toute l’actualité en direct, l’info en continu en France, dans les régions et dans le monde

https://www.ouest-france.fr

  • Guerre en Ukraine. Cinq questions pour comprendre la situation à la centrale de Zaporijjia
    https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/guerre-en-ukraine-cinq-questions-pour-comprendre-la-situation-a-la-cent

    L’occupation du site par les soldats russes « constitue une grave menace pour sa sécurité et augmente les risques d’accident ou d’incident nucléaire […] Il est urgent d’autoriser une inspection de l’AIEA et d’obtenir le retrait de toutes les forces russes », a-t-il estimé lors d’une conférence de presse en Belgique.

    Les forces russes qui occupent le site doivent cesser de bombarder le site sur lequel elles se trouvent, et d’ailleurs, elles doivent quitter la centrale, comme ça, ça règlera le problème.

  • À Lourdes, des milliers de pèlerins de tous âges célèbrent Marie et l’Assomption
    https://www.ouest-france.fr/societe/religions/a-lourdes-des-milliers-de-pelerins-de-tous-ages-celebrent-marie-et-l-as

    De l’eau bénite malgré la sécheresse

    Dimanche, après la procession, de nombreux fidèles ont fait la queue devant les robinets d’eau considérée comme « bénite » par les chrétiens pour en emporter chez eux.

    Alors que la sécheresse rend difficile l’approvisionnement en eau potable dans certaines communes françaises, à Lourdes, cette « eau bénite » ne manquera pas.

    Le sanctuaire dispose en effet d’un système de stockage de l’eau de la source de la grotte de Massabielle où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie est apparue à Bernadette Soubirous.

    Pendant la basse saison, ce système permet de stocker suffisamment d’eau pour les nombreux pèlerins attendus l’été, explique le directeur technique du sanctuaire, Sébastien Maysounave.

    L’eau coule donc comme d’habitude cet été des 15 robinets et reste présente dans les 18 fontaines du sanctuaire. En revanche, les vasques, aussi appelées « piscines », restent vides pour limiter les risques de contagion par le virus du Covid. Les fidèles sont invités à refaire « le geste de l’eau » qu’aurait fait Bernadette à la demande de la Vierge mais sans eau.

    #hosanna_au_plus_haut_des_cieux

  • Guerres de l’eau :

    💧 « L’eau c’est fait pour boire » : chronique de la sécheresse 2022 - Contre Attaque
    https://contre-attaque.net/2022/08/04/leau-cest-fait-pour-boire-chronique-de-la-secheresse-2022

    Nous traversons une période de sécheresse inédite de mémoire d’Homme. La totalité de la France est en état d’alerte. Les précipitations en Bretagne ont baissé de 95% par rapport à un été normal. Les épisodes caniculaires s’enchaînent alors que les réserves en eau étaient déjà à un niveau critique avant l’été. Comme dans un film dystopique, nous allons manquer d’eau potable en France. Cas d’école à Gérardmer, dans les Vosges.

    voir aussi https://seenthis.net/messages/969030

  • Sécheresse : Youth for climate ferme les vannes d’arrosage de la ville d’Angers
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/secheresse-youth-for-climate-ferme-les-vannes-d-arrosage-de-la-ville-d-

    Alors que la sécheresse gagne toute la France, le collectif Youth for climate a mené plusieurs actions à Angers (Maine-et-Loire), mercredi 3 et jeudi 4 août 2022, pour fermer les vannes d’arrosage des pelouses de la Ville.
    Dans un tweet du 5 août, le collectif Youth for climate Angers annonce avoir fermé 31 vannes d’arrosage de pelouse de la Ville, mercredi et jeudi dernier. « L’arrosage était autorisé la nuit, mais au vu de la situation actuelle, on estime que la ville doit montrer l’exemple », répond Jérémy, membre du collectif.
    La préfecture de Maine-et-Loire avait effectivement pris un arrêté le 27 juillet, classant Angers en « alerte » (niveau 2 sur 4). Et le 3 août, la préfecture a rehaussé l’alerte, passée en niveau 3. Celui-ci entraînant une interdiction d’arroser les pelouses, particuliers et collectivités compris.

    #sécheresse #climat #activisme

  • Cyclistes vulnérables et délinquance routière

    J’ai déjà perdu un pote il y a 2 ans, un militant, et son fils de 16 ans.
    Hier soir, un pote FB postait ça  :

    Krec’h Goulifern, sur les hauteurs de la gueule de l’enfer.
    Et en plein dedans. Marianne est allée au pain ce matin, probablement revenait elle avec des croissants et un pain au chocolat pour moi, parce que c’est dimanche.
    Elle n’est jamais revenue.
    Un chauffard l’a tuée.
    Comme le veut la formule, ni fleurs ni couronnes ni visites ni quoi que ce soit.

    Quelqu’un de proche   :

    Marianne et Erwan le Corre ont créé un lieu magique en Bretagne : le Manoir Krec’h Goulifern . Depuis des années nos vies étaient liées par nos projets fous, des utopies bien réelles sur lesquelles nos quotidiens sont souvent mis à rude épreuve. On a partagé joies, fiertés, questionnements, peines et déceptions et tant de beaux moments.
    Ce matin Marianne est allée chercher le pain à vélo et n’est jamais revenue. Un chauffard a pris sa vie.
    Je n’ai pas de mot pour dire la peine immense et la violence de la nouvelle. Marianne était une femme d’une incroyable rélisience, brillante, lucide, attentive, déterminée. Elle avait tant de fois fait face aux défis et épreuves que la vie avait mis sur son chemin, sans se laisser gagner par la haine ou la colère. Sans jamais se détourner de ses valeurs, de ce qu’elle avait tenté de bâtir par dessus tout.
    On avait prévu cette semaine un de ces goûters qu’on aimait tant, l’odeur des crêpes chaudes, les doigts pleins des confitures de leur jardin, à partager en douceur et sincérité les émerveillements, les doutes, les difficultés de l’année écoulée. Il n’y aura plus de goûter, de visite de chantier, de pressées de pommes ou d’atelier de savon. Plus de rire, de débats jusqu’au bout de la nuit sur ce monde qu’on essaie d’inventer face à celui qui part en vrille, plus de larmes et de réconfort mutuel.
    Enfin si, des larmes, des larmes infinies, impossibles à sécher.
    Marianne, Erwan, vous qui avez tant de fois eu les mots pour nous soutenir dans les moments durs, qui avez été notre refuge. Je me sens impuissante à trouver à mon tour les mots justes face à une telle ignominie.
    Il reste tout ce qu’on a partagé, tous ces moments resterons précieusement dans nos cœurs. Personne ne pourra nous l’enlever.
    Et promis, on respectera tes volontés : pas de gerbes de fleurs, de grande cérémonie, pas de chichi, ça ne te ressemblerait pas. Mais au pommé cette année, on chantera pour toi autour du feu et on ravivera dans nos cœurs chahutés la flamme des jours heureux. Pour ne pas oublier, pour ne pas laisser la tristesse gagner... Et bien sûr, tu veilleras sur nous de là haut.
    Ici où tout est triste, on prendra soin de ce que vous avez construit et de notre ami Erwan qui devra vivre avec l’absence infinie, la peine absolue et éternelle de cette journée sans retour en arrière possible. On lui tiendra la main sur le chemin vers l’appétit de la vie, que tu savais tant nous transmettre. Sur ce chemin, je te le promets, on ne le laissera pas seul.
    Repose en paix Marianne, avec tout notre amour

    Perso, j’ai ma voiture dans le garage depuis un an, mais je n’arrive pas à me résoudre à la vendre  : parce que pour l’instant, passer au vélo, même en ville, ça revient à se faire agresser en permanence, à risquer très concrètement sa peau, parce que je n’ai toujours pas trouvé de toubib traitant et que s’il faut, faudra faire 15 ou 20 km pour en trouver un, ce qui est totalement aberrant…

    J’en ai ras le cul de la civilisation de la bagnole…

  • Chassé-croisé de l’été. Le nombre de bouchons recule un peu sur les routes après un pic à 862 km
    https://www.ouest-france.fr/info-trafic/chasse-croise-de-l-ete-le-point-sur-la-situation-sur-les-routes-et-dans

    Après un vendredi déjà chargé, de nombreux vacanciers sont sur les routes ce week-end. Après un pic à 862 km 11 h 30, plus de 600 km de bouchons sont toujours recensés. Concernant les trains, un incendie dans la Drôme a provoqué des retards.

    Apparemment, dans les écoles de journalisme, le thème du pic qu’on-a-passé est devenu la nouvelle façon d’aborder n’importe quel sujet.

    • C’est effectivement une donnée, très visible sur le terrain, et qui est souvent évacuée par les employeurs.
      J’en ai fait l’expérience, alors que j’étais encore salarié et représentant du personnel (je suis retraité depuis quelques semaines) d’une ville (les Lilas, dans le 93) :

      https://cgt-territoriaux-leslilas.org/IMG/pdf/cr_ctp_1_fevrier_2021.pdf

      Comme déjà indiqué lors de l’examen du poste de chargé∙e de mission égalité et lutte contre les
      discriminations (voir point 4), la lecture du rapport nous a permis de mettre en avant 3 axes de
      travail importants en matière de résorption d’inégalité entre les collègues femmes et hommes :
      ➢ Résorption de l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes travaillant pour la collectivité, notamment pour les cadres A.
      ➢ Résorption de l’inégalité en matière de santé, en particulier les arrêts de maladie qui touchent les femmes de façon plus importante que les hommes.
      ➢ Résorption de l’inégalité concernant la précarité, car le nombre de femmes contractuelles et travaillant à temps non complet imposé (ce qui n’est pas le temps partiel) est plus important proportionnellement que celui des hommes.

      L’employeur public, quand il s’agit, de surcroît d’une collectivité territoriale « de gauche » en milieu urbain plutôt favorisé, estime qu’il se doit d’être « exemplaire » en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, ce qui le conduit à adopter au travers de communication flatteuse et autopromotionnelle, une attitude de déni des plus caricaturales quand on lui met le nez dans son caca.

      Ce sujet fera l’objet d’un billet sur mon nouveau blog perso.

    • J’avais cru voir que les charges des maçons avaient fait l’objet de règlementations (limitation de la taille des sacs de 50 à 30  kg, un truc dans le genre), par contre les aides ménagères et soignantes qui doivent parfois se cogner des corps de vieux de 80 kg et plus toutes seules et sans matos… que dalle pour les protéger. Ou les caissières, qui gagneraient tellement mieux en étant payées à la tonne…

  • Mystérieuses hépatites chez des enfants. Deux nouvelles études avancent une explication
    https://www.ouest-france.fr/sante/mysterieuses-hepatites-chez-des-enfants-deux-nouvelles-etudes-avancent-

    Les deux études, qui n’ont pas encore été vérifiées par des pairs, ont conclu qu’une infection au Covid-19 n’était pas responsable. Le coronavirus n’a pas été détecté dans le foie des enfants malades étudiés, et la proportion d’entre eux présentant des anticorps contre le Covid-19 était similaire à celle des enfants non touchés par ces hépatites.

    Hourra ! Le covid est innocenté !!! Voilà qui va tous nous rassurer (non).

    Mon passage préféré, c’est la conclusion. Après t’avoir expliqué que la présence du covid dans le foie, c’était pas significatif, et t’avoir construit une théorie de concomitance de virus inconnus, ils t’expliquent que si ça a lieu maintenant, c’est à cause d’interactions complexes entre les confinements et la circulation habituelle des virus. Alors que les enfants concernés aujourd’hui sont des enfants qui ont moins de 5 ans, dont, par force, un certain nombre qui n’ont pas été particulièrement concernés par les confinements.

    Les scientifiques ne comprennent pas non plus clairement pourquoi ces cas apparaissent précisément maintenant. Une hypothèse est que les confinements liés au coronavirus aient eu une influence, par exemple en modifiant la circulation habituelle des autres virus, ou en empêchant les enfants de créer certaines défenses face à des virus auxquels ils ont été moins confrontés.

    A partir de quand on décide que ce genre d’articles et de recherches sont des « en service commandé » ?

    • Si le timbre rouge disparaît sous sa forme physique, c’est parce que le public y a de moins en moins recours, alors que le service coûte très cher à l’entreprise. « Le numérique est devenu d’usage pour les envois urgents », assure Philippe Dorge, directeur général en charge du courrier à La Poste. Mais à la Poste de Popincourt, dans le XIe arrondissement parisien, l’annonce de cette dématérialisation divise. « C’est une bonne mesure pour l’environnement, se réjouit Alex, un musicien de 40 ans. Mais faire ces démarches en ligne, ça demande une énergie personnelle qui n’était pas nécessaire quand on imprimait nos documents nous-même. Et pour les personnes qui ne sont pas habituées au numérique, il faudra que la Poste fasse un vrai effort de communication », juge-t-il.

      Du coup, quel est l’intérêt du courrier papier lorsqu’un email ou, au pire, un formulaire en ligne, sont autrement plus intuitifs, performants et écologiques ?

    • « Intuitifs, performants et écologiques » ? On croit rêver. Le service (public) de la poste se débarrasse des plus de 10 millions de « cassos » (selon eux) frappés d’illectronisme et faudrait applaudir ? Orwell a déjà gagné...

    • Les vieux et les cassos, des indésirables comme les autres.
      https://www.gisti.org/spip.php?rubrique1218

      De nombreuses démarches administratives sont aujourd’hui « dématérialisées », totalement numérisées : elles se font au moyen de sites ou plate-formes sur Internet sans avoir à se rendre physiquement dans les locaux de l’administration. Cette évolution, a priori facilitant les choses pour les usagers, peut cependant représenter une difficulté insurmontable lorsque l’administration n’a pas prévu d’autre moyen d’effectuer telle ou telle démarche que via internet. En effet, cela suppose, en premier lieu, de savoir se servir des outils informatiques, et de disposer d’une connexion internet, mais il faut également que le service fonctionne correctement car les usagers n’ont plus de guichet auquel s’adresser pour se renseigner, pallier une panne, corriger des erreurs, ou tout simplement effectuer physiquement leurs démarches.

      www.gisti.org/#dematerialisation

  • Meteociel.fr - Observations satellite - images satellite infrarouge et visible
    https://www.meteociel.fr/observations-meteo/satellite.php

    C’est moi ou les fumées des incendies en Gironde remontent jusque vers nous ? Non, parce que le vent de Sud-Sud-Ouest s’est levé il y a une heure et ça sent vraiment le cramé dans le bled. En outre, il y a comme des fumées qui se traînent à 10 m du sol.

  • Covid-19. Pourquoi la propagation du virus ne ralentit-elle pas l’été ? On vous répond
    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-pourquoi-la-propagation-du-virus-ne-ralentit-elle-pas-l-ete-on

    Pourtant, on le sait , les virus se propagent plus facilement l’hiver. Les pièces fermées, le manque d’aération, les réunions en lieux clos sont tout autant de facteurs qui expliquent la diffusion des virus dès l’automne.

    Sans blague. Ce qu’ils nient depuis des mois, ils te disent que « Pourtant on le sait ».

  • En Bretagne, « c’est devenu impossible de se loger, on nous pousse dehors »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/07/14/en-bretagne-c-est-devenu-impossible-de-se-loger-on-nous-pousse-dehors_613472


    LOUISE QUIGNON / HANS LUCAS POUR « LE MONDE »

    Hausse brutale des prix, augmentation des résidences secondaires et des locations de de type Airbnb : c’est le cocktail qui a plongé des locaux dans des situations de logement précaire, les obligeant parfois à partir.

    L’hiver, lorsque le calme revient sur Belle-Ile-en-Mer (Morbihan), Audrey (le prénom a été changé) aime se balader de village en village. Sa voix s’enraye quand elle évoque « toutes ces maisons vides aux volets fermés », des résidences secondaires désertées par leurs propriétaires pendant la morne saison. Voilà quatre ans que cette habitante du Palais et son mari cherchent en vain un logement sur cette île bretonne de près de 5 500 habitants. « Je veux juste vivre où je suis née, alors je m’accroche comme une bernique », confie la jeune femme de 26 ans, contrainte de s’installer chez son beau-père, faute de logements abordables et disponibles.

    A Belle-Ile comme ailleurs en Bretagne, la crise sanitaire a accéléré celle de l’immobilier. En 2021, les prix ont augmenté de 15 % dans le Morbihan, département le plus touché de la région Bretagne. En cinq ans, ils ont flambé de 38 %, maisons et appartements neufs et anciens confondus, selon le baromètre de l’immobilier publié par Notaire et Breton, jeudi 7 juillet. « C’est le département de Bretagne qui a le plus de résidences secondaires, avec un taux de 18 % », souligne Nil Caouissin, professeur d’histoire-géographie, auteur du Manifeste pour un statut de résident en Bretagne (Presses populaires de Bretagne, 2021). A Belle-Ile, ce chiffre atteint les 60 % ; il frôle les 80 % à Arzon et dépasse les 70 % à Quiberon, ville de France la plus recherchée sur Airbnb.

    Conséquence, de nombreux locaux sont confrontés à des situations de logement précaire, voire insalubre, poussant certains à quitter leur territoire. « Pour des gens lambda, comme nous, c’est devenu impossible de se loger, on nous pousse dehors », résume Audrey, qui a recensé plus de 700 annonces sur Airbnb pour la saison estivale, « alors qu’on ne trouve rien à l’année ». En deux mois d’été, les propriétaires gagnent en moyenne deux fois plus que s’ils louaient à l’année.


    Elise, 30 ans, contractuelle dans la fonction publique devant son logement, à Pluneret (Morbihan), le 29 juin 2022.
    LOUISE QUIGNON / HANS LUCAS POUR « LE MONDE »

    « On n’a pas le pouvoir d’achat pour rivaliser avec les retraités qui veulent se mettre au vert et les télétravailleurs bien lotis », abonde Etienne, 26 ans, qui cumule trois heures de route par jour pour rejoindre son lieu de travail, dans le Finistère. Après des mois de recherche, Etienne et Elise ont dû repenser leur projet immobilier en Centre-Bretagne, « dans des endroits aujourd’hui saturés de demandes, considérés comme indésirables il y a quelques années », souligne la femme de 29 ans, vacataire dans la fonction publique, comme son compagnon.

    Elise reconnaît une forme d’« obsession » liée à cette recherche de logement. Sur son ordinateur, elle consigne « les annonces les plus indécentes » : « Un propriétaire qui loue son garage, un terrain non constructible à 45 000 euros l’hectare, le studio d’une vingtaine de mètres carrés à 640 euros. »

    #paywall

    • Et donc, plus possible de trouver de la main d’oeuvre, par exemple pour travailler dans les hôtels, les restaurants, les supermarchés . . . .
      Ca permettra aux journalistes de crier haro sur ces salarié.e.s qui ne veulent plus travailler.
      Ils ne peuvent plus travailler, tous simplement.

    • la suite :

      Si elle tente aujourd’hui d’en rire, la jeune femme décrit «  l’état de stress  » , «  les cauchemars  » et «  les pleurs  » . «  Mon boulot était en jeu, j’avais signé un contrat, j’ai dû annoncer la veille de la rentrée que je ne pourrai pas travailler avec eux, car nous n’avions pas trouvé de logement  » , se rappelle Elise.

      Tous les deux au smic, Elise et Etienne ont fini par trouver une maison délabrée à Saint-Barthélémy pour 140 000  euros. «  On récupère les rebuts, les ruines, les bords de route  » , poursuit la jeune femme. «  En plus des belles maisons, les personnes avec des moyens s’offrent un cadre de vie sain, quand nous, on risque de crever d’un cancer à 60 ans  » , ajoute Etienne, après avoir visité de nombreuses habitations «  au milieu des champs de monocultures pleins de pesticides  » .

      En arrivant à Belle-Ile, en 2017, après l’embauche de son compagnon, Oriane Pantani a vécu plusieurs mois dans un bungalow avec leurs trois enfants, dont un nouveau-né. Leur second logement, une maison louée 1 000 euros par mois, s’est révélé tout aussi précaire : «  Il pleuvait dans les chambres, et mon fils a fait de l’asthme à cause des champignons.  »

      Dix mois de l’année, Jimmy Faure, 47 ans, occupe une coquette maison ornée d’hortensias fuchsia dans la commune de Locmaria, à Belle-Ile. Durant l’été, l’entrepreneur dans le bâtiment est contraint de vivre au camping, laissant la place à sa propriétaire, de passage pour les vacances. «  J’organise ma vie pour tout déplacer  » , précise le père de famille séparé, posté devant son «  potager à roulettes  » , qu’il emporte avec lui au camping, où il accueille ses deux enfants l’été. Deux mois à 1 600  euros, sans eau, sans électricité.

      «  Mentalité de colons  »

      Vivant de gîte en gîte depuis des mois, Karène Lerner, 48 ans, a dû quitter son dernier logement fin juin. «  Je payais 620 euros par mois, c’est le prix auquel le gîte est désormais loué à la semaine  » , précise la mère de famille au chômage, installée en Bretagne depuis cet hiver, avec l’ambition d’ouvrir une écurie. Grâce à un article publié dans une gazette du coin, Karène s’est vue proposer un logement dans un local agricole, à Languidic. Une solution qu’elle espère temporaire  : «  Ma fille cadette s’installe avec moi à la rentrée.  » En attendant, elle stocke «  quarante-huit ans de vie dans un poulailler  » , gardant, dans sa voiture, les objets de première nécessité, alors que ses deux chevaux vivent sur un terrain prêté par une connaissance.

      Parfois, le départ constitue la seule option. Originaire de Belle-Ile depuis des générations, Tatiana Féchant, 45 ans, a quitté le caillou en 2021, emmenant son père et sa fille cadette, Thaïs. «  Après des années en HLM,j’avais envie de devenir propriétaire, de laisser quelque chose à mes enfants  » , confie cette mère de trois filles. Les prix étant devenus inabordables pour son salaire d’aide-soignante, elle s’est installée à Guern, près de Pontivy.

      « En ayant vécu toute ma vie à Belle-Ile, je sais de quoi je la prive, mais l’évolution de l’île ne me convenait plus » , rapporte Mme  Féchant, évoquant l’arrivée massive de néoinsulaires. Elise décrit aussi «  la mentalité de colons  » de certains résidents secondaires  : «  En venant dépenser leur argent ici, ils pensent apporter leurs bienfaits, à nous, les ploucs.  » Cette crise du logement souligne avec acuité une reconfiguration sociale qui charrie son lot de tensions.

      Samedi 2 juillet, deux mondes se font face à Quiberon. A l’initiative du collectif Dispac’h, des tentes Quechua ont été installées sur l’immense plage de la station balnéaire, alors que l’artère principale déverse son flot de touristes. «  La Bretagne n’est pas à vendre  » , «  Camping pour locaux  », «  La Bretagne n’est pas une résidence secondaire  » , peut-on lire sur les pancartes du rassemblement.

      Déplorant «  un manque de courage politique  » et «  une inaction des élus  » , les différents collectifs réclament en urgence l’intégration de la Bretagne en «  zone tendue  » . Jusqu’ici réservée aux grandes agglomérations, cette catégorisation décidée par l’Etat permet notamment aux maires de plafonner les loyers ou d’augmenter la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Selon le collectif Dispac’h, si plusieurs communes se disent intéressées par ce dispositif, aucune n’en a fait la demande.

      Lors de la dernière session du conseil régional de Bretagne, le président de la région, Loïg Chesnais-Girard (divers gauche), a réclamé au nouveau gouvernement des outils pour mieux réguler les locations de courte durée. «  Nous voulons donner la capacité aux maires d’acquérir des biens pour ensuite loger leurs administrés  » , détaille M. Chesnais-Girard. Jimmy Pahun député (Ensemble  !) du Morbihan, défend, lui, le comblement des «  dents creuses  », des parcelles vides situées entre deux bâtiments construits dans un même hameau.

      «  Les seules mesures proposées consistent à construire de nouveaux logements, mais c’est une aberration écologique de défendre l’artificialisation des sols , selon Ewan Thébaud, porte-parole de Dispac’h.  Les élus ont tout à gagner en dynamisant leurs communes à l’année  » . Sinon, la pénurie de logements pourrait se transformer en pénurie de bras. «  Il ne faudra pas s’étonner quand l’île sera vide, que les bars seront fermés l’hiver, que les infirmières devront quitter l’hôpital  » , s’alarme Audrey, craignant que les volets fermés soient un jour aussi les siens.

      #logement #inégalités #précarité #pression_immobilière #propriété #résidences_secondaires #vacance

    • Nouveau défi quand on organise ses quelques vacances : en plus de ne pas trop polluer en voyageant (pas d’avion au max, train ou voiture bien remplie) : ne pas participer à la spéculation immobilière en arrêtant de prendre une semaine en AirBnb…

      Et là c’est bien compliqué car ya plus que ça d’abordable partout, une semaine en hotel ou chambre d’hôte c’est bien bien plus (d’autant plus pour 4).

      #immobilier #spéculation_immobilière #loyer #tourisme #Bretagne (mais partout pareil)

    • Oui et non, car le problème de AirBnb c’est pas juste l’intermédiaire, c’est que le système complet pousse (plus encore qu’avant) à utiliser des millions de logements uniquement pour faire de la location touristique, et non pas juste louer son propre logement où on habite quand on part soi-même ailleurs. Même pas juste pour les escrocs qui ne font que ça, même pour les gens qui ont hérité d’un autre logement unique en plus du leur, il est plus rentable de le transformer en AirBnb permanent plutôt qu’un location normale à un habitant.

      C’est ce point précisément qui fait qu’autant en Bretagne que dans les grandes villes Paris, Bordeaux et partout dans le monde, il y a des millions de logements jamais utilisables pour des vrais habitants (permanents ou étudiants), et qui fait que ça augmente encore la bulle immobilière.

      Le tourisme c’est quasi toujours la plaie à long terme pour les habitants d’un lieu, et il est très difficile d’imaginer du tourisme réellement « éco-citoyen-responsable ». Mais bon si déjà hotels, campings et chambres d’hôte étaient moins chers (les méthodes que les gens utilisaient avant AirBnb), ça permettrait de revenir un peu en arrière (tout en sanctionnant les logements AirBnb où on n’habite pas et qui devraient toujours être loués en priorité à des vrais habitants).

    • Airbnb. Quiberon dans le top 10 des destinations les plus recherchées de l’été
      https://www.ouest-france.fr/bretagne/auray-56400/quiberon-dans-le-top-10-des-destinations-les-plus-recherchees-de-l-ete-


      Selon le site Airbnb, Quiberon, dans le Morbihan, est la 6e destination la plus recherchée par les internautes pour cet été.

      Selon le site Airbnb, Quiberon, dans le Morbihan, est la 6e destination la plus recherchée par les internautes pour cet été.

      La Bretagne, ça vous gagne. Le slogan semble n’avoir jamais été si vrai. D’après Airbnb, plateforme de partage de logements, Quiberon (Morbihan) est en effet la 6e destination la plus « tendance » de l’été 2022, c’est-à-dire parmi les destinations estivales nationales les plus recherchées par les voyageurs français.

      Le littoral, premier lieu de vacances des internautes
      Selon cette étude menée du 1er janvier au 31 mars, le littoral et la montagne restent des incontournables de l’été en France sur Airbnb. Arrive en tête le village du Castellet, dans le Var, puis l’île Rousse, en Haute Corse.
      Les destinations côtières sont également prisées, avec Honfleur et Deauville dans le Calvados en 3e et 4e position, Clisson en Loire-Atlantique.

      Le festival de métal Hellfest juste au dessus de Quiberon
      La 5e place revient à une recherche liée au festival de métal Hellfest. Enfin, la Bretagne, avec Quiberon, se place donc dans le top des destinations les plus recherchées.

      100% d’accord avec @rastapopoulos
      d’autant plus vu ci-dessus,…

      je cherche à avoir des infos sur le poids actuel de la location de très courte durée dans le coin ; pas facile…
      subjectivement, j’ai l’impression que ça a explosé cette année.

      sinon, sur le tourisme, voir le manifeste de l’Office de l’anti-tourisme, https://seenthis.net/messages/967356 , dernier article de la revue Nunatak mise en ligne hier (et accessible…) par @cdb_77 (merci !)

    • Mon cas était celui d’un gîte dans les Cévennes :)

      Plusieurs villes serrent la vis sur ce sujet :

      La ville de Lisbonne part en guerre contre les appartements et maisons inoccupés

      Dans la capitale portugaise, les propriétaires des dizaines de milliers de logements vides vont être incités à mettre leur bien sur le marché de la location pour faire baisser les prix et répondre aux besoins les plus urgents, rapporte le “Diário de Notícias”.

      https://www.courrierinternational.com/article/le-chiffre-du-jour-la-ville-de-lisbonne-part-en-guerre-contre

    • En location, il ne peut pas non plus louer à plus de 833 €/mois.

      Imagine les mères isolées qui sont en plus *punies* par la CAF si elles louent en surpeuplement, sachant qu’elles doivent héberger des gosses avec des revenus inférieurs ou égaux au SMIC et qu’elles sont soumises aussi à la règle de 3 (percevoir au moins 3 fois le montant du loyer) et qu’avec les résidences alternées, le père peut carotter tout ou partie de l’ALS ET imposer une zone de résidence…

      #logement #crise

    • Le tourisme écolo n’existe pas

      Le tourisme, « vert » ou de masse, détruit territoires et rapports sociaux. Il transforme tout en marchandise, en produit à consommer, dénonce Henri Mora dans « Désastres touristiques ».

      [...]

      Mais, me direz-vous, ne serait-il pas possible d’imaginer un tourisme durable, compatible avec les désirs des habitants d’un territoire ? C’est là que la critique de Mora se fait la plus radicale. Pour l’auteur, le tourisme alternatif est une fable, car, intrinsèquement, cette industrie détruit un territoire et ses rapports sociaux.

      https://reporterre.net/Le-tourisme-ecolo-n-existe-pas

  • La Macronie récompense ses héros. Aujourd’hui, le ministère de la santé décore la présidente de la société française de pédiatrie.

    Décret du 13 juillet 2022 portant promotion et nomination dans l’ordre national de la Légion d’honneur
    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000046045274

    Ministère de la santé et de la prévention
    Au grade de chevalier

    […]

    Mme Gras-Le Guen, née Gras (Christèle, Florence, Jacqueline), professeur des universités-praticien hospitalier, cheffe du service de pédiatrie générale et des urgences pédiatriques d’un centre hospitalier universitaire ; 31 ans de services.

  • Début juillet à Angers, le « 21 », local qui héberge la librairie Les Nuits Bleues et un atelier vélo, a de nouveau été attaqué.

    Nouvelles dégradations fascistes contre le « 21 » - Les Nuits Bleues
    https://lesnuitsbleues.fermeasites.net/spip.php?article29

    Dans la nuit du 2 au 3 juillet 2022, des membres de l’extrême droite locale s’en sont pris à notre lieu. Un lieu pour eux symbolique de ce qu’ils n’aiment pas, un lieu qu’ils détestent même.

    #Angers #extrême-droite #Alvarium #RED

    • Dans la PQR (notons que pour OF c’est d’abord l’atelier vélo qui était ciblé..)

      Angers. Un atelier de réparation de vélos attaqué : un militant identitaire déféré au tribunal
      https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/angers-un-atelier-de-reparation-de-velos-attaque-un-militant-identitair

      Un militant d’extrême-droite a été interpellé, dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 juillet, après les dégradations perpétrées à Angers (Maine-et-Loire) contre le local qui abrite également Les nuits bleues, une bibliothèque marquée très à gauche.

      La Tête dans le guidon a subi une attaque, dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 juillet. Le local de réparation de vélos, qui partage ses locaux de la rue Maillé avec Les nuits bleues, une bibliothèque marquée à gauche, a été la cible de dégradations.

      La seconde fois en une semaine

      C’est la seconde fois cette semaine que l’atelier est victime de tels actes. Déjà, dans la nuit de mercredi 29 à jeudi 30 juin, le rideau avait subi des coups. Régulièrement, l’endroit serait visé par des tentatives d’incendie et des collages d’autocollants néonazis. Dans la nuit, vers 1 h 30, une voisine a prévenu que des actes malveillants étaient en cours. Manifestement, les services de police sont parvenus à interpeller trois suspects.

      Un suspect connu

      L’un d’eux n’a rien d’un inconnu : il s’agit du Versaillais, passé par Angers, militant des groupes identitaires Auctorum, près de Paris, et de l’Alvarium à Angers, dissous en novembre 2021 en conseil des ministres. Il avait été interpellé, jugé et relaxé en janvier 2021 après avoir plaqué au sol, en septembre 2020, à Angers, des passants qui avaient tenté de retirer des banderoles affichant la préférence nationale sur un squat, rue Thiers.

      Le militant identitaire déféré

      À l’issue de sa garde à vue, il a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel le 11 octobre. Il sera jugé pour dégradation volontaire et port d’arme de catégorie D, en l’occurrence un marteau. Les deux autres ne font pas l’objet de poursuites.

    • Une libraire militante vandalisée à Angers : l’extrême droite pointée du doigt
      https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/une-libraire-militante-vandalisee-a-angers-un-gerant-pointe-du-doigt-l-

      La nuit du samedi 2 juillet au dimanche 3 juillet a été agitée dans la rue Maillé, à Angers. C’est au numéro 19 que se trouvent Les Nuits bleues (une librairie militante et associative de gauche) et La Tête dans le guidon (un atelier de réparation de vélos). Vers 1 h 30 du matin, le store a été arraché et la vitrine a reçu un coup de marteau. La police a interpellé trois suspects.

      Un coup de "l’extrême droite locale"​, estime la librairie dans un communiqué publié sur son site. "À plusieurs reprises au cours des dernières années, nous avons été victimes de « petites » ​tentatives d’incendies." ​Mardi 5 juillet, le gérant de La Tête dans le guidon, Xavier, annonce avoir porté plainte et montre, comme preuve, des stickers de divers groupes d’extrême droite décollées de sa vitrine.

      Jugement le 11 octobre

      Après sa garde à vue, un suspect d’une vingtaine d’années a été placé sous contrôle judiciaire. Il sera jugé le 11 octobre pour des dégradations volontaires et port d’un marteau. Une seconde personne comparaîtra également, mi-octobre, pour avoir refusé de donner le code de son téléphone portable. Selon Ouest-France, le suspect serait un homme originaire de Versailles, "militant des groupes identitaires Auctorum, près de Paris, et de l’Alvarium à Angers"​.

      Sur Twitter, le Rassemblement des étudiants de droite (RED), qui a « pris la suite » ​de l’Alvarium (dissous fin 2021), nommément visé par le communiqué, répond : "Les 3 personnes arrêtées ne font pas partie de nos militants, n’habitent pas sur Angers et ne sont même pas de la Région."

      Hasard du calendrier : le lendemain, le 12 octobre, deux militants d’extrême droite seront jugés par ce même tribunal. Lors de la manifestation en soutien au droit à l’avortement du 29 juin, ils étaient apparus derrière une banderole anti-IVG, bien siglée du RED cette fois-ci.

    • Et donc en passant :

      La Tête dans le Guidon, (excellent) « atelier de réparation vélo ainsi qu’association de promotion de la petite reine ».

      Le blog du tenancier, autour du vélo en général et de l’atelier en particulier, avec pêle-mêle du cambouis et des lectures, concerts, hacking et jeux-concours, trouvailles et jeux de mots douteux : https://latetedansleguidon.blogspot.com

  • L’euro dégringole. « Cela rend le Made in France plus compétitif »
    https://www.ouest-france.fr/economie/industries/l-euro-degringole-cela-rend-le-made-in-france-plus-competitif-25885716-

    L’euro a chuté de 15 % en un an par rapport au dollar. Cela donne un avantage compétitif aux produits français à l’export.

    Encore une démonstration de rassurisme crétin. Que l’Euro puisse devenir moins rassurant que le dollar, en fait, faudrait faire comme si c’était une démonstration que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et ça ne devrait pas du tout être la démonstration que le conflit en Europe est en train de se faire au détriment quasi-exclusif de la zone euro, et au bénéfice, finalement, du dollar... et de celui qui l’émet (sous titre : pour le "protecteur" US).

    Mais l’improbable "Made in France" va super bien s’exporter.

  • La renationalisation d’EDF enclenchée, le PDG Jean-Bernard Lévy remplacé plus vite que prévu
    https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/edf/la-renationalisation-d-edf-enclenchee-le-pdg-jean-bernard-levy-remplace

    L’État veut reprendre 100 % du capital d’EDF, a annoncé Élisabeth Borne, mercredi. « Un choix stratégique » selon Bruno Le Maire. Un nouveau patron va être nommé rapidement.

    La renationalisation d’EDF envisagée par l’État français, et annoncée mercredi par la Première ministre Élisabeth Borne, devant les députés, est un choix stratégique « parce que l’indépendance énergétique n’a pas de prix », estime le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, interrogé ce jeudi 7 juillet, sur Europe 1.
    « Nationaliser EDF c’est nous donner toutes les chances d’être indépendants », a déclaré Bruno Le Maire, défendant un choix stratégique justifié par le fait que « l’indépendance énergétique n’a pas de prix ».

    La succession de Jean-Bernard Lévy enclenchée
    Juste avant ces déclarations, Bercy a fait savoir qu’il lançait « dès à présent » le processus de succession du PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy, afin de mettre « rapidement » en œuvre la renationalisation de l’énergéticien.

    « Alors que des chantiers d’envergure seront lancés par l’entreprise dans les prochains mois, l’État et Jean-Bernard Lévy sont convenus de lancer dès à présent le processus de succession de ce dernier à la tête d’EDF », a indiqué Bercy dans un communiqué.

    Bruno Le Maire dessine un portrait-robot
    Le mandat du PDG d’EDF devait prendre fin au plus tard le 18 mars 2023. Pour Bruno Le Maire, celui ou celle qui lui succédera, dans les prochains mois, devra être « quelqu’un qui maîtrise les grands programmes industriels » et « qui ait le sens du compromis ».

    « Notre indépendance énergétique passe par trois choix : la sobriété, la réalisation de nouvelles énergies nucléaires et les énergies renouvelables », a ajouté le ministre.

    EDF a des dettes
    Dix-sept ans après l’ouverture de son capital et son entrée en Bourse fin 2005, l’électricien reste largement public, détenu par l’État à près de 84 %, par les salariés qui en possèdent 1 % et par des actionnaires institutionnels et individuels pour les 15 % restants.
    Mais le groupe est fortement endetté et confronté à de lourdes charges financières, présentes et à venir. L’énergéticien a subi des déboires, notamment dans la construction de son nouveau modèle de réacteur, l’EPR en cours d’installation à Flamanville (Manche), qui a plus de dix ans de retard et dont le coût a quasiment quadruplé.
    Sa situation financière s’est également dégradée avec la décision du gouvernement de le contraindre à vendre davantage d’électricité bon marché à ses concurrents, pour contenir la facture d’électricité des ménages et des petits professionnels.

    L’entreprise prend acte
    Dans un communiqué séparé, le conseil d’administration d’EDF a indiqué avoir « pris connaissance de la décision conjointe » de l’État et de son PDG concernant ce remplacement anticipé.
    « Conformément aux dispositions applicables, cette nomination fera l’objet d’une proposition du conseil d’administration à l’État », précisent les administrateurs dans leur communiqué.

    • Demain, EDF sera moins une entreprise qu’un vaste programme nucléaire national – La Tribune
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/demain-edf-sera-moins-une-entreprise-qu-un-vaste-programme-nucleaire-natio

      ÉDITO- L’État va renationaliser EDF et retirer l’entreprise de la Bourse pour lui permettre à court terme de sortir de la dictature des marchés. Une condition nécessaire mais qui n’apporte en rien une réponse structurelle aux enjeux de transformation du groupe pour mener à bien sa mission prioritaire : réussir la relance du nucléaire tricolore et contribuer à assurer l’indépendance énergétique française. Si l’État va financer l’essentiel de ce plan évalué à plus de 50 milliards d’euros, EDF mobilisera néanmoins une très grande partie de ses moyens financiers. Explications des enjeux du plus gros projet électronucléaire du monde occidental depuis 40 ans.

      Dix-sept ans après son entrée en Bourse, retour en arrière pour EDF. Déjà propriétaire de près de 84% du capital, l’Etat va nationaliser à 100% l’énergéticien français et probablement le retirer de la cote. Une manière de le sortir de la dictature des marchés. Et plus précisément de l’agence de notation financière Standard & Poor’s laquelle, effrayée par les prévisions financières et le manque de visibilité sur l’indisponibilité d’une partie du parc nucléaire, ne cesse de faire planer la menace d’une nouvelle dégradation de la note d’EDF. Une perspective que redoute le gouvernement et EDF puisqu’elle entraverait les capacités du groupe à renégocier sa dette et à négocier de nouvelles lignes de financement.

      L’ État va financer l’essentiel du programme
      L’enjeu est crucial. Néanmoins, il va bien au-delà. Car, si elle est bel et bien une condition nécessaire pour assurer l’avenir du groupe, cette renationalisation n’est en rien une solution structurelle aux enjeux de sa transformation pour mener à bien la relance du nucléaire tricolore. Elle n’est, par conséquent, que la première étape d’un très long chemin dont le point d’arrivée sera la construction de 6 nouveaux réacteurs nucléaires (dits EPR2) entre 2035 et 2042, sans compter les huit autres réacteurs en option comme l’a annoncé Emmanuel Macron dans son discours de Belfort, le 10 février dernier. Soit, ni plus ni moins, le plus gros programme électronucléaire du monde occidental depuis une quarantaine d’années. Un projet pharaonique d’une complexité industrielle et financière considérable dont le coût l’est tout autant : plus de 50 milliards d’euros, une enveloppe inabordable pour EDF. C’est donc l’Etat qui assurera l’essentiel du financement. L’énergéticien sera néanmoins mis à contribution. Suffisamment pour engloutir pendant 20 ans tous ses moyens financiers, et l’obliger à augmenter rapidement ses fonds propres. C’est le prix à payer pour contribuer à assurer l’indépendance énergétique de la France, sa seule mission ou presque désormais. A tel point que, demain, EDF s’apparentera davantage à un vaste programme industriel national qu’à une véritable entreprise focalisée sur ses résultats financiers.

      Bras de fer en vue avec Bruxelles
      Pour autant, entre la renationalisation d’aujourd’hui et ce point d’arrivée, le chemin sera long et compliqué. Il passera tout d’abord par une nouvelle négociation serrée à Bruxelles concernant la régulation du parc nucléaire installé, le financement des nouveaux EPR, et la restructuration de l’énorme dette du groupe, qui s’élevait à près de 43 milliards d’euros en fin d’année dernière et pourrait flirter avec les 100 milliards fin 2022, selon S&P. Dans ce contexte, l’objectif français est clair : cette régulation doit permettre à la fois de fixer dans le temps les prix de sortie du kilowattheure et d’obtenir une électricité abordable, dès la mise en service des premiers EPR2 entre 2035 et 2037. Pour Paris, hors de question qu’un programme nucléaire, qui s’étend sur un siècle entre la conception et le démantèlement, soit exposé à des prix de marché, souvent volatils.

      De quoi faire tousser Bruxelles. Si la Commission ne peut s’opposer à une nationalisation, elle peut, en revanche, imposer des « murailles de Chine » entre les activités régulées bénéficiant d’une aide d’Etat et les autres. Par conséquent, des contreparties au plan français sont évidemment. Même si la guerre en Ukraine a placé les questions d’indépendance énergétique au cœur des priorités, elle goûte toujours aussi peu aux monopoles intégrés. Pas très « market spirit » en effet. Une façon donc de revenir au projet Hercule d’organisation d’EDF, enterré l’an dernier devant la grogne syndicale. EDF devra en effet vendre des actifs pour se recentrer sur le nucléaire, l’hydraulique et peut-être sa filiale Enedis. En contrepartie, les participations dans Edison, Dalkia... seront vendues, tandis que les autres géants français, Engie et TotalEnergies lorgnent déjà les activités d’EDF dans les énergies renouvelables. Jean-Pierre Clamadieu, le président du conseil d’Engie, l’a même dit publiquement, au risque de se susciter l’agacement au sein de l’Etat, d’EDF, mais aussi de son conseil d’administration.

      A la recherche d’un pilote
      Si le chemin est long, le gouvernement doit néanmoins aller vite. Une mise en service en 2035-2037 suppose de commencer les travaux en 2027-2028, à condition d’avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires à la construction. Pour mener à bien ce projet colossal, l’Etat vient de lancer le processus de succession du PDG Jean-Bernard Lévy. L’idée est de le remplacer rapidement, bien avant la fin de son mandat en mars 2018 [sic… 2023, nec]. Si ce dernier restera celui qui a obtenu la relance du nucléaire, son successeur aura la charge de mener à bien sa réalisation. Qui pour le remplacer ? Beaucoup vont venir frapper à la porte. Et pour cause : conduire pendant 5 ou 10 ans le plus grand programme nucléaire au monde a de quoi faire rêver, même si la rémunération annuelle capée à 450.000 euros dans les entreprises publiques sera largement en dessous de celles en vigueur dans privé. L’oiseau rare devra avoir les épaules pour mettre en tension une entreprise de cette taille et s’assurer de structurer une filière nucléaire française. Un profil d’ingénieur semble nécessaire, jeune qui plus est pour pouvoir s’inscrire dans la durée de deux mandats, nécessaires pour relever un tel défi.

      Fabrice Gliszczynski

  • La bourde de Valérie Pécresse qui évoque le départ du préfet de police… avant de se rétracter
    https://www.ouest-france.fr/politique/valerie-pecresse/la-bourde-de-valerie-pecresse-qui-evoque-le-depart-du-prefet-de-police-

    C’est un petit lapsus lâché par la présidente de la région Ile-de-France. En pleine séance du conseil régional, Valérie Pécresse a publiquement évoqué ce mercredi 6 juillet 2022 le départ du préfet de police de Paris Didier Lallement, avant de se rétracter.

    « S’agissant des questions de sécurité, il faudra attendre la nomination du nouveau préfet de police », a déclaré l’ex-candidate LR à la présidentielle avant d’être interrompue.

    « Désolée si je l’ai enterré trop vite »
    « Non, on n’a pas un départ du préfet de police annoncé cet été ? », a-t-elle alors demandé, avant de se raviser : « je ne suis pas dans le secret des dieux ».

    L’indiscrétion a provoqué des rires dans l’assemblée, dont ceux du préfet de région Marc Guillaume, présent à ses côtés pour la présentation du nouveau contrat de plan État-région (CPER).

    « Désolée pour le préfet Lallement si je l’ai enterré trop vite », a encore dit la présidente de région avant de passer à l’examen du budget supplémentaire.