5 arguments qui remettent en cause la parole des femmes

/societe-de-la-delation-accusations-exce

  • « Société de la délation », « accusations excessives » : 5 arguments qui remettent en cause la parole des femmes
    https://www.buzzfeed.com/rozennlecarboulec/societe-de-la-delation-accusations-excessives-5-arguments

    Lors de son discours du 25 novembre sur les violences faites aux femmes, c’est le président de la République lui-même qui a mis les pieds dans le plat à trois reprises. Emmanuel Macron a notamment évoqué le passage « d’une société de l’oubli à une société de la délation généralisée ».

    Un petit point historique s’impose. Frédérique Neau-Dufour, historienne et directrice du Centre européen du résistant déporté du Struthof (Bas-Rhin), tient tout d’abord à préciser ce qui différencie la délation de la dénonciation :

    « Dans la délation, il y a la volonté de nuire à autrui, avec des conséquences qui, pendant la guerre, il faut tout de même le souligner, pouvaient être la mort. Il y a aussi l’idée de profiter à soi-même, dans un rapport assez égoïste de vengeance. C’est donc un terme connoté de manière négative.

    A l’inverse, la dénonciation peut se parer de vertus plus civiques : on veut aider une cause à progresser. Il y a une certaine responsabilité de la personne qui prend la parole pour améliorer une situation. Or aujourd’hui, quand on intervertit ces deux termes, ça fait porter sur les femmes une accusation de faire ça par méchanceté, par vengeance. »

    « Les lettres de délation sous l’occupation provenaient d’hommes »

    Par ailleurs, ajoute-t-elle, la délation a toujours été perçue comme féminine, à tort : « Les lettres de délation sous l’occupation provenaient d’hommes. » Pour appuyer ses propos, Frédérique Neau-Dufour cite les travaux de l’historien Laurent Joly, qui a notamment pu analyser les registres des courriers envoyés au Commissariat général aux questions juives (CGQJ), tenus à jour de janvier 1942 à août 1944. Dans un article paru dans la revue Vingtième siècle en 2007, il écrit ainsi :

    « En ce qui concerne le sexe des délateurs, on remarque une nette domination des hommes, contrairement aux idées reçues. Si l’on tient compte des sept lettres anonymes pour lesquelles l’identité sexuelle de l’auteur est évidente – “un légionnaire”, “une Française”, “un antijuif”, etc. –, on constate que, sur les 82 lettres “signées” de notre échantillon, 65 sont écrites par des hommes et 17 par des femmes. Au demeurant, la “délation passionnelle” n’est pas l’apanage de ces dernières, comme le veut un autre cliché. Un M. Dupont, en instance de divorce, dénonce l’amant de sa femme, un juif hongrois. »

    Ces idées reçues ne sont donc pas nouvelles, conclut Frédérique Neau-Dufour : « Cela s’inscrit dans la longue tradition d’une image de femme-concierge qui observe et rapporte tout par méchanceté. » A ce titre, le hashtag #balancetonporc n’est pas exempt de tout reproche, estime-t-elle : « Les balances sont les délateurs qui n’ont pas de moralité ».

    #délation #inversion_patriarcale