Violences policières à Grenoble : Lettre ouverte de personnels de l’IUGA et du laboratoire PACTE

/violences-policieres-grenoble-lettre-ou

  • Au Sénat, #Nathalie_Loiseau dénonce un « #shopping_de_l'asile »

    La ministre des Affaires européennes a provoqué l’indignation des sénateurs de gauche en parlant des exigences des migrants arrivant dans l’Union européenne.

    Avec un intitulé pareil – « L’Union européenne face aux défis de la sécurité, des migrations et des frontières » – il fallait s’attendre à quelques éclats de voix, même dans le carmin feutré du Sénat. L’indignation est venue des rangs de la gauche après des propos hasardeux de la ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, qui a dénoncé « le shopping de l’asile » de certains migrants. De fait, la majeure partie des questions de la séance a été consacrée à la situation des réfugiés, offrant un avant-goût du futur débat sur le projet de loi asile et immigration que l’Assemblée nationale a adopté dans la douleur fin avril.

    Sénatrice écologiste, Esther Benbassa a interrogé la ministre sur la procédure dite de #Dublin, qui impose aux demandeurs d’asile d’effectuer cette demande dans le pays par lequel ils arrivent dans l’Union européenne. Une procédure obsolète et inopérante, estime l’élue parisienne qui a demandé à Nathalie Loiseau comment le gouvernement « comme il prétend le souhaiter, allait rendre le droit d’asile effectif en France et sur le territoire européen ». Tout en reconnaissant que le règlement de Dublin était dépassé et qu’il fallait le revoir, la ministre a alors laissé entendre que la faute était en partie celle des migrants.

    « Lorsque l’on arrive du Sud-Soudan, on peut faire du shopping de l’asile et trouver qu’on est mieux en Suède qu’en Italie mais enfin tout de même », s’est agacée Nathalie Loiseau, déclenchant une mini-bronca dans les rangs de la gauche. « Je ne voudrais pas qu’on puisse considérer que l’Italie n’est pas un pays où on peut demander l’asile », a ajouté la ministre, espérant une stabilisation de la situation politique italienne pour renforcer les procédures d’asile européennes. « Comment osez-vous utiliser ce mot de "shopping" pour parler de gens qui sont dans la misère, dans la souffrance, dans le dénuement ? » a répliqué la sénatrice Benbassa avant que ses collègues de gauche n’embraient sur Twitter. « Choquant et déplacé », dénonce le sénateur écolo Bernard Jomier. « Envie de vomir, ajoute l’élue socialiste Sophie Taillé-Polian. Et ils osent parler d’humanité ? »

    http://www.liberation.fr/france/2018/05/09/au-senat-nathalie-loiseau-denonce-un-shopping-de-l-asile_1648914
    #asile #migrations #préjugés #France #réfugiés #choix #Italie

    Comme le dit Karine Povlakic dans un texte qui avait été publié par @vivre, c’est "La banalisation d’une tragédie"

    Accords de réadmission | La banalisation d’une tragédie

    Cet article traite de l’accueil des réfugiés originaires de Somalie et d’Erythrée, qui ont transité par l’Italie avant de déposer une demande d’asile en Suisse. La première partie évoque les conflits et la répression qui sévissent dans ces deux pays et la route de fuite que doivent parcourir les réfugiés, au péril de leur vie et de celles de leurs proches. Arrivés épuisés, meurtris et souvent traumatisés en Italie, ils devront faire l’expérience de la rue. La plupart d’entre eux n’auront pas accès à l’aide sociale et n’auront d’autre choix que de dormir sur des cartons dans les gares ou les parcs. Certains viennent finalement chercher refuge en Suisse mais ils sont rapidement pris dans les procédures de renvoi en Italie, sur la base des accords de Dublin ou des accords bilatéraux de réadmission. Nous verrons dans la deuxième partie comment les autorités ont développé un traitement purement administratif des demandes de ces réfugiés de manière à ce que les motifs d’asile ne puissent pas s’exprimer, ni les motifs de fuite secondaires d’Italie en Suisse. La pratique repose sur des schémas de procédure qui banalise considérablement le traitement des demandes au point qu’il se ramène pratiquement à un problème de gestion des dossiers, de délais de procédure ou d’exécution des renvois, et qu’il n’a plus rien à voir avec l’examen d’une demande de protection.


    http://snesup.fr/article/violences-policieres-grenoble-lettre-ouverte-de-personnels-de-liuga-et-du-lab