https://www.huffingtonpost.fr

  • Les variants du Covid pourraient prendre le noms des constellations étoiles selon l’OMS | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-variants-du-covid-pourraient-prendre-le-noms-des-constellations-e

    Dans une entrevue publiée le mois dernier par The Telegraph, Maria Van Kerkhove, responsable technique à l’OMS de la lutte contre le Covid-19, annonçait être déjà à la recherche de nouvelles appellations du virus. En effet, face à la dynamique mutagène Sars-Cov2, les 24 lettres de l’alphabet grec semblent être bien limitées.

    “Nous allons peut-être manquer de lettres grecques, mais nous examinons déjà la prochaine série de noms, a déclaré Maria Van Kerkhove, nous envisageons en fait des constellations d’étoiles.” Les variants prochains pourraient ainsi prendre le nom de “Bélier”, “Gémeaux” ou “Orion”.

    D’autres alternatives étaient aussi sur la table, comme l’emploi du nom des dieux et déesses grecs, finalement évincé en partie en raison de problèmes de prononciation.

    Les mutations virales sont chose courante, et le Sars-Cov2 n’a pas fini d’évoluer. S’il est possible qu’il y ait plus de souches clés que de lettres disponibles, la combinaison de mutations qui va permettre à un variant de s’imposer est quant à elle très difficile à prévoir.

  • ♪ Buvons, buvons, buvons le sirop Typhon, Typhon, Typhon
    L’universelle panacée, eh ! Eh !
    A la cuillère ou bien dans un verre, rien ne pourra nous résister. ♫

    Israël proche d’un reconfinement ? Ce qu’il faut en comprendre | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/israel-proche-dun-reconfinement-ce-quil-faut-en-comprendre_fr_611a69e

    Le pays jadis envié pour sa campagne vaccinale, une des plus rapides au monde, n’exclut plus de reconfiner, “une mesure de dernier recours”, selon Bennett. Loin de remettre en cause les vaccins, la conjoncture en Israël illustre l’importance de vacciner le plus possible, à l’heure où la campagne vaccinale française ralentit.

  • Anti-pass sanitaire : a-t-on déjà vu un mouvement social perdurer l’été ? | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/anti-pass-sanitaire-a-t-on-deja-vu-un-mouvement-social-perdurer-lete_

    Sans doute par le caractère pressant d’un combat qui ne se joue pas uniquement sur le lieu de travail. Les opposants à la politique d’Emmanuel Macron face au Covid-19, comme les grévistes de l’été 1953, quand le gouvernement de centre-droit voulait réformer par décret-loi, luttent contre une disposition immédiate. Ajouté à cela que la question du pass sanitaire “crée une radicalisation que la France n’avait pas connue avec les autres épisodes de la crise sanitaire, comme le confinement”, constate Danielle Tartakowsky.

    Pour elle, la fronde actuelle -qui s’observe également à l’étranger- répond à une “conjonction” de plusieurs facteurs et colères. “En France, on voit à la fois un phénomène de rejet du vaccin ou du pass en lui-même qui se conjugue avec le rejet très fort des méthodes politiques d’Emmanuel Macron”, note l’historienne.

    Un mouvement qui s’inscrit dans une “grande instabilité politique et sociale au sens large”, selon ses mots. “Cela fait plus de deux ans qu’un mouvement en remplace un autre. On est sur des sables mouvants, avec des mobilisations qui se succèdent sans discontinuer sur plus de la moitié du quinquennat”, rappelle la spécialiste. Une situation, là encore, “jamais vue.”

  • Pass sanitaire : le médecin Jean-Paul Hamon explique pourquoi il a délivré des faux | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pass-sanitaire-le-medecin-jean-paul-hamon-explique-pourquoi-il-a-deli

    Pour trois personnes qui n’arrivaient pas à générer un pass alors qu’elles y étaient éligibles, le généraliste assume clairement avoir produit des faux pour pallier les lacunes de l’administration.

    Par Paul Guyonnet

    Le président d’honneur de la Fédération des médecins de France Jean-Paul Hamon s’est justifié d’avoir produit de faux pass sanitaires au motif qu’il l’a fait pour des individus qui auraient normalement dû pouvoir en bénéficier. Une manière aussi de dénoncer les lacunes de l’administration.

    CORONAVIRUS - La séquence a fait grand bruit mercredi 11 août. Interrogé dans l’après-midi sur BFMTV, le médecin généraliste et président d’honneur de la Fédération des médecins de France Jean-Paul Hamon racontait avoir récemment produit de faux pass sanitaires, une manière de pallier les lenteurs et les lourdeurs administratives liées à l’obtention du document.

    Sur BFMTV, le médecin avait ainsi détaillé le profil des personnes pour lesquelles il avait produit ces pass sanitaires valides. Les deux premières arrivaient de Singapour, et Jean-Paul Hamon assure qu’il les savait vaccinées et qu’il avait même eu accès aux références des lots de vaccins qu’elles avaient reçues.
    “J’ai simplement repris la vaccination à mon compte”

    La troisième personne, elle, “sortait de réanimation” et ne parvenait pas à obtenir le précieux sésame, entre la difficulté d’obtenir un certificat de rétablissement et l’impossibilité de se faire vacciner suffisamment rapidement, comme le racontait encore le médecin. “Comme c’est quelqu’un en qui j’ai confiance et qui est tout à fait raisonnable, j’ai été obligé de lui faire un faux pass de vaccination terminée en lui prenant par ailleurs un rendez-vous pour le mois de septembre”, décrivait-il sur BFMTV.

    “Mais franchement, ce serait bien que la Sécu et le gouvernement simplifient l’obtention de ces pass”, terminait le généraliste . Des propos qu’il a explicités pour franceinfo ce jeudi 12 août.

    “Il s’agissait de trois personnes éligibles au pass sanitaire, qui ne parvenaient pas à le télécharger”, précise d’emblée le médecin. Concernant les deux arrivants de Singapour, il détaille leur situation : “Elles ont été vaccinées au Pfizer-BioNTech (à Singapour, ndlr). Après une demi-heure à m’écharper en essayant de débloquer leur pass sanitaire, j’ai abandonné et fait comme si je les avais vaccinées moi-même.” C’est ainsi que Jean-Paul Hamon a repris “les numéros de lot du vaccin, les dates exactes de vaccination... Toutes les informations étaient correctes, j’ai simplement repris la vaccination à mon compte.”
    “Qu’est-ce que j’aurais dû faire ?”

    Pour l’autre personne, c’est tout simplement la durée de conservation des données (qui était alors limitée à trois mois seulement alors que l’on est éligible au certificat de rétablissement et donc au pass sanitaire pendant six mois, comme nous l’expliquions ici) qui l’empêchait d’obtenir le document, la base de données n’étant pas à même de garder en mémoire sa contamination.

    Deux situations de blocage pouvant être rencontrées par une partie non négligeable de la population françaises et qui font dresser un amer constat à Jean-Paul Hamon. “Il faut expliquer que le gouvernement est dans l’incapacité de fournir des solutions claires, tant aux patients qu’aux médecins”, s’insurge-t-il ce jeudi, toujours pour franceinfo. “Ces systèmes défaillants, que ce soit SI-DEP ou le portail de l’Assurance-maladie, obligent les médecins traitants à prendre leurs responsabilités, uniquement parce que les sites ne sont pas fluides.” Et de lister les problèmes logistiques, les pharmacies et centres de vaccination fermés durant l’été etc.

    Autant de problèmes qui privent de nombreux Français de libertés dont ils devraient pourtant pouvoir jouir librement, avec un pass sanitaire qui fonctionne, poursuit le médecin. “Qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Laisser les gens bloqués chez eux, sans pass sanitaire alors qu’ils y ont droit ?” Et de conclure avec un cri de colère poussé contre la situation actuelle, en particulier pour les médecins généralistes : ”Ça serait bien que l’Ordre des médecins protège ses docteurs. En ce moment, on a l’impression de n’être bons qu’à fournir des QR codes, alors qu’on a autre chose à faire.” Il termine en expliquant que “les généralistes en ont marre de faire de la paperasse, au détriment de leur travail de médecin.”

  • Dans la catégorie on vous avait prevenus

    Plébiscités pendant les confinements, les animaux de compagnie envahissent les refuges

    Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux Français ont fait le choix d’accueillir un animal de compagnie. Mais bon nombre de ces bêtes peuplent aujourd’hui les refuges des associations, qui sont à saturation depuis début juin.

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/28/plebiscites-pendant-les-confinements-les-animaux-de-compagnie-envahissent-le

  • Ces petits faits anecdotiques qui écrivent l’histoire d’un effondrement des institutions soit disant démocratiques :

    Les cinémas ne savent plus à quel passe se vouer
    https://www.telerama.fr/cinema/les-cinemas-ne-savent-plus-a-quelle-passe-se-vouer-6931905.php

    Depuis ce mercredi matin, il faut présenter un passe sanitaire si on veut aller au cinéma, au théâtre ou dans un musée, mais on peut tomber le masque… du moins si la capacité d’accueil de la salle ou du lieu d’exposition concerné dépasse les 50 personnes. Dans le cas contraire, le passe sanitaire n’est pas demandé, mais le masque, lui, est obligatoire. Tout le monde suit ?

    #pandémie #covid_19 #cinéma #culture #pass_sanitaire

    • Pass sanitaire : les cinémas et théâtres ne pourront pas abaisser leur jauge à 50 | Le HuffPost
      https://www.huffingtonpost.fr/entry/les-cinemas-et-theatres-ne-pourront-pas-abaisser-leur-jauge-pour-evit

      Face aux contournements annoncés par certains lieux de culture, la Direction générale de la santé (DGS) a précisé le seuil d’application du pass sanitaire.

      Pas un mot sur l’obligation ou non du port du masque. Juste la concentration sur le pass.
      Et donc, au-delà de forcer le pass, la DGS impose l’absence de port du masque.

    • J’avais encore pas compris les consignes et je suis encore plus perdue. Est-ce que le pass sanitaire c’est uniquement appliqué pour le lieux de moins de 50 personnes sauf les resto et bars ? Ou c’est l’inverse, il faut un passe pour le lieux de plus de 50 personnes sauf les resto et les bars et l’assemblée nationale et les commissariat et les centres commerciaux de plus de 50.000 personnes ?

    • le passe sanitaire est radicalement liberticide et inapplicable mais il propose une incitation à la vaccination comme on les aime : pouvoir se démasquer en lieux clos
      @gforestier
      https://twitter.com/gforestier/status/1417593740806561792

      Premier ciné depuis 18 mois, merci @AAstierOff pour #KaamelottPremierVolet qui a ravi le fan de votre oeuvre que je suis. Par contre gardez bien vos #masques au ciné, CO2 à 2227 en fin de séance Pour rappel il faut viser ~700/800 max #COVIDisAirborne

      à 10 des vaccinés covidés ; avec des PCR- qui sont des faux négatifs en période d’incubation et donc de très haute contagiosité, ça prolifère et ça tue. mais en presse, à l’AN, rien de précis sur l’incohérence radicale de cette disposition.

      pas plus que n’est signalé le fait que la courbe des hospits suit bien dès maintenant celle de la prévalence

      dans notre nuit, en attendant une éclaircie, on partage le rêve de voir le sars-cov2 devenir bénin au fil des mutations. le présent a disparu dans le présentisme de l’économie et des loisirs. chaque jour apporte sont lot d’infos sidérantes. sacré malaise.

    • Moi non plus, j’y comprends plus rien. Face aux #bullshit gouvernemental, j’ai décidé de faire la grève des « loisirs » et de boycotter tous les lieux où sera exigé le pass sanitaire. Pas de temps à perdre avec leurs salades.

      NB : je suis vacciné (deux doses Pfizer depuis le 11/06) mais je ne serai en aucun cas complice de toute cette merde. En outre, je n’avais pas abandonné le masque sauf à l’extérieur quand la distanciation est possible et aussi avec des proches mais là,au vu de la cadence de contamination qui s’accélère, je me rends compte que je prends des risques.

      Leurs usines à gaz qu’ils veulent faire passer pour « la loi » sont tellement #ingérables qu’ils sont en train de s’auto-hacker et leurs doctrines capital-friendly avec eux.
      En fait, ils sont tellement mauvais, nos « premiers de cordée », qu’ils sont en train de tresser la corde qui risque de les pendre... politiquement, cela s’entend :-)) Enfin, je rigole, mais y a pas vraiment de quoi.

    • À nouveau, la seule logique explicative est celle de la lubie macroniste pour le nudge :
      https://seenthis.net/messages/923043#message923200

      Pas d’obligation formelle, parce que c’est has been (et ça ferait du régalien en plus pour un État qui a décidé que l’État ne devait plus avoir, dans le genre régalien, que le rôle de décider comment les femmes musulmanes s’habillent). À la place, des méthodes de comm’ foireuses pour juste « inciter » les gens à se vacciner.

      Donc comme incitation, après une heure de brainstorming de markéteux facturée 50 000 euros, c’était soit offrir des sucettes à l’entrée des centres commerciaux aux gens vaccinés, soit les autoriser à enlever le masque au cinéma. Mais les sucettes dans les centres commerciaux, les petits commerces allaient encore gueuler à la concurrence déloyale, alors…

    • Merci pour ces précisions.
      Les hôpitaux vont devoir aussi payé du personnel pour vérifié ce pass, et là je me demande où vont pouvoir se faire soigner les malades qui n’ont pas de pass si il faut un pass pour entrer à l’hôpital publique ?

    • il me semble que ça va au-delà, et autrement. le nudge il semble que ce soit de la manip du désir, le comportementalisme y est plus subtil, un conditionnement sans décharges d’électricité ou susucre https://fr.wikipedia.org/wiki/Théorie_du_nudge, bien que par construction les disciples trahissent le plus souvent leurs maîtres en appauvrissant et rigidifiant la doctrine.
      ces militants de l’économie n’ont trouvé aucune autre matière de mettre en place un apprentissage expérimenté que de nous traiter comme des bipèdes parlants de laboratoire à l’échelle de la population entière.
      dans peu de temps, l’efficacité du vaccin va enfin être démontrée en grand avec les hospitalisations, réas, décès en hausse et on exhibera de lourdes données françaises à l’appui (la part infime des vaccinés dans le circuit hospitalier et même leur nombre). à ce moment, cobayes pensant que nous sommes, il sera clair qu’il fallait être macronistes, suivre les premiers de cordée, imiter bourgeois du XVIe et bien diplômés (cf carte des taux de vaccination IDF), et pas des paumés de la loose. ça se fait alors que le droit de se faire vacciner a été contingenté, que la possibilité de l’être n’est toujours pas assurée, qu’il n’y a pas de politique d’"aller vers" à destination des plus distants que locales, minoritaires, pas encouragées.
      comme avec les masques, les tests, la politique vaccinale habille une pénurie qui n’est pas importante. Tant que les premiers restent les premiers, on peut bien aller à Lourdes et faire mine de prier. Les autres auront mérité leur sort car c’est pécher que de ne pas obéir, pécher que de ne pas savoir « réussir ».

      Vivre, vivre bien. Non. Mieux vaut fabriquer ce qu’il faut d’enfer sur terre. C’est la guerre avait-il dit.

    • La DGS confirme que les salles de cinéma peuvent adopter une jauge de 49 personnes
      https://www.bfmtv.com/people/cinema/la-dgs-confirme-que-les-salles-de-cinema-peuvent-adopter-une-jauge-de-49-pers

      Le ministère de la Santé rappelle jeudi que le pass sanitaire s’applique dans une salle de cinéma « à partir du moment où cette salle contient 50 places et plus, même si seulement dix sièges sont occupés lors d’une séance ». Les dix spectateurs doivent avoir présenté un pass sanitaire valide, souligne-t-il.
      Sur le même sujet

      Mais si le cinéma met en vente moins de 50 billets pour une séance - et prévoit donc d’accueillir moins de 50 spectateurs -, le pass sanitaire n’est plus nécessaire, précise le ministère.

      Tralalalalalala... le délire continue.

      Je rigole. Sur Twitter, ça tire dans tous les sens. Et dans mon fil, ça tire à boulet rouge sur LFI dès que possible. Hier, c’était parce qu’à cause de LFI qui a fait le nécessaire pour limiter la durée de rétention de certaines données de santé, parait-il (SIDEP), les covidés ne pourront pas faire valoir qu’ils l’ont été pour ne se faire vacciner qu’une seule fois au delà de 3 mois de délai depuis leur détection. Et donc, les LFI, ils sont contre tout, qu’il se dit, et que vraiment, ils sont trop nuls.
      Le chaos. Plus de principe directeur. Tout le monde est contre tout le monde. Tout peut être contredit dans l’instant suivant, plus aucun principe n’a d’importance.
      Et le pass sanitaire est donc incompréhensible pour la plupart.
      Autour de nous, ça durcit les positions. Les « qui hésitaient » n’hésitent plus à passer du côté des « qui ne veulent pas ». La piscine du coin est parfaitement vide désormais. Et les inscriptions aux activités de la rentrée sont au point mort.
      Le chaos, donc. Au lieu de « la liberté retrouvée » en terrasse d’un café...
      Assurément, ça va se tasser. Mais bon. Quelle galère dans l’immédiat.

    • Je ne sais pas trop ce qui se dit sur Twitter à propos de LFI, vu que, malgré le fait que j’ai de nombreux comptes LFI dans mes abonnés (suiveurs et suivis), je ne lis pas trop les propos polémiques. Juste vu les interventions de JLM et de Mathilde Panot à l’AN hier. Et leurs propos tenaient plutôt la route concernant la description du merdier engendré par le pass sanitaire et des mesures à géométries variables prises comme s’il fallait se rattraper aux branches après la nième bouffée délirante d’autoritarisme du chef de l’état. C’est le fait du prince et tu as tous les autres qui rament pour remonter le courant de la cote de popularité de la macronie. Nous en sommes là et c’est affolant de voir tous ces amateurs en rajouter dans l’idiocratie trumpienne. Je sais pas toi, mais j’ai l’impression, vu le niveau de déni et d’aveuglement rapport aux délires du Maître, qu’on a affaire à une secte.

    • A propos de LFI qui se fait tirer dessus, ce sont en général des propos plus ou moins sortis de leur contexte, avec un refus plus ou moins empreint de mauvaise foi de la complexité inhérente aux sujets débattus. Ils te mettent une citation, et t’expliquent que chez LFI, ils sont antivaxxx et que chez LFI, ils rendent la gestion de la crise encore plus complexe, parfois sans hésiter à les mettre dans le même sac que Raoult ou Fouché. Il y a pas mal de mauvaise foi à ce sujet. Mais je le vois aussi comme une forme de succès, ou de conséquence, du chaos engendré par le présipotent et ses sbires.

    • C’est la technique du clivage que Sarko faisait fonctionner à plein. Pendant qu’on discute/dispute de ce pass infaisable et qu’on durcit les position autour de ca, on se concentre pas sur la casse des retraite, l’application de la réforme du chaumage, la destruction de l’éducation nationale...
      Cliver ca veux dire briser en morceaux impossibles à réparer, scinder, séparer, et le pass sanitaire c’est parfait pour semer la discord dans toutes les couches de la société.

      Par exemple leur ministre de la maltraitance des enfants et des enseignant·es alias Blanquer, clive sur l’épidémie de « woke » cette semaine et va crée un « laboratoire idéologique » car la santé c’est surfait et on a pas plus important et urgent que les laboratoires anti-woke à organisé en ce moment ;

      Après l’« islamo-gauchisme », vous prendrez bien un peu de « wokisme »

      Jean-Michel Blanquer annonce la création d’un « laboratoire républicain » pour lutter l’idéologie « woke » et la « cancel culture ».

      https://www.liberation.fr/idees-et-debats/apres-lislamo-gauchisme-vous-prendrez-bien-un-peu-de-wokisme-20210722_VYP

      C’est quand qu’il est poursuivit pour haute trahison et mise en danger de la vie d’autrui ainsi qu’appel à la haine et à la discrimination celui là ?

    • Je reste sans voix ... C’est pas comme si y avait pas un protocole sanitaire à établir pour dans un gros mois ... Mais c’est juste qu’il doit se dire que ce genre de taf n’est pas assez « noble » pour lui qui se flatte d’être comparé à « la jambe gauche de Macron ».

      Pour compléter Libé (sous #paywall) :

      En pleine relance de la crise sanitaire et après une année scolaire catastrophique Jean Michel Blanquer lance une nouvelle offensive réactionnaire en annonçant la création d’un « laboratoire républicain » réunissant un panel de personnalités réactionnaires pour lutter contre le "wokisme" et l’ensemble des études portant sur le racisme, le colonialisme ou encore le sexisme.

      https://www.revolutionpermanente.fr/Le-laboratoire-republicain-la-nouvelle-offensive-reactionnaire-

    • On m’a fait suivre qu’on aura besoin de pass pour allé voté mais ici on me dit que non

      Pass sanitaire : Non, les bureaux de vote ne sont pas concernés

      FAKE OFF Le rejet d’un amendement visant à exclure « les lieux d’exercice de la démocratie » du champ d’action du pass sanitaire a semé un vent de panique (infodée) sur les réseaux sociaux

      https://www.20minutes.fr/societe/3089703-20210723-pass-sanitaire-non-bureaux-vote-concernes

      Illes sont culotté sur 20minutes de dire que la panique est infondée, comme si les amendements étaient là pour faire chier sans raison.

      –—

      On parle aussi des licenciements pour non vaccination j’ai pas encore lu mais j’ai trouvé ce lien qui semble faire le point
      https://www.ladepeche.fr/2021/07/23/covid-19-ces-professions-qui-pourraient-licencier-leurs-employes-sils-ne-s

  • L’IHU de Marseille de Didier Raoult visé par des « investigations » de l’ANSM pour ses études sur l’hydroxychloroquine
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/lihu-de-marseille-de-didier-raoult-vise-par-des-investigations-de-lan

    Un signalement de ces faits par “un professionnel de santé” a été classé sans suite en novembre 2020 par le parquet de Marseille qui a considéré les infractions dénoncées comme “insuffisamment caractérisées”, selon son communiqué.

    Or, de nouveaux éléments sont apparus depuis, tel qu’un correctif à la première étude, publié en janvier dans la revue International Journal of Antimicrobial Agents. Mais pour relancer l’enquête, il faudrait soit que le parquet se saisisse d’office soit que l’ANSM effectue un nouveau signalement, précise l’hebdomadaire, qui souligne que l’IHU “n’a pas donné suite” à ses questions.

    “Ces manquements” aux règles encadrant la recherche médicale “apparaissent comme une pratique courante au sein de l’IHU, affirme L’Express qui cite de nombreuses études d’étudiants ou de chercheurs de l’institut ces dernières années qui se sont, selon lui, affranchies des règles encadrant les expériences impliquant des êtres humains, avant même l’épidémie de Covid.

  • Beach handball : Les Norvégiennes sanctionnées pour avoir porté un short jugé trop long - L’Équipe
    https://www.lequipe.fr/Handball/Actualites/Beach-handball-les-norvegiennes-sanctionnees-pour-avoir-porte-un-short-juge-trop-long/1271738

    Quatrièmes de l’Euro de beach handball qui s’est achevé ce week-end, les Norvégiennes étaient à la lutte avec l’Espagne pour une place sur le podium de la compétition. Durant ce match pour la médaille de bronze, elles ont arboré un short au lieu du bikini réglementaire, ce qui a valu à l’équipe une amende de 1 500 € (150 € par joueuse).

    La Fédération européenne de handball (EHF) a expliqué sa décision par un cas de « vêtement non conforme », ajoutant que les shorts n’étaient pas « en accord avec les termes définis par le règlement de beach handball ». Une décision jugée « complètement ridicule » par le ministre des sports norvégien, Abid Raja.

    La Fédération norvégienne s’est dite fière de ses joueuses. « Ensemble, nous allons continuer le combat pour faire changer les règles concernant les vêtements. Ainsi, les joueuses pourront être compétitives dans des vêtements dans lesquels elles se sentent à l’aise. »

    Le règlement du beach handball, lui, précise que les femmes doivent porter un bikini et les hommes un short, arguant que « les vêtements des athlètes contribuent à les aider à être encore plus performants, tout en restant cohérents avec l’image attractive que doit avoir le sport ».

  • DÉMOCRATIE : LA FRANCE BASCULE DANS L’OBSCURITÉ 12 Mai 2021

    https://www.youtube.com/watch?v=rImfQnYEWY8

    Crise sanitaire, économique, écologique, démocratique… En réalité, nous ne savons plus où donner de la tête et il est très difficile de voir passer toutes ces informations et ces petits signes qui racontent le basculement qui est en train de s’opérer. Pourtant, il est essentiel de comprendre ce qui se joue aujourd’hui autour du recul des libertés et de l’Etat de droit…

    C’est la raison pour laquelle, Mathias Enthoven et Paloma Moritz ont décidé d’écrire cette vidéo pour Blast. Une vidéo pensée comme un état des lieux. Comprendre où nous sommes pour savoir où nous voulons aller. Certains diront qu’elle est trop sombre ou encore « à charge », mais notre volonté est simplement de montrer la dure réalité telle qu’elle est et de vous donner les éléments pour mieux l’appréhender.

    Ressources :
    La tribune internationale d’intellectuels : https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-recul-de-la-democratie-en-france-est-une-menace-pour-la-liberte-da
    Le rapport 2020 de Amnesty International : https://amnestyfr.cdn.prismic.io/amnestyfr/efeb0538-48b5-4c4c-8b81-a7545228c805_POL_10_3202_2021_AIR_ext_
    Le classement de Reporters sans Frontières : https://rsf.org/fr/france
    Le point sur la loi Sécurité Globale : https://www.laquadrature.net/2021/04/16/loi-securite-globale-adoptee-resumons
    La constitution française : https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-constitutions-dans-l-histoire/constitution-du-24-juin-1793

    L’interview de François Sureau sur France Inter : https://www.youtube.com/watch?v=SI7lIFZNwHo&t=1s

    L’interview de Arié Alimi sur Mediapart : https://www.youtube.com/watch?v=3a7H5-XQ6hY&t=1s

    L’interview de Chloé Morin sur France Inter : https://www.youtube.com/watch?v=dKzxNAh2YK4&t=0s

    Journaliste : Paloma Moritz
    Co-auteur : Mathias Enthoven
    Montage : Camille Chastrusse
    Images : Arthur Frainet, Serge Faubert, Antoine Etcheto
    Son : Baptiste Veilhan
    Graphisme : Adrien Colrat
    Réseaux Sociaux : Maxime Hector
    Production : Thomas Bornot
    Direction des programmes : Mathias Enthoven

    Le site : https://www.blast-info.fr
    Facebook : https://www.facebook.com/blastofficiel
    Twitter : https://twitter.com/blast_france
    Instagram : https://www.instagram.com/blastofficiel

    #Démocratie #France #Obscurité

  • Esther Benbassa et son management "par la terreur" dénoncés par d’ex-collaborateurs
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/esther-benbassa-enquete-mediapart-harcelement-travail-senat_fr_60e70b

    Mediapart a recueilli les témoignages de huit anciens assistants et six anciens étudiants de la sénatrice EELV. Ils décrivent "un climat de terreur", humiliant et angoissant.


    HARCÈLEMENT - Pour préserver leur carrière, ils ont tous demandé à garder l’anonymat. Huit anciens collaborateurs et six anciens étudiants de la sénatrice EELV, Esther Benbassa, dénoncent la “méthode Benbassa”, faite “d’humiliations, de menaces et de harcèlement”, dans une enquête publiée ce jeudi 8 juillet par Mediapart.

    Sur une grosse dizaine de pages, les témoignages se succèdent, preuves à l’appui. Là, une capture de texto, ici d’un mail. La femme politique, longuement interrogée par Mediapart, dément l’intégralité des accusations.

    Dans la soirée, la sénatrice EELV a cependant annoncé se mettre “en retrait” du groupe écologiste du Sénat dont elle est la vice-présidente. “En accord avec le groupe, je me mets en retrait jusqu’en septembre”, a-t-elle déclaré à l’issue d’une réunion du groupe, convoquée à la suite de l’article du média en ligne. 

    “Esther Benbassa se met en retrait du groupe le temps d’étudier les suites à donner conformément à notre règlement intérieur”, a pour sa part indiqué le groupe Ecologiste, Solidarité et Territoires dans un communiqué. “Nous prenons toute la mesure des accusations portées”, ajoute le groupe. “Les témoignages d’anciens collaborateurs et collaboratrices de la sénatrice sont extrêmement graves et traduisent une grande souffrance au travail. Nous leur apportons tout notre soutien”.

    La Sénatrice a publié dans la soirée un communiqué de presse où elle présente des “excuses” à ceux et celles qu’elle a “pu blesser”, tout en émettant de “sérieuses réserves” sur l’article de Mediapart, “exclusivement à charge” selon elle.

    #harcèlement #sexisme #femmes #harcèlement_féminin #travail #france #violence  #domination_féminine #EELV #management #pouvoir

  • Philippe Val explique son soutien à "Valeurs Actuelles" face à Danièle Obono
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/philippe-val-explique-son-soutien-a-valeurs-actuelles-face-a-daniele-

    Tout en assurant ne pas apprécier particulièrement le contenu de l’article qu’il juge être “dans les clous de la loi”, l’ancien directeur de Charlie Hebdo estime cependant que “le dessin n’est pas raciste”. 

    “Ce qui est humiliant c’est d’enchaîner quelqu’un, pas la personne enchaînée (...) Je suis désolée pour Obono, parce que c’est vrai que ce n’est pas agréable pour elle. Mais c’est dans les clous de la loi (...) C’est une caricature dans le cadre de la satire. Le dessin lui-même, je trouve personnellement qu’elle est plutôt assez belle. Et ce collier fait mal quand on voit qu’elle est enchaînée (...) c’est quelque chose d’insupportable. Mais c’est pas mal que le dessin rende ça insupportable justement”, a défendu Philipe Val rappelant que d’autres personnalités ont été mises en scène dans ces fictions de Valeurs Actuelles.

    Alors Val soutenant Valeurs Actuelles, c’est même plus une surprise. Ce qui me semble vaguement plus surprenant, c’est la nullité abyssale de l’argument « le dessin n’est pas raciste », et même que « c’est pas mal que le dessin rende ça insupportable justement », au motif que « Ce qui est humiliant c’est d’enchaîner quelqu’un, pas la personne enchaînée ».

    Comme toujours, quand tu as un discours qui "n’est pas raciste", mais qui sent p’têt un peu mauvais, tu fais le test : « Et si on met “juif” à la place” ? ». Et donc là si Valeurs actuelles dessinait une politicienne française juive, en uniforme à rayures dans un camp d’extermination nazi, cela accompagné d’un article avec des fantasmes à la Portier de nuit, visant à démontrer que son « obsession » (quasi séparato-racialiste) contre l’antisémitisme, c’est très injuste – parce qu’en d’autres temps et d’autres lieux, hein, ça ne se serait pas aussi bien passé pour elle –, hé ben selon cette logique ce serait « pas mal, justement ».

    • Au procès Obono, le vibrant plaidoyer pro-liberté d’expression de Philippe Val - Valeurs actuelles
      https://www.valeursactuelles.com/?p=150646

      Philippe Val est embarqué sur un terrain miné quelques minutes après ses première saillie verbale. « Valeurs actuelles est-il un journal raciste selon vous ? », lui demande manu militari l’un des avocats des parties civiles. Piège désamorcé. On ne le lui la fait pas à lui, l’habitué des prétoires depuis presque deux décennies. « Je témoigne au nom de la pluralité de la presse. C’est une certaine partie de l’opinion qui m’oblige à vivre sous protection policière. Je suis heureux le matin de constater que lorsque je me rends au kiosque, Valeurs actuelles cohabite avec L’Humanité, et Le Monde avec L’Obs… J’ai eu l’occasion de lire à de nombreuses reprises Valeurs actuelles. Je n’ai jamais lu d’article qui relève du racisme ou du mépris de l’autre, en fonction son origine ethnique ou de sa couleur de peau. Ce journal donne la parole à des opinions tranchées, que l’on pourrait qualifier de “réactionnaires”. Mais aucunement racistes. Si je suis venu témoigner pour défendre Valeurs actuelles, c’est parce qu’ils ne sont pas sortis des limites de la satire. Ils dénoncent simplement les opinions de leurs adversaires politiques. »

    • Je repense à Font et Val que nous admirions quand nous étions ado dans les années 70. Je les aimais vraiment bien ces deux là parce que j’avais l’impression qu’ils critiquaient violemment tout ce que je détestais (aussi).

      Tu ouvres ensuite les yeux, tu vois un pédophile récidiviste et un néo-nazi.

    • On serait tenté d’accuser la vieillesse, cause de tant de naufrages idéologiques, mais ce serait un peu trop facile. Je pense que ces deux-là trainent à leurs basques une très forte mentalité de courtisans.

  • Pourquoi l’#Unesco agace l’#Australie en voulant classer la Grande #Barrière_de_corail « en danger » | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-lunesco-agace-laustralie-en-voulant-classer-la-grande-barrie

    L’Australie contestera le projet de l’Unesco d’inscrire la Grande Barrière de corail sur la liste des sites “en danger” du patrimoine mondial en raison de sa dégradation provoquée par le changement climatique, a annoncé le gouvernement ce mardi 22 juin.

    L’Unesco a publié lundi un rapport préliminaire recommandant de rétrograder le statut de la Grande Barrière de corail, inscrite au patrimoine mondial depuis 1981, à cause de sa détérioration, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques.

    Pour les organisations de défense de l’environnement, cette recommandation témoigne d’un manque de volonté du gouvernement en matière de réduction des émissions de carbone.

    “Je conviens que le changement climatique mondial constitue la plus grande menace pour les récifs coralliens mais il est erroné, à notre avis, de désigner le récif le mieux géré au monde pour une liste (de sites) ‘en danger’”, a déclaré la ministre de l’Environnement australienne, Susan Ley.

    L’Australie s’organisera pour contester ce projet, une “volte-face” après “de précédentes assurances de responsables de l’ONU”, a affirmé Susan Ley dans un communiqué, à un mois de la prochaine session du comité du patrimoine mondial de l’Unesco, prévue en juillet depuis la Chine.

    Selon elle, la décision de l’Unesco ne tient pas compte des milliards de dollars dépensés pour tenter de protéger la Barrière, située au nord-est de l’Australie. Elle “envoie un mauvais signal à des pays qui ne réalisent pas les investissements que nous faisons dans la protection des récifs coralliens”, a argué la ministre.
    “Forte déception” australienne

    Le rapport préliminaire souligne cependant les efforts de l’Australie pour améliorer la qualité des récifs, notamment sur un plan financier. Mais il regrette “que les perspectives à long terme pour l’écosystème (de la Barrière) se soient encore détériorées, passant de médiocres à très médiocres”, faisant notamment référence à deux épisodes de blanchissement en 2016 et 2017.

    La ministre australienne a affirmé avoir eu un entretien dans la nuit de lundi à mardi avec la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, pour lui faire part de “notre forte déception”.

    L’inscription sur la liste des sites en danger n’est pas considérée comme une sanction par l’Unesco. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la sauvegarde de leur patrimoine.

    L’Australie n’a pas fixé d’objectif de neutralité carbone d’ici 2050. Le Premier ministre conservateur Scott Morrison avait affirmé que le pays espérait l’atteindre “dès que possible”, sans mettre en péril les emplois et les entreprises. L’Australie est un des plus importants importateurs au monde de charbon et de gaz naturel.

    Pour l’organisation de défense de l’environnement Climate Council, la recommandation de l’Unesco couvre “de honte le gouvernement fédéral, qui reste passif devant le déclin du récif corallien au lieu de le protéger”.

    Elle “montre clairement et sans équivoque que le gouvernement australien ne fait pas assez pour protéger notre plus grand atout naturel, en particulier contre le changement climatique”, a commenté de son côté le responsable des océans pour le WWF, Richard Leck.
    Valeur inestimable du récif

    Outre sa valeur inestimable d’un point de vue naturel ou scientifique, on estime que l’ensemble corallien qui s’étend sur 2300 kilomètres de long, génère 4,8 milliards de dollars américains de revenus pour le secteur touristique australien.

    En décembre, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) avait affirmé que le changement climatique constituait la plus grande menace pour les merveilles de la nature et la Grande Barrière avait rejoint la liste des sites classés “critiques”.

    Pour Imogen Zethoven, consultante au sein de l’Australian Marine Conservation Society, ce rapport préliminaire montre à quel point limiter le réchauffement à +1,5°C est essentiel à la sauvegarde de ce joyau. Elle estime que les données climatiques relevées en l’Australie correspondent plutôt à une hausse de 2,5 à 3°C de la température, niveau qui conduira “inévitablement” à la “destruction de la Grande Barrière et de tous les récifs coralliens du monde”.

    La Grande Barrière a déjà connu trois épisodes de blanchissement en cinq ans alors que la moitié des coraux ont disparu, depuis 1995, en raison de la hausse de la température de l’eau. Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration. Il est provoqué par la hausse de la température de l’eau qui entraîne l’expulsion des algues symbiotiques qui donnent au corail sa couleur vive.

    La Barrière a également été touchée par plusieurs cyclones et est aussi menacée par les ruissellements agricoles et par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux.

  • Le Vatican intervient contre un projet de loi italien contre l’homophobie, une première | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-vatican-intervient-contre-un-projet-de-loi-italien-contre-lhomopho

    VATICAN - Le #Vatican s’est formellement opposé à la formulation d’un projet de loi italien consacré à la lutte contre l’#homophobie, jugeant qu’il portait atteinte à la liberté d’expression des catholiques, dans une très inhabituelle intervention diplomatique dans les affaires italiennes.

    Le projet de loi vise à punir les actes de discrimination et d’incitation à la violence contre les gays, les lesbiennes, les transgenres et les handicapés.

    Le journal Corriere della Sera a révélé dans son édition de ce mardi 22 juin qu’une “note verbale” diplomatique a été remise par Mgr Paul Gallagher -en charge au Vatican des relations avec les autres États- à l’ambassade italienne auprès du Saint-Siège le 17 juin. Cette remise de document a été confirmée à l’AFP par le porte-parole du Vatican.

    La note, non signée, affirme que certaines parties du projet de loi italien contreviennent aux accords bilatéraux en vigueur entre l’#Italie et le Saint-Siège, car elles “réduisent la liberté de l’Église catholique” en matière d’organisation et d’exercice du culte, ainsi que “la pleine liberté” d’expression et de pensée consentie aux fidèles et aux associations catholiques.

    “La note verbale appelle à une modulation différente du projet de loi”, peut-on lire sur le portail officiel des médias du Vatican, qui donne la parole à un juriste qui fut président de la Cour constitutionnelle italienne.

    Ce dernier, Cesare Mirabelli, explique que le Vatican ne souhaite aucunement “empêcher la prérogative de l’État de légiférer”. Mais il souhaite signaler le risque d’atteinte, à travers de nouvelles sanctions pénales, à “la libre expression des convictions” ainsi qu’à “la liberté éducative” des écoles et des parents. Ce qui n’a rien à voir “ni avec des agressions, ni avec de la violence, ni avec une incitation à la haine”, ajoute-t-il.

    Le projet de loi n’exempte pas les écoles catholiques italiennes d’une obligation de participer à des activités pour la journée nationale contre l’homophobie, qui sera fixée au 17 mai.

    Le texte sur “les mesures de prévention et de lutte contre les discriminations et la violence pour un motif basé sur le sexe, sur le genre, sur l’orientation sexuelle, sur l’identité de genre et sur le handicap”, porté par le député du Parti démocrate (centre-gauche) Alessandro Zan, a été approuvé à la Chambre des députés en novembre. Il est actuellement débattu au Sénat.

    Alessandro Zan a rejeté les arguments du Vatican, en estimant dans un tweet qu’“il ne peut y avoir aucune ingérence externe dans les prérogatives d’un parlement souverain” et que “le texte ne restreint d’aucune manière la liberté d’expression ou la liberté religieuse”.
    Atteinte à “la laïcité”

    L’association italienne “Arcigay” a vivement critiqué la démarche “sans précédent” de la diplomatie vaticane qui doit être traitée par le gouvernement italien comme “une ingérence inacceptable” et une atteinte à “la laïcité”.

    “Nous voulons comprendre ce que le Vatican est en train de dire, que les écoles privées défendent le droit d’être homophobe ?”, attaque l’association dans un communiqué, ajoutant que “le devoir de notre pays est de protéger les citoyens italiens de la violence et de la discrimination”.

    Voici un an, l’épiscopat italien avait déjà fermement contesté une proposition qui “risquerait d’ouvrir la voie à des dérives liberticides, des discriminations”, alors que l’Italie est déjà dotée selon lui d’instruments juridiques adéquats.

    “Soumettre par exemple à une procédure pénale ceux qui estiment que la famille exige un père et une mère, et non la duplication de la même figure, reviendrait à introduire un délit d’opinion”, s’était insurgée la Conférence épiscopale italienne (CEI).

    Le Saint-Siège laisse habituellement à la CEI le soin de réagir sur la législation italienne, évitant de s’immiscer publiquement dans la vie politique italienne.

    L’Italie et le Saint-Siège avaient normalisé leurs relations avec les accords de Latran en 1929, après soixante ans de crise. Ils comprennent un concordat qui fut révisé en 1984 pour mettre fin notamment au statut particulier de la religion catholique, qui n’est désormais plus la religion d’État en Italie.

    L’unification italienne achevée en 1870 avait marqué le démantèlement des États pontificaux, qui furent rattachés au Royaume d’Italie. Six décennies plus tard, en 1929, l’État de la Cité du Vatican, le plus petit au monde, était notamment créé par les accords de Latran.

  • Ça y est : aujourd’hui (17 juin), on tombe le masque à l’extérieur ! Et aussi dans les cours d’école. Parallèlement, on nous susurre dans l’oreillette que le variant « delta » dit « indien » progresse à grand pas dans les Landes, qu’un cluster de ce même variant est apparu dans un collège de l’Essonne et qu’Olivier Véran met en garde contre la progression de ce même variant le mardi 15 juin.
    Petit « profilage » des stratèges de l’état major de l’Obersturmführer Johann von KaSStecks : « Vu la réticence à la vaccination, optons pour l’immunité de troupeau en laissant les gueux se contaminer pendant les vacances. Lorsque ces derniers auront bien chanté tout l’été, on ramassera les morts à la pelle à partir de septembre. »

    Sinon, à l’intérieur, il faut se dire que le masque ne confère pas une protection totale surtout si on reste longtemps dans le même espace (open-space ou salle de classe/de cours par exemple : voir la vidéo).

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-le-variant-indien-peut-il-grimper-en-france-comme-au-roya

    Précision :
    Surtout si on reste longtemps dans le même espace et de surcroît, avec le même masque qui s’humidifie par la condensation en expirant et encore plus si le masque est mal porté (sous le pif par exemple).

    Aujourd’hui donc, bas les masques à l’extérieur. Par contre « à l’intérieur » et surtout au ministère, on avance toujours masqué ...

    https://pbs.twimg.com/media/E4EKY1oXoAMXuWH?format=png&name=360x360

    #cojonesvirus

  • Incident sur un réacteur nucléaire EPR dans le sud de la Chine
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/06/14/nucleaire-incident-dans-l-epr-chinois-de-taishan_6084070_3234.html


    Travaux de construction de l’EPR de Taishan, en Chine, lors de la visite du premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, le 8 décembre 2013.
    PETER PARKS / AFP

    Une « fuite » serait apparue récemment dans l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan développée par la France, a révélé, lundi, la chaîne américaine CNN. Les autorités chinoises n’ont pas communiqué sur le sujet.

    C’est un nouveau coup dur pour l’EPR, la dernière génération de centrale nucléaire développée par la filière française. On en ignore encore l’importance, mais une « fuite » s’est récemment produite dans l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan, dans le sud de la Chine, a révélé, lundi 14 juin, la chaîne de télévision américaine CNN. EDF évoque une « augmentation de la concentration de “gaz rares” dans le circuit primaire », qui se trouve dans la double enceinte en béton renfermant la chaudière. Un incident suffisamment sérieux pour susciter l’inquiétude des autorités américaines. De son côté, le gouvernement français a été prévenu jeudi 10 juin, et le ministère des affaires étrangères s’est saisi du dossier, fait-on savoir à Paris.

    C’est la filiale américaine de Framatome (ex-Areva NP) qui a alerté les autorités américaines d’une « menace radiologique imminente », selon des responsables américains et des documents consultés par CNN. L’autorité de sûreté chinoise aurait repoussé les limites acceptables pour la détection des rayonnements à l’extérieur de la centrale pour éviter son arrêt, selon une lettre de Framatome au ministère de l’énergie américain. La centrale EPR chinoise continuait de fonctionner, au grand étonnement d’experts français.

    • A défaut de produire de « l’électricité décarbonnée » proprement, EDF et la Chine font de la #rétention_d'information sur quelques « crayons fuitards » :

      https://www.huffingtonpost.fr/entry/centrale-nucleaire-epr-de-taishan-ce-que-lon-sait-de-la-situation_fr_

      D’après CNN, une possible “fuite” dans la centrale nucléaire de Taishan en Chine aurait conduit Framatome à demander de l’aide aux États-Unis. Pour l’heure, EDF dédramatise.

    • l’analyse de la Criirad :

      "La chaine américaine CNN fait état ce jour d’une « augmentation de la concentration de gaz rares » dans le circuit primaire du réacteur 1 de la centrale EPR de Taishan, premier de ce type à avoir été couplée à un réseau électrique (le 29 juin 2018) et située dans un rayon de 100 à 150 km par rapport aux villes de Canton et de Hongkong.

      La branche américaine de Framatome, filiale du groupe EDF et qui fait partie des entreprises engagées dans la construction et dans l’exploitation du site, aurait alerté les autorités américaine d’une « menace radiologique imminente » il y a déjà plusieurs jours.

      La CRIIRAD rappelle que l’augmentation de la quantité de gaz rares radioactifs dissous dans l’eau du circuit primaire d’un réacteur peut indiquer une dégradation des gaines du combustible. Cette situation doit conduire normalement à l’arrêt du réacteur pour extraire les combustibles défectueux avant que la contamination du circuit primaire ne soit trop importante.

      Il faut également souligner que les gaz rares ne sont pratiquement pas retenus par les dispositifs de filtration des effluents gazeux. D’après CNN, la note de Framatome du 8 juin dernier précise que l’autorité de sûreté chinoise a déjà multiplié par plus de 2 la limite fixée pour les rejets de gaz rares dans l’environnement. Malgré cela, les rejets radioactifs effectués au 30 mai correspondaient déjà à 90% de la limite annuelle. Une nouvelle augmentation de la limite règlementaire serait envisagée.

      En France, les autorisations de rejets de gaz rares radioactifs sont fixées à des niveaux très supérieurs aux rejets effectifs. Dans un tel scénario, une très forte augmentation des rejets radioactifs du réacteur n°1 est probable.

      Cette situation doit être suivie avec vigilance tant sur le plan de la sûreté que de la radioprotection. Priorité doit être donnée à la protection des travailleurs du site et des habitants de cette région.

      A cette occasion, la CRIIRAD rappelle également que le secret pèse toujours sur les informations du réseau de surveillance mis en place dans le cadre du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN en français, CTBT en anglais). Il devrait permettre l’accès libre et en continu aux résultats des mesures. Dans le cas présent, il devrait être possible de consulter les données relatives à la station RN22 de Guangzhou, qui est équipée pour la détection des gaz rares."

      #nucléaire #epr

    • pour l’instant je n’ai pas trouvé plus de détails que ça :

      EDF says “the presence of certain noble gases in the primary circuit is a known phenomenon, studied and provided for in the reactor operating procedures,” but did not elaborate on gas levels.
      Later on Monday, a spokesperson for EDF said the increased levels of radiation were caused by a “degradation of the housing of the fuel rods.”
      The spokesperson affirmed that the levels of radioactivity observed at the plant were below the threshold stipulated by the Chinese authorities, adding that the affected housings are the first of three containment barriers between the rods and the atmosphere.
      The spokesperson noted that the risk of a potential leakage in the rod housing was first discussed following a planned refueling outage in October 2020 after initial measurements led to suspicions of a “lack of tightness” in the housings.
      However, the spokesperson stressed that without a full analysis, it is too early to confirm whether a complete shutdown of the reactor is needed, adding that EDF currently has no information regarding the origin of the rod housing degradation.

      https://edition.cnn.com/2021/06/14/politics/china-nuclear-reactor-leak-us-monitoring/index.html

      L’hypothèse d’une rupture de gaine de combustible reste donc à confirmer. Le problème est qu’ici on est en présence de deux couches de pratique du secret et de la langue de bois : la couche des autorités chinoises, et celle de EDF-Framatome, les deux étant assez champions en la matière.

    • Du même article :

      The issue first emerged when Framatome, a French designer and supplier of nuclear equipment and services that was contracted to help construct and operate the Chinese-French plant, reached out to the US Department of Energy late last month informing them of a potential issue at the Chinese nuclear plant.
      The company, mainly owned by EDF, the French utility company, then submitted an operational safety assistance request on June 3, formally asking for a waiver that would allow them to address an urgent safety matter, to the Department of Energy, warning American officials that the nuclear reactor is leaking fission gas.
      The company followed up with DOE on June 8 asking for an expedited review of their request, according to a memo obtained by CNN.
      “The situation is an imminent radiological threat to the site and to the public and Framatome urgently requests permission to transfer technical data and assistance as may be necessary to return the plant to normal operation,” read the June 8 memo from the company’s subject matter expert to the Energy Department.
      Framatome reached out to the US government for assistance, the document indicates, because a Chinese government agency was continuing to increase its limits on the amount of gas that could safely be released from the facility without shutting it down, according to the documents reviewed by CNN.
      When asked by CNN for comment, the Energy Department did not directly address the memo’s claim that China was raising the limits.
      In the June 8 memo, Framatome informed DOE the Chinese safety authority has continued to raise regulatory “off-site dose limits.” It also says the company suspects that limit might be increased again as to keep the leaking reactor running despite safety concerns for the surrounding population.
      “To ensure off-site dose limits are maintained within acceptable bounds to not cause undue harm to the surrounding population, TNPJVC (operator of Taishan-1) is required to comply with an regulatory limit and otherwise shut the reactor down if such a limit is exceeded,” the June 8 memo reads.
      It notes that this limit was established at a level consistent with what is dictated by the French safety authority, but “due to the increasing number of failures,” China’s safety authority, the National Nuclear Safety Administration (NNSA) has since revised the limit to more than double the initial release, “which in turn increases off-site risk to the public and on-site workers.”
      As of May 30, the Taishan reactor had reached 90% of the allegedly revised limit, the memo adds, noting concerns the plant operator may be “petitioning the NNSA to further increase the shutdown limit on an exigent basis in an effort to keep running which in turn would continue to increase the risk to the off-site population and the workers at the plant site.”
      The NNSA is China’s nuclear safety regulatory authority. It oversees the implementation of safety standards at facilities like Taishan.

      De ce que je comprends : Framatome s’est adressée aux états-unis car sa branche US est impliquée dans la construction (et la maintenance ? ou le suivi d’exploitation ?) de Taishan, et que la réglementation US veut que dans une telle situation on doit leur demander l’autorisation de transférer des savoirs technologiques.

      Ce qui inquiète framatome visiblement c’est que les autorités chinoises n’arrêtent pas de relever les seuils de radioactivité acceptables pour éviter d’avoir à arrêter la centrale.

    • Et pendant ce temps là, Le Monde relaie complaisamment la propagande d’EDF :

      https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/06/14/edf-relativise-l-incident-survenu-a-la-centrale-nucleaire-de-taishan-en-chin

      Toujours la même façon de procéder :

      On n’est pas sur une dynamique d’un accident avec fonte du cœur

      Donc vos gueules, bande d’abrutis, tant que ça n’a pas pourri une région entière vous n’avez rien le droit dire.

      Même si l’exploitant a dû « réaliser des rejets atmosphériques » de gaz rares « dans le respect des limites réglementaires définies par l’autorité de sûreté chinoise », ajoute-t-il.

      Ben tiens, et en omettant l’info sue depuis le départ de cette histoire que ce qui a amené Framatome à s’alarmer, c’est que les autorités chinoises relèvent les limites en question pour éviter l’arrêt.

      Quand je serai grand je voudrai être journaliste au Monde, ça a l’air assez peinard comme métier : tu relèves ta boîte mail en provenance d’EDF et tu balances direct, sans filtre.

    • Le journalisme « éco-responsable » et capital-friendly sait mobiliser des sources qui assurent de bonnes rémunérations ainsi que de solides garanties de « durabilité » et de « neutralité » à ses adhérent·es.

    • Ce matin les seules nouvelles qui n’en sont pas vraiment nous viennent de Reuters :
      https://www.reuters.com/world/china/what-happened-chinas-taishan-nuclear-reactor-2021-06-15
      Rien de bien neuf, si ce n’est que la Chine a fini par réagir sur l’air de « Tout va très bien » par l’intermédiaire du porte-parole du ministère des affaires étrangères :

      The regulator did not immediately respond to requests for comment. Foreign ministry spokesman Zhao Lijian told reporters in a regular briefing the plant was fully compliant with all requirements and operating normally.

      En réponse au commentaire évasif d’EDF (en substance : le krypton et le xenon dans le circuit primaire, c’est pas grave, c’est un phénomène connu), un ancien vice-président de la commission à l’énergie atomique du Japon a commenté :

      Under normal operating conditions it is true some gases like krypton and xenon will escape and be detected but in this case the concentrations are much higher, so something is happening

      .
      Source : autre article reuters : https://www.reuters.com/world/china/china-says-radiation-levels-normal-around-taishan-reactor-2021-06-15

      Donc le gars a les chiffres vu ce qu’il affirme.

      L’article mentionne qu’effectivement il pourrait y avoir un problème de rupture de gaine d’un crayon de combustible (un tube en fait, qui contient des pastilles de combustible), ce qui peut arriver, mais qui nécessite normalement un arrêt pour retirer l’assemblage fautif (et non pas juste le crayon fautif contrairement à ce qu’on a lu ça et là, ça c’est pas possible).

      Et il reste ce que Framatome a dit aux autorités US, c’est-à-dire que les seuils maximum de rejets autorisés ont été relevés par l’opérateur pour éviter d’arrêter la tranche. Sur ce front là pas de nouvelle.

      J’aime bien la petite remarque glissée au milieu du premier article Reuters :

      Nuclear experts have generally played down the risks.

      Ah sinon on a l’habituel neuneu probablement formé chez nous, avec une resucée du nuage-qui-s’arrête-aux-frontières : il s’agit, selon l’article Reuters, d’un « scientifique nucléaire chinois installé aux états-unis » :

      Li Ning, a Chinese nuclear scientist based in the United States, told Reuters that CNN was “making a mountain out of a molehill” and that it was unrealistic to expect “zero failure” in the fuel cladding of nuclear projects anywhere in the world.

      Li said the media were “often unwilling to put risks into proper perspective”, which he said had effectively killed off the nuclear industry in the west.

      “Coal fired power plants can emit and discharge more radioactivity than nuclear power plants,” Li said.

      J’en profite pour tagguer : #nucléaire #EPR

    • Inutile d’aller sur CNews pour juger le degré de fake-news quotidiennes à la télévision française. Pujadas est aussi tous les jours sur LCI et il distille des inepties plus grandes que lui. Ce qui n’est pas bien difficile vu qu’il est petit avec le charme d’un pied de chou. Hier, il invitait sur son plateau une ingénieure et enseignante au CNAM pour éclairer ses téléspectateurs sur la fuite radioactive de l’EPR de Taishan, Mme Galichet assure que ce qui sort d’une centrale (déchets nucléaire) est inoffensif et peut retourner à l’état naturel. Et le « pied de chou » de conclure ce tour de table par « nous voilà rassuré par ce brillant exposé sur le fonctionnement d’une centrale nucléaire » le tout en 20 minutes chrono.
      https://twitter.com/24hPujadas/status/1404841034203504647

      Nucléaire – « Je vous rappelle que l’uranium est un minerai, c’est naturel, ça se trouve dans la terre »
      Emmanuelle Galichet – Chercheure en sciences et technologies nucléaires au CNAM

      https://video.twimg.com/amplify_video/1404840879207157767/vid/1024x576/3d_cXZdyA1lDcdjt.mp4?tag=14


      WIN France le nucléaire au féminin
      http://www.win-france.org/retrouvez-emmanuelle-galichet-laureate-femenergia-2018

      Nous avons posé 3 questions à Mme Emmanuelle Galichet, maître de conférence en Sciences et technologies nucléaire au CNAM, pour comprendre le rapport de la filière nucléaire avec l’innovation, la diversité et comprendre comment transmettre cette culture de l’innovation aux futurs ingénieurs.

      https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/jni-2019-linnovation-dans-le-domaine-du-nucleaire-64464
      Si le projet Cigéo est abandonné, il faudra demander à l’agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) de réserver une place pour cette dame au fond du trou.

    • https://www.nytimes.com/2021/06/16/business/china-nuclear-reactor.html

      SHANGHAI — The Chinese government said on Wednesday that “about five” of the uranium fuel rods inside a nuclear power plant in southeastern China had been damaged, but added that no radiation had leaked out of reactors at the site.

      Regulators have also reviewed and approved limits on how much radioactive gas is allowed to accumulate in the water at the reactor, China’s National Nuclear Safety Administration said in a statement. Nuclear scientists in the United States and Europe said in interviews this week that a buildup of radioactive gas in the water surrounding the fuel rods, while not uncommon at reactors elsewhere, was often a sign of poor design, manufacturing or management.

      Donc : soit Framatome a fabriqué des éléments combustibles foireux (poor design or manufacturing), soit il les a transportés sans faire gaffe, soit les chinois les ont manutentionnés sans faire gaffe (poor management).

      It is fairly common for a few fuel rods to suffer damage in a nuclear reactor, said Najmedin Meshkati, an engineering professor specializing in nuclear safety at the University of Southern California. But it is less common for radioactive gases to accumulate in the water around the fuel rods to the point that regulators need to review what levels are safe, he said.

      “There is no question that something has happened,” he said, adding that events inside the reactor are unlikely to pose a serious safety threat.

      Mouaip... la dernière phrase relève une fois de plus de l’indécrottable optimisme (ou aveuglement) des spécialistes du nucléaire.

    • Éléments de sûreté nucléaire, Réacteurs à Eau Pressurisée - IRSN ch. 28 : Le combustible : gestions, surveillance et évolutions
      https://www.irsn.fr/FR/Larecherche/publications-documentation/collection-ouvrages-IRSN/Documents/Element%20sûreté%20REP%20chapitre%2028.pdf

      Étude détaillée des problèmes liés à la dégradation des crayons de combustible ; ce que l’on peut savoir de l’incident (présence de gaz rares dans le circuit primaire) a l’air de correspondre fidèlement à ce qui est décrit dans le manuel.

      Par ailleurs, on ne sait pas très bien (on est incapable de savoir…) ce qui se produit précisément dans le crayon lorsque survient un défaut d’étanchéité. Où l’on retrouve la question des seuils dont la fixation est assez arbitraire, mais dont il faut souhaiter qu’ils évoluent à la baisse.

      Le problème majeur rencontré pour la fixation des seuils résulte de la difficulté d’évaluer correctement l’état de la première barrière de confinement au cours d’un cycle de fonctionnement. En effet, il n’existe pas de méthode simple permettant de déterminer, à partir des données aisément accessibles (principalement les mesures de la radioactivité de quelques-uns des principaux produits de fission), l’état des gaines des crayons combustibles, en termes de nombre et de taille des défauts. La radioactivité relâchée par un défaut dépendant de nombreux paramètres inconnus a priori (taille, position, thermohydraulique locale, taux de combustion et puissance du crayon...) et les phénomènes physiques de relâchement des produits de fission étant encore imparfaitement compris, les modèles de « prédiction » des défauts à partir de la radioactivité de l’eau du circuit primaire présentent des incertitudes significatives et le nombre et la taille des défauts ne peuvent être déterminés de façon fiable qu’a posteriori, après arrêt du réacteur et déchargement des assemblages.
      Par ailleurs, au-delà du relâchement direct des produits de fission (notamment gazeux) initialement contenus dans les volumes libres du crayon, les conséquences d’une perte d’étanchéité de la première barrière de confinement peuvent être beaucoup plus importantes.

      (p. 824)

    • Dossier de L’Usine nouvelle : le chapeau du dossier

      Pourquoi l’incident nucléaire à l’EPR chinois de Taishan secoue tant EDF - Transition écologique et énergétique
      https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-l-incident-nucleaire-a-l-epr-chinois-de-taishan-secoue-tant-

      La malédiction de l’EPR atteint la Chine. Lundi 14 juin, EDF et sa filiale Framatome ont révélé une augmentation de la concentration de gaz rares dans le circuit primaire d’un réacteur de la centrale nucléaire de Taishan. Si l’anomalie ne semble pas grave pour l’instant, elle soulève des interrogations sur l’éventuelle responsabilité de Framatome et sur l’équilibre des forces dans le partenariat franco-chinois. L’affaire entache aussi l’image d’un site qui fait office de vitrine pour EDF alors qu’il abrite les deux seuls EPR en service à travers le monde.

    • … premier article du dossier :

      « Ce qui est arrivé à Taishan n’est pas qualifié comme un incident de sûreté », souligne Valérie Faudon (Sfen)
      https://www.usinenouvelle.com/article/epr-de-taishan-la-chine-n-attend-pas-que-l-asn-lui-donne-des-lecons-p

      Déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire (Sfen), Valérie Faudon apporte un éclairage technique sur la situation à l’EPR de Taishan (Chine). L’ingénieure revient également sur les aspects géopolitiques de l’affaire et sur la situation de la filière française de l’atome.
      […]
      D’où vient la concentration de gaz rares constatée par EDF ?
      Dans un réacteur nucléaire, les pastilles d’uranium sont disposées dans des crayons de zirconium, le tout dans des assemblages de combustible. Dans un EPR, il y a 64 000 crayons. Ces crayons sont situés dans la cuve, qui est remplie avec de l’eau pressurisée. D’où le nom de réacteur à eau pressurisée. Cette eau circule dans le circuit primaire et elle est analysée périodiquement. Ils ont constaté dans sa composition chimique une augmentation des gaz rares (xénon, crypton…). Lors de la réaction de fission, la molécule d’uranium se coupe en petits morceaux. C’est cela qui libère de l’énergie. Dans ces petits morceaux, il y a des gaz rares. Normalement, ils restent enfermés dans la gaine du combustible et le combustible est déchargé. En France, on parle d’un arrêt de tranche pour maintenance et rechargement du combustible. Cela arrive tous les 12 à 18 mois. Les combustibles sont retirés, on les laisse refroidir dans une piscine et au bout d’un certain temps ils sont transportés à La Hague (Manche) chez Orano et on les laisse encore refroidir dans des piscines avant de les retraiter.
      Dans ce cas précis, le fait qu’il y ait un peu de gaz rares qui soient passés dans l’eau veut dire qu’un certain nombre de crayons ne sont pas complètement étanches. Le ministère chinois de l’Écologie et de l’Environnement a parlé de cinq crayons sur 64 000. D’habitude, dès que le problème d’étanchéité est constaté, l’exploitant surveille d’autant plus l’eau. Les gaz rares y sont dissous, donc ils ne sont pas à l’état gazeux. L’eau est lavée périodiquement avec un petit circuit de filtrage et on vérifie que la concentration n’atteint pas ce qu’on appelle le « seuil de repli ». Ce seuil est fixé entre l’exploitant et l’autorité de sûreté. C’est un niveau de concentration à partir duquel la tranche va être arrêtée. Si on regarde le rapport de l’inspecteur général d’EDF, il y a eu sept assemblages non étanches en France. [Ce nombre correspond à un taux de défaillance de 0,11 %, un résultat salué comme un « bon niveau » par l’inspecteur, ndlr] Pour l’instant, les autorités chinoises disent que les seuils ne sont pas atteints.

    • … et le non-dit majeur actuellement sur le nucléaire (qui commence à devenir criant) le parc est vieillissant et il n’y a rien dans les tuyaux pour le renouveler. En supposant que la filière EPR finisse par marcher en France (tousse, tousse !…) il deviendrait urgent de lancer le renouvellement.

      Quelle place occupe la France dans cette compétition ?
      Nous n’avons pas vocation à avoir le plus grand parc nucléaire mondial. Notre objectif est de décarboner notre économie et d’assurer notre souveraineté. La sécurité d’approvisionnement électrique redevient un enjeu. Il y a quand même eu en 2020 des coupures d’électricité en Californie (États-Unis) durant l’été. En période de canicule, ils n’arrivaient plus à fournir suffisamment d’électricité pour la climatisation, faute de capacités pilotables suffisantes. Il y a eu le même problème au Texas (États-Unis), cette fois lors d’une vague de froid.

      En France, nous avons vraiment un sujet. Les bilans prévisionnels de RTE montrent que nous allons avoir besoin de beaucoup d’énergies renouvelables mais aussi de renouveler notre socle nucléaire. Si on se rend compte que les autres technologies ne sont pas disponibles, il faudra accélérer la construction du parc nucléaire. La question posée à la filière est : « Êtes-vous en mesure d’accélérer ? » Mais la filière n’a toujours pas la première commande ! [Le gouvernement français étudie un programme de construction six nouveaux EPR mais la décision a été renvoyée au prochain quinquennat qui débutera en 2022, ndlr] Dans la filière de la défense, notamment avec les sous-marins, les industriels ont une visibilité pour vingt ans. Donc ils peuvent s’organiser, maintenir les compétences et leur outil industriel, former des personnes… Une souveraineté industrielle ne se bâtit pas avec du « stop and go ».

    • EPR de Taishan : gaz rares, gaz nobles, gaz radioactifs ou gaz inertes ?
      http://www.fukushima-blog.com/2021/06/epr-de-taishan-gaz-rares-gaz-nobles-gaz-radioactifs-ou-gaz-inertes.h

      L’évènement de la centrale nucléaire de Taishan révélé ce jour par CNN permet de mettre un coup de projecteur sur le rejet de gaz rares dans l’environnement. Tout d’abord, concernant l’industrie atomique, considérez la formulation « gaz inertes » comme étant de la désinformation car les gaz rares issus d’une centrale nucléaire sont tout sauf inertes ! Inerte, cela signifie inactif. Or la radioactivité, c’est de l’activité : les rayons projettent des particules et de l’énergie dans leur environnement.

      Fuite radioactive en Chine : le coup fatal pour le réacteur nucléaire français EPR
      http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article381

      http://www.dissident-media.org/infonucleaire
      GLOSSAIRES des sigles du NUCLEAIRE
      https://www.gazettenucleaire.org/?url=/2017/283.html

    • @simplicissimus Merci pour le complément d’info bien sourcées. Donc effectivement ce qu’il faut retenir c’est qu’ils ont quelques crayons abîmés, et que tu coup du krypton et quelques autres gaz rares parmi les produits de fission se baladent dans le circuit primaire. C’est emmerdant mais ça ne génère pas de rejets extérieurs. Reste à savoir comme je le mentionnais plus haut qui est responsable : Framatome comme fabricant et livreur, ou les chinois comme manutentionnaires et utilisateurs ? Ou encore y a-t-il un souci genre vibration dans la cuve qui provoquerait ce genre de dégât ? (ceci ne sont que pures supputations).

      Je reviens sur l’histoire du renouvellement du parc : si on se place dans la logique nucléariste, effectivement, c’est maintenant qu’il faudrait renouveler le parc. C’est peut-être maintenant aussi qu’il faut repenser globalement l’énergie, tant du point de vue consommation que production (rien n’est plus assommant que l’argument qui veut qu’il faut renouveler à hauteur de la consommation actuelle). Il me semble que les échéances climatiques réclament un débat extrêmement large, sur lequel on s’interroge avant tout sur les baisses de consommation envisageables (en particulier les industries fortement consommatrices).

      Parce que bon, continuer à miser sur une production d’énergie qui : 1) lègue un tas de merde aux générations futures et 2) est certes acceptable tant que les installations fonctionnent bien, a certes un taux d’accident au regard des heures cumulées d’utilisation extrêmement bas, mais est parfaitement innacceptable du fait que quand accident il y a, ça te raye des centaines de km² habitables.

  • Le nouveau clip pour la vaccination utilise des biais cognitifs pour vous convaincre | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/-nouveau-clip-la-vaccination-covid-biais-cognitifs-nudge-convaincre_f

    “À chaque vaccination, c’est la vie qui reprend”, tel est le slogan du dernier spot de communication contre le coronavirus du ministère de la Santé. À l’image : une injection qui rouvre immédiatement les commerces, déconfine l’instantanément l’université, ressuscite les théâtres d’un coup...

    Notre cerveau déteste faire des efforts maintenant pour des récompenses ultérieures. Cette tendance irrationnelle porte un nom : le biais cognitif du “temps présent”. Nous préférons ce qui comporte un intérêt immédiat. Le gouvernement l’a bien compris, et joue sur ça pour pousser les hésitants à se faire vacciner contre le Covid-19, comme nous le décryptons dans la vidéo ci-dessus.

    En réalité, pour une grande majorité des Français, l’intérêt de la vaccination n’est pas instantané. Moins sensibles aux formes graves du Covid-19, les derniers publics visés (les jeunes et les personnes en bonne santé) profiteront de leur vaccin que s’il permet de déconfiner et de reprendre une vie normale. Autrement dit, ils verront les effets positifs que lorsque l’ensemble de la population sera vaccinée.

    Grâce à quelques coupes au montage et quelques raccourcis par rapport à la réalité, le gouvernement juxtapose vaccin et loisirs, vaccins et plaisirs. Une injection et les sensations d’une foule dans un stade ressurgissent.
    Cette technique est baptisée “nudges”

    Ces dernières années, les discours, les affichages, les choix proposés aux citoyens sont testés, étudiés pour être le plus efficaces possible. Parfois, ces dispositifs- marquage au sol, SMS personnalisés, auto-attestation lors de la crise sanitaire- mobilisent nos émotions, nos réflexes sociaux, nos biais.

    “L’économie a longtemps considéré l’homme comme des robots, qui prennent des choix rationnels selon les informations dont ils disposent. Nous sommes humains, influencés par le contexte, les émotions, les autres”, explique pour Le HuffPost Éric Singler, directeur de l’institut BVA.

    Ainsi depuis les années 2000 de nouvelles techniques de marketing et de communication, basées sur les travaux des économistes prix Nobel Richard Thaler et Daniel Kahneman font fureur chez les communicants et investissent désormais les sciences politiques.

    Baptisés “nudges”, ces petits trucs et astuces accélèrent la décision, sans influencer sur sa nature. Ici, le gouvernement s’adresse à ceux qui veulent déjà se faire vacciner, mais qui tergiversent et repoussent pour diverses raisons.

    • On parle d’un mec à l’origine du groupuscule Vengeance Patriote qui entraîne ses militants au combat façon paramilitaire mais pour Coralie Dubosc, la vidéo d’appel au meurtre de #Papacito est un caprice de Mélenchon.

      LREM, le barrage troué...

      https://twitter.com/realmarcel1/status/1401922145891098624
      Pour situer un peu mieux, voilà de qui on parle.
      https://www.streetpress.com/sujet/1603295168-vengeance-patriote-groupuscule-extreme-droite-militants-comb

    • Le déni médiatique de la violence d’extrême droite

      Dure journée. L’emploi du temps prévu s’est surchargé de toutes les tâches liées à la résistance à la meute médiatique alléchée par le plan de com du « printemps républicain ». En effet, quatre heures après l’émission sur France Inter du dimanche, le premier de ces doriotistes se réveille et trouve dans mes propos à l’émission ce qu’aucun des quatre journalistes présents sur le plateau n’avait entendu ni vu : une improbable séquence soi-disant complotiste. Pourtant, je répétais seulement ce que des dizaines d’articles de presse avaient dit avant moi : que les assassins attendent souvent les élections pour faire parler d’eux. Comme ce délire n’était pas vraiment convaincant, les ventilateurs à fiel se tournèrent vers le récit des parents de victimes pour mieux me flétrir grâce une dose d’affect empathique. Il m’a semblé que ces gens ne savaient pas vraiment ce que j’ai réellement dit, mais réagissaient à ce que leurs interrogateurs me faisaient dire. Mais ainsi fut réunie une belle base pour un long spasme d’indignation médiatique sur toutes les chaînes. Et sur tous les journaux dans la main des 9 milliardaires propriétaires de toute la presse et de ceux qui la font. Car pour eux mon dernier score dans les sondages est déjà un attentat contre leur pouvoir de bashing.

      Alors, sentant l’ambiance propice, un youtubeur d’extrême droite, recommandé comme « ami » par Éric Zemmour, met en ligne une vidéo sur l’art d’assassiner un électeur insoumis. Nous sommes glacés d’effroi. Pas certains journalistes. Et c’est peut-être encore plus glaçant.

      Tranquillement plusieurs m’accusent d’orchestrer une diversion. Comme si je trouvais mon compte à cette vidéo !! Regardez un instant la scène des coups de poignards et dites ce que vous ressentez en tant que personne normale. La pente CNews d’une bonne partie de la presse est désormais une option éditoriale qui se généralise. Dans cette ambiance, Zemmour a pu venir défendre Papacito sans rencontrer la moindre opposition de sa corporation.

      Je laisse de côté les délires politiques de ceux qui vendaient la peau politique de l’ours avant qu’il soit assassiné. J’en reste à l’essentiel. C’est à dire aux deux bonnes nouvelles de cette séquence. La première : les médias prennent la responsabilité de dire qu’il n’y aura aucun assassin pour profiter des périodes électorales comme cela s’est passé jusque-là. La seconde : pour ces médias aucun d’entre nous n’a rien à craindre des menaces de mort dont nous faisons l’objet. Raison pour laquelle ils leur donnent moins d’importance que la suite du feuilleton de leur manipulation de mes propos.

      Tout le monde peut donc dormir tranquille. Isolés dans des flots de boue et de manipulations nous n’aurons qu’un souhait : que leur déni soit confirmé. Qu’il n’y ait pas d’attentats et que nul d’entre nous ne reçoive un mauvais coup. Tel est désormais le monde dans lequel nous vivons.

      Jlm

    • Je rigole. Mon père, qui se fout de la politique depuis toujours, me raconte que quand même, il a une opinion sur Mélenchon, oui, oui, car « quand même, tu te rends comptes Mélenchon, il en raconte de ces conneries ! ».

      Tu vois, Mélenchon, c’est le gars, on s’intéresse à ce qu’il raconte que quand il raconte qq chose qu’on va pouvoir dire que c’est pourri. Mélenchon, là, tu vois, on va pouvoir dire qu’il est complotiste. Et comme lui, on a le droit de le dire, c’est un gauchiste, et même un islamogauchiste, alors on a tous les droits, et on va donc le dire sur tous les tons, et sur toutes les ondes. Et comme ça, même les gens qui ne se sont jamais forgé de conscience politique, ils vont pouvoir dire que Mélenchon, quand même, quel trou du cul.

      Moi, là, ça fait plus de 15 ans que je lis ce qu’il raconte Mélenchon, et jamais je ne me suis dit qu’il était complotiste. Et même plutôt un petit peu le contraire. Bref.

    • c’est les généralisations théoriques sur « l’oligarchie » (quelques poignées ou 1% qui commandent) qui sont complotistes, elles ne font pas de cas des rapports sociaux qui nous tiennent, ça permet de dénoncer (s’indigner) au lieu de critiquer (analyser). pour jouer au tribun, c’est beaucoup plus adapté.

  • Accusée d’"antisémitisme", une députée française se retire d’une émission israélienne
    https://www.aa.com.tr/fr/monde/accus%C3%A9e-dantis%C3%A9mitisme-une-d%C3%A9put%C3%A9e-francaise-se-retire-dune-%C3%A9mission-isra%C3%A9lienne/2250505

    La députée « Danièle Obono » défendait les droits « légitimes » du peuple palestinien sur la chaîne « i24News »

    [...]

    Commentant ces déclarations, l’un des journalistes participant à l’émission a déclaré : "Il conviendrait de changer le nom de votre parti, ce doit être la « France soumise aux islamistes ».... Vous représentez un parti antisémite et non antisioniste, et je n’ai pas peur de le dire."

  • La santé mentale des filles a été plus touchée que celle des garçons
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pendant-le-premier-confinement-la-sante-mentale-des-filles-plus-touch

    L’un des principaux constats de l’enquête réside donc dans un plus fort impact du confinement sur la santé mentale des filles que celle des garçons. 32,7% d’entre elles ont connu plus de difficultés que d’habitude pour s’endormir, contre 21,9% des garçons. 14,7% ont fait plus de cauchemars et 19,4% de réveils nocturnes, contre respectivement 5,6% et 11,2% des garçons. Leur alimentation a également été plus impactée, 26,4% d’entre elles indiquant souvent trop manger, pour seulement 13,5% des garçons.

    Enfin, les filles ont davantage rencontré de difficultés émotionnelles. “Elles se sentaient le matin beaucoup plus tristes, préoccupées, nerveuses et fatiguées, moins détendues et tranquilles, et elles s’ennuyaient beaucoup”, peut-on lire dans le rapport.

    Comment expliquer cette différence ? Les chercheurs avancent deux hypothèses. Cet écart entre les genres pourrait s’expliquer d’une part “par un stress perçu plus important chez les filles que les garçons ou des différences de modalités de réponse entre sexes (les filles étant plus enclines à l’expression des émotions)”. Et, d’autre part, “par la répartition genrée des tâches, notamment éducatives et domestiques, au sein de la famille, y compris en période de confinement”.
    Charge mentale

    Il a été démontré très rapidement l’an dernier que le confinement n’a pas fait de bien aux femmes, qui ont bien souvent dû jongler entre le travail à domicile, l’école à la maison et la gestion des tâches domestiques. Selon un sondage Harris Interactive pour le secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, 58% des femmes en couple avaient le sentiment d’effectuer la majorité des tâches ménagères depuis le début du confinement, contre 33% des hommes.

    Une forme de charge mentale dès le plus jeune âge ? Quoi qu’il en soit, il a été constaté dans l’étude publiée dans le BEH que les filles étaient plus nombreuses que les garçons à devoir s’occuper de leurs frères et sœurs, ce qui était perçu comme un point négatif du confinement.