Ai-je le rhume ou la grippe ?Le Pharmachien

/20121004rhumevsgrippe

  • Spécial rhume : top 10 des remèdes inutilesLe Pharmachien
    http://lepharmachien.com/rhume

    Voici les 10 remèdes que j’ai analysés pour toi :

    Le Vicks sous les pieds
    Le bol d’eau chaude qui sent fort
    Le concours de brûlage de yeule
    Suer le virus
    La mouche de moutarde sur le chest
    Les casse-grippes
    Te mettre quelque chose dans le derrière
    La soupe poulet et nouilles
    Le sirop contre la toux
    Les antibiotiques

    N’hésite pas à rire de chacun d’eux. Ils le méritent.

    • Bon bon, le gars il connait pas autre chose que les médecines enseignées dans son école ? Ok pour jeter le sirop et les antibiotiques pour un rhume mais le principe de la réflexologie ne lui dit vraiment rien, les plantes qui soignent les voies respiratoires comme l’eucalyptus non plus pas plus que les effets positifs d’un placébo ? (prouvés scientifiquement je vous rassure) ben dis donc, y’a encore du taf … J’aurais préféré apprendre ce qu’est un rhume et pourquoi certains durent 2 minutes.

      Tiens, dans le genre extraordinairement miraculeux et surtout non prouvé scientifiquement j’ai le gargarisme à l’eau salée pour le mal de gorge.

    • Bah si il connait, et dit qu’il n’y a pour l’instant aucune étude qui prouve que ça fait plus que du rien. Couler du nez n’est pas un rhume, le rhume c’est une maladie provoqué par de multiples virus (c’est expliqué dedans). Quand bien même des zones des pieds et des mains seraient reliés à des organes (ce qui reste à prouver mais ce n’est pas le sujet), le rhume n’a pas de rapport avec un organe puisque ce sont des virus. Donc non appuyer sur un pied ne peut pas miraculeusement faire partir un virus qui est un organisme qui se balade dans le corps. Sinon il a aussi un autre article dont le lien est dans celui là, qui explique les différences entre le rhume et la grippe :
      http://lepharmachien.com/20121004rhumevsgrippe

    • @sombre

      On peut « booster » le breuvage avec de la bonne gnôle et, amha, ça doit être plus efficace que le « bouillon de poule » ...

      C’est l’inverse qu’il dit, l’alcool déshydrate et la sensation d’apaisement qu’on ressent est plutot lié au fait qu’on couvre l’inflammation par une autre. Il semble important de s’hydrater. Le bouillon est efficace parceque c’est principalement de l’eau chaude, ca marche autant qu’une soupe ou un chocolat chaud.

    • @mad_meg : attention quand je dis « booster » c’est pas un mélange à 50/50, hein ? Une cuiller à café dans la tasse suffit (enfin en ce qui me concerne). Je trouve que ça réchauffe et puis ça fait dormir. Et pendant ce temps-là, tu n’as plus à faire supporter ta mauvaise humeur et ta face « maganée » à ton entourage... Ceci dit, depuis que j’ai arrêté le tabac (en fait, je me suis à la vapote comme un gros hypocrite), je ne sais plus ce qu’est un « rhume », un mal de gorge, encore moins une trachéite ou une bronchite. C’est pas que je chauffe non plus comme un malade chez moi :18 °C quand tout va bien sauf devant la cheminée où on a pu atteindre 25 mais ça c’était avant quand je savais pas trop la faire marcher et que je mettais trop de bois.
      @monolecte : oui, j’aime bien la dernière question du bas de page ...
      Par contre @touti, oui, il n’est pas trop sympa pour l’homéopathie : on peut trouver des remèdes homéopathiques pas trop coûteux tout de même. Sinon pour le mal de gorge, je connais le miel de ronces mais c’est (beaucoup) plus coûteux que l’homéopathie.

    • @touti : tu veux dire que l’homéopathie est mal prise en charge par le système d’assurance maladie en France, ainsi que tous les soins que tu énumères ensuite ?
      Sans parler de l’ostéopathie qui est mal remboursée également. Base de remboursement : une consultation chez un généraliste et seulement deux « séances » dans l’année à la MGEN ! (faudrait pas exagérer tout de même, hein !).

    • @sombre la prise en charge de la sécu ne m’importe pas ici. Je souligne juste qu’il existe différentes portes de compréhension (et du soin) de la maladie, et du rhume pour ce post.

      J’ai du rater quelque chose sur le rhume des inuits, pourquoi n’existerait-il pas ? voila ce que j’ai trouvé qui ouvre là encore une porte différente, that’s all folk

      Et je ne dis pas que c’est la porte de la vérité unique et scientifique pour se soigner. Juste que parfois, ça peut aider à guérir de ne pas se focaliser que sur bigpharma.

      https://www.erudit.org/fr/revues/hphi/1994-v4-n2-hphi3179/800948ar.pdf
      La deuxième façon d’exprimer le corps est la métaphore : pour le dire de façon sommaire, dans cette vision symbolique le corps est un igloo. Dans cette perspective, les principales parties du corps et de l’igloo sont désignées par la même terminologie : ainsi le nez et le trou d’aération de l’igloo (permettent à l’un et à l’autre de respirer) ; le pharinx et le couloir de l’igloo (qui transitent les aliments d’une part, les humains de l’autre), l’anus et une ouverture pratiquée dans le mur arrière de l’igloo (évacuation des excréments, sortie des malades et des morts).

      Pour tâcher de nous rapprocher de la notion de contagion un peu plus, nous aborderons sommairement l’étiologie des maladies :
      chez les Inuits, l’étiologie comprend non seulement l’histoire personnelle et médicale du patient, mais tous les aspects de sa relation avec l’environnement ; les actions et comportements passés du patient sont considérés comme des indicateurs de la source du problème actuel. Georges Wenzel rapporte que dans une communauté inuit, une mort accidentelle par noyade ainsi qu’un épisode de convulsions furent attribuées à des explications relevant des relations socio-environnementales des individus durant leur vie. Il est évident que pour les Inuits le traitement et le pronostic sont reliés aux etiologies de tout ordre. L’identification des facteurs dans l’histoire personnelle prend alors une importance capitale, puisqu’il y a une forte association entre le passé et le présent.

      pfff, tout ça pour un rhume ! parlez moi de votre mère d’ailleurs

    • @monolecte disait ça car le rhume est dû à un virus (mmh on l’a pas déjà dit ? :p) et que comme beaucoup de virus, il est fort peu probable qu’il soit actif à -50°C. Il y a une différence entre bigpharma et comprendre comment fonctionne réellement telle ou telle maladie et ça peut même être en conflit. Les peuples premiers trouvaient leurs remèdes par essai-erreur essentiellement, au fil des générations, mais sans forcément comprendre la cause (et souvent en donnant une cause humaine ou déique à posteriori). Et justement là quand on comprend que le rhume est un virus, bah ça ne va pas trop avec bigpharma, au contraire : puisqu’on comprend qu’on ne peut rien faire d’autres que calmer les symptômes : prendre quelques trucs simples pour calmer inflammation de la gorge, pour moins couler du nez : du miel, boire beaucoup, du liquide chaud, etc. Mais on ne soigne pas le rhume en tant que tel, lui on attend juste qu’il crève tout seul au bout de sept jours.

    • comme beaucoup de virus, il est fort peu probable qu’il soit actif à -50°C.

      Il y a toujours débat sur les virus qui seraient ou non vivants, autant qu’ils auraient besoin de cellules vivantes.
      Sibérie : un virus âgé de 30.000 ans libéré par la fonte des glaces
      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/siberie-un-virus-age-de-30-000-ans-libere-par-la-fonte-des-glaces_16827

      Il y a une différence entre bigpharma et comprendre comment fonctionne réellement telle ou telle maladie et ça peut même être en conflit.

      Tes simplifications ne valorisent pas le propos. Savoir ce qu’est le réel est un vaste champ de questionnement dont tu sembles faire une certitude. Je dis qu’il y a parfois des portes qu’il serait bien d’ouvrir.
      Je suis étonnée de te voir défendre les débilités d’un pharmacien qui propose de se moquer avec lui de différents moyens détournés pour soigner un rhume. Son but affiché serait donc la défense du réel et de la science, mazette, quel mépris de tout ce qui se fait autrement que comme il lui a été appris. Et il faut en plus rire avec lui ?

      Les peuples premiers trouvaient leurs remèdes par essai-erreur essentiellement, au fil des générations, mais sans forcément comprendre la cause (et souvent en donnant une cause humaine ou déique à posteriori).

      Saluons l’esprit cartésien occidental qui a la chance inouite d’être dans le réel et qui lui au moins, comprend contrairement aux chinois, indiens, africains, qui n’ont pas vraiment cette science réelle si spécifique à la vrai connaissance.

      Et justement là quand on comprend que le rhume est un virus, bah ça ne va pas trop avec bigpharma, au contraire : puisqu’on comprend qu’on ne peut rien faire d’autres que calmer les symptômes : prendre quelques trucs simples pour calmer inflammation de la gorge, pour moins couler du nez : du miel, boire beaucoup, du liquide chaud, etc. Mais on ne soigne pas le rhume en tant que tel, lui on attend juste qu’il crève tout seul au bout de sept jours.

      Un peu comme cette discussion alors.

    • Ce n’est pas la même chose un virus vivant et un virus actif. Je n’ai pas parlé de vivant ou pas vivant. À partir de -70°C il me semble qu’il virus peut vivre indéfiniment, donc aucun problème à trouver un virus de 30000 ans. Mais par contre il n’est pas actif. C’est justement parce que la fonte des glaces remet de vieux virus au chaud (en tout cas plus chaud que dans la glace profonde) que c’est dangereux.

      Je ne défend pas les débilités d’un pharmacien, mais le fait que c’est mieux de montrer qu’un truc fonctionne pour dire à des gens de l’utiliser. Quand on dit fonctionne, ça voudrait dire que sur un panel de personnes où on le test, une nette majorité de personnes (pas besoin de 100% mais une forte quantité quand même) est guérie plus et/ou plus vite qu’avec un produit placebo ou qu’en ne faisant rien et en attendant. Or ce n’est pas le cas. Le fait qu’il y a 1 personne sur 500 qui a eu un rhume arrêté en 2j ou au lieu de 7j après s’être appuyée sur les pieds n’indique pas que c’est ce geste là qui a produit ce résultat là. Il n’y a pas de recherche compliquée nécessitant des moyens énormes pour ça, et ça va même plutôt dans le sens des essais-erreurs des peuples « non cartésiens » : on s’aperçoit que ça ne fait pas plus que faire du rien, donc on passe à autre chose (comme manger du miel et boire beaucoup d’eau). Et ce point là est à séparer du point dont je parlais avant sur le fait de comprendre le mécanisme précis de la maladie (ici un virus), là c’est encore autre chose, sur le fait de prouver qu’un remède a un effet visible plus fort que du rien.

      Les « chinois, indiens, africains » ont au fil du temps trouvés de nombreux remèdes qui fonctionnent parfaitement (telle plante pour telle maladie etc), mais tout comme les anciens européens aussi (notamment les « sorcières »), ce n’est pas propre à « ailleurs ». Et dans le même temps il y a aussi plein de remèdes qui ne font rien du tout, ainsi encore qu’un certain nombre qui fonctionnent par placebo parce qu’une personne de confiance ayant une certaine autorité discute longtemps avec le patient et le rassure et lui dit de boire ci ou ça.

      Et ça fait un vrai effet. Quand on parle du placebo ce n’est pas pour dire que ça ne fait rien, au contraire, mais c’est pour dire que ça ne fait pas plus qu’un autre produit ou acte qui ne fait rien non plus, et que donc l’effet éventuel se trouve dans le contexte et non pas dans le remède donné (mais attention il y a aussi des cas où il n’y a aucun effet du tout). C’est à priori ce qu’il se passe avec l’homéopathie dont l’apprentissage indique qu’on doit poser 12000 questions au patient, parler longtemps avec lui etc, avant de lui donne de l’eau et du sucre. Si d’autres médecins non homéopathes discutaient aussi longtemps avec leur patient, avec autant de bienveillance, à l’écoute, et en donnant un petit anti douleur et une tisane verveine-menthe à la fin, ça ferait sensiblement la même chose (= pas du rien, mais réellement du bien pour de nombreux cas). Évidemment ça ne va pas du tout dans le sens de bigpharma ça.