ce cinéaste défie les César

/la-majorite-des-films-sont-des-leche-po

  • « La majorité des #films sont des lèche-pompes à fric » : ce cinéaste défie les César
    https://www.nouvelobs.com/cinema/20180301.OBS2940/la-majorite-des-films-sont-des-leche-pompes-a-fric-ce-cineaste-defie-les-

    Bouhnik ne fait pas dans la demi-mesure. Il déteste comme il aime, avec ferveur. Parmi ses enthousiasmes : « Le Caire confidentiel », de Tarik Saleh, « Barbara », de Mathieu Amalric, « Grave », de Julia Ducournau, « 120 Battements par minute », de Robin Campillo, « la Belle et la Meute », de Kaouther Ben Hania, « Petit Paysan », d’Hubert Charuel, « Corniche Kennedy », de Dominique Cabrera, et « Faute d’amour », d’Andreï Zviaguintsev, qui lui inspire cette confraternelle injonction :
    ""Desplechin, lâche tes courgettes et fonce au cinéma. Apprends, pour une fois !""

    Parmi ses followers, deux réalisateurs qui ont un film dans le coffret, Stéphanie Pillonca-Kervern et Chad Chenouga, écrivent un petit mot sur son mur pour exprimer leur crainte de son verdict. De « Fleur de tonnerre », celui de la première, il écrit :
    ""Cette réalisatrice doit être sous l’emprise du trichloréthylène… Qui peut financer un truc pareil ?""

    En revanche, « De toutes mes forces », du second, le chamboule : sa « trace restera brûlante dans votre mémoire », prévient-il.

    #cinéma

    • S’il est une critique de cinéma qui mériterait de passer à la postérité, c’est bien celle-ci (à propos de « M » de Sara Forestier) :

      « Ce film, c’est un peu comme de la harissa dans le cul d’un cheval. Il t’embarque fort, puis te jette sans prévenir. »