Pas de flics dans nos cortèges

/pas-de-flics-dans-nos-corteges-8651

  • Alexandre Langlois, secrétaire général de VIGI a été suspendu sans paie pour 12 mois, dont six avec sursis.

    Ma réponse à la tentative de censure politique de Monsieur CASTANER jeudi 4 juillet 2019
    https://vigimi.fr/f/actualites-fr/entry/ma-reponse-a-la-tentative-de-censure-politique-de-monsieur-castaner

    (...) Du coup qu’est ce qui a froissé tout ce beau monde et que je n’aurais pas dû dénoncer au nom de mon organisation syndicale ?

    Il fallait taire la falsification des chiffres de la délinquance, qui permet à des directeurs de la Police Nationale de toucher des primes conséquentes sur un travail non fait ou avoir une promotion, alors même que ce trucage est aussi constaté par un rapport parlementaire et deux rapports de l’Inspection Général de l’Administration. Je tiens à féliciter Monsieur SALANOVA, qui grâce à ses « bons résultats » est passé de directeur de la sécurité public des Bouches du Rhône à Directeur central de la sécurité publique, sans attendre que la Justice se prononce sur ses manquements éventuels. A noter que la baisse de la délinquance à Marseille s’est traduite par … des règlements de comptes à coups d’armes à feu.

    Il fallait taire la part de responsabilité de la haute hiérarchie policière dans les causes du suicides de mes collègues et ne pas indiquer qu’au 19 février 2018, le Directeur Général de la Police National avait vu 24 de mes collègues se suicider depuis sa prise de fonction. Depuis ce chiffre est passé à 87 suicidés, malgré une note ordonnant aux chefs de service de faire preuve d’empathie et une seconde demandant l’organisation de barbecues conviviaux en dehors du temps de service…. Comme quoi du sparadrap sur une jambe de bois ça ne sert à rien.

    A titre de comparaison toute la direction de France Telecom, devenue Orange, passe en correctionnel jusqu’au au 11 juillet 2019 pour 19 suicides entre 2008 et 2009 au sein de l’entreprise.

    Il ne fallait pas dénoncer les agissements, comme les agressions sexuelles du médecin police de Metz. Malgré que le Ministre de l’Intérieur soit au courant de la situation, il soutenu ce médecin. Finalement ce docteur a été condamné par la Justice à 12 mois de prison avec sursis, interdiction d’exercer la médecine, injonction de soins et fichage au fichier des délinquants sexuels. Cette condamnation a été prononcée avant que Monsieur le Ministre de l’Intérieur ne décide de sa sanction politique à mon encontre, donc Monsieur CASTANER sous-entend que dans la police les agressions sexuelles sont autorisées si on fait partie de la haute hiérarchie.

    Je paye également les prises de positions de notre syndicat sur la gestion du maintien de l’ordre, ou plus exactement de la répression sociale, lors du mouvement des gilets jaunes.

    Enfin le gouvernement n’a pas digéré et Monsieur le Président de la République Emmanuel MACRON en particulier, que nous déposions plainte et nous portions partie civile dans l’affaire BENALLA/MACRON. D’ailleurs ma sanction a été signée le 21 juin 2019, lendemain de mon passage dans Envoyé Spécial sur France 2, sur ce sujet. (...)

  • https://paris-luttes.info/pas-de-flics-dans-nos-corteges-8651 - @paris

    Suite à la provocation du VIGI, un syndicat policier ayant appelé à infiltrer la manifestation du 12 septembre, des lycéen-nes déterminé-es à ne pas céder se sont rassemblé et ont décidé de leur répondre.

    #ParisLuttes #MédiasLibres #Mutu #VIGI #CGT #CGTPolice #12septembre #LoiTravail #FrontSocial #acab #ComitéDActionInterLycéen

  • Pas de flics dans nos cortèges - Paris-luttes.info via @paris
    https://paris-luttes.info/pas-de-flics-dans-nos-corteges-8651

    Suite à la provocation du VIGI, un syndicat policier ayant appelé à infiltrer la manifestation du 12 septembre, des lycéen-nes déterminé-es à ne pas céder se sont rassemblé et ont décidé de leur répondre.

    Le VIGI, syndicat policier, appelle ses adhérent-es à prendre la tête de la manifestation du 12 septembre afin d’intervenir par tous les moyens dont ils disposent pour interpeller celles et ceux qui commettraient des infractions. Le ridicule ne tue pas, le VIGI en use allègrement en appelant à infiltrer un cortège lycéen. Mais aussi comique que puisse être cet appel, ces « policiers progressistes » (sic) se prennent au sérieux et entendent bien jouer les justicier-es au secours des honnêtes gens. Reprenons donc.

    Qu’est-ce que le VIGI ? Il s’agit du nouveau nom, depuis juin dernier, de la CGT police. Un syndicat qui prétend rassembler les policier-es « de gauche » (ou presque), mais qui n’a pas hésité, par exemple, à appeler à se rassembler le 18 mai 2016 sur la place de la République contre la « haine anti-flics », aux côtés de grandes figures de la droite dure et de la droite extrême....

    #police #manifestation

    • Une pomme et une bouteille d’eau : le frugal repas des policiers escortant Emmanuel Macron
      http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-ville/2017/09/07/le-gouter-presidentiel-ne-passe-pas

      Lundi, jour de la rentrée des classes, Emmanuel Macron était en visite dans une école primaire de Forbach. Un voyage officiel (VO) qui nécessitait un important dispositif de sécurité. Les fonctionnaires de la Direction départementale de la sécurité publique de Moselle (DDSP) avaient reçu des renforts extérieurs à l’instar des hommes de la Section d’intervention (SI) de Nancy, à en croire les réseaux sociaux des différentes organisations syndicales.

      En poste sur les lieux du VO avant 6 h du matin pour certains, les policiers recevaient, vers 10 h, un petit sachet repas. À l’intérieur : une pomme, une bouteille d’eau de source 50 cl, une mini-brique de jus d’orange et un sachet de 4 biscuits. Un encas dans l’attente d’un repas de midi qui tienne l’estomac ? Que nenni !

      Ce sera la seule et unique collation - un « goûter d’écolier » plaisantent certains - distribuée aux forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité autour du déplacement présidentiel. Autant dire qu’il fallait avoir de la réserve pour tenir une vacation sur le terrain d’une durée de près de 10 h. « Quand on a su qu’il s’agissait du seul et unique repas auquel nous aurions droit, on a cru à une blague », note un policier. « C’est un manque criant de considération pour des économies de bout de chandelle. S’il y avait eu au moins un sandwich dans le colis, la pilule aurait peut-être pu passer mais là… D’autant que, bloqués sur le dispositif, on ne pouvait pas aller acheter de quoi se restaurer ».

      . . . . . . .

    • La situation basculera lorsque tous les mécontent(e)s seront dans la rue, de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par les Centristes, Bayrou, les écolos, les Insoumis, le PCF, les étudiant(e)s, l’armée, la police . . .
      Après, peut être qu’une des composantes prendra le pouvoir.