Des rejets toxiques à des niveaux astronomiques dans l’usine Sanofi de Lacq

?onglet=full

  • Des rejets toxiques à des niveaux astronomiques dans l’usine Sanofi de Lacq
    Mediapart - 8 juillet 2018 Par Jade Lindgaard
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080718/des-rejets-toxiques-des-niveaux-astronomiques-dans-l-usine-sanofi-de-lacq?

    L’usine Sanofi du bassin de Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques, émettait au printemps 2018, date des dernières mesures disponibles, jusqu’à 190 000 fois plus que le maximum autorisé d’une substance cancérogène et susceptible d’altérer la fécondité. Mediapart a eu accès à un rapport qui détaille la gravité de la situation. Représentant·e·s écologistes et syndicaux s’alarment mais l’État ne sanctionne pas.
    (...)
    Les rejets toxiques de l’usine de Sanofi de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) qui fabrique la Dépakine, ce médicament contre l’épilepsie dangereux pour les femmes enceintes et leurs fœtus, atteignaient, au printemps 2018, date des dernières mesures disponibles, des niveaux astronomiques : jusqu’à 190 000 fois au-dessus du plafond autorisé pour le bromopropane, une substance pouvant nuire à la fertilité et au fœtus. Le chiffre paraît fou, impossible à croire.

    « On a vu des rejets épisodiques chez les industriels mais de cette quantité et de cette durée, c’est la première fois », résume Jean-Michel Poupon, responsable de l’union locale CGT. « Cette situation ne devrait jamais arriver. C’est un cas grave », explique Solène Demonet, coordinatrice du réseau risques et impacts industriels de France Nature Environnement (FNE), une des plus grosses ONG écologistes nationales. Pour Patrick Mauboulès de la fédération Sepanso, qui siège au comité de suivi de site du bassin de Lacq, « c’est scandaleux ».(...)

    • #dépakine #sanofi #cancérigènes #assassins #big_pharma

      https://www.ladepeche.fr/article/2018/07/15/2836451-gard-le-laboratoire-sanofi-d-armon-perquisitionne.html

      Les enquêteurs souhaitaient collecter des documents sur les incidents de production à Mourenx. L’usine qui produit la Dépakine, rejetterait des taux de valproate, jusqu’à 90 000 fois plus élevés que les seuils limites autorisés. La production avait donc cessée lundi.

      Le groupe pharmaceutique français avait déclaré qu’une étude réalisée à sa demande par un organisme indépendant concluait que les risques sanitaires liés aux rejets de valproate de sodium étaient inférieurs aux valeurs toxicologiques de référence (VTR).
      L’Anses saisie par le gouvernement

      Un avis que nuance l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (l’Anses), pour qui « la VTR fondée sur la dose posologique minimale doit être revue au regard des nouvelles études publiées et des effets observés », car « des effets neurodéveloppementaux et néfastes sur la reproduction pourraient apparaître à des doses plus faibles que celles induisant des malformations congénitales ».

      L’agence précise que ses experts n’ont pas pu identifier de dose minimale de valproate « en dessous de laquelle des effets sur la reproduction et le développement sont susceptibles de ne pas se produire ». L’Anses, avait été saisie le 29 juin par le gouvernement pour évaluer en urgence les données d’impact sanitaire transmises par Sanofi, afin de fixer des prescriptions supplémentaires de sécurité.