• One man’s (very polite) fight against media Islamophobia | News | The Guardian

    https://www.theguardian.com/news/2018/oct/18/miqdaad-versi-very-polite-fight-against-british-media-islamophobia

    News about Muslims in the British press is rarely positive, but it is never scarce. Consider these stories, published across a typical month towards the end of 2016. In the Times on 9 November 2016, an article announced: “Islamist School Can Segregate Boys and Girls.” On the Daily Express website, nine days later: “Anger as less than A THIRD of Muslim nations sign up to coalition against Isis.” In the Sun online, on 1 December: “SECRET IS SAFE: Half of British Muslims would not go to cops if they knew someone with Isis links.” On the Daily Express site the day after: “New £5 notes could be BANNED by religious groups as Bank CAN’T promise they’re Halal.” On ITV News, the same day: “Half of UK Muslims would not report extremism.” Two days later, in the Sunday Times: “Enclaves of Islam see UK as 75% Muslim.” The Mail on Sunday, that same day: “Isolated British Muslims are so cut off from the rest of society that they see the UK as 75% Islamic, shock report reveals.” And another version, in the Sun online: “British Muslims are so cut-off from society they think 75% of the UK is Islamic, report reveals.”

    Lose yourself in a great story: Sign up for the long read email
    Read more
    No other community in Britain receives such regular torrents of bad press. But that is not the most shocking thing about these articles. Every single one of them was misleading. And they were not just lightly dotted with inaccuracies. The chief premise of each piece – the premise articulated in the headline – was dead wrong.

  • How many murders can a police informer get away with? | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/08/how-many-murders-can-a-police-informer-get-away-with

    Gary Haggarty sat and listened for almost an hour and a half as the judge explained the sentence he was about to receive, for offences to which he had already pleaded guilty. It took so long because there were so many crimes to be considered: 201 of them, in fact.

    They included five murders; five attempted murders; one count of aiding and abetting murder; 23 conspiracies to murder; four kidnappings; six charges of false imprisonment; a handful of arson attacks, including burning down a pub; five hijackings; 66 offences of possession of firearms and ammunition with intent to endanger life (the weapons included two Sten submachine guns, an Uzi, 12 Taurus pistols and two AK47s); 10 counts of possession of explosives; 18 of wounding with intent and two charges of aggravated burglary. There was also criminal damage: just the one charge, although this covered the destruction of several houses during a six-month period.

    But this was not all. There were also a number of TICs, as they are known in UK courts – offences “taken into consideration”. Offenders are allowed to admit TICs as a way of saving the police and the courts time and money, and they are usually minor additional infractions: when someone pleads guilty to shoplifting on four occasions, for example, they may ask the court to consider two further shoplifting offences as TICs.

    On this occasion there were 304 additional offences taken into consideration. They included a number of malicious woundings; possession of an array of firearms, including three Bren light machine guns and a number of assault rifles; extorting money from various takeaway restaurants and a pool hall; making “an unwarranted demand of a quantity of fuel” from a petrol station; burning down said petrol station; unlawful imprisonment; 37 assaults; robbery; car theft; possession of amphetamine and cannabis with intent to supply; and possession of various offensive weapons, such as hatchets, baseball bats and a telescopic baton, while in a public place.

    The offences were committed between 24 February 1991 and 1 March 2007: a serious crime committed every couple of days for 16 years.

    Among the people sitting in the public gallery were relatives of Haggarty’s victims, and some of the judge’s sentencing remarks must have been almost unbearably painful to hear. Haggarty’s first murder victim was Sean McParland, a 55-year-old who was killed while babysitting his four grandchildren, who were aged between three and nine. The nine-year-old gave a statement to police in which he described an armed man busting into the house. As the man took aim, his grandfather “started to bend down and was flapping his arms”. The bullet hit McParland in the left side of his face and severed his spinal cord before exiting the right side of his neck.

    Haggarty had told police that he wanted to say sorry. That killing was a case of mistaken identity: the intended victim was McParland’s son-in-law.
    ...
    After Haggarty’s sentencing hearing in January, relatives of his victims who had attended the hearing went for a cup of tea at a cafe across the road from the court. Aaron McCone, whose father, John Harbinson, had been among those murdered, was joined by Ciaran Fox, whose father, Eamon, was murdered by Haggarty and others in May 1994, and Paul McKenna, whose sister Sharon was shot by Haggarty’s friend Mark Haddock a year before that.

    They were all bitterly disappointed at the heavily discounted sentence, but not in the least surprised. “Nothing in court surprised us, but it’s still very hard to take,” said McCone, trying, and not quite succeeding, to hold back his tears. “He’s a serial killer and he’ll be out after serving a little over three years. That’s not justice.”

    “We feel let down by the justice system in this country,” said Fox. “Gary Haggarty was allowed to kill at will. The police knew he was killing at will and they let him continue.

    #Royaume_Uni #Irlande #IRA #UVF #terrorisme #banditisme #justice #histoire

  • BDS: how a controversial non-violent movement has transformed the Israeli-Palestinian debate | News | The Guardian

    Israel involvment in anti-BDS activities in foreing countries

    https://www.theguardian.com/news/2018/aug/14/bds-boycott-divestment-sanctions-movement-transformed-israeli-palestini

    The Ministry of Strategic Affairs has outsourced much of its anti-BDS activity in foreign countries, helping to establish and finance front groups and partner organisations, in an attempt to minimise the appearance of Israeli interference in the domestic politics of its allies in Europe and the US. Kuper said that anti-BDS groups were now “sprouting like mushrooms after the rain”. He and a number of other former intelligence and security officials are members of one of them, Kella Shlomo, described as a “PR commando unit” that will work with and receive tens of millions of dollars from the Ministry of Strategic Affairs. In 2016, Israel’s embassy in London sent a cable to Jerusalem complaining that the strategic affairs ministry was endangering British Jewish organisations, most of which are registered as charities and forbidden from political activity: “‘operating’ Jewish organisations directly from Jerusalem … is liable to be dangerous” and “could encounter opposition from the organisations themselves, given their legal status; Britain isn’t the US!” Last year, al-Jazeera aired undercover recordings of an Israeli official working out of the London embassy, who described being asked by the Ministry of Strategic Affairs to help establish a “private company” in the UK that would work for the Israeli government and in liaison with pro-Israel groups like Aipac.

    Advertisement

  • #BDS: how a controversial non-violent movement has transformed the Israeli-Palestinian debate | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/aug/14/bds-boycott-divestment-sanctions-movement-transformed-israeli-palestini

    Par Nathan Thrall

    In the Jewish diaspora, BDS has created new schisms on the centre-left, which has been forced into a vice by the rightwing and pro-settlement Israeli government on one hand, and the non-Zionist left on the other. It has prompted liberal Zionists to grapple with why they sometimes accept the boycott of products from settlements but not the boycott of the state that creates and sustains them. It has compelled Israel’s more critical supporters to justify their opposition to non-violent forms of pressure on Israel, when the absence of real pressure has done nothing to bring occupation or settlement expansion to an end. It has put the onus on liberal Zionists to defend their support not for the abstract ideal of what they hope Israel might one day become, but for the actual, longstanding practices of the state, including expropriations of Palestinian land for Jewish settlement; detention of hundreds of Palestinians without trial or charge; collective punishment of two million Gazans living under a more than decade-long blockade; and institutionalised inequality between Jewish and Palestinian citizens of Israel. BDS has deprived Israel’s liberal supporters of the excuse that an aberrant occupation or rightwing governments are mainly to blame for the state’s undemocratic practices.

    Perhaps most significantly, BDS has challenged the two-state consensus of the international community. In so doing it has upset the entire industry of Middle East peace process nonprofit organisations, diplomatic missions and think tanks by undermining their central premise: that the conflict can be resolved simply by ending Israel’s occupation of Gaza, East Jerusalem and the rest of the West Bank, leaving the rights of Palestinian citizens of Israel and refugees unaddressed.

    For many diaspora Jews, BDS has become a symbol of evil and repository of dread, a nefarious force transforming the Israel-#Palestine debate from a negotiation over the end of the #occupation and the division of territory into an argument about the conflict’s older and deeper roots: the original displacement of most of the Palestinians, and, on the ruins of their conquered villages, the establishment of a Jewish state. The emergence of the BDS movement has revived old questions about the legitimacy of Zionism, how to justify the privileging of Jewish over non-Jewish rights, and why refugees can return to their homes in other conflicts but not in this one. Above all, it has underscored an awkward issue that cannot be indefinitely neglected: whether #Israel, even if it were to cease its occupation of the West Bank and #Gaza, can be both a democracy and a Jewish state.

    #sionisme #industrie_du_proccessus_de_paix

  • The trouble with charitable billionaires
    https://www.theguardian.com/news/2018/may/24/the-trouble-with-charitable-billionaires-philanthrocapitalism

    More and more wealthy CEOs are pledging to give away parts of their fortunes – often to help fix problems their companies caused. Some call this ‘philanthrocapitalism’, but is it just corporate hypocrisy? By Carl Rhodes and Peter Bloom

    Essentially, what we are witnessing is the transfer of responsibility for public goods and services from democratic institutions to the wealthy, to be administered by an executive class. In the CEO society, the exercise of social responsibilities is no longer debated in terms of whether corporations should or shouldn’t be responsible for more than their own business interests. Instead, it is about how philanthropy can be used to reinforce a politico-economic system that enables such a small number of people to accumulate obscene amounts of wealth. Zuckerberg’s investment in solutions to the Bay Area housing crisis is an example of this broader trend.

  • The unwelcome revival of ‘#race #science’ | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/02/the-unwelcome-revival-of-race-science

    One of the people behind the revival of race science was, not long ago, a mainstream figure. In 2014, Nicholas Wade, a former #New_York_Times science correspondent, wrote what must rank as the most toxic book on race science to appear in the last 20 years. In A Troublesome Inheritance, he repeated three race-science shibboleths: that the notion of “race” corresponds to profound biological differences among groups of humans; that human brains evolved differently from race to race; and that this is supported by different racial averages in IQ scores.

    #air_du_temps #sans_vergogne

  • Pourquoi il faudrait raser les écoles de commerce par #Martin_Parker - 27 avril 2018 - © The Guardia https://www.theguardian.com/news/2018/apr/27/bulldoze-the-business-school?CMP=share_btn_tw
    Un article du Guardian. Merci à Frédéric Durand pour la traduction !
    https://www.pauljorion.com/blog/2018/05/07/pourquoi-il-faudrait-raser-les-ecoles-de-commerce-par-martin-parker

    Il existe 13.000 écoles de commerce dans le monde, c’est 13.000 de trop. Je sais de quoi je parle puisque j’ai enseigné dans ces écoles pendant 20 ans.

    Si vous vous rendez sur le campus d’une #université ordinaire il y a des chances que le bâtiment le plus récent et le plus tape à l’œil soit l’#école-de-commerce. C’est elle qui occupe le meilleur bâtiment parce qu’elle dégage les plus gros profits (par euphémisme « contribution » ou « surplus ») ce qui n’est pas surprenant de la part d’une forme de savoir qui enseigne à réaliser des bénéfices.

    Les écoles de commerces exercent une grande influence mais elles sont aussi considérées par beaucoup comme étant des lieux où la #supercherie intellectuelle règne, encourageant la culture du court-termisme et la #cupidité. (On trouve un tas de blague sur la réelle signification de Maîtrise en administration des entreprises-MBA en anglais- : « #Médiocre et #arrogant », Maitrise et accidents », « Mauvais avis et #duperies », « Maîtrise en #art_foireux » et ainsi de suite. Les critiques des écoles de commerces, sous toutes ses formes, ne manquent pas : les employeurs déplorent le manque d’expérience des diplômés, les conservateurs raillent les #arrivistes, les européens se plaignent de l’américanisation, les radicaux protestent contre la concentration du pouvoir entre les mains des tenants du capitalisme de meute. Beaucoup depuis 2008 ont avancé l’idée selon laquelle les écoles de commerces sont responsables dans l’avènement de la crise.

    Pour avoir enseigné pendant 20 ans dans les écoles de commerce j’en suis venu à la conclusion que la meilleure solution pour faire face à ces problèmes consiste à fermer définitivement ces écoles, une position peu répandue parmi mes collègues. Toutefois depuis ces dix dernières années il est remarquable de constater que la masse de critiques formulées à l’encontre des écoles de commerces proviennent de ces écoles mêmes. De nombreux professeurs des écoles de commerce, notamment en Amérique du Nord, affirment que leurs établissements se sont terriblement détournée du droit chemin. Selon eux les écoles de commerce sont corrompues par les #doyens guidés par l’argent, les #professeurs qui se plient aux attentes des clients, des chercheurs qui débitent des #poncifs dans des revues que personne ne lit et des étudiants qui espèrent obtenir un diplôme à la hauteur de leur investissement (ou plutôt celui de leurs parents). A la fin des fins la plupart des diplômés de toute manière ne deviendront pas des cadres de haut niveau mais occuperons des postes #précaires de petits soldats travaillant dans des boxes à l’intérieur d’une tour aseptisée.

    Ces critiques ne proviennent pas de professeurs de sociologie, de responsables politiques ou même d’activistes anticapitalistes indignés mais de livres écrits par des gens bien informés, des employés d’école de commerce qui eux même ressentent un malaise voire du dégout par rapport à ce qu’ils font. Bien sur ces vues divergentes appartiennent à une minorité. La plupart des écoles de commerce restent complètement indifférentes aux manifestations de doutes, les acteurs étant trop occupés à huiler les rouages pour s’inquiéter de la direction que prend la locomotive. Malgré tout la critique interne résonne de manière importante.

    Le problème c’est que cette contestation des initiés est tellement institutionnalisée dans l’épais velours des couloirs qu’elle passe désormais inaperçue comme simple contrepoint au « #business as usual ». Certains par le truchement de livres ou de journaux font carrière en déplorant vigoureusement les problèmes liés aux écoles de commerce. Deux personnes appartenant au milieu ont décrit l’école de commerce comme « une machine cancérigène produisant des #déchets inutiles et toxiques ». Même des titres tels que : Contre le management, #Management-de-merde et Le guide des salauds #cupides pour les affaires, ne semblent pas exposer leurs auteurs à quelque problème que ce soit. J’en sais quelque chose puisque je suis l’auteur des deux premiers. Franchement qu’on m’ait laissé écrire cela en toute impunité en dit long sur la totale innocuité de ce genre de critiques. En vérité c’est gratifiant car le fait de publier est plus important que ce qui est publié.

    Dans la réponse aux problèmes posées par les écoles de commerce on évite d’avoir recours à des restructurations radicales pour leur préférer un retour à de prétendues pratiques commerciales plus traditionnelles ou alors à une forme de réarmement moral enjolivé de termes comme « #responsabilité » ou « #éthique ». Toutes ces idées n’abordent pas le vrai problème à savoir que les écoles de commerce n’enseignent qu’une forme d’organisation : l’encadrement gestionnaire du marché.

    C’est pourquoi je pense que l’on devrait en appeler aux bulldozers et exiger une toute autre manière de penser le management, les affaires et les marchés. Si nous voulons que les gens du pouvoir deviennent plus responsables alors nous devons arrêter d’apprendre aux étudiants que les dirigeant héroïques dédiés aux œuvres de la transformation sont la réponse à tous les problèmes ou que le but de connaître la #fiscalité est d’échapper à l’impôts ou que la visée de la #stratégie_commerciale est de créer des nouveaux désirs Dans tous les cas l’école de commerce agit par la #propagande en vendant une #idéologie sous les habits de la #science.

    Les universités existent depuis un millénaire mais la grande majorité des écoles de commerce n’est apparue qu’au siècle précédent de commerce. En dépit de la vive et persistante affirmation qu’elles ont été inventé par les Etats-Unis il semble que la première fut L’Ecole Supérieure de Commerce créée en 1819 afin de tenter de façonner une grande école commerciale financée par des fonds privés. Un siècle plus tard des centaines d’écoles de commerces ont émergé dans toute l’Europe et les Etats-Unis pour se répandre rapidement partout ailleurs à partir de 1950.

    En 2011 « Association to Advance Collegiate Schools of Business » estimait à 13000 le nombre d’écoles de commerce dans le monde. L’#Inde à elle seule compterait 3000 écoles de commerces privées. Arrêtons-nous un moment pour se pencher sur ce chiffre. Imaginez le nombre considérable de personnes employées par ces établissements, l’armée de jeunes qui en sortent avec un diplôme en commerce, des sommes gigantesques qui circulent au nom de l’enseignement du monde des affaires. (En 2013, les vingt meilleures écoles de commerce coûtaient an moins 100 000$ (80 000€). En ce moment la #London_Business_School fait campagne en proposant une inscription à 84 5000£ (96 000€) pour son #MBA Pas étonnant dans ces conditions que la tendance continue à gagner du terrain.

    La plupart des écoles de commerces adopte des formes identiques. L’#architecture est moderne sans originalité composée de verre, de panneaux et de briques. A l’extérieur on trouve un affichage dispendieux présentant un #logo anodin, il y a des chances qu’il soit bleu et qu’il comporte un carré. Les portes sont automatiques, à l’intérieur on trouve une réceptionniste bien mise dans un code habit de bureau. Quelques créations d’art abstrait sont accrochées aux murs et il y a un bandeau comportant un ou deux slogans au contenu prometteur “We mean business”, “Teaching and Research for Impact.” On trouvera quelque part au-dessus du hall d’entrée un grand écran diffusant un téléscripteur #Bloomberg, la promotion de conférenciers de passage et des discussions sur la manière de bien formuler son #CV. Des dépliants publicitaires en papier glacé sont à disposition sur des présentoirs, on y voit sur la couverture toutes sorte de visages innocents d’étudiants. Shiny marketing leaflets sit in dispensing racks, with images of a diverse tableau of open-faced students on the cover. Sur les prospectus on trouve la liste des diplômes : MBA, MSc Management, MSc Accounting, MSc Management and Accounting, MSc Marketing, MSc International Business, MSc Operations Management.

    On y trouvera une somptueuse salle de conférence à la moquette épaisse, qui tirera peut-être son nom d’une société ou de donateurs privés. De fait on retrouve empreinte du logo imprimé presque partout comme quelqu’un qui marquerait de son nom ses affaires de peur qu’elles soient volées. Contrairement aux bâtiments défraichis des autres parties de l’université l’école de commerce s’efforce de donner une image d’efficacité et de confiance. L’école de commerce sait ce qu’elle fait et son visage bien poli est fermement tournée vers le futur plein de promesse. Il lui importe de savoir ce que les gens pensent d’elle.

    Même si la réalité n’est pas toujours aussi reluisante, un toit qui fuit des toilettes bloquées, c’est ce que les doyens aiment à penser à quoi ressemble leur école ou telle qu’ils voudraient qu’elle soit. Une rutilante machine qui transforme l’argent des étudiants en bénéfices.

    Mais qu’enseignent réellement les écoles de commerce ? C’est une question plus compliquée qu’il n’y parait. On a beaucoup écrit sur la façon dont « un programme dissimulée » serait dispensé aux étudiants de manière implicite. A partir des années 70 les chercheurs ont étudié la manière dont les catégories comme la classe sociale, le genre, les origines ethniques, la sexualité et d’autres encore étaient enseignées implicitement dans les salles de classes. Cela peut se traduire par la différenciation des étudiants comme mettre les #filles à l’économie domestique et les garçons à la métallurgie d’où découle par la suite une #norme qui’ s’impose aux différents groupes de la population. Ce programme dissimulé peut être aussi dispensé par d’autres manières, par la façon d’enseigner et d’évaluer ou par le contenu même du programme. Il nous dit également ce qui importe, quelles sont les #personnalités importantes, quels sont les lieux les plus influents et quels sont les sujets qui peuvent être écartés.

    Il y a eu de nombreux travaux sur ces sujets dans beaucoup de pays. La documentation est désormais très répandue sur l’histoire des noirs, la place de la femme dans le monde scientifique ou de la chanson populaire et la poésie. Cela ne signifie pas que le programme dissimulé ne pose plus de problème mais qu’au moins dans les systèmes d’éducation les plus progressistes il est communément admis qu’il existe un récit, un groupe d’acteurs, une manière de raconter l’histoire.

    Mais dans les écoles de commerce le programme implicite et explicite ne font qu’un. Le contenu et la forme des enseignements sont telles qu’ils riment avec la #pensée qui tient pour acquis que les vertus de l’encadrement du marché capitaliste représentent la seule vision du monde possible.

    Si l’on enseigne à nos étudiants que le caractère prédateur du #capitalisme est incontournable il ne faut pas s’étonner que l’on finisse par justifier les #salaires démesurés de ceux qui prennent des risques importants avec l’argent des autres. Si l’on enseigne que seul le résultat compte alors des notions comme la viabilité, la #diversité, la responsabilité et autres ne deviennent plus que de simples ornements. Le message souvent dispensé par la recherche en management et l’enseignement sous-tend que le capitalisme soit incontournable et que les techniques financières et légales qui dirigent le capitalisme fassent parties d’une science. Cette conjonction d’idéologie et de technocratie explique le fait que l’école de commerce soit devenue une institution si efficace et dangereuse.

    On peut analyser son fonctionnement en s’intéressant de près à son programme et la façon dont il est enseigné. Prenons la finance par exemple, ce champ qui s’intéresse à la manière dont les gens qui ont du capital investissent leur argent. Elle repose sur le principe que les détenteurs d’argent ou de capitaux peuvent être utilisés comme garantie et suppose donc des différences importantes de revenus ou de richesses. Plus les #inégalités sont importantes dans un pays donné plus les #opportunités s’ouvrent pour la finance comme pour le marché de luxe des yachts. Les universitaires enseignant la finance considèrent que le retour sur le capital (sans se soucier de son acquisition) est une activité légitime et même louable au point d’aduler les investisseurs pour leurs compétences techniques et succès. La forme de ce savoir consiste à maximiser la #rente d’un capital, le plus souvent en développant les mathématiques ou des mécanismes légaux qui permettent de le multiplier. Les stratégies performantes en finances sont celles qui fournissent un retour maximal sur investissement en un temps le plus court, et qui du même coup aggrave d’autant plus les inégalités qui les rendaient au préalable possibles.

    Ou penchons-nous sur le management des #ressources_humains. Ce champ met en mouvement les théories de l’égoïsme rationnel- c’est-à-dire en gros l’idée selon laquelle les hommes agissent en fonction de calculs rationnels qui maximiseront leurs propres intérêts- pour l’appliquer à l’organisation des êtres humains. Le nom de ce champ est en lui-même révélateur en ce sens qu’il laisse entendre que les êtres humains sont semblables à des ressources technologiques ou financières dans la mesure où ils sont utilisés en tant que paramètre par le mangement dans le but de produire une organisation efficace. Malgré l’utilisation du mot humain, les ressources humaines font très peu de cas de ce que signifie être humain. Son intérêt se fixe sur les catégories comme les femmes, les minorités ethniques, les employés qui n’atteignent pas les objectifs, et leur rapport avec le fonctionnement de l’organisation. Cela rentre souvent dans les attributions des écoles de commerces que de s’intéresser aux formes d’organisations, incarnées habituellement par les syndicats, qui s’opposent aux stratégies du management. Et s’il était nécessaire de le rappeler le management des ressources humaines n’est pas du côté des syndicats, ce serait être partisan. Sa fonction, sous sa manifestation la plus ambitieuse, cherche à être stratégique dans le but d’aider les responsables du management à l’élaboration de l’ouverture d’une usine ici ou de la fermeture d’un bureau là.

    On pourrait appliquer la même analyse sur les autres modules d’enseignement que l’on trouve dans la plupart des écoles de commerce, la comptabilité, la mercatique, le commerce international, l’#innovation, la #logistique. Mais je finirai par l’éthique dans les affaires et la responsabilité social de l’entreprise, ce sont pratiquement les seuls domaines dans lesquels s’est développé une critique constante des conséquences de l’enseignement du management et de ses pratiques. Ces domaines se targuent d’être la mouche du coche des écoles de commerce et insistent sur la nécessité à réformer les formes dominantes de l’enseignement et de la recherche. Les griefs qui motivent les écrits et les enseignements de ces spécialités sont prévisibles mais n’en demeurent pas moins importantes, il s’agit du développement durable, les inégalités, la fabrique d’étudiants à qui l’on enseigne que la cupidité est bénéfique.

    Le problème c’est que l’éthique des affaires et la responsabilité sont des sujets de façades pour la promotion des écoles de commerce semblable à une feuille de figuier qui recouvrerait la conscience du doyen de l’école de commerce, comme si évoquer l’éthique et la responsabilité équivalait à agir. Ils ne s’attaquent pratiquement jamais à la simple idée que si les relations économiques et sociales actuelles produisent les problèmes qui sont traités par les cours d’éthique et de responsabilités sociale des entreprises alors ce sont ces mêmes relations sociales et économiques qui doivent être changées.

    Vous pourriez penser que chacune de ces spécialités d’enseignement et de recherche sont en elles même inoffensives et qu’ensemble ils ne font que traiter des différents aspects du monde des affaires, de l’argent, de la population, de la technologie, du transport, de la vente et ainsi de suite. Mais il est indispensable d’exposer les présupposés partagés par chacun des sujets étudiés en école de commerce.

    Tous ces champs partagent d’abord l’idée profondément ancrée que les formes managériales du marché qui organisent l’ordre sociale sont requises. L’accélération de commerce mondialisé, l’utilisation des mécanismes de marché et des techniques managériales, le développement des technologies comme dans la comptabilité, la finances et son fonctionnement ne sont jamais remis en cause. Il s’agit du récit progressif du monde moderne fondé sur la promesse technologique, le choix, l’opulence et la richesse.

    Au sein de l’école de commerce, le capitalisme est considéré comme marquant la fin de l’histoire, un modèle économique qui a pris le pas sur tous les autres, et qui est maintenant enseigné en tant que science, plutôt que comme une idéologie.

    La seconde est l’hypothèse selon laquelle le comportement humain, des employés, des clients, des gestionnaires et ainsi de suite, est mieux compris si nous considérons que nous sommes tous des égoïstes rationnels. Cela fournit un ensemble d’hypothèses de base qui permettent de développer des modèles qui conçoivent la façon dont les êtres humains pourraient être dirigés dans l’intérêt de l’organisation de l’entreprise. Motiver les employés, corriger les défaillances du marché, concevoir des systèmes de gestion allégée ou persuader les consommateurs de dépenser de l’argent sont tous des cas qui font partie de la même problématique. L’intérêt majeur réside ici pour celui qui cherche le contrôle, et ceux qui sont objets de cet intérêt, deviennent alors des personnes qui peuvent être manipulées.

    La dernière similitude que je voudrais souligner concerne la nature des connaissances produites et diffusées par l’école de commerce elle-même. Parce qu’il emprunte la robe et le mortier de l’université, et qu’il cache ses connaissances dans l’attirail de la science – revues, professeurs, jargon – il est relativement facile d’imaginer que le savoir prôné par l’école de commerce et la façon dont elle le vend apparaît en quelque sorte moins vulgaire et stupide qu’il ne l’est réellement

    Pour résumer simplement ce qui précède, et qui permettrait à la plupart des gens de comprendre ce qui se passe à l’école de commerce, c’est de les appréhender comme des lieux qui enseignent les méthodes pour prendre de l’argent aux gens ordinaires et de le s’approprier. Dans un certain sens, c’est une description du capitalisme, mais il y a aussi le sentiment que les écoles de commerce enseignent que « l’avidité est bonne ». Comme Joel M Podolny, ancien doyen de la Yale School of Management, a pu déclarer un jour : « La façon dont les écoles de commerce sont aujourd’hui en concurrence amène les étudiants à se demander : » Que puis-je faire pour gagner le plus d’argent ? et la forme de l’enseignement prodigué par les professeurs conduit les étudiants à ne considérer qu’après coup les conséquences morales de leurs actions.

    Cette image est, dans une certaine mesure, étayée par la #recherche, bien qu’une partie soit d’une qualité douteuse. Il existe diverses enquêtes auprès des étudiants des écoles de commerce qui suggèrent qu’ils ont une approche instrumentale de l’éducation, c’est-à-dire qu’ils veulent ce que le marketing et le #branding leur disent qu’ils veulent. En ce qui concerne les cours, ils attendent de l’enseignement des concepts et des outils simples et pratiques qu’ils jugent utiles pour leur future carrière. La philosophie c’est pour les imbéciles.

    Comme j’ai enseigné dans des écoles de commerce pendant des décennies, ce genre de constatation ne me surprend pas, bien que d’autres proposent des constats plus virulents. Une enquête américaine a comparé des étudiants en MBA à des personnes emprisonnées dans des prisons de basse sécurité et a constaté que ces dernières étaient plus éthiques. Un autre a laissé entendre que la probabilité de commettre une forme quelconque de délit d’entreprise augmentait si la personne concernée avait fait des études supérieures en administration des affaires ou si elle avait servi dans l’armée. (Les deux carrières impliquent probablement la dissolution de la responsabilité au sein d’une organisation). D’autres sondages montrent que les étudiants arrivent en croyant au bien-être des employés et à la satisfaction de la clientèle et qu’ils partent en pensant que la valeur actionnariale est la question la plus importante, et également que les étudiants des écoles de commerce sont plus susceptibles de tricher que les étudiants des autres disciplines.

    Je doute que les causes et les effets (ou même les résultats) soient aussi nets que le suggèrent des enquêtes comme celle-ci, mais il serait tout aussi stupide de suggérer que l’école de commerce n’a pas d’effet sur ses diplômés. Avoir un MBA peut ne pas rendre un étudiant cupide, impatient ou contraire à l’éthique, mais les programmes explicites et cachés de l’école de commerce enseignent des leçons. Non pas que ces leçons sont reconnues quand quelque chose ne va pas bien, parce qu’alors l’école de commerce nie habituellement toute responsabilité. C’est une position délicate, car, comme le dit un éditorial d’Economist de 2009, » Vous ne pouvez pas prétendre que votre mission est d’éduquer les leaders qui changent le monde » et de vous laver les mains des actes de vos anciens élèves lorsque leur changement a un impact nuisible. »

    Après la crise de 2007, il y avait comme un jeu à se renvoyer la balle, Il n’est donc pas surprenant que la plupart des doyens des écoles de commerce essayaient aussi de blâmer les consommateurs d’avoir trop emprunté, les banquiers d’avoir un comportement si risqué, les #brebis_galeuses d’être si mauvaises et le système d’être, eh bien, le système. Qui, après tout, voudrait prétendre qu’ils n’ont fait qu’enseigner la cupidité ?

    Dans les universités les sortes de portes qui ouvrent sur le savoir sont basées sur des exclusions. Un sujet est constitué par l’enseignement de ceci et non pas de cela, de l’espace (géographie) et non du temps (histoire), des collectifs (sociologie) et non des individus (psychologie), etc. Bien sûr, il y a des fuites et c’est souvent là que se produisent les pensées les plus intéressantes, mais cette partition du monde est constitutive de toute discipline universitaire. On ne peut pas tout étudier, tout le temps, c’est pourquoi il y a des noms de départements au-dessus des portes des immeubles et des couloirs.

    Cependant, l’école de commerce est un cas encore plus extrême. Elle est bâtie sur le principe qui isole la vie commerciale du reste de la vie, mais subit ensuite une spécialisation supplémentaire. L’école de commerce assume le capitalisme, les entreprises et les managers comme forme d’organisation par défaut, et tout le reste comme histoire, anomalie, exception, alternative. Du point de vue du programmes d’études et de recherche, tout le reste est périphérique.

    La plupart des écoles de commerce sont intégrées dans des universités, et celles-ci sont généralement appréhendées comme des institutions ayant des responsabilités envers les sociétés qu’elles servent. Pourquoi, dans ce cas, supposons-nous que les filières d’études commerciales ne devraient enseigner qu’une seule forme d’organisation – le capitalisme – comme si c’était la seule façon d’organiser la vie humaine ?

    Ce n’est pas un monde agréable celui qui est produit par la gestion de marché et que l’école de commerce professe. C’est une sorte d’#utopie pour les riches et les puissants, un groupe que les étudiants sont encouragés à s’imaginer rejoindre, mais ce privilège est acheté à un coût très élevé, entraînant des catastrophes environnementales, des #guerres de ressources et des migrations forcées, des inégalités à l’intérieur et entre les pays, l’encouragement de l’#hyperconsommation ainsi que des pratiques #antidémocratiques persistantes au travail.

    Promouvoir l’école de commerce fonctionne en passant outre de ces problèmes, ou en les mentionnant comme des défis et ne pas les prendre en considération ensuite dans les pratiques d’enseignement et de recherche. Si nous voulons être capables de répondre aux défis auxquels est confrontée la vie humaine sur cette planète, nous devons faire des recherches et enseigner autant de formes d’organisation différentes que nous sommes capables d’imaginer collectivement. Pour nous, supposer que le capitalisme mondial peut continuer tel qu’il est c’est prendre la responsabilité d’emprunter la voie qui mène à la destruction. Donc, si nous voulons nous écarter du business as usual, nous devons également ré-imaginer radicalement l’école de commerce telle qu’elle est. Et cela signifie plus que des murmures pieux sur la responsabilité sociale des entreprises. Cela signifie en finir avec ce que nous avons érigé, et reconstruire.

  • Facebook and Cambridge Analytica face class action lawsuit
    https://www.theguardian.com/news/2018/apr/10/cambridge-analytica-and-facebook-face-class-action-lawsuit

    Lawyers in UK and US claim four firms allegedly misused personal data of more than 71m people British and US lawyers have launched a joint class action against Facebook, Cambridge Analytica and two other companies for allegedly misusing the personal data of more than 71 million people. The lawsuit claims the firms obtained users’ private information from the social media network to develop “political propaganda campaigns” in the UK and the US. Facebook, it is said, may initially have been (...)

    #Facebook #CambridgeAnalytica #algorithme #thisisyourdigitallife #élections #manipulation #électeurs #domination #données #BigData #publicité #marketing (...)

    ##publicité ##profiling

  • The demise of the nation state | News | The Guardian

    https://www.theguardian.com/news/2018/apr/05/demise-of-the-nation-state-rana-dasgupta

    After decades of globalisation, our political system has become obsolete – and spasms of resurgent nationalism are a sign of its irreversible decline. By Rana Dasgupta

    Thu 5 Apr 2018 06.00 BST

    What is happening to national politics? Every day in the US, events further exceed the imaginations of absurdist novelists and comedians; politics in the UK still shows few signs of recovery after the “national nervous breakdown” of Brexit. France “narrowly escaped a heart attack” in last year’s elections, but the country’s leading daily feels this has done little to alter the “accelerated decomposition” of the political system. In neighbouring Spain, El País goes so far as to say that “the rule of law, the democratic system and even the market economy are in doubt”; in Italy, “the collapse of the establishment” in the March elections has even brought talk of a “barbarian arrival”, as if Rome were falling once again. In Germany, meanwhile, neo-fascists are preparing to take up their role as official opposition, introducing anxious volatility into the bastion of European stability.

    #état_nation #libéralisme #capitalisme #mondialisation

  • Revealed : 50 million Facebook profiles harvested for Cambridge Analytica in major data breach | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/17/cambridge-analytica-facebook-influence-us-election

    Paul-Olivier Dehaye, a data protection specialist, who spearheaded the investigative efforts into the tech giant, said: “Facebook has denied and denied and denied this. It has misled MPs and congressional investigators and it’s failed in its duties to respect the law.

    “It has a legal obligation to inform regulators and individuals about this data breach, and it hasn’t. It’s failed time and time again to be open and transparent.”

    We exploited Facebook to harvest millions of profiles. And built models to exploit that and target their inner demons
    Christopher Wylie

    A majority of American states have laws requiring notification in some cases of data breach, including California, where Facebook is based.

    Facebook denies that the harvesting of tens of millions of profiles by GSR and Cambridge Analytica was a data breach. It said in a statement that Kogan “gained access to this information in a legitimate way and through the proper channels” but “did not subsequently abide by our rules” because he passed the information on to third parties.

    Facebook said it removed the app in 2015 and required certification from everyone with copies that the data had been destroyed, although the letter to Wylie did not arrive until the second half of 2016. “We are committed to vigorously enforcing our policies to protect people’s information. We will take whatever steps are required to see that this happens,” Paul Grewal, Facebook’s vice-president, said in a statement. The company is now investigating reports that not all data had been deleted.

    Kogan, who has previously unreported links to a Russian university and took Russian grants for research, had a licence from Facebook to collect profile data, but it was for research purposes only. So when he hoovered up information for the commercial venture, he was violating the company’s terms. Kogan maintains everything he did was legal, and says he had a “close working relationship” with Facebook, which had granted him permission for his apps.

    Coût de l’opération : 1 million de dollars.

    The Observer has seen a contract dated 4 June 2014, which confirms SCL, an affiliate of Cambridge Analytica, entered into a commercial arrangement with GSR, entirely premised on harvesting and processing Facebook data. Cambridge Analytica spent nearly $1m on data collection, which yielded more than 50 million individual profiles that could be matched to electoral rolls. It then used the test results and Facebook data to build an algorithm that could analyse individual Facebook profiles and determine personality traits linked to voting behaviour.

    The algorithm and database together made a powerful political tool. It allowed a campaign to identify possible swing voters and craft messages more likely to resonate.

    “The ultimate product of the training set is creating a ‘gold standard’ of understanding personality from Facebook profile information,” the contract specifies. It promises to create a database of 2 million “matched” profiles, identifiable and tied to electoral registers, across 11 states, but with room to expand much further.

    #Facebook #Cambridge_analytica

    • https://www.mediapart.fr/journal/international/190318/cambridge-analytica-le-big-brother-electoral-de-donald-trump

      L’entreprise d’analyse de données Cambridge Analytica, qui a notamment travaillé pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, est soupçonnée d’avoir recueilli sans leur consentement les informations personnelles de 50 millions d’usagers du réseau social Facebook. Le but de l’opération ? Élaborer un logiciel prédictif permettant d’influencer le vote des électeurs, comme l’ont révélé le New York Times et The Observer, l’édition dominicale du quotidien britannique The Guardian, dans une enquête commune.

      Facebook a annoncé avoir « suspendu » les accès de Cambridge Analytica de la maison mère de la société, Strategic Communication Laboratories (SCL), ainsi que ceux d’Aleksandr Kogan, psychologue à l’université de Cambridge.
      En accord avec le réseau social américain, ce dernier a convaincu, en 2014, près de 270 000 personnes de participer à un test de personnalité, lui donnant ainsi accès à leurs réponses mais aussi à leurs données Facebook (nom, géolocalisation, likes) et à celles de leurs amis, dans une mise à profit des réglages très permissifs du réseau. À partir de ces 270 000 participants, Kogan a ainsi obtenu les informations de 50 millions d’utilisateurs.

      Paul Grewal, vice-président et directeur juridique adjoint de Facebook, a annoncé vendredi dans un communiqué que le réseau social avait été trompé : « En 2015, nous avions appris qu’Aleksandr Kogan nous avait menti et avait violé la politique de la plateforme en transmettant les données récupérées sur une application utilisant une interface de connexion de Facebook à SCL/Cambridge Analytica. »

      Filiale américaine de la société britannique de marketing ciblé SCL, Cambridge Analytica aurait ensuite utilisé ces bases de données à des fins électorales. L’entreprise est connue pour sa participation à la campagne de Donald Trump mais aussi pour avoir fourni, pendant la campagne du groupe pro-Brexit Leave.EU, des solutions de collectes de données et de ciblage d’audience.

      L’entreprise a été financée à hauteur de 15 millions de dollars par Robert Mercer, un homme d’affaires américain qui a fait fortune dans les hedge funds et qui est l’un des principaux donateurs du Parti républicain.

      Selon The Observer, elle a aussi été dirigée par Steve Bannon, l’un des plus proches conseillers de Donald Trump avant d’être évincé de la Maison Blanche à l’été 2017.

  • Revealed : 50 million Facebook profiles harvested for Cambridge Analytica in major data breach
    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/17/cambridge-analytica-facebook-influence-us-election

    Whistleblower describes how firm linked to former Trump adviser Steve Bannon compiled user data to target American voters The data analytics firm that worked with Donald Trump’s election team and the winning Brexit campaign harvested millions of Facebook profiles of US voters, in one of the tech giant’s biggest ever data breaches, and used them to build a powerful software program to predict and influence choices at the ballot box. A whistleblower has revealed to the Observer how Cambridge (...)

    #CambridgeAnalytica #Facebook #algorithme #élections #manipulation #électeurs #marketing

  • Revealed: 50 million Facebook profiles harvested for Cambridge Analytica in major data breach | News | The Guardian
    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/17/cambridge-analytica-facebook-influence-us-election?CMP=twt_gu

    The data analytics firm that worked with #Donald_Trump’s election team and the winning #Brexit campaign harvested millions of F#acebook profiles of US #voters, in the tech giant’s biggest ever data breach, and used them to build a powerful software program to predict and influence choices at the ballot box.

    A #whistleblower has revealed to the Observer how #Cambridge_Analytica – a company owned by the hedge fund billionaire Robert Mercer, and headed at the time by Trump’s key adviser Steve Bannon – used personal information taken without authorisation in early 2014 to build a system that could profile individual US voters, in order to #target them with personalised political advertisements.

    Christopher Wylie, who worked with an academic at Cambridge University to obtain the data, told the Observer: “We exploited Facebook to harvest millions of people’s profiles. And built models to exploit what we knew about them and target their inner demons. That was the basis that the entire company was built on.”

    Documents seen by the Observer, and confirmed by a Facebook statement, show that by late 2015 the company had found out that information had been harvested on an unprecedented scale. However, at the time it failed to alert users and took only limited steps to recover and secure the private information of more than 50 million individuals.

  • How the most vulnerable workers are targeted for sexual abuse | News | The Guardian

    https://www.theguardian.com/news/2018/mar/13/how-the-most-vulnerable-workers-are-targeted-for-sexual-abuse

    https://i.guim.co.uk/img/media/f94a26f2524e5a9785af6bd1144b99ec2dffa2d5/587_440_3624_2174/master/3624.png?w=1200&h=630&q=55&auto=format&usm=12&fit=crop&crop=faces%2Centrop

    How the most vulnerable workers are targeted for sexual abuse

    Isolated, unprotected and scared to speak out – some workers are particularly vulnerable to harassment. Who finds the cases of sexual assault no one else is looking for?

    By Bernice Yeung

    The southern California sky dims as Vicky Márquez zooms south along Interstate 5 in her Honda SUV, with syrupy Spanish-language love songs blasting from her stereo. The satnav on her phone is directing her through a monotonous landscape of Orange County office parks, and Márquez is racing against rush hour, dodging between lanes and swerving with inches to spare. “I’m kind of a crazy driver,” she admits.

    Márquez works for a little-known non-profit organisation with the pressing goal of fighting labour exploitation among night-shift janitors – an industry that operates in obscurity, with workers sent to anonymous buildings rarely visited by government regulators. With her glasses, curled-under fringe and pastel sweater, Márquez looks more like a retired librarian than a labour rights activist. On tiptoe, she stands under 5ft tall. On this particular late winter evening, Márquez is on the road to the first of half a dozen office parks where she will make surprise visits, making sure that cleaners are being treated fairly by their bosses.

    #viol #harcèlement_sexuel #travail_précaire #vulnérabilité

  • Why Silicon Valley billionaires are prepping for the apocalypse in New Zealand | News | The Guardian

    https://www.theguardian.com/news/2018/feb/15/why-silicon-valley-billionaires-are-prepping-for-the-apocalypse-in-new-

    How an extreme libertarian tract predicting the collapse of liberal democracies – written by Jacob Rees-Mogg’s father – inspired the likes of Peter Thiel to buy up property across the Pacific

    by Mark O’Connell

    Thu 15 Feb 2018 06.00 GMT
    Last modified on Thu 15 Feb 2018 11.32 GMT

    Shares
    7,431

    If you’re interested in the end of the world, you’re interested in New Zealand. If you’re interested in how our current cultural anxieties – climate catastrophe, decline of transatlantic political orders, resurgent nuclear terror – manifest themselves in apocalyptic visions, you’re interested in the place occupied by this distant archipelago of apparent peace and stability against the roiling unease of the day.

    #haven #nouvelle-zélande