/article

  • En Chine, Carrefour lance son premier magasin connecté
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/19/en-chine-carrefour-lance-son-premier-magasin-connecte_5301573_3234.html

    A Shanghaï, Carrefour inaugure un concept de supermarchés connectés, grâce à son nouveau partenaire local, Tencent. C’est le premier Carrefour du monde où les clients peuvent payer avec leur visage. Chez « Carrefour, le Marché » (en français dans le texte), Tencent, géant chinois du Web et partenaire du distributeur en Chine depuis février, expérimente son système de paiement par reconnaissance faciale, qui pourrait à terme remplacer le paiement mobile. Avec un design rajeuni, une sélection de produits (...)

    #Carrefour #Tencent #CCTV #facial #consommation #surveillance #biométrie

  • Netflix dynamite la télé et le septième art
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/12/netflix-dynamite-la-tele-et-le-septieme-art_5297787_3234.html

    Malgré sa puissance, le modèle de Netflix ne fait pas consensus. « Il entraîne une destruction de valeur, estime un producteur français, qui préfère rester anonyme, car la plate-forme promet de financer en France une dizaine de séries et films par an. Au début, quand Netflix commandait un film ou une série, il exigeait d’avoir les droits pour le monde entier sur dix ans, en échange d’un prix au-dessus de la moyenne. Aujourd’hui, on doit toujours abandonner tous les droits, mais les prix ont baissé. »

    Michael Pachter, de Wedbush Securities, fait aussi partie des sceptiques : « #Netflix dépense plus de cash qu’il n’en engrange. Et cela ne va pas s’arrêter s’ils essaient de créer du contenu dans chacun des pays où ils sont présents. » Tous les analystes anticipent une surenchère sur les contenus.
    Bataille de géants

    Car Netflix voit chaque jour son horizon concurrentiel s’obscurcir. La création d’une plate-forme de vidéo à la demande par abonnement est au cœur de la bataille que se livrent le câblo-opérateur américain Comcast et le studio Disney pour racheter la « Fox » et son précieux catalogue de films et de séries. Cette concentration inspire les autres studios, dont HBO ou CBS.

    Du côté des #GAFA, Amazon vient de promettre d’engloutir 1 milliard de dollars pour adapter Le Seigneur des anneaux en série. La firme de Jeff Bezos a aussi secoué le secteur en annonçant que 100 millions de personnes utilisaient son service de vidéo à la demande, accessible aux abonnés à Prime, son service payant de livraison accélérée. Facebook ne cache pas ses ambitions dans l’audiovisuel, et Google n’a pas renoncé à faire décoller YouTube Red, la version payante de sa puissante plate-forme de vidéo. L’idée que Netflix finira rachetée par l’un de ces richissimes géants n’a jamais vraiment disparu.

    « Toutes les grandes entreprises de technologie et de contenu sont à nos trousses. Cela veut dire qu’il y a un marché pour ce que nous faisons déjà », répond Reed Hastings, arborant un large sourire.

  • Apple soigne ses actionnaires
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/02/apple-soigne-ses-actionnaires_5293265_3234.html

    La firme californienne a annoncé, mardi, d’excellents résultats trimestriels et progresse en Chine. Elle a aussi annoncé une opération qui permettra de réévaluer les parts de chaque actionnaire. Première capitalisation boursière au monde, Apple a dévoilé mardi 1er mai ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de son exercice décalé. Ils étaient particulièrement attendus après l’apparition, ces derniers mois, de signaux inquiétants quant aux ventes de son dernier modèle, l’iPhone X, un des (...)

    #Apple #bénéfices #taxation

  • Les opposants au compteur Linky saisissent la justice
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/26/les-opposants-au-compteur-linky-saisissent-la-justice_5291175_3234.html

    Les « anti-Linky » souhaitent la suspension des installations de ces compteurs, voire leur retrait, au nom du « principe de précaution » et du « respect de la vie privée ». Un collectif d’opposants au compteur Linky, dont 200 en Gironde, a annoncé jeudi 26 avril avoir saisi en référé une vingtaine de tribunaux de grande instance dans toute la France pour demander à la justice de « surseoir à l’installation » de ces appareils, voire de les retirer. Ces nouveaux compteurs, qui suscitent la défiance de (...)

    #algorithme #Linky #BigData #procès

  • Vinci acquiert douze plates-formes aéroportuaires d’Airports Worldwide
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/24/vinci-acquiert-douze-plates-formes-aeroportuaires-d-airports-worldwide_52897


    Le PDG de Vinci, Xavier Huillard, à Paris, le 17 avril.
    ERIC PIERMONT / AFP

    C’est une acquisition qui tombe à point nommé. Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, vient de commencer sa visite officielle aux Etats-Unis, le groupe de BTP Vinci a annoncé, mardi 24 avril, l’acquisition de douze plates-formes aéroportuaires détenues jusqu’ici par l’américain Airports Worldwide. Pour l’heure, Vinci s’est refusé à communiquer le montant de l’opération. Elle intervient moins d’une semaine après la reprise de l’aéroport d’Amman (Jordanie) par le groupe ADP, dont Vinci est actionnaire à 8 %.

    Grâce à l’achat des plates-formes d’Airports Worldwide, qui gère un trafic annuel de 25,6 millions de passagers, Vinci « change de dimension », se félicite le groupe. Sa filiale, Vinci Airports, présidée par Nicolas Notebaert, devient en effet « le numéro quatre mondial » du secteur, avec un trafic annuel total de plus de 182 millions de passagers.

    Cette opération permet surtout à Vinci de mettre le pied aux Etats-Unis, « le premier marché aérien mondial ». Le groupe gérera désormais l’aéroport international d’Orlando, en Floride. Le portefeuille d’Airports Worldwide recèle quelques autres pépites, à l’instar des plates-formes internationales du Costa Rica, qui bénéficient de l’essor touristique du pays.
    […]
    Malgré cette forte croissance, la filiale du groupe de BTP reste encore très loin du groupe ADP. Le gestionnaire d’aéroport dirigé par Augustin de Romanet pèse lourd : 3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et 225 millions de trafic passagers en 2017. Le rachat des plates-formes d’Airports Worldwide ne semble qu’une mise en bouche pour Vinci Airports. La véritable cible de la filiale de Vinci, c’est le groupe ADP. Son éventuelle privatisation pourrait permettre à Vinci de devenir le numéro un mondial du secteur.

    Orlando pour se consoler (hum, les dédits sont mahousses…) de NDDL ?

    • Vinci Airports acquiert 12 aéroports d’Airports Worldwide - Challenges.fr
      https://www.challenges.fr/entreprise/vinci-airports-acquiert-12-aeroports-d-airports-worldwide_582771

      Vinci Airports a signé un accord portant sur la reprise du portefeuille d’Airports Worldwide, comprenant 12 aéroports et qui lui permet d’étendre son réseau aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Costa Rica et en Suède, a annoncé le groupe mardi. Avec cet accord, le groupe «  acquiert neuf nouvelles plateformes  » dont deux en pleine propriété, Belfast International Airport (Irlande du Nord) et Skavsta Airport près de Stockholm (Suède).

      Il s’implante aussi aux Etats-Unis avec «  une concession  » de l’aéroport d’Orlando-Sanford en Floride, quatre aéroports «  sous contrat d’exploitation totale  » (Hollywood Burbank Airport et Ontario International Airport en Californie et Macon Downtown Airport et Middle Georgia Regional Airport en Géorgie) et trois contrats de gestion partielle d’aéroports américains. Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé.

      Le portefeuille comprend également des « participations en co-contrôle dans les deux principaux aéroports du Costa Rica (48,75% de Juan Santamaria International Airport et 45% de Daniel Oduber Quiros International Airport) ».
      […]
      Avec les aéroports de Belfast et Skavsta, «  Vinci Airports se renforce également en Europe, où le groupe exploite déjà 12 aéroports en France et 10 au Portugal auxquels s’ajoute l’aéroport Nikola-Tesla de Belgrade (Serbie), dont Vinci Airports a signé le contrat de concession le 22 mars dernier  », précise-t-il.

    • C’est marrant, avant même de lire la conclusion, j’allais faire de la #prospective à peu de frais en annonçant que #Macron et sa clique au gouvernement finirait par ordonner la #nationalisation d’#ADP.
      Le schéma d’enrichissement des grands groupes est tellement prévisible : on finance la constitution d’empires publics par l’argent du #contribuable, ensuite on les nationalise ; on a peu de chances de se tromper si on suppose que les bénéficiaires du grisbi sont/ont été/vont être des soutiens de poids à ces personnes qui actent de ces décisions.

  • Secret des affaires : le Sénat durcit le texte
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/19/secret-des-affaires-le-senat-durcit-le-texte_5287631_3234.html

    Contre l’avis du gouvernement, le Sénat a durci le texte en élargissant la définition du secret des affaires aux informations qui ont « une valeur économique », alors que le texte initial parlait de « valeur commerciale ». Le Sénat a également supprimé l’article introduit à l’Assemblée pour instaurer une amende civile destinée à sanctionner les procédures abusives qui seraient intentées contre des journalistes ou des lanceurs d’alerte.

    Ces « procédures bâillons », même si elles échouent au fond, sont destinées à décourager associations et organes de presse en raison du coût des longues procédures judiciaires. Une commission mixte paritaire devrait être convoquée pour trouver un compromis entre les deux assemblées.

  • Le FMI met en garde contre les risques susceptibles de faire dérailler la reprise
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/17/le-fmi-met-en-garde-contre-les-risques-susceptibles-de-faire-derailler-la-re

    Dans ses dernières perspectives mondiales, le Fonds monétaire international estime que la croissance mondiale devrait accélérer à 3,9 % en 2018 et en …

  • En Birmanie et au Sri Lanka, polémiques sur le rôle de Facebook
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/11/en-birmanie-et-au-sri-lanka-polemiques-sur-le-role-de-facebook_5283906_3234.

    Le réseau social est accusé d’avoir laissé se propager des messages haineux contre les minorités musulmanes en négligeant son travail de modération. Alors que des violences intercommunautaires se propageaient en mars dans le centre du Sri Lanka, des militants de ce pays ravagé par près de trois décennies de guerre civile alertaient Facebook au sujet de plusieurs messages haineux contre la minorité musulmane. L’un de ces posts appelait à « tuer tous les musulmans, sans épargner un seul enfant, parce (...)

    #Facebook #manipulation #domination #Islam #discrimination

  • Nucléaire : de nouvelles anomalies détectées à l’EPR de Flamanville

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/10/nucleaire-de-nouvelles-anomalies-detectees-a-l-epr-de-flamanville_5283275_32

    EDF a annoncé que des « écarts de qualité dans la réalisation des soudures » avaient été détectés sur l’EPR de Flamanville et signalés à l’autorité de sûreté nucléaire.

    Ces « écarts de qualité » portent sur les soudures sur les tuyauteries du circuit secondaire principal, qui conduit la vapeur des générateurs à la turbine. Elles avaient pourtant été contrôlées par le groupement des entreprises chargées de la fabrication du circuit, qui « les avaient déclarées conformes au fur et à mesure de leur réalisation », indique EDF.

    Concrètement, EDF avait défini pour la construction de l’EPR cette nouvelle norme de qualité, et n’a pas été en mesure de la faire respecter par ses sous-traitants.

  • Tesla : le très cher poisson d’avril d’Elon Musk

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/04/03/tesla-le-tres-cher-poisson-d-avril-d-elon-musk_5279960_3234.html

    La plaisanterie du fantasque patron du constructeur de voitures électriques, qui a annoncé sa faillite dans un Tweet, arrive au mauvais moment pour une entreprise lourdement endettée, observe le chroniqueur économique du « Monde » Jean-Michel Bezat.

    Les boursiers n’ont, décidément, pas d’humour et la blague d’Elon Musk lui a coûté plusieurs milliards de dollars. Toujours aussi déjanté, le patron du constructeur de voitures électriques haut de gamme (et de la société aérospatiale SpaceX) a voulu faire son « poisson », lundi 1er avril. Il a posté ce Tweet : « Malgré d’intenses efforts pour trouver de l’argent, y compris une tentative désespérée de vente massive d’œufs de Pâques, Tesla a fait totalement et complètement faillite. Une faillite telle que vous ne pouvez même pas l’imaginer ». Il a aussi publié une photo de lui, un écriteau sur la poitrine, barré du mot « bankwupt » (« ruiné »), assorti de ce commentaire : « Elon a été trouvé évanoui contre une Tesla Model 3, entouré de bouteilles « Teslaquilla », des traces de larmes séchées encore visibles sur ses joues. »

    Ce n’était vraiment pas le moment, même si M. Musk est agacé par la chute de 20 % de l’action Tesla à Wall Street depuis un mois. Le titre a encore plongé de 5,1 %, lundi, à la Bourse de New York. Le constructeur traverse une passe industrielle et financière difficile : retards dans la production du dernier-né de sa gamme, le Model 3, et baisse annoncée de ses objectifs de ventes ; rappel de 123 000 Tesla S avant le week-end ; enquête du régulateur américain des transports après un récent accident mortel impliquant un de ses véhicules autonomes, même si Tesla assure que le conducteur avait été dûment averti qu’il lui fallait reprendre le volant.

    Fragile titan

    Presque toutes les Big Tech sont sous surveillance des marchés, certains investisseurs estimant avoir trop de valeurs technologiques dans leur portefeuille. Et dans le collimateur des hommes politiques, aux Etats-Unis et en Europe : Amazon, cloué au pilori de Twitter par un Donald Trump accusant le géant du e-commerce de mettre la Poste américaine sous tension et de détruire le commerce traditionnel, y compris des enseignes historiques comme Toys’R’Us ; Facebook, ébranlé par le scandale Cambridge Analytica, un pillage de 50 millions de profils d’internautes au profit d’hommes politiques ; Uber, lui aussi mis en cause après l’accident mortel causé par un de ses véhicules autonomes en Arizona. Nombre de ces sociétés ont ainsi vu fondre leur capitalisation ces dernières semaines.

    Mais peu de titans de la Silicon Valley sont aussi fragiles que Tesla. Depuis sa création en 2003, il n’a pas dégagé de bénéfices annuels. Sa dette est lourde et coûteuse, et il va encore devoir faire appel au marché pour se refinancer. L’avenir de la « maison Musk » repose donc sur la confiance d’investisseurs prêts à mettre ou remettre au pot pour continuer ce qui ressemble bien à une aventure. Et sans espérer que l’entreprise fasse des profits dans l’immédiat. Après tout, les actionnaires fidèles n’ont pas eu à se plaindre : l’action a gagné 515 % en cinq ans. Ils attendent néanmoins avec impatience – et inquiétude – la publication du nouveau rythme de production du Model 3 dans quelques jours. Et là, le fantasque patron de Tesla n’aura pas droit au poisson d’avril.

  • Affaire Facebook/Cambridge Analytica : le lanceur d’alerte s’explique

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/26/affaire-facebook-cambridge-analytica-le-lanceur-d-alerte-s-explique_5276659_

    Christopher Wylie accuse l’entreprise britannique d’avoir utilisé les données de millions d’individus pour manipuler les élections et construire « l’alt-right » aux Etats-Unis.

    Un mois après avoir été embauché en juin 2013 par l’entreprise qui allait devenir Cambridge Analytica, Christopher Wylie a pour la première fois compris qu’il ne s’agissait peut-être pas d’une société comme les autres. « Mon poste de directeur de la recherche était vacant parce que mon prédécesseur était mort dans des conditions inexpliquées dans sa chambre d’hôtel à Nairobi, alors qu’il travaillait pour Uhuru Kenyatta [actuel président du Kenya] », explique-t-il.

    Le Canadien, petit génie de l’informatique, qui a appris tout seul à coder, alors âgé de 24 ans, a progressivement découvert qu’il travaillait pour une firme qui siphonnait les données personnelles de millions de personnes sur Facebook, avait comme vrai patron un certain Steve Bannon, cherchait à manipuler les élections à travers le monde et poussait sur Internet les théories du complot pour développer « l’alt-right », les mouvements d’extrême droite américaines.

    Cambridge Analytica a ensuite aidé Donald Trump lors de la campagne présidentielle américaine et à influer au Royaume -Uni en faveur du Brexit. Ayant quitté l’entreprise fin 2014, mais ayant longtemps gardé d’étroits contacts, M. Wylie a désormais décidé de révéler tout ce qu’il savait. « On ne peut pas défaire ce qui a été fait, mais il faut alerter. »

    Surveillance de masse

    Désormais, il ne fait plus que ça, dénonçant une société qui met en danger la démocratie, selon lui. Une semaine après avoir parlé pour la toute première fois au New York Times et au Guardian, le lanceur d’alerte a longuement rencontré dimanche 25 mars un groupe de huit journalistes européens, dont Le Monde. Depuis plusieurs mois, il travaille aussi avec les autorités britanniques, qui enquêtent contre Cambridge Analytica. Mardi 27 mars, il témoignera devant un comité parlementaire britannique, et a accepté de faire de même devant le Congrès américain.

    A écouter M. Wylie, le scandale qu’il dénonce présente un parallèle à celui qu’Edward Snowden a mis à jour en 2013. L’Américain avait montré comment les agences d’espionnages, notamment la NSA (National Security Agency) ou son équivalent britannique Government Communications Headquarters (GCHQ), utilisaient Internet pour mettre en place une surveillance de masse de leurs citoyens. « Mais la NSA ou GCHQ sont encadrés, alors que les entreprises privées peuvent collecter des données sur les citoyens comme elles le veulent. [Cambridge Analytica] a fait disparaître la frontière entre espionnage et recherche marketing traditionnelle. »

    Il faut réguler

    Pour lui, les données personnelles, qui s’accumulent à vitesse exponentielle, sont « la nouvelle électricité » du XXIe siècle, quelque chose indispensable à la vie quotidienne mais qu’il faut réguler. « Les données sont un outil, comme un couteau qui peut être utilisé pour préparer un repas trois étoiles au Michelin ou pour commettre un meurtre. En tant que telles, elles ne sont pas un problème. Mais ce que Cambridge Analytica met au jour est l’échec des législateurs et de la société à mettre des limites à leur utilisation. »

    Retour à mi-2013. M. Wylie est arrivé à Londres depuis trois ans, pour étudier le droit à la London School of Economics. Techniquement, Cambridge Analytica n’existe pas. L’entreprise qui l’embauche s’appelle SCL. Sa création remonte aux années 1960, et l’entreprise est spécialisée dans le secteur de la défense, travaillant particulièrement dans les pays émergents. Sa spécialité : mener des campagnes de désinformation à l’ancienne. Envoyer une prostituée chez un opposant politique et filmer la scène à son insu est une technique favorite. Mais SCL perçoit qu’Internet est le nouveau champ de bataille et veut s’y développer.

    M. Wylie aide à créer Cambridge Analytica, pour en faire une filiale de l’entreprise. Il fait pour cela appel à un professeur de l’université de Cambridge, Aleksandr Kogan, un neuroscientifique, qui met au point un petit quiz sur Facebook qui permet d’évaluer le profil psychologique de ceux qui le remplissent. L’application est très populaire et 270 000 personnes l’utilisent. Ce qu’elles ne savent pas est que leurs données ne sont pas utilisées par des raisons de recherche, comme promis, mais par Cambridge Analytica, qui va les utiliser à des fins commerciales. Pire encore, le quizz donne l’autorisation de télécharger les données de tous les amis sur Facebook de ceux qui ont rempli le questionnaire. Cambridge Analytica siphonne ainsi les données détaillées de plus de 50 millions de personnes, essentiellement aux Etats-Unis.

    « Une autre façon d’approcher les choses »

    Ce trésor est la base de l’entreprise. Cela lui permet de cibler de façon extrêmement précise des sous-groupes sur Facebook. La pratique de ciblage est courante, utilisée de tous les publicitaires. Mais cette fois-ci, en plus des données démographiques (âge, sexe, etc.), l’entreprise a le profil psychologique des individus.

    De ce côté-là, la recherche sur Facebook impressionne. Des scientifiques ont démontré qu’avec une dizaine de « likes », un ordinateur peut comprendre le profil psychologique d’une personne mieux que son propre collègue de bureau ; à 70 « likes », la machine le comprend mieux qu’un ami ; à 150 « likes », elle dépasse la perception d’un membre de sa famille ; à 300 « likes », elle excède la compréhension de son propre époux ou épouse.

    C’est alors qu’arrive Robert Mercer et Steve Bannon. Le premier est un milliardaire américain, qui a fait fortune grâce aux algorithmes utilisés sur les marchés financiers. Le second veut mener une « révolution culturelle » dans la politique et il s’est fait connaître avec Breitbart News, un site d’information proche de l’extrême droite. Il deviendra ensuite l’éminence grise de Donald Trump, avant la rupture entre les deux hommes.

    En 2013, M. Mercer investit dans l’entreprise et met M. Bannon aux commandes du conseil d’administration. « Bannon venait au moins une fois par mois à Londres, raconte M. Wylie. Et tous les lundis matins, on avait une conférence téléphonique avec lui et Bekkah Mercer [la fille du milliardaire]. »

    Leur objectif ? « Développer l’alt-right », explique M. Wylie. « Steve Bannon pense que pour changer la politique, il faut changer la culture. Mais Breitbart était resté un site relativement petit. Il cherchait d’autres outils pour mener sa guerre culturelle. Pour lui, SCL, qui faisait de la propagande militaire, était une autre façon d’approcher les choses. »

    Théories du complot

    A l’époque, il n’est pas question d’élections ni de Donald Trump. Les deux Américains utilisent Cambridge Analytica pour travailler en profondeur. Ils surveillent les théories du complot qui circulent, pour les amplifier. Ainsi, fin 2014, des rumeurs circulent : Barack Obama, aurait commencé à amasser des troupes au Texas pour ne pas partir de la présidence américaine. L’entreprise britannique vise les gens qu’elle sait intéressés par les théories du complot et pousse ce message vers eux. « Ensuite, ces gens voyaient ce genre d’information sur Facebook, mais rien de tout cela en regardant CNN ou les médias traditionnels. Et ils se disaient : pourquoi CNN me cache-t-elle des choses ? »

    Bien plus tard, Donald Trump a embauché Cambridge Analytica pour mener à bien sa campagne numérique. Et du côté du Brexit, la société a travaillé gratuitement et pendant quelques semaines auprès de Leave.eu, l’un des organismes faisant campagne pour le Brexit. Une société canadienne qui lui est proche, AggregateIQ, que M. Wylie a aidé à créer, aurait aussi travaillé indirectement pour Vote Leave, un autre organisme pro-Brexit, contournant ainsi le plafond des dépenses de la campagne électorale.

    Pour M. Wylie, les agissements de Cambridge Analytica ont pipé les dés de la démocratie. Mais beaucoup d’experts mettent en doute cette idée. Après tout, l’influence d’une chaîne d’information comme Fox News aux Etats-Unis, ou la campagne anti-européenne menée par le Daily Mail et le Sun depuis trente ans au Royaume-Uni, ont certainement eu une influence profonde dans ces élections. Facebook n’est pas le seul facteur.

    « Il faut réparer Facebook, pas effacer Facebook »

    Dominic Cummings, qui dirigeait Vote Leave, estime que l’argument de M. Wylie, repris initialement par le Guardian, est une sorte de théorie du complot des anti-Brexiters. « Leur fantasme est que le référendum a été perdu parce que (…) les “fake news” et Facebook auraient pris en traître des millions d’ignorants qui ne comprennent pas la réalité. (…) Ce fantasme est plus pratique que de reconnaître que leur campagne a perdu alors que presque toutes les forces du pouvoir et de l’argent au monde étaient de leur côté. »

    M. Wylie reste convaincu que l’influence de Cambridge Analytica a été déterminante. Mais il ajoute un argument plus large. « C’est comme le dopage. Si un athlète gagne les Jeux Olympique en se dopant, on peut toujours dire qu’il aurait gagné même sans se doper. Reste qu’on lui enlève quand même sa médaille, parce que ça remet en cause l’intégrité de tout le processus démocratique. »

    Le lanceur d’alerte canadien ne demande pas pour autant la fin des réseaux sociaux ou l’interdiction de l’utilisation des données privées. « Il faut réparer Facebook, pas effacer Facebook. » Pour lui, les plates-formes sur Internet doivent être régulées comme des entreprises d’utilité publique, par exemple comme les fournisseurs d’électricité ou d’eau. « Il est devenu impossible de vivre sans ces plates-formes, mais il faut les encadrer. » Impossible, trop complexe ? « Pas du tout. Facebook et Google sont plein de gens intelligents, qui savent comment repérer si du micro-ciblage a lieu. Elles pourraient dire par exemple : attention, ceci est une publicité, vous avez été visé et voilà qui paie pour ça. » En sortant de l’ombre et en parlant, il espère que le débat sur la régulation des réseaux sociaux est désormais ouvert.

  • Affaire Cambridge Analytica : le business de Facebook résiste
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/23/le-business-de-facebook-resiste-a-la-succession-d-affaires_5275333_3234.html

    Le scandale a fait vaciller le cours de Bourse du réseau social. Mais son activité ne devrait pas en pâtir à court terme. Mark Zuckerberg a-t-il réussi à éteindre l’incendie allumé par l’exploitation indue des données personnelles de 50 millions des membres de Facebook ? Malgré un mea culpa et la promesse de mesures correctives, le jeune patron du réseau social n’a pas calmé toutes les inquiétudes. La dégringolade du cours de Bourse a continué jeudi 22 mars. Au lendemain des quatre interviews accordées par (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #thisisyourdigitallife #électeurs #bénéfices #données #publicité #BigData #marketing #profiling (...)

    ##publicité ##domination

  • Le big data face à ses premiers accidents industriels
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/20/le-big-data-face-a-ses-premiers-accidents-industriels_5273627_3234.html

    Passante tuée par une voiture autonome Uber, fuite massive de données d’utilisateurs de Facebook… Deux accidents industriels qui arrivent à point nommé pour infléchir le destin d’une technologie, explique Philippe Escande, éditorialiste au « Monde ». Le numérique compte ses victimes. Cette semaine, une voiture autonome Uber a causé la mort d’une passante aux Etats-Unis, tandis que l’on apprend qu’une entreprise britannique a siphonné à des fins politiques les données personnelles d’une cinquantaine de (...)

    #Facebook #Uber #algorithme #élections #manipulation #BigData #électeurs

    • Le numérique compte ses victimes. Cette semaine, une voiture autonome Uber a causé la mort d’une passante aux Etats-Unis, tandis que l’on apprend qu’une entreprise britannique a siphonné à des fins politiques les données personnelles d’une cinquantaine de millions de citoyens américains.

      Bien sûr, la marche du progrès, comme celle de l’histoire, s’accompagne toujours de martyrs. Et repose à chaque fois la question de son utilité. Le 8 mai 1842, le tout jeune train Paris-Versailles déraille à Meudon. On dénombre plus d’une centaine de victimes, dont l’explorateur Dumont d’Urville. La presse s’enflamme contre le train et Alfred de Vigny évoque « le sacrifice horrible fait à l’industrie ». La sécurité a été renforcée et le train a repris sa route à toute vapeur.

      Un modèle remis en cause

      Parfois pourtant, les accidents industriels arrivent à point nommé pour infléchir le destin d’une technologie. La catastrophe de Fukushima a provoqué un reflux mondial du nucléaire civil dans le monde entier, tandis que le scandale du dieselgate a sonné le glas, à terme, de la propulsion diesel dans les automobiles. Dans ces deux exemples, la défiance s’était installée, que ce soit pour des raisons économiques ou d’acceptation sociétale.

      Le cas d’Uber relève plus de l’exemple ferroviaire. L’essor de la voiture autonome semble suivre les rails du progrès, comme le train au XIXe siècle, quelles qu’en soient les conséquences à brève échéance.

      L’histoire de Facebook est différente car elle interroge à la fois une pratique et un modèle économique dont les fondements pourraient bien être remis en cause. Tout d’abord parce qu’elle concerne une industrie de réseau, ce qui potentiellement lui donne un pouvoir dévastateur.

      Un chercheur britannique obtient le consentement de 270 000 utilisateurs Facebook pour passer un test psychologique. Ce faisant, il aspire en même temps les données sur les « amis » de ces cobayes volontaires. Comme chaque usager possède en moyenne environ 200 amis sur Facebook, il se retrouve à la tête des données concernant près de 50 millions d’Américains. Informations qu’il a ensuite cédées à une entreprise « amie », qui les a utilisées à des fins politiques.

      Question de confiance

      Aucun piratage dans l’affaire : jusqu’en 2014 les conditions d’utilisation du réseau social stipulaient que l’accord d’un usager permettait d’accéder également aux données de ses amis sans avoir l’accord de ces derniers.

      Facebook a modifié ses règles et a demandé la destruction des données, ce qui n’a pas été fait. Le problème est que le modèle même d’un réseau social gratuit repose sur l’exploitation commerciale des données personnelles de ses membres. Il ne peut prendre de mesures draconiennes sans altérer la source de ses revenus.

      De plus, son existence repose sur la confiance. Lorsque celle-ci est brisée, le consommateur se fait vite volage et méfiant, comme on l’a vu dans le cas du diesel. L’étau se resserre, notamment en Europe, autour des usages débridés du « big data » et Facebook est en première ligne.

  • Entre les auteurs et leurs éditeurs, la situation reste tendue
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/12/entre-les-auteurs-et-leurs-editeurs-la-situation-reste-tendue_5269571_3234.h

    Sur les 1 200 auteurs ayant répondu au questionnaire, 29,2 % considèrent avoir « des relations non satisfaisantes, voire conflictuelles, avec certains ou la majorité de leurs éditeurs, et 8 % avec tous leurs éditeurs ».

    Sans surprise, écrire ne fait pas vivre. Un quart des auteurs ne perçoivent aucun à-valoir pour leur ouvrage. Celui-ci est inférieur à 1 500 euros pour 34 % ­d’entre eux et se situe entre 1 500 et 3 000 euros pour 36,7 % des ­personnes interrogées. Seuls 14,4 % touchent entre 3 000 et 5 000 euros et 14,9 %, davantage.

    Le baromètre évoque « un taux de rémunération moyen » très bas, de 7,2 % du prix hors taxe du livre. Les romanciers sont un peu mieux lotis (8,5 %), tout comme les auteurs de BD (8 %). A l’inverse, les auteurs jeunesse occupent le bas de l’échelle (5,2 %).

    Lire aussi : Les organisateurs du salon Livre Paris ouvrent le tiroir caisse aux auteurs
    Les questions financières, nerf de la guerre

    De fait, seul un tiers des auteurs exercent uniquement ce métier d’écriture. La grande majorité doit trouver des revenus annexes pour vivre. Depuis le dernier ­baromètre, daté de 2015, 48 % des sondés estiment que leur situation financière s’est maintenue, mais 44 % qu’elle s’est détériorée.

    En outre, une certaine opacité perdure chez les éditeurs : près d’un quart des auteurs ont, par exemple, eu connaissance de traductions de leur livre à l’international sans en avoir été informés au préalable par leur maison d’édition. Plus de la moitié d’entre eux n’ont pas perçu de droits, alors que leur titre était exploité à l’étranger. Autre grief : 25 % des auteurs regrettent que leur éditeur n’ait pas pris la peine de leur dire que leur ouvrage avait été mis au pilon.

    Parmi les éléments positifs mentionnés dans cette étude, figure le fait que le travail de création des éditeurs semble mieux apprécié et que le taux de satisfaction des auteurs quant à la diffusion de leur ouvrage augmente. En outre, la promotion des livres est jugée plus satisfaisante.

    Un tiers des écrivains, en revanche, se plaignent d’un manque d’informations sur les ventes de leurs ouvrages. En effet, 60 % des auteurs doivent réclamer leurs relevés de droits. Et quand ils récupèrent ces documents, 66 % les jugent ni clairs ni complets. Les questions financières étant le nerf de la guerre, près des deux tiers des auteurs doivent écrire à leurs éditeurs pour réclamer le paiement de leur dû…

  • Avec l’essor de la biométrie, la société en liberté surveillée
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/11/biometrie-la-societe-en-liberte-surveillee_5269215_3234.html

    Le stockage et l’utilisation des informations collectées par les géants de l’Internet inquiètent. En Europe, un règlement général sur la protection des données entrera en vigueur le 25 mai. Ce jeune homme debout, les mains dans les poches, qui sourit à un écran dans l’entrée d’un fast-food, ne patiente pas devant une vidéo en attendant ses morceaux de poulet grillé. Il est en train de payer d’un sourire le repas qu’il vient de commander. Les restaurants KFC de Huangzhou, dans la région de Shanghaï, testent (...)

    #Alibaba #Apple #Google #Microsoft #Tencent #Xiaomi #Amazon #Baidu #Facebook #algorithme #Identité #smartphone #CCTV #anti-terrorisme #biométrie #iris #empreintes #facial #surveillance #vidéo-surveillance #GAFAM #BATX (...)

    ##Identité ##KFC

  • En Chine, les start-up surfent sur les besoins de l’Etat policier
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/11/en-chine-les-start-up-surfent-sur-les-besoins-de-l-etat-policier_5269214_323

    Le pouvoir chinois et les géants de la technologie avancent main dans la main. La photo a rapidement fait le tour des réseaux sociaux : une jeune policière en uniforme porte des lunettes noires, équipées d’une petite caméra. Au milieu de la gare de Zhengzhou, dans le Henan, une des provinces les plus peuplées de Chine, la jeune femme scanne la foule, grâce à un système de reconnaissance faciale. L’outil est connecté à la fois à un smartphone, dans les mains de l’agent de police, et à un écran dans le (...)

    #LLVision_ #algorithme #CCTV #biométrie #sécuritaire #mouvement #voix #facial #surveillance #vidéo-surveillance (...)

    ##lunettes

  • Le licenciement d’un prestataire de Renault annulé au nom de la liberté d’expression

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/05/le-licenciement-d-un-prestataire-de-renault-annule-au-nom-de-la-liberte-d-ex

    L’ancien salarié d’Eurodecision avait adressé un mail aux syndicats du constructeur automobile pour les inviter à diffuser le film « Merci patron ! ».

    La cour d’appel de Versailles a annulé le licenciement pour faute grave d’un salarié sous-traitant du Technocentre Renault à Guyancourt (Yvelines) qui avait invité par mail les syndicats à diffuser le documentaire satirique Merci patron ! et relaté dans la presse une remontrance de son patron à propos de l’envoi de ce courriel. La cour estime que le licenciement porte « atteinte à la liberté d’expression ». Elle condamne l’employeur, Eurodecision, à payer 45 000 euros à son ancien salarié ainsi que 3 000 euros aux syndicats SUD et CGT, qui l’avaient soutenu, pour « atteinte à la liberté syndicale », selon l’arrêt rendu le 28 février. « C’est une consécration pour la liberté d’expression », a réagi Marie-Laure Dufresne-Castets, l’avocate de l’ancien salarié.

    Le salarié, qui avait enregistré l’entretien car, a-t-il expliqué, il n’était pas en capacité de prendre des notes compte tenu de son inquiétude, avait ensuite transmis des extraits au journal alternatif fondé par M. Ruffin, Fakir, et pour lequel il était bénévole. L’histoire de cette vidéo, qui ne comportait aucun nom ni aucun visage, avait été relayée dans la presse.
    Dans un second temps, le 21 avril 2016, il avait été licencié pour faute grave, son employeur estimant qu’il avait violé son « obligation de loyauté et de bonne foi » en enregistrant la discussion et en diffusant les extraits. Certes, admet la cour dans l’arrêt, mais « ces agissements sont intervenus dans un contexte d’angoisse liée à la crainte d’être injustement licencié, crainte qui s’est avérée fondée ».

    Pour la cour, ni la mise à pied du salarié, ni son licenciement n’étaient fondés, et l’ancien salarié est « recevable à invoquer le statut de lanceur d’alerte ». En outre, souligne-t-on de même source, Renault comme Eurodecision, « ont participé à la réalisation de leur propre préjudice en ne respectant pas une liberté fondamentale ».

    #lanceur_d’alerte

  • Comment un manque de papier toilette coûte 30 milliards de dollars de capitalisation à Walmart le monde - 21.02.2018 - Philippe Escande
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/21/comment-un-manque-de-papier-toilette-coute-30-milliards-de-dollars-de-capita

    Trente milliards de dollars (24,3 milliards d’euros), voilà qui fait cher le papier toilette. Tout commence à la veille des fêtes dans les entrepôts américains de Walmart, le premier distributeur mondial. En prévision d’un afflux de commandes en ligne de téléviseurs, de jouets et autres cadeaux de Noël, l’entreprise a fait le ménage dans ses rayonnages. Pour caser les cartons de téléviseurs Samsung dernier cri, on a réduit l’espace des petits consommables du quotidien, ceux que l’on marque consciencieusement toutes les semaines sur sa liste des courses : dentifrice, savon, papier toilette…

    Oui mais quand les lampions sont éteints et les bouchons de champagne ramassés, la vie ordinaire reprend, avec ses petites commandes indispensables. Et là, plus de papier. « Notre stock de produits de base était insuffisant » pour répondre à la demande, a reconnu le patron de Walmart, Doug McMillon. Résultat, les ventes sur Internet de Walmart n’ont progressé au dernier trimestre de son exercice fiscal, entre novembre et fin janvier, que de 23 %. Beaucoup se seraient contentés d’un tel score, mais le groupe avait habitué la Bourse à des croissances deux fois plus fortes. Wall Street, qui aimerait que les arbres grimpent jusqu’au ciel, n’a pas aimé la surprise et a fait chuter le cours de la société de près de 10 % en une seule journée, mardi 20 février, soit près de 30 milliards de capitalisation boursière envolés d’un coup.

    . . . . .
    La suite de l’article est payante.
    avec des dollars ou des euros imprimés sur papier toilette ? C’est pour le nomde après tout

  • Le #Venezuela lance le #petro, monnaie virtuelle pour lutter contre le manque de liquidités et l’inflation
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/28/au-venezuela-une-monnaie-virtuelle-contre-le-blocus-financier-des-etats-unis

    Le bolivar est en capilotade, vive le petro ! Dans un Venezuela aux prises avec une monnaie en chute libre, une inflation galopante et une crise économique d’une ampleur inédite, le président Nicolas Maduro a décidé de créer une devise virtuelle.

    Le petro – c’est donc son nom –, supposé répondre au problème de manque de liquidités du pays, sera mis en prévente à partir de mardi 20 février, et jusqu’au 19 mars : 38,4 millions d’unités, sur un total de 100 millions, seront proposées aux Vénézuéliens.

    En quoi consiste cette monnaie et quelle sera sa valeur ?
    Le Venezuela avait fixé, le 31 janvier, à 60 dollars le « prix de vente de référence » du Pétro, une valeur équivalente à celle d’un baril de pétrole vénézuélien mi-janvier.

    Cette « devise cryptographique » sera en effet adossée aux réserves nationales d’or noir, et tout particulièrement aux champs de l’Orénoque et à un gisement renfermant des réserves de 5 milliards de barils « certifiés internationalement ».

    La précision a son importance car les statistiques fiables font cruellement défaut dans ce pays détenteur des plus importantes réserves mondiales d’or noir.

    On en parlait ici
    https://seenthis.net/messages/649429
    et là
    https://seenthis.net/messages/651541#message651548