Political Theory - Habermas and Rawls : Prospects and Limits of Deliberative Democracy

/prospects-and-limits-of-deliberative.ht

  • Prospects and Limits of Deliberative Democracy
    http://habermas-rawls.blogspot.de/2017/08/prospects-and-limits-of-deliberative.html

    The latest issue of “Dædalus” (Summer 2017) features articles on “The Prospects and Limits of Deliberative Democracy”:

    1. Introduction [pdf] by James S. Fishkin & Jane Mansbridge_
    http://www.mitpressjournals.org/doi/pdf/10.1162/DAED_x_00442

    The legitimacy of democracy depends on some real link between the public will and the public policies and office-holders who are selected. But the model of competition-based democracy has come under threat by a disillusioned and increasingly mobilized public that no longer views its claims of representation as legitimate. This essay introduces the alternative potential of deliberative democracy, and considers whether deliberative institutions could revive democratic legitimacy, provide for more authentic public will formation, provide a middle ground between mistrusted elites and the angry voices of populism, and help fulfill some of our shared expectations about democracy.

    [...]

    – quelques des 12 articles sont disponibles comme pdf

    via http://02mydafsoup-01.soup.io/post/631542077/Prospects-and-Limits-of-Deliberative-Democracy

    #Deliberative_Democracy

    • #Démocratie_délibérative

      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_d%C3%A9lib%C3%A9rative

      [...]

      L’ #échange_discursif entre les citoyens doit permettre de faire partager des conceptions du #bien_commun différentes et de faire ainsi entrer en jeu le #pluralisme_inhérent aux sociétés contemporaines. Aussi, l’échange d’arguments raisonnés et capables de convaincre les autres est censé apporter un gain de rationalité à la prise de décision finale. En effet, les préférences des citoyens peuvent à travers la discussion s’affirmer ou se modifier selon les arguments avancés. Les préférences deviennent réfléchies, à la fois dans le sens où elles sont exprimées devant d’autres citoyens qui par la possibilité d’y répondre par oui ou par non les renvoient à leurs premiers émetteurs, et encore, par cet effort collectif de réflexion qui assure la réflexion personnelle du citoyen lui-même.

      Selon Hervé Pourtois, la condition d’argumentation, c’est-à-dire le processus qui vise à choisir le meilleur argument en faveur d’une thèse, et la condition de participation, qui permet de faire reconnaître différents points de vue moraux sur une question, sont essentielles à l’idéal de la démocratie délibérative. En effet, pour lui, l’origine des désaccords vient moins des différences de valeurs entre membres du groupe que des différences de signification des pratiques sociales. Sur ce point il se place d’ailleurs en désaccord avec John Rawls.

      [...]

      #Jürgen_Habermas #John_Rawls