• Rencontre avec Ghislaine : héritière d’un empire d’espionnage - par Whitney Webb.

    Plus que l’enfant préférée de son père, Ghislaine Maxwell était au centre de l’opération d’influence et du réseau d’entreprises liées au crime organisé et aux services secrets que Robert Maxwell a mis en place à New York avant sa mort en 1991.

    https://reseauinternational.net/rencontre-avec-ghislaine-heritiere-dun-empire-despionnage


    #Epstein #Maxwell #mossad

  • L’annulation des réserves russes va conduire à un nouveau système monétaire international
    https://reseauinternational.net/lannulation-des-reserves-russes-va-conduire-a-un-nouveau-system

    En bref, le système monétaire occidental basé sur le dollar américain comme monnaie de réserve est sur le point de se terminer dans une supernova inflationniste, car les États-Unis perdent la capacité d’utiliser l’épargne chinoise pour financer leurs déficits budgétaires et commerciaux. Et cela se produit alors que la génération des baby-boomers part à la retraite et que leurs droits à l’aide sociale montent en flèche. La défense, les intérêts et les droits non discrétionnaires absorbent déjà 100% des recettes fiscales. Alors maintenant, il n’y a plus le choix : la Fed va imprimer la plupart des énormes dépenses supplémentaires.

    Je continue à devoir me fader à longueur de Twitter et d’échanges inter-personnels des fadaises sur la psychologie de Poutine, le nouvel Hitlerostalinien diabolique qui souhaite conquérir le Monde entier et au-delà parce qu’on lui aurait volé son doudou quand il était à la Crèche du KGB.

    Là, ça parle du SMI, et c’est un vrai bout du puzzle pour comprendre comment nous en sommes arrivés à ce point. Mais les gauches non-occidentales qui n’ont pas été élevées avec des cuillères en or, savent que discuter du dollar pour évoquer la guerre en Ukraine, c’est un leurre américano-centré.

    A d’autres endroits, il faudrait qu’on discute du 3ème paquet énergie, qui a été le énième caillou dans la chaussure des Russes, pour qu’ils cessent de vouloir vendre le gaz à des conditions normales, et qu’ils se débrouillent pour respecter le mille-feuille légal spécialement conçu pour leur faire accepter d’utiliser des tuyaux avec des conditions tarifaires non-négociables. Ce genre de choses. D’où, à la fin, Nord Stream II, qui évidemment, n’a pas été rendu possible, parce que bon. Puisque les Russes se sont conformés au 3ème paquet NRJ, il fallait trouver autre chose pour qu’enfin, les européens cessent d’acheter le gaz russe.

    Je ne dis pas que ça justifie quoi que ce soit. Je dis que quand on est russe, on doit se fader des âneries à la pelle de ce genre depuis 30 ans.

    Et alors, il y a l’Ukraine, et sa révolution colorée qu’on a le droit et qui déclenche une avalanche de lois qu’on a le droit, confiscatoires et vexatoires pour tout ce qui est plus ou moins russe. Et les russes comprennent qu’ils n’ont que le droit d’accepter les choses comme elles sont. Et d’ailleurs, ils ne sont pas en guerre, mais ils sont priés d’accepter les sanctions comme si elles étaient normales.

    Pour de rire, pour dire à quel point de bêtise on est rendu :
    À cause de la guerre en Ukraine, ils veulent changer le nom d’un collège en Vendée
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/a-cause-de-la-guerre-en-ukraine-ils-veulent-changer-le-nom-du-college-s

    À Aizenay, près de La Roche-sur-Yon, le collège porte le nom de l’écrivain Russe Alexandre Soljenitsyne , qui s’était rendu en Vendée, en 1993. Des syndicats d’enseignants demandent qu’il soit remplacé par celui d’un poète ukrainien.

    Dans le monde, tu as ceux qui font des sanctions, et elles sont justes, et ceux qui se les prennent dans la gueule, et qui doivent dire merci.

    Je ne dis pas que tout cela justifie quoi que ce soit.

    En 1980, les iraniens ont été contraint de se battre contre les irakiens, parce que. Et c’était normal.
    En 1992, les irakiens ont été contraint de se battre, et de se laisser détruire, parce que. Et c’était normal.
    L’ONU n’a servi à rien, ou presque, à chaque fois.
    En 1999.
    En 2003.
    En 2012, en Syrie. Évidemment, là aussi, il ne s’est rien passé qui puisse mettre en accusation les occidentaux. Non. Là seule chose que tu entends en ce moment, c’est que la Syrie a été détruite par les Russes. Parce que chez nous, ce qu’on t’explique, c’est que le dirigeant officiel de la Syrie est une enflure, mais que s’il se trouve des syriens pour le soutenir, et pour l’aider à maintenir le régime au pouvoir, ça ne vaut rien. Que ce régime règne par la force, c’est indéniable. Qu’il soit illégitime est autre chose, qui n’a pas grand chose à voir avec la morale. Et dans cette énième guerre meurtrière, les russes n’ont pas été les agresseurs.
    2014, Fuck the EU, et accords de Minsk que personne n’applique, et surtout pas la partie occidentale.

    Les alertes ont été nombreuses pourtant. 2007, 2013. Poutine a expliqué dans le vide que la façon dont les gardiens du droit international s’essuyaient les pieds dessus était dangereuse.

    Cf. juste pour mémoire :

    A Plea for Caution From Russia - Atlantic Council
    https://www.atlanticcouncil.org/blogs/natosource/a-plea-for-caution-from-russia

    No one wants the United Nations to suffer the fate of the League of Nations, which collapsed because it lacked real leverage. This is possible if influential countries bypass the United Nations and take military action without Security Council authorization.

    (...)

    From the outset, Russia has advocated peaceful dialogue enabling Syrians to develop a compromise plan for their own future. We are not protecting the Syrian government, but international law. We need to use the United Nations Security Council and believe that preserving law and order in today’s complex and turbulent world is one of the few ways to keep international relations from sliding into chaos. The law is still the law, and we must follow it whether we like it or not. Under current international law, force is permitted only in self-defense or by the decision of the Security Council. Anything else is unacceptable under the United Nations Charter and would constitute an act of aggression. . . .

  • L’Iran et la Russie passent à la stratégie maximale
    23 janvier 2022| Pepe Escobar | source :https://thecradle.co/Article/columns/6033 | traduction Réseau International
    https://reseauinternational.net/liran-et-la-russie-passent-a-la-strategie-maximale

    Trois c’est pas beaucoup : Le sommet Iran-Russie de cette semaine, qui s’est déroulé en même temps que les exercices militaires du RIC dans la mer d’Oman, en prévision d’une rencontre Xi-Poutine dans deux semaines, suggère une vision stratégique à évolution rapide pour les trois puissances eurasiatiques.

    La visite officielle en Russie du président iranien Ebrahim Raïssi, à l’invitation de Vladimir Poutine, a généré l’une des images géopolitiques les plus étonnantes du XXIe siècle : Raïssi effectuant ses prières de l’après-midi au Kremlin.

    Plus que les heures de discussions approfondies sur les dossiers géopolitiques, géoéconomiques, énergétiques, commerciaux, agricoles, de transport et aérospatiaux, cette image restera gravée dans tous les pays du Sud comme un symbole approprié du processus continu et inexorable d’intégration eurasiatique.

    Raïssi s’est rendu à Sotchi et à Moscou prêt à offrir à Poutine une synergie essentielle pour faire face à un Empire unipolaire en déclin, de plus en plus enclin à l’irrationalisme. Il a été clair dès le début de ses trois heures de discussions avec Poutine : notre relation renouvelée ne devrait pas être « à court terme ou positionnelle – elle sera permanente et stratégique ».

    Poutine a dû se délecter des torrents de sens contenus dans l’une des déclarations factuelles de Raïssi : « Nous résistons aux Américains depuis plus de 40 ans ».

    Pourtant, beaucoup plus productif fut le document sur la coopération stratégique entre l’Iran et la Russie que Raïssi et son équipe ont présenté aux responsables russes.

    Raïssi a souligné que cette feuille de route « peut déterminer la perspective pour au moins 20 ans à venir », ou du moins clarifier « l’interaction stratégique à long terme entre la République islamique d’Iran et la Fédération de Russie ». (...)

    #Russie_Iran

  • Est-il possible de vérifier par vous-même le phénomène bluetooth que dégageraient les personnes vaccinées ?
    https://reseauinternational.net/est-il-possible-de-verifier-par-vous-meme-le-phenomene-bluetoot

    Que ce soit sur téléphone ou sur ordinateur via linux, voici le « comportement » des adresses mac des vaccinés :
    – Les adresses mac ne sont pas joignables en permanence, elles sont muette par intermitence. Lors d’un test fait avec 3 vaccinés, il m’a semblé que plus les personnes sont stressés/anxieuses et moins l’adresse mac apparait. Cette appréciation reste subjective mais mérite d’être approfondie.
    – Les adresses mac ne sont pas fixes, elles sont dynamiques, elles changent donc à un intervalle restant à déterminer.
    – Les adresses mac des vaccinés récemment semblent être plus « émettrices », ce qui veut dire qu’elle sont plus rapidement joignable et que le signal est plus fort et plus durable. Il faudrait confirmer ce point via un protocole strict.
    – Les adresses mac ne sont pas « connectables », aucun protocole connu ne semble pouvoir les connecter …
    – Testez par vous même et n’hésitez pas à prendre un groupe significatif de vaccinnés, 5-10 personnes semblent être un minimum pour avoir un résultat immédiat. Nous avons en effet testé sur un groupe de 3 vaccinés et il y avait des périodes de quelques minutues (15 maximum) où aucune des adresses des 3 vaccinés n’apparaissaient lors de recherches …

    Si tu as des problèmes de connexion de ta souris Bluetooth, bon ben maintenant tu sais pourquoi : c’est ton vaccin qui fout le merdier.

  • Une même information (les gens vaccinés sont contagieux), 4 traitements journalistiques.

    – « Les vaccinés sont moins susceptibles de transmettre le Covid-19, confirme une étude sur des joueurs de la NBA »
    – « Les personnes vaccinées sont contagieuses moins longtemps que les non-vaccinées »
    – « Les personnes vaccinées contre le Covid-19 peuvent être contaminantes et contaminées dans des proportions importantes »
    – « La part épidémiologique de la population vaccinée dans la transmission de la COVID-19 s’accroit »

    En résumé : les vaccinés peuvent transporter le virus et/ou en être malade. Ils sont contagieux moins longtemps que les non-vaccinés mais ils sont de plus en plus nombreux (à être malade et/ou contagieux)

    Question personnelle : A quoi auront servi les vaccins, si ce n’est à générer une pandémie permanente ?

    Les vaccinés sont moins susceptibles de transmettre le Covid-19, confirme une étude sur des joueurs de la NBA
    https://www.businessinsider.fr/les-vaccines-sont-moins-susceptibles-de-transmettre-le-covid-19-conf

    Les personnes vaccinées sont contagieuses moins longtemps que les non-vaccinées
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-personnes-vaccinees-sont-contagieuses-moins-longtemps-n

    Les personnes vaccinées contre le Covid-19 peuvent être contaminantes et contaminées dans des proportions importantes
    https://reseauinternational.net/les-personnes-vaccinees-contre-le-covid-19-peuvent-etre-contami

    La part épidémiologique de la population vaccinée dans la transmission de la COVID-19 s’accroit
    https://reseauinternational.net/la-part-epidemiologique-de-la-population-vaccinee-dans-la-trans

  • Vaccins, 3ème dose et conflit d’intérêts - JT du mardi 24 août 2021 (TV Libertés)
    https://www.crashdebug.fr/vaccins-3eme-dose-et-conflit-d-interets-jt-du-mardi-24-aout-2021-tv-liber

    Allez une bouffée d’oxygène pour terminer la journée avec le journal de TV Libertés ; )))), c’est bien eux vous voyez ils parlent de Mc Kinsey..... ; )))

    A la une de cette édition, la 3ème dose de vaccin contre le Covid-19 se profile pour les plus âgés ! Alors que le gouvernement met le paquet pour rendre la vie impossible aux Français qui refusent la vaccination, Olivier Véran a annoncé que la plupart des vaccinés de la première heure vont devoir repasser à la piqûre… Une aubaine pour les laboratoires, et un nouveau casse-tête pour tout le monde.

    Nous évoquerons ensuite les chantiers de Gérald Darmanin. Engagé dans le contrôle des pass sanitaires, le ministre de l’intérieur voit les dossiers sécuritaires et migratoires s’accumuler sur son bureau, pour le moment, sans résultat.

    Retrouvez-nous (...)

  • Pas d’indemnité chômage pour les salariés sans pass sanitaire suspendus (RT)
    https://www.crashdebug.fr/pas-d-indemnite-chomage-pour-les-salaries-sans-pass-sanitaire-suspendus-r

    PASS-SANS SALAIRE : .... Est pire qu’un licenciement qui accorde les indemnités-chômage = contrat zero heure déguisé

    https://reseauinternational.net/strategie-juridique-de-me-carlo-brusa-pour-les-employes-refusan

    Je partage leur analyse sur le fond mais concrètement le salarié suspendu sans salaire comme va-t-il vivre, payer son loyer, son crédit immo ? IL EST MORT car sans licenciement, pas de chômage.

    Beaucoup pensent que parce qu’on des droits juridiques ils sont effectifs immédiatement, c’est complètement FAUX

    Même si le salarié agit en justice, cela va prendre des années (première instance+appel) + frais d’avocat/justice pour une petite indemnité au final qui ne couvrent jamais tous les préjudices financiers réels.

    d’ici là, le salarié (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Riposte palestinienne : 600 missiles tirés contre « Israël », 4 morts et 115 blessés israéliens | Réseau International
    https://reseauinternational.net/riposte-palestinienne-600-missiles-tires-contre-israel-4-morts-

    Selon les médias israéliens » le cabinet israélien a décidé de ne pas accepter la proposition du « retour au calme en échange du calme » et a donné pour instruction à l’armée d’occupation de poursuivre ses attaques et de rester en état d’alerte. Ils ont révélé que plus de 650 missiles avaient été tirées de la bande de Gaza et interceptées environ 400 par le Dôme d’acier antimissile.

    Al-Manar, proche du Hezbollah, minimise curieusement le taux d’échec du "dôme de fer" israélien. Ailleurs (https://www.lopinion.fr/edition/international/gaza-cessez-feu-conclu-entre-israel-palestiniens-185988), on lit que 150 sur 600 ont été interceptées. En tout cas, de quoi se poser des questions en cas de bras de fer entre #Israël et le #Hezbollah...

  • C’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat !
    Spécialiste reconnu des avalanches, le Suisse Werner Munter planche nuit et jour depuis trois ans sur le réchauffement climatique. Et, pour lui, l’homme n’y est pour rien !

    Il y a une semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pointait une nouvelle fois d’un doigt accusateur l’homme et le CO2 qu’il produit comme principaux coupables du réchauffement climatique. Pour Werner Munter, spécialiste mondialement reconnu des avalanches, qui se penche compulsivement sur le phénomène depuis trois ans, « ces gens sont des imbéciles qui répètent en boucle des bêtises, le savent et sont payés pour ! » Le Bernois nous a longuement reçus dans son appartement d’Arolla (VS) pour étayer ces accusations entre une tranche de viande séchée et deux verres de Cornalin. Son diagnostic climatosceptique, loin d’être celui d’un hurluberlu, est partagé par d’éminents scientifiques dont deux Prix Nobel. Il nous l’explique.

    Vous affirmez que l’homme n’a rien à voir avec le réchauffement. Pourquoi ?

    Précisons tout d’abord que je ne conteste pas le réchauffement lui-même. Je l’ai d’ailleurs constaté en tant que guide de montagne en voyant les glaciers reculer. Celui qui nous fait face par exemple a perdu 100 m depuis que j’ai acheté cet appart en 1989. En 2005, le pilier Bonatti des Drus s’est effondré à cause du réchauffement du permafrost. Ce que je remets en cause, ce sont les causes de ce réchauffement. Elles n’ont rien à voir avec l’homme ou avec le CO2 comme on nous le serine. Je suis arrivé à cette conclusion pour trois raisons.

    Quelles sont ces raisons ?

    La première, c’est tout simplement l’analyse des données climatiques reconstituées sur des millions d’années. Rien que dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons. Ces optima correspondent à des cycles naturels. Au Moyen Age, il était par exemple possible d’aller en vallée d’Aoste depuis Arolla avec les troupeaux car le glacier n’existait plus. Lors des deux premiers optima, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants. Avant cela, pendant des centaines de milliers d’années, il a fait plus chaud qu’aujourd’hui. Et parfois jusqu’à 7 degrés plus chaud ! Or le GIEC se concentre sur les 150 dernières années. Autant dire qu’il regarde autour de son nombril. Les reconstructions paléoclimatiques montrent aussi que, pendant des centaines de millions d’années, il n’y a pas eu de corrélations entre le CO2 dans l’atmosphère et la température sur terre.

    Votre second argument ?

    La concentration de CO2 – qui est soit dit en passant un gaz vital et non pas un poison – dans l’atmosphère est négligeable. Il y en a un peu moins de 0,5‰ dans l’atmosphère, et au maximum 5% de cette quantité est imputable à l’homme. Pour un million de molécules d’air, il y a seulement 20 molécules de CO2 produites par l’homme. Et chaque année, notre industrialisation rajoute 4 molécules de CO2 pour chaque million de molécules d’air, mais la moitié est absorbée par les océans et les plantes. Et on veut nous faire croire que cette infime proportion due à l’homme est une catastrophe ? J’ai beaucoup de peine à le croire (rires).

    Pourquoi dès lors la thèse officielle fait quasi consensus ? Vos collègues scientifiques ne sont pas tous des imbéciles !

    Ces théories visent à nous culpabiliser. Quand des scientifiques comme ceux du GIEC disent qu’ils veulent sauver la planète, je dis qu’ils ne sont pas crédibles. Ils mentent pour préserver des intérêts économiques dont les leurs. Car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement. Il y a une volonté de faire peur aux gens par exemple en dramatisant la montée des océans, alors que ceux-ci ne s’élèvent que de 2 à 3 mm par an ! C’est aussi une manipulation intellectuelle de parler de CO2 en tonnes plutôt qu’en proportion. Des tonnes, ça impressionne, mais rappelons que l’atmosphère pèse 5 000 000 000 000 000 tonnes !

    Votre dernier argument est que la thèse officielle contredit les lois de la physique. C’est-à-dire ?

    Celle de la thermodynamique en particulier. Pour faire simple : la terre fait 15° en moyenne. L’atmosphère censément polluée de CO2 est grosso modo à -30° à 10 km d’altitude. Qu’elle réchauffe la Terre qui est bien plus chaude qu’elle est une aberration. La thermodynamique nous dit que la chaleur va toujours vers le froid et jamais dans le sens inverse, ce que correspond à notre expérience quotidienne.

    Alors au final, comment expliquez-vous ce fichu réchauffement ?

    Je n’ai pas de réponse car trop de facteurs entrent en jeu. Par contre, j’ai des hypothèses. Je soupçonne par exemple les variations de l’intensité du rayonnement solaire – qui répondent à des cycles – de jouer un rôle central, tout comme les processus nucléaires complexes et méconnus qui sont à l’œuvre au centre de notre Terre. Quoi qu’il en soit, c’est de l’arrogance de croire qu’en 150 ans d’industrialisation nous avons changé le climat. La nature est bien plus forte que l’homme, nous ne sommes pas les maîtres de la Terre !

    https://reseauinternational.net/cest-de-larrogance-de-croire-quen-150%e2%80%89ans-dindustrialis
    source : https://reseau-actu.tumblr.com/post/179075364252/cest-de-larrogance-de-croire-quen-150-ans
    #réchauffement_climatique #GIEC

  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce dimanche 1 juillet 2018
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/15001-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-interna

    Merci à notre Contributeur anonyme pour cette mise à jour dominical ; )))

    Bonne lecture,

    Amitiés,

    f.

    La Revue de presse du jour comprenant les informations de ce qui fait l’actualité française et internationale du 28 juin au 1er juillet 2018 vues par notre Contributeur anonyme.

    DON : https://www.paypal.me/revuedepresse ou https://www.paypal.com/pools/c/7ZGVkA4zY3

    USA :...44% des Amércains craignent une guerre civile d’ici 5 ans

    https://fr.express.live/2018/06/28/sondage-choc-44-des-americains-craignent-une-nouvelle-guerre-civile-dan ?

    https://reseauinternational.net/nouvelle-guerre-civile-aux-etats-unis-damerique-certaines-perso

    SPECIAL CHINE 1/2 :..reconnaissance faciale, notation sociale, surveillance totale...200 000 commandes (...)

  • http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/bhl-ce-que-je-sais-de-sarkozy-et-la-libye-27-03-2018-2206040_69.php

    Et ils n’ignorent pas non plus, puisque j’en ai, dans un livre puis un film, tenu l’exacte et quotidienne chronique, que j’ai, pendant cette période, été en contact fréquent avec le président d’alors, Nicolas Sarkozy ; que je l’ai vu employer sa virtuosité persuasive pour décider ses homologues à ne pas manquer le rendez-vous d’un peuple arabe revendiquant son droit à la dignité et à faire ainsi coïncider, pour une fois, l’éthique de conviction et de responsabilité ; et ils n’ignorent pas non plus que, n’ayant jamais voté pour lui, je l’ai fait dans le même esprit que lorsque j’ai amené le président bosniaque Izetbegovic à François Mitterrand, le futur président ukrainien Porochenko à François Hollande ou le général kurde Barzani à Emmanuel Macron : en citoyen engagé ou, si l’on préfère, en lanceur d’alerte intellectuel usant de son droit républicain d’interpellation du pouvoir en place.

    C’est beau comme du BHL. Je préfère vous prévenir, c’est à se tordre. Qui peut encore lire cela au premier degré est une énigme insoluble.

    • A vrai dire, je cherchais une image de BHL pour cet article dans le Point , celle que j’ai mise là est adequate, il me semble, parfaitement factice, je crois même avoir lu à propos de cette photographie - il y a trop longtemps pour que je me souvienne où - que les fusils-mitrailleurs des soldats autour de BHL étaient faux et que même cela crevait les yeux des spécialistes. Bref de la tartufferie, assez drôle.

      Mais là où j’ai vraiment éclaté de rire c’est quand des images avec une pareille fausseté sont là pour coréler d’autres mensonges :

      BHL écrirait :

      Et il monterait des expositions avec des oeuvres de Debord notamment :

      Enjoy

    • Finalement, toutes ces impostures ne sont que de vulgaires méthodes marketing, assez classiques, les mêmes que pour les supermarchés, non ? Je comprends que ça nous révolte, j’ai aussi par le passé passé du temps à poster sur lui ou similaires, je vois que certains et certaines continuent l’aventure des éditocrates, mais je me dis que c’est une vraie perte de temps, pour un système qui est déjà à moitié dans les poubelles de l’histoire (regarde, Minc a quasi disparu des écrans radar).

    • Minc a disparu, mais d’autres l’ont remplacé. Si tu continuais à lire les journaux douteux où il sévissait, et un nombre non négligeable de gens continuent à les lire, tu lirais d’autres éditocrates similaires. Critiquer Minc, se moquer de BHL qui est encore un peu là, c’est aussi critiquer tous les nouveaux qui reprennent le flambeau. Malheureusement le principe global, l’imposture, n’a pas encore disparu que je sache.

    • De mon côté, cher @reka, je me demande à quel point la carricature d’imposture qu’est BHL, n’aide pas à voir au travers d’impostures moins visibles, moins discernables. Au point de les disqualifier d’un seul coup drastique à la manière d’une contagion rampante.

      Je réfléchis un peu à voix haute. Bear with me . Lisant cette tribune risible du Point , j’en venais à plaindre (c’est du second degré) Sarkozy d’être défendu par un type aussi peu crédible dont on pouvait penser justement que cela contaminerait la crédibilité de Sarkozy .

      La crédibilité de Sarkozy , oui, je sais, cela sonne étrangement. Et pourtant est-ce qu’on ne devrait pas se tenir le raisonnement que d’une part nous n’avons pas su empêcher l’accession au pouvoir d’une pareille baudruche (qui est encore bankable auprès de tant et tant de personnes, et parfois même au delà de sa famille politique, combien de fois ai-je entendu dire qu’heureusement cela avait été lui et pas Ségolène Royal pour affronter la crise financière de 2008, avec tout ce que cela représente d’impensés, pas seulement sexistes).

      D’une manière comparable, je suis très surpris ces derniers temps que je retrouve, dans mon entourage professionnel et au delà, un semblant de crédibilité politique en pointant vers les compte-rendus d’audience du procès de Tarnac qui, même si ce dernier ne pointera, sans doute pas officiellement, l’irresponsabilité politique de la même clique, pour beaucoup de personnes le lien se fait.

      Alain Minc est passé sous les radars, mais pas encore Attali. Et un paquet d’autres

      Même si ce qui m’a poussé à ce signalement est évidemment une volonté à l’ironie (tu sais, je crois, mon manque de résistance devant le désir dironie), je ne disqualifierais pas trop vite la possibilité d’une contagion et le bénéfice qu’il y aurait à tirer d’en favoriser les conditions.

  • Ghouta-est : les terroristes en débandade | Réseau International
    https://reseauinternational.net/ghouta-est-les-terroristes-en-debandade

    Je voulais donner un écho sur SeenThis des protestations des habitants de la Ghouta contre les « rebelles » qui les occupent... Et je n’ai trouvé que ce site, qui donne une version certainement amplifiée mais sur la base de témoignages tout de même assez documentés. En revanche, on trouve tout plein de « protestations » internationales contre la nouvelle « martyre du boucher de Damas »... Quasi la même chose en anglais...

    Des milliers d’habitants opprimés des localités situées dans la Ghouta orientale, près de Damas, ont manifesté, mardi 6 mars, contre les crimes commis par les groupes terroristes, réclamant le retrait des éléments terroristes et le rétablissement de la sécurité dans leurs villes.

    Après la reprise par les forces syriennes des villages de Sabqa et Hamouriya, mardi 6 mars, des milliers de citoyens de la Ghouta orientale ont protesté contre les crimes des groupes terroristes.

    « L’ampleur des manifestations a été si grande que les terroristes ont préféré s’enfuir et évacuer leurs bases dans ces deux villages », a annoncé une source sur le terrain.

    Le drapeau syrien a été hissé dans les villages de Sabqa et Hamouriya où les habitants s’apprêtent à accueillir les forces de l’armée syrienne.

    Pour leur part, les habitants de la localité de Mesraba ont organisé une manifestation monstre lors de laquelle les jeunes ont appelé toute la population à intervenir pour mettre un terme à l’oppression des terroristes.

    #syrie

  • Le vrai visage de Nicolas Sarkozy !!! – Espion “américain” placé à la présidence par la CIA – Dossier complet et documenté ! - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2017/08/le-vrai-visage-de-nicolas-sarkozy-espion-americain-place-a-la-pres

    Sarko – le vrai CV :
    Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité.

    Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir.
    Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines de l’ancien président de la République« française ».

    Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.

    Tonton Pasqua et l’arriviste. Ce pourrait être une fable de La Fontaine.
    Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays.

    Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées.

    Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française.

    Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.

    Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté.

    Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.

    C’est que l’homme est habile. 

    Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu’à leur faire oublier son parcours politique.

    Que l’on comprenne bien le sens de cet article : il ne s’agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d’avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.

    Pour comprendre comment un homme en qui tous s’accordent aujourd’hui à voir l’agent des États-Unis et d’Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière.

    Très en arrière.

    Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd’hui leur revanche.

    Secrets de famille :

    À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les services secrets états-uniens s’appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile.

    Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain » est libéré et s’exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léandri.

    « votez pour moi pauv’cons ! »
    En 1958, les États-Unis, inquiets d’une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l’Afrique du Nord à l’influence soviétique, décident de susciter un coup d’État militaire en France.

    Pauvre France nous sommes mal placés au centre de toutes ces querelles !

    L’opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA —théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.— et par l’OTAN.

    Mais Wisner a déjà sombré dans la démence de sorte que c’est son successeur, Allan Dulles, qui supervise le coup.

    Depuis Alger, des généraux français créent un Comité de salut public qui exerce une pression sur le pouvoir civil parisien et le contraint à voter les pleins pouvoirs au général de Gaulle sans avoir besoin de recourir la force.

    Or, Charles de Gaulle n’est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler.

    Dans un premier temps, il tente de sortir de la contradiction coloniale en accordant une large autonomie aux territoires d’outre-mer au sein d’une Union française.

    Mais il est déjà trop tard pour sauver l’Empire français car les peuples colonisés ne croient plus aux promesses de la métropole et exigent leur indépendance.

    Après avoir conduit victorieusement de féroces campagnes de répression contre les indépendantistes, de Gaulle se rend à l’évidence. 

    Faisant preuve d’une rare sagesse politique, il décide d’accorder à chaque colonie son indépendance.

    Cette volte-face est vécue comme une trahison par la plupart de ceux qui l’ont porté au pouvoir. 

    La CIA et l’OTAN soutiennent alors toutes sortes de complots pour l’éliminer, dont un putsch manqué et une quarantaine de tentatives d’assassinat.

    Toutefois, certains de ses partisans approuvent son évolution politique.

    Autour de Charles Pasqua, ils créent le SAC, une milice pour le protéger.

    Pasqua est à la fois un truand corse et un ancien résistant. Il a épousé la fille d’un bootlegger canadien qui fit fortune durant la prohibition. Il dirige la société Ricard qui, après avoir commercialisé de l’absinthe, un alcool prohibé, se respectabilise en vendant de l’anisette. Cependant, la société continue à servir de couverture pour toutes sortes de trafics en relation avec la famille italo-new-yorkaise des Genovese, celle de Lucky Luciano.

    Il n’est donc pas étonnant que Pasqua fasse appel à Étienne Léandri (« l’ambassadeur » de Luciano) pour recruter des gros bras et constituer la milice gaulliste.
    Un troisième homme joue un grand rôle dans la formation du SAC, l’ancien garde du corps de de Gaulle, Achille Peretti —un Corse lui aussi—.
    Ainsi défendu, de Gaulle dessine avec panache une politique d’indépendance nationale.

    Tout en affirmant son appartenance au camp atlantique, il remet en cause le leadership anglo-saxon.

    Il s’oppose à l’entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun européen (1961 et 1967) ;
    Il refuse le déploiement des casques de l’ONU au Congo (1961) ;
    Il encourage les États latino-américains à s’affranchir de l’impérialisme US (discours de Mexico, 1964) ;
    Il expulse l’OTAN de France et se retire du Commandement intégré de l’Alliance atlantique (1966) ;
    Il dénonce la Guerre du Viêt-nam (discours de Phnon Penh, 1966) ;
    Il condamne l’expansionnisme israélien lors de la Guerre des Six jours (1967) ;
    Il soutient l’indépendance du Québec (discours de Montréal 1967) ;
    etc.
    Les discours de de Gaulle sont un vrai régal. Regardez-les et vous ne vous laisserez plus endormir par nos politichiens. Il avait la protection divine.

    Simultanément, de Gaulle consolide la puissance de la France en la dotant d’un complexe militaro-industriel incluant la force de dissuasion nucléaire, et en garantissant son approvisionnement énergétique. Il éloigne utilement les encombrants Corses de son entourage en leur confiant des missions à étranger. 

    Ainsi Étienne Léandri devient-il le trader du groupe Elf (aujourd’hui Total), tandis que Charles Pasqua devient l’homme de confiance des chefs d’États d’Afrique francophone.

    Conscient qu’il ne peut défier les Anglo-Saxons sur tous les terrains à la fois, de Gaulle s’allie à la famille Rothschild.

    Il choisit comme Premier ministre le fondé de pouvoir de la Banque, Georges Pompidou.

    Les deux hommes forment un tandem efficace.

    L’audace politique du premier ne perd jamais de vue le réalisme économique du second.

    Lorsque de Gaulle démissionne, en 1969, Georges Pompidou lui succède brièvement à la présidence avant d’être emporté par un cancer.

    Avant il avait vendu la France aux banksters ! Loi 1973. La France ne peut plus emprunter à la Banque de France sans intérêt et doit se tourner vers les banques privées, ce qui nous amène à l’escroquerie de la dette.

    Les gaullistes historiques n’admettent pas son leadership et s’inquiètent de son tropisme anglophile.

    Ils hurlent à la trahison lorsque Pompidou, secondé par le secrétaire général de l’Élysée Édouard Balladur, fait entrer « la perfide Albion » dans le Marché commun européen.

    La fabrication de Nicolas Sarkozy :

    Ce décor étant planté, revenons-en à notre personnage principal, Nicolas Sarkozy.

    Né en 1955, il est le fils d’un noble catholique hongrois, Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, réfugié en France après avoir fuit l’Armée rouge, et d’Andrée Mallah, une roturière juive originaire de Thessalonique.

    Après avoir eu trois enfants (Guillaume, Nicolas et François), le couple divorce. Pal Sarkosy de Nagy-Bocsa se remarie avec une aristocrate, Christine de Ganay, dont il aura deux enfants (Pierre-Olivier et Caroline). Nicolas ne sera pas élevé par ses seuls parents, mais balloté dans cette famille recomposée.

    Achille Peretti
    Sa mère est devenue la secrétaire d’Achille Peretti.

    Après avoir co-fondé le SAC, le garde du corps de De Gaulle avait poursuivi une brillante carrière politique. 

    Il avait été élu député et maire de Neuilly-sur-Seine, la plus riche banlieue résidentielle de la capitale, puis président de l’Assemblée nationale.

    Malheureusement, en 1972, Achille Peretti est gravement mis en cause. 

    Aux États-Unis, le magazine Time révèle l’existence d’une organisation criminelle secrète « l’Union corse » qui contrôlerait une grande partie du trafic de stupéfiants entre l’Europe et l’Amérique, la fameuse « French connexion » que Hollywwod devait porter à l’écran.

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=4423.html

    S’appuyant sur des auditions parlementaires et sur ses propres investigations, Timecite le nom d’un chef mafieux, Jean Venturi, arrêté quelques années plus tôt au Canada, et qui n’est autre que le délégué commercial de Charles Pasqua pour la société d’alcool Ricard.

    On évoque le nom de plusieurs familles qui dirigeraient « l’Union corse », dont les Peretti. Achille nie, mais doit renoncer à la présidence de l’Assemblée nationale et échappe même à un « suicide ». Comme quoi, la pratique n’est pas nouvelle (l’associé de DSK vient de se « suicider ». Il aurait eu des révélations à faire ?

    En 1977, Pal Sarkozy se sépare de sa seconde épouse, Christine de Ganay, laquelle se lie alors avec le n°2 de l’administration centrale du département d’État des États-Unis.

    Elle l’épouse et s’installe avec lui en Amérique. Le monde étant petit, c’est bien connu, son mari n’est autre que Frank Wisner Jr., fils du précédent.

    Les fonctions de Junior à la CIA ne sont pas connues, mais il clair qu’il y joue un rôle important. 

    Nicolas, qui reste proche de sa belle-mère, de son demi-frère et de sa demi-sœur, commence à se tourner vers les États-Unis où il « bénéficie » des programmes de formation du département d’État.

    On nous les dé-forme avant de nous les renvoyer bien conditionnés.

    À la même période, Nicolas Sarkozy adhère au parti gaulliste.

    Il y fréquente d’autant plus rapidement Charles Pasqua que celui-ci n’est pas seulement un leader national, mais aussi le responsable de la section départementale des Hauts-de-Seine.

    En 1982, Nicolas Sarkozy, ayant terminé ses études de droit et s’étant inscrit au barreau, épouse la nièce d’Achille Peretti. 

    Son témoin de mariage est Charles Pasqua. 

    En tant qu’avocat, Me Sarkozy défend les intérêts des amis corses de ses mentors. 

    Il acquiert une propriété sur l’île de beauté, à Vico, et imagine de corsiser son nom en remplaçant le « y » par un « i » : Sarkozi.

    L’année suivante, il est élu maire de Neuilly-sur-Seine en remplacement de son bel-oncle, Achille Peretti, terrassé par une crise cardiaque.

    Jacques Martin et Cecilia. – Sarko et sa femme.
    Cependant, Nicolas ne tarde pas à trahir sa femme et, dès 1984, il poursuit une liaison cachée avec Cécilia, l’épouse du plus célèbre animateur de télévision français de l’époque, Jacques Martin, dont il a fait la connaissance en célébrant leur mariage en qualité de maire de Neuilly.

    Cette double vie dure cinq ans, avant que les amants ne quittent leurs conjoints respectifs pour construire un nouveau foyer.

    Nicolas est le témoin de mariage, en 1992, de la fille de Jacques Chirac, Claude, avec un éditorialiste du Figaro.

    Un tombeur ce mec ! mais, l’intérêt n’est jamais bien loin !

    Il ne peut s’empêcher de séduire Claude et de mener une brève relation avec elle, tandis qu’il vit officiellement avec Cécilia. 

    Le mari trompé se suicide (?) en absorbant des drogues.

    La rupture est brutale et sans retour entre les Chirac et Nicolas Sarkozy.

    En 1993, la gauche perd les élections législatives.

    Le président François Mitterrand refuse de démissionner et entre en cohabitation avec un Premier ministre de droite. Jacques Chirac, qui ambitionne la présidence et pense alors former avec Édouard Balladur un tandem comparable à celui de de Gaulle et Pompidou, refuse d’être à nouveau Premier ministre et laisse la place à son « ami de trente ans », Édouard Balladur.

    Malgré son passé sulfureux, Charles Pasqua devient ministre de l’Intérieur. 

    S’il conserve la haute main sur la marijuana marocaine, il profite de sa situation pour légaliser ses autres activités en prenant le contrôle des casinos, jeux et courses en Afrique francophone. 

    Il tisse aussi des liens en Arabie Saoudite et en Israël et devient officier d’honneur du Mossad.

    Nicolas Sarkozy, quant à lui, est ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

    À Washington, Frank Wisner Jr. a pris la succession de Paul Wolfowitz comme responsable de la planification politique au département de la Défense.

    Personne ne remarque les liens qui l’unissent au porte-parole du gouvernement français.

    C’est alors que reprend au sein du parti gaulliste la tension que l’on avait connu trente ans plus tôt entre les gaullistes historiques et la droite financière, incarnée par Balladur.

    La nouveauté, c’est que Charles Pasqua et avec lui le jeune Nicolas Sarkozy trahissent Jacques Chirac pour se rapprocher du courant Rothschild. 

    Tout dérape.

    Le conflit atteindra son apogée en 1995 lorsque Édouard Balladur se présentera contre son ex-ami Jacques Chirac à l’élection présidentielle, et sera battu.

    Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement Balladur ouvre les négociations d’adhésion à l’Union Européenne et à l’OTAN des États d’Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.

    Rien ne va plus dans le parti gaulliste où les amis d’hier sont près de s’entre-tuer. 

    Pour financer sa campagne électorale, Edouard Balladur tente de faire main basse sur la caisse noire du parti gaulliste, cachée dans la double comptabilité du pétrolier Elf.

    À peine le vieux Étienne Léandri mort, les juges perquisitionnent la société et ses dirigeants sont incarcérés. Mais Balladur, Pasqua et Sarkozy ne parviendront jamais à récupérer le magot.

    La traversée du désert :

    Tout au long de son premier mandat, Jacques Chirac tient Nicolas Sarkozy à distance.

    L’homme se fait discret durant cette longue traversée du désert. 

    Discrètement, il continue à nouer des relations dans les cercles financiers.

    En 1996, Nicolas Sarkozy ayant enfin réussi à clore une procédure de divorce qui n’en finissait pas se marie avec Cécilia.

    Ils ont pour témoins les deux milliardaires Martin Bouygues et Bernard Arnaud (l’homme le plus riche du pays).

    Pas vraiment près du peuple, Sarko. C’est pas de Gaule !

    Dernier acte !

    Bien avant la crise irakienne, Frank Wisner Jr. et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant gaulliste et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy. 

    Ils agissent en trois temps :

    d’abord l’élimination de la direction du parti gaulliste et la prise de contrôle de cet appareil, puis l’élimination du principal rival de droite et l’investiture du parti gaulliste à l’élection présidentielle, enfin l’élimination de tout challenger sérieux à gauche de manière à être certain d’emporter l’élection présidentielle.

    Pendant des années, les médias sont tenus en haleine par les révélations posthumes d’un promoteur immobilier. 

    Avant de décéder d’une grave maladie, il a enregistré pour une raison jamais élucidée une confession en vidéo. 

    Pour une raison encore plus obscure, la « cassette » échoue dans les mains d’un hiérarque du Parti socialiste, Dominique Strauss-Khan, qui la fait parvenir indirectement à la presse.

    Si les aveux du promoteur ne débouchent sur aucune sanction judiciaire, ils ouvrent une boîte de Pandore.

    La principale victime des affaires successives sera le Premier ministre Alain Juppé. 

    Pour protéger Chirac, il assume seul toutes les infractions pénales.

    La mise à l’écart de Juppé laisse la voie libre à Nicolas Sarkozy pour prendre la direction du parti gaulliste.

    Sarkozy exploite alors sa position pour contraindre Jacques Chirac à le reprendre au gouvernement, malgré leur haine réciproque.

    Il sera en définitive, ministre de l’Intérieur.

    Erreur ! 

    À ce poste, il contrôle les préfets et le renseignement intérieur qu’il utilise pour noyauter les grandes administrations

    Préfet Claude Érignac
    Il s’occupe aussi des affaires corses.

    Le préfet Claude Érignac a été assassiné.

    Bien qu’il n’ait pas été revendiqué, le meurtre a immédiatement été interprété comme un défi lancé par les indépendantistes à la République.

    Après une longue traque, la police parvient à arrêter un suspect en fuite, Yvan Colonna, fils d’un député socialiste. 

    Faisant fi de la présomption d’innocence, Nicolas Sarkozy annonce cette interpellation en accusant le suspect d’être l’assassin. 

    C’est que la nouvelle est trop belle à deux jours du référendum que le ministre de l’Intérieur organise en Corse pour modifier le statut de l’île.

    Quoi qu’il en soit, les électeurs rejettent le projet Sarkozy qui, selon certains, favorise les intérêts mafieux.

    Bien qu’Yvan Colonna ait ultérieurement été reconnu coupable, il a toujours clamé son innocence et aucune preuve matérielle n’a été trouvée contre lui. 

    Étrangement, l’homme s’est muré dans le silence, préférant être condamné que de révéler ce qu’il sait. 

    Nous révélons ici que le préfet Érignac n’a pas été tué par des nationalistes, mais abattu par un tueur à gage, immédiatement exfiltré vers l’Angola où il a été engagé à la sécurité du groupe Elf.

    Le mobile du crime était précisément lié aux fonctions antérieures de Érignac, responsable des réseaux africains de Charles Pasqua au ministère de la Coopération. 

    Quand à Yvan Colonna, c’est un ami personnel de Nicolas Sarkozy depuis des décennies et leurs enfants se sont fréquentés.

    Dominique de Villepin et Poutine récemment.
    Une nouvelle affaire éclate : de faux listings circulent qui accusent mensongèrement plusieurs personnalités de cacher des comptes bancaires au Luxembourg, chez Clearstream.

    Parmi les personnalités diffamées : Nicolas Sarkozy. Il porte plainte et sous-entend que son rival de droite à l’élection présidentielle, le Premier ministre Dominique de Villepin, a organisé cette machination.

    Il ne cache pas son intention de le faire jeter en prison. 

    En réalité, les faux listings ont été mis en circulation par des membres de la Fondation franco-américaine, dont John Negroponte était président et dont Frank Wisner Jr. est administrateur. 

    Ce que les juges ignorent et que nous révélons ici, c’est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur. 

    Villepin se défend de ce dont on l’accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique.

    La voie est libre à droite pour Nicolas Sarkozy.

    Reste à neutraliser les candidatures d’opposition.

    Les cotisations d’adhésion au parti socialiste sont réduites à un niveau symbolique pour attirer de nouveaux militants. Soudainement des milliers de jeunes prennent leur carte. 

    Parmi eux, au moins dix mille nouveaux adhérents sont en réalité des militants du Parti trotskiste « lambertiste » (du nom de son fondateur Pierre Lambert).

    Cette petite formation d’extrême gauche s’est historiquement mise au service de la CIA contre les communistes staliniens durant la Guerre froide (Elle est l’équivalent du SD/USA de Max Shatchman, qui a formé les néoconservateurs aux USA).

    Ce n’est pas la première fois que les « lambertistes » infiltrent le Parti socialiste.

    Ils y ont notamment placé deux célèbres agents de la CIA : Lionel Jospin (qui est devenu Premier ministre) et Jean-Christophe Cambadélis, le principal conseiller de Dominique Strauss-Kahn.

    Des primaires sont organisées au sein du Parti socialiste pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Deux personnalités sont en concurrence : Laurent Fabius et Ségolène Royal.

    Seul le premier représente un danger pour Sarkozy. 

    Dominique Strauss-Kahn entre dans la course avec pour mission d’éliminer Fabius au dernier moment.

    Ce qu’il sera en mesure de faire grâce aux votes des militants « lambertistes » infiltrés, qui portent leur suffrages non pas sur son nom, mais sur celui de Royal.

    L’opération est possible parce que Strauss-Kahn est depuis longtemps sur le payroll des États-Unis. 

    Les Français ignorent qu’il donne des cours à Stanford, où il a été embauché par le prévôt de l’université, Condoleezza Rice.

    Dès sa prise de fonction, Nicolas Sarkozy et Condoleezza Rice remercieront Strauss-Kahn en le faisant élire à la direction du Fonds monétaire international.

    Premiers jours à l’Élysée :

    Le soir du second tour de l’élection présidentielle, lorsque les instituts de sondages annoncent sa victoire probable, Nicolas Sarkozy prononce un bref discours à la nation depuis son QG de campagne. 

    Puis, contrairement à tous les usages, il ne va pas faire la fête avec les militants de son parti, mais il se rend au Fouquet’s. 

    La célèbre brasserie des Champs-Élysées, qui était jadis le rendez-vous de « l’Union corse » est aujourd’hui la propriété du casinotier Dominique Desseigne. 

    Il a été mis à disposition du président élu pour y recevoir ses amis et les principaux donateurs de sa campagne. 

    Une centaine d’invités s’y bousculent, les hommes les plus riches de France y côtoient les patrons de casinos.

    Puis le président élu s’offre quelques jours de repos bien mérités.

    Conduit en Falcon-900 privé à Malte, il s’y repose sur le Paloma, le yacht de 65 mètres de son ami Vincent Bolloré, un milliardaire formé à la Banque Rothschild.

    Enfin, Nicolas Sarkozy est investi président de la République française. 

    Le premier décret qu’il signe n’est pas pour proclamer une amnistie, mais pour autoriser les casinos de ses amis Desseigne et Partouche à multiplier les machines à sous.

    Il forme son équipe de travail et son gouvernement. 

    Sans surprise, on y retrouve un bien trouble propriétaire de casinos (le ministre de la Jeunesse et des Sports) et le lobbyiste des casinos de l’ami Desseigne (qui devient porte-parole du parti « gaulliste »).

    Nicolas Sarkozy s’appuie avant tout sur quatre hommes :

    Claude Guéant, secrétaire général du palais de l’Élysée. C’est l’ancien bras droit de Charles Pasqua. 
    François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Élysée. C’est un associé-gérant de la Banque Rothschild. 
    Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l’ancien directeur de l’Agence juive. Ambassadeur de France à l’ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush.
    Alain Bauer, l’homme de l’ombre. Son nom n’apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe.
    Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l’indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l’indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France.

    Kouchner a débuté sa carrière en participant à la création d’une ONG humanitaire. 

    Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de Zbigniew Brzezinski en Afghanistan, aux côtés d’Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques. 

    On le retrouve dans les années 90 auprès de Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine. De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l’ONU au Kosovo.

    Sous le contrôle de Wali, le frère cadet du président Hamid Karzaï, l’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. 

    Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l’US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo).

    Là, la drogue est prise en charge par les hommes de Haçim Thaçi qui l’écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA. 

    Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de Bernard Kouchner, qui certainement ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés. Je ne partage pas cet avis ; Kouchner est loin d’être blanc : (trafic d’organes)

    Pour compléter son gouvernement, Nicolas Sarkozy nomme Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances.

    Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie.

    Au sein du Center for International & Strategic Studies de Dick Cheney, elle a co-présidé avec Zbigniew Brzezinski un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne. 

    Elle a organisé un intense lobbying pour le compte de Lockheed Martin contre l’avionneur français Dassault. Ces personnes ne travaillent pas pour la France, mais pour leur pouvoir personnel, il faut que l’on arrête de se mentir.

    Nouvelle escapade durant l’été.

    Nicolas, Cécilia, leur maîtresse commune et leurs enfants se font offrir des vacances états-uniennes à Wolfenboroo, non loin de la propriété du président Bush. 

    La facture, cette fois, est payée par Robert F. Agostinelli, un banquier d’affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur pur sucre qui s’exprime dans Commentary, la revue de l’American Jewish Committee.

    La réussite de Nicolas rejaillit sur son demi-frère Pierre-Olivier. Sous le nom américanisé « d’Oliver », il est nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) directeur d’un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden).

    Sans qualité personnelle particulière, il est devenu le 5e noueur de deals dans le monde et « gère » les principaux avoirs des fonds souverains du Koweit et de Singapour.

    La cote de popularité du président est en chute libre dans les sondages.

    L’un de ses conseillers en communication, Jacques Séguéla, préconise de détourner l’attention du public avec de nouvelles « people stories ».

    L’annonce du divorce avec Cécilia est publiée par Libération, le journal de son ami Édouard de Rothschild, pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale. 

    Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l’artiste et ex-mannequin, Carla Bruni.

    Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques.

    Quelques semaines encore et c’est le troisième mariage de Nicolas.

    Cette fois, il choisit comme témoins Mathilde Agostinelli (l’épouse de Robert) et Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet de Édouard Balladur devenu associé-gérant chez Rothschild.

    Quand les Français auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont affaire ?

    Maintenant.

    Lerebelle

    source:http://lesmoutonsrebelles.com/le-vrai-visage-de-nicolas-sarkozy-espion-americain-place-a-la-pr

    http://reseauinternational.net