Maladie

/maladie

  • Chine : un cas humain de grippe aviaire H10N3 détecté pour la première fois, mais le risque d’une épidémie est « extrêmement faible » selon les autorités
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/grippe-aviaire/chine-un-cas-humain-de-grippe-aviaire-h10n3-detecte-pour-la-premiere-fo

    La Chine a rapporté mardi 1er juin un premier cas mondial chez l’être humain de grippe aviaire H10N3, une pathologie frappant d’ordinaire les oiseaux. Les autorités chinoises assurent néanmoins que le risque d’une épidémie est « extrêmement faible ». Selon le ministère de la Santé, le patient de 41 ans, originaire de la ville de Zhenjiang, dans la province du Jiangsu (est du pays), a été hospitalisé le 28 avril pour une fièvre. Les médecins ont conclu un mois plus tard qu’il était atteint de la maladie.

    « Le risque de diffusion à grande échelle [chez les humains] est extrêmement faible », a assuré le ministère dans un communiqué, précisant que le malade pourrait a priori bientôt sortir de l’hôpital. Les autorités sanitaires ont également précisé que le H10N3 était « faiblement pathogène » chez les oiseaux, c’est-à-dire peu susceptible d’entraîner une maladie, et que « cette infection est une transmission interespèces accidentelle ».

    #voilà_voilà

  • Braie-quing niouzes :

    La « République » en marche : les copains d’abord ...

    Application StopCovid : une enquête ouverte pour « favoritisme » par le Parquet national financier
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/application-stopcovid-le-parquet-national-financier-a-ouvert-une-enquet

    Une enquête préliminaire pour « favoritisme » a été ouverte, en septembre, au sujet du contrat de maintenance de l’application StopCovid – devenue depuis #TousAntiCovid –, a annoncé le Parquet national financier (PNF), vendredi 21 mai, à France Télévisions, confirmant une information de l’AFP. L’association anticorruption #Anticor avait alerté le PNF au printemps 2020, estimant que la maintenance payante réalisée par la société Outscale, filiale de #Dassault_Systèmes, aurait dû faire l’objet d’un appel d’offres.

  • Ne mens pas : toi aussi toute ta vie tu as rêvé d’écrire un article avec la phrase « Les habitants de ces départements ne doivent cependant pas trop s’inquiéter… ».

    CARTE. Covid-19 : trois départements dépassent toujours le seuil fixé pour la suite du déconfinement
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/deconfinement/carte-covid-19-trois-departements-depassent-toujours-le-seuil-fixe-pour

    Les trois départements franciliens présentent en effet un taux d’incidence du Covid-19 supérieur à 400 pour 100 000 habitants, l’un des trois critères susceptibles de freiner localement le déconfinement, au même titre qu’"une augmentation très brutale de ce taux et une menace de saturation des services de réanimation". Selon les données de Santé publique France, cet indicateur est à 440 en Seine-Saint-Denis, 431 dans le Val-de-Marne et 418 dans le Val-d’Oise.

    Les habitants de ces départements ne doivent cependant pas trop s’inquiéter de rater la deuxième étape du déconfinement. Il reste encore 15 jours et la tendance est à la baisse dans tous ces territoires.

    (Je crois même que c’est le seul élément scientifique qu’a pris en compte Macron : on lui a dit que d’ici le 15, ça devrait être redescendu sous les 400 – et lui a compris « ah ben c’est bon alors, je vais dire que c’est mon critère sanitaire pour rouvrir partout en faisant mine d’avoir un critère sanitaire…)

    #TKT

  • Covid-19 : le Brésil recale pour l’instant le vaccin russe Spoutnik V
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-le-bresil-recale-pour-l-instant-le-vaccin-russe-spoutnik-v_438

    En février, la prestigieuse revue médicale The Lancet a rapporté que ce vaccin était efficace à 91,6%, dissipant les doutes quant à sa fiabilité. Mais les experts de l’Anvisa ont affirmé que la publication dans la prestigieuse revue scientifique ne répondait pas aux mêmes exigences que celles des organismes de réglementation pour une éventuelle approbation.

    Faut les comprendre ces gens de l’Anvisa. Ils ont un vrai métier. Celui de fabriquer le variant le plus efficace du monde. Et au besoin, ils enverront l’armée pour s’assurer que les exigences les plus exigeantes seront bien respectées.

  • « On pilote sans visibilité » : des épidémiologistes dubitatifs quant à la levée rapide des restrictions contre le Covid-19
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/on-pilote-sans-visibilite-des-epidemiologistes-dubitatifs-quant-a-la-le

    Mahmoud Zureik apparaît surpris par la volonté du gouvernement de lever les restrictions à partir de début mai, sans avoir fixé « d’objectif clair ». « Le gouvernement n’a pas conditionné l’application des mesures restrictives à un niveau de circulation du virus ou un nombre de personnes en réanimation », regrette le chercheur. Dans ce cas, « pourquoi ne pas ouvrir dès demain ? » ironise-t-il.

    Le taux d’occupation des lits de réanimation, supérieur à 100% dans une soixantaine de départements français, inquiète Mahmoud Zureik. Pour lui, c’est « comme un thermomètre : dès qu’il y a de la fièvre, on la fait baisser un peu, mais on pilote sans visibilité ». En novembre 2020, l’objectif était de repasser sous les 3 000 patients en réanimation. Actuellement, la France en compte autour de 6 000.

    Un constat partagé par sa consœur Catherine Hill : « On est au-dessus du pic de novembre et pourtant, on envisage de déconfiner. C’est assez paradoxal », déplore l’épidémiologiste à l’institut Gustave Roussy à Villejuif (Val-de-Marne), contactée par franceinfo. En effet, selon les données publiées par le ministère de la Santé, le nombre d’admissions en réanimation sur sept jours glissants atteint 443 patients au 20 avril, alors qu’il était de 420 au pic de la deuxième vague.

  • Il m’a semblé voir passer il y a quelques jours une déclaration hallucinante de Blanquer, comme quoi vu que ça ne baisse pas malgré la fermeture des écoles, c’est bien la preuve que les écoles n’ont pas un rôle important dans la diffusion du virus.

    Mais je ne la retrouve pas. Dis Seenthis, tu serais capable de mettre la main dessus ?

  • Covid-19 : le seuil des 6000 patients en réanimation quasiment atteint | LCI
    https://www.lci.fr/sante/en-direct-covid-19-pandemie-coronavirus-situation-tendue-a-l-hopital-en-ile-de-f

    La situation sanitaire reste fragile avec 5984 patients hospitalisés en réanimation pour une infection au Covid-19. Un chiffre à nouveau en hausse (+14) ce mardi alors que 375 décès supplémentaires sont à déplorer, selon Santé publique France.

    « En même temps » que :

    Déconfinement : aucune raison pour que le calendrier ne soit pas tenu, selon l’Élysée
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/deconfinement/deconfinement-aucune-raison-pour-que-le-calendrier-ne-soit-pas-tenu-sel

    À quatre jours de la réouverture des écoles, même s’il faut attendre encore quelques jours pour savoir si une tendance baissière est vraiment enclenchée, il n’y a aucune raison, à l’instant T, pour que le calendrier ne soit pas tenu, martèle l’Élysée, selon nos informations. Un nouveau conseil de défense sanitaire se réunit mercredi 21 avril au matin.

  • Covid-19 : cinq questions sur l’application TousAntiCovid-Carnet, première étape vers le #pass_sanitaire
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-cinq-questions-sur-l-application-tousanticovid-carnet-premiere

    Avec cette nouvelle fonctionnalité de l’application TousAntiCovid, la France se conforme aux demandes de l’Union européenne, qui a demandé aux Etats d’avoir mis en place un système de ce genre d’ici le 17 juin. « Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du certificat européen, nous travaillons en coordination avec l’UE », assure Cédric O. L’objectif est de permettre une « opérabilité des systèmes » de chaque pays européen. « A terme, il serait logique que les résultats certifiés deviennent obligatoires pour voyager au sein de l’Union européenne », explique Cédric O.

    L’UE doit mettre en place d’ici fin juin un sésame destiné à faciliter les déplacements des Européens pouvant attester qu’ils ont été vaccinés contre le Covid-19, qu’ils ont passé un test PCR ou antigénique rapide ou qu’ils sont immunisés après avoir été infectés. Le pass sanitaire européen « ne sera pas déclaratif » et nécessitera par exemple une prise de sang pour assurer de l’immunité acquise, a affirmé le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton. Le document concerna « tout le monde », y compris les enfants, mais restera « volontaire ».

    Le projet du pass sanitaire est évoqué depuis des mois en France et doit permettre la levée progressive des restrictions de déplacements et l’accès à certains lieux et événements. « Olivier Véran et moi-même avons déjà dit que le pass sanitaire n’était pas envisagé pour des applications quotidiennes tel qu’aller au restaurant ou dans un commerce, a rappelé Cédric O. Des questions peuvent légitimement se poser pour des événements un peu différents qui rassemblent énormément de personnes comme les concerts, les festivals, les salons professionnels. Cela fait encore l’objet de discussions gouvernementales. »

    La #vaccination couplée à l’application #TousAntiCovid nous permettra de « vivre avec le virus » ...

  • Covid-19 : après deux semaines de confinement national, où en sont les chiffres des contaminations et des hospitalisations ?
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-apres-deux-semaines-de-confinement-national-ou-en-sont-les-chi

    Guillaume Rozier, fondateur de CovidTracker, invite toutefois à la prudence : « On observe une forte baisse de dépistage. Donc le taux de positivité (proportion des tests qui sont positifs) a augmenté. Difficile de dire quelle part de la baisse des cas est due à la baisse de dépistage et quelle part est due à une baisse épidémique », écrit-il sur Twitter.

    Des réserves que partage l’épidémiologiste Dominique Costagliola : « On n’a pas vu une baisse nette du nombre de cas, mais un plateau haut alors qu’on teste moins », a-t-elle déclaré sur France Inter. « Je ne crois pas qu’on puisse extrapoler une baisse quelconque, d’autant moins que les écoles primaires vont reprendre à partir du 26, et les collèges et lycées la semaine suivante. Je ne vois pas comment on peut espérer une baisse massive d’ici fin mai, compte tenu de ce qu’on a vu jusque-là de l’effet des mesures. »

  • Selon Samuel Alizon, 40 ans, directeur de recherche au CNRS, au laboratoire maladies infectieuses et vecteurs (Montpellier), la stratégie choisie par la France « est de laisser circuler le virus largement ».

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-la-volonte-politique-de-controler-l-epidemie-n-est-pas-claire-

    Sur le moyen ou le long terme, la volonté politique de contrôler l’épidémie n’est pas claire. Aujourd’hui, la circulation massive en France, fait par exemple que la France est potentiellement aussi un des pays où des variants risquent d’évoluer. Le virus mute en continu. La plupart de ces mutations sont neutres. Plus vous le laissez circuler, plus il y a de risques que certaines de ces mutations aient des effets.

    Donc, la stratégie choisie par la France qui est de laisser circuler le virus largement est une stratégie qui maximise les risques, qui maximise les coûts à court terme, et qui, sur le long terme, maximise les risques aussi en termes d’évolution virale.

    • Et c’est ainsi que la laborieuse campagne de vaccination participe elle aussi à la politique de « l’immunité de troupeau » avec des variants qui éclosent un peu partout et qui vont damer le pion à toute stratégie vaccinale. Les faits sont têtus : depuis le début de la pandémie, on assiste à une lutte acharnée de notre oligarchie pour maintenir le « quoiqu’il en coûte » à un niveau acceptable pour les industriels et les échanges marchands. Plus question de revenir au blackout total de mars 2020. Par conséquent, nous sommes toujours en guerre mais « l’ennemi » est protéiforme. Entretenir la paranoïa et la bonne santé des actionnaires restera à jamais l’unique voie pour les raclures qui prétendent nous « diriger ».

  • Après >1 an de pandémie, j’ai appris qu’alerter ne sert à rien. Que ce soit par déni induit par la peur, ou par malfaisance, le rassurisme l’emporte toujours même face aux données épidémiologiques..., par Claude-Alexandre GUSTAVE

    Données épidémiologiques désormais reléguées au rang « d’opinion » par le gouvernement qui préfère s’en tenir à des données « objectives » !?... c-à-d faire de la com !

    La séquence actuelle navigue entre « rigueur d’affichage » et « optimisme de rigueur » !😅

    La « rigueur d’affichage » fait suite à l’agitation récente autour du variant P.1 🇧🇷...

    C’est pourtant un variant décrit depuis fin 2020 dans l’état d’Amazonas et notamment associé à une 2ème vague tragique dans la région de Manaus.
    Les alertes étaient pourtant déjà lancées fin 2020... Il a fallu attendre >4 mois pour réagir !
    Alerter ne sert à rien...

    Et quelle est cette réaction ?
    Arrêter les vols Brésil - France !!!
    Cette mesure est insuffisante pour 3 raisons :
    A) Les voyageurs peuvent passer par des correspondances et donc facilement contourner l’interruption des vols directs...

    B) La Guyane possède >700 km de frontière avec le Brésil, particulièrement difficile à garder, et donc propice aux passages sans contrôle entre le Brésil et la France... où le variant est déjà présent à >84% pour la Guyane et 0,3% à 1% en métropole

    C) Le variant P.1 🇧🇷 est déjà présent dans 52 pays. Un cluster associé à ce variant peut donc être généré par des voyageurs provenant de quasiment n’importe où !

    Limiter les mesures de restriction au seul Brésil était donc absurde.
    Ce dimanche, de nouvelles mesures sont étendues notamment à la Guyane, au Chili, à l’Argentine...

    Mais sont-elles plus pertinentes ?

    Dans un sens oui puisqu’elles incluent une quarantaine obligatoire de 10 jours.
    Mais, comme toujours, on fait encore les choses à moitié : sans parler du délai de 10 jours, insuffisant face aux nouveaux variants plus transmissibles...

    « Quarantaine obligatoire »... est-ce une adaptation des mesures appliquées en Asie, en Océanie, au Royaume-Uni... ou du simple affichage ?

    Comment garantissons-nous l’application de cette quarantaine ? Où ? Combien de temps ?

    On parle de « contrôles policiers stricts »... Sont-ils systématiques ou aléatoires ?
    L’isolé est-il dans un hôtel dédié ? Ou bien simplement chez lui avec d’autres personnes qu’il peut contaminer et qui ne sont pas soumises à la quarantaine ?

    Ces mesures sont limitées à quelques pays d’Amérique du Sud et à l’Afrique du Sud (pour le variant B.1.351 🇿🇦).
    Le reste du monde est exempt de variants ?😅

    Prenons l’exemple du variant B.1.617 🇮🇳.
    Il a émergé en Inde, simultanément avec la plus forte vague locale...

    Les génomes associés à ce variant ne sont pourtant issus d’Inde qu’à 70% !
    23% des cas de variant B.1.617 🇮🇳 ont été identifiés au Royaume-Uni !

    https://twitter.com/Le___Doc/status/1381287555375763465?s=20

    On se rappelle de la rapidité de diffusion des variants entre 🇫🇷 et 🇬🇧 !
    Alerter ne sert à rien...

    On a également une forte présence de variant B.1.351 🇿🇦 en France, à >59% à la Réunion, et entre 1,8% et 13,6% en métropole.
    Or ce variant est associé à un fort échappement immunitaire (avec↘️de neutralisation x7 à x9 par anticorps)... 

    Des signaux d’alertes émergent déjà i) en 🇮🇱 avec l’observation d’un taux d’incidence 8x plus élevé de ce variant chez les vaccinés que chez les non-vaccinés (tendant à confirmer l’échappement immunitaire observé in vitro)

    Israeli data shows South African variant able to ‘break through’ Pfizer vaccine Strain is more effective than original COVID and the British variant at bypassing the shot, Israeli scientists find, in first-of-its-kind, real-world study https://www.timesofisrael.com/real-world-israeli-data-shows-south-african-variant-better-at-bypassi

    ii) Du 🇬🇧, avec une forte % de pop immunisée, et où le variant B.1.351 est celui qui progresse le plus rapidement :

    https://twitter.com/Dr_D_Robertson/status/1382713512452104195?s=20

    Ce qui nous amène aux 2ème axe de la séquence actuelle : « l’optimisme de rigueur »... Le fameux horizon des « 4 semaines » après lequel le gouvernement semble courir depuis plusieurs mois 😅

    Ça commence par les écoles, dont la réouverture est actée pour le 26 avril, indépendamment de la situation sanitaire...
    L’absurde commence : on a « fermé » les écoles pour raison sanitaire, alors qu’elles semblaient être un foyer épidémie hors de contrôle...

    Et nous allons donc les rouvrir alors que la situation sanitaire s’est encore dégradée ! Normal...
    Avons-nous au moins instauré un protocole sanitaire strict pour les établissements scolaires ?
    Avons-nous généralisé les tests de dépistage ?...

    Evidemment non ! Ce que nous n’avons pas fait depuis un an, nous ne le ferons pas après plus d’un an de pandémie !
    On nous promettait 300k tests salivaires dans les écoles... Quel % a effectivement été réalisé ?...

    Même à 100%, cela ne représenterait que 2,5% d’effectif scolaire testé chaque mois, alors que de nombreux pays testent 100% de l’effectif plusieurs fois par semaine ! 😅...

    Et les autotests me direz-vous... Oh ben zut alors, la HAS les a recommandé uniquement pour les >15 ans, donc inapplicables pour les maternelles, écoles, collèges ! C’est trop bête 🤡

    On parle alors de réouvertures, d’un retour à la « normale » à partir de mi-mai.
    L’absurde continue : on a mis en place des mesures sanitaires en avril, à cause d’une épidémie trop active, conduisant à la saturation des hôpitaux...

    Nous avons rempli les réanimations avec un « plateau » d’incidence évoluant entre 100 et 250 cas dépistés/100k/7j...
    Désormais nous sommes à un plateau autour de 350 à 400 cas dépistés/100k/7j !😅
    C’est ce qu’on appelle une amélioration ??? 🤡 

    Et encore... ce pseudo-plateau à 350/400 est induit par un fort recul de l’activité de dépistage, qui se traduit par une forte augmentation du taux de positivité frôlant désormais les 10% !!!

    

    Nous allons donc « rouvrir » alors que l’épidémie est presque 2x plus active que lorsqu’elle a conduit à la saturation des réanimations, aux déprogrammations de soins...
    La logique est trop subtile pour moi 😅

    Alors vous me direz « il faut vivre avec le virus », « nous aurons des protocoles sanitaires »...
    Ce que nous n’avons donc pas réussi depuis plus d’un an, nous allons miraculeusement y parvenir avec une épidémie encore plus active, avec des variants +transmissibles...

    De quels protocoles parlons-nous ?
    De protocoles qui ne tiennent toujours pas compte de la transmission par aérosols ?
    Des protocoles virtuels qui « sautent » aussitôt l’euphorie retrouvée ?...

    Nous avons donc une simple stabilisation relative de l’incidence, à un niveau très élevé, avec des mesures dites « de confinement » 🤡 et nous allons donc lever ces mesures, et grâce à la pensée magique, la situation va s’arranger ! 😅

    On parle de réouvertures par palier de 2/3 semaines, comme si la progressivité avait un quelconque effet protecteur contre la transmission virale 😂

    Avec une incidence massive comme celle qu’on observe actuellement, tout relâchement, même progressif, s’associera inexorablement à une dégradation épidémiologique rapide.
    Sans oublier que les hôpitaux sont tjs saturés et en forte déprogrammation...

    La progressivité de la réouverture peut, au mieux, retarder la 4ème vague (dénommée ainsi uniquement par souci de lisibilité puisque nous ne sommes jamais sortis de la 2ème vague)...

    Ce qui nous amène à l’impasse actuelle : rouvrir le pays pour préparer la saison touristique estivale.
    On croît alors revivre l’été « calme » de 2020 !😅
    On oublie juste quelques petits détails :...

    A) L’Europe sortait d’un confinement massif qui avait écraser la circulation virale sur tout le continent (et idem dans bcp d’autres régions du globe) ;
    B) L’incidence était au plus bas avec <800 cas dépistés par jour en France lors du déconfinement...

    A l’époque, il avait fallu moins d’un mois pour voir le virus réapparaître dans les eaux usées via les analyses du réseau OBEPINE.
    L’incidence clinique avait commencé à ↗️ dès début juillet... tout comme le discours rassuriste/dénialiste...

    Et nous avions alors à faire à des lignées virales peu transmissibles, proche de la souche D614 apparue à Wuhan.
    Désormais, le variant B.1.1.7 🇬🇧 est dominant, 70% plus transmissible, et d’autres du même « calibre » circulent...

    Et nous croyons donc que l’été va avoir un goût de vacances !?🤡
    Pensons déjà aux soignants ! Qui va leur dire qu’ils ne pourront pas prendre de congés cet été pour assurer la continuité des réas saturées ???...

    Ou alors, qui va dire aux Français qu’ils ne pourront pas avoir accès aux soins, car les soignants sont épuisés, et ne peuvent plus assurer la prise en charge de ce surplus massif et durable d’activité ???...

    Alors les rassuristes évoquent la « saisonnalité » du virus.
    Pour rappel, les fluctuations épidémiques observées ne sont que la résultante des « stop & go » appliqués depuis 1 an. Cette « saisonnalité » est donc totalement artificielle...

    L’OMM le rappelait il y a moins d’un mois : les observations mondiales ne supportent pas l’hypothèse d’une saisonnalité de la COVID !
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-lorganisation-meteorologique-mondiale-appelle-a-ne-pas-se-fond

    D’ailleurs, allez dire aux Brésiliens, au Africains du Sud, aux Indiens... que le virus ne circule pas l’été...


    Covid-19 : l’Organisation météorologique mondiale appelle à « ne pas se fonder sur les conditions climatiques pour assouplir les mesures contre la pandémie » "À ce stade, les données disponibles ne corroborent pas l’utilisation des facteurs météorologiques et de qualité de l’air pour permettre aux gouvernements d’assouplir les mesures qu’ils prennent", aff… https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-lorganisation-meteorologique-mondiale-appelle-a-ne-pas-se-fond

    On va alors me dire que nous avons désormais la vaccination, et que tel le Graal, elle va arrêter la pandémie sans rien avoir à faire de plus ! 🤡
    Alors pour rappel, le Chili a vacciné >2x plus que nous et subi sa plus forte vague, lui imposant un confinement total 

    On va alors me dire que c’est parce qu’ils ont utilisé un vaccin Chinois peu efficace.
    Ils ont également utilisé le vaccin de Pfizer/BioNTech, et la situation des plus âgés montrent pourtant que leurs vaccins sont efficaces :
    https://twitter.com/JorgeGalindo/status/1381246058915897345?s=20

    Alors on va me citer les exemples britanniques et israéliens.
    Oui, mais ces 2 pays n’ont pas limité leur réponse à la seule vaccination !
    Ils appliquent une stratégie de suppression virale !

    Ils ont d’abord écraser leur épidémie avec un confinement national.
    Même Boris Johnson le rappelle, c’est bien le confinement et pas la vaccination qui a sorti son pays de la 3ème vague, et il craint désormais la 4ème vague :
    https://twitter.com/BBCPolitics/status/1381919420101066752?s=20

    Le confinement britannique a permis d’atteindre une incidence d’environ 25 cas dépistés / 100k / 7j, ce qui est un seuil quasi parfait pour appliquer la suppression virale via le triptyque tester/tracer/isoler... Vous savez ? La stratégie que la 🇫🇷 a abandonné 🤡 

    Depuis, le Royaume-Uni teste massivement (bien plus que nous), contrôle ses frontières avec des quarantaines obligatoires, en hôtels désignés et contrôlés, avec des amendes plus que dissuasives.

    En Israël, la situation est similaire avec un confinement qui a écrasé l’incidence au même niveau qu’au Royaume-Uni 

    Et depuis, Israël applique une stratégie de suppression virale stricte, avec un testing massif, un contrôle strict de ses frontières, l’usage d’un Green Pass pour l’accès aux espaces publiques, et un contact tracing très intensif via la téléphonie

    https://twitter.com/jaimylepaquet/status/1361800083398938630?s=20

    La comparaison avec la situation française, où l’heure est à l’optimisme ferait presque rire si ce n’était pas tragique !
    Vous remarquerez qu’alors qu’Israël affiche une incidence très <<< à la nôtre, ils testent quasiment autant que 🇫🇷 où l’épidémie fait rage !😅 

    Alors oui, alerter ne sert à rien...
    Nous sommes probablement dans une phase de la pandémie où la discours sanitaire, la prudence, n’est plus audible pour une population usée par un an de « vivre avec », qui s’est accoutumée à une mortalité massive...

    Cette phase est peut-être nécessaire... même si elle ne sera pas facile, mais elle amènera peut-être à la prise de conscience !?
    Donc continuons de croire que l’été va bien se passer, continuons de croire que la ligne d’arrivée est proche...

    Continuons de voir la médecine comme la simple pratique se résumant à trouver un « cachet » pour chaque maladie... Nous avons eu l’HCQ pour 2020, l’IVM pour 2021...
    Continuons de rejeter les mesures de prévention via la suppression virale

    Continuons de croire qu’il suffit de vacciner quelques personnes dites « fragiles » pour régler le problème.
    Continuons de croire que le retour à la vie normale est pour bientôt...

    Et continuons donc à prendre du retard pour appliquer les seules stratégies qui se sont montrer efficaces contre la COVID et qui finiront par s’imposer mais dans la douleur face à l’échec vaccinal, à l’afflux incessant de variants, à la saturation durable des hôpitaux...

    Encore une fois, alerter ne sert à rien.
    Après plus d’un an passé à hurler dans le désert, cela me paraît désormais ridicule.
    Mieux vaut me taire.
    L’espoir fait vivre, advienne que pourra.

  • Covid-19 : les vaccins à adénovirus en cause dans les thromboses
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-les-vaccins-a-adenovirus-en-cause-dans-les-thromboses_4373127.

    AstraZeneca et Janssen sont des vaccins dits à vecteur viral, c’est-à-dire qu’on prend comme support un autre virus très courant appelé adénovirus, qui est chargé de transporter dans l’organisme des informations génétiques. Ces moyens de transport, que sont les adénovirus, sont différents selon les laboratoires. AstraZeneca utilise un virus de chimpanzé auquel les humains n’ont jamais été exposés. Janssen utilise un adénovirus peu fréquent dans la population humaine et Spoutnik V deux adénovirus humains différents. Leur objectif est de véhiculer une partie précise de l’ADN du Sars-CoV-2 dans les cellules afin de déclencher une réponse immunitaire. Les spécialistes penchent pour une réponse immunitaire anormale et puissante provoquée par ces vaccins.

  • Déconfinement : « Il y a une illusion collective portée par la communication du gouvernement », dit le professeur Gilles Pialoux
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/deconfinement-il-y-a-une-illusion-collective-portee-par-la-communicatio

    « Le climat de réouverture me paraît complètement déconnecté de la réalité ou alors on accepte qu’on ait 300 morts par jour et on accepte qu’il y ait du ’stop and go’ qui épuise tout le monde, prévient Gilles Pialoux. Sur le plan du ressenti cette situation est difficile et on ne pourra pas maintenir ce rythme pendant une année ou plus ». Le vaccin n’est pas la solution à tout, explique le professeur. "On ne s’en sortira pas en France uniquement avec la vaccination." 

    « Les pays qui rouvrent les bars sont des pays qui ont associé une vaccination offensive avec un confinement sévère. Nous on n’est ni dans l’un, ni dans l’autre. Donc, on aura besoin des pass sanitaires, de garder des mesures de distanciation, de tracing, probablement de refermer les frontières. »
    Pr Gilles Pialoux franceinfo

    Gilles Pialoux alerte sur la situation épidémique en France. « On n’a pas à pavoiser sur la situation de circulation du virus. On est à un très haut niveau. Plutôt que d’écrire des protocoles au cas par cas avec les corporations, il faut écrire un protocole de suppression et de sortie de crise sanitaire. »

  • Covid-19 : au Brésil, la majorité des patients en réanimation ont moins de 40 ans, selon une étude
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-au-bresil-la-majorite-des-patients-en-reanimation-ont-moins-de


    Des patients affectés par le coronavirus dans un hôpital de campagne installé dans un gymnase, à Santo Andre, dans l’état de Sao Paulo, au Brésil, le 26 mars 2021.
    MIGUEL SCHINCARIOL / AFP

    Les personnes âgées entre 30 et 40 ans contractent le plus de formes graves du Covid-19 et non plus les personnes âgées, selon une étude. En cause : le variant brésilien.

    Au Brésil, plus de 4 000 personnes décèdent du Covid-19 chaque jour dans le pays. La pandémie a fait plus de 353 000 morts en un an, le pire bilan au monde après les États-Unis. Et les mauvaises nouvelles ne cessent de s’accumuler : la majorité des Brésiliens souffrant du coronavirus en soins intensifs ont désormais moins de 40 ans, a révélé dimanche 11 avril le coordinateur d’une étude de l’Association brésilienne des soins intensifs (AMIB).

    Près de 11 000 patients hospitalisés en soins intensifs sont âgés de moins de 40 ans. Ils sont devenus majoritaires (52,2%) au mois de mars, alors qu’ils n’étaient que 14,6% au début de la pandémie il y a un an.

    "Cela pourrait être dû au nouveau variant local"
    Pour le docteur Ederlon Rezende, l’un des auteurs de cette étude, le variant brésilien serait responsable de ces changements. « On peut dire que le profil des patients en thérapie intensive est très différent actuellement de ce qu’on a connu au début de la pandémie dans notre pays, explique-t-il. Ce sont des patients plus jeunes qui arrivent dans un état plus grave en thérapie intensive, et cela pourrait être dû au nouveau variant local puisqu’il a été prouvé qu’il était plus contagieux mais aussi plus virulent et provoque une maladie plus grave. »

    Les plus jeunes s’exposent davantage aux risques que leurs aînés, soit parce qu’ils doivent travailler, soit parce qu’ils se croient moins vulnérables. Les personnes de plus de 80 ans ne représentent plus que 7,8% des malades en soins intensifs grâce à un confinement plus strict et surtout après la vaccination.

    • il ne s’agit pas à proprement parler d’une étude – le mot n’est pas employé dans les articles brésiliens – mais de statistiques issues de l’association des urgentistes brésiliens, commentées par le « coordinateur des plateformes de soins intensifs brésiliennes » et ancien président de l’association (AMIB), Ederlon Rezonde.

      Jovens na UTI já são maioria e necessidade de ventilação mecânica bate recorde - cotidiano - ACidade ON
      https://www.acidadeon.com/cotidiano/brasil-e-mundo/NOT,0,0,1602057,Jovens-na-UTI-ja-sao-maioria-e-necessidade-de-ventilacao-

      Pela primeira vez desde o início da pandemia da Covid-19, as internações em UTI (Unidade de Tratamento Intensivo) de pessoas com menos de 40 anos são maioria absoluta.Houve ainda um salto expressivo no número de pacientes graves com necessidade de ventilação mecânica e que não apresentam nenhuma comorbidade (como obesidade ou diabetes).Os dados sugerem não apenas uma mudança do perfil dos doentes que necessitam de UTI, mas um agravamento do quadro geral dos pacientes em relação aos meses anteriores.Em março, 52,2% das internações nas UTIs do Brasil se deram para pessoas até 40 anos; e o total de pacientes que necessitaram de ventilação mecânica atingiu 58,1%.Ambas as taxas são recordes, segundo dados da plataforma UTIs Brasileiras, da Amib (Associação de Medicina Intensiva Brasileira).No caso da necessidade de aparelhos de ventilação, houve salto de quase 40% em relação ao patamar do final do ano passado.Entre setembro de 2020 e fevereiro deste ano, o total de internados em UTIs que necessitavam desse tipo de equipamento variou entre 42% e 48%.Já os pacientes graves sem comorbidades que agora acabam na UTI são praticamente 1/3 do total —até fevereiro os doentes graves sem condições adversas prévias eram 1/4 dos casos.O novo marco da epidemia no Brasil sugere pelo menos três conclusões, segundo Ederlon Rezende, coordenador da plataforma UTIs Brasileiras e ex-presidente da Amib:1) as novas variantes do vírus devem ser mais agressivas; 2) a falta de cuidado de parcelas da população pode estar afetando sobretudo os mais jovens; e 3) a imunização dos mais velhos tem ajudado a conter os casos graves entre os idosos.Segundo a pesquisa, antes de os jovens serem a maioria dos internados nas UTIs em março, entre dezembro de 2020 e fevereiro último os até 40 anos representavam 44,5% do total -percentual quase idêntico ao de setembro a novembro.De lá para cá, o aumento das internações nessa faixa mais jovem foi de 16,5%.Como a imensa maioria dos brasileiros tem menos de 40 anos, o incremento, embora possa parecer modesto, engloba milhões de pessoas. A tendência sugere ainda que há espaço para um agravamento da situação.No mesmo período de comparação (e na contramão), as internações de pessoas acima de 80 anos despencaram 42%. Elas representam agora apenas 7,8% do total, pouco mais da metade do que vinha sendo registrado anteriormente.Na faixa de idades intermediárias, as internações em UTI permaneceram mais ou menos no mesmo patamar, somando cerca de 40% do total.O levantamento da Amib é feito a partir de uma amostra expressiva, englobando 20.865 leitos de UTI no país, o que representa cerca de 25% de todas as unidades, sendo 2/3 privadas e 1/3 públicas."Embora os dados mostrem que a vacina pode estar tendo o efeito esperado entre os mais velhos já imunizados, eles também revelam que, ao se acharem imbatíveis, os jovens, muitos sem qualquer comorbidade, são agora as maiores vítimas da epidemia", afirma Rezende.Além de estarem se expondo mais em baladas e reuniões, há levantamentos e relatos de médicos na linha de frente dando conta de que os mais jovens, quando na UTI, ocupam por mais tempo os leitos -diminuindo o giro de vagas e contribuindo para saturar o sistema, como tem-se visto.Com as novas variantes do vírus (como a P1), no entanto, não só as festas, frequentemente apontadas como as principais vilãs, podem estar por trás do aumento da infecção entre os mais jovens.Com o fim do auxílio emergencial pago em 2020 (e que voltou só em abril e em proporção muito menor), muitas pessoas foram obrigadas a circular novamente atrás de alguma renda, sobretudo os informais -cerca de 34 milhões de pessoas, ou quase 40% da força de trabalho.Em 2020, o auxílio emergencial foi pago entre abril e dezembro (R$ 600 ao mês a 66 milhões de pessoas) e foram empregados R$ 293 bilhões. A nova rodada (R$ 250 a 45,6 milhões) está prevista para durar apenas quatro meses e somar R$ 44 bilhões -15% do valor do ano passado.No final de 2020, o contingente de informais na economia ainda era de 4,7 milhões de pessoas a menos do que um ano antes. Isso pode ser explicado porque, em função do auxílio emergencial robusto, muitos não estavam precisando sair de casa atrás de alguma renda.Neste começo de 2021, isso mudou dramaticamente, levando milhares de informais a circularem novamente no pior momento da epidemia no Brasil.

      PS : mais je ne trouve pas, non plus, une publication officielle ou les chiffres de l’AMIB sur le sujet.

    • l’article du 10/04 vers lequel pointe le site de l’AMIB
      https://www.amib.org.br (en bas à droite, l’AMIB dans les médias) publie ce graphique

      https://www1.folha.uol.com.br/equilibrioesaude/2021/04/jovens-na-uti-ja-sao-maioria-e-necessidade-de-ventilacao-mecanica

      (le journal protège son contenu des copier/coller et limite très fortement le nombre d’accès -> un peu compliqué de récupérer le texte… mais c’est foncièrement le même que celui qui est recopié dans les autres journaux brésiliens)

  • GRAND ENTRETIEN. Covid-19 : sous-dépistage, mesures moins efficaces... Des épidémiologistes analysent comment la pandémie frappe davantage les quartiers populaires
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/grand-entretien-covid-19-sous-depistage-mesures-moins-efficaces-des-epi

    Les habitants des zones défavorisées sont à la fois moins dépistés et plus durement touchés que ceux des quartiers plus aisés. Décryptage en six infographies avec les épidémiologistes Jean Gaudart et Jordi Landier.

    Le Covid-19 affecte-t-il différemment les plus pauvres et les plus riches ? Dans les Bouches-du-Rhône, un groupe de chercheurs rattaché au laboratoire Sesstim (Sciences économiques et sociales de la santé et traitement de l’information médicale) de l’université d’Aix-Marseille étudie les données épidémiologiques à l’échelle des quartiers. En analysant l’évolution des courbes, selon les profils socio-économiques des populations dans leur département, ils ont découvert que la pandémie semblait être plus virulente dans les territoires les plus défavorisés. Comment l’expliquer ? Les épidémiologistes Jean Gaudart et Jordi Landier ouvrent leurs tableaux de données à franceinfo pour partager les résultats de leurs recherches.

  • Covid-19 : 150 000 commerces fermés en France, le coût des aides passe à 11 milliards d’euros par mois, annonce Bercy
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/covid-19-150-000-commerces-fermes-en-france-le-cout-des-aides-passe-a-1

    Cette somme comprend le coût total du fonds de solidarité, du chômage partiel pour l’Etat et des exonérations de cotisations sociales.

    Où tu découvres que « vivre avec » coûte un « pognon de dingue ».

    Hier, devant la télé, j’ai entendu que tout allait bien, même si les variants sont dangereux, on a tout fait comme il faut, et même si les hôpitaux sont saturés, la situation est sous contrôle.

    Mais 11 milliards d’euro par mois.

    11 000 000 000 000 par mois. Et ils espèrent rouvrir les terrasses au 15 mai. #lol

  • Covid-19 : plus de 480 000 verbalisations liées aux déplacements depuis la mi-décembre
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-plus-de-480-000-verbalisations-liees-aux-deplacements-depuis-l

    Alors que les restrictions à l’œuvre dans 19 départements sont généraliseés à tout le territoire métropolitain samedi, le ministère de l’Intérieur donne le détail des verbalisations effectuées depuis trois mois.

    Covid-19 : 95.640 morts en France, la pression épidémique reste élevée
    https://www.europe1.fr/sante/covid-19-95640-morts-en-france-la-pression-epidemique-reste-elevee-4035415

    Pas moins de 5.053 malades sont hospitalisés en réanimation, mercredi soir. Un chiffre élevé, qui traduit une pression épidémique toujours très forte dans de nombreuses zones du territoire. Le bilan communiqué mercredi soir par Santé publique France fait état de 60.000 cas, en raison d’un rattrapage par rapport à mardi.

    Dans quel sens fonctionne la corrélation ?

    • AFP 30.03.21 : Depuis le 15 décembre et la fin du deuxième confinement, 5,2 millions de contrôles ont été réalisés et plus de 500.000 verbalisations ont été dressées, selon le ministère de l’Intérieur. Une très large majorité d’entre elles concerne « les infractions relatives aux déplacements » (480.664), devant le défaut de présentation d’un test PCR, obligatoire pour quitter le territoire (19.525) et la participation à des rassemblements et réunions interdites (14.835).

      ça fait même pas 10% de succès, assez pitoyable
      mais à 135 euros le PV, ça fait aussi 70 millions d’euros

  • Covid-19 : à Saint-Denis, « on a dû provoquer des accouchements pour sauver la maman au détriment du bébé »
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-a-saint-denis-on-a-du-provoquer-des-accouchements-pour-sauver-

    Le service accueille aussi beaucoup plus de femmes enceintes que lors de la première vague. « Elles sont quand même plus nombreuses et plus graves qu’avant. On a dû provoquer des accouchements pour sauver la maman au détriment du bébé. Et puis elles n’ont pas toutes survécu », indique Mathilde Azzi, médecin réanimatrice à l’hôpital Delafontaine.