes scientifiques les plus efficaces pour tracer la circulation du virus : les eaux usées. Développée dans plusieurs pays du monde, une étude semblable est menée par le CNRS de Montpellier à la station Maera, qui traite les eaux usées de 470 000 habitants.
    À travers l’analyse de ces eaux qui arrivent à la station d’épuration il est possible de suivre et de mesurer la présence du virus Sars-Cov-2 dans une agglomération, à travers les traces d’ARN présentes dans ces eaux avant leur traitement. Et selon une récente publication scientifique de cette équipe, relayée par nos confrères de France 3 Occitanie, les traces du virus dans les eaux usées de la métropole montpelliéraine ont considérablement augmenté depuis le 15 juin, alors qu’au mois de mai, les quantités étaient quasi-infimes. Un phénomène que leurs confrères catalans ont également observé il y a quelques semaines, avant la mise en place des mesures de reconfinement.

  • « Fabre dans mon canapé » : la nouvelle plateforme du musée de Montpellier destinée à valoriser ses ressources numériques
    http://www.club-innovation-culture.fr/musee-fabre-dans-mon-canape

    Comme l’explique Anne Le Cabec, Chargée de projet multimédia – Communication numérique, au Musée Fabre : « Il nous semble que cette interface a sa raison de vivre en parallèle du site institutionnel. Et nous sommes assez fiers de son look ergonomique et attractif. L’intention (qui s’est révélée encore plus pertinente depuis le confinement), serait de faire coexister un site estampillé communication, dédié à la présentation du musée, au flux de l’actualité et à événementiel, avec un réceptacle de contenus numériques riches, produits par le musée au fil des événements et vite enterrés dans la sédimentation du site ».

    • Le premier billet signalant le site, c’est le blog de Hyacinthe Rigaud:
      http://hyacinthe-rigaud.over-blog.com/2020/06/fabre-dans-mon-canape.html

      En ces débuts de déconfinement, et bien qu’il ait rouvert depuis le 2 juin, le musée Fabre de Montpellier propose au public toujours plus de contenu dédié à ses collections et en phase avec son temps.

      Ainsi, avec son tout nouveau module « Fabre dans mon canapé » optimisé aussi bien pour les écrans domestiques que pour les téléphones portables, vous pouvez vous plonger dans les expositions en cours mais aussi dans toutes les salles et sections du musée, pour y découvrir une sélection d’œuvres parmi les plus belles.

    • Musées, patrimoine et expositions autrement | FNCC | Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture
      https://www.fncc.fr/blog/en-manque-de-cinema

      “Fabre dans mon canapé”, Montpellier. Dans le sillage des nombreuses visites virtuelles qu’ont expérimentées les musées pendant la période de confinement, le musée Fabre transpose ce même principe pour les visiteurs qui ne peuvent pas se rendre à Montpellier mais aussi pour les scolaires qui ne peuvent se déplacer et, plus largement, toutes celles et ceux empêchés de venir au musée. Version numérique d’un musée “hors les murs”, le site “Fabre dans mon canapé” offre des visites complètes des collections et des expositions, mais aussi des récits, des documentaires, des supports pédagogiques, ou encore des jeux et des activités pour les plus jeunes.

      #shameless_autopromo

    • Montpellier : « Fabre dans mon canapé », un musée « hors les murs » - le mouvement
      https://lemouvement.info/2020/07/10/montpellier-fabre-dans-mon-canape-un-musee-hors-les-murs

      Face au confinement lié à la pandémie de Covid-19, les équipes du musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole se sont mobilisées pour produire la nouvelle plateforme numérique « Fabre dans mon canapé ».

      Accélérée par la crise sanitaire, l’élaboration de cette plateforme permet de renforcer le lien avec les visiteurs, elle peut être retrouvée sur : https://fabre.montpellier3m.fr.

      En pratique, à toute heure et « depuis leur canapé », les visiteurs peuvent désormais avoir accès aux œuvres présentes dans les collections permanentes et expositions temporaires, via des visites et expositions en 360°. Ce site internet, un peu particulier, a été conçu et développé par Arnaud Martin et Diala Aschkar de 23FORWARD à Montpellier, et Emmanuel Rouillier de MOSQUITO à Paris.

      Le smartphone des visiteurs évolue aussi pour devenir audioguide. En pratique, pour ceux qui ne souhaitent pas emprunter les appareils audioguides prêtés sur place, le musée Fabre leur propose d’utiliser leur propre téléphone comme guide de visite et audioguide. Le contenu des audioguides est en accès libre sur la plateforme : https://fabre.montpellier3m.fr/audioguide et consultable directement dans les salles.

    • « Fabre dans mon canapé » : accédez en un clic aux collections du musée Fabre | Montpellier Méditerranée Métropole
      https://www.montpellier3m.fr/actualite/fabre-dans-mon-canape-accedez-en-un-clic-aux-collections-du-musee-fabr

      Virtuellement, à toute heure et « depuis leur canapé », les visiteurs peuvent désormais avoir accès aux œuvres présentes dans les collections permanentes et expositions temporaires. "Fabre dans mon canapé" offre des visites complètes des collections et des expositions en 360°, mais aussi des récits de conservateurs autour de thématiques liées aux collections, des rencontres avec des artistes, des documentaires et autres découvertes interactives.

      Parce que la médiation est au cœur des préoccupations du musée, les supports pédagogiques, les tutos, jeux et activités à destination des familles sont, par ailleurs, accessibles à tous. Avec ces contenus ludiques, le musée Fabre propose aux internautes une nouvelle manière de vivre l’expérience muséale.

    • Montpellier : (re)visitez le musée Fabre en quelques clics avec « Fabre dans mon canapé »
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-revisitez-musee-fabre-quelques-clics-fabre-

      Avec ce nouveau mode de consommation de l’art, ce n’est plus vous qui allez à la culture, c’est la culture qui s’invite chez vous. En plus, vous avez des récits ou des commentaires sur les oeuvres photographiées mais aussi des visites virtuelles d’expositions… présentes ou passées. Comme la rétrospective Jean Ranc, un Montpelliérain à la cour des rois. Terminée le 28 juin et amputée par la crise sanitaire, elle est intégralement disponible sur la plateforme numérique, “Fabre dans mon canapé”.

      “C’est aussi l’outil idéal pour préparer ses visites, notamment avec des scolaires. Mais il permet aussi de se replonger dans d’anciennes expositions ou d’en découvrir de nouveaux aspects” recommande le directeur du musée.

      Les conservateurs du musée, très actifs pendant le confinement n’ont cessé de proposer des contenus inédits sur Facebook. Fabre dans mon canapé en est la suite logique. “On n’anticipe pas une seconde vague. Le projet était déjà envisagé avant la crise mais la fermeture au public a accélérer le processus.”.

    • FABRE DANS MON CANAPÉ - My Mag Montpellier
      https://mymagmontpellier.fr/fabre-dans-mon-canape

      Ce site Internet a pour vocation de réunir l’ensemble des contenus consultables « hors les murs ». Accélérée par la crise sanitaire, l’élaboration de cette plateforme marque une volonté prégnante : celle de renforcer le lien avec les visiteurs et de continuer à leur offrir un accès toujours plus important aux collections du musée.

    • Montpellier : aller au musée Fabre sans bouger de son canapé | Métropolitain
      https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-aller-au-musee-fabre-sans-bouger-de-son-canape_34975859.html

      Le musée montpelliérain est resté très actif durant le confinement et propose désormais un site internet pour être au musée sans bouger de chez soi. Une réussite totale.

      […]

      Ce site est complet, pratique et facile d’utilisation. Une vraie réussite pour celles et ceux qui s’intéressent à l’art et qui en sont privés. D’autant, que par soucis d’anticipation d’une seconde vague, Michel Hilaire et ses équipes ont préféré ne pas proposer d’exposition cet été, et ont préféré préparer déjà la rentrée, synonyme de possible reconfinement… Avec cette fois-ci des trésors à découvrir de son canapé !

  • Près de #Montpellier : et si Pérols devenait ville thermale ? Un projet pétillant
    https://actu.fr/occitanie/perols_34198/pres-de-montpellier-et-si-perols-devenait-ville-thermale-un-projet-petillant_34

    À Pérols, au sud de Montpellier, le lancement imminent de travaux importants au niveau de l’ancienne cave coopérative restaurée ne constitue pas l’événement majeur : le forage de la source gazeuse sur ce site, qui va faire pétiller la population.

    Le vieux serpent de mer refait surface au détour d’une phrase lâchée récemment par Jean-Pierre Rico, le maire de la commune : « Nous avons retrouvé un document datant de la IIIe République. Le maire de l’époque avait commandé une étude de potabilité et formulé une demande d’exploitation de la source. Elle a toujours été connue des Péroliens et les anciens venaient remplir leurs bouteilles ». Et de brandir, les yeux pétillants, une carte postale de l’époque qui confirme ses dires.

    L’affaire est prise au sérieux, puisqu’elle a déjà été évoquée en juin 2019 par la municipalité, lors de la mise à contribution des jeunes architectes de l’école ENSAM pour plancher sur la restauration de la cave coopérative. L’idée était de faire d’une pierre deux coups en inscrivant la réhabilitation de l’ancienne cave coopérative dans une zone plus vaste, afin d’offrir une synergie avec les autres lieux de loisir à proximité, dont la fameuse fontaine d’eau pétillante, aujourd’hui bouchée.

    Histoire de Pérols | PÉROLS Blog
    http://www.perolsblog.com/p/histoire-de-perols.html

    Cela aurait pu être la destinée de Pérols au XVIIIe siècle avec la renommée de son puit naturel d’eau dite « guérisseuse » : le Boulidou (bouillonnement, en langue d’Oc). Il est le résultat d’un phénomène souterrain mêlant gaz et eau.

    On se précipite de tout le Languedoc pour venir se baigner dans ce bassin naturel effervescent censé soigner les rhumatismes et la goutte. Malheureusement l’eau trouble, verdâtre, malodorante, n’attire pas les gens aisés mais le petit peuple. Les conditions d’hygiène devenant déplorables, la réputation du Boulidou s’estompe. Il disparaît définitivement, seul un mon de rue rappelle cet épisode.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, Pérols c’est l’immédiate « banlieue » de Montpellier, un village proche entre la ville et la mer, tout proche de l’aéroport, et connu pour son immense zone commerciale.

  • Feux de l’été dans l’Hérault : "les pompiers du ciel" opérationnels avec deux Air Tractor
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/feux-de-l-ete-dans-l-herault-les-pompiers-du-ciel-operationnels-avec-deux-air-t

    Vous les avez certainement aperçus chaque été dans le ciel de l’Hérault, tournoyer dans un ballet qui retient l’attention, grâce à une sirène inédite : ce sont les trois bombardiers d’eau monorturbines légers, les Air Tractor, avec à bord « les pompiers du ciel », qui épaulent leurs collègues du Sdis 34 au sol.

    Basés au pélicandrome de l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde, à Vias, deux des trois avions de la cellule aérienne de lutte contre le feux de forêt, loués par le Département de l’Hérault et uniques en France, sont opérationnels depuis lundi. Et ils ont déjà été mobilisés : ce mardi, à la mi-journée, un feu de broussailles a menacé un terrain où se trouvaient des chevaux, au lieu-dit le Mas de Villetelle, sur l’ancienne petite route de Saint-Bauzille-de-la-Sylve, sur la commune de Gignac, à 15 km à l’ouest de Montpellier.

    Et cette précision :

    Cet été, les Tracker ne voleront plus.

    Ce qui semble faire suite à l’accident mortel de l’année dernière (article d’août 2019) : Crash dans le Gard : le Tracker, un avion qui devait s’arrêter de voler en 2008
    https://www.leparisien.fr/societe/crash-dans-le-gard-l-avion-qui-s-est-ecrase-un-modele-qui-devait-etre-ret

    Avant l’accident survenu vendredi, la France disposait de huit Trackers. Ces avions ne sont pas tout neufs : le plus ancien a été conçu en 1952 et ils ont une moyenne d’âge de plus de 60 ans, selon un rapport de l’Assemblée nationale de 2017. Ils ont la particularité d’être réalimentés en eau au sol, contrairement aux Canadair qui se rechargent sur un plan d’eau, et peuvent transporter jusqu’à 3300 litres dans leur cuve. Leur autonomie est de 3h30 et ils ont une vitesse de pointe de 370 km/h. Selon les informations publiées dans un rapport de l’Assemblée Nationale en 2017, le coût d’acquisition moyen pour chaque Tracker est de 4,12 millions d’euros.

    Un rapport du Sénat de mars 2012 sur l’avenir de la flotte aérienne de la sécurité civile estimait que la « limite » de vie des Trackers était initialement prévue entre 2016 et 2020. En outre, ces avions génèrent aujourd’hui « des surcoûts de maintenance, car certaines pièces ne sont plus produites. Le remplacement de ces appareils est donc apparu comme une priorité à court terme », insiste le texte.

    Pour remplacer ce matériel vieillissant, le ministre de l’Intérieur de l’époque Gérard Collomb avait annoncé en 2017 l’acquisition de six avions neuf, de type Dash 8. Le montant de ces achats s’élève à 370,37 millions d’euros.

    Leur livraison est prévue entre juillet 2019 et juin 2023. Un premier bombardier d’eau a été livré mi-juillet à la base de Garons (Gard).

    J’ai l’impression que cet été, on est dans un entre deux : entre l’arrêt des Trackers et les livraisons annoncées de Dash 8.

    Feux de forêt : la mort des Tracker, place aux Dash 8 (février 2020)
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/feux-foret-flotte-tracker-ne-volera-plus_31501590.html

    Sur sa page Facebook, un pilote a posté ce message : « J’aimerai remercier ce soir l’ensemble des acteurs de la Sécurité civile et ceux de demain qui ont pilotés et piloteront de nouveaux avions bombardiers d’eau », révélant que la France va remplacer rapidement la flotte des Tracker par des Milan, à savoir des Dash 8 : « À ce jour, deux Milan 76 ont été livrés, dont le dernier il y a quelques jours. Cela porte à quatre le nombre de Dash 8 dans la flotte de la Sécurité civile basés à Nîmes-Gard. Le problème est que les autres appareils ne seront pas livrés avant cet été, conduisant la flotte des bombardiers d’eau à être en sous-effectif pour lutter contre les feux de forêt dans l’arc méditerranéen ».

    Reste qu’un pilote regrette la disparition des Tracker, « Un petit avion qui pouvait intervenir notamment dans des zones escarpées et incurvées, même étroites, ce qui est impossible avec le Dash 8 en raison de sa grande dimension et d’une maniabilité difficile ».

    Sinon, les Tracker, c’était tout de même le rendez-vous de l’été, puisqu’on les voyait tourner presque en permanence pendant les grosses chaleurs.

    Et puis ce sont des avions que j’ai beaucoup vus pendant mes études, surtout la dernière période quand j’étais sur l’aéroport de Montpellier. Pendant mon tout premier stage, vers 1988, on s’était retrouvés en stage de vol à voile, nous les gamins qui n’avions jamais piloté quoi que ce soit, avec des pilotes de bombardiers d’eau, ultra-chevronnés, venus apprendre à « sentir » les mouvements d’air en faisant du planeur. Autant les histoires d’aventures de pilotes, ça a fini par me gaver, autant celles-là, non, c’est resté de beaux souvenirs de récits le soir.

    • Je ne sais pas comment va être maintenue la capacité à délivrer une grande quantité d’eau en un temps donné.

      La contenance de l’Air Tractor est au maximum de 3000 litres et ne peut être rempli qu’au sol, là où le Tracker emporte 4500 litres et peut écoper pour le remplissage.

  • Montpellier : une bande dessinée sur l’histoire de la ville
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-une-bande-dessinee-sur-l-histoire-de-la-ville_34279309.html

    Issu d’une nouvelle collection (Les villes en BD), qui s’attèle à présenter les récits historiques des villes de France en convoquant des auteurs régionaux, ce premier tome (puisque pour Montpellier il en fallait 2) nous plonge dans la région montpelliéraine de la préhistoire, avant de traverser les siècles, évoquant les Romains et l’installation d’un port à Lattes, puis le temps de l’édification de la ville, jusqu’à la Renaissance avec Rabelais et l’essor de la médecine et de la ville universaliste.

    On y croise Saint-Roch, Jacques Cœur, Rondelet ou Nostradamus, mais aussi les Guilhem, dynastie à l’origine de la cité ou encore Jacques 1er d’Aragon, fils de Marie de Montpellier.


    C’est passionnant, drôle, riche d’informations, et respectueux des faits historiques, même si les auteurs ont du romancer. Coté dessinateurs, la bande dessinée a été signée par Thomas Balard, Florent Daniel, Philippe Fenech, François Fleury, Cédric Ghorbani, Gaëlle Hersent, Anders Lazaret, Pascal Nino, Manu Nhieu, Claude Pelet, Alain Peticlerc, Simon Quemener, ou encore Delphine Terrasson.

  • #Montpellier-Pérols : le projet Ecopôle sur le site Ode à la Mer englouti par Philippe Saurel
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-perols-le-projet-ecopole-sur-le-site-ode-a-la-mer-englouti-par-phil

    Le centre commercial Écopôle du groupe Frey, le long de la route de la Mer, entre Montpellier et Pérols ne verra pas le jour. Ce projet devait être intégré dans celui, plus vaste dans cette zone, d’Ode à la Mer.

    Ce vendredi après-midi, Philippe Saurel, maire et président de la métropole de Montpellier a signé l’annulation d’Ecopôle. Un coup de théâtre qui va secouer le milieu économique d’ici.

  • Municipales / #Montpellier : les anciens alliés de Clothilde Ollier dénoncent trahison et mensonges
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/municipales-montpellier-les-anciens-allies-de-clothilde-ollier-denoncent-trahis

    Les mots sont aussi forts que la colère ressentie par les membres de Confluence et ses partenaires. En oeuvrant avec Rémi Gaillard et Alenka Doulain à un rapprochement, avant de sceller une alliance, avec Mohed Altrad, Clothilde Ollier a « trahi politiquement » résume Muriel Ressiguier. Lors d’une conférence de presse, la députée l’Hérault a fustigé son ancienne alliée en ne manquant pas au passage de questionner La France Insoumise.

  • Émeutes aux USA : la statue de Louis XVI endommagée vient de #Montpellier
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/emeutes-aux-usa-la-statue-de-louis-xvi-endommagee-vient-de-montpellier_33973160

    Mais cette statue est aussi un symbole des liens d’amitié qui existent entre Montpellier et Louisville. En effet, Louisville a été la première ville jumelée avec la capitale du Languedoc en 1955. Et le 17 juillet 1967, un événement majeur entraina le maire de Montpellier, François Delmas, de l’autre côté de l’Atlantique : le don d’une statue de Louis XVI sculptée par Achille-Joseph Valois dans un bloc de marbre de Carrare.

    Cette statue, symbole de la plus grande ville du Kentucky, a en effet passé de longues années à Montpellier.

    Ça a l’air totalement anecdotique, mais la petite histoire de cette statue à Montpellier est (un peu) intéressante.

  • Ah mais quand ça veut pas, ça veut pas : Municipales : à Montpellier, quel rôle pour LREM ?
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/municipales-a-montpellier-quel-role-pour-lrem_33813999.html

    Candidat malheureux au 1er tour des Municipales, le député LREM Patrick Vignal, crédité d’un peu plus de 6% des voix, ne sera pas au second tour le 28 juin prochain. Dès lors, quel scénario pour le mouvement d’Emmanuel Macron ?

    Je te donne la liste des candidats qui ont fait un meilleur score que le candidat de La République en Marche à Montpellier : Philippe Saurel, Michaël Delafosse, Mohed Altrad, Rémi Gaillard, Alenka Doulain, Coralie Mantion et Clothilde Ollier. Oui, sept candidat·es ont fait un meilleur score que le type du parti du Président de la République. Il n’y a guère que le Front National et Les Républicains qui ont fait pire que lui.

    Il était donc important de lui consacrer un article et de se demander « quel rôle » LaREM pourrait bien jouer dans cette élection.