https://france3-regions.francetvinfo.fr

  • Pollution et mise en danger de la vie d’autrui, comment l’industriel Arkema « prépare sa défense » depuis des années

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/enquete-pfas-depuis-des-annees-arkema-prepare-sa-defens

    Cet article, écrit dans le contexte de la vallée de la chimie à Lyon, révèle que l’industriel savait depuis plus de 10 ans :
    – que les PFAS était problématiques
    – qu’ils étaient rejetés dans l’environnement
    – comment les filtrer

    Mais a attendu que le scandale arrive.

    “Les sociétés cotées en bourse sont obligées de donner la priorité aux bénéfices à court terme, ce qui les empêche de prendre des mesures coûteuses qui ne sont pas absolument requises par la réglementation ou la législation, même si ces mesures sont nécessaires pour protéger la santé des travailleurs ou la santé publique”, décode encore Alissa Cordner [sociologue]

    Conclusion ? On continue de confier la décision de produire à l’économie marchande ?

    “Lorsqu’une entreprise dispose d’une technologie dont elle sait qu’elle peut contribuer à éviter des effets nocifs sur la santé humaine, ses responsabilités en matière de droits de l’homme l’obligent à appliquer cette technologie afin d’assurer cette protection” [Marcos Orellana, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et les produits toxiques, ]

    Oui mais comme le but de tout entreprise est de gagner plus d’argent, cette responsabilité ne vient même pas à l’idée des gens qui y travaillent (lire l’article pour le comprendre).
    Beaucoup de révélations dans cet article qui vient de paraître :

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/enquete-pfas-depuis-des-annees-arkema-prepare-sa-defens

    On y apprend qu’en interne l’industriel savait depuis plus de 10 ans que :
    – que les PFAS était problématiques
    – qu’ils étaient rejetés dans l’environnement
    – comment les filtrer

    Mais a attendu que le scandale arrive.

    “Les sociétés cotées en bourse sont obligées de donner la priorité aux bénéfices à court terme, ce qui les empêche de prendre des mesures coûteuses qui ne sont pas absolument requises par la réglementation ou la législation, même si ces mesures sont nécessaires pour protéger la santé des travailleurs ou la santé publique”, décode encore Alissa Cordner [sociologue]

    Conclusion ? On continue de confier la décision de produire à l’économie marchande ?

    “Lorsqu’une entreprise dispose d’une technologie dont elle sait qu’elle peut contribuer à éviter des effets nocifs sur la santé humaine, ses responsabilités en matière de droits de l’homme l’obligent à appliquer cette technologie afin d’assurer cette protection” [Marcos Orellana, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et les produits toxiques, ]

    Oui mais comme le but de tout entreprise est de gagner plus d’argent, cette responsabilité ne vient même pas à l’idée des gens qui y travaillent (lire l’article pour le comprendre).

    Si responsabilité il y a, elle se loge dans la banalité de l’organisation de toute production marchande.

    Et non, contrairement à ce que disait Nicolas Thierry (1) lors de l’élaboration de la loi contre le PFAS, il n’est pas normal de confier la fabrication des objets de notre quotidien à l’absurde contrainte de gagner plus d’argent.

    #pfas #capitalisme-en-roue-libre

    (1) https://youtu.be/EzVmzDVfDPQ?t=103

  • Mort de Steve Maïa Caniço. La “volonté d’en découdre” en question au procès du commissaire Chassaing
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/mort-de-steve-maia-canico-le-proces-du-commissaire-de-p
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/VdJe23N1bJP8h_LtmNsdetunsXM/600x400/regions/2024/06/10/proces-steve-2024-06-10-l-accuse-gregoire-chassaing-et-

    Steve Maia Caniço s’est noyé dans la Loire, à #Nantes, au cours d’une opération de #police pendant la Fête de la musique, dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Le commissaire qui a dirigé cette opération est poursuivi pour homicide involontaire au tribunal correctionnel de Rennes, dont les magistrats ont mené l’instruction. Il encourt 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende

    Interrogée par le Procureur de Rennes sur ce qu’elle espère de ce procès, la mère de #Steve_Maia_Caniço répond entre deux sanglots : « cela ne ramènera pas notre fils, mais ce procès est important pour la suite, avec plus de sécurité et moins d’acharnement sur des jeunes qui veulent danser. »

  • VIDÉO. Soupçons de violences policières à Vénissieux : « Pour moi, c’est une bavure », estime une pharmacienne témoin de la scène
    Écrit par Sandra Méallier et Béatrice Tardy | Publié le 06/06/2024 à 12h35 Mis à jour le 07/06/2024 à 14h59 https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/venissieux-pour-moi-c-est-une-bavure-estime-la-pharmaci
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/DFpWBRP6FqNbUJWNQG4rySw8kt4/930x620/regions/2024/06/06/sans-titre-1-66618dbebefa5532846556.jpg

    Nathalie Alves, pharmacienne aux Minguettes, reste choquée par la violence dont elle a été témoin. Son officine jouxte le bureau de tabac du père d’Iheb qui a fait l’objet d’une interpellation pour le moins musclée, mardi 4 juin, à Vénissieux. Pour elle, la police s’est « acharnée » sur le jeune homme de 19 ans alors qu’il était à terre. Une version que contestent les forces de l’ordre.

    « On a vu des fumigènes, il y avait beaucoup de mouvement autour de la pharmacie, alors on a décidé de fermer ». Nathalie Alves raconte comment s’est terminée sa journée de travail, mardi 4 juin, peu après 19 heures. "Quand je suis sortie, j’ai vu la victime qui était au sol et qui se faisait matraquer par un policier. Il lui demandait d’arrêter, il disait : « j’ai mal à la jambe, arrêtez, je travaille au bureau de tabac, j’ai rien à voir avec ça »... Mais ça a continué et ça a été très violent, il tapait très très fort."

    Pour la pharmacienne, le mot de victime est bien celui qui convient pour désigner Iheb, 19 ans, fils du patron du tabac voisin. « Il n’était pas en train de se débattre, il n’avait rien dans les mains, il était allongé au sol et demandait qu’on arrête. Il l’aurait attrapé, bousculé, tapé une fois, deux fois, je ne dis pas. Mais là, il y allait de toutes ses forces avec un bâton et un taser... C’est exagéré ! »

    Nathalie est d’autant plus bouleversée qu’elle entretient de bons rapports de voisinage avec le buraliste et ses enfants : « On connaît toute la famille, il n’y a jamais eu de problème ». Elle ne nie pas les problèmes de stupéfiants aux alentours du petit centre commercial, mais refuse que les habitants fassent les frais de la chasse aux revendeurs. " (...)

    #violences_policières

  • Flamme olympique : « Quatre Robocops me sont immédiatement tombés dessus », plaqué au sol pour avoir brandi un drapeau palestinien sur le passage du flambeau
    Écrit par Dorian Naryjenkoff | Publié le 30/05/2024
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/mayenne/laval/flamme-olympique-quatre-robocops-me-sont-immediatement-

    Le directeur de théâtre Jean-Luc Bansard, a été verbalisé jeudi 29 mai à Laval, en Mayenne, à l’occasion du passage de la flamme olympique pour « participation à une manifestation interdite ». Le mis en cause a reçu plusieurs soutiens, tandis que de nombreux militants associatifs dénoncent un climat de plus en plus liberticide à l’approche des JO 2024.

    Alors que la flamme olympique poursuit son trajet jusqu’à Paris et faisait étape à Laval (Mayenne) ce jeudi 29 mai, Jean-Luc Bansard, le directeur du théâtre du Tiroir, a voulu profiter de la visibilité de l’événement pour brandir un drapeau palestinien, cause à laquelle il est très attaché.

    Il entend ainsi alerter sur le drame humanitaire qui s’y joue, depuis qu’Israël a lancé une offensive en réponse à l’attaque terroriste du Hamas sur son sol le 7 octobre dernier.

    « J’ai trois amis dans le domaine du théâtre qui sont actuellement à Gaza dans des camps de réfugiés et qui risquent les bombardements chaque jour », explique le directeur de théâtre, qui a fait plusieurs voyages dans l’enclave depuis 1999.

    « Tout ça m’horrifie, on laisse les athlètes israéliens participer sous les couleurs de leur drapeau alors qu’on l’a refusé à la Russie après l’invasion de l’Ukraine, ça sonne vraiment comme un deux poids, deux mesures pour moi. » Ses plans ont néanmoins très rapidement été contrariés par l’intervention des gendarmes.
    Verbalisé pour un drapeau

    Alors qu’il se rend à l’événement, le drapeau dissimulé dans son parapluie, en compagnie de quelques amis pour immortaliser en photo son geste, Jean-Luc Bansard raconte avoir immédiatement été approché par des gendarmes aux abords du parcours.

    « Ils ont prétendu que c’était un contrôle aléatoire, puis qu’ils auraient besoin de m’emmener au poste pour vérifier que ma carte d’identité est bien une vraie. »

    Des explications auxquelles ne croit pas l’intéressé, qui voit surtout dans cette démarche un moyen de lui faire rater le passage de la flamme.

    « Je suis retourné sur le parcours en courant aussitôt après qu’ils m’ont relâché, mais j’ai à peine eu le temps de sortir mon drapeau que quatre Robocops (nom donné au robot policier du film éponyme ultra-violent de l’Américain Paul Verhoeven, ndlr) me sont tombés dessus. Là, j’ai eu le droit au visage collé par terre pendant cinq minutes, à une fouille jusqu’aux parties intimes et une menace de garde à vue. »

    Le militant s’est finalement vu infliger une amende de 135 € pour violation de l’arrêté préfectoral du 24 mai 2024, qui interdit toute manifestation ou rassemblement revendicatif non déclarée au préalable et « de nature à troubler l’ordre public » ou « susceptible d’affecter le respect de la dignité de la personne humaine ». (...)

    #JO. #Violences_policières

  • Le groupe agroalimentaire sarthois LDC continue son expansion en s’apprêtant à racheter le groupe Martinet
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/sarthe/sable-sur-sarthe/le-groupe-agroalimentaire-sarthois-ldc-continue-son-exp

    Le numéro 1 de la volaille en France continue sa diversification. Le groupe familial LDC vient d’annoncer être en négociation exclusive pour racheter 100 % du capital du groupe Martinet, un des chefs de file du marché des salades traiteur.

    Après avoir racheté l’usine Les Délices de Saint-Léonard de Theix dans le Morbihan, le groupe LDC, un des leaders européens du marché de la volaille, annonce être en phase de rachat du groupe Martinet, « le traiteur intraitable ».

    Dans un communiqué, l’entreprise sarthoise décrit le groupe Pierre Martinet comme une société qui « produit et commercialise des salades traiteur sous la marque Pierre Martinet et qui dispose d’une activité de salades de produits de la mer avec sa marque La Belle Henriette (acquise en 2010 en Vendée), de produits charcutiers et de pâtisserie salée avec Maison Randy (acquise en 1997 à Lyon). »

    Cette opération devrait permettre aux activités traiteur de LDC d’être présentes sur 70 % des familles produits du rayon Traiteur en GMS (grandes et moyennes surfaces) et ainsi renforcer sa présence aux côtés de la marque Marie.
    Groupe LDC

    Communiqué de presse

    Martinet, c’est aussi le numéro un des ventes de taboulé en salade traiteur : cinq sites de production en France et plus de 700 salariés. L’an passé, l’entreprise avait généré un chiffre d’affaires de près de 230 millions d’euros.

    De son côté, avec 5,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2023, LDC confirme ses ambitions de développement. La finalisation de cet achat pourrait avoir lieu d’ici la fin de l’année et « s’inscrirait parfaitement dans la feuille de route stratégique 2026-2027, dans laquelle LDC présentait ses ambitions en matière de développement de ses marques, d’élargissement de ses réseaux de commercialisation et de renforcement de son offre sur les salades traiteur. »

    Le plan stratégique du groupe prévoit aussi d’atteindre 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires d’ici cinq ans.
    Le groupe LDC en bref

    LDC (Lambert Dodard Chancereul) est une entreprise agroalimentaire française familiale spécialisée dans la transformation et la commercialisation de volailles ainsi que dans l’élaboration de produits traiteurs frais et surgelés.

    Avec 102 sites, 23 400 collaborateurs et un chiffre d’affaires 2022-2023 de 5,8 milliards d’euros, le groupe LDC est l’un des leaders européens de la volaille, avec une présence en France, Pologne, Hongrie, Belgique et au Royaume-Uni.

    Il commercialise ses produits sous les marques Loué, Le Gaulois, Maître Coq, Doux, Marie, Traditions d’Asie, Drosed (en Pologne), ainsi que Nature et Respect.

  • MÉTÉO. Les orages ont fait déborder la station d’épuration, baignade interdite à Palavas à cause d’une pollution en mer
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/meteo-les-orages-ont-fait-deborder-la-station-d-epurati

    À chaque épisode pluvieux un peu intense, Maera, la station d’épuration de la métropole de #Montpellier, basée à Lattes, déborde.

    L’équivalent de 300 litres d’eaux usées par foyer se déverse alors dans le Lez. Fleuve qui se jette 4km plus loin dans la mer.

    La plage de l’Hôtel de ville, située à proximité de l’embouchure du fleuve, est directement impactée. C’est la 12e fois depuis le début de l’année 2024.

    (via @marclaime)

    • En 2020, le tribunal administratif a reconnu le caractère irrégulier des contrôles qu’a subi Jérôme Laronze sur son exploitation. Selon vous, cela aurait dû faire avancer le dossier ?

      M.-P. L. : « Oui, ça aurait dû permettre une accélération. La décision du tribunal administratif du 28 février 2020, elle est éclairante sur deux éléments. D’abord parce que le tribunal, en 18 mois, est en capacité de rendre une décision. Donc ça signifie que quand la justice veut, elle peut. Le manque de moyens ne doit pas devenir non plus un prétexte. Le dossier sur les contrôles administratifs était très complexe et il y a eu plusieurs audiences, le directeur de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Mâcon a été interrogé. Il y a eu un vrai travail sérieux de fond, honnête et rapide. Ce travail doit servir l’instruction parce qu’elle vient montrer où était la violence, où étaient les régularités.

      Avec deux balles dans le dos, où est la légitime défense ?
      Marie-Pierre Laronze

      avocate, soeur de Jérôme Laronze

      Le dernier contrôle, c’était la suite des précédents. Jérôme était quelqu’un à qui on reprochait plein de choses. Or, il s’avère que les précédents contrôles sont annulés parce que l’administration n’a pas fait les choses de façon régulière. Donc tout ça a un sens par rapport à une instruction sur la mort d’un homme. Cela donne un éclairage sur la compréhension du dossier et pourtant sept ans après, ce dossier est toujours en état de mort cérébrale. Aujourd’hui les éléments sont dans le dossier, mais ils ne sont pas exploités ».
      Vous attendez un procès pour aussi entendre le gendarme qui a tué votre frère ?

      M.-P. L. : « En fait la ligne de défense du gendarme, on ne la connaît pas puisqu’on est au stade de l’instruction. Le gendarme, aujourd’hui mis en examen, a tout de suite répondu qu’il a agi dans le cadre de la légitime défense. Avec deux balles dans le dos, où est la légitime défense ? Je veux l’entendre, lui, et les autres. N’oublions pas que si c’est lui qui a tiré et tué Jérôme, il y a quand même eu des sacrés problèmes sur la scène de crime. On a fait disparaître des éléments importants comme des douilles. D’autres de ses collègues sont aussi largement concernés dans ce dossier.

      Il y a les éléments matériels de preuve dans le dossier mais c’est important d’entendre la vérité des gendarmes. On aimerait savoir pourquoi ils ont laissé Jérôme une demi-heure sur son siège, sans soin. Elle est où l’humanité ? Qu’est-ce qui fait qu’on peut laisser un homme qui gît dans son sang, qui agonise ? Ces gendarmes étaient pourtant tous formés aux gestes de premiers secours ».

      #Justice (déni de)

  • « Le policier qui a neutralisé l’attaquant de la synagogue de Rouen sera décoré », annonce Gérald Darmanin
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/le-policier-qui-a-neutralise-l-attaquant-de-la-synagogu

    Le ministre de l’Intérieur a insisté sur la grande réactivité de la police nationale. "Des policiers très courageux sont intervenus et ont sécurisé l’intervention de pompiers en faisant face à un individu dangereux", déclare Gérald Darmanin.

    Le jeune policier, auteur du tir et âgé de 25 ans sur lequel l’assaillant a foncé, sera lui décoré par la République pour "son soutien à la protection des lieux de culte et des personnes".

    "Il a été extrêmement courageux, je le félicite, ajoute le ministre. Il a fait usage de son arme et a eu raison de le faire. Les policiers ont raison d’utiliser leur arme pour se protéger eux-mêmes et protéger les autres. Il a sauvé des vies."

    Contre un assaillant armé d’un couteau, 5 balles de pistolet dont 4 au but (rien ne dit que jambes ou bras étaient ne serait-ce que visés), mais "il a sauvé des vies"

    #police #licence_to_kill #promotion

    • Etats-Unis : le gouverneur du Texas gracie un homme qui avait été condamné pour le meurtre d’un manifestant antiraciste
      https://www.lemonde.fr/international/article/2024/05/17/etats-unis-le-gouverneur-du-texas-gracie-un-homme-qui-avait-ete-condamne-pou

      Daniel Perry, un militaire actuellement âgé de 37 ans qui conduisait des VTC sur son temps libre, s’était retrouvé au milieu d’une foule de manifestants à Austin, capitale de cet Etat du sud des Etats-Unis, le 25 juillet 2020. Ses avocats avaient plaidé la légitime défense. Ils ont assuré qu’il avait tiré au pistolet à cinq reprises sur Garrett Foster, 28 ans, parce que ce dernier s’approchait de son véhicule en pointant un fusil d’assaut dans sa direction. L’accusation affirmait qu’il aurait pu faire demi-tour et qu’il était à l’origine de la confrontation avec ce manifestant, qui était également blanc.

      Daniel Perry a été condamné le 7 avril 2023 à vingt-cinq ans de prison. Avant même qu’il fasse appel, le gouverneur Abbott avait annoncé avoir demandé à la commission des grâces du Texas d’étudier son dossier. Il avait expliqué vouloir faire ainsi prévaloir la loi texane « Stand your ground », une des plus extensives aux Etats-Unis en matière de légitime défense, qui autorise une personne à recourir à la force létale si elle s’estime gravement en danger, même s’il existe une autre possibilité d’échapper à ce danger.

      La commission des grâces a annoncé jeudi avoir, après un « examen méticuleux » de l’ensemble des pièces du dossier, « voté à l’unanimité pour recommander une grâce totale et le rétablissement des droits de port d’arme » pour le condamné. Le gouverneur a annoncé dans un communiqué suivre les recommandations de la commission et loué la loi « qui ne peut être annulée ni par un jury ni par un procureur progressiste ». Dans son ordre de grâce il critique le procureur du comté, lui reprochant sa politique de « réduction de l’accès aux armes à feu » et sa conduite de l’instruction.

      #justice

  • #A69 : léger excès de repression a posteriori - et visiblement infondée

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/tarn/albi/polemique-il-a-trois-fractures-au-visage-un-militant-an

    Le 25 avril à 7 heures du matin, les forces de l’ordre se présentent chez Jean* [58 ans] un membre du collectif La voie est libre opposé à la construction de l’A69 entre Castres et Toulouse. L’homme est plaqué au sol devant sa femme et sa fille. Il est emmené à la gendarmerie pour y être placé en garde à vue. Il doit répondre de faits qui remontent au 1er mars alors qu’il se trouvait à Saix sur le site de la Crem’arbre pour ravitailler des militants anti autoroute. [...]

    aucun casier judiciaire : [il prend] 10 mois d’emprisonnement assortis d’un sursis probatoire de 24 mois. [et récolte, lors de l’interpellation] 3 fractures au visage dont une qui va nécessiter une opération [...]

    Selon les versions, il force le passage en renversant un gendarme ou le bouscule simplement. Deux gendarmes ont porté plainte : un qui a 45 jours d’ITT et un qui n’a pas d’ITT. « Je n’ai jamais vu ça dans la procédure, commente Claire Dujardin [avocate de Jean*]. Même des personnes éborgnées n’ont pas 45 jours d’ITT ! ».

    Ça sent le coup monté pour le descendre.

  • 17 avril : quatre engins du chantier de l’A69 sont enflammés
    https://ricochets.cc/17-avril-quatre-engins-du-chantier-de-l-A69-sont-enflammes-7485.html

    Face à l’extrême brutalité insupportable, réitérée et organisée du capitalisme, d’Atosca, de ses financeurs voyous encravatés et des forces de l’Ordre, quelques machines ont été brûlées dans la nuit du 16-17 avril. Atosca indique avoir d’autres engins de chantier disponibles, l’insécurité des zones naturelles vitales du secteur persiste donc. Les arbres, animaux et zones humides, victimes de cette infime minorité d’extrémistes irresponsables et assistés, se plaignent de manière virulente, (...) #Les_Articles

    / Humour, ironie, satire..., #Ecologie, #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, (...)

    #Humour,_ironie,_satire... #transport
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/tarn/autoroute-a69-un-gang-revendique-l-incendie-des-engins-
    https://www.ladepeche.fr/2024/04/17/autoroute-a69-les-vigiles-avaient-deja-retrouve-sur-le-chantier-des-engins
    https://www.lejournaldici.com/actualite/a-la-une/a69-les-limites-de-lacceptable-ont-ete-depassees

  • Crise de l’élevage, consommation de viande en baisse, une soixantaine d’abattoirs menacés de fermeture
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/crise-de-l-elevage-consommation-de-viande-en-baisse-une

    Baisse du cheptel d’animaux, coût des énergies multiplié par trois, hausse de la rémunération des éleveurs, les abattoirs traversent une grave crise économique. Sur les 230 que compte la France, le tiers est menacé de fermeture. (...)

    (...) Les difficultés du secteur s’expliquent notamment par une baisse du cheptel des animaux et des charges trop élevées. Le cheptel de bovins ne suffit plus à alimenter les outils industriels.

    En six ans, la France a perdu 1M de vaches (passant de 8M à 7M) et le nombre de porcs a diminué de 6 % en un an (- 2M en 2023). Ces baisses de cheptels ont entraîné une hausse des prix :

    + 35% depuis 2021 pour les bovins
    + 50% pour les porcs.

    Le prix de la viande payé aux éleveurs est supérieur au reste de l’Europe, mais il ne suffit pas à couvrir les coûts de production. Du coup, la France importe de plus en plus de viande. 27% de la consommation nationale n’est pas de la viande française contre seulement 22% en 2021. Un manque à gagner pour les abattoirs.

    Au manque de matières premières, s’ajoute l’explosion des prix de l’énergie (gaz, électricité) du coût du transport et des emballages. Qui dit moins d’abattoirs en France, dit aussi plus de transport à faire pour les animaux et donc plus de frais.

    Évolution de la société, mais aussi à cause de l’inflation, la consommation de viande a baissé l’année dernière, notamment sur le steak haché frais.

    "Depuis le mois de septembre, il y a un abattoir qui ferme tous les mois et, depuis le début de l’année, pratiquement 2 abattoirs ont fermé chaque mois. Sur 230 abattoirs en France, ceux qui ont fermé sont principalement des petits et moyens abattoirs"https://t.co/5xC5AWJ3X9
    — Marie Pochon (@MariePochon) March 18, 2024
    (...)

  • 07.10.2026, #Milet_Tesfamariam : Une jeune migrante meurt sur l’autoroute à la frontière italienne

    (pour archivage)

    La jeune fille faisait partie d’un groupe de migrants qui tentaient de gagner la France depuis Vintimille. Elle est décédée après avoir été percutée par un poids-lourds alors qu’elle marchait sur la bande d’arrêt d’urgence.

    Selon le site italien Riviera24.it, qui a diffusé des images de l’intervention des secours après l’accident, La victime est une Erythréenne de 17 ans. « La victime est une femme à ma connaissance. Quatre autres personnes, des femmes, ont été hospitalisées en état de choc à Bordighera mais ne sont pas blessées »,a indiqué la police italienne de Vintimille qui n’a pas pu préciser les circonstances de l’accident.

    Le drame s’est produit « au niveau du #tunnel_de_la_Giraude, côté italien, un poids-lourd a percuté un migrant », a-t-on précisé au centre opérationnel de la gendarmerie de Nice.

    Début septembre, un jeune Africain avait été retrouvé mort sous un viaduc autoroutier près de Menton, dans le même secteur, et une enquête a été ouverte pour déterminer s’il aviat pu se tuer après avoir paniqué à la vue d’une patrouille de gendarmes et enjambé la glissière de sécurité.

    Vintimille, une impasse pour les migrants africains

    L’Italie, notamment l’ONG catholique Caritas et la Croix-Rouge, continuent d’apporter une aide humanitaire. Les opérations de police se multiplient aussi. Les migrants prennent des risques importants pour gagner l’Hexagone, par la montagne, l’autoroute ou le train tout en tentant d’échapper aux contrôles. Plus de 24.000 migrants ont été interpellés depuis janvier dans les Alpes-Maritimes, selon le dernier décompte de la préfecture fin septembre.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/jeune-migrante-meurt-autoroute-frontiere-italienne-1104

    #Vintimille #asile #migrations #réfugiés #morts #mourir_aux_frontières #frontière_sud-alpine #France #Italie #Alpes_Maritimes

    –—

    ajouté au fil de discussion sur les morts à la frontière de Vintimille :
    https://seenthis.net/messages/784767

    lui-même ajouté à la métaliste sur les morts aux frontières alpines :
    https://seenthis.net/messages/758646

    • Giovane migrante a piedi in autostrada, travolta da un camion muore sul colpo

      Una giovane migrante di 17 anni, di origine eritrea, è morta sul colpo nel tardo pomeriggio di oggi dopo essere stata investita da un tir spagnolo all’interno della galleria Cima Girata.

      La tragedia è avvenuta verso le 18.15, sull’A10, nell’ultimo tunnel prima del confine di Stato al chilometro 158, sei chilometri dopo la barriera autostradale, a pochi metri dalla Francia. Secondo quanto ricostruito la donna stava camminando a piedi lungo la corsia di marcia della galleria dell’Autofiori, insieme alla sua famiglia composta da altre sei persone, rimaste miracolosamente illese.

      Quattro migranti sono stati accompagnati all’ospedale Saint Charles di Bordighera in stato di choc. Mentre altri due familiari della vittima sono rimasti sul luogo della tragedia per vegliare il cadavere. Sul posto, oltre agli agenti della polizia stradale, è intervenuto anche il personale del 118 con l’automedica e una ambulanza con i militi della Croce Verde Intemelia e la gendarmeria. Già informata la Procura della Repubblica di Imperia che disporrà l’autopsia, mentre la polstrada, attraverso la testimonianza dell’autista del camion, cercherà di ricostruire la dinamica dell’incidente. Da accertare inoltre se la donna fosse ospitata nei locali della chiesa di Sant’Antonio, alle Gianchette.

      L’autista del tir, uno spagnolo, è ora indagato per omicidio colposo e il mezzo è sotto sequestro: un atto dovuto vista la dinamica dell’incidente. Sottoposto ad alcoltest, l’uomo è risultato negativo: nel sangue nemmeno una goccia di alcol. Le indagini sono coordinate dal pm Marco Zocco.

      Non è la prima volta che in quel tratto di autostrada automobilisti e camionisti di passaggio incontrano migranti che procedono verso la Costa Azzurra rischiando di essere travolte dai mezzi in transito e oggi pomeriggio una di loro è morta travolta da un tir in corsa.

      https://www.riviera24.it/2016/10/giovane-migrante-a-piedi-in-autostrada-travolta-da-un-camion-muore-sul-col

    • Milet Tesfamariam, « victime de nos frontières »

      Une collecte pour rapatrier le corps de Milet Tesfamariam à Asmara, la capitale de l’Erythrée est organisée par Caritas. Le 7 octobre, cette jeune migrante de 17 ans a été tuée par un semi-remorque sur l’autoroute italienne, sous le tunnel de la Giraude, alors qu’elle tentait de rejoindre la France avec un groupe de cinq ou six personnes. Lors d’une cérémonie le 15 octobre, l’évêque de Vintimille-Sanremo, Monseigneur Antonio Suetta, a estimé que Milet Tesfamariam est une « victime de nos frontières », tout en pointant « l’hypocrisie » des sociétés européennes dans ce dossier.

      https://monaco-hebdo.com/actualites/international/milet-tesfamariam-caritas-intemelia

  • Puisque je vous dis qu’entre Delga et Moudenc, les mégalos de la région toulousaine se régalent d’imposer leurs projets pharaoniques non seulement inutiles mais dangereux.

    Un énorme centre commercial de plus de 25.000 m² va pouvoir sortir de terre après 20 ans de controverse
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/M3MscUppkPdIuVTAsgQCX2xUZCE/862x475/regions/2023/11/23/sodec-enzo-et-rosso-architectes-associes-perspective-01

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/un-enorme-centre-commercial-de-plus-de-25-000-m-va-pouv

    C’était la dernière opportunité pour entraver la création d’un vaste centre commercial à Muret, près de Toulouse. Le Conseil d’État a rejeté, le 4 avril 2024, le dernier recours en justice contre la société Porte des Pyrénées.

    C’est sans doute le dernier épisode judiciaire qui aurait pu empêcher le lancement des travaux. Ce 4 avril 2024, le Conseil d’État a rejeté l’ultime recours en justice contre le projet de création d’un nouveau centre commercial sur la commune de Muret, près de Toulouse. La zone de la Porte des Pyrénées va pouvoir s’étoffer.

    #honte_écologique #immobilier #hyper_marchands

    Et les laquets de france3 avec ce « va pouvoir » et le reste de cet article où tout sonne comme une victoire alors que ce n’est pas moins qu’une défaite de l’intelligence et de la raison.

    #Alain_Mandement maire de Muret a signé le permis de construire en novembre 2023.

  • L’eau plus chère l’été de 42% : « fausse bonne idée, mesure injuste », la tarification saisonnière crée la polémique
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/l-eau-plus-chere-l-ete-a-la-baisse-en-hiver-fausse-bonn

    Toulouse (Haute-Garonne) va devenir le 1er juin la première métropole de France à appliquer une tarification saisonnière de l’eau : plus chère en été, moins en hiver. La mesure votée ce jeudi par les élus est loin de faire l’unanimité. Les associations et les partis d’opposition dénoncent un non-sens environnemental et social.

    Et tu sais qui a remporté le marché de l’#eau à #Toulouse ? mais non non, non, c’est pas Toulouse Métropole comme la mairie te le fait croire, car derrière ce joli nom qui sent l’eau public se cache en fait Véolia de notre bon maitre Bolloré. Ils ont commencé par installer de gré ou de force des compteurs intelligents sur des installations qui coûtent un bras. J’en ai fait les frais, ce sont de sacrés menteurs prêts à tout pour se remplir les poches avec l’assentiment de cette mairie de droite pourrie jusqu’à l’os.

  • Pourquoi la scission des activités énergies du groupe américain General Electric inquiète les salariés en France
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/territoire-de-belfort/belfort/pourquoi-la-scission-des-activites-energies-du-groupe-a

    Scindées en deux entités distinctes, les filiales énergies et aéronautique de General Electric font désormais bande à part en bourse. Une opération qui inquiète les syndicats des usines françaises liées à l’énergie, désormais « GE Vernova » : ils craignent des nouvelles suppressions d’emplois.

    Pour les 9.000 salariés français qui travaillent dans l’une des filiales énergétiques de General Electric, c’est officiel : depuis ce mardi 2 avril 2024, ils ne font plus partie du grand conglomérat américain, mais de « GE Vernova ». Les activités aéronautiques et énergétiques de la grande entreprise ont été scindées en deux, quelques mois après le départ des activités liées au domaine médical vers la nouvelle entreprise « GE Healthcare ». Une opération boursière qui inquiète les syndicats, car elle pourrait annoncer de nouvelles grandes restructurations.

    « Tout le monde sera touché »

    « Ça va accélérer les restructurations » soupire Philippe Petitcolin, délégué syndicat CFE-CGC, le premier syndicat chez General Electric (GE) en France et à Belfort.

    « Avec l’aviation, le groupe GE était un groupe rentable financièrement », explique l’élu du personnel, « là, l’entité séparée n’aura pas le niveau de rentabilité attendu ». En 2023, la filiale GE Aerospace, dont les moteurs d’avions sont particulièrement demandés, a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 12% et de son bénéfice de 11%, quand la filiale énergies a peiné à « trouver une rentabilité » notamment du fait d’une conjoncture difficile pour l’éolien.

    « On sait que GE Vernova ne sera pas viable financièrement d’un point de vue boursier » résume Philippe Petitcolin. « Ils ont déjà annoncé pour la partie wind off-shore [nrdl : les éoliennes en mer] des restructurations agressives ». Les sites de Nantes, St-Nazaire et Cherbourg sont concernés.

    « Que fait l’État  ? »

    « Cherbourg, c’est la seule usine de pales électriques en France, et elle est amenée à disparaître » s’insurge le délégué syndical. Lui voit dans ces restructurations une menace pour l’indépendance industrielle française : « Que fait l’État par rapport aux objectifs de France 2030 ? Est-ce qu’on compte faire de l’énergie avec des acteurs étrangers ? », s’interroge-t-il « Parce que l’acteur français continue d’être démantelé sous les yeux du gouvernement ».

    Le délégué syndical estime que les décisions de son entreprise n’ont guère plus à voir avec les intérêts français : « c’est une entreprise de plus en plus américaine avec des centres de décisions de plus en plus aux US contrairement aux accords : un staff américain, un projet américain basé sur le marché américain, avec des clients aux US ».

    Cette nouvelle entité « GE Vernova », dont vont dépendre 3.000 salariés à Belfort, est cotée à la bourse de New York.

    #General_Electric #emploi #Alstom #industrie

  • #Christian_Estrosi voit sa #condamnation confirmée pour #diffamation envers un universitaire engagé dans une association d’aide aux migrants

    La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé ce mercredi 20 mars la condamnation du maire de Nice pour diffamation envers un universitaire azuréen, engagé dans une association d’aide aux migrants.

    Christian Estrosi (Horizons) a vu sa condamnation pour diffamation confirmée ce mercredi 20 mars par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône.

    #Pierre-Alain_Mannoni, géographe niçois, avait été poursuivi pour avoir brièvement hébergé trois Erythréennes dans un centre de vacances français désaffecté, avant de les conduire en voiture à une gare pour qu’elles puissent être soignées à Marseille.

    Une décision de relaxe en 2017, qui a été définitivement confirmée en 2020, avait provoqué la colère du maire de Nice qui avait alors estimé que Pierre-Alain Mannoni « favorisait le travail des passeurs ».

    « Comment ces individus peuvent-ils nous certifier qu’ils ne font pas rentrer des terroristes sur notre sol en violant la loi comme ils le font ? », avait écrit l’élu sur X, anciennement Twitter. L’élu a depuis quitté ce réseau social.

    #Plainte pour diffamation

    Pierre-Alain Mannoni avait alors porté plainte pour diffamation. En première instance, en juin 2021, le tribunal correctionnel de Nice avait condamné le maire à 3.000 euros d’amende et 5.000 euros de dommages et intérêts.

    En janvier 2022, la cour d’appel d’Aix-en-Provence avait infirmé ce jugement et relaxé M. Estrosi. Mais, en juin 2023, la Cour de cassation avait invalidé cette décision et l’avait renvoyée à la cour d’appel. Mercredi, cette dernière a confirmé le jugement de première instance.

    « Justice a été faite, le maire de la cinquième ville de France a jeté mon client en pâture et il a été sanctionné. » (Maeva Binimelis, avocate de Pierre-Alain Mannoni à l’Agence France-Presse)

    L’avocat de M. Estrosi, Me Gérard Baudoux, a annoncé un nouveau pourvoi en Cassation.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice/christian-estrosi-condamne-pour-diffamation-envers-un-u

    #frontière_sud-alpine #asile #migrations #réfugiés #solidarité #criminalisation_de_la_solidarité #justice #Alpes_Maritime

  • « Cocon de lumière, niche de tous les savoirs » : une immersion au lycée, dans un centre de documentation pas comme les autres
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/aude/carcassonne/cocon-de-lumiere-niche-de-tous-les-savoirs-une-immersio
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/Z0xZ7KKDVkkQoFd-Vg2t9nBFuY0/930x620/regions/2024/03/01/veronique-et-mateo-au-cdi-65e1a34a74c36705911090.png

    Si vous n’avez pas compris l’importance des CDI et de l’éducation transversale, transdisciplinaire, par projet, mutuelle... ce film est pour vous.
    Si vous avez compris, cela renforcera largement votre intérêt... et votre plaisir.
    A voir.

    Véronique Gardair est enseignante documentaliste au lycée Jacques Ruffié de Limoux dans l’Aude. Elle a en charge le centre de documentation et d’information. Dynamique, souriante, la « Prof-doc » est attentive à tout et à tous. Le premier rayonnement c’est ce lieu qu’elle construit, telle une œuvre, depuis plus de 15 ans : le CDI. Le documentaire « Sans mouvement pas de lumière » nous y emmène en immersion.

    Documentaire « Sans mouvement, pas de lumière ». Un film écrit par Laurence Kirsch & Juliette Bourgoin à voir le jeudi 7 mars 2024 à 22h50, réalisé par Laurence Kirsch. Une coproduction France 3 Occitanie et Les Films du sud

    Des élèves, entourés d’une professeur, sont à la recherche d’objets, un peu à la manière d’une quête au trésor, lorsqu’un plan se fixe sur la carte du monde et sur le buste de voltaire. Belle entrée en matière. Nous sommes au centre de documentation et d’information (CDI) du lycée Jacques Ruffié de Limoux, dans la Haute-Vallée de l’Aude.

    #Documentation #CDI #Education

  • Montbéliard. Cérémonie polémique pour la capitale de la culture : « Ils peuvent me virer, je m’en fous », Hervée de Lafond persiste
    https://www.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2024/03/18/suite-a-la-ceremonie-d-ouverture-polemique-hervee-de-lafond-persiste-

    Sous le feu des critiques depuis samedi soir, la maîtresse de cérémonie maintient ses propos et sa posture : « Les élus savaient très bien ce qu’ils faisaient en me confiant cette mission. On n’est pas chez Poutine. En France, on a le droit de se moquer gentiment du Premier ministre. »

    « On n’est pas chez Poutine. »
    #lol #on_est_pas_chez_poutine

    Franche-Comté. Cérémonie ratée pour Montbéliard, capitale française de la culture 2024 : « On passe pour des ploucs ! »
    https://www.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2024/03/17/montbeliard-capitale-francaise-de-la-culture-2024-on-passe-pour-des-p

    Les déboires de la soirée inaugurale font grincer des dents en haut lieu comme dans le public. Quelles en seront les conséquences ? Alexandre Gauthier, vice-président de l’Agglo en charge de politique culturelle ne peut masquer sa déception.

    #cérémonie_ratée #déception #quelles_conséquences

    Les élus de Montbéliard bien embarrassés après l’accueil musclé réservé à Gabriel Attal
    https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/les-elus-de-montbeliard-bien-embarrasses-apres-l-accueil-muscle-reser

    POLITIQUE - Visiblement, la série de boutades est très mal passée. Samedi, lors de l’ouverture à Montbéliard de la « Capitale de la culture » 2024, la maîtresse de cérémonie, la comédienne Hervée de Lafond, âgée de 80 ans, n’avait pas hésité à tutoyer Gabriel Attal sur scène.

    « Tu es venu en avion alors qu’il y a un TGV, tu te prends pour qui ? Pour le Premier ministre ? » , avait-elle lancé au Premier ministre, avant de pointer aussi l’absence de la ministre de la Culture Rachida Dati ou encore les 200 millions d’euros d’annulation de crédits pour le ministère de la Culture en 2024. « On m’avait dit que la soirée s’appelait “Joyeux Bazar”, je confirme », avait rétorqué tout sourire Gabriel Attal.

    Malgré tout, plusieurs élus du Pays de Montbéliard n’ont pas digéré l’attitude d’Hervée de Lafond lors de la cérémonie. Dans une lettre, le député du Doubs Nicolas Pacquot, la maire de Montbéliard Marie-Noëlle Biguinet et le vice-président en charge de la Culture à Pays de Montbéliard Agglomération présentent leurs « plus sincères excuses » au Premier ministre « pour le comportement inapproprié de Madame Hervée de Lafond », elle qui est l’une des trois commissaires artistiques de l’événement culturel.

    « Les réactions de déception et de mécontentement exprimées par nos concitoyens, suite à ce dérapage, soulignent avec force que les comportements grossiers à l’égard d’un premier ministre sont une atteinte à notre République. Ils ne peuvent être tolérés et ne relèvent en aucun cas de la liberté d’expression », écrivent-ils notamment.

    #accueil_musclé #liberté_d_expression #atteinte_à_notre_république

    Faire des blagues et tutoyer : accueil musclé