Le concept de soumission : l’exemple du patriarcat

/la-soumission-lexemple-du-patriarcat

  • Le concept de soumission : l’exemple du #patriarcat
    https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-normale-superieure/la-soumission-lexemple-du-patriarcat

    La philosophie n’a pas, jusqu’à aujourd’hui, conceptualisé la #soumission comme telle. D’un côté, la philosophie politique classique a formé et étudié les concepts de domination, de pouvoir, de subordination, de servitude ; d’un autre côté la philosophie morale, notamment dans ses liens avec la psychologie sociale, a pu thématiser les concepts de volonté, d’obéissance, d’influence ou encore d’amour, mais la soumission n’a pas le rang d’un concept, elle n’est pas l’objet de l’étude et de la conceptualisation des philosophes. Cette absence s’explique par le fait que la philosophie – et la philosophie politique fondée sur le droit naturel en particulier – conçoit la liberté comme la valeur centrale de la vie humaine et, de ce fait, dépeint la soumission, comprise comme l’attitude de celui qui ne résiste pas activement à la domination, comme une anomalie, une impossibilité ou une faute morale. Pour autant, l’expérience de la soumission est quotidienne et largement partagée, et il semble que cette expérience ait quelque chose à dire de la nature du pouvoir. Dans cet exposé, je défendrai la thèse selon laquelle la soumission non seulement peut, mais encore doit, faire l’objet d’une analyse philosophique, que l’on peut à bon droit construire un concept philosophique de soumission et que ce concept est fécond pour l’analyse des rapports de pouvoir : c’est ce que j’entends établir à partir de l’exemple du patriarcat.

  • Le concept de soumission : l’exemple du patriarcat
    https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-normale-superieure/la-soumission-lexemple-du-patriarcat

    La philosophie n’a pas, jusqu’à aujourd’hui, conceptualisé la soumission comme telle. D’un côté, la philosophie politique classique a formé et étudié les concepts de domination, de pouvoir, de subordination, de servitude ; d’un autre côté la philosophie morale, notamment dans ses liens avec la psychologie sociale, a pu thématiser les concepts de volonté, d’obéissance, d’influence ou encore d’amour, mais la soumission n’a pas le rang d’un concept, elle n’est pas l’objet de l’étude et de la conceptualisation des philosophes. Cette absence s’explique par le fait que la philosophie – et la philosophie politique fondée sur le droit naturel en particulier – conçoit la liberté comme la valeur centrale de la vie humaine et, de ce fait, dépeint la soumission, comprise comme l’attitude de celui qui ne résiste pas activement à la domination, comme une anomalie, une impossibilité ou une faute morale. Pour autant, l’expérience de la soumission est quotidienne et largement partagée, et il semble que cette expérience ait quelque chose à dire de la nature du pouvoir. Dans cet exposé, je défendrai la thèse selon laquelle la soumission non seulement peut, mais encore doit, faire l’objet d’une analyse philosophique, que l’on peut à bon droit construire un concept philosophique de soumission et que ce concept est fécond pour l’analyse des rapports de pouvoir : c’est ce que j’entends établir à partir de l’exemple du patriarcat.

    L’enjeu de la conférence semble etre de sortir la philosophie de la phallosophie.
    Pas encore écouté

    • Assez decevant en particulier à cause d’un gros contre sens à propos de Sacher Masoch. Dans la venus à la fourrure il n’est jamais soumis et ne fait que plier une femme à la volonte de ses propres lubies sexuelles de riche homme blanc. La soumission vu par les dominants (Sacher masoch, Polanski Hegel...) ca ne fonctionne pas et ca fini toujours par faire comme si c’etait les personnes soumises qui étaient dominantes.
      Ensuite elle cherche a se posé une question que sois disant personne ne se pose ; « quelle est la place des femmes dans la perpetuation du patriarcat ? » et elle prétend que la place des hommes à été beaucoup posé...
      Ce qui est fort c’est qu’elle reconnait que la question est pourris mais comme Sacher Masoch est un soumis par choix alors elle la pose....
      Ca finit par un homme qui n’y connais rien et mecsplique et monopolise la parole en traduisant ce qu’elle dit parce que on avait pas ompris.... (soumission au Maître).
      Il s’interesse en particulier à la cuplabilisation que les femmes soumises font subir aux hommes...
      Il pose plein de question incomprehensibles et piegeuses, elle s’en sort pas si mal et afine son propos avec lequel j’ai quand meme un accord.
      Il s’arroge le dernier mot et fini par exigé une distinction raciste entre une culture patriarcale (la sienne, sexiste soft) et une culture viriliste (implicitement les arabes/musulmans/autres, sexisme violent). Bravo mec !

      #inversion_patriarcale #soumission #domination #patriarcat #conférence #audio #racisme

      Une réflexion qui me semble allé plus loin - la métaphore de l’âne du bâton et de la carotte : https://seenthis.net/messages/396369#message396385