https://orientxxi.info

  • Quand Israël créait un groupe terroriste pour semer le chaos au Liban

    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/quand-un-chroniqueur-militaire-israelien-renomme-devoile-le-passe-terror

    Des choses terribles ont été faites avec le soutien de Sharon. J’ai soutenu et même participé à quelques-unes des opérations d’assassinats effectuées par Israël. Mais là nous parlons d’extermination de masse, juste pour tuer et pour semer le chaos et l’effroi chez les civils. Depuis quand envoyons-nous des ânes chargés de bombes dans des marchés pour qu’ils explosent ?


  • En Israël, les trois dimensions d’une dérive fascisante | Dominique Vidal
    https://orientxxi.info/magazine/en-israel-les-trois-dimensions-d-une-derive-fascisante,2542

    Les dérives autoritaires et fascisantes de l’État d’Israël sont largement sous-estimées par les médias et les responsables politiques européens. Pourtant, elle sont réelles et porteuses de dangers pour tout le Proche-Orient. Beaucoup de lecteurs du Monde auront été surpris de découvrir, sous la plume de l’historien Zeev Sternhell, spécialiste éminent du fascisme, une comparaison entre l’Israël d’aujourd’hui et l’Allemagne des débuts du nazisme. C’est que la plupart des grands médias ont peu couvert (...) Source : Orient XXI


  • Yves Lacoste, géographe en casque postcolonial

    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/yves-lacoste-geographe-en-casque-postcolonial,2530

    En couverture d’Aventures d’un géographe (Des Équateurs, avril 2018) est reproduite la carte d’Al-Idrissi, qui vécut à Fès, ville de naissance d’Yves Lacoste. Géographe arabe du XIIe siècle, Al-Idrissi conçut sa carte en orientant le nord en bas et le sud en haut. Or, la carte originale a ici été renversée afin de la conformer aux canons de la cartographie occidentale. Les toponymes arabes y apparaissent donc à l’envers. Deux noms y ont été ajoutés, en français, ceux d’Hérodote et d’Ibn Khaldoun. Le graphiste a ainsi bien résumé la géographie d’Yves Lacoste : loin de servir à faire la guerre, elle sert à transformer son objet d’étude afin de le rendre conforme à une vision préétablie.

    Né en 1929, Yves Lacoste est un des rares géographes à avoir eu accès à la notoriété. Pionnier de la géopolitique française, il a fondé la revue Hérodote et publié chez Maspero La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre en 1976. Première analyse critique de la fonction idéologique de la géographie, ce livre séduisant dressait la perspective d’en finir avec une géographie des professeurs, « discipline embêtante mais somme toute bonnasse. »


  • Quand Israël créait un groupe terroriste pour semer le chaos au Liban
    par Rémi Brulin | 20 juin 2018
    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/quand-un-chroniqueur-militaire-israelien-renomme-devoile-le-passe-terror

    Dans les années 1979-1982, le gouvernement israélien a créé au Liban une organisation qui a commis de très nombreux attentats terroristes. Dans son livre, Rise and Kill First : The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations le chroniqueur militaire israélien Ronen Bergman revient, entre autres, sur cet épisode qui reste largement occulté.

    cette version française est écrite par l’auteur Rémi Brulin, il y avait des traductions de son texte en anglais : La remarquable occultation de la campagne israélienne d’attentats à la voiture piégée au Liban ou : Ce dont nous (ne) parlons (pas) quand nous parlons de terrorisme https://seenthis.net/messages/695020


  • Des bateaux pour Gaza interdits à Paris
    https://orientxxi.info/magazine/des-bateaux-pour-gaza-interdits-a-paris,2514

    Deux bateaux pour Gaza ont été interdits d’accoster à Paris par la préfecture, dimanche 17 juin. « Ils font partie de la flottille internationale de la liberté qui tous les deux ans environ tente de briser le blocus illégal de Gaza », dit Claude Léostic, coordinatrice en France pour la flottille pour Gaza. « On est dans une dérive extrêmement grave de l’État français. Ici ils interdisent des bateaux qui ont une vocation pacifique. La politique française actuelle prend une tournure qui est extrêmement inquiétante. »
    Chris den Hond

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Palestine. La flottille pour Gaza empêchée d’accoster à Paris

    https://www.humanite.fr/palestine-la-flottille-pour-gaza-empechee-daccoster-paris-656924
    Pierre Barbancey - Lundi, 18 Juin, 2018

    https://www.youtube.com/watch?v=jE4_WpJid94

    (...) Les bateaux encadrés de Zodiac de la police
    Les ordres de la préfecture ont d’abord été une interdiction pour les bateaux de traverser Paris avec des banderoles pour Gaza et des drapeaux palestiniens déployés. Puis, il a été notifié aux commandants des deux embarcations qu’ils ne pourraient pas accoster.

    Au même moment, sur le quai devant le jardin Tino-Rossi, en contrebas de l’Institut du monde arabe (IMA), des dizaines de personnes se rassemblaient pour accueillir comme il se doit les bateaux et apporter leur soutien à l’opération. Elles étaient pratiquement encerclées par des policiers style Robocop – si l’un d’entre eux, lourdement harnaché, tombait dans la Seine, il était fort à parier qu’il aurait coulé aussitôt. Surprise, quand enfin les bateaux étaient en vue, ils étaient encadrés de Zodiac de la police les poussant le plus possible vers le milieu du fleuve. Selon un des membres de l’équipage de la flottille, les policiers s’amusaient même à faire le plus de vagues possible pour les faire gîter un peu plus, voire les mouiller.

    Sur le quai, donc, les slogans ont commencé à jaillir. En soutien à Gaza et à la flottille, mais également pour dénoncer l’attitude du gouvernement français. L’ambassade d’Israël fait pression depuis des jours pour obtenir l’interdiction de cette traversée de Paris. Ce fut déjà le cas à La Rochelle, pour un bateau qui va rejoindre la Méditerranée via le détroit de Gibraltar. L’attitude d’Emmanuel Macron n’est guère étonnante, moins de deux semaines après avoir reçu Benyamin Netanyahou en grande pompe.

    Ce qu’a d’ailleurs dénoncé Camille Lainé, secrétaire générale des Jeunes communistes, qui a pris la parole et appelé à des sanctions de la part de la France contre Israël. Le député FI Éric Coquerel, tout comme la sénatrice Verts Esther Benbassa étaient également présents pour dénoncer la politique israélienne et l’attitude française.

    Tous les bateaux de la flottille doivent maintenant se retrouver en Méditerranée, comme l’a annoncé Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS). «  Cette flottille est là pour montrer aussi le côté monstrueux du blocus imposé par les Israéliens  », a-t-il dit. Jack Lang, président de l’IMA, était également présent, avec Leïla Shahid, ancienne ambassadrice de Palestine en France et auprès de l’UE.

    #GAZA



  • Au #Maroc, un #boycott surprise contre la #vie_chère - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2018/06/05/au-maroc-un-boycott-surprise-contre-la-vie-chere_1656798
    #pouvoir_d_achat

    suivi par 42% de la population !

    D’abord, Aziz Akhannouch, propriétaire de la société de distribution de carburant Afriquia, est aussi ministre de l’Agriculture, milliardaire et proche du roi. Ensuite, Miriem Bensalah-Chaqroun, à la tête des Eaux minérales d’Oulmès, distributeur de Sidi Ali, est l’ancienne présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc, l’équivalent du Medef en France. « La campagne de boycott est l’expression d’un ras-le-bol généralisé qui s’inscrit dans la suite des protestations du Rif, de Zagora et de Jerada [trois régions qui ont connu des mouvements sociaux ces dernières années, ndlr] », estime Omar Balafrej, député de la Fédération de la gauche démocratique, qui soutient le boycott.

    • https://orientxxi.info/magazine/maroc-les-patrons-de-sa-majeste-boycottes-par-le-peuple,2487

      Un récent communiqué de Transparency Maroc (19 mai) résume bien la situation : « L’analyse d’un tel mouvement à travers le seul facteur des prix est forcément réductrice. C’est toute la gouvernance d’une économie minée par la rente, la corruption et l’interférence du pouvoir politique avec celui de l’argent, qui est visée. Ce mouvement prolonge les contestations du #Rif, de #Zagora et de #Jerada, qui ont porté des revendications sociales et économiques basiques et se sont retrouvées en butte à une forte répression. Le succès évident de l’appel au boycott exprime un malaise profond en même temps qu’une prise de conscience citoyenne et interpellent, en premier lieu, les pouvoirs publics. »

      Dans son épicerie du quartier Mabella, Lahcen attend toujours que les camions de Sidi Ali, d’Oulmès et ceux de la Centrale laitière le débarrassent de la marchandise. En vain. « Hier mon cousin, qui a une épicerie pas loin d’ici, m’a informé qu’ils ne récupèrent plus les invendus. Il m’a conseillé de ne plus en prendre et c’est ce que je vais faire, en attendant la fin de cette mouqataa … »


  • Le Maroc, « Le Point » et OrientXXI

    « Le Point » a intenté un procès à OrientXXI et « Arrêt sur images » concernant des articles dénonçant les étranges relations entre des journalistes français et le pouvoir marocain. Les plaignants ont été déboutés en mars dernier mais ont décidé de faire appel. Cela signifie pour nous, structure indépendante, une charge matérielle et financière supplémentaire particulièrement lourde. Nul doute que certains cercles au Maroc, furieux contre les articles que nous avons publiés sur les dérives dans ce pays, s’en réjouiront.

    Vous pouvez exprimer votre soutien en participant à notre campagne de dons
    https://orientxxi.info/magazine/donnez-un-nouveau-souffle-a-orient-xxi,2481

    Et vous trouverez ci-dessous la réaction de Daniel Schneidermann sur ce qu’il appelle « un procès bâillon »

    Procès-bâillon : Gernelle, du Point, notre Bolloré à nous ! par Daniel Schneidermann | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/la-vie-du-site/proces-baillon-gernelle-du-point-notre-bollore-a-nous

    On dirait bien que nous avons aussi notre procès-bâillon. Comme les autres. Comme tous les medias, à qui Bolloré intente des poursuites-bâillon. Comme notre confrère Tristan Waleckx, de France 2, que nous recevions ici, et qui vient d’être relaxé dans une des poursuites que lui intentait, justement, à propos du Cameroun, Bolloré (deux autres restent pendantes).

    Sauf que pour notre part, ce n’est pas un milliardaire qui nous attaque. Ce sont des confrères. Des journalistes. Précisément, M. Etienne Gernelle, directeur du Point, et Mme Mireille Duteil, journaliste retraitée du Point.

    Je vous ai déjà parlé de ce procès que nous a intenté Le Point, pour une chronique de mon crû, concernant la corruption par le Maroc de journalistes français. C’était en mars dernier, et nous étions poursuivis aux côtés du site Orient XXI. Le Point a été débouté. Le réquisitoire de la procureure, concluant à notre relaxe, a été implacable : pas l’ombre de la moindre trace d’une diffamation dans la chronique poursuivie. Comme le jugement qui l’a suivi (texte intégral ci-dessous).

    Ils ont tenté, ils ont perdu : on pouvait espérer que la direction du magazine s’en tiendrait là. Eh bien non. Nous apprenons que M. Etienne Gernelle et Mme Mireille Duteil viennent de faire appel. Eux qui, courageux mais pas téméraires, n’avaient pas fait l’effort de se déplacer à la première audience (dommage, c’est avec profit qu’ils auraient pu écouter le réquisitoire). Comment interpréter cet appel, autrement que comme un acharnement à notre égard ? Même lorsqu’on le gagne à la fin, un procès, c’est du temps, de l’argent, de l’énergie. Si vous souhaitez, à cette occasion, nous manifester votre soutien, vous pouvez nous faire un don, sur notre page du site J’aime l’info (c’est ici).

    Dans la foulée, M. Gernelle et Mme Duteil font aussi appel du jugement contre nos co-poursuivis du site Orient XXI. A eux aussi, cet acharnement va occasionner des frais, comme à nous. Si vous souhaitez leur manifester votre soutien, c’est par ici).

    GERNELLE POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

    Ces derniers jours, on a vu sur tous les écrans Etienne Gernelle, du Point. Amplement soutenu par nombre de confrères, il réagissait à « l’attentat contre la liberté d’expression », qu’avait constitué le retrait d’une affiche reproduisant une couverture du Point dans un kiosque du Sud de la France, sous la pression de petits groupes de militants turcs pro-Erdogan. 

    De tout coeur, nous sommes solidaires du Point dans cette affaire. La liberté de la presse ne se divise pas. Il est bon qu’elle s’exerce à l’égard d’ Erdogan. Il est tout aussi bon qu’elle s’exerce à l’égard des medias, même les plus puissants.

    NOUS NON PLUS, ETIENNE !


  • Donnez un nouveau souffle à Orient XXI !

    https://orientxxi.info/magazine/donnez-un-nouveau-souffle-a-orient-xxi,2481

    Les récentes décisions de Donald Trump concernant Israël et l’Iran prouvent à nouveau, de manière dramatique, la nécessité de développer un dialogue intelligent et une meilleure compréhension entre Orient et Occident. C’est l’objectif d’Orient XXI : un site qui permet de mieux se comprendre.

    Orient XXI connaît depuis son lancement en octobre 2013 une croissance très soutenue. Nos articles sont lus par des centaines de milliers de lecteurs, en France, mais aussi au Maghreb, en Europe et dans le monde. Pour un site d’information exigeant, expert et indépendant, le résultat dépasse largement nos prévisions. Il exprime avant tout un besoin : celui d’être informé, sans simplisme, sans suivisme et sans fake news.

    UN NOUVEAU SITE POUR UNE NOUVELLE ÉTAPE

    C’est pourquoi, comme nous vous l’avions annoncé, nous travaillons depuis plusieurs mois à une nouvelle version du site. Elle sera mise en ligne à l’occasion du cinquième anniversaire d’Orient XXI le 1er octobre prochain. Notre objectif est de créer une offre plus riche, plus conviviale, plus proche de vos attentes. Nous lancerons également une enquête de lectorat afin d’enrichir notre réflexion.

    DONNEZ-NOUS LES MOYENS DE VOS AMBITIONS !

    Pour financer cette nouvelle formule et permettre à Orient XXI de rester indépendant, nous vous sollicitons pour une somme de 20 000 euros destinée à financer le travail de journalistes de terrain, les traductions de nos articles (nous publions en arabe, en anglais et en farsi) qui sont de plus en plus lues, à faire vivre notre journal au quotidien et à assurer son avenir.

    Il n’y a pas de petits dons. Tous nous seront utiles. Nous vous remercions par avance pour vos contributions.

    FAIRE UN DON

    Par carte bancaire, via PayPal

    Par chèque
    à l’ordre de « Association Orient XXI » expédié à l’adresse :
    Orient XXI
    c/o iReMMO
    7, rue des Carmes
    75005 Paris
    Par virement bancaire
    Crédit mutuel
    IBAN (International Bank Account Number) : FR76 1027 8060 4300 0206 6830 137
    BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFR2A
    Les personnes assujetties à l’impôt sur le revenu en France peuvent bénéficier d’une déduction fiscale de 66 % du montant de leur don dans la limite de 20 % du revenu imposable pour les particuliers ; de 60 % du montant des versements pour les entreprises. Exemple : si un particulier fait un don de trois euros, il peut bénéficier d’une réduction fiscale de deux euros (articles 200 et 238 bis du Code général des impôts).

    Vous recevrez un reçu fiscal de notre part, à envoyer au trésor public.


  • Comprendre les printemps arabes, par alain gresh @orient

    « Revolution without Revolutionaries » d’Asef Bayat · Que s’est-il vraiment passé ? Comment en est-on arrivé là ? Sept ans après leur déclenchement, que reste-t-il des révolutions arabes ? Autant de questions que pose le sociologue Asef Bayat et auxquelles il apporte des réponses originales dans un ouvrage parfois décousu, mais assurément l’un des plus stimulants qui aient été écrits sur le sujet. Chercheur reconnu, l’auteur a vécu deux moments révolutionnaires dans la région, à Téhéran avec la chute du chah en 1978-1979 et au Caire en 2011-2012, ce qui fait de lui un témoin privilégié, qualifié pour dresser un tableau comparatif de ces deux expériences.

    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/comprendre-les-printemps-arabes,2459

    En 1979, en Iran, l’idée de « révolution » disposait d’un fort écho dans de larges segments de la population, modernes ou traditionalistes. Elle était implantée aussi bien chez les marxistes que dans l’islam politique, portée par la figure emblématique d’Ali Shariati, un penseur islamo-marxiste. La chute du chah a coïncidé avec l’effondrement de l’appareil étatique et le développement d’un mouvement social fait d’occupations de terres, de logements, d’usines. Les idéaux républicains, mélange d’affirmation de la souveraineté populaire et d’aspiration à la justice sociale embrasaient les esprits.

    Le monde vivait alors le temps des révolutions, notamment dans ce qu’on appelait alors le tiers-monde, du Yémen à la Palestine, de l’Amérique latine aux colonies portugaises. Une époque marquée par la victoire du peuple vietnamien sur les États-Unis et par l’effondrement des derniers débris des empires coloniaux. Toutes ces luttes nourrissaient l’imaginaire intellectuel des révolutionnaires iraniens, qu’ils soient marxistes ou religieux. L’hostilité aux puissances occidentales, en premier lieu les États-Unis, était générale et l’hégémonie des idées socialistes s’affirmait dans de nombreux domaines. Même des mouvements comme les Frères musulmans, bien moins radicaux que leurs homologues iraniens, prônaient « le socialisme islamique ». Transformations politiques et transformations économiques et sociales étaient profondément liées.


  • Ce que révèle la « marche du retour » de Gaza
    Orient XXI > Asma Alghoul > 23 mai 2018
    https://orientxxi.info/magazine/ce-que-revele-la-marche-du-retour-de-gaza,2474

    Les massacres du 14 mai commis par l’armée israélienne ont marqué le point culminant et dramatique de la « marche du retour » à Gaza. Les mobilisations ont confirmé la prise de distance des Palestiniens à l’égard de leurs directions, et notamment à l’égard de Mahmoud Abbas. Selon la journaliste palestinienne, ils posent les bases d’une nouvelle étape de la lutte nationale.

    • @sinehebdo
      https://seenthis.net/messages/696835

      In the West Bank, on 23 May 2018, medical sources at al-Najah University Hospital in Nablus declared the death of ‘Oday Abu Khalil (15) from ‘Ein Siniya village, north of Ramallah, succumbing to his wounds. According to PCHR’s investigations, on 15 May 2018, the abovementioned child was wounded during his participation in a peaceful protest at the northern entrance to al-Bireh in commemoration of Palestinian Nakbah Day, against the relocation of the U.S. Embassy in Jerusalem and the Israeli crimes in the Gaza Strip.

      ““““““““““““““““““““““““““““““
      Weekly Report On Israeli Human Rights Violations in the Occupied Palestinian Territory (10 – 16 May 2018)
      http://pchrgaza.org/en/?p=10873

      (...) In addition to the abovementioned injuries, During the reporting period, 51 other civilians, including 4 children, 2 women and 2 journalists, were wounded after the Israeli forces opened fire at them and fired tear gas canisters directly during peaceful protests and stone-throwing at the Israeli soldiers stationed at the entrances to the Palestinian communities in the West Bank. Those demonstrations came in the light of demonstrations organized by Palestinian civilians in protest at Trump’s decision to recognize Jerusalem as the capital of Israel, the Israeli forces’ ongoing settlement crimes, confiscation of Palestinian lands, and Israeli forces’ crimes against the peaceful demonstrations organized by the Palestinians along the eastern borders of the Gaza Strip.

      Incursions:

    • Merci, je cite cet extrait de l’article du Monde :

      « Nous vivons une nouvelle Nakba ! Ce déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem et tous les “martyrs” de Gaza auraient dû nous réveiller. On aurait dû être bien plus nombreux aujourd’hui », regrette un homme de 37 ans, venu faire acte de présence. Employé dans l’administration de l’autorité palestinienne, il souhaite conserver l’anonymat : « Depuis la mort d’Arafat, nous n’avons pas de chef capable de nous réunir autour de lui pour lutter. Nous n’avons plus confiance dans notre leadership. Maintenant, c’est chacun pour soi. »

      La colère rentrée des Palestiniens de Cisjordanie
      Allan Kaval, Le Monde, le 17 mai 2018

      #Cisjordanie


  • Une remarque en passant : il existe une expression, utilisée systématiquement dans nos médias, pour expliquer pourquoi des gens continuent à manifester sans armes malgré la violence de la répression. Combien de fois n’a-t-on lu ou entendu l’expression « Le mur de la peur est tombé », depuis 2011 notamment ?

    Et voilà des milliers de gazaouites qui continuent de manifester, avec un courage invraisemblable, malgré les snipers qui les tuent et les estropient. Mais apparemment, aucun média de notre presse libre et de qualité n’a trouvé un·e Palestinien·ne pour utiliser cette tournure pourtant parfaitement appropriée : « À Gaza, le mur de la peur est tombé ».

    Ce qui me laisse penser (sans doute ai-je tort), que cette expression médiatique n’est rien de plus qu’un élément de langage préfabriqué, livré par des spécialistes de la communication, pour être mis dans la bouche d’« opposants » que nous trouvons acceptables. C’est-à-dire : pas les Palestinien·nes.


  • Loin du Hamas, un printemps palestinien à Gaza
    Orient XXI > Asmaa Alghoul > 14 mai 2018
    https://orientxxi.info/magazine/loin-du-hamas-un-printemps-palestinien-a-gaza,2455

    (...) Les zones frontalières de Gaza qui jusqu’à récemment étaient presque entièrement abandonnées font les gros titres de la presse internationale depuis la Journée de la terre le 30 mars, date de la première Marche du retour. Une initiative populaire, indépendante et sans armes, indépendante des partis politiques de Gaza. Si certains individus ou partis ont essayé de s’y rattacher en fournissant de la nourriture ou des tentes, ces tentatives ont été minimes et se sont rapidement révélées importunes.

    Les gens s’expriment pour la première fois en onze ans, depuis que la décision a été prise au niveau international d’imposer un siège à Gaza. Et ce qu’ils disent surprend tout le monde, pas seulement le Hamas. Les appels à protester circulant sur les réseaux sociaux se sont certes révélés trop faibles pour rassembler tous les vendredis des dizaines de milliers de personnes (ainsi qu’un plus petit nombre les autres jours de la semaine), mais nous ne devrions plus être surpris par ce que font les masses. Tout le monde a appris une leçon importante au cours du Printemps arabe : quand les gens semblent avoir perdu tout espoir tout espoir, leur énergie refoulée peut soudainement se libérer. (...)

    #marcheduretour


  • Donald Trump pérore, Israël frappe en Syrie
    https://orientxxi.info/magazine/donald-trump-perore-israel-frappe-en-syrie,2453

    À l’évidence, Poutine n’est pas dérangé par le fait qu’Israël tente de limiter les capacités d’action iraniennes en Syrie. De là à lâcher complètement son alliance avec Téhéran ? Cela paraît peu plausible. Reste que la décision calamiteuse de Trump de mettre à bas le JCPOA a ouvert au #Proche-Orient un nouveau « Grand Jeu »4 dont de multiples éléments ne sont pas encore en place.


  • Du #Yémen au #Liban, les offensives douteuses de l’#Arabie_saoudite
    https://orientxxi.info/magazine/du-yemen-au-liban-les-offensives-douteuses-de-l-arabie-saoudite,2430

    Quelle était la légitimité constitutionnelle de Hadi en mars 2015 ? S’il a réellement demandé aux Saoudiens d’intervenir en son nom dans un conflit local, cette demande aurait été faite après l’expiration, le 21 février 2015, du prolongement de son mandat pour un an. Ce prolongement, en outre, avait été accordé dans le cadre de la Conférence de dialogue national (CDN), un organe non législatif, et n’avait pas été ratifié par le Parlement. Hadi n’aurait pas été autorisé à demander à une puissance étrangère de rétablir son gouvernement par la force sans consulter le Parlement yéménite, comme l’exige la Constitution. Il semblerait que dans le cadre de la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies, publiée le 14 avril 2015 alors que l’Arabie saoudite avait déjà commencé à attaquer le Yémen le 25 mars, la communauté internationale était prête à reconnaître la présidence de Hadi aussi longtemps que nécessaire pour installer un nouveau gouvernement3.
    Pour légitimer son intervention au Yémen, l’Arabie saoudite avait besoin de l’aval de Hadi, ce qui lui a permis par la suite de demander au Conseil de sécurité de l’ONU d’invoquer l’article 51 de la Charte des Nations unies (droit de légitime défense collective).

    L’obtention de la signature de Hadi et la pétition au Conseil de sécurité de l’ONU étaient des exercices d’autorité bureaucratique de style wébérien. Étudiant la documentation des généalogies saoudiennes dans le processus de consolidation de l’État, Nadav Samin4 affirme que le texte est devenu « le pivot autoritaire autour duquel tournait auparavant une vie culturelle orale ». Ce que Samin dit de la signification généalogique objectivée est également vrai pour la fétichisation des signatures et des scripts pré-écrits qui forment la base des autodéclarations. « Agissant comme un État », selon l’analyse de James Scott sur les États modernes (2002), l’Arabie saoudite utilise désormais des documents non seulement pour donner une existence écrite à ses citoyens-sujets, mais aussi pour remodeler l’ordre politique dans la région.

    #ONU « #communauté_internationale » #violations


  • Face à Trump, l’Europe peut encore sauver l’accord sur le nucléaire iranien | Robert Malley
    https://orientxxi.info/magazine/face-a-trump-l-europe-peut-encore-sauver-l-accord-sur-le-nucleaire-irani

    La décision du président Donald Trump de se retirer de l’accord signé sur le nucléaire iranien pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’avenir du Proche-Orient. Raison pour laquelle l’Europe doit faire tout ce qui est possible pour le sauver. De toutes les nombreuses décisions guidées par l’obsession de Donald Trump de détricoter l’héritage de Barack Obama, le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien est sans doute celle qui aura les conséquences les plus lourdes pour les (...) Source : Orient XXI


  • En Cisjordanie, les checkpoints de la honte
    https://www.bastamag.net/En-Cisjordanie-les-checkpoints-de-la-honte

    Chaque matin avant l’aube, des milliers de Palestiniens habitant en Cisjordanie se rendent sur leurs lieux de travail situés en territoire israélien, dans les colonies, ou encore à Jérusalem-Est. Quelle que soit la destination, une étape est incontournable pour tous ces palestiniens employés « de l’autre côté » : les points de contrôle mis en place par les forces d’occupation israéliennes. Marquée par la multiplication des vérifications, souvent effectuée sans infrastructures dignes, l’attente y est (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Proche_et_Moyen_Orient, #Reportages, #Atteintes_aux_libertés, #Discriminations, Droits (...)

    #Droits_fondamentaux


  • Antisémitisme. Offensive orchestrée contre Jeremy Corbyn au Royaume-Uni
    Jonathan Cook > 8 mai 2018 > Traduit de l’anglais par Pierre Prier.
    https://orientxxi.info/magazine/antisemitisme-offensive-orchestree-contre-jeremy-corbyn-au-royaume-uni,2

    (...) En réalité, dix-huit mois auparavant, la commission parlementaire britannique des affaires intérieures n’avait trouvé « aucune preuve fiable et concrète » que le Parti travailliste souffrirait d’un problème d’antisémitisme plus important que dans toute autre formation politique. Ces accusations doivent néanmoins être comprises dans un contexte plus large : celui d’une réaction contre la présence de Corbyn à la tête du Labour. Depuis son élection surprise par les membres du parti, il y a près de trois ans, il est la cible d’attaques incessantes de la part des médias britanniques, y compris la BBC et le journal de gauche The Guardian.

    Sa « faute » principale semble d’appartenir à l’époque d’avant Margaret Thatcher, avant que la dirigeante conservatrice n’impose au monde politique britannique une orthodoxie néolibérale qui a conduit le parti travailliste de Tony Blair à se réinventer en New Labour, renonçant à ses racines socialistes et même à son socle social-démocrate. L’élection de Jeremy Corbyn à la tête du Labour a entraîné un afflux de nouveaux membres, ce qui en fait aujourd’hui le plus grand parti politique d’Europe occidentale. Mais les députés, pour la plupart survivants de l’ère Blair, sont entrés dans une révolte quasi permanente, exigeant même en 2016 une nouvelle élection pour la direction du parti, que Jeremy Corbyn a de nouveau remportée haut la main. (...)



  • Cinq stratagèmes pour générer des revenus dans le monde arabe...

    https://orientxxi.info/magazine/cinq-stratagemes-pour-generer-des-revenus-dans-le-monde-arabe,2418

    La troisième place revient à une variante de la manœuvre « penser global, agir local ». Les petits pays doivent en effet être créatifs pour espérer générer des revenus conséquents. Des pays européens comme le Liechtenstein, le Luxembourg et même les Pays-Bas ont trouvé leur veine en tant que paradis fiscaux, mais ce genre d’opportunité reste limité dans des États fragiles ou autocratiques. Djibouti a mis au point une nouvelle façon d’aborder le problème. Bien que manquant de terres arables, le pays dispose d’un littoral sablonneux le long du très fréquenté golfe d’Aden. Celui-ci se situe également à deux pas des conflits au Yémen, en Somalie et au Soudan du Sud. Djibouti a ainsi su capitaliser sur cet emplacement en louant des terres à des armées étrangères. Il accueille aujourd’hui des bases militaires de la France, de l’Italie, du Japon, de l’Arabie saoudite, des États-Unis et de la Chine. Ne voulant pas être en reste, l’Inde, la Russie et la Turquie semblent également intéressées. Les bases les plus chères rapporteraient, selon les rumeurs, dans les 20 à 100 millions de dollars (16,3 à 82 millions d’euros) par an. L’ensemble de ces sommes pourrait bien générer la moitié des recettes annuelles du gouvernement. Une seconde alternative pour les pays plus grands consiste à devenir un allié militaire privilégié des États-Unis — pensons au Pakistan, à Israël ou à l’Égypte — ce qui leur garantit des milliards en aide militaire directe, quelle que soit la qualité de leur gouvernance.